Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Introduction

Maryse Carmes et Jean-Max Noyer

Texte intégral

VOUS AVEZ DIT « SMART CITIES » ?

1La ville devient intelligente. Qu’est-ce que cela veut dire ? Pour sortir du slogan et tenter de comprendre ce qui se trame et se joue là, maintenant, il nous faut prendre la mesure de l’hétérogénéité des formes urbaines actuelles ou en négociation, des projets (« smart ») qui les accompagnent, des débats qui les parcourent. Il n’y a pas, à l’évidence, une ligne unique de techno-politique urbaine et un seul type de couplage entre les technologies numériques et la ville. Le plissement numérique du monde s’incarne dans les mondes urbains de manière protéiforme.

2Ce que nous appellons le plissement numérique de la ville (et du monde) désigne le tissage continu qui ne cesse de croître entre les technologies numériques et les milieux urbains, entre les données et les populations d’êtres (animaux et végétaux compris) et d’objets, etc., tissage qui vient actualiser, transformer ce qui constitue un territoire, les manières de l’habiter, de s’y mouvoir et de le penser, son écologie tout entière (psychique, sociale, matérielle, environnementale, économique, politique, etc.).

  • 1 Pour une lecture détaillée de cet ouvrage et une réflexion sur l’écosophie voir Manola Antonioli, (...)

3Et ce processus va de pair avec les dynamiques hybrides du vivant, quand la vie se poursuit, se complique et se creuse par des moyens non-organiques. Ils sont encore en résonance avec les crises écologiques majeures [Guattari, 1989]1 qui s’actualisent et avec la recherche de moyens de gouvernance nouveaux, quand la vie prend sur elle le but et que nous avons à présent de plus en plus conscience que nous avons à maîtriser autant que faire se peut, les conditions de notre survie, c’est-à-dire de nos milieux associés, internes et externes.

  • 2 Sur la question des territoires, nous renvoyons à l’ouvrage sous la direction de Thierry Paquot et (...)

4L’intensification en cours du mouvement d’urbanisation, la montée des territoires hybrides2 et l’extension des « devenirs indoors » [Sloterdijk, 2006] au cœur même de ce qui s’exprime, s’érige par exemple en Arabie du côté de Dubaï, où (pour reprendre les termes de Mike Davis) fusionnent Albert Speer et Walt Disney, jusqu’à ces lignes de fuites étranges que nous chevauchons entre « anarchie des choix et Disney-fication » (William Gibson), tout cela transforme de plus en plus profondément les « milieux » de nos vies, nos habitats. Cela affecte nos comportements, nos perceptions et nos régimes de désir.

  • 3 Exemples : des sites qui évoquent les positions politiques alternatives, une vision non orthodoxe (...)

5À Dubaï, selon Mike Davis [Davis, 2007], « après la translation d’une culture vidée de son contenu et la transplantation d’une nature sans nature, elle [la troisième singularité de Dubaï] consiste dans l’organisation de la ville en une série d’enclaves quasiment fortifiées au sein desquelles sont autorisées, comme par dérogation, des libertés que ne chérissent pas les pétromonarques au pouvoir ou des formes de décadence indispensables pour que l’illusion d’Occident soit complète. Ainsi, dans les limites d’Internet City, la liberté d’expression sur le Net est sans aucune entrave ». Dubaï Media City et Dubaï Internet City se sont depuis, on le sait, illustrées par une censure renforcée3.

6En d’autres zones du globe, à travers par exemple les cas présentés dans son numéro spécial consacré aux « smarts cities » (août 2011), Scientific American nous montre un ensemble de facettes de la ville intelligente : réduction de ses impacts écologiques et optimisation énergétique ; gestion intelligente des déplacements et des flux dans la ville ; créations de services renouvellant les relations des habitants à leur ville mais aussi, transformation des relations sociales ; déploiement de capteurs nourrissant un ensemble de bases de données indissociables d’un pilotage efficient de l’action publique…

« Truly smart cities will emerge as inhabitants and their many electronic devices are recruited as realtime sensors of daily life. Networking the ubiquitous sensors and linking them to government databases can enhance a city’s inventiveness, efficiency and services ».

  • 4 Scientific American, September 2011 et aussi dans le même numéro, “The efficient city” by Mark Fis (...)

7Ce numéro de Scientific American plaçait son approche sous le postulat suivant : “the city is a solution to the problems of our age, and this week, we present it in the true urban spirit : best ideas forward”4.

8Les formes de cette expérimentation sont donc variées et souvent de nature opposées. Elles vont donc de Dubaï au réseau « Urban Living Lab ».

  • 5 Shaikh Mohammad says « As a smart city, government departments will be inter-connected to provide (...)
  • 6 François Cusset in [Davis, 2007].

9D’un côté, Dubaï et son projet « Smart city » associant la performativité des procédures au maintien voire au renforcement d’un dispositif politique « a-démocratique ». Tel est bien en effet le projet de Shaikh Mohammad qui souhaite mieux connecter sa ville pour améliorer la coopération entre « résidents » et « émirat »5. Pourtant, comme l’indique François Cusset, « Dubaï n’échappe pas à la fragmentation ; elle semble même en avoir fait un principe urbanistique. Les liens sociaux, d’une part, en l’absence d’espaces publics, se (restreignant) à l’espace des communautés résidentielles fermées “à la Truman Show” et des “méga-enclaves” économiques autorégulées (zones franches, centres commerciaux, pôles de développement spécialisés dans la santé, Internet et même… les échecs) »6.

10De l’autre côté, nous avons une incarnation expérimentale différente, celle des « Urban Living Lab » qui se sont développés dans le cadre d’un programme européen en 2006. Ils prennent principalement pour axes stratégiques, les problèmes liés à l’énergie et à l’environnement. Vingt-deux villes et territoires bénéficient aujourd’hui du label européen « Urban Living Lab ». Parmi eux, Saint-Quentin-en-Yvelines (France), Helsinki (Finlande), Barcelone (Espagne), Trente (Italie), etc. D’autres sont en cours de création en Chine et au Brésil7. Plus précisément ils s’appuient sur le concept de « laboratoire vivant » conçu comme un écosystème d’innovation centré sur l’utilisateur, agissant dans un contexte territorial (ville, agglomération, région).

« The concept is based on a systematic user co-creation approach integrating research and innovation processes. These are integrated through the cocreation, exploration, experimentation and evaluation of innovative ideas, scenarios, concepts and related technological artefacts in real life use cases. Such use cases involve user communities, not only as observed subjects but also as a source of creation. This approach allows all involved stakeholders to concurrently consider both the global performance of a product or service and its potential adoption by users. This consideration may be made at the earlier stage of research and development and through all elements of the product life-cycle, from design up to recycling ».

11Nous sommes à présent dans ce procès général et l’artificialisation du monde en cours renforce le caractère protéiforme du processus d’urbanisation [Mongin, 2013], son creusement intensif.

12Dans un article de 1994, Françoise Choay écrivait :

13« L’Europe est aujourd’hui triomphalement urbaine. L’espace rural et les populations rurales s’y amenuisent chaque jour tandis que se multiplie le nombre des megalopoles, conurbations, communautés urbaines, technopoles et technopôles. « Ville » est devenu un maître mot de la tribu politique, un mot à tout faire de la tribu médiatique, le mot alibi des clans des urbanistes, d’aménageurs, d’architectes, d’administrateurs, de sociologues qui la scrutent, l’auscultent et/ou prétendent lui donner force. [Choay, 2006] ».

