Version classiqueVersion mobile

« Moi je lui donne 5/5 »

 | 
Dominique Pasquier
, 
Valérie Beaudouin
, 
Tomas Legon

Chapitre 3. Une plateforme dans une pratique globale

Texte intégral

  • 21 Par « univers des possibles », on entend l’ensemble des références proposées dans un contexte et à (...)
  • 22 Par exemple, un après-midi, j’accepte de regarder un film qu’un ami vient de me proposer – en DVD, (...)

1Nous allons maintenant nous intéresser aux usages de la plateforme par une population doublement concernée par le cinéma et internet : les lycéens. Il s’agira d’étudier le sens donné à un dispositif en ligne parmi d’autres dispositifs pour découvrir et évaluer des films, en se demandant notamment en quoi les usages qu’en font ces lycéens sont liés à des rapports au cinéma socialement construits. On analysera la place qu’occupe une plateforme dans une chaîne plus large de sélection cinématographique qui vise à réduire peu à peu l’univers des possibles21 : au départ, il y a les films dont on découvre ou connaît l’existence, puis ceux dont la consommation semble envisageable, et enfin, celui que l’on va choisir de regarder effectivement. Cette chaîne peut se dérouler sur un temps relativement long, en étapes séparées, ou quasiment en une seule fois22.

2Le choix du public lycéen se justifie de plusieurs manières :

  1. Restreindre le public par une variable permet de simplifier le travail d’enquête et de travailler plus proprement sur des effets liés aux autres variables (genre, origine sociale…).

    • 23 On exclut des « films choisis » les films vus à la télévision « par hasard », sans aucune forme de (...)

    La sortie au cinéma est une pratique juvénile, par effet d’âge. En effet, dans toutes les générations observées, on constate un pic dans le volume de pratique chez les 15/25 ans, puis un déclin au fur et à mesure de l’avancée en âge [Donnat & Levy, 2011]. En 2008, comme lors des précédentes enquêtes « Pratiques culturelles », la sortie au cinéma concerne presque tous les lycéens. On peut sans doute étendre ce constat à la consommation de films choisis23, puisque les 15-25 ans sont également les plus nombreux à déclarer regarder régulièrement des DVD ou des vidéos sous forme de fichiers numériques.

  2. L’utilisation d’internet est une pratique juvénile, sans doute plus par effet de génération. En 2008, 91 % des lycéens utilisent internet au moins un ou deux jours par semaine (59 % l’utilisent tous les jours ou presque), contre seulement la moitié de l’ensemble des Français (36 % l’utilisant tous les jours ou presque). Parmi les internautes, ils sont également ceux qui téléchargent le plus de contenus culturels ou vont sur des sites de partage de fichiers (dans lesquels sont compris les sites de streaming) [Donnat, 2009].

3En ciblant le public lycéen, on s’assure donc de ne rencontrer quasiment que des individus qui vont régulièrement sur internet et qui choisissent régulièrement de regarder des films. Cela signifie que pour presque tous, l’utilisation d’un site internet spécialisé est une possibilité qui peut se poser. Pour autant, cela ne veut pas dire que tous les lycéens utilisent ces sites ou que ceux-ci sont centraux dans leurs pratiques cinématographiques. Grâce aux spécificités de l’enquête de réception, on pourra comprendre que, même pour ses Utilisateurs réguliers, l’immense boîte à outils qu’est cette plateforme n’est jamais entièrement mobilisée. En prenant sens dans un rapport plus général au cinéma, seuls quelques éléments ont une utilité précise pour les différents adolescents. Ces éléments produisent bien quelque chose dans leur expérience cinématographique, mais on veillera à ne pas détacher artificiellement les effets de la plateforme de ceux liés aux autres acteurs qui interviennent ordinairement dans les choix des lycéens. Il faut la replacer dans les pratiques cinématographiques globales, en montrant ce qui motive le recours à un dispositif en ligne parmi les autres médiateurs possibles.

4Les résultats présentés dans ce chapitre se basent sur différentes méthodes complémentaires : deux enquêtes quantitatives (région Rhône-Alpes et Amiens Métropole), des entretiens qualitatifs avec navigation commentée et un jeu de programmation réelle, des entretiens collectifs avec un jeu de programmation virtuelle (cf. éléments de méthode).

Éléments de méthode

  • 24 Les étudiants du Master 2 « Culture & Patrimoine » de l’Université de Picardie Jules Vernes, promot (...)

5Les constats quantitatifs s’appuient sur l’analyse partielle de deux questionnaires. Le premier a été rempli par des élèves de la Région Rhône- Alpes entre 2009 et 2010 (n = 833) et portait seulement en partie sur leurs pratiques cinématographiques. Le second ne concernait que des adolescents scolarisés dans Amiens Métropole durant l’année 2010/2011 (n =560). Ce questionnaire, créé pour une enquête portant plus largement sur l’orientation des lycéens dans l’offre cinématographique locale24, comportait une petite section entièrement dédiée aux usages de Viv@Films.

6Plusieurs séries d’entretiens permettent de proposer des résultats plus qualitatifs. Tout d’abord, des entretiens individuels avec des adolescents ayant rempli l’un des deux questionnaires (n = 7). Ces entretiens comprenaient souvent (mais pas systématiquement) une section qui se déroulait sur internet. Durant un premier moment de navigation entièrement géré et commenté par l’enquêté, il s’agissait de comprendre les usages habituels du site internet (lorsque ceux-ci existaient), en ne s’intéressant qu’à ce qui fait sens pour l’adolescent, à l’image d’une étude de réception. Nous accordions ainsi de l’importance à la manière d’arriver sur le site (via un film, une salle, un onglet…), et encouragions ensuite l’enquêté à faire ce qu’il faisait ordinairement sur la plateforme. Malgré l’apparente simplicité de la consigne, cela n’a souvent rien de facile pour les enquêtés. La plupart d’entre eux demandent plusieurs fois pendant l’exercice ce qu’ils doivent faire. D’autres naviguent pendant un moment en commentant ce qu’ils voient et déclarent un peu plus tard, poussés par des questions, qu’ils ne font en réalité jamais ce qu’ils viennent de faire. Pendant l’entretien, il faut donc toujours bien veiller à ce que la présence de l’enquêteur ne modifie pas trop le programme de départ : observer des usages ordinaires et habituels de la plateforme.

