Version classiqueVersion mobile

« Moi je lui donne 5/5 »

 | 
Dominique Pasquier
, 
Valérie Beaudouin
, 
Tomas Legon

Chapitre 4. Les usages sociaux des dispositifs de jugement

Texte intégral

1La nécessité de recourir à des dispositifs de jugement pour évaluer la qualité de biens d’expérience existait bien sûr avant l’entrée dans l’ère numérique. L’ouvrage de Lucien Karpik sur l’économie des singularités [2007] peut servir de départ pour poser un certain nombre de questions à ce sujet. Karpik rappelle que le marché des singularités, bien que composé de produits incommensurables et incertains, n’exclut pas le choix raisonnable. C’est même la condition pour que ce marché puisse exister. Il distingue plusieurs types de dispositifs d’aide à la décision permettant aux consommateurs de dissiper l’opacité du marché :

  • les réseaux, constitués de relations interpersonnelles et dont le fonctionnement repose sur la circulation de la parole et le bouche-à- oreille ;

  • les cicérones, qui peuvent être des personnes ou des documents qui jouent un rôle de critique ou de guides ;

  • les classements, qui effectuent un travail de hiérarchisation en fonction d’un critère donné (prix, récompenses, palmarès, liste des meilleures ventes ou entrées…) ;

  • les confluences, terme qui regroupe les techniques de canalisation employées sur les lieux de vente (accueil et information, organisation de l’espace et présentation des produits) ;

  • les appellations qui « sont des noms associés aux attributs et aux significations des produits ou des familles de produits singuliers » (les labels, les appellations contrôlées, les titres professionnels, les marques…).

2Un premier constat s’impose : le cinéma est, au sens de Karpik, un marché très équipé. Il propose des dispositifs dans toutes les rubriques de cette liste, et parfois même une multiplicité de dispositifs au sein de chacune. Karpik propose un modèle général d’aide au choix en situation d’incertitude sur la qualité qui a le mérite de permettre de repositionner chaque produit singulier dans ses spécificités et de le rattacher à différents régimes. Pour Karpik, « le marché du cinéma est hybride. Il relève du régime de l’authenticité et du régime Méga. Au premier, il faut rattacher d’une part la continuité d’une culture et d’une esthétique qui font exister chaque film pour lui-même, et d’autre part, une capacité de jugement par les critiques certes, mais aussi par l’intelligentsia et une large partie des spectateurs. Au second, on doit les budgets financiers importants, la promotion et les “coups commerciaux” » [Karpik, 2007, p. 193]. Cette prime au rôle de la promotion dans le cas du cinéma relève, selon Karpik, du fait que les logiques commerciales sont d’autant plus présentes que le marché est étendu. L’économie du film est en grande partie tirée de ce côté par la concentration d’une partie de la production nord-américaine sur des blockbusters (les « mega films » chez Karpik).

3Si Karpik insiste sur le fait que, dans l’économie des singularités, les consommateurs doivent faire confiance aux dispositifs de jugement et croire en leur capacité à trouver la « bonne » singularité, il ne donne aucune piste pour comprendre ce qui fait que tous les individus ne font pas confiance aux mêmes dispositifs de jugement. À travers les usages distincts d’une même plateforme en ligne pour anticiper la qualité de films, on essayera donc d’apporter des réponses aux zones d’ombres laissées par son travail. On fera notamment apparaître les logiques sociales au fondement d’une division entre des formes de croyances en ce qu’on pourrait appeler l’excellence artistique et des croyances en ce qu’on pourrait appeler l’excellence démocratique. Ces deux échelles de mesure de la qualité diffèrent notamment quant aux prescripteurs qui sont considérés comme légitimes pour signaler la qualité, et aux indicateurs qui permettent de connaître l’avis de ces prescripteurs. Il peut être utile de définir rapidement ces termes avant d’analyser la manière dont les différents lycéens mobilisent la plateforme pour évaluer la qualité de films qu’ils n’ont pas encore vus.

  • 37 Howard Becker détaille bien comment « la désignation de ce qui peut être tenu pour de l’art obéit a (...)
  • 38 C’est illustré avec beaucoup de clarté pour l’histoire du jazz en France par Ludovic Tournès [1999] (...)

4L’excellence artistique consiste à croire que la qualité des biens culturels ne peut se mesurer que sur une échelle proprement formelle, esthétique, culturelle. Son existence et sa force dépendent donc du degré d’autonomisation du champ artistique. Les descriptions socio-historiques de William Weber [1996] ou de Norbert Elias [1991] aident ainsi à voir comment l’autonomisation du champ fait passer d’une forme de croyance en l’excellence technique, éthique ou économique à la reconnaissance d’une forme de qualité purement artistique, qui serait propre à des individus particuliers, à qui l’on va attribuer des statuts officiels d’experts (critiques et universitaires, jury de festival, etc.)37. Un champ artistique qui s’autonomise produit toujours ses experts attitrés, chargés d’évaluer la qualité artistique réelle des produits du champ38. À l’inverse, l’excellence démocratique repose sur l’idée que si un grand nombre d’individus s’accordent sur la qualité d’un bien culturel, alors cette évaluation est crédible. Lucien Karpik souligne bien l’opposition entre le crédit accordé au plus grand nombre et le crédit accordé à des spécialistes, en reliant ces croyances aux critères utilisés pour mesurer la qualité :

« L’homologie de la valeur artistique et de la valeur économique n’existe que par la croyance qui assimile le marché à la démocratie politique. Certains considèrent ce rapprochement comme arbitraire parce qu’il étend indûment la validité du modèle politique à une réalité qui lui est étrangère : pour eux, le nombre ne pourrait remplacer le choix individuel du critère esthétique. Pour les autres, en revanche, le classement des préférences collectives est indiscutable puisqu’il est le produit de l’élection de tous » [Karpik, 2007, p. 223].

5La possibilité de recourir à volonté et facilement à une boîte à outils aussi complète et variée que celle proposée par Viv@films met particulièrement en lumière le besoin impérieux, presque systématique, de recourir à des mécanismes d’assurance (ou de réassurance) avant de choisir de regarder un film. On va maintenant s’intéresser à l’utilisation des différents outils offerts sur la plateforme.

Le poids des éléments créés par la distribution

6À mi-chemin entre éléments purement promotionnels et éléments constitutifs de l’œuvre en elle-même, la bande-annonce, l’affiche et le résumé sont propres à chaque film et ne peuvent donc donner des indices de qualité que sur une œuvre spécifique à la fois. On voit qu’ils sont centraux dans le guidage des choix des spectateurs lycéens (9).

Tableau 9. Les principaux éléments regardés sur Viv@films selon l’origine sociale des lycéens (sur cent Utilisateurs de chaque groupe, trois réponses possibles, en pourcentage)

Ensemble (N =313)

Classe Supérieure* (N =58)

Classe Moyenne (N =146)

Classe Populaire (N =110)

La bande-annonce

85

86

86

84

Le résumé

51

39

52

56

Les informations pratiques

40

36

43

39

Les acteurs

31

27

32

30

Les dernières sorties

17

15

18

18

Les notes du public

14

19

13

13

Le réalisateur

12

19

15

5

Les notes de la presse

11

17

12

6

Le genre, la nationalité, la durée

8

5

6

12

Le Box-office

2

3

3

1

Les dossiers, rubriques, émissions.

2

3

3

1

* En raison des réponses trop incomplètes sur les diplômes ou la profession des parents, a été construit un indicateur synthétique d’origine sociale basé sur les informations disponibles pour chaque enquêté. L’information prioritaire étant le diplôme de la mère (cela s’explique par le rôle prépondérant que celle-ci occupe dans les interactions et partages culturels avec les enfants [Octobre et al., 2010] puis celui du père, la PCS du père suivie par celle de la mère.

Source : enquête sur les manières dont s’orientent les lycéens amiénois dans l’offre cinématographique locale, 2011.

Bande-annonce : un outil phare

785 % des Utilisateurs disent consulter en priorité les bandes-annonces sur Viv@films. 75 % des lycéens rhônalpins regardent des bandes- annonces sur des sites spécialisés pour en savoir plus sur un film qui les intéresse. Aucune variable sociologique ne semble avoir d’effet notable sur ce constat, ce qui laisse penser que le format de la bande-annonce est incontournable pour une grande majorité d’adolescents aujourd’hui. L’entrée dans l’ère numérique permet de visionner la bande-annonce de son choix, sans attendre d’y être exposé au cinéma ou à la télévision.