Schémas tirés de Hans Schaffers, Nicos Komninos, Marc Pallot, Brigitte Trousse, Michael Nilsson, Alvaro Oliveira : Smart cities and the Future Internet : Towards Cooperation Frameworks for Open Innovation, 2010

Y A-T-IL ÉQUIVALENCE ENTRE « URBANISATION » ET « PRODUCTION DE VILLE » ?

14Qu’en est-il par exemple de cet urbain qu’évoque Augustin Berque :

« Urbain diffus qui succède au monde urbain (et qui) ne peut pas faire monde à son tour-comme la campagne l’avait fait par rapport à la forêt, puis la ville par rapport à la campagne – non seulement parce qu’il n’est pas viable écologiquement, mais, en outre, parce qu’il n’a aucune limite qui puisse l’instituer comme tel. Il ne peut pas exister, il est acosmique. » [Berque, 2012]

15Or « faire monde », « exige d’instituer des limites, si aléatoires et provisoires soientelles ». [Donzelot, Mongin, 2013] Quelles sont les frontières nouvelles pour une large part distribuées (Ecran-Claviers-Applications) qui se fabriquent dans le cadre du plissement urbain numérique et quels sont les modes d’existence qui frayent là leurs voies ?

16De son côté, pour Olivier Mongin, l’évolution actuelle se caractèrise par des « scénarios contrastés : entre local et global… et trois tendances lourdes ». Il dégage une typologie qui « renvoie à l’hybridation de l’immatériel et du matériel dans le registre spatial et de scénarios urbains transnationaux qui ne sont pas la particularité d’une culture ou d’une zone géographique et qui peuvent cohabiter au sein d’un même territoire ». [Mongin, 2013] Les tendances selon lui sont au nombre des trois, les espaces hybrides au nombre de trois également et les figures urbaines privilégiées au nombre de huit. Les trois tendances lourdes sont les suivantes : la prévalence des flux sur les lieux8 ; le recul de la mixité urbaine par rapport à la volonté de démarcation ; la privatisation de la vie publique (des espaces et des territoires) qui prend le dessus sur les espaces publics et communs, ou en tout cas en change la nature ». De même, dans son ouvrage, « Internet, changer l’espace, changer la société : Les logiques contemporaines de synchorisation », Boris Beaude [Beaude, 2012] insiste sur ce fait qu’Internet n’est pas tant un lieu de synchronisation, qu’un lieu de synchorisation, à savoir un espace qui rend possible une action en commun : l’interaction. La ville « lieu privilégié de l’interaction, […] est d’autant plus attractive qu’elle associe dès lors toutes les modalités du contact, maximisant plus que jamais le potentiel d’interaction sociale de ses habitants, avec elle-même, mais aussi avec son altérité. Avec la généralisation de la géolocalisation, l’hybridation de l’espace s’est accélérée. Elle associe étroitement les territoires et les réseaux, le matériel et l’immatériel, l’analogique et le numérique, au point d’en changer les qualités. L’hybridation de l’espace suppose aussi la considération du corps, de l’identité désincarnée et de l’interspatialité (lorsque l’on est tout à la fois sur Internet et dans une salle de cours par exemple) »9.

17Nous habitons cette transformation des lieux et nous constatons chaque jour davantage, combien la prolifération des interfaces numériques affecte la notion de local, et combien cette prolifération comme avant garde d’interfaces numériques immersives, d’espaces immersifs, précédés par les devenirs indoors, ouvre vers des urbanités nouvelles. Urbanités où s’éprouvent, sous de nouvelles conditions, les voies qui ont fait émerger l’immuno-politique, la volonté immunitaire face à la volonté communautaire, contre mais aussi tout contre cette dernière.

  • 10 Sur ces points voir les analyses de R. Esposito et N. Luhmann. On rappelle que pour Luhmann « une (...)

18La quête compulsive de nouvelles interfaces-applications est donc aussi dédiée ou orientée par la poursuite du mouvement d’intériorisation de l’extériorité, du dehors. Avoir en vue la créativité comme recherche des conditions pour se soustraire aux processus d’altération10 et assurer notre « occupation permanente » (l’occupation de nos esprits, de nos corps, etc.) ainsi que l’activation des processus anaphoriques qui vont avec et maintiennent les collectifs dans des états métastables et sous contrôle, tel est un des moteurs de l’innovation numérique, dans sa stabilité même. Sorte de finalité sans fin ?

19Cela étant, on ne cesse de le répéter et de l’entendre, les villes ne seront vraiment intelligentes que lorsque leurs habitants, leurs interfaces et applications enfin couplés, seront des capteurs infatiguables et « en temps réel » des activités de la vie quotidienne. Pour cela, il faut mettre en réseau les capteurs partout distribués et omniprésents et les relier aux bases de données des divers dispositifs de gouvernance, pour améliorer l’inventivité des villes, des mondes urbains leur efficacité et les services. Et accompagnant l’écologisation des territoires « l’open data power »11 qui se veut nouvel horizon de la politique de la ville, participe de cette création quasi sans limites de données et des dispositifs de traitements adéquats convoquants open source, énergies alternatives, etc.

  • 12 Carlo Ratti, Anthony Townsend, The social Nexus, In Scientific American, September 2011.

« The vast amount of data that is emerging is the starting point for making efficient infrastructure programmable so that people can optimize a city’s daily processes. Extracting information about real-time road conditions, for example can reduce traffic and improve air quality. […] The potential for developing more of this kind o efficient infrastructure is vats – and a good fraction can be unleashed through smart systems. It is thus no surprise that many large corporations, such as IBM, Cisco Systems, Siemens, Accenture, Ferrovial and ABB, are setting their sights on the urban space » ?12

LES MAÎTRES-MOTS DU PLISSEMENT NUMÉRIQUE URBAIN

20Les manières dont ce mouvement d’urbanisation est traversé, porté par le plissement numérique s’expriment, s’incarnent, à travers un certain nombre de notions. Les notions, qui suivent, sont l’expression de politiques enchevêtrées et d’actions et de gouvernances hybrides.

  • 13 Voir aussi [Graham, 2012].

21Il y a tout d’abord celle de Cyber-Cities qui met l’accent sur la question de la gouvernance et du contrôle des territoires et des milieux en particulier en s’appuyant sur la capture de données et la mise en place d’infrastructures spécifiques. Cette notion porte aussi sur les questions de cybercriminalités et elle met en jeu les problèmes de traçabilité, d’indentification, pouvant aller jusqu’au contrôle militaire sur les villes. Pour ne citer que lui, Stephen Graham dans son article « When Life Itself is War : On the Urbanization of Military and Security Doctrine » fait de manière claire le lien entre technologies de contrôle militarisées et vie urbaine numérisée »13.

22La notion de Digital Cities, quant à elle insiste davantage sur les modes de représentation de la ville et leur caractère plus ou moins immersif (simulation : avatars, second life cities, Sim city). Elle met l’accent sur les interfaces et les nouveaux modes de connection dans des milieux urbains ou des territoires hybrides pour partie ou massivement numériques.