7Se connecter sur le site spécialisé permettait aussi de demander aux adolescents de commenter des visuels (affiches, photos promotionnelles…) et des informations (sous forme de textes ou de sons, mais aussi de notes, de classements, de statistiques). Ce second moment de navigation était géré par l’enquêteur, qui demandait à l’enquêté de réagir à des éléments auxquels celui- ci n’aurait pas forcément prêté attention de lui-même. Cette méthode, qui correspond à une mise en situation artificielle, était souvent indispensable pour faire émerger des pratiques et des catégorisations. Elle permettait de voir si certaines informations permettaient d’avoir un avis a priori sur certains films, et si oui, comment se construisait cet avis. C’est une bonne manière pour comprendre pourquoi certains outils proposés par la plateforme ne sont pas utilisés, n’ont pas ou peu de sens, etc. Par exemple, des entretiens réalisés avant cette enquête laissaient penser que les critiques étaient très peu lues, même par ceux qui semblaient regarder la note attribuée par le public. Dans le cadre de ce travail qui s’intéresse particulièrement à la critique amateur, il a fallu le plus souvent passer par une mise en situation artificielle pour amener les enquêtés à faire ce qu’ils ne faisaient quasiment jamais spontanément, c’est-à-dire à lire les critiques du public pour obtenir d’éventuelles réactions. De plus, si les enquêtés ne l’avaient pas déjà fait spontanément, l’enquêteur proposait systématiquement d’aller sur la programmation d’un cinéma local. Le but était de les faire réagir sur les films de la semaine, à partir de ce qu’ils voyaient sur la page de la salle. S’ils voulaient en savoir plus sur certains films, les adolescents pouvaient naviguer librement, cliquer sur les liens, etc. Enfin, ils pouvaient nous dire si un film leur donnait assez envie pour organiser une sortie au cinéma. On appellera ce moment de navigation le jeu de la programmation réelle.

  • 25 À la manière de la liste de films proposée par Jean-Michel Guy pour son enquête sur les pratiques c (...)
  • 26 Le fait de ne pas pouvoir avoir systématiquement un ordinateur permettant de visualiser les bandes- (...)

8Des entretiens collectifs ou en classe ont également été réalisés (n =10). Ils étaient notamment basés sur des jeux de classement et d’évaluation de films. Un jeu en particulier a été conduit aussi souvent que possible : il s’agit d’une mise en situation fictive, dans laquelle le groupe doit choisir un film à aller voir collectivement parmi six choisis préalablement par l’enquêteur (sélection présentée comme la programmation d’un cinéma tout aussi fictif), pour certaines de leurs caractéristiques (durée, affiche, récompenses, casting, année…)25. La place fictive est à 5 euros et si aucun film ne semble justifier la dépense de cette somme, le groupe peut abandonner la sortie. Pour se décider, le groupe dispose pour chaque film des informations telles qu’elles sont présentées au moment de l’enquête sur le site internet (sauf la bande-annonce)26. Certaines informations sur les films ont même été modifiées par l’enquêteur, encore une fois pour faciliter la vérification de certaines hypothèses. On appellera ce moment le jeu de la programmation fictive.

9Pendant la découverte de la programmation et quand c’était possible, l’enquêteur quittait la pièce, laissant seuls le groupe d’amis et l’enregistreur. Le but était de faciliter l’émergence du débat dans le groupe ou la dyade, pour ne pas que celle-ci se fasse « sous la surveillance » directe de l’enquêteur. Les entretiens individuels ont permis de voir que certains critères comme la beauté physique des acteurs, la recherche de l’émoi érotique, de formes d’apprentissages amoureux, ne se racontent au sociologue que difficilement, sur le registre de la honte ou de l’aveu, alors qu’ils peuvent être tout à fait acceptés dans un groupe de liens forts (ils peuvent même motiver à eux-seuls le choix de certains films dans des groupes d’ami(e)s). Il s’agissait donc de permettre aux membres du groupe de mobiliser éventuellement ces critères. À nouveau, cela ne doit pas faire croire que l’enquêteur disparaît magiquement au moment où il quitte la pièce. Même si les enquêtés se retrouvent entre eux, que leur attention est centrée sur le choix à faire, ils n’oublient jamais totalement qu’ils sont dans une situation d’enquête. Dans le contexte d’un entretien collectif, le but principal est de pouvoir accéder aux discussions du groupe pendant le moment du choix. En créant une situation artificielle, on essaie ainsi de faciliter l’observation de jugements a priori en se rapprochant des moments ordinairement vécus par le groupe.

10Cette étude a été donc construite de la même manière et avec les mêmes objectifs qu’une étude de réception. Une telle étude est en réalité une excellente entrée pour saisir le rapport au cinéma des adolescents. Celui- ci est travaillé par leur socialisation sexuée, leur probabilité plus ou moins grande d’évoluer dans des environnements dotés en capital culturel, leurs choix scolaires et leurs rapports à l’école, etc. Comme on le verra dans ce chapitre et le suivant, une étude de réception permet surtout de rappeler qu’on ne peut pas supposer un usage ou un effet d’un dispositif technique simplement à partir de son existence et de ses caractéristiques complètes. C’est le sens social qu’on lui donne qui détermine à la fois son intérêt et ses formes concrètes d’usage.

Le public adolescent et Viv@films

  • 27 Plaçant ainsi la plateforme en tête devant le site du cinéma Gaumont Amiens (cité par 33 % des répo (...)

1156 % des lycéens scolarisés dans Amiens Métropole ont mentionné Viv@ Films dans les trois principaux sites parlant de cinéma (ou concernant une salle ou un film en particulier) auxquels ils se connectent27. On appellera ces lycéens des Utilisateurs. On sait par ailleurs que lorsque les lycéens et apprentis rhônalpins veulent en savoir plus sur des films dont ils ont entendu parler, 75 % d’entre eux vont voir des bandes-annonces sur internet via des sites spécialisés, et 37 % vont lire des avis sur des sites, des blogs ou des forums qui parlent de cinéma. En revanche, seulement 17 % des jeunes Rhônalpins indiquent un site, blog ou forum spécialisé sur le cinéma comme l’une des sources ayant le plus de chances de faire découvrir des films dont ils n’avaient pas encore entendu parler. Avec les données statistiques dont nous disposons, on peut donc dire que si Viv@Films ne concerne pas tous les lycéens qui déclarent regarder des films, la plateforme est vraisemblablement utilisée au moins occasionnellement par un peu plus de la moitié des adolescents. C’est à la fois « peu » quand on rappelle que les 15/19 ans sont ceux (avec les 20/24 ans) qui ont le plus de chances d’être concernés par l’existence du site, et beaucoup quand on pense au fait que ce site en particulier reste un intermédiaire, parmi d’autres plus ou moins équivalents, et dont on peut tout à fait se passer pour consommer des films.