8La particularité de la bande-annonce est d’être mobilisée pour vérifier la qualité aussi bien des films découverts sur la plateforme et dont on ne sait pas grand-chose, que des films dont on a entendu parler ailleurs, et qui ont déjà pu être très fortement recommandés, décrits, etc. Elle est présentée par la plupart des enquêtés comme un moyen particulièrement efficace de s’assurer de la qualité d’un film Elle permet donc de fixer facilement son choix sur la consommation future du film. On peut faire l’hypothèse que pour qu’une bande-annonce aide à construire un a priori positif sur un film elle doit exposer en peu de temps les éléments qui font qu’un film est un « bon » film pour les différents adolescents. Or à ce sujet, suivant leur origine sociale et leur sexe, les adolescents se distinguent très clairement (cf. tableau 10). Par exemple, 80 % des garçons dont la mère a moins que le bac estiment qu’il faut de l’action pour faire un « bon » film alors que seulement 26 % des filles dont la mère a plus que le bac sont de cet avis.

Tableau 10. Ce qu’il faut pour qu’un film soit un « bon » film (sur cent personnes de chaque groupe, trois réponses possibles, en pourcentage)

Garçons (386)

Filles (440)

Classe Sup. (240)*

Classe Moy. (171)

Classe Pop. (288)

De l’action

65 %

43

36

53

63

Que les acteurs/actrices soient beaux/belles

21

17

14

20

23

Une histoire émouvante

9

43

26

26

31

Une histoire qui fasse réfléchir

36

40

48

38

34

Que le jeu des acteurs soit bon

49

54

60

52

42

Un réalisateur qui apporte un regard original dans l’histoire du cinéma

18

23

30

19

15

Un montage, une photographie, un cadrage… réussis.

28

28

32

29

24

Des gags

27

14

18

23

22

* Dans l’enquête réalisée en Région Rhône-Alpes, c’est le diplôme de la mère qui a servi de critère pour classer les répondants en classe supérieure (mère a un diplôme supérieur au bac), classe moyenne (mère a le bac ou niveau équivalent), classe populaire (mère a un diplôme inférieur au bac ou pas de diplôme).

Source : enquête Rhône-Alpes - M’Ra ! 2009/2010

9On peut ainsi penser qu’une bande-annonce au montage nerveux qui présente des scènes d’action spectaculaires assurera aux garçons (d’autant plus si leurs parents sont peu diplômés) que le film est bien « pour eux ». Plus largement, les jugements que les lycéens émettent sur les bandes-annonces sont des révélateurs assez pertinents des rapports au cinéma qu’ils peuvent mobiliser, soit « dans l’absolu », soit dans l’optique d’un contexte de consommation donné (via des discours du type « ça a l’air parfait pour une soirée entre filles »). Le cas le plus couramment évoqué lors des entretiens consiste à considérer que la bande-annonce doit faire la promesse de l’efficacité du film à remplir une « fonction » : impressionner, faire rire, émouvoir, choquer, etc. Les bandes-annonces, quand elles sont considérées comme réussies, peuvent ainsi être racontées pendant l’entretien avec la même excitation et la même passion qu’un film. Elles sont comme des échantillons permettant de catégoriser les films (« qui fait rire », « où y’a d’la baston », etc.). Mais le risque pour les lycéens qui attendent d’une bande-annonce qu’elle fasse la promesse d’un film efficace est qu’elle puisse alors être mensongère, c’est-à-dire qu’elle ne montre que les moments les plus efficaces du film pour faire croire à la qualité de ce dernier :

- [Qu’est ce qui dans une BA peut faire que ça te donne envie d’aller voir le film ?]
- Bah un peu l’action, l’histoire… mais pas n’importe quelle action ! Parce que euh… y’a pas mal de films d’action, souvent, euh… ’fin… moins maintenant, mais euh… pas mal avant, ‘fin… les films entre guillemet, « action » ou euh… pendant les extraits, y’a 3 passages importants du truc, et c’est les 3 seuls trucs qu’y a dans l’film… donc bon, quand on va voir l’film, on est un peu déçu.
(Jérémie, T STG, parents kinésithérapeutes)

  • 39 Cette sous-population statistique a été obtenue en regroupant tous les répondants qui ont choisi le (...)

10Les lycéens qui ont développé un rapport esthétique au cinéma sont tendanciellement moins intéressés que les autres adolescents par les bandes- annonces. Parmi les Utilisateurs, ceux dont les rapports au cinéma sont les plus clairement esthétiques39 sont ainsi un peu moins nombreux à utiliser la plateforme prioritairement pour voir des bandes-annonces (66 % d’entre eux). Dans les entretiens, on comprend qu’ils peuvent ponctuellement se dispenser d’avoir recours à cette dernière comme outil de vérification s’ils font assez confiance à certains artistes responsables du film ou à certains prescripteurs (personnes ressources, experts) qui ont vanté la qualité artistique de l’œuvre.

11Mais la bande-annonce reste régulièrement mobilisée même par les plus esthètes des lycéens, notamment pour vérifier la qualité d’un film dont ils ont entendu parler par ailleurs et qui réunit déjà des indices qui éveillent l’intérêt (des noms d’artistes, des prescriptions de personnes ressources…), mais aussi ponctuellement comme outil de séduction. Dans ces cas-là, ils ne s’attachent souvent pas aux mêmes indices potentiellement révélés par la bande-annonce que leurs camarades :

- Achille : Holy Motors, j’ai vachement envie d’le voir, parce que Leos Carax y fait des trucs bizarres et…
- Félix : (coupe son ami) : Et la BA elle laisse vachement songeur.
- Achille : Bizarre ouais… une BA qui n’a absolument aucun sens en fait !
- Paul : Parce que moi en regardant la BA, je sais pas de quoi ça parle.
- Achille : Ouais on a rien compris !
- Camila : J’ai pas vu la bande-annonce c’est quoi ?
- Félix : c’est drôle et puis c’est décalé en fait, ça se voit dans la BA.
- [Vous l’avez vue où la bande-annonce ou comment ?]
- Paul : Bah en allant voir Cosmopolis.
- Félix : Moi je l’avais vu pendant le festival de Cannes.
- Achille : C’est bizarre une BA qui n’a absolument aucun sens en fait…
- Lucas : Ouais, ça c’est un truc assez novateur et mine de rien, ptête y a un truc.
(Félix, Term. S, père patron d’entreprise, mère professeur de écoles, études supérieures ; Achille, Term. ES, père médecin et mère éducatrice ; Camilla, 1re L, père restaurateur, mère travaille « dans la mode », niveau lycée ; Christian, 1re S, père médecin et mère femme au foyer, études supérieures.)

12On voit que le groupe d’Achille valorise cette bande-annonce qui ne vise pas à séduire par une sélection de scènes efficaces, mais à traduire une forme d’ambition esthétique et artistique. En l’occurrence, il est clair ici qu’elle est associée au nom du réalisateur, dont les films précédents servent d’indice à ces lycéens pour anticiper ce film.

  • 40 La prise est un intermédiaire matériel qui fait médiation entre l’œuvre et l’amateur, et participe (...)

13Si la bande-annonce est un passage très courant (voire presque systématique) avant de décider si oui ou non un film mérite d’être vu, elle n’est pas le premier outil mobilisé pour catégoriser un film. Comme c’est une activité qui prend un certain temps, les lycéens ne regardent bien sûr pas toutes les bandes-annonces de tous les films auxquels ils sont exposés. La bande- annonce est un outil mobilisé plutôt à la fin de la chaîne de sélection des films exposée plus haut. Elle précède souvent la consommation d’un film à la maison (dvd, streaming, choix d’un fichier numérique) ou l’organisation d’une future sortie au cinéma. Mais au préalable, il faut que la consommation de ce film soit déjà un minimum envisageable pour que les adolescents prennent la peine de cliquer volontairement sur la bande-annonce. Quand les adolescents découvrent des films sur la plateforme, c’est en premier lieu l’affiche et dans une moindre mesure le résumé qui représentent la première « prise » potentielle40.

L’affiche et le résumé : les premiers éléments accessibles

  • 41 En réponse à la question de savoir quels éléments ils mobilisent prioritairement quand ils se trouv (...)

