Version classiqueVersion mobile

« Moi je lui donne 5/5 »

 | 
Dominique Pasquier
, 
Valérie Beaudouin
, 
Tomas Legon

Chapitre 2. Les mondes de la critique amateur

Texte intégral

1Cette entrée dans les mondes de la critique amateur cinéphile va se faire à partir d’un double choix qui nous démarque de la plupart des travaux sur les évaluations profanes en ligne sur les biens culturels : s’intéresser aux critiques rédigées plutôt qu’aux notes, ne pas se poser la question des effets mais celle des formes et des contenus de l’exercice critique. Nous commencerons par situer ce choix par comparaison avec les recherches existantes.

Notes et critiques : deux exercices différents

  • 13 Ces recherches, qui sont un sous-domaine du text mining tentent de mettre au point des méthodes d’a (...)
  • 14 Certains critiques répugnent à résumer leur critique sous la forme d’un nombre d’étoiles : chez Viv (...)

2Les recherches en opinion mining13 sont les seules à réellement s’intéresser aux commentaires longs, notamment sur les blogs. Du côté du marketing, sous le terme de consumer’s review, c’est la note qui est l’unité d’analyse. Il faut dire que c’est une donnée plus facilement opérationnelle. Elle pose toutefois des problèmes qui sont très rarement évoqués par les chercheurs : non seulement la note est un processus de simplification et de transformation de qualités en quantité mesurable et de différences en magnitude [Espeland & Sauder, 2007], mais aussi, la note moyenne, qui est la mesure la plus souvent utilisée, annule l’amplitude des divergences de notation. Enfin, dans le cas des biens culturels, les notes de la critique professionnelle, souvent comparées terme à terme avec les notations des internautes, sont parfois bricolées pour retraduire en nombre d’étoiles un jugement qui n’a pas été formulé en ces termes14. La plupart des recherches s’intéressent au volume (le nombre de notes postées), certaines y ajoutant une mesure de la valence (l’équilibre entre notes positives et négatives). Dans cette lignée de travaux, les recherches consacrées au livre et au film sont nombreuses : elles ont très souvent pour objectif de mesurer l’impact des notes sur les ventes ou les entrées. Chevalier et Mayzlin [2006] identifient une relation entre la note et les ventes, qui se révèle plus influente dans le cas des mauvaises notes que des bonnes mais dans la plupart des recherches c’est plutôt le nombre de notes qui est la variable retenue comme pertinente [Dellarocas et al., 2007 ; Larceneux, 2007]. Toutefois, Duan et al. [2008] indiquent que le buzz génère moins un effet de persuasion d’achat qu’un effet de prise de conscience de l’existence du produit (awareness effect). Larceneux [2007] dans un travail comparatif sur le buzz de la critique professionnelle et des internautes sur le site Viv@films montre que, s’il existe effectivement une corrélation positive entre ces deux buzz et le nombre d’entrées en salle, elle ne doit pas masquer le fait que la variable la plus prédictive du succès est le nombre de copies et la présence d’une star (alors que le genre du film, l’intensité concurrentielle la semaine de la sortie, ou le montant du budget de production ne semblent pas avoir d’impact sur le box office). Il souligne aussi que les internautes évaluent plus souvent un film lorsqu’ils l’ont apprécié que lorsqu’ils ne l’ont pas aimé : « le buzz généré par les internautes se diffuserait donc plutôt pour les gros films et via des recommandations positives » Larceneux [2007 ; 57].

3En réalité, cette question des effets de la critique amateur ne fait que poursuivre un questionnement entamé à propos des effets de la critique professionnelle sur le box office des films. De la synthèse très complète des travaux sur ce point réalisée par Debenedetti en 2006 on peut retenir plusieurs constats. En large majorité, les recherches concluent à un impact positif de la critique sur le succès, mais cela se vérifie surtout dans le cas des œuvres offrant peu de signaux de qualité attractifs pour le grand public et dont les budgets marketing sont peu élevés [Debenedetti, 2006].

  • 15 Dans un article consacré à la critique d’art, Matthieu Béra [2003] rappelle que la plupart des soci (...)