12À partir de ce premier cadrage, il faut souligner qu’une partie des internautes peuvent utiliser indifféremment Viv@Film ou d’autres plateformes pour obtenir le même types d’informations (des horaires ou la bande-annonce d’un film, par exemple). Le site du cinéma Gaumont Amiens propose ainsi sa programmation en réunissant plus ou moins le même type d’informations (affiche, acteurs, réalisateur, durée, horaires, et si on clique sur le film, un résumé et la bande-annonce). 38 % des Utilisateurs de Viv@Films d’Amiens déclarent se connecter également à ce site, et les entretiens avec ces internautes indiquent que c’est souvent pour y trouver les mêmes choses. Le fait, par exemple, de ne trouver aucun système de notation ou de commentaire des films sur le site de Gaumont Amiens indique que cette information n’aurait pas forcément été recherchée ni mobilisée sur Viv@Films.

(Amélie tape le nom d’un fi qui l’intéresse dans le moteur de recherche de Google)
- [Là tu regardes tous les résultats ?]
- Non, bah, je vais regarder celui qui vient du Gaumont souvent. Ou sinon, bah, je descends, bah par exemple là il va y avoir Viv@films ça va pas me déranger de cliquer dessus puisque je sais que c’est à peu près le même fonctionnement : y a l’affiche, puis en-dessous il y a la bande-annonce, il y a le résumé donc…
(Amélie, T ES, père logisticien, CAP, mère agent d’entretien, CAP)

13Le fait de chercher un fi ou une programmation à partir de Google (et non pas à partir du moteur de recherche de telle ou telle plateforme spécialisée) peut également indiquer l’indifférence des internautes dans le choix des sources qui permettent de trouver l’information souhaitée. Les politiques éditoriales, commerciales ou communautaires du site peuvent n’avoir aucun sens particulier pour des adolescents qui trouvent les plateformes tout à fait interchangeables dans ce qu’elles proposent. Le très bon référencement du site, qui le place dans les premiers résultats de Google, le développement d’applications mobiles ou la popularité de cette plateforme en particulier fait qu’elle peut être régulièrement utilisée même par ceux qui ne lui trouvent pas d’intérêt particulier : ainsi 14 % des lycéens amiénois utilisent des sites sur lesquels on peut trouver des choses relativement équivalentes à Viv@ films, sans déclarer utiliser cette plateforme. Là encore, les entretiens avec ces internautes tendent à montrer qu’il n’y a vraisemblablement pas de rejet du site (dans sa forme ou sa politique), mais plutôt des habitudes de connexion déjà constituées et qui satisfont les besoins des internautes.

  • 28 Parmi ceux qui ne sont pas allés au cinéma au cours des six derniers mois, 42 % ont déclaré utilise (...)

14Il faut toutefois noter l’importance de ces nouveaux intermédiaires. Parmi les lycéens scolarisés dans Amiens Métropole, seul un quart des répondants ne va sur aucun site consacré au cinéma (ou à une salle ou un film en particulier). Logiquement, en relation avec leur moindre volume de pratiques du cinéma et d’internet, ceux qui viennent des milieux les plus populaires sont plus nombreux (30 %) à déclarer n’aller sur aucun site que ceux dont les parents sont plus diplômés (20 %). Plus surprenant en revanche, les garçons sont un peu plus nombreux (26 %) que les filles (20 %) à ne jamais fréquenter ce type de site, ces dernières étant un peu plus nombreuses à aller sur Viv@ films (61 % contre 52 %) et beaucoup plus nombreuses à aller sur le site du cinéma Gaumont d’Amiens (43 % contre 25 %). Par ailleurs, le recours aux sites progresse avec le nombre de sorties au cinéma28. Si l’on s’intéresse uniquement aux adolescents qui consomment beaucoup de films, on augmente donc sensiblement les chances de trouver des Utilisateurs de la plateforme. Il serait en revanche impossible d’essayer de distinguer nettement si les plateformes sont une cause ou une conséquence du nombre de sorties. Enfin, on peut remarquer que l’utilisation de ces intermédiaires, en plus d’être corrélée à un fort volume de pratique, réduit également assez nettement l’incertitude sur les films qui vont être vus. Ceux qui n’ont pas recours à un site internet sont deux fois plus nombreux que l’ensemble des répondants à aller au cinéma sans savoir du tout quel film ils vont voir (12 % contre 5 % de l’ensemble) et moins nombreux à chercher à voir un film en particulier (53 % contre 61 %). À l’inverse, les Utilisateurs de Viv@films savent presque sept fois sur dix exactement quel film aller voir, et ne se présentent quasiment jamais devant une salle sans idée préalable.

15On peut distinguer deux configurations différentes qui amènent à consulter des éléments fournis en ligne par des sites :

  • les sites peuvent être mobilisés pour voir des détails sur des fi repérés par ailleurs : dans ce cas, un site spécialisé facilite seulement une pratique déjà envisagée ou même fixée.

  • les sites, en mettant en avant une partie de l’offre, peuvent faire découvrir des films et donner envie d’organiser une prochaine sortie. Dans ce cas-là, un site spécialisé développe le volume de la pratique.

16La première configuration est plus fréquente. Dans la figure 6 ci-après, on voit que la présence d’une première source de découverte (« après avoir entendu parler/vu… ») tend à l’emporter sur le recours à la plateforme pour découvrir du contenu qu’on ne connaît pas encore (« quand j’ai envie de voir un film sans idée précise » et « quand j’ai envie de me tenir au courant… »). Ce constat est conforté par le fait qu’une majorité d’Utilisateurs disent utiliser la plateforme en tant que base de données, en se servant du moteur de recherche pour y trouver un contenu précis, découvert avant d’aller sur celle-ci (figure 7).