14Le rôle de l’affiche et du résumé va être particulièrement prépondérant quand les lycéens n’auront pas déjà entendu parler des films par ailleurs. Ils se servent alors de l’image, immédiatement accessible, comme une éventuelle prise qui peut donner envie d’aller plus loin dans la découverte du film. Les lycéens qui découvrent des films sur la plateforme se retrouvent parfois dans une situation relativement proche de celle d’adolescents qui doivent choisir un film devant la salle de cinéma sans avoir fixé un choix au préalable. Or, dans cette dernière situation, les outils et informations disponibles sur place qui semblent les plus pertinents pour faire le tri sont le résumé (60 %) et l’affiche (54 %)41. On peut penser que l’affiche va prendre une importance accrue sur internet dans la mesure où le résumé n’est disponible que si l’on accède à la fiche du film. C’est précisément ce qu’on observe dans les entretiens durant lesquels des adolescents découvrent des films sur la plateforme. Ils décrivent ce rôle de l’affiche rapidement et sur le ton de l’évidence, quand ces modes de découverte sont des pratiques de navigation ordinaire qu’ils adoptent spontanément devant l’enquêteur :

- Là en première page il y a Votre Majesté. Donc là moi je clique dessus pour voir ce que c’est, malheureusement c’est en VO, donc je vais quand même regarder.
- [Alors pourquoi tu avais cliqué sur Votre Majesté, tu en avais déjà entendu parlé ou pas du tout ?]
- Euh non, non franchement pas du tout…
- [Et là tu as cliqué parce que c’était la première affiche ou parce qu’elle t’a donné envie celle-là en particulier ?]
- Non parce qu’elle m’a donné envie de regarder et là je suis en train de regarder la vidéo et je trouve ça pas mal. […]
- [Donc là par exemple tu en avais jamais entendu parler, l’affiche avait l’air d’être pas mal tu as cliqué sur la bande-annonce ?]
- Exactement. Là je me suis exclusivement basé sur l’affiche.
(Jason, 1re S, père conducteur d’engins, mère cariste, pas de diplômes)

15La plupart du temps, c’est dans la seconde phase de la navigation, dirigée par l’enquêteur, qu’on fait apparaître le plus de données sur cette question. En amenant les lycéens à s’attarder sur les films présentés, en leur demandant de commenter et juger a priori des films qui seraient peut être restés invisibles pour eux ordinairement, on mesure mieux le rôle du visuel (associé au titre) comme première prise permettant soit de choisir à partir de la multitude un film sur lequel on veut en savoir plus, soit, cas le plus courant, d’écarter ceux que l’on n’a pas envie de voir parce que leur visuel ne fournit aucun indice positif sur le film.

- [Là, dans films toujours à l’affiche, y’a Tournée. Tu connais ?]
- Non, pas du tout ! Ça m’dit rien !
- [T’aurais regardé à ton avis, comme tu me disais que tu regardais des fois dans cette rubrique ?]
- (tout de suite) Vu l’affiche, euh, ça m’intéresse pas !
- [Comment elle est l’affiche ?]
Bah en fait, euh, y’a pas d’trucs intéressants, euh… ’fin j’veux dire euh… on voit à peine c’qui y a, en quelque sorte…
- [Comment ça pourrait être avec c’que tu vois de l’affiche, là ?]
Ennuyeux (tout de suite) ! (rire)
(Stéphanie, Term. STTG, parents hôteliers, CAP).

16Dans les deux cas (l’affiche comme prise ou comme repoussoir), on voit dans les entretiens que l’avis a priori se base sur un décodage de l’affiche, très rapide et qui se veut souvent précis. En utilisant des repères graphiques, des « styles », des visages, les adolescents catégorisent les films en se fondant (consciemment ou non) sur leurs expériences passées de spectateurs. Les rapports au cinéma intériorisés sont au cœur de cette opération :

  • 42 Il parle du film Suker Punch, dont la publicité occupe tout le fond de l’écran. Quelques minutes av (...)

(Je demande à Léo de regarder les films de la rubriques “Bande-annonce”, rubrique dont on a vu plus haut qu’il n’envisageait même pas de la regarder)
- Bon à la limite, peut être celui-là (Et soudain, tout le monde me manque) parce que… oui, c’est l’genre de film euh… l’affiche me plaît bien ! Et le titre aussi ! Bah ça fait un peu penser euh… aux films style euh… Little Miss Sunshine ou ces films qu’on… un p’tit peu, comment dire… underground ou… ces films américains qui sont… pas forcément des gros budgets bah… comme euh… (rire) le film de là-haut42 (rire), mais qui sont souvent sympa euh… des road movie des trucs comme ça qui sont euh… ou sinon remarque j’aurais peut-être cliqué sur celui-là (Tree Of Life), l’affiche est sympa.
(Léo, 1re ES, parents professeurs des écoles).

17Cet extrait d’entretien est instructif à plusieurs titres. Pour verbaliser ses impressions dans le cadre de la discussion, Léo fait l’effort, uniquement à partir d’une image fixe, de passer du registre du feeling lié à une affiche singulière (« l’affiche me plaît bien ») à des registres qui se veulent beaucoup plus objectivés et généralisables. Pour cela, il utilise le visuel pour ranger le film dans un genre cinématographique « officiel », c’est-à-dire utilisé pour décrire une partie de la production, le road movie, et pour le classer dans la production indépendante. Enfin, le terme underground souligne la probabilité d’une faible promotion pour ce type de films. Le fait que chacun de ces éléments soit présenté par Léo comme des indices positifs donnant envie de cliquer sur l’affiche pour en savoir plus indique que l’adolescent croit en l’excellence artistique, trouve logique de replacer une œuvre dans un courant esthétique de l’histoire de l’art, et voit avec bienveillance les œuvres qui ne trouvent qu’un public restreint. Autant d’éléments qui, on l’a vu, ne sont pas également distribués sur l’échelle sociale.

18Le visuel du film, présenté dans le jeu de la programmation fictive tel qu’il apparaît sur le site internet, permet aux lycéens de faire un premier tri très rapide (souvent radical) et de choisir les résumés qui valent la peine d’être lus. Ces résumés peuvent alors jouer le rôle habituel de la bande-annonce en aidant à fixer définitivement le choix. Assez souvent même le résumé est superflu et l’affiche seule est mise en avant comme élément permettant de choisir un film, ou au contraire pour penser qu’aucun ne vaudra les cinq euros que coûte la place dans le cinéma virtuel :

- [Donc vous n’avez pas trouvé un film qui vous plaisait ?]
- Groupe : Non !
- Fille1 : Bah y’a pas d’action…
- Groupe : Ouais !
- Fille2 : Ils ont l’air PLATS les films (avec un fort accent du nord)
- [Qu’est ce qui te fait penser ça ?]
- Fille2 : Euh… vu les affiches…
- Fille1 : C’est pas attirant ! »
(Classe BEP Amiens).

  • 43 Parmi la liste de réalisateurs proposés aux lycéens amiénois, Tim Burton est parmi les plus connus (...)

19Certains enquêtés s’embarquent même dans des jugements sur le film en lui même, sans l’avoir vu ni savoir de quoi il s’agit, en s’appuyant uniquement sur l’affiche. Ainsi des filles d’une classe professionnelle à Amiens estiment que Un Prophète « traîne en longueur », qu’il y a « plein de fl h back » que « l’histoire a du mal à avancer », que « c’est chiant » en se basant « par rapport à… l’affiche qui est super sombre ! » et aux connotations religieuses du titre. Plusieurs groupes de lycéens rencontrés m’ayant parlé de leur goût pour Tim Burton et/ou Johnny Depp43 ne choisissent pourtant pas le film de la programmation qui réunit ces deux artistes (Ed Wood), rendus méfiants par un visuel en noir et blanc, qu’ils n’arrivent pas à décoder ou qui les dégoûte :

- Magalie : Moi j’aime bien Tim Burton.
- Pauline : Ouais moi aussi !
- [Et Johnny Depp ?]
- Pauline : J’adore ! (sourire)
- Magalie : J’aime beaucoup aussi ouais !
- [Mais ça suffit pas pour donner envie d’aller l’voir, celui-là par exemple de film ?]
- Pauline : Non euh… J’ai jamais entendu parler d’Ed Wood donc euh…
- [C’est étrange que vous en ayez jamais entendu parler ?]
- Magalie : Hm… (silence)… j’sais pas.
- [Et là, c’est quoi, l’histoire ?]
- Magalie : Ouais moi c’est surtout la synopsis [sic]. Sinon les acteurs euh… ont l’air bien et p’is euh… l’affiche j’trouve qu’elle est un peu trop… un peu trop simple en fait ! ‘Fin ouais, elle est un peu trop bizarre ! (rire) Bah y’a tout qu’est en noir et blanc, sauf ça (un vêtement qui apparaît en rose vif sur l’affiche, nda) qu’on sait même pas c’que c’est ! J’sais pas, j’arrive pas à voir, comme ça.
(Magalie, 1re ES, mère directrice d’agence d’assurance, bac, et père ingénieur, diplômé du supérieur. Pauline, mère au foyer et père ingénieur, diplômés du supérieur)

- Vous avez regardé le résumé pour chaque film ?]
- Anissa : Non, ça j’ai pas regardé le résumé (Ed Wood)
- [Pourquoi pas ?]
- Yassin : J’sais pas, l’affiche elle… me dit rien ! C’est un film à l’ancienne !
- Anissa : Ouais !
- [Ça veut dire quoi ?]
- Yassin : J’sais pas, ça s’voit que c’est ancien ! C’est euh (cherche la date dans les informations) 1994… ouais, on dirait… j’sais pas.
- [Et donc l’affiche donne pas assez envie pour lire le résumé ?]
- Les deux : Non !
(Yassin, 2nde, père, technicien pour un site internet, mère sans emploi, niveau lycée. Anissa, 2nde, père moniteur d’auto-école, bac, mère auxilière de vie, pas de diplôme)

20Dans les groupes de lycéens scolarisés dans des filières générales et issus de milieux diplômés, les participants n’étaient pas insensibles à l’affiche et au visuel et ils l’utilisaient massivement pour s’orienter dans l’offre proposée. Mais ils ont aussi plus souvent essayé de contrôler les impressions données par l’affiche grâce à des informations « qui ne trompent pas ».