23La troisième notion « d’intelligent cities » exprime la transformation des intelligences de la ville : c’est-à-dire les principes d’intelligibilité de la ville et les conditions collectives (plus ou moins) de la production des intelligences sous les conditions des réseaux et des infrastructures, des protocoles et des agencements de citoyens. Bref tout ce qui complique le caractère distribué des intelligences, de la cognition distribuée pour la gouvernance (polycentrique ou pas) des villes, le crowdsourcing, les dispositifs délibératifs et collaboratifs bottom up, etc.

  • 14 Trouver la forme idéale d’un système afin qu’il offre un rendement optimal, tel est le but de la t (...)
  • 15 Charith Perera etc. Sensing as a Service Model for smart cities supported by internet of things.
  • 16 Open data powering smart cities 2013 In Analytics big data.
  • 17 Voir par exemple Julien Damon : les quatre piliers et les dix tendances de la smart city.« L’écosy (...)

24Enfin, la notion de Smart cities, qui est la plus en vogue et peut-être la plus importante, vise sous des formes variées la gestion « optimiseé » et écologique des villes, des flux énergétiques, des populations, de l’information, de la mobilité, etc. Il y a, dans l’approche des smarts cities adossée à la question de la transition énergétique et de la maîtrise anthropo-technique et politique de nos milieux associés urbains, une visée « constructale » problématique14. C’est en effet dans la gestion urbaine que s’exprime de la manière la plus avancée, l’extension généralisée de la numérisation des sols et des bâtiments, des flux énergétiques, des mouvements de populations15. C’est donc là encore que se manifeste de la manière la plus forte le lien politique entre big data/Open data/Algorithmique16. Ce lien, nous ne cessons de le vérifier, est central et problématique [Noyer 2013, ab]. Mais, force est aussi de constater que le rabattement idéologique est constant qui tente de dire les bonnes formes de ce lien. « Villes ouvertes, villes intelligentes » ne sont souvent que des slogans ou dans les cas les plus positifs, expressions des utopies présentes17. Il n’empêche que ce vaste champ de transformation est en expérimentation généralisée.

25D’autres définitions relativement grossières, sont aussi à l’œuvre qui travaillent et transforment la compréhension que nous avons des précédentes. Les fortress cities, les gang cities, les chaos cities indiquent d’autres dimensions socio-politiques qui sont à l’œuvre aujourd’hui. Ces notions sont à la fois au cœur des approches socio-politiques et au cœur de la Politique Fiction et « Speculative Fiction » depuis plusieurs décennies. Les procès d’urbanisation sont en effet parcourus par une polémologie des narrations spatiales (le plus souvent dans le cadre de la politique fiction, dystopique ou relevant des utopies négatives, ou anti-utopies) qui enveloppe et parfois précède les instaurations de nouveaux territoires, de nouveaux habitats.

LES AGENCEMENTS SOCIO-TECHNIQUES IMPLIQUÉS

  • 18 David Biello, How green is my city, in Scientific American, September 2011 et Moustier et M’Baye ( (...)

26Le tissage continu via les données, entre des êtres, des objets, des lieux, des architectures, etc., ne cesse de croître. L’explosion de l’Internet des « objets » nous conduit vers un nouveau dialogue entre les populations d’éléments humains et non-humains – pour le dire rapidement – et vers des populations d’actants de plus en plus hybrides. Cette évolution est liée entre autre, aux nouvelles écologies urbaines (des smart cities aux villes sécuritaires en passant par le devenir agricole des villes18) en train d’émerger. Elle pose de nombreux problèmes et fait varier plus rapidement que prévu les socles anthropotechniques et politiques de nos sociétés, organisations et collectifs de pensée, ainsi que les processus de subjectivation. Elle ouvre la question de l’ichnologie numérique [Merzeau, 2009 ; Carmes, 2013] à des débats juridiques et politiques majeurs et renforce celle des rapports tendus entre description/anticipation-prédiction/préemption au sein des sociétés performatives [Noyer, 2013a] ; elle conduit à s’interroger sur la place hégémonique et controversée de l’algorithmique [Carmes, Noyer, 2014]. Les mondes animaux, les mondes techniques, les mondes végétaux et minéraux entrent dans de nouveaux rapports et entament de nouveaux dialogues et cela ne va pas sans affecter les crises en cours. Une ingiénerie sociale puissante se met en place qui prétend ainsi définir les politiques par la maîtrise continue des relations entre acteurs humains et non-humains. Le big data est au cœur de cela et le contrôle continu de la réalité (ici urbaine) est de plus en plus fondamentalement « performatif ».

27Plus encore, le couplage entre urbanisation et numérique, urbanisation et Internet des objets, semble produire une sorte de vertige anthropologique autour du fondement de notre milieu associé, semble faire monter une menace d’abyssalité (des « data jusqu’en bas »), liant le sort des territoires et des habitats aux parthénogenèses du Grand big data, auto-producteur, auto-concepteur de notre réalité urbaine.

28Cela engage certes une nouvelle anthropologie et l’apprentissage de nouvelles langues, écritures, de nouvelles pragmatiques tenant compte notamment, des nouveaux agencements d’hybrides mais cela ouvre une béance puissante au cœur machinique de la production de nouveaux sols.

29Dans le cadre de l’anthropocène et de la montée en puissance des dimensions artificialistes de plus en plus marquées des devenirs de nos milieux associés, ce plissement numérique (jusqu’aux interfaces immersives) va donc occuper les économies politiques à venir ainsi que les formes de gouvernances de plus en plus polycentriques qui vont les accompagner. De manière paisible ou conflictuelle.

  • 19 David Biello, How green is my city Retrofitting is the best way to clean up urban living,http://ww (...)

30Au centre de ces transformations on trouve donc la fameuse transition énergétique comme symptôme majeur, la question trouble des nouveaux modes d’existence à venir qui l’enveloppe et d’un certain point de vue la surplombe, la fabrication de nouveaux milieux19 avec leurs régimes de désir (ces derniers associés à la tension forte entre des devenirs indoors très puissants et la recherche de nouveaux dehors de nouvelles lignes de fuite). On trouve aussi – et ce n’est pas le moins important – la prolifération des interfaces et des applications logicielles et la croissance vertigineuse des traces (avec leurs capteurs) numériques, climatiques, comportementales, bio-techniques, sémantiques, sémiotiques, etc., couplées à des traces dites de géolocalisation, de coordonnées spatio-temporelles plus ou moins complexes.

  • 20 Ce point est plus complexe qu’il n’y paraît, la numérisation urbaine et les gouvernances qui l’acc (...)

31Il y a bien d’un côté une stratégie généralisée des interfaces et donc des normes, qui constitue un des piliers majeurs de la transformation de la gouvernementalité aujourd’hui dans le cadre du mouvement général d’urbanisation, lui même pris dans le devenir « empire » tel qu’il est défini par A. Negri et M. Hardt20. On assiste, d’un certain point de vue en effet, à un affaiblissement relatif des systèmes de contrôle centralisé [Hardt, Negri, 2000], et à un renforcement des systèmes de contrôle, de veille, immanent au système de production des réseaux distribués. La gestion de ces vastes et complexes réseaux acentrés se faisant en partie sur un mode multifractal, avec un grand nombre de boucles récursives et de règles locales, ces dernières portées par des interfaces machiniques numériques de plus en plus sophistiquées. Se situe également au centre de cette transformation, la question sécuritaire et la recherche de nouveaux modes de pacification sociaux, de fabrication du consentement, modes qui couvrent un spectre de plus en plus étendu.