4Le cinéma semble être un secteur où le lien entre le succès d’un film et l’ampleur du travail évaluatif qu’il a suscité est fragile : il est difficile d’éliminer le poids des autres facteurs, comme la présence d’une star dans le casting [Levin et al. 1997], le nombre de copies, ou le montant du budget de promotion [Belvaux & Marteaux, 2007 ; Holbrook & Addis, 2007]. Les stars et les gros budgets de promotion agissent comme une sorte de police d’assurance du film face à l’effet potentiellement négatif des critiques : ce sont des films critic proof, imperméables à la critique, dans le jargon des producteurs, note Debenedetti [2006]. La corrélation entre critiques et ventes ne serait qu’une corrélation entre dépenses marketing et ventes : plus les dépenses de promotion sont grandes plus la critique se mobilise [Cameron, 1995]15. Toutefois, comme le souligne Debenedetti, ces travaux ont tendance à parler de la critique en général ce qui est très problématique quand on connaît la forte segmentation culturelle de ce marché. D’autre part, il n’y a pas d’études sur les modalités d’appropriation de la critique par les consommateurs. Enfin, beaucoup de travaux sont nord-américains et sous estiment les particularités du marché du film hollywoodien, qui repose beaucoup plus sur la promotion que la critique si on le compare à des marchés européens où le film d’auteur est resté plus important, et donc le poids des critiques plus décisif.

5Comme nous l’avons déjà signalé, il ne s’agira pas ici de se lancer sur cette piste compliquée des effets, pour laquelle la sociologie n’est, au demeurant, pas la mieux outillée. Et il ne s’agira pas non plus de prendre la note comme seule unité d’analyse à l’instar de ces recherches.

  • 16 Pour les séries, la proportion de notes par rapport aux critiques rédigées est beaucoup plus élevée

6Sur Viv@films, la possibilité de rédiger une critique en plus de l’attribution de la note est proposée au spectateur, mais elle est secondaire comme nous l’avons vu : on peut noter un film sans rédiger d’avis, mais pas l’inverse. Alors que mettre une note est une action rapide, quasi immédiate, la rédaction d’un avis exige un temps long. Le premier constat n’est donc pas surprenant : il y a quatre fois plus de notes que de critiques rédigées et la proportion est constante quel que soit le film, son genre, son succès au box office16.

Figure 1. Répartition des critiques selon les notes

Figure 1. Répartition des critiques selon les notes

Clef de lecture : globalement, 24 % des spectateurs ont mis une note de 5*. Si on regarde la moyenne des notes par film, le pourcentage tombe à 17 %, ce qui montre des effets d’emballement sur certains films. On note que la critique professionnelle (telle qu’elle est construite par Viv@films) est plus mesurée (moins de notes très basses et très hautes) que la critique amateur.

  • 17 Chevalier et Mayzlin [2006] ont étudié et comparé les notes attribuées aux livres par les internaut (...)

7Le fort biais positif dans la notation, plus de la moitié des notes sont au-dessus de 4 étoiles, n’a rien d’étonnant non plus (figure e 1). Sous le couvert de l’anonymat, les internautes pourraient avoir une grande latitude pour porter des jugements sévères sur les produits. Or, il n’en est rien : les recherches s’accordent à montrer que les internautes s’expriment beaucoup plus souvent pour recommander que pour sanctionner. Cela semble être une constante de l’évaluation en ligne [Chevalier & Mayzlin, 2006]17. Il faut dire aussi que les marques n’hésitent pas à faire pression – souvent de façon implicite, mais parfois explicite – pour la positivité de l’évaluation sur les blogueurs influents auxquels elles fournissent des produits gratuitement : euphémisation ou non-publication des critiques négatives, publication de billets sponsorisés [Naulin, 2014 ; Dupuy-Salle, 2014].

8En fait, on peut être surpris qu’une proportion aussi élevée de notes, 25 %, soient accompagnées d’un texte. Même pour le film Intouchables, qui a généré 20 273 notes, 4 516 critiques ont été rédigées. Ceci manifeste un réel engouement pour ce travail d’écriture sur les films : les auteurs semblent prendre très au sérieux l’exercice. C’est sensible au niveau de la forme. La rédaction est soignée, dans une orthographe relue et corrigée, dans une syntaxe parfois sophistiquée. Nous sommes aux antipodes des provocations et des relâchements de langage fréquents sur les forums.

9Tout laisse supposer qu’on a affaire à des auteurs munis d’un certain bagage intellectuel. Les enquêtes existantes semblent d’ailleurs le montrer. Les membres du top 1 000 reviewers d’Amazon étudiés par [Pinch & Kesler, 2011] sont munis d’un haut niveau de diplôme (92 % ont un niveau d’études licence), et près de la moitié d’entre eux ont un lien direct ou indirect avec la production du savoir – écrivains, éducateurs, enseignants. D’autres travaux sur les blogueurs confirment ces profils diplômés, y compris pour des secteurs ne touchant pas aux biens culturels : Naulin [2014] en fait le constat dans le secteur du blog culinaire.

