Version classiqueVersion mobile

« Moi je lui donne 5/5 »

 | 
Dominique Pasquier
, 
Valérie Beaudouin
, 
Tomas Legon

Conclusion

Texte intégral

1Pour la plateforme Viv@films la participation des publics est un enjeu crucial à deux niveaux. D’un côté, les traces de navigation sont recueillies et scrutées de près pour construire des indicateurs et élaborer des scénarios prédictifs. De l’autre, les contributions des spectateurs enrichissent la base de données dans un modèle de crowdsourcing classique et les notes permettent 1) de fabriquer des classements, 2) de proposer pour chaque film une confrontation entre la critique professionnelle et la critique amateur, qui tend à aplanir les hiérarchies entre les savoirs experts et profanes et, à terme, 3) de mettre au point des modèles de recommandations. L’activité des publics est une composante centrale du modèle de ces plateformes. Dans cet environnement, nous avons montré que les professionnels du site n’accordaient pas la même attention aux critiques rédigées, qui constituent pourtant une part très importante – en volume et en temps passé – de la participation des publics : ce qui coûte le plus en production est ce qui est le moins valorisé par la plateforme.

2Cette hiérarchisation est en phase avec la manière dont les publics s’approprient les contenus offerts par la plateforme. L’enquête de réception auprès des jeunes a souligné le rôle central joué par les visuels dans la navigation : les bandes-annonces, les affiches permettent de catégoriser et d’affiner très rapidement les choix. Les professionnels du cinéma ont parfaitement compris que ces éléments visuels ont, plus que tous les autres, la potentialité de cristalliser l’envie de voir un film. Internet a été une immense opportunité pour les faire circuler à bien plus grande échelle et très en amont des sorties en salle : de ce point de vue, les plateformes sur le cinéma jouent donc un rôle économique important dans la diffusion de l’offre.

3Par comparaison avec ces extraits visuels, la critique fait figure de parent pauvre surtout pour les films les mieux dotés financièrement et surtout pour les spectateurs les moins dotés culturellement. La prolifération de critiques émises par de simples internautes a pu créer l’illusion d’une bascule dans ces équilibres, en esquissant la promesse d’un nouvel ordre critique, moins inféodé aux élites culturelles, et plus proche de l’expérience cinématographique ordinaire. En réalité, comme on l’a vu ici, elle n’a en rien ébranlé le système existant. Au mieux, elle fait effet au nom du nombre : si beaucoup d’internautes ont posté une note ou un commentaire argumenté, c’est sans doute que le film mérite qu’on lui prête une certaine attention. Mais dans cette configuration, la critique agit comme un indice et non comme un message. Comme le palmarès, elle est un indicateur de l’attention des autres spectateurs. Après tout, comme l’ont montré bien des travaux sur la critique professionnelle, il y a toujours eu des effets de loupe sur certains biens culturels. Simplement, aujourd’hui, ils s’appellent concentration de l’attention ou viralité et concernent des milliers d’individus et non quelques dizaines.

  • 49 À titre comparatif, dans le cadre d’une expérimentation d’un logiciel d’annotation collaborative de (...)

4Pourtant, cette possibilité de rédiger et de publier des critiques joue de toute évidence un rôle important dans la fidélisation d’un cercle d’amateurs autour de la plateforme, car l’exercice critique fait sens pour ceux qui écrivent, ceux qui ne s’y risquent qu’une seule fois comme ceux qui y consacrent du temps régulièrement. Pour les premiers, il s’agit souvent de dire tout haut ce qu’ils disent en général seulement à quelques proches. C’est un partage des émotions, une sorte de prolongement de la note destinée au collectif des lecteurs. Viv@films, comme l’indiquent les consignes de sa charte, ne souhaite pas héberger ce type de critique insuffisamment argumenté : c’est pourtant la majorité de celles qui lui sont adressées. Mais le langage des émotions, qui est le plus facilement mobilisable, est aussi le plus frustre49. Les critiques réguliers ont une perspective très différente : ils cherchent à être reconnus pour ce qu’ils écrivent, ils n’envoient pas un message, ils envoient un texte. Ce texte doit avoir les mêmes qualités que celles qui sont exigées de la critique professionnelle : situer le film dans une histoire du cinéma et dans des parcours d’acteurs et de réalisateurs, révéler l’intérêt sans dévoiler l’histoire, produire des arguments. L’existence d’un Club, qui sert de référence et d’horizon d’attente pour les contributeurs alors qu’il entre en tension avec une hiérarchie interne liée à l’intensité de la pratique, tend à imposer comme norme un modèle expert de la critique qui se situe clairement du côté des modèles médiatiques traditionnels. Tout laisse penser que ces critiques, beaucoup plus travaillées que les autres, ne visent pas uniquement le public des visiteurs du site, et peuvent apporter à leurs auteurs une reconnaissance qui dépasse la petite communauté de Viv@films. Dans leur cas, les plateformes jouent un rôle de tremplin en fournissant un label convertible dans le monde hors ligne.