32D’un autre côté, cette prolifération des interfaces dans les villes accroît aussi les labyrinthes, la différenciation des régimes perceptifs et sémiotiques, les modes de propagation énergétiques qui passent par eux. Il semble que nous soyons devant une mise en abîme des trouées qui dans les espaces de plus en plus multifractaux des mondes urbains, tracent les cartographies intenses du vide, sans lequel nous ne pourrions ni vivre, ni exister.

33Face à cela, à ce mouvement d’amplification des connexions-couplages cerveaux-mondes urbains, « comment penser l’infini de la ville, où tout est feu et ombre ? (Et) comment pourrions-nous espérer percevoir dans son obscurité opaque et terrible ; ou bien espérer atteindre à un dévoilement grâce à ses lumières éclatantes ? Une ville explose comme monde. Peut-être sous la tension de cette opposition fondatrice – fragments sous le poids de sa multiplicité – elle devient un cosmos, avec ses flux de lumières et ses immenses vides structurants… »21.

L’expérience d’habiter profondément affectée

34Habiter ces nouveaux milieux se fait à la traversée de plus en plus forte, dans le cadre des sociétés performatives d’une vaste numérisation des signes, des objets des végétaux et des animaux, par le creusement du vaste système de relations qui constitue le monde et ses territoires. Telle est la voie qui semble en tout cas s’imposer, voie qui s’exprime dans la sainte trinité « big data, open data, algorithimie ». Les devenirs urbains et des territoires hybrides sont l’expression et l’exprimé de ce creusement intensif qui définit la question anthropologique et politique comme opérant à partir des milieux de la noosphère, au cœur des territoires. Ils sont encore l’expression et l’exprimé d’une évolution des actants de la ville aujourd’hui, de leurs modes de perception, de leurs capacités d’affecter et d’être affectées, de désirer et d’échanger, de consommer, de travailler et de se nourrir…

35Les appareils, les agencements à fabriquer des données (des obtenues pour reprendre l’expression heureuse de Bruno Latour) ne cessent de se développer et les « big data » couplées à une algorithmique de plus en plus nécessaire et puissante, actualisent le Désir de sociétés dites « performatives », au sens de François Laruelle [Laruelle, 1981] avec comme horizon proche la question dite du transhumanisme comme problème et vertige.

  • 22 De 1979 à 1981, trois ouvrages sont publiés en France qui tentent à partir de cadres conceptuels d (...)

36En 198122, François Laruelle écrivait :

« une politique devient réellement expérimentale et l’expérimentation relaie enfin le concept marxiste de la « pratique », lorsque la distinction des objets, des moyens, des matières premières et des produits s’efface dans celle, différentielle, des méthodes, dans la généralisation et le triomphe des « moyens », lorsqu’on a compris qu’il n’y a plus de contradictions dans les choses. Une stratégie généralisée met en rapport différentiel et détermine l’un par l’autre dans une chaîne « machinique » continue, mais en dehors de toute fin éthique ou scientifique, les procédés théoriques ou non, de pouvoir. » La multiplication des applications logicielles et la croissance exponentielle des traces numériques vérifie ainsi sa vision selon laquelle « l’individu (fera) corps avec des banques de données bio-techniques qui auront cette particularité d’être toujours des machines abstraites de reproduction et de distribution de ces données, mais en cours de fusion avec les sujets. Les individus gagneront l’abstraction de ces banques, celles-ci la subjectivité et le devenir concret des individus. Un tel bio-engineering consiste à problématiser la vie, à en faire un problème politique et juridique, mais qui ne peut être résolu que par elle-même. »

37Que voit-on en effet, de manière parfois caricaturale, pointer sinon un devenir où se renégocient les termes mêmes d’un désir politique fragmenté, d’un désir politique jouissant d’apprendre à s’accepter différencié, singulier, avant toute chose, local et sans contradiction dans sa différenciation même, c’est-à-dire sans avoir à s’accepter, à se négocier avec les autres, avec l’environnement ?

38Peut-être encore tout à notre fascination de nous-mêmes, à la contemplation narcissique de notre devenir bio-technétronique et numérique ne percevons-nous pas l’évolution qui nous fait lier devenir intensif et techno-féodalisme, c’est-à-dire un devenir-fourmillière ou rat dans un réseau bio-technique plus ou moins sophistiqué ! Mais tout cela n’est peut-être que vertige, vision négative et stérile face à un nouveau monde qui vient au devant de nous, pacifié et créateur, un transhumanisme sophistiqué dans des habits démocratiques, ou… oligarchiques ? En tout cas peut-être devrions-nous faire « entrer » dans l’utopie concrète qui nous est proposée et qui se met en place, quelques points de résistances.

39Peut-être serait-il temps de s’inquiéter, au-delà du songe des smart cities optimisant notre présence au monde au plan énergétique, climatique, au plan de notre mobilité, au plan de notre cérébralité en expansion et sous la plage démocratique « nettoyée », des différenciations en cours, des devenirs en puissance inégaux des réseaux locaux plus ou moins fermés/ouverts, plus ou moins arborescents, plus ou moins acentrés, et fondés sur des procédures de négociations et des modes de traductions plus ou moins arbitraires ; peut-être serait-il temps de s’inquiéter des inégalités fondées par une algorithmie insomniaque et autolégitimante.

DONNÉES ET PRODUCTION DES COLLECTIFS : DEVENIRS DÉMOCRATIQUES

  • 23 Pour Vint Cerf, le concept même de vie privée est le fruit de « la révolution industrielle et de l (...)

40Dans les sociétés performatives et les mondes urbains qui vont avec, les contraintes qui sont fabriquées (produire, capturer beaucoup de données numériques et multiplier les interfaces) pour que ces derniers puissent s’utiliser comme instances, leurs propres opérations conduisent à faire face de manière forte à la question de savoir si « les données personnelles sont une anomalie »23. Toutefois la fixation provisoire sur la question dite des données personnelles n’est pas assurée de sa pertinence démocratique. En tout cas elle oblige à distinguer « données personnelles », « sphère de l’intime » et « régime de visibilité et d’invisibilité » ; enfin elle conduit à redéfinir la labilité ou pas des zones de secret ainsi que le statut et la place des objets cryptiques : qui en détient les clefs de production et de dissémination ? A minima donc cette question doit être approchée de manière très nuancée et pragmatique, différenciée et négociée de manière ouverte et la transparence relative des processus de production des données, de leur exploitation et « re-use », posée comme une condition de la confiance.

  • 24 Nous devons prêter une attention toute particulière à l’avertissement de Peter Sloterdijk appellan (...)