Les informations qui ne trompent pas

21Si l’on voulait décrire d’un point de vue schématique les manières d’utiliser des outils, des indices et indicateurs pour catégoriser a priori un film et en évaluer la qualité, on trouverait d’un côté les lycéens qui favorisent l’expérience subjective et le feeling lié à un film singulier et de l’autre, ceux qui, en plus, essayent de monter en généralité et considérer le film à l’aide de catégories objectivées ou d’avis de tiers censés reconnaître une qualité proprement artistique. C’est la méfiance envers les outils de promotion créés par les intermédiaires de l’industrie cinématographique qui les conduit à vouloir vérifier autrement la qualité des films. Pour cela, ils utilisent des informations et des indices qui « ne trompent pas » dans la mesure où ils dépendent alors « plus de la raison que des sentiments », pour reprendre les termes d’un enquêté. On se rend bien compte de ce travail de vérification et de tentative de contrôle du feeling dans un entretien collectif réalisé avec quatre jeunes haut-savoyardes (qui sont amies). Après le jeu de la programmation fictive, nous leur demandons sur quoi elles se sont basées pour faire des choix dans la programmation :

- Marjorie : L’affiche.
- Caroline : L’affiche.
- [L’affiche ?]
- Ouais (collectif)
-[C’est le plus important ?]
- Caroline : Euh, non !
- Eva : Non pas le plus important, mais ça joue.
- Marjorie : Voilà.
- Léa : Ouais parce qu’à première vue je me serais dit “ah Kaboom il a l’air bien” mais en fait le, la BA (elle veut parler du résumé, mais le lapsus a son intérêt)…
- Marjorie : Bah en fait l’affiche elle est colorée et tout donc ça donne envie alors que les autres par exemple c’est plus…
- Léa : Ça a l’air joyeux.
- Marjorie : Ouais voilà.
- [L’affiche d’Ed Wood elle donne moins envie que Kaboom ?]
- Léa : Ouais !
- Eva : Elle est noire et blanc aussi…
(Léa, mère infirmière, père traducteur, études supérieures. Marjorie, mère chef de petite entreprise, bac, père technicien, pas de diplôme. Caroline, mère secrétaire, BEP, père cadre, études supérieures. Eva, parents professeurs de SVT).

22Pourtant, au moment où elles débattent à partir de la programmation (moment qui précède l’extrait ci-dessus), après avoir été attirées en quelques secondes par Kaboom, les filles ont unanimement fixé leur choix sur Ed Wood dont on a vu qu’elles trouvent l’affiche peu attirante :

- Marjorie : Oh bah moi je veux celui-là parce que c’est un Tim Burton !
- Caroline : Surtout qu’y a Johnny Depp, hein…
- Léa : C’est vrai ? Oh bah alors tout d’suite ! » .

23Si elles choisissent finalement le film qui a l’air pourtant moins attirant que l’autre, c’est parce qu’elles estiment que la présence d’artistes dont elles aiment le style est une information plus sûre que l’impression donnée par le visuel. C’est au moment où elles regardent ces informations sur la fiche technique du film que leur avis change et qu’elles se décident pour Ed Wood.

Se fier au réalisateur et aux acteurs

  • 44 On pourrait faire la même remarque sur la manière dont l’offre est présentée par une partie des méd (...)

24Observé au prisme théorique des « mondes de l’art » d’Howard Becker [1988], le cinéma offre un très bon exemple du flou qui peut régner, aux yeux des consommateurs, quant à l’attribution de paternité de l’œuvre. Il y a au moins deux types d’individus dont le nom et l’image sont ordinairement reliés au film : les acteurs principaux (les plus exposés par les médias et par les outils de promotion créés par les distributeurs du film) et le réalisateur. Pourtant, à l’inverse du domaine musical par exemple, les entretiens avec des lycéens amènent régulièrement à observer des situations dans lesquelles aucun artiste ne semble porter la responsabilité de l’existence d’un film. Le nom du film est dans ce cas-là entièrement suffisant pour identifier l’œuvre44. Comme l’a souligné J.M. Guy, « reconnaître le visage d’un acteur ou d’une actrice de cinéma et le nommer, donc apparier une image et un nom, constitue la « compétence » fondamentale de la culture cinématographique. » [Guy, 2000, p. 142]. Pour que les acteurs puissent servir de références, d’indices dans les manières de découvrir des films ou de les évaluer a priori, encore faut-il pouvoir les reconnaître et (éventuellement) les nommer ou reconnaître leur nom sur la fiche film du site internet. Or, dans son enquête, Guy montre que les 15-19 ans sont ceux qui ont le moins de facilité à mettre un nom sur le visage des acteurs. On peut compléter ces données avec celles des questionnaires exploités pour cette étude. 54 % des lycéens amiénois regardent toujours ou souvent le nom des acteurs avant de voir un film, et 28 % prêtent attention au nom du réalisateur. De même, s’ils doivent choisir un film devant une salle de cinéma, seuls 35 % s’aident du casting pour se décider (et 9 % du nom du réalisateur). Savoir qui sont les artistes responsables des films n’est donc pas une information forcément nécessaire pour évaluer et catégoriser un film. On retrouve logiquement cette tendance dans les usages de la plateforme. Si on se reporte au tableau 9, on voit que moins d’un tiers des Utilisateurs se servent de la plateforme en priorité pour s’informer sur le casting des films. 12 % seulement cherchent régulièrement les noms des réalisateurs sur le site. Si le fait d’utiliser la plateforme pour se renseigner sur le nom des acteurs ne divise que légèrement les Utilisateurs, les adolescents dans leur ensemble tendent pourtant à ne pas prêter le même degré d’attention aux acteurs qui jouent dans les films qu’ils voient. Plus les lycéens viennent d’un milieu diplômé et plus il est courant qu’ils accordent de l’importance à cette information dans leur pratique de spectateur (Figure 8).

Figure 8. Regarder le nom des acteurs avant de voir un film suivant l’origine sociale. En pourcentage.

Figure 8. Regarder le nom des acteurs avant de voir un film suivant l’origine sociale. En pourcentage.

Figure 9. Regarder le nom des réalisateurs avant de voir un film suivant l’origine sociale. En pourcentage.

Figure 9. Regarder le nom des réalisateurs avant de voir un film suivant l’origine sociale. En pourcentage.

Source : Enquête Amiens 2011

25Comme mentionné plus haut, les acteurs sont les artistes les plus visiblement associés aux œuvres et il est donc plus facile d’être attentif à leur nom qu’à celui d’autres artistes moins exposés. La prise en compte du nom du réalisateur, si elle est plus rare dans l’ensemble, présente des écarts importants entre les lycéens suivant leur origine sociale (figure 9). Cela n’a rien de surprenant quand on remarque que l’attention portée au réalisateur comme artiste qui imprime son identité à l’œuvre définitive semble incontournable dans un rapport savant et esthétique au cinéma. Elle est très clairement défendue par les médias spécialisés les plus pointus mais aussi par l’école et les circuits Art & Essai. Sauf quand le réalisateur est un personnage connu médiatiquement – comme peut l’être Tim Burton –, c’est donc bien le développement d’un rapport savant et esthétique au cinéma qui va pousser certains lycéens à donner un sens à une information comme le nom du réalisateur. On le voit bien dans cet extrait d’entretien avec Pierre. L’adolescent, dont les parents ont une profession en lien avec la culture, qui fait lui-même de la photographie en amateur et suit une option cinéma-audiovisuel au lycée, découvre avec moi sur le site internet la programmation du cinéma local. Non seulement le nom du réalisateur est pour ce jeune Amiénois une information « qui ne trompe pas », mais elle lui permet de fortement catégoriser et évaluer le film a priori.