Figure 6. Les raisons qui poussent à se connecter sur Viv@films (sur 100 Utilisateurs, 2 réponses possibles)

Figure 6. Les raisons qui poussent à se connecter sur Viv@films (sur 100 Utilisateurs, 2 réponses possibles)

Source : enquête sur les manières dont s’orientent les lycéens amiénois dans l’offre cinématographique locale (2011)

­Figure 7. Le type de navigation privilégié sur Viv@films (sur 100 Utilisateurs)

­Figure 7. Le type de navigation privilégié sur Viv@films (sur 100 Utilisateurs)

Source : enquête sur les manières dont s’orientent les lycéens amiénois dans l’offre cinématographique locale (2011)

17Les Utilisateurs qui disent utiliser le plus souvent la plateforme en ne cherchant rien de particulier sont moins nombreux que les autres à se connecter sur la plateforme après avoir entendu parler d’un film par leur entourage (27 % contre 40 % des autres, 35 % de l’ensemble) ou après avoir vu une bande-annonce au cinéma (22 % contre 36 %). À l’inverse, ils sont bien plus nombreux à dire se connecter quand ils veulent se tenir au courant des films qui vont sortir (28 % contre 15 %) ou quand ils veulent regarder un film sans idée précise (40 % contre 30 %).

Le rôle prépondérant de l’entourage

  • 29 Ces deux auteurs ont rappelé la nécessité d’établir une distinction entre la diffusion de l’informa (...)
  • 30 Les documentaires en sont un bon exemple. Mis à part quelques rares exceptions médiatisées et qui s (...)

18Le cas le plus courant chez les Utilisateurs semble donc être d’utiliser la plateforme non pas pour découvrir l’existence de films mais pour en savoir plus sur des films dont on a entendu parler par ailleurs, qui ont été recommandés par d’autres sources de découverte. Le rôle de l’entourage amical vient en tête des sources les plus susceptibles de faire découvrir des films qui plairont : 60 % citent les « amis proches » et 40 % les « copains », devant « une émission de télé » à 33 %. Les sites spécialisés sur le cinéma ne sont cités comme source pouvant faire découvrir l’existence de « bons » films que par 17 % des répondants, soit à même niveau que les parents. On a là un exemple classique de la supériorité du processus de communication interpersonnelle sur l’exposition directe aux médias [Katz et Lazarsfeld, 1955] et une confirmation de l’importance des liens forts dans les processus de choix [Brown et Reingen, 1987]29. Les médias sont les premiers à parler des films, ils concourent à donner envie d’en savoir plus grâce à un intermédiaire comme un site internet spécialisé. Mais, dans la plupart des cas, ce sont bien les membres de l’entourage qui semblent représenter le maillon essentiel de la chaîne de prescription. Dans la logique défendue par Lazarsfeld et Katz, si un bien ou un genre culturel ne circulent pas dans le réseau social d’un individu, leur consommation devient beaucoup moins envisageable pour lui, même s’il connaît son existence. Sans ces formes de recommandations ordinaires, qui structurent les consommations culturelles de presque tous les adolescents (même si les formes concrètes de ces recommandations varient assez nettement d’une catégorie sociale à l’autre ou suivant le sexe), le bien culturel précis et parfois même le genre entier30, tendent à être perçus comme extraordinaires et inenvisageables pour soi-même.

19On peut ainsi prendre l’exemple de la bande-annonce diffusée en salle et qui n’est rien d’autre qu’un effort promotionnel consenti par les distributeurs, effort coûteux mais qui est censé avoir des retombées positives sensibles sur le succès du film [Beuscart & Mellet, 2011]. Sept lycéens rhônalpins sur dix disent que les bandes-annonces vues au cinéma font partie des choses qui donnent envie de voir un film. Un avis que doivent partager une très large majorité des 80 % de lycéens amiénois qui disent arriver à l’heure au cinéma pour pouvoir voir les bandes-annonces. On pourrait conclure ici au résultat d’un travail efficace de communication, orchestré par les acteurs de l’industrie du cinéma au sens large, et censé produire un effet « fort » et direct de recommandation. Mais, lors des entretiens, si l’on demande aux lycéens de raconter ces moments, on fait apparaître qu’au moins autant que la bande-annonce en elle-même, c’est la réception et la réaction commune du groupe au cinéma, et éventuellement les discussions futures (qui peuvent se baser sur d’autres informations ou d’autres extraits vus sur internet) qui comptent pour se faire une idée de la qualité présumée du film ou pour donner envie d’en savoir plus.

- Magalie : Au début d’séance au cinéma, y’a plein de… BA qui passent, comme ça (petit rire des deux, qui semblent penser à la même chose, nda)… et c’est dans ces conditions que… on a envie d’aller voir un film !
- (Petit rire de Pauline)
- [Avant Very Bad Trip 2, qu’est-ce que vous avez vu comme BA ?] (les deux filles se regardent en riant) : Mr Popper et ses pingouins !
- [Comment tu me raconterais cette BA, qu’est ce qui donne envie ?]
- Pauline : (me raconte les scènes exposées dans la BA, avec beaucoup d’excitation et de passion) et p’is à la toute fin, on l’voit qu’y danse avec les pingouins, et donc y font une pose finale ! Et là, t’as un pingouin, qui fait, mais… “splach” (elle mime le pingouin qui tombe avec ses mains) ! Et là on a tous explosé d’rire, et on s’est tous dit « faut qu’on aille le voir ! »
(Magalie, mère bac, père diplômé du supérieur. Pauline, mère et père diplômés du supérieur)

20Si on utilise la même méthode dans les entretiens, c’est-à-dire faire raconter des consommations, retracer des parcours complets de sorties au cinéma, de DVD choisis dans des soirées, de films regardés en streaming tout seul dans la chambre, on constate que le plus souvent, les fi ont été au préalable discutés entre amis (ou plus rarement avec des membres de la famille), c’est-à-dire plutôt des liens forts en qui on a confiance. Pour les films particulièrement populaires, massivement promus et diffusés dans les médias généralistes, les enquêtés arrivent plus difficilement à faire le lien entre un groupe précis, ou un moment particulier, et la recommandation du film. C’est une situation typique de ce qu’on appellerait le bouche- à-oreille, quelque chose de diffus, ce « tout le monde parle », sorte de mouvement général porté essentiellement par les grands groupes de liens faibles qui sont particulièrement développés à l’adolescence [Bidart, 1997]. Cela peut créer aussi bien un a priori positif, notamment pour les enfants des classes populaires (qui ont plus tendance à croire que si un grand nombre d’individus s’intéressent à un bien culturel, il a des chances d’être intéressant) qu’un rejet a priori, notamment pour les enfants qui viennent des milieux les plus diplômés et qui tirent un profit de distinction de ne pas aller vers ce qui est le plus vulgarisé.