10La lecture des critiques de Viv@films montre avant tout un réel souci de partager son opinion sur le film et de prendre en compte le public : ce ne sont pas des textes pour soi, ils sont implicitement adressés à un lecteur. Les auteurs témoignent aussi du souci de justifier la note, d’expliquer leurs choix, de donner sens au jugement : « J’ai longtemps hésité entre 4 et 4.5 étoiles ! ! ! Comme je ne me suis pas ennuyé un seul instant (ce qui arrive fréquemment avec les block américains) et comme l’acteur jake Gyllenhaal est très bon, j’ai penché vers le 4.5. », (Source Code). Ils peuvent agir pour défendre un film : « Je lui mets un 5 pour remonter sa côte ! [sic] je ne suis pas du tout d’accord avec toutes les critiques de ce film », (Rhum express). Finalement, il est sans doute agréable de noter : « C’est sympas à regarder mais il ne faut pas s’attendre a un chef d’œuvre. je mets 4 quand même » (Mission Noël). Peut-être faut-il croire ce qu’écrit cet internaute qui demande aux lecteurs de ne pas tenir compte des mauvaises critiques postées sur le film Intouchables auquel lui-même a donné la note 5 : les critiques spectateurs c’est « juste un plaisir de se croire juge du travail de quelqu’un » ?

11Ces remarques confirment tout à fait ce qu’on savait déjà des motivations des critiques amateurs en ligne. Il y a beaucoup de raisons différentes de faire le travail d’évaluation. Il procure des gratifications personnelles, plaisir de s’exprimer et plaisir d’écrire. Il existe aussi une dynamique relationnelle vis-à-vis de l’entourage et des autres évaluateurs. Hennig-Thurau et al. [2004] ont identifié dans une enquête par questionnaire de nombreuses motivations de ce type : recevoir de l’attention, montrer sa compétence, affirmer sa supériorité, donner l’impression d’avoir plus d’informations que les autres, les aider à faire leur choix. La défense de certaines œuvres ou de certains créateurs peut aussi jouer ([Dellarocas et al., 2010] sur les films). Gensollen [2004] en fait la motivation principale des actes contributifs : « Il n’y a pas d’altruisme chez les contributeurs : ils cherchent à augmenter la clientèle pour les biens qui leur plaisent, afin que ces produits se multiplient et gagnent en qualité ».

12L’obtention de gratifications matérielles semble importante pour ceux qui parviennent à bénéficier d’une certaine notoriété. C’est sans doute pour cette raison qu’ils se montrent aussi soucieux de maintenir leur rang dans les différents classements. Pinch et Kesler [2011] ont mené leur enquête à un moment où Amazon venait de changer les critères de classement de son top 50 des reviewers, ce qui avait contribué à déclasser ou exclure un certain nombre de contributeurs de leur échantillon de départ : ces derniers se montraient prêts à déployer une énergie considérable pour retrouver leur place dans la hiérarchie.

13On peut donc supposer avoir affaire à des auteurs investis dans l’exercice critique et soucieux de produire un texte qui va attirer l’attention des autres. À partir d’une analyse des critiques elles-mêmes, il s’agit maintenant de comprendre leurs pratiques.

Éléments de méthode

14Les corpus de critiques de films ont été souvent utilisés pour mettre au point et affiner les méthodes d’analyse des sentiments ou de fouille d’opinion [Liu, 2012]. En effet, comme les commentaires (reviews) sur les films sont accompagnés le plus souvent d’une note (nombre d’étoiles, note…), il est facile d’avoir des corpus d’apprentissage qui associent un texte à une note. Le système apprend à reconnaître à partir du texte si l’avis sur le film est positif ou négatif. Les modèles fonctionnent bien pour les notes extrêmes mais assez mal pour les notes intermédiaires. Notre approche se distingue de ces travaux car elle cherche à rendre compte de la dimension sociale de cette activité de critique à travers les textes : qui écrit, à qui s’adresse l’auteur, à quel monde fait-il référence ?