41Pour suivre de près Jean-François Lyotard, le big data participe pleinement de « la légitimation par la puissance. […] Cette dernière s’autolégitimant comme semble le faire un système réglé sur l’optimisation de ses performances » [Lyotard, 1979]. Or c’est précisément ce contrôle sur le contexte que dit fournir l’alliance algorithmie/big data open data. On peut dire que la performativité d’une politique s’accroît à proportion des informations dont elle dispose concernant son milieu associé. « Ainsi l’accroissement de la puissance et son autolégitimation, passent à présent par la production, la mise en mémoire, l’accessibilité et l’opérationnalité » des data. Tout cela allant en galère, à la grâce d’une hétéro-organisation divinement numérique. Peut-être serait-il temps de s’inquiéter plus profondément, répétons-le, de cette l’alliance nouée entre capture insomniaque des traces numériques dans les villes, des traces comportementales, socio-sémantiques spatio-temporelles et du désir de prédiction comme impératif catégorique, ainsi que du paradigme scientifique de Jim Gray/Chris Anderson qui lui est associé comme horizon d’un avenir radieux de la pensée… à moins que ce ne soit celui des hauteurs béantes. [A. Zinoviev, 1976, 1978]24.

42Ce qui est donc engagé avec le développement croissant des Smart cities, c’est la refondation de la gestion des collectifs à travers des physiques des ingiéneries sociales d’un nouveau type dans lesquelles les empiries numériques jouent un rôle central. Ces physiques sociales sont ouvertes et incertaines. Elles explorent sans limite l’hégémon du Réseau comme forme incontournable, indépassable dans laquelle semble s’épuiser le questionnement politique. Mais les réseaux ne sont, d’un point de vue politique, porteurs en eux-mêmes de rien de libérateur. D’une certaine manière, ils mettent en place de nouvelles formes de contrôle qui opèrent à un niveau anonyme, non-humain, matériel. Et les normes partout distribuées, les interfaces qui assurent récursivité et réflexivité ne portent pas de manière automatique des univers démocratiques. Enfin, nous savons ou devrions savoir qu’il n’y a pas d’opposition binaire entre réseaux centralisés et réseaux décentralisés.

43« Pour avoir un réseau, il faut des nœuds, une multiplicité de nœuds. Cependant d’une multiplicité de nœuds il ne suit pas mécaniquement un ordre démocratique, œcuménique, égalitaire. » Leur opposé est tout à fait possible.

44De plus, il y a un impensé radical de nature anthropologique et politique dans l’approche des smart cities qui ne pense ni n’envisage la conflictualité politique de manière topologique, diagrammatique. Et pourtant il est nécessaire de comprendre comment les réseaux fonctionnent aussi bien comme rogue swarm que comme mainframe grid. Dans les smart cities, dans les metacities la connectivité est un impératif catégorique, tout en étant une menace, une polémologie…

  • 25 Francesca Musiani : Villes de nains et de géants : Interfaces urbaines et techno-politiques d’infr (...)
  • 26 Voir l’article de Sommer MathisThe Rise and Fall and Eventual Rise Again of the “Smart City”(2014) (...)
  • 27 La nature des artefacts à quoi se reconnaissent les smart cities.

45La question des smarts cites, est donc complexe et le politique tend parfois à s’y dissoudre, pris dans les diverses strates desnouveaux actants qui en sont l’expression. La nature des infrastructures25, les types de protocoles des réseaux26, la nature des capteurs27 et des bases de données qui sont fabriquées, le type d’objets nomades (les interfaces et les applications logicielles) dont les habitants se servent pour exister dans ces villes, tout cela est très différencié et offre un univers des possibles plus ou moins vaste, plus ou moins fluide, plus ou moins démocratique.

46C’est la raison pour laquelle, par exemple, tous les dispositifs qui, dans la ville, sont progressivement mis en place pour favoriser la participation des publics aux projets d’aménagement de l’espace, des milieux et qui semblent marquer une inflexion dans les pratiques collaboratives (démocratiques) de la planification urbaine, doivent être abordés à partir d’une perspective large liée à la transformation plus générale de la politique comme « performative », à partir d’une conception réaliste des agencements collectifs d’énonciation très différents à l’intérieur desquels ils s’expriment ou se déploient, des asymétries socio-cognitives qui sont leurs milieux, des subjectivités très différenciées qu’ils portent.

47Ces dispositifs s’inscrivent en effet dans les enchevêtrements des différences politiques, des régimes de désirs hétérogènes dans lesquels ils viennent se loger, dans les machineries molaires et moléculaires à fabriquer du consentement et cela définit les manières dont ils viennent heurter les mécanismes de la servitude volontaire. Ces dispositifs pouvant conduire, par-delà les incarnations toujours fragiles du désir démocratique et sous couvert de la recherche d’un consensus, les habitants à être auto-gestionnaires savants de leur propre domination. Cette recherche (dans ses mises en scènes numériques) servant en fin de compte à neutraliser l’émergence de situations conflictuelles, conçus alors comme archaïsmes ou pathologies.

48Le « consensus est souvent le masque qui cache les rapports de domination et d’exclusion. On n’approfondira pas la démocratie en recherchant l’accord coûte que coûte. La politique est l’art de traiter les désaccords, les conflits, les oppositions, et pourquoi pas de les faire surgir, de les multiplier, car c’est ainsi que les chemins inattendus s’ouvrent, que les possibles se multiplient ». [Callon, et al., 2001] Ces dispositifs collaboratifs dont certaines des instances politiques exhibent parfois avec précipitation l’efficacité démocratique, doivent être conçus et analysés en tenant compte de cela ; ils doivent être analysés encore comme producteurs de nouvelles inégalités socio-cognitives, de nouvelles asymétries dans les jeux de savoirs-pouvoirs ; ils doivent être examinés enfin à l’aune de la pacification transhumaniste et des voies étroites que cette dernière semble vouloir laisser à la puissance créatrice de l’altérité et son cortège de conflits, de résistances, à la puissance des devenirs.

49Et le lien entre big data/ open data/ datamining, doit être – si l’on ose dire – urbanisé, pour comprendre les manières non-collaboratives et non démocratiques de différencier les populations (leurs expressions et désirs et jugements), de les convoquer et d’en penser les rapports, de manière fine avec les plates-formes dites collaboratives. Comment pouvoir continuer à parler barbare sur les agoras numériques et ailleurs ? Les plates-formes comme « agoras numériques » entrent (ou doivent co-exister) avec d’autres formes d’appréhension des dynamiques au sein des représentations des populations fragmentées. Le numérique offre des voies variées et les enjeux de pouvoirs ne passent pas seulement par le théâtre démocratique des dites plates-formes, théatre aux acteurs peu nombreux. La transformation des rapports entre planificateurs et habitants reste donc complexe et incertaine. [Lippman, 2008]

PROPOSITION DE MOUVEMENTS ET DE DÉPLACEMENTS

50Il y a plusieurs moyens, plusieurs types de forces et plusieurs types de résistances, de mouvements possibles, pour affronter ces questions.

51Parmi ces moyens, un consiste à imaginer des dispositifs de redistribution de la production de savoirs et de connaissances et de favoriser l’appropriation étendue des technologies de data mining ; d’une manière générale, il s’agit de travailler à une diffusion des technologies intellectuelles, à leur adoption en vue d’usages sociocognitifs distribués et créatifs à partir de collectifs variés et hétérogènes, selon des échelles variables elles-aussi et ce, afin que les pratiques de data management, c’est-à-dire les pratiques d’extraction de savoirs et de connaissances, se déploient bottom-up au milieu des processus de création, d’adaptation et d’innovation sociale, environnementale, etc.