21Toutefois, souligner le rôle essentiel de l’entourage social ne doit pas conduire à oublier le fait que le niveau de diffusion médiatique, et les canaux médiatiques par lesquels les adolescents ont découvert l’existence de films (ou auxquels ils associent les films dans leurs discussions) permettent déjà d’avoir un avis sur le film qu’ils cherchent mais également sur ceux qu’ils sont susceptibles de découvrir sur la plateforme. On peut en effet dire que par leur travail de présentation, de mise en visibilité et de segmentation des publics, les médias et la promotion aident grandement à catégoriser l’offre en films plus ou moins « connus », « grand public », plus ou moins « indépendants », plus ou moins « divertissants », « culturels », etc. Au moment où les lycéens se connectent sur internet, une partie de l’offre leur a déjà été présentée, même si les adolescents n’ont vu cette présentation qu’avec une attention oblique. Ce qu’on a appelé l’univers des possibles est alors déjà partiellement ordonné, réduit, par les catégorisations a priori que l’offre médiatique et promotionnelle permet de faire.

22Il semble en tout cas évident que la plateforme ne joue que minoritairement le rôle de première prescriptrice. Elle sert avant tout à réduire encore plus un univers des possibles déjà fortement resserré par le travail de recommandation d’autres acteurs. Le plus souvent, on cherche à en savoir plus sur des choses dont on envisage déjà la consommation. C’est avec des a priori déjà constitués sur les films qu’une grande partie des adolescents se connectent au site internet. Comme on le verra tout au long du chapitre 4, les lycéens qui se sont connectés à la plateforme avec une idée précise cherchent alors soit des informations pratiques pour voir un film dont la consommation a déjà été prévue, soit tentent de s’assurer plus définitivement de la qualité de certains films dont ils envisagent la consommation, grâce à des outils qui leur semblent avoir du sens.

23Mais ce qui est minoritaire n’est pas pour autant exceptionnel : il convient donc de voir comment la plateforme peut, dans certains cas, représenter un moyen de s’exposer à l’offre cinématographique et de découvrir l’existence de films.

Des réactions contrastées aux indices du succès

  • 31 Soit 26 % des répondants amiénois. Si on exclut ceux qui disent également aller sur la plateforme s (...)

2445 % des Utilisateurs parmi les lycéens amiénois ont répondu se connecter sur la plateforme sans chercher un fi dont ils avaient entendu parler par ailleurs31. Les classes moyennes et les garçons sont légèrement sur représentés dans ce groupe (notamment pour se tenir au courant des films qui vont sortir), mais on peut dire que tous les profils sociaux sont représentés. Simplement, comme on va le voir, les usages concrets varient nettement suivant les adolescents, notamment parce qu’il existe différentes façons de découvrir l’existence de films sur la plateforme.

25L’exposition à la publicité pour des films sur le site est le premier moyen de découverte de films. Au moment de l’enquête, la page d’accueil du site est un écran complet faisant la promotion d’un seul film. Il faut passer cette page pour arriver sur le site. À partir de là, quelle que soit la page sur laquelle on se trouve, le fond de l’écran est toujours occupé par le visuel d’un film (plus rarement d’un jeu vidéo). À cette exposition « forcée » s’ajoutent d’autres choix éditoriaux qui consistent à mettre en avant une toute petite partie de l’actualité cinématographique, dès la page d’accueil (les rubriques « bandes-annonces à ne pas manquer », « films les plus attendus », « films de la semaine », « films toujours à l’affiche »). Suivant la taille de l’écran de l’internaute, il faut faire défiler plus ou moins longuement la page vers le bas pour voir toutes ces rubriques.

  • 32 Ces termes sont définis dans le chapitre suivant.

26Face à ces propositions, les lycéens se divisent fortement (jusqu’à l’opposition totale) suivant leur croyance plus ou moins forte en l’excellence artistique ou l’excellence démocratique32 et donc, indirectement, suivant leur origine sociale, leurs parcours scolaire, etc. Comme on va le voir, ces différentes croyances recoupent bien les logiques au fondement de la division de l’offre entre marché restreint et marché étendu [Bourdieu, 1971]. Le premier, caractérisé par les régimes de l’authenticité et de l’opinion experte chez Karpik, est plutôt porté par des petits ou moyens acteurs indépendants (maisons de productions, distributeurs et salles indépendants, médias spécialisés). Il se construit sur le désintéressement économique apparent et la recherche d’un capital symbolique (succès critique, prix dans des festivals, etc.). Le second, caractérisé par les régimes méga et de l’opinion commune est plutôt porté par de gros acteurs intégrés à d’autres univers économiques (majors pour la production et la distribution, multiplexes, médias généralistes) et se construit sur l’intérêt économique et la recherche d’un succès populaire (BoxOffice, top50, etc.) [Karpik, 2007].

27Durant la partie de navigation libre des entretiens (gérée par l’enquêté), les réactions spontanées face aux publicités de fond d’écran montrent à la fois l’attention que leur portent les adolescents et le rôle que jouent ces publicités dans la construction d’un avis sur le film. Les lycéens les plus dépourvus en capital culturel sont clairement plus attentifs à ce qui apparaît en fond d’écran. Ils pensent bien plus souvent que leurs camarades de milieux diplômés que la publicité peut leur faire découvrir des films dont la consommation est envisageable. C’est le cas de Marc, qui, lorsqu’on se connecte pour la première fois sur la plateforme, réagit en quelques secondes aux publicités mises en avant et que l’enquêteur n’avait parfois pas encore eu le temps d’apercevoir sur l’écran.