15Sur un corpus délimité de films (les films sortis en 2011 et encore à l’affiche fin 2011, soit 140 films), nous avons recueilli toutes les informations disponibles : sur le film lui-même (réalisateur, acteurs, nationalité, genre, date de sortie…), sur ses évaluations par la critique professionnelle (notes et extraits de critiques) et par la critique amateur (notes et « critiques spectateurs »). Pour chacune des critiques spectateur, les informations disponibles sur son auteur ont été recueillies : son pseudo, son ancienneté sur le site, le nombre de critiques rédigées, l’appartenance ou non au Club. Les données ont été aspirées sur le site et mises sous forme de base de données relationnelle. Ce travail d’extraction et de mise en forme des données a été réalisé par Denis Vilar en fonction de nos spécifications. Sur les 140 films, 40 000 critiques spectateurs ont été rédigées par 18 000 internautes différents. L’ensemble de ces données a fait l’objet de traitements statistiques.

16Pour l’analyse du contenu textuel des critiques, nous avons utilisé le logiciel Alceste [Reinert, 1993] et sa version en open source Iramuteq de deux manières. Tout d’abord de façon inductive en construisant une typologie des critiques sur la base des cooccurrences de vocabulaire. Le corpus est divisé en deux de manière à ce que chaque ensemble de critiques soit le plus homogène possible en termes de vocabulaire utilisé et le plus différent possible de l’autre groupe. La procédure est réitérée sur chaque groupe ainsi identifié. Pour neutraliser les effets de concentration de l’attention sur certains films, nous avons constitué un sous-corpus en sélectionnant au maximum les cent premières critiques de chaque film à partir du jour de la sortie (les critiques postées avant la sortie étant en grande majorité non pas des critiques mais des messages d’impatience avant la sortie du film). Le sous-corpus est ainsi constitué de 8 751 critiques. Ensuite, ces méthodes ont été utilisées pour valider des hypothèses liées à l’intensité de l’engagement dans la pratique amateur. Les caractéristiques textuelles des catégories de contributeurs que nous avons définies ont été identifiées.

17Enfin, bien sûr, nous avons lu et relu un grand nombre de critiques, notamment pour comprendre l’organisation des discussions autour de films particuliers.

Les caractéristiques de la critique amateur

18Dans cette section nous mettrons au jour les spécificités de cette critique amateur. Nous montrerons comment le choix des films fait sens et devient une marque de la critique amateur en étant de manière générale cohérent avec les hiérarchies du box-office mais aussi en créant des décalages, des écarts qui marquent la spécificité de la critique amateur. Ensuite, nous distinguerons deux modalités d’exercice de la critique très contrastées dans notre corpus en les mettant en relation avec les injonctions portées par le site. Enfin, nous montrerons comment, derrière une apparence de points de vue isolés sur un film, se cache une activité sociale autour de la lecture et de l’écriture de critiques : un entre soi où se définissent les sujets dont il faut parler et la manière d’en parler, un lieu d’apprentissage des techniques de rédaction.

Le choix des films : conformité et décalages

  • 18 La concentration de l’attention sur certains biens culturels n’est en rien l’apanage des critiques (...)

19Le choix des films est entièrement laissé au libre arbitre des internautes inscrits, le site ne cherchant pas du tout à encadrer cette étape. Comme on peut le voir sur la figure suivante, la distribution des critiques de spectateurs par film montre une répartition très inégale de l’attention avec quelques rares films qui reçoivent un grand nombre de critiques et beaucoup de films qui en reçoivent très peu18. Le nombre de critiques par film suit une distribution de type loi de puissance.

20

Figure 2. Distribution du nombre de critiques par film

Figure 2. Distribution du nombre de critiques par film

Clef de lecture : un film a recueilli plus de 4 500 critiques, de nombreux films ont reçu moins de 100 critiques.

­Tableau 1. Nombre de films en fonction du nombre de critiques

Nombre de critiques

Nombre de films

Aucune critique

6

Moins de 20 critiques

33

De 20 à 100 critiques

33

De 100 à 300 critiques

32

Plus de 300 critiques

37

Dont plus de 1000 :

9

21Six films sur nos 141 n’ont reçu aucune critique. Les films qui ont recueilli le plus de critiques apparaissent dans le tableau suivant, Intouchables ayant une place tout à fait atypique.