52Cela signifiant encore que ces collectifs (de tailles très variables) restent au plus près de la définition sociale et politique, des processus de fabrication des empiries numériques, de ce qu’impliquent ces processus de capture, ces modes narratifs à savoir leur extension, leur puissance ainsi que les labyrinthes anthropologiques et politiques qu’ils ouvrent.

53Nous pensons que dans le cadre de l’urbanisation et de l’artificialisation des milieux, il convient de réfléchir et d’agir afin sinon d’enlever (ce serait illusoire) le data mining et l’algorithmie des mains des grandes machines molaires, scientifico-politiques, (impériales ou post-impériales) des grandes machines de capture du marketing, de la santé, des villes, etc., du moins d’œuvrer à la multiplication et dissémination des petites machines d’extraction des savoirs, des petites machines de navigation et de connexion, des petites machines d’écriture-lecture. En tout cas, de produire les conditions rendant possible l’existence de contre pouvoirs techno-politiques de type moléculaire.

54Il s’agirait également de faire en sorte que les grandes machines puissent s’adapter à de petits dispositifs et s’ouvrent donc à la re-négociation de leur place et statut techno-politique, jusqu’à aller pourquoi pas, à produire les conditions de leur propre démantèlement ? Ce pourrait être là une ligne stratégique pour l’open data sous sa forme publique : promouvoir sous des formes économiques spécifiques la dissémination d’éléments d’applications, ou des applications, devant être exploités, combinés par les individus ou groupes d’individus variables. Pour cela donc concevoir des formations plus consistantes au devenir algorithmique des sociétés largement urbanisées.

55Il s’agirait de mettre en place des processus d’utilisation les plus extensifs de dispositifs permettant de lutter contre la concentration des moyens de production et d’extraction des savoirs, de lutter contre le bridage des écologies cognitives, bridage qui s’effectue et se perpétue entre autres, par la non dissémination des micro-outils de data mining, de cartographies, etc. Pour enfoncer encore le clou, ce qui doit être visé c’est ce qui fait face, contourne, enveloppe le maintien des dispositifs qui favorisent la spécialisation du savoir, les monopoles professionnels qui vont avec, les asymétries dans la réutilisation des données.

56Et quand bien même nous arriverions à faire proliférer les boucles récursives productrices de réflexivité pour maintenir ouvert la possibilité de contre-pouvoirs… il conviendrait d’aller plus loin encore. Pour suivre les voies proposées en 1972 dans l’anti-Œdipe « ce n’est pas seulement par la dissémination de noo-machines relativement simples et petites que doit se faire la résistance créatrice mais au nom de l’innovation machinique elle-même au cœur de ce que certains nomment la noopolitik (J. Arquilla-D. Ronfeldt), la noopolitique (B. Stiegler) ou la neo-cortical war (US-Army).

57Si nous continuons à prendre la mesure de nos nouveaux habitats la question politique, stratégique, (l’interrogation démocratique pour les puissances et acteurs immergées dans ce vaste processus écologique), est donc comprendre en profondeur – « quelle est la nature de la relation existante entre la dissémination-dispersion des nouvelles technologies intellectuelles et la genèse au sein des formation urbaines et sociales de nouveaux rapports de puissance et de pouvoir fondés à la traversée du plissement numérique, de dispositifs de « savoir-pouvoir » émergents associés à l’intelligence des villes ?

58Enfin, de comprendre la relation entre cette différenciation et dissémination et une capacité à produire de nouveaux modes d’existence, de nouvelles subjectivités, de nouveaux modes d’intelligence collective au cœur de la conversion topologique cerveaux – médiations numériques – mondes urbains.

59Ces questions sont importantes et les modes d’existence à venir qui frayent leur voie dans les interstices qui se déploient avec plus ou moins de facilité entre la construction des villes intelligentes et leur prétention à gouverner les collectifs hybrides (évoqués au début de notre introduction dans le contexte d’une hyperconnectivité et surabondance de données) et « la tendance historique aux formes de vie individualistes (dévoilant) sa signification immunologique : aujourd’hui dans les sociétés avancées […] ce sont les individus qui, en tant que vecteurs de compétences immunitaires, se séparent de leurs corps de groupes (jusqu’ici avant tout protecteurs) et veulent massivement détacher leur bonheur et leur malheur de l’être en forme de la commune politique.

60Nous vivons aujourd’hui la mutation vraisemblablement irréversible, de collectifs de sécurité politiques en groupes dotés de designs immunitaires individualistes (et cette tendance resterait en vigueur, même si, en raison d’un retour à la guerre prétendu ou réel, on en venait à un primat renouvelé de la politique – la guerre revenant aurait toujours un caractère thérapeutique, défensif et immunitaire, le groupe individualiste remilitarisé ne pourrait retomber qu’épisodiquement dans des ambiances collectivistes). [Sloterdijk, 06]

Bibliographie

RÉFÉRENCES

[Antonioli, 2007] Antonioli Manola, « Félix Guattari et l’écosophie » in Nature, humanisme et politique, Malissard, Éditions Aleph, coll. « Théories », 2007, pp. 43-78.

[Beaude, 2012] Beaude Boris, Internet, Changer l’espace, changer la société, Les logiques contemporaine de synchorisation, Edition FYP, 2012.

[Berque, 2012] Berque Augustin, « Le rural, le sauvage, l’urbain », dans Études rurales, 2012, no 187, « Le sens du rural aujourd’hui ? 50 ans d’une revue dans le monde », Ehess Éditions, p. 51-62.

[Callon et al., 2001] Callon Michel, Lascoumes Pierre, Barthes Yannick, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Edition du Seuil, 2001.

[Carmes, Noyer, 2014] Carmes Maryse, Noyer Jean-Max, L’irrésistible montée de l’algorithmique : méthodes et concepts en SHS, en cours de publication, LCN, Ed Hermès, 2014.

[Carmes, 2013] Carmes Maryse, Territorialisations numériques et sémio-politiques organisationnelles, Carmes, Noyer, Les débats du numérique, Presses des Mines, 2013.

[Choay, 2006] Choay Françoise, Le règne de l’Urbain et la mort de la ville, in Pour une anthropologie de l’espace, Editions du Seuil, 2006

[Davis, 2007] Davis Mike, Le stade Dubaï du capitalisme, Les Prairies Ordinaires, 2007.

[Donzelot, Mongin, 2013] Donzelot Jacques, Mongin Olivier, « Tous périurbains ! Tous urbains ! », Esprit 3/2013 (Mars/Avril), p. 18-22.

[Esposito, 2010] Esposito Roberto, Communauté, immunité, biopolitique, trad. de Bernard Chamayou, préface de Frédéric Neyrat, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/croiser », 2010.

[Graham, 2012] Stephen Graham, Villes sous contrôles, la militarisation de l’Espace urbain, Editions La Découverte, 2012.

[Guattari, 1989] Guattari Félix, Les trois écologies, Paris, Galilée, 1989.

[Hardt, Negri, 2000] Michael Hardt, Antonio Negri, Empire, Paris, Exils, 2000.

[Laruelle, 1981] Laruelle François, Homo ex machina, Revue de Métaphysique, N° 3, 1981.