(Il se connecte à la plateforme via Google et arrive sur la pré-page d’accueil, qui s’ouvre sur une publicité pour le film Dream House. Il réagit tout de suite)
- Ah voilà ça c’est un film que j’ai pas encore vu. Il a l’air bien.
- [T’en avais jamais entendu parler ?]
- Non. (il accède à la page d’accueil ou d’autres publicités apparaissent). Ah celui-là aussi ! “Le 19 octobre”… (indique) à droite…
- [L’image qui bouge en bas ?]
- Ouais voilà.
- [Alors là du coup on voyait pas tout à fait en entier (une BA s’était lancée dans un coin de l’écran, partiellement visible. Il fait apparaître la publicité en entier)]
- Voilà Paranormal Activity 3, alors ça c’est un film que je regarderais.
- [Quand toi tu l’as vu t’as vu quoi au moment où tu m’as dit “ah celui-là aussi” c’était ça ? (je lui montre une image fi qui mentionne le nom du film)]
- Non non, c’était la bande-annonce. C’était une femme qui se faisait emporter par un truc invisible. Ça va revenir. Voilà, c’est ça que j’ai vu, voilà, “le 19 octobre”.
- [Mais tu l’as vu genre comme ça, de loin, et tout de suite tu t’es dit “tiens ça m’intéresse ça” ?]
- Ouais, parce que ça c’est un genre de films aussi que j’aime bien. Ça fait flipper. (Quelques minutes plus tard il lance la BA du film. Pendant le chargement, une publicité pour un autre film se lance).
- Ah voilà, alors ça c’est bien ici, ils passent une autre pub entre deux. […]
- [S’ils mettent une BA comme ça tu regardes vite fait ou pas vraiment ?]
- Ouais, parce que je sais jamais ce que je cherche donc en fait si il y a un truc qui sort… Donc en premier, je regarde d’abord les pubs, les vidéos.
(Marc, 1re STSS, père magasinier, mère employée de maison, pas de diplômes).

28La rapidité avec laquelle Marc se dit intéressé, en n’ayant à sa disposition quasiment aucune information sur le film qu’il vient de découvrir (une toute petite séquence d’une bande-annonce, un aperçu d’à peine une seconde d’une affiche), montre bien la confiance qu’il accorde à la publicité proposée par la plateforme, qui agit comme source de découverte et dispositif de jugement. La consommation du film semble envisageable sans doute autant par les quelques indices qu’il a à sa disposition pour l’évaluer (les couleurs de l’affiche, par exemple) que par le fait même que ce film bénéficie d’un effort promotionnel.

29À l’inverse, parmi les adolescents qui, d’une manière ou d’une autre, ont évolué dans un environnement marqué par un capital culturel plus important, très peu se sont attardés spontanément sur la publicité. Quand certains le faisaient, ce n’était jamais pour manifester un intérêt pour le film :

- [Ça t’arrive jamais d’aller sur le site pour voir l’actualité du cinéma ?]
- Non. Que quand j’ai envie d’aller au cinéma, que j’cherche à voir des films en particulier (Va sur Google et se connecte. La pré-page d’accueil apparaît). C’est chiant les pubs !
- [Tu cliques des fois quand même pour savoir ce que ça va être le film ou jamais ?]
- Non ! (surprise par ma question, trouvant visiblement l’idée absurde) Non ça m’énerve directement, je regarde même pas l’image. (Elle passe à la page d’accueil).
- [Et là pareil le film qui fait un peu tout le bord (Bon à tirer) ça, ça t’intéresse ou pas trop ?]
- Bah non je le regarde même pas. Même “à ne pas manquer” je regarde pas. Je vais direct dans ce qui m’intéresse (elle tape “Amiens” dans la barre de recherche).
(Maelle, Term. L, père accordeur de piano, mère bibliothécaire- copiste. Études supérieures.)

30En demandant explicitement à ces adolescents de donner leur avis ou de prêter attention aux publicités, on a pu en revanche obtenir beaucoup de réactions. La croyance en une qualité culturelle qui ne peut pas se construire ou se mesurer avec des critères économiques tend plutôt à les rendre méfiants voire hostiles à la promotion pure, qui n’a besoin, elle, de rien d’autre que d’un budget important (« J’me dis qu’ils ont besoin d’faire d’la pub pour le vendre, donc qu’il est pas si bien qu’ça ! Ah s’il est dans une pub, j’vais pas l’voir ! Pour moi un bon film, il a pas b’soin d’pub ! »). Comme pour Marc, mais avec des conséquences inverses, le fait que le film bénéficie d’une promotion importante intervient donc fortement : avec très peu d’indices et quasiment immédiatement en le découvrant, certains peuvent proposer (à ma demande) un jugement catégorique sur le fi voire imaginer son déroulement, son public, etc.

  • 33 Durant l’entretien avec Louisa – comme dans d’autres entretiens avec des adolescents issus de milie (...)

(La pré-page d’accueil du site fait la promotion de Derrière les murs).
- [En général, la pub y’a des choses qui t’donnent envie ?]
- Non. (rire) en général non ! (rire entendu).
- [Ça te donne pas envie, ou simplement tu t’en fous ?]
- Euh bah déjà, j’m’en fous et en général, c’est pas des films que… que j’irais voir ! (pendant qu’elle dit ça, elle clique sur l’accès au site).
- [Celui-là par exemple (je désigne le film Les Tuche qui commence à occuper le fond d’écran pendant que la page charge) tu…] (me coupe)
- Non ! ! (rire franc, comme si la question était évidemment incongrue33) J’vais pas y aller j’pense ! (rire).
- [T’en avais déjà entendu parler ?]
- Non, pas du tout. (elle regarde plus attentivement) Bah déjà lui (Jean- Paul Rouve) il m’énerve, là… et euh (la bande-annonce se lance automatiquement)… ça fait très très cliché ! (sur un ton dégoûté) je sens qu’ça va pas m’plaire ! (rire – c’est un euphémisme censé être évident) C’est trop cliché ! Trop niais… et p’is le nom euh… pff, c’est censé être drôle mais… j’trouve ça beauf ! Enfin, c’est censé être beauf, mais le film en soit aussi, a l’air beauf ! (rire)
(Louisa, Term L., père cadre du privé, mère enseignante. Études supérieures).