Tableau 2. Nombre de critiques par film

Titre

Nb de critiques

Intouchables

4835

Drive

2751

Les Aventures de Tintin

1909

Polisse

1533

The Tree of Life

1524

The Artist

1153

Twilight - Ch 4

1145

Minuit à Paris

1088

Source Code

1064

22Comment expliquer cette distribution très inégale des critiques sur les films ? Y a-t-il des effets de renforcement de l’attention ? Il n’y a pas de relation très nette entre le nombre de critiques et la note moyenne du film. Ce n’est pas parce qu’un film est très apprécié qu’il reçoit beaucoup plus de critiques. L’attention n’est pas corrélée au caractère élevé de la note.

Figure 3. Nombre de critiques spectateurs en fonction de la note moyenne attribuée au film

Figure 3. Nombre de critiques spectateurs en fonction de la note moyenne attribuée au film

Clef de lecture : seuls ont été retenus les films qui ont reçu plus de 10 critiques spectateurs

23Le nombre de critiques aurait pu reproduire les écarts sur le nombre d’entrées. Plus un film serait haut placé dans le box-office, plus il recevrait de critiques. Cette corrélation se vérifie partiellement. Le tableau 3 montre ainsi une relation très nette entre le succès d’audience d’Intouchables et le nombre considérable de critiques que le film a suscité. On a dans ce cas une démarche critique qui s’inscrit dans le plaisir de la sociabilité partagée et ressemble fort aux conversations sur les films qui se déroulent dans la vie quotidienne. Le fait que la presse ait jugé Intouchables plus sévèrement que les internautes a dû certainement jouer aussi. Aller poster une critique en l’accompagnant d’une note élevée (ce qui fut le cas de plus des trois quarts des critiques sur ce film) est une manière de revendiquer la supériorité du jugement profane sur l’expertise des professionnels.

24On a enfin sans doute des effets de renforcement de l’attention et des mécanismes de boule de neige pour certains films où la présence de nombreuses critiques incite à poster davantage, ce qui a été observé à propos des notes dans d’autres recherches : plus les contributeurs sont nombreux, plus l’envie de participer à son tour est forte. Le fait que les sites affichent le nombre de commentaires a une influence sur la propension à poster. Dans un article sur les dynamiques sociales de la notation, Moe & Trusov [2011] font l’hypothèse que les notes attribuées aux produits ne reflètent pas seulement l’expérience du consommateur avec ce produit mais aussi l’influence des autres notes, y compris celles des critiques professionnels. Et Gao et al. [2006] montrent que les notations postées par les consommateurs sont corrélées aux notations déjà en ligne – surtout lorsque ces dernières sont consensuelles.

Tableau 3. Comparaison entre le nombre de critiques spectateurs et les entrées du box office (films 2011)

Titre

Nombre de critiques au

31/12/2011

Entrées Box-office

Classement 2011

Intouchables

4894

19 385 300

1

Drive

2805

1 580 623

30

Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne

1951

5 309 485

4

The Tree of Life

1582

872 895

62

Polisse

1567

2 414 418

19

The Artist

1198

3 064 827

9

Twilight - Chapitre 4 : Révélation 1re partie

1168

3 638 210

7

Minuit à Paris

1130

1 739 215

27

Source Code

1115

710 729

80

Mission : Impossible - Protocole fantôme

897

2 415 036

18

Time Out

832

1 099 016

47

Contagion

791

686 151

83

Melancholia

724

409 246

122

Real Steel

675

1 101 070

46

Comment tuer son Boss ?

624

814 141

67

La Guerre est déclarée

621

837 880

65

Destination Finale 5

574

956 967

57

Hugo Cabret

563

1 285 647

40

La Piel que Habito

543

733 758

76

Cars 2

535

2 975 790

11

Clef de lecture : le classement dans la dernière colonne est fait sur l’ensemble des films sortis en 2011 et non sur les 141 de notre corpus. Les données proviennent de JP’s Box Office.

25Mais il existe aussi des décalages par rapport au box-office. Si l’on regarde par exemple les 20 films les plus critiqués en 2011, il n’y en a que 6 qui font partie des 20 films les plus vus (tableau 3). Inversement, des films situés assez bas dans le box-office ont généré un très grand nombre de commentaires : c’est le cas de Drive (2e en nombre de commentaires et 30e au box office), The Tree of Life (4e et 62e), Source code (9e et 80e), Melancholia (13e et 122e), Contagion (12e et 83e). La lecture d’un échantillon de critiques sur chacun de ces films permet de faire quelques constats.