- Oh ! J’avais pas vu que c’était de Woody Allen !
-[Et ça ça signifie quoi pour toi que ce soit de Woody Allen ?]
- Qu’il faudrait peut-être que j’aille le voir.
- [Alors pourquoi ?]
- Parce que c’est un super réalisateur. Qu’on en a fait plein en audio et que même j’en ai regardé plein avec mon père. Et que souvent c’est bien.
- [Et donc là ça change ta perspective sur le film de voir que c’est du Woody Allen par exemple ?]
- Ouais. Bah je pense que ça va être plutôt… il va savoir me faire rêver.
- [D’accord, ça va être mieux que ce que tu imaginais avant de voir ça, à partir de l’affiche et du résumé ?]
- Ouais, bah ouais, franchement !
- [Là ça donne envie de regarder la BA, du coup ?]
- Même pas besoin j’pense, là.
(Pierre, 2nde, père graphiste, BEPC, mère médiatrice culturelle, bac)

La salle de cinéma comme garantie de qualité

26La salle de cinéma en elle-même peut également représenter une « information qui ne trompe pas ». Par son travail de programmation, la salle est perçue comme un prescripteur à qui l’on peut faire confiance pour réduire l’univers des possibles à des films qu’on envisage de consommer et à l’intérieur duquel on pourra fixer son choix facilement. On peut prendre l’exemple d’Adam, scolarisé en Terminale L option cinéma-audiovisuel dans un lycée d’Amiens. Le garçon est un passionné de cinéma et de culture en général (comme son père, médiateur dans l’énergie mais également musicien). Suivant ses pratiques de sorties dans les trois cinémas de la ville (un multiplexe Gaumont et deux cinéma indépendants classés Art & Essai : Ciné St Leu et Orson Welles), la variation de son utilisation de la plateforme est particulièrement intéressante.

- [Une fois sur le site, pour aller voir un film tu as besoin d’en savoir quoi ?]
- Bah la BA déjà, j’aime bien pour avoir une impression de… même si ça veut rien dire ! Parce que je sais que ça veut pas dire grand choses les BA. Le réalisateur si j’ai déjà vu des films… j’aime bien les acteurs aussi. […]
- [Tu y vas a quel moment sur le site alors ? Quand tu vas au cinéma tu regardes toujours la BA ?]
- Étrangement, j’ai jamais vu la bande-annonce des films de St- Leu ou Orson Welles, mais toujours celles du Gaumont. Pour un truc a Ciné St-Leu ou Orson Welles, pas besoin de BA. Peut-être l’affiche, et encore !
(Adam, Term L, mère conseillère sociale, père médiateur dans l’énergie).

27Quand il décrit ses usages de la plateforme pour évaluer la qualité a priori des films, Adam fait presque un résumé de ce qui a été abordé dans cette partie : tout en faisant état de son recours prioritaire aux bandes-annonces, il souligne sa méfiance envers cet outil, en présentant cette méfiance comme une preuve de lucidité. Il explique ensuite quelles informations mobiliser pour pallier ce manque de confiance en la bande-annonce : les artistes (réalisateur en tête). C’est seulement quand on aborde ses sorties dans les deux salles Art & Essai de la ville qu’il remarque que la vérification de la qualité avec les outils qu’il mobilise pour aller au Gaumont est superflue. On voit, notamment dans le reste de l’entretien, qu’il reconnaît une expertise aux programmateurs de ces deux salles.

28Enfin, parmi le recours aux « informations qui ne trompent pas » que la plateforme met à disposition des Utilisateurs, il peut être intéressant de faire un focus particulier sur ce qui représente le cœur de cette recherche, à savoir les notes et critiques accessibles sur le site, que celles-ci soient écrites par des critiques professionnels ou des anonymes.

Qui regarde vraiment les notes et les critiques ?

29Viv@Films a la particularité d’exposer clairement la dualité des jugements experts et amateurs et permet d’accéder aux textes des critiques et aux notes résumées sous forme de moyenne. C’est une prise d’un type nouveau dont l’étude en réception montre les limites dans les usages qui en sont faits.

30Le premier constat à faire dans ce sens est statistique. On ne peut que remarquer l’intérêt visiblement limité que portent les Utilisateurs au dispositif de notations, que les notes proviennent d’anonymes ou de professionnels (tableau 9). Elles arrivent assez loin dans le classement des trois choses que les amiénois regardent prioritairement sur la plateforme, en n’étant citées respectivement que par 14 % et 11 % des Utilisateurs. Même parmi les lycéens qui viennent des classes supérieures, qui sont les plus nombreux à consulter les deux types d’évaluations, un tiers seulement dit regarder prioritairement au moins l’une des deux notes (contre 23 % de l’ensemble des Utilisateurs et 18 % des Utilisateurs issus des classes populaires). Mais ce constat n’apprend pas grand-chose des usages concrets. Cela peut vouloir dire par exemple que la notation est connue par tous, mais qu’elle n’est vue que « du coin de l’œil », ou qu’elle n’est consultée que très irrégulièrement, moins que d’autres éléments qui font plus sens. Les entretiens ont permis de mesurer la connaissance réelle qu’avaient les enquêtés du dispositif de notation, l’attention portée à ce dispositif et son éventuelle prise en compte dans les usages ordinaires. La méthode la plus évidente était, s’ils n’en parlaient pas spontanément dans les entretiens individuels, d’amener les enquêtés à porter leur attention sur le dispositif d’évaluation et à les faire commenter ce qu’ils voyaient et comprenaient. En général, les lycéens rencontrés avaient déjà remarqué les notes (même s’il est effectivement arrivé plusieurs fois que ce soit le contexte de l’entretien et le moment de navigation géré par l’enquêteur qui amène des enquêtés à découvrir les « étoiles »). Certaines réponses soulignent en revanche sans ambiguïté l’absence complète d’intérêt et de prise en compte des notations.

- [Et là, sur cette page, tu regardes les étoiles ?]
- Pas du tout.
- [Le fait qu’ils aient divisé entre presse et public, ça t’évoque quelque chose, tu sais pourquoi ils ont fait ça ?]
- Non, je vois pas… »
(Yasmina, BEP vente, parents chômeurs, père CAP, mère niveau lycée).

31Mais le plus souvent, au-delà de ce que disent les enquêtés, il faut être bien attentif à certains détails durant l’entretien, observer la familiarité avec la plateforme, les navigations routinières, pour mesurer réellement la prise en compte ordinaire des notes.

- [Par exemple les étoiles ici ça t’évoque quelque chose ou pas du tout ?]
- Bah oui, c’est la note en fait qu’on donne aux films.
- [D’accord, et comment ça se fait qu’il y ai deux notes ? comment toi tu vois le truc ?] (se rapproche de l’écran d’ordinateur pour lire)
- Ouais bah oui c’est… (en lisant) la presse et le spectateur.

(Marc, 1re STSS, père magasinier, mère employée de maison, pas de diplômes).

Après euh… j’regarde souvent euh… les critiques euh, les magazines… euh… (cherche sur l’écran)… j’sais pas où c’est… » (Emilie, 1re ES, père fonctionnaire à France Télécom (BTS) mère conseillère en assurance, niveau lycée).

32Durant le jeu de la programmation fictive, on essayait de mesurer l’attention portée aux notes de deux façons : via les débats à l’intérieur du groupe pour choisir le film à aller voir (est-ce que les membres du groupes mobilisent les notes ou relèvent les notes au cours du débat ?) et en demandant, une fois que les élèves ne pouvaient plus consulter les informations, quels films étaient bien ou mal notés, par la presse ou par le public. Le but n’était pas de voir si les adolescents pouvaient redonner les notes précises obtenues par les films, mais plutôt si les ordres de grandeur donnés par les notes étaient retenus (la presse classant tel film au-dessus de tel autre, les spectateurs ayant préféré tel film à tel autre), voire concrètement mobilisés. Même ceux qui ne se servaient pas de la note pour orienter leur choix pouvaient participer au « jeu ». Pour faciliter le travail de mémorisation d’ordre de grandeur, certaines notes avaient été modifiées afin de créer des écarts plus importants entre les films, et pour pouvoir analyser l’effet éventuel de la note face à des indices contradictoires. Par exemple, le film Kaboom et son affiche très teen movie, très bien noté par la presse (4), a vu pour l’enquête sa note « spectateur » reculer à 2,5/5. Dans les grands groupes (notamment dans les classes entières), si de nombreux participants peuvent donner ce qu’ils estiment être la bonne réponse, souvent sur la base d’impressions plutôt que sur la mémorisation du programme, seulement un ou deux participants avaient une vue assez claire de l’ordre de grandeur des notes pour les films de la programmation.