[Lippman, 2008] Lippman Walter, Le public fantôme, présentation de Bruno Latour, Ed. Demopolis, 2008.

[Luhmann, 1984] Luhmann Niklas, Système sociaux, fondements d’une théorie générale, Suhrkamp, 1984.

[Lyotard, 1979] Lyotard Jean-François, La condition Post-Moderne, Editions de minuit, 1979.

[Merzeau, 2009] Merzeau Louise, De la surveillance à la veille in Cités | 2009/3 - n° 39 Presses Universitaires de France.

[Mongin, 2013] Mongin Olivier, La ville des flux : l’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Edition Fayard, 2013

[Noyer, 2013a] Noyer Jean-Max, Les vertiges de l’hypermarketing : data-mining et production sémiotique, in Carmes, Noyer, Les débats du numérique, Presses des Mines, 2013.

[Noyer, 2013b] Noyer Jean-Max, La transformation numérique : quelques procès en cours, Narratique, Empire, Entreprise, Data mining, Formes courtes, in Revue Française des Sciences de l’Information Communication, 2/2013.

[Paquot, Younès, 2009] Paquot Thierry, Younès Chris, Le territoire des philosophes, lieu et espace ans la pensée au XXe siècle, La Découverte, 2009.

[Sloterdijk, 2006] Sloterdijk Peter, Le Palais de Cristal. À l’intérieur du capitalisme planétaire, Éditions Maren Sell, 2006.

[Townsend, 2013] Townsend Anthony M., Smart cities : big data, Civic Hackers, and the Quest for a New Utopia, W. W. Norton & Company ; 2013.

[A. Zinoviev, 1976, 1978] Zinoviev Alexandre, Les Hauteurs béantes, Edition L’Âge d’Homme (1976) et L’Avenir radieux, Edition L’Âge d’Homme (1978).

Notes

1 Pour une lecture détaillée de cet ouvrage et une réflexion sur l’écosophie voir Manola Antonioli, « Félix Guattari et l’écosophie » in [Antonioli, 2007, pp. 43-78]. « Au sein de la société planétaire contemporaine, les villes sont engagées (au moins depuis le XXe siècle et la première révolution industrielle) dans un processus de technicisation, qui ne cesse de s’accélérer dans le cadre d’un processus parallèle de globalisation. Les mutations techniques ont transformé la construction, d’abord par l’introduction de nouveaux matériaux (l’acier, le verre, le béton) et ensuite par les équipements mécaniques et électroniques (dès l’introduction des ascenseurs, jusqu’aux dernières formes de « conditionnement » de l’air et de la température). Les transports (le chemin de fer, puis le tramway, le métro et l’automobile) ont été dans un premier temps un puissant facteur de densification de la ville, et par la suite, le moteur de son expansion. Les télécommunications (du télégraphe jusqu’au réseau Internet) ont augmenté la mobilité des citadins, démultiplié la vitesse des échanges d’information, mais elles ont aussi et surtout transformé en profondeur les mentalités et les comportements urbains. »

2 Sur la question des territoires, nous renvoyons à l’ouvrage sous la direction de Thierry Paquot et Chris Younès, Le territoire des philosophes, lieu et espace dans la pensée au XXe siècle, [Paquot, Younès, 2009].

3 Exemples : des sites qui évoquent les positions politiques alternatives, une vision non orthodoxe de l’islam, ou ceux qui critiquent la société, et notamment la famille royale, ou encore la religion ou la situation des droits de l’Homme, sont rendus inaccessibles (source : reporters sans frontières) http://fr.rsf.org/surveillance-emirats-arabes-unis,39724.html ; “On 13 April 2008, du EITC - the second telecommunications operator in the UAE-announced that all of its traffic would be routed via the UAE’s censorship proxy which blocks access to any content deemed ’inappropriate’.” (source wikipédia, page Internet City Dubaï)”.

4 Scientific American, September 2011 et aussi dans le même numéro, “The efficient city” by Mark Fischetti.

5 Shaikh Mohammad says « As a smart city, government departments will be inter-connected to provide faster services and information to all citizens and guests. We strive to create a new smart concept in running cities » […] « Through experience, we have learned that there is no one-modelfits-all for development. We strive to catalyse innovation and push the limits of using technology to benefit people ». Through the project, high-speed wireless internet connections will be provided in public locations. Smart sensors will be installed throughout the city to provide live information and services with the aim of providing all residents and visitors with a better quality of life. The project’s main foundation is anchored on fibre optic networks that facilitate access to high-speed internet in main public areas. Fibre optics are strands of very thin optically pure glass that carry digital information over long distances at extremely fast speeds.« Our goal is to improve the quality of life as we aim to harness technology for the establishment of a new reality in the city of Dubaï, a different life, and a different development model. We want our services to reach every child, mother, youth, businessman, and tourist to make a new quality of life for all, » he said. Because of the available infrastructure for connectivity, every smartphone user will be able to access upto-the-minute information on weather, traffic, entertainment, tourism, flights, dining, emergency services and much more, any time, anywhere. »http://gulfnews.com/news/gulf/uae/general/shaikh-mohammad-announces-smart-city-project-to-transform-Dubaï-1.1244658.

6 François Cusset in [Davis, 2007].

7 Voirhttp://www.openlivinglabs.eu/news/enoll-strategic-project-involvement ethttp://www.openlivinglabs.eu/news/isj-special-issue-smart-cities).

8 Ce point est pensé de manière autre par P. Sloterdijk.

9 Extraits disponibles à l’adressehttp://www.beaude.net/icecs/

10 Sur ces points voir les analyses de R. Esposito et N. Luhmann. On rappelle que pour Luhmann « une série de tendances historiques depuis le début de l’époque moderne et particulièrement du XVIIe siècle, [ont amené] une implication croissante dans la réalisation d’une immunologie sociale ». [Luhmann, 1984]. R. Esposito analyse fort justement la manière dont Luhmann pense le rapport système environnement dans lequel écrit-il, « le problème du contrôle systémique des turbulences produites par le milieu est résolu non pas simplement en réduisant la complexité du milieu, mais plutôt en transformant sa complexité externe en complexité interne au système lui-même ». [Esposito, 2010] Aux seuils catastrophiques prés. Et de continuer, qu’à cette première « intériorisation activée par le processus immunitaire » […] s’ajoute une autre conséquence « la suppression de la différence entre système et milieu en incluant complètement le milieu dans le système, ce qui revient objectivement à le supprimer ». Ces points sont à examiner, et la radicalité de l’adoption, par Luhmann, du concept d’autopoïèse à discuter. On sait aussi combien une certaine « Science fiction ou Speculative Fiction » a tissé de narrations autour de ces questions.

11 http://datascienceseries.com/blog/download-open-data-power-smart-cities McKinsey Global Institute, Open data : Unlocking innovation and performance with liquid information, 2013.

12 Carlo Ratti, Anthony Townsend, The social Nexus, In Scientific American, September 2011.

13 Voir aussi [Graham, 2012].

14 Trouver la forme idéale d’un système afin qu’il offre un rendement optimal, tel est le but de la théorie constructale dont il est relativement aisé de percevoir qu’appliquée aux sociétés humaines, elle se présente plutôt comme idéologie de la maîtrise absolue, comme moment d’éradication de la créativité comme processus et altération… Voir sur la théorie constructale et ses applications dans le monde des ingénieurs : André Béjan Professeur d’ingénierie spécialiste de thermodynamique.