31Ces mêmes rapports à la culture, socialement situés, rendent également logique le fait d’utiliser ou non des rubriques comme « les films les plus attendus » pour découvrir de nouveaux films. Comme on l’a déjà souligné, ces rubriques ne s’imposent pas à l’internaute aussi fortement que la publicité. Même si elles sont visibles dès la page d’accueil, il faut y porter volontairement un minimum d’attention pour savoir qu’elles existent, et pour éventuellement découvrir des films par ce biais. De plus, ces rubriques sont bien présentées par la plateforme sous une forme éditoriale, clairement séparée de la publicité officielle. Les oppositions entre adolescents au sujet de l’intérêt de ces rubriques sont donc moins violentes que sur la publicité (ne serait-ce que parce qu’à l’inverse de cette dernière, beaucoup d’Utilisateurs rencontrés n’ont jamais regardé ces rubriques et ne connaissent pas forcément leur existence) mais, en substance, elles reposent bien sur les mêmes mécanismes sociologiques. Moins les lycéens ont eu l’occasion dans leur passé de développer une croyance en l’excellence artistique et plus ils tendent à se montrer intéressés par des classements distinguant les films les plus populaires, les plus spectaculaires, bénéficiant des budgets les plus importants. À l’autre bout de l’échelle, les lycéens peuvent regarder avec curiosité les films présentés (parfois spontanément mais le plus souvent à ma demande) mais ils soulignent souvent le peu de confiance qu’ils accordent à des tops fait sur des critères flous, voire « trompeurs » : derrière ces choix éditoriaux se cacherait tout simplement le modèle économique de la plateforme.

  • 34 En arrivant sur la page d’accueil, c’était ce film qui occupait le fond d’écran. Stanislas, qui ne (...)

- [Cette page d’accueil, tu la visites jamais quoi, d’après ce que tu m’as montré ?]
- Ouais, rarement quoi. Bon, je vois, en gros, y’a des rubriques avec euh… les films “les plus attendus” euh (rire entendu)… mais après exemple, comme y sont classés… En fait, on remarque qu’y sont classés par le nombre de séances ! Celui qu’a l’plus grand nombre de séances est en premier. Bah par exemple, ce film euh… Le Marquis, là… ah, c’est celui de t’à l’heure34, d’accord (sur ton qui veut dire “c’est logique”). Lui il a 485 séances et ça descend selon le nombre de séances. Et les “films toujours à l’affiche”, c’est pareil.
- [Pourquoi ils font ça, c’est quoi la logique de ce classement ?]
- Bah parce que Viv@films c’est un… c’est le site de… qui a une base de cinéma la plus large quoi. Leur but c’est d’être visité donc euh… ils visent les films que tout l’monde va voir, c’est-à-dire ceux qui ont beaucoup d’séances.
- [Donc ils mettent en avant les films qui sont déjà en avant ?]
- Voilà.
(Stanislas, 1re ES, mère employée public, études supérieures, père artisan, niveau lycée)

32Le fait même de placer certains films dans ces rubriques peut rendre leur consommation inenvisageable aux yeux d’adolescents qui n’estiment pas forcément appartenir au « grand public », ni accorder une grande importance au succès populaire. Cela ne les empêche pas de voir un jour ou l’autre ces films, le plus souvent lors de pratiques d’accompagnement ou dans des contextes décrits comme particuliers (délassement, second degré, « délire » entre amis…). Ils peuvent même réviser leur jugement quand je leur demande de regarder les films attentivement pour me les décrire ou quand des membres de l’entourage en qui ils ont confiance vantent les qualités de ces films. Mais ces rubriques de la plateforme en elles-mêmes permettent bien de construire un avis a priori, y compris sur des films dont on ne sait rien.

- [C’est “les films les plus attendus” par qui alors ?]
- Bah, le grand public ! Par le… la plupart de… plein d’gens ! Plein d’gens qui vont au cinéma !
- [Et vu que toi ces films t’intéressent pas du tout, ça veut dire que t’es pas du grand public toi ?]
- Euh j’crois pas non ! (très net) Bah, sinon j’irai voir des films qui sont euh… au Grand Palais (le multiplexe le plus proche de chez elle, auquel elle va rarement)
- [Et ça, c’est plutôt bien de pas faire partie du grand public, ou c’est plutôt chiant parce qu’on peut moins aller au cinéma avec des gens, comme tu me racontais ?]
- Oh bah non ! (grand sourire) Moi je trouve ça bien, hein, j’ai pas besoin d’y aller tout l’temps (au Grand Palais) ! J’y vais quand j’ai envie d’voir un film euh… qui m’plaît ! Oh non, moi j’trouve que c’est mieux ouais !
- [De pas faire partie du grand public ?]
- Oui oui ! (très net).
(Louisa).

  • 35 « Si l’on songe que ce sont 35 à 40 % des spectateurs accompagnés qui ignorent ce qu’ils vont aller (...)
  • 36 « Puisque le palmarès est assimilé à un représentant et bénéficie de la confiance du consommateur/r (...)

33Une conclusion s’impose : même quand ils découvrent des fi sur la plateforme, les adolescents ne sont jamais comme ces individus vierges de références pour qui « tout est possible » que décrit Emmanuel Ethis [2009] quand il observe les spectateurs qui se décident devant le cinéma en découvrant la programmation35. On voit qu’ils décodent en très peu de temps des indices (tonalité des affiches, visages d’acteurs…) pour transformer une image en catégorie ayant du sens, et utilisent des références pour classer et juger les films découverts sur la plateforme sans avoir nécessairement besoin d’une étude attentive du film. Ainsi un enquêté se sert bien du top 250 proposé par la plateforme pour trouver des idées de films à regarder, mais au lieu de partir du haut de la liste et de s’arrêter au premier film qu’il n’a pas vu (ce qui aurait signifié qu’il ne se fie qu’à la place de l’œuvre dans le classement pour faire son choix, sans avoir visiblement besoin d’autres informations, comme tend parfois à le défendre Karpik36), il fait défiler les films et ne se décide que grâce au nom du réalisateur. Pour cela, encore faut-il se voir comme un amateur des films d’un réalisateur (et connaître son nom), ce qui n’a rien d’évident chez les adolescents comme on le verra.

34Que la plateforme serve à se renseigner sur un film prescrit par une autre source ou à découvrir des films dont on n’a pas encore entendu parler, elle est mobilisée dans les deux cas comme une boîte à outils qui va permettre de multiplier les manières de s’assurer a priori de la qualité d’un film précis et d’éventuellement prendre la décision de le consommer. C’est l’objet du chapitre suivant.

Notes

21 Par « univers des possibles », on entend l’ensemble des références proposées dans un contexte et à un moment donné et qu’un individu peut effectivement consommer s’il le dé- sire. Par exemple, si on prend en compte l’ensemble des supports de consommation de films (salle de cinéma, télévision, DVD, VOD et location, streaming, téléchargement…) on peut dire que l’univers des possibles est constitué d’une large partie de films qui ont été produits jusqu’à aujourd’hui. À l’intérieur de cet univers des possibles, d’autres beaucoup plus petits existent : la programmation d’une salle de cinéma locale par exemple, le catalogue de location de DVD du magasin local, les références accessibles sur un site de streaming donné, etc.