- [Lequel était le mieux noté par la presse, d’après le programme ?] (Très peu de réactions dans la classe)
- Un garçon qui parle avec un langage soutenu : Euh, c’était le deuxième (Kaboom)… en fait, le public l’a pas bien accueilli, mais la presse si.
- Fille1 : Ouais, et il a 4,5 aussi euh… (cherche en vain le nom du film).
- [Y’en a un ou une qui est sûr ou pas, parmi vous ? Du film le mieux noté par la presse ? Même sans avoir à me donner la note exacte.] (plusieurs « non »)
- Fille : Moi j’aurais dit Boulevard de la Mort.
- [Pourquoi celui-là ?]
- Fille : Parce que lui aussi il est à Cannes ! (une palme est visible sur l’affiche)
- Fille1 : y’en a un qu’a eu 4,5 ! […]
- [Et toi, tu disais Kaboom. Pourquoi, tu t’en rappelles ?]
- Fille2 : Kaboom il avait que 2,5 sur 5 (sûre d’elle).
- Fille devant elle : Ouais ouais ! […] [Et le moins bien noté des films, par la presse, c’était lequel ?]
- Garçon langage soutenu : Le dernier (12 Rounds) ! (sûr de lui)
- Plusieurs : Non !
- Une fille : Non, c’était trop pas ça !
- Une autre : C’est l’deuxième.
- Fille2 : Kaboom (sur le ton de l’évidence).
- [Ça te semble évident… ]
- Garçon2 : Parce que ça choque des gens !
- Fille2 : c’était une note assez faible, enfin… (le film avait en réalité 4)
- Garçon langage soutenu : Non c’était le public ! (personne ne semble l’écouter)
- Garçon2 : Ça choque des gens, l’image, hein… l’affiche (plusieurs camarades approuvent). […]
- [Et le film le moins bien noté par le public ?]
- Garçon langage soutenu : J’crois que c’est Kaboom… (En réalité, c’est 12 Rounds qui a les plus mauvaises notes pour la presse (2) et pour le public (2,5)).
- Une fille : (surprise) T’es sûr ? ?
- Fille : Moi j’me demande si c’est pas Ed Wood, parce que vu qu’c’est en noir et blanc, les gens y veulent p’têt pas l’voir (Ed Wood était en réalité le seul film du programme à ne pas présenter de notes).
- Garçon langage soutenu : Et y’a l’dernier aussi (12 Rounds) qui était mal noté.
- Une fille : j’me rappelle pas avoir vu, moi, l’avis du public.
(Classe BEP vente, Amiens).

33Au final, les entretiens permettent d’avoir une vue plus claire de l’usage concret des notes que les résultats du questionnaire. Ils tendent à confirmer le fait que les enquêtés connaissent souvent le système de notation des films, et plusieurs ont même déjà pu lui accorder ponctuellement de l’attention et s’y fier pour construire leur avis sur un film. Même ceux qui répondent ne pas consulter prioritairement les notes sur la plateforme peuvent y avoir recours ponctuellement dans des situations particulières où le dispositif de jugement prend alors de l’intérêt. Simplement, la grande majorité des lycéens ne l’utilisent pas régulièrement, ne basent pas leur avis sur les évaluations de professionnels ou d’anonymes (aussi nombreux soient-ils). Notamment parce que, comme on l’a vu, ils disposent d’autres indices, sur la plateforme ou ailleurs, qu’ils trouvent plus fiables et suffisants.

34Quand on leur demande de commenter les notes, ou de donner leur avis sur la division entre « presse » et « public », on voit vite que leur positionnement varie selon leur croyance plus ou moins grande en la validité d’une échelle de mesure de la qualité artistique.

Forces et faiblesses de la critique professionnelle

  • 45 Parmi les nombreuses références abordant les adolescents, voir [Lahire, 2004 ; Baudelot et al., 199 (...)

35Il faut que les adolescents soient disposés à croire un minimum à l’excellence artistique pour trouver logique de se fier aux évaluations de la « presse » : des individus qui « s’y connaissent », ce n’est pas « n’importe qui » et ils « savent de quoi ils parlent ». C’est à travers ces formes d’expression, fréquentes dans les entretiens, que l’on reconnaît la croyance en une compétence particulière que seuls quelques-uns possèdent et qui rend crédible et légitime leur avis particulier. C’est chez les lycéens qui viennent des milieux supérieurs, diplômés, scolarisés dans des filières générales, que l’on retrouve avec le plus de récurrence et de force cette croyance45. En toute logique, ce sont eux qui disent consulter plus souvent que les autres les critiques presse sur la plateforme (tableau 9), et les opposent aux évaluations faites par des anonymes auxquelles ils n’accordent aucune valeur :

- [Pourquoi on peut faire confiance à la presse ?]

- Félix : Parce que les gens qui écrivent ont un niveau culturel ‘fin… une culture assez importante. C’est pas N’IMPORTE QUI (insiste). On s’attend à… voir un minimum de culture. (Un peu plus tard dans l’entretien, ils regardent sur le site les “films à l’affiche” de la semaine, comme Achille le fait occasionnellement)
- Achille : Blanche Neige et les Chasseurs euh, j’sais pas trop c’que c’est…
- Camilla : Bah regarde les critiques ! Enfin, regarde les étoiles.
- Achille : Voilà, la presse c’est… mitigé.
- Camilla : Et bien sûr, les spectateurs adorent parce que voilà, y’a des fans de Twilight (sur un ton clairement méprisant). […]
- Achille : Bienvenue Parmi Nous… bah le 1,5 sur 5 de la presse, ça m’arrête net !
- [S’il a vraiment une sale note, ça rebute direct ou pas forcément ?] (OUI général)
- Félix : Si y’a un truc qu’a 4 en spectateur et 0,5 en presse, c’est clair, on regardera jamais !
- [Comment c’est possible que ça arrive, ça ?]
- Christian : Parce que le spectateur, il est plus passif face à l’écran, et la presse va avoir un regard euh… plus critique euh… ouais, ils y vont juger ! Donc euh… ’fin y regardent pas d’la même manière au final.
(Félix, Term. S, père chef d’entreprise, mère professeur des écoles, études supérieures. Achille, Term. ES, père médecin et mère éducatrice, diplôme inférieur au bac. Camilla, 1re L, père restaurateur, mère travaille « dans la mode », niveau lycée. Christian, 1re S, père médecin, mère femme au foyer, études supérieures.)

  • 46 L’intériorisation de cette disposition permet de s’approprier les œuvres d’art « selon une intentio (...)

36Ces adolescents dont les propos, jugements, rapports à la culture indiquent clairement qu’ils ont intériorisé ce que Pierre Bourdieu appelle la disposition esthétique46, sont les seuls à regarder dans le détail les notes et courts avis des différents titres de presse pour repérer ceux à qui ils peuvent faire le plus confiance. Là encore, ils se reposent sur la compétence qu’ils attribuent à des titres de presse ou des critiques précis pour identifier encore plus finement une qualité proprement artistique :

- Viv@films, j’aime bien en fait, y mettent un extrait de toutes les critiques. On voit du coup tous les journaux, et on voit par exemple que euh j’sais plus trop les noms des journaux… mais y’a des journaux, qui ont pas du tout les mêmes avis, qui ne privilégieront pas du tout le même point d’vue qu’un critique des Cahiers du Cinéma qui est vraiment sur la forme ou… dans la profondeur quoi. Les Cahiers du Cinéma, j’aime bien, c’est un peu euh… la références des cinéphiles. C’était le… si j’ai bien compris, c’était le journal de la Nouvelle Vague, euh… Chabrol… euh non pas Chabrol, Truffaut… comment y s’appelle, celui qu’a fait euh… Jean-Luc Godard, tout ça. […] J’aime bien voir c’que disent les critiques, p’is c’est toujours marrant, parce que Le Monde, Le Nouvel Observateur, tout ça… y vont pas avoir le même avis, par exemple que euh… Première, j’pense qui est p’têt pas… même si le langage, euh… peut être le langage d’un mec qui s’y connaît ! Mais c’est pas le… le critique n’a pas la même approche ! […]
- [Si y’a une bonne chronique du Journal du Dimanche, par exemple, tu vas te dire quoi ?]
- Bah après euh… ça peut être un bon film, si l’Journal du Dimanche en dit quelque chose de bon, mais disons que ce s’ra pas l’avis auquel j’me fierais en premier ! »
(Stanislas, 1re ES, mère employée fonction publique, études supérieures, père artisan, niveau lycée).