15 Charith Perera etc. Sensing as a Service Model for smart cities supported by internet of things.

16 Open data powering smart cities 2013 In Analytics big data.

17 Voir par exemple Julien Damon : les quatre piliers et les dix tendances de la smart city.« L’écosystème qu’est la ville constitue un ensemble à quatre métiers, qui peuvent répondre à dix besoins urbains d’une manière plus intelligente. « Les meilleures métaphores pour les villes sont celles qui les décrivent comme des organismes vivants. Plus précisément comme des systèmes artério-veineux de réseaux et de flux. L’introduction de davantage d’intelligence, c’est-à-dire, en réalité, la captation et l’utilisation collective de toutes les intelligences de la ville, vise l’usage optimum de ce qui est en place et des projets de développement. Tout ceci, naturellement, est largement fonction des particularités, et il n’y a pas un modèle de métropole intelligente qui se plaquerait partout. Il n’y a pas de « one smart fits all ». Cet écosystème intelligent qu’est la ville, résultante des intelligences individuelles, est un ensemble à quatre piliers (qui sont les quatre principaux métiers de la ville). »http://www.slate.fr/monde/79518/quatre-piliers-dix-tendances-smart-city,JulienDamon05/12/2013.

18 David Biello, How green is my city, in Scientific American, September 2011 et Moustier et M’Baye (1999) : « on appelle agriculture urbaine l’agriculture « localisée dans ou à la périphérie de la ville, dont les produits – on ajouterait aujourd’hui les services – sont au moins en partie dirigés vers la ville et dont les ressources productives font l’objet d’un usage agricole ou urbain ouvrant la porte à des concurrences (foncier, eau…) mais aussi des complémentarités (main d’œuvre…) ». Voir aussihttp://www.natureparif.fr/228-non-categorise/1337-agriculture-urbaine-et-biodiversite;LufaFarm;WholeFoodsGardenetPotagerexpérimentald’AgroPArisTechT4P.

19 David Biello, How green is my city Retrofitting is the best way to clean up urban living,http://www.scientificamerican.com/article/how-green-is-my-city/
« It was to be the ultimate urban paradise. Hundreds of pages of plans, maps and charts detailed the construction of a state-of-the-art eco-city called Dongtan on China’s Chongming Island, at the mouth of the Yangtze River. Energy-efficient buildings would be clustered together to encourage residents to travel on foot ; only battery- or hydrogen-powered cars would be permitted in the development. Surrounding organic farms would supply food; sea breezes and the burning of husks of China’s staple crop, rice, would furnish power. Canals and ponds would incorporate the local wetlands, providing restful views for humans and continued respite for migrating birds. »

20 Ce point est plus complexe qu’il n’y paraît, la numérisation urbaine et les gouvernances qui l’accompagnent s’incarnant dans des mixtes relativement élaborés de systèmes centrés et acentrés.

21 Joseph Weissman, Exology of the City, http://fractalontology.wordpress.com/2012/09/13/exology-of-the-city/ « The dromology at the heart of the city is a politics of speed at once microand cosmopolitical – exposing the shocking noological paucity of the city, the blank and empty image of thought which powers urban modernity ; it perhaps allows us to take stark measures of the stakes, to grasp the violence which had to be done to thought to permit this way of life. The « noology » of the city is, shockingly and even obscenely, the pious ontology of the void, at once theological and capitalistic – empty schemata, a form without shape, living without ideation. Yet is it not the case that a city is always articulated twice ? First, then, as dromological exercise (the delicate art of mass politics, or of constructing hyper-planes – the channeling of the immense and dangerous celerities of a motorized population into well-defined orbits) ; but then, secondly, as a critical exology (the secret and minor science of the Outside – the overcoming or subversion or schizophrenization of the channels through infinitely cautious experimentation with the activation of certain lines of flight.) »

22 De 1979 à 1981, trois ouvrages sont publiés en France qui tentent à partir de cadres conceptuels différents d’anticiper un certain des nombres des transformations en cours/Le rapport Nora Minc, La condition post moderne de Jean-François Lyotard (rapport pour le gouvernement du Quebec)

23 Pour Vint Cerf, le concept même de vie privée est le fruit de « la révolution industrielle et de la croissance des concentrations urbaines ». Au sens historique, il s’agit donc d’une anomalie. Avec le développement des réseaux sociaux, il estime qu’il sera « de plus en plus difficile » d’assurer le respect de la vie privée. « Notre comportement social cause des dommages, estime-t-il. Il est nécessaire de développer des conventions sociales plus respectueuses de la vie privée des gens ». La question transhumaniste et son rêve de pouvoir instaurer un contrôle continu de la réalité pointe là son nez. Le meilleur moyen de la contrôler est de la créer pour le contrôle et la prédiction. CQFD.

24 Nous devons prêter une attention toute particulière à l’avertissement de Peter Sloterdijk appellant, dans ce contexte à une théorie des lieux… des immersions :« la philosophie, en tant que forme de pensée et de vie de l’ancienne Europe, est indéniablement épuisée ; la biosophie vient tout juste d’entamer son travail ; la théorie des atmosphères se consolide à peine et laborieusement ; la théorie générale des systèmes immunitaires et des systèmes communs en est à ses débuts ; une théorie des lieux, des situations, des immersions se met timidement en marche, le remplacement de la théorie des réseaux d’acteur est une hypothèse encore peu reçue, les réflexions sur la convocation d’un collectif composé de manière réaliste afin de promulguer une nouvelle constitution pour la société globale du savoir ont à peine montré plus que leurs contours ».

25 Francesca Musiani : Villes de nains et de géants : Interfaces urbaines et techno-politiques d’infrastructure (décentralisée), 2014.

26 Voir l’article de Sommer MathisThe Rise and Fall and Eventual Rise Again of the “Smart City”(2014) à propos du livre d’Anthony Townsend Smart cities, (2013) : « It would have been hard to miss the messaging over the last five years : Major global tech firms like IBM, Cisco, and Siemens seemingly all adopted the same « smart cities » mission at the same time. And they weren’t alone. Across the globe, technology companies of all sizes have taken aim at the burgeoning smart city market, a nebulous term that can include anything from complex networks of government-controlled sensors and cameras to a parking meter that sends you a text message when you run out of time on the meter. For Anthony Townsend, research director at the Palo Alto-based Institute for the Future and an adjunct assistant professor of planning at NYU Wagner, the rise of the « smart city » concept is both the result of global economic forces and the culmination of decades of technological progress. But with his new book Smart cities, Townsend also sounds the alarm that the real « smart » city of the future can’t and shouldn’t merely be a reflection of what large technology companies would like to sell to local governments. Recently we chatted with Townsend about his research and current work on smart cities.

27 La nature des artefacts à quoi se reconnaissent les smart cities.

Table des illustrations

Légende Schémas tirés de Hans Schaffers, Nicos Komninos, Marc Pallot, Brigitte Trousse, Michael Nilsson, Alvaro Oliveira : Smart cities and the Future Internet : Towards Cooperation Frameworks for Open Innovation, 2010
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

© Presses des Mines, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search