  • 50 Bastard et al. [2012] ont par exemple montré que pour la promotion des artistes dans le domaine de (...)

5Toutefois, quelles que soient les motivations des auteurs, la question de la capacité des critiques amateurs à modifier les échelles de jugement dans le champ culturel reste entière. L’idéologie de la participation, dont l’utilité pour les entreprises qui la portent est évidente pour asseoir leur modèle économique, ne semble pas avoir supplanté le modèle traditionnel de consécration50. Comme nous avons pu l’observer ici, la critique amateur ne tient qu’une partie de ses promesses de démocratisation. Certes, elle donne la parole au grand nombre et attire l’attention sur des films ou des genres peu prisés par les critiques traditionnels. Mais elle se heurte aussi à une certaine indifférence des lecteurs qui ne sont pas eux-mêmes des auteurs.

6Par ailleurs, plus l’engagement dans la pratique de critique amateur est grand, plus le choix des films et la manière de rédiger les critiques se rapprochent des codes de la critique professionnelle. On pourrait du coup arguer que la critique amateur de film, loin de proposer un modèle alternatif et concurrent de classement par le jugement profane, renforce in fine le modèle du jugement expert. L’exploration en profondeur du monde de la critique amateur nous a permis de mettre au jour des hiérarchies et des différences dans les manières de faire qui sont sans aucun doute plus complexes qu’une simple opposition profane/expert. La proximité entre le haut de la hiérarchie de la critique amateur et la critique professionnelle s’oppose à l’écart sensible entre les novices, qui expriment et partagent leurs émotions de spectateurs, et les habitués ou gros contributeurs, engagés dans un travail d’argumentation de leurs avis sur les films.

7Mais surtout, cette recherche montre qu’en réfléchissant la critique en termes de prescription, on passe sans doute à côté des véritables enjeux de l’exercice pour ceux qui s’y prêtent. Les auteurs cherchent moins à convaincre d’aller voir un film qu’à apprendre à en parler. Ces espaces de critiques amateurs sont des lieux où se transmettent et s’apprennent les normes de l’analyse de films, des lieux de socialisation autour de l’activité d’évaluation, des lieux d’échanges entre cinéphiles. La critique peut alors être analysée comme une activité culturelle en soi, fondée sur le plaisir d’écrire et l’approfondissement d’une expérience cinématographique. Et c’est peut être alors que les mots pour parler des images prennent véritablement leur sens.

Notes

49 À titre comparatif, dans le cadre d’une expérimentation d’un logiciel d’annotation collaborative de films, un collectif de chercheurs avait été amené à annoter deux films [Fournout et al., 2014]. Aucune consigne n’avait été initialement donnée et nous avons pu constater que les annotations de type émotionnel présentes au début de l’expérimentation avaient eu tendance à disparaître au profit de commentaires esthétiques et formels conformes au modèle de la critique professionnelle et aux canons scolaires. Ainsi, très rapidement et sans qu’aucune injonction n’ait été formulée, l’expression émotionnelle était devenue illégitime : sans doute aussi parce qu’elle est une ressource moins pratique pour l’échange et la discussion que des commentaires argumentés.

50 Bastard et al. [2012] ont par exemple montré que pour la promotion des artistes dans le domaine de la musique, l’engagement des amateurs ne faisait que renforcer les effets des médias traditionnels et qu’il y avait peu de déplacements.

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search