37La croyance en l’excellence artistique et sa transformation en pratiques effectives (regarder souvent les notes de la presse, lire les critiques, distinguer les titres ou, comme on l’a vu, suivre la carrière artistique d’un réalisateur) dépend aussi du contexte qui permet d’actualiser cette disposition. Par exemple, pour aller au cinéma en faisant des choix correspondant à l’excellence artistique, Stanislas reste le plus souvent seul, la sortie en groupe ou avec des amis amenant trop souvent des formes de compromis dans ses choix.

38Cette croyance très installée n’empêche pas forcément ces lycéens de consulter aussi les critiques des spectateurs (plutôt que la note moyenne), puisqu’ils peuvent éventuellement y chercher des avis qui leur semblent refléter cette maîtrise esthétique et culturelle, tout en ayant l’avantage de pouvoir écarter la suspicion d’un mariage d’intérêt entre critique et promotion [Béra, 2003] :

  • 47 Les deux amis venaient de m’expliquer qu’ils constataient que les filles semblaient toujours avoir (...)

- [C’est quoi le plus important, presse ou public ?]
- Josselin : Non, public en général c’est des conneries, et p’is y savent pas euh… y savent pas analyser l’truc. P’is la presse des fois c’est pff… c’est pas super objectif.
- [Pourquoi ?]
- Josselin : Bah parce qu’y a des mecs qui euh… ’fin j’sais pas comment ça s’passe, ça s’trouve y… sont payés pour euh… dire qu’un film est bien.
- François : Ouais, c’est tout payé, j’pense.
-Josselin : Mais y’a des internautes que j’connais sur Viv@films qui… qui sont intelligents, que j’sais qu’y savent de quoi y parlent.
- [Intelligents ?]
- Josselin : Euh…
- François : un mec (rire)47.
- Josselin : Non, ça veut dire euh… (silence)… bah qui fait plus appel à sa raison qu’à… ses sentiments. Ouais voilà. »
(Josselin, Term S, parents commerçants, BTS ; François, Bac Pro, mère secrétaire Bac, père maçon, pas de diplôme).

39On retrouve à travers les termes de Josselin la distinction que nous avons identifiée dans cette recherche entre deux manières de pratiquer l’exercice critique amateur (chapitre 2) : ces adolescents-là se fient plus volontiers à l’avis de ceux qui se centrent sur l’aspect formel du film et se détachent de leurs impressions personnelles – soit la manière d’écrire caractéristique des contributeurs les plus réguliers de la plateforme, et notamment des membres du Club.

40Toutefois, les adolescents qui accordent assez de crédit à la critique professionnelle pour guider leurs choix de films sont peu nombreux. La croyance dans la légitimité de la critique professionnelle est rarement suffisante chez les lycéens pour façonner leurs pratiques cinématographiques effectives. De plus, les contextes de socialisation juvéniles, plutôt basés sur le partage de références populaires et d’une culture du divertissement, ne sont guère propices à l’actualisation de dispositions esthétiques et savantes [Pasquier, 2005]. Ces deux éléments se combinent souvent pour former une opinion de la critique professionnelle très ambivalente : on lui prête une certaine supériorité de jugement sur la qualité (« y savent sûrement mieux que nous » dit une enquêtée), sans pour autant suivre ses recommandations pour soi-même. Dans les entretiens, on observe ainsi très régulièrement des formes de croyance sans pratique, voire de croyance sans goût. Ceux qui croient sans pratiquer se distinguent d’adolescents comme Stanislas, Josselin ou Achille par le fait qu’ils vivent un décalage entre ce qu’ils font et ce qu’ils pensent qu’ils devraient faire. On retrouve dans leurs propos l’idée que l’acquisition d’un rapport savant et esthétique au cinéma fait partie d’un horizon souhaitable, lorsqu’ils seront des spectateurs adultes soucieux de reconnaître la qualité artistique d’un film, mais ils n’en voient pas l’intérêt pour leurs pratiques cinématographiques ordinaires. On le voit très clairement dans la discussion entre ces quatre amies haut-savoyardes, qui sont toutes d’origine moyenne supérieure. Étant dans la même classe, elles ont toutes été concernées par le dispositif national Lycéens et Apprentis au Cinéma (LAC), qui vise justement à enseigner aux adolescents un rapport esthétique au cinéma (par des projections de films et un travail pédagogique que le dispositif appelle « l’éducation à l’image »).

  • 48 Elle parle du « Crash Test », émission de quelques minutes au sein du Grand Journal de Canal+, dura (...)

- [Vu que vous regardez les deux, est-ce qu’y en a un qui compte plus entre spectateurs ou presse ?]
- Léa : Bah la presse ils sont souvent un peu durs !
- [Genre ?]
- Genre par exemple des fois sur les chaînes TV, y a des critiques qui viennent et qui parlent des films, qui donnent des mauvaises ou des bonnes notations48 et à chaque fois que je regarde ça je me dis “mais pour qui ils se prennent quoi, pour juger comme ça ?” D’accord c’est des critiques mais ils y vont un peu fort quoi !
- [“D’accord, c’est des critiques” ça veut dire quoi ?]
- Bah c’est leur métier de faire ça mais euh… ils exagèrent un peu. Ils se mettent pas vraiment à la place du spectateur, ils se mettent plus à la place de critique où ils regardent les petits défauts pour les exposer ! […]
- Caroline : En fait le problème, c’est que c’est subjectif ce qu’ils pensent donc euh, ils ont beau le noter à une étoile par exemple, donc nous, ça peut être possible qu’on l’aime puisque c’est chacun ses goûts donc… (“ouais” du groupe)
- [Et ça veut dire quoi du coup si on aime un film que toutes les critiques presse ont descendu ?]
- Caroline : Bah c’est… (elles n’arrivent pas à trouver les mots)
- Marjorie : Bah que les critiques ils regardent plus l’intérieur, vraiment les petites choses que nous spectateurs quand on va voir le film on regarde surtout le fond de l’histoire et euh qui c’est qui joue, si les dialogues sont intéressants. Eux ils vont plus regarder les détails, la mise en scène
- Eva : (coupe son amie) La façon de tourner !
- Marjorie : Ouais voilà ! Nous on fait moins attention à ça donc p’têt’ que, c’est pour ça qu’ils sont plus durs sur des choses que l’on regarde pas forcément.
- [Et ils auraient raison d’être durs sur ça ou ça sert à rien, vu que c’est chacun son avis ?]
- Eva : Bah des fois, en reprenant le cas de La Famille Tenenbaum (un film qu’elles ont vu et analysé dans le cadre de LAC ), ça fait quand même beaucoup de choses la façon de tourner ! Donc euh que… y’a des fois c’est (elle réfl chit) ouais des fois la façon dont c’est tourné ça mérite d’être critiqué mais (silence) après c’est des choses que nous, en allant voir un film à notre âge, on fait pas forcément attention.
- [Ça veut dire que p’têt’ vous ferez attention à ça plus vieux ou y’a assez peu de chances à votre avis ?]
- Caroline : Oh si. Bah je pense qu’à force de voir des films, on voit les différences, les comparaisons.
Eva : Ouais voilà !
- [Vous disiez que votre prof de français peut arriver à voir toutes les manières de filmer dans La Famille Tenenbaum et comprendre pourquoi les personnages sont bizarres comme vous disiez, et ce que le metteur en scène veut faire. C’est le genre de trucs où vous vous dites “moi j’aimerais bien pouvoir voir ça” ou… ]
- Léa : (me coupe, avec enthousiasme) Ouais bah ouais !
- Eva : Ouais !
- Léa : Ouais, moi j’me dis après on peut aussi vouloir se dire “maintenant je vois les détails”. »
(Léa, mère infirmière, père traducteur à l’ONU, études supérieures. Marjorie, mère chef de petite entreprise, bac, père technicien, pas de diplôme. Caroline, mère secrétaire, BEP, père cadre, études supérieures. Eva, parents professeurs de SVT).

41Il est très important de souligner à partir de cet extrait d’entretien que la croyance en une excellence artistique basée sur des analyses formelles qui réclament des compétences particulières n’est pas une évidence pour ces adolescentes – comme pour beaucoup d’autres –, et que des points de vue concurrents apparaissent nettement. La remarque « pour qui ils se prennent ? » est ainsi la manière la plus pratique de questionner la légitimité des critiques à dire mieux que les autres ce qui est bon ou mauvais, puisque d’une certaine manière « c’est chacun ses goûts ». Mais il est tout aussi clair dans cet entretien que l’origine sociale des jeunes filles (à part Marjorie toutes ont au moins un parent diplômé du supérieur), le travail de LAC et de l’école (Caroline est la meilleure élève de sa classe) concourent à installer suffisamment les logiques au fondement de cette croyance pour trouver souhaitable l’évolution d’un « nous » actuel qui représente « les jeunes », les « spectateurs basiques » vers quelque chose qu’on rapproche des critiques ou du professeur de français.