22 Par exemple, un après-midi, j’accepte de regarder un film qu’un ami vient de me proposer – en DVD, en DivX… – et dont je ne connaissais pas l’existence. Dans ce cas, on peut avoir l’impression que certaines des étapes de sélection décrites plus haut ont été sautées, alors qu’elles sont simplement réunies en une même source : l’ami.

23 On exclut des « films choisis » les films vus à la télévision « par hasard », sans aucune forme de prévision et les films consommés par contrainte scolaire ou parentale. En re- vanche, les pratiques d’accompagnement consenties (accepter de regarder un film choisi par d’autres) font partie du périmètre de l’étude.

24 Les étudiants du Master 2 « Culture & Patrimoine » de l’Université de Picardie Jules Vernes, promotion 2010/2011, sont remerciés pour leur travail sur cette enquête qui a permis d’assurer la passation et la codification partielle du questionnaire.

25 À la manière de la liste de films proposée par Jean-Michel Guy pour son enquête sur les pratiques cinématographiques des Français : « chaque référence finalement retenue concrétise une hypothèse, ou plus exactement chaque hypothèse se trouve traduite par une référence ou par la combinaison de plusieurs références. » [Guy, 2000, 28].

26 Le fait de ne pas pouvoir avoir systématiquement un ordinateur permettant de visualiser les bandes-annonces a poussé à choisir une version papier du programme.

27 Plaçant ainsi la plateforme en tête devant le site du cinéma Gaumont Amiens (cité par 33 % des répondants).

28 Parmi ceux qui ne sont pas allés au cinéma au cours des six derniers mois, 42 % ont déclaré utiliser Viv@films, contre 62 % de ceux qui y sont allé trois fois ou plus.

29 Ces deux auteurs ont rappelé la nécessité d’établir une distinction entre la diffusion de l’information, qui circule d’autant mieux qu’elle passe par les liens faibles, et l’influence sur le choix, qui est plus efficace dans le cadre de liens forts fondés sur la crédibilité de la source.

30 Les documentaires en sont un bon exemple. Mis à part quelques rares exceptions médiatisées et qui sont discutées par le groupe de pairs, nombreux sont les enquêtés (notamment dans les classes populaires) qui n’envisagent pas d’aller voir un documentaire.

31 Soit 26 % des répondants amiénois. Si on exclut ceux qui disent également aller sur la plateforme suite aux recommandations de médias, d’outils promotionnels ou de leur entou- rage (donc si on regarde ceux qui vont sur le site uniquement pour découvrir des films), on obtient 23 % des Utilisateurs (13 % des répondants amiénois).

32 Ces termes sont définis dans le chapitre suivant.

33 Durant l’entretien avec Louisa – comme dans d’autres entretiens avec des adolescents issus de milieux diplômés (ou ayant fréquenté durablement un environnement cultivé) – l’adolescente agit comme si l’on partageait elle et moi tacitement un même point de vue sur la qualité culturelle, ou sur des formes de sociologie ordinaire du public de cinéma. Au-delà des rires et sourires entendus à certaines questions comme celle-ci, elle peut se lancer dans des jugements au second degré sur certains films en mimant le plus parfaitement possible le premier degré, dans le but manifeste d’être drôle (puisque je suis censé comprendre facilement qu’elle ne dit pas les choses qu’elle dit sérieusement et que le tout est ironique). Pour être certain de ne pas sur-interpréter (ou mal interpréter) la situation, je suis obligé de casser le ressort comique à plusieurs reprises en lui demandant de m’expliciter si elle parle bien au premier ou au seconde degré.

34 En arrivant sur la page d’accueil, c’était ce film qui occupait le fond d’écran. Stanislas, qui ne connaissait alors pas du tout le film, s’en était immédiatement moqué, d’une manière très proche de celle de Louisa pour Les Tuche.

35 « Si l’on songe que ce sont 35 à 40 % des spectateurs accompagnés qui ignorent ce qu’ils vont aller voir jusqu’au moment où ils arrivent devant les caisses, alors on ne peut que nuancer les commentaires souvent trop hâtifs dont on s’arme pour comprendre le classe- ment des longs métrages au box-office, et émettre l’hypothèse suivante : et si le succès d’un film se jouait dans les quelques secondes qui précèdent l’achat du billet ? Que se passe-t-il à ce moment précis où basculent toutes les incertitudes d’un groupe pour se fondre dans l’ultime décision qui conduit au paiement de sa place de cinéma ? » [Ethis, 2009, p. 91]. Pour le sociologue, durant ces « quelques secondes », l’univers des possibles que représente la programmation semble alors être un monde plat et hautement incertain, dans lequel chaque œuvre a sa chance de gagner à la loterie mystérieuse du choix définitif. Si notre enquête permet de valider les chiffres avancés par Ethis (en précisant toutefois que dans les 38 % des lycéens amiénois qui ne savent pas encore quel film ils vont voir une fois devant le cinéma, 6 % seulement ne savent pas du tout ce qu’ils vont voir, les autres hésitant entre deux ou trois films), elle montre surtout que l’univers des possibles d’une programmation de cinéma est déjà largement amputé par tout ce qui a précédé, à long terme (intériorisation de dispositions, développement de croyances, de pratiques, de rapports au cinéma) et à court terme (recommandations sur des films précis, volume de diffusion médiatique, etc.).

36 « Puisque le palmarès est assimilé à un représentant et bénéficie de la confiance du consommateur/représenté, l’ajustement se fait par la conformité au palmarès, c’est-à-dire par la passivité et l’hétéronomie. » [Karpik, 2007, p. 223].

Table des illustrations

Titre Figure 6. Les raisons qui poussent à se connecter sur Viv@films (sur 100 Utilisateurs, 2 réponses possibles)
Crédits Source : enquête sur les manières dont s’orientent les lycéens amiénois dans l’offre cinématographique locale (2011)
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2258/img-1.png
Fichier image/png, 24k
Titre ­Figure 7. Le type de navigation privilégié sur Viv@films (sur 100 Utilisateurs)
Crédits Source : enquête sur les manières dont s’orientent les lycéens amiénois dans l’offre cinématographique locale (2011)
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2258/img-2.png
Fichier image/png, 96k

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search