Respecter les choix du plus grand nombre

42Lorsque les adolescents n’ont pas eu l’occasion de développer une croyance en l’excellence artistique et des rapports esthétiques au cinéma, l’idée d’accorder du crédit à quelques rares individus, quel que soit leur statut officiel, n’a pas de sens. Ces lycéens, plus souvent issus de milieux populaires, peu ou pas diplômés, scolarisés dans des filières professionnelles, opposent à la non pertinence de la critique presse l’évidence de l’excellence démocratique. Les biens culturels sont évalués selon leur succès populaire et leur efficacité à remplir des fonctions (faire rire, faire peur, être spectaculaires, etc.). Si l’évaluation de la qualité n’est pas pour eux réservée aux esthètes, cela ne veut pas dire pour autant que chaque individu isolé a raison et que tous les avis se valent, puisque la logique à la base de la croyance en l’excellence démocratique est « chacun ses goûts. » Dans cette optique, on voit bien l’intérêt de la fabrication et de la mise en avant d’une note moyenne basée sur le vote de plusieurs centaines de spectateurs, et non pas de notes individuelles isolées qui ne décrivent qu’une expérience subjective qui ne correspondra pas forcément à la sienne. Dans cet extrait d’un entretien mené avec un lycéen amiénois d’origine populaire, on relève particulièrement bien l’incompréhension face à ce qui fonde la légitimité de la critique presse et, placé sous l’évidence du « bon sens », le crédit que l’on peut donner à la note moyenne des spectateurs qui représente une forme de légitimité démocratique équivalente au vote :

- Bah je prends pas du tout l’avis de la presse parce que à mon avis ils ont dû juger par rapport à leurs propres idéaux, enfin leurs propres idées, alors que les spectateurs il y a beaucoup beaucoup de personnes qui le regardent. Là par exemple je vois il y a 1 084 notes, donc il peut y avoir des gens qui aiment, des gens qui n’aiment pas… Là il y a 3,5 sur 5, donc je pense que c’est un bon film. [Par exemple là, c’est plus que la note de la presse mais donc tu te dis c’est plutôt les spectateurs qui ont raison que la presse] Bah personnellement… la presse c’est… bon c’est la moyenne mais ils ont quand même un petit peu bombardé la note quand même, parce que là 2,5… Par rapport aux spectateurs qui sont beaucoup plus nombreux que la presse, y a plus de marge de manœuvre par rapport aux spectateurs. Les spectateurs sont plus nombreux donc il peut y avoir des avis différents, donc par exemple si, admettons, il y a 75 % de spectateurs qui a apprécié énormément le film, alors que il y en a que 25 % qui ne vont pas aimer, les 25 % ils seront pas trop visibles du moins ce sera pas une trop mauvaise note, alors que si par exemple sur la presse il y a 5 personnes, trois personnes qui aiment pas et deux personnes qui aiment, je vois pas vraiment l’utilité, après je sais pas, c’est chacun son idée, moi je serai plus tenté pour regarder les spectateurs parce que les spectateurs ils ont un avis personnel, il y a beaucoup plus de personnes qui votent donc beaucoup plus d’avis, donc ils sont pas basés sur des critères ils sont basés sur leurs propres idées.
(Jason, 1re S, père conducteur d’engins, mère cariste, pas de diplômes.)

43On comprend dans les propos de Jason que l’avis d’un anonyme isolé n’a pas vraiment de pertinence. Si l’on se rappelle que les lycéens ont déjà dans leur entourage des personnes auxquelles ils peuvent faire confiance pour conseiller des œuvres et livrer des récits d’expériences subjectives de films, on comprend mieux pourquoi aussi peu de lycéens lisent les critiques rédigées par des spectateurs : dans un marché déjà très équipé et dans lequel il est facile de mobiliser son entourage, le recours à ces avis est superflu.

Notes

37 Howard Becker détaille bien comment « la désignation de ce qui peut être tenu pour de l’art obéit assurément à certaines conditions fixées par un consensus préalable sur les critères à appliquer et sur les personnes qui les appliqueront. » [Becker, 1988 (1982), p. 168.] Le sociologue rappelle par ailleurs qu’il s’agit bien d’une croyance valable à un moment donné, en soulignant qu’elle est accordée de manière « sporadique et inconstante » par ceux qu’il appelle les « intéressés ».

38 C’est illustré avec beaucoup de clarté pour l’histoire du jazz en France par Ludovic Tournès [1999]. Pour le cinéma, on peut citer [Mary, 2006] et [Montebello, 2004].

39 Cette sous-population statistique a été obtenue en regroupant tous les répondants qui ont choisi les modalités de réponse traduisant le plus clairement un rapport esthétique au cinéma à plusieurs questions. Parmi les Utilisateurs, cette sous-population, compte 38 personnes qui sont majoritairement des filles, venant de milieux supérieurs et scolarisées dans une filière générale.

40 La prise est un intermédiaire matériel qui fait médiation entre l’œuvre et l’amateur, et participe au plaisir qu’éprouve ce dernier dans la pratique culturelle, d’après [Hennion et al., 2009] : « la pochette “donne prise” à l’appréhension du disque, “accrochant” le regard ; saisie par glissement analogique comme mandataire de la musique, elle peut suffire à décider un amateur à l’achat ». Les auteurs semblent parfois oublier qu’il faut des formes « d’apprentissage » pour identifier une prise comme une prise et pour s’en servir d’une manière ou d’une autre.

41 En réponse à la question de savoir quels éléments ils mobilisent prioritairement quand ils se trouvent devant une salle de cinéma sans savoir exactement quel film ils allaient voir.

42 Il parle du film Suker Punch, dont la publicité occupe tout le fond de l’écran. Quelques minutes avant, Léo avait réagit très vivement à l’apparition de la publicité, en m’expliquant que sauf éventuellement pour rire entre copains, il ne verrait jamais un film comme ça.

43 Parmi la liste de réalisateurs proposés aux lycéens amiénois, Tim Burton est parmi les plus connus et le plus apprécié (22 % disant ne pas le connaître même de nom, et 30 % disant l’aimer assez pour aller voir un de ses films sans hésiter). Johnny Depp est l’acteur qui a été le plus souvent cité comme acteur préféré (question ouverte), réunissant presque 10 % des répondants.

44 On pourrait faire la même remarque sur la manière dont l’offre est présentée par une partie des médias. Alors qu’en musique, le nom de l’artiste est quasiment toujours précisé (sauf éventuellement à la radio), les sites de streaming ou même la télévision peuvent tout à fait désigner un film par son simple nom, sans préciser qui est l’artiste auquel attribuer l’œuvre.

45 Parmi les nombreuses références abordant les adolescents, voir [Lahire, 2004 ; Baudelot et al., 1999 ; Détrez, 2003].

46 L’intériorisation de cette disposition permet de s’approprier les œuvres d’art « selon une intention proprement esthétique, c’est-à-dire dans sa forme plutôt que dans sa fonction ». l’« esthétique populaire », à l’inverse, est fondée sur « l’affirmation de la continuité de l’art et de la vie, qui implique la subordination de la forme à la fonction » [Bourdieu, 1979, p. 33].

47 Les deux amis venaient de m’expliquer qu’ils constataient que les filles semblaient toujours avoir un « mauvais » rapport au cinéma et à la musique, un rapport sentimental dénué d’analyses objectives, formelles, techniques. Il était donc quasi impossible de faire confiance aux recommandations d’une fille pour eux. La suspicion d’incompétence ou de mauvais goût dont souffrent les filles en matière de culture a déjà été étudiée, par exemple par Dominique Pasquier [2005].

48 Elle parle du « Crash Test », émission de quelques minutes au sein du Grand Journal de Canal+, durant laquelle interviennent trois critiques de différents médias (présentés à l’écran par leur nom et le titre de presse ou la radio pour lesquels ils travaillent) qui commentent et notent trois films sortis dans la semaine.

Table des illustrations

Titre Figure 8. Regarder le nom des acteurs avant de voir un film suivant l’origine sociale. En pourcentage.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2259/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 9. Regarder le nom des réalisateurs avant de voir un film suivant l’origine sociale. En pourcentage.
Crédits Source : Enquête Amiens 2011
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2259/img-2.png
Fichier image/png, 41k

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search