26On peut identifier des cas de polémiques entre internautes sur fond de remise en question du jugement expert. Les réactions à Melancholia et The Tree of life sont ainsi très comparables. Ce sont deux films primés à Cannes qui ont reçu un accueil très positif de la part de la critique professionnelle. La figure suivante montre pour The Tree of Life la discordance des jugements entre les spectateurs et la presse, mais aussi entre les spectateurs avec une distribution tout à fait atypique des notes. Une partie des critiques amateurs oppose leur expérience personnelle, très négative, à l’engouement expert : « Un film creux loin, très loin derrière les avis des critiques de Cannes. pour pseudo intellos uniquement, juste histoire pour ceux qui veulent dire que j’ai vu un Lars Von Trier » ; « je ne comprends pas le hourra de la presse ».

27Ils se sont ennuyés, n’ont pas compris où les réalisateurs voulaient en venir, et ont constaté que de nombreux spectateurs étaient dans le même cas qu’eux puisqu’ils quittaient la salle : « C’est chiant au possible, tellement chiant que vous risquez de quitter la salle avant la fin ce que j’ai fait ».

28À l’inverse, beaucoup d’autres internautes ont été enthousiasmés, distribuent des 4 et des 5, et essayent de transmettre leur interprétation.

Figure 4. The Tree of Life : désaccord spectaculaire

Figure 4. The Tree of Life : désaccord spectaculaire

Notons que nous comparons 21 notes de critiques presse contre 1 569 notes de spectateurs.

29Drive, un thriller qui a été couronné par le prix de la mise en scène à Cannes, propose a priori un cas assez proche. L’acteur Ryan Gosling et le réalisateur Nicolas Winding Refn ont visiblement leurs aficionados – certains se réclament de Matrix –, mais d’autres ont décidé d’écrire pour au contraire contester le jugement du jury et de la presse : « je ne comprends pas les 5/5 en série de la presse », « y a de quoi s’interroger sur les critiques professionnels », « que dire sur ce film qui a été encensé par la critique et les spectateurs… » – il lui donne la note 1.

30Bref, mais il faudrait le vérifier sur un plus grand échantillon de films, les palmarès de Cannes sont un objet important de discussion, et un jugement positif trop unanime de la critique professionnelle tend à susciter de nombreuses réactions opposées.

  • 19 On part ici des catégories de genres telles qu’elles sont constituées par le site qui peut attribue (...)

31Dans les films sur-commentés se trouvent aussi deux films de science-fiction (Source Code, Contagion), ce qui n’est sans doute pas un hasard. Un croisement du nombre de critiques avec le genre du film19 montre de manière nette que certains genres accueillent un nombre de critiques amateur beaucoup plus important que d’autres (tableau 4). Ainsi, alors que les films classés dans les genres Thriller, Action, Science-Fiction, Fantastique, Épouvante-horreur représentent 18 % des films de notre corpus, ils recueillent plus du tiers des critiques amateurs. Inversement, les drames et comédies dramatiques qui couvrent 29 % de nos films ne reçoivent que 22 % des critiques. Les documentaires, qui représentent 8 % de nos films, ne sont, quant à eux, quasiment jamais critiqués.

Tableau 4. Répartition des critiques par genre

% de films

% de critiques presse

% de critiques spectateurs

Drame, Comédie dramatique

29 %

34 %

22 %

Comédie

14 %

13 %

17 %

Thriller, Action, SF, Fantastique, Épouvante-horreur

18 %

21 %

37 %

Documentaire

8 %

6 %

0 %

Animation, Famille

11 %

8 %

8 %

Autres

18 %

12 %

14 %

Clef de lecture : sur notre corpus de 140 films, 29 % relèvent du genre drame ou comédie dramatique. 34 % des critiques presse faites sur les 140 films portent sur des films de ces genres contre seulement 22 % des critiques spectateurs.

  • 20 Ils suivent une trentaine de titres et le nombre de critiques presse est un indicateur de l’intérêt (...)

32On voit apparaître un décalage sensible avec la critique professionnelle20 qui couvre d’une manière plus homogène l’ensemble des genres bien qu’elle tende à privilégier les genres traditionnellement dominants : le drame plutôt que la comédie, les genres nobles plutôt que les sous-genres. Le décalage est particulièrement sensible pour ce qu’on appelle le « cinéma de genre » : thriller, action, science-fiction, épouvante-horreur. Les films appartenant à cette catégorie drainent 21 % des critiques de la presse contre 37 % des critiques des spectateurs. Ces films de genre, bien qu’ils ne soient pas délaissés par la critique professionnelle, bénéficient pleinement de la critique amateur qui leur accorde une très grande attention.

Les deux modalités d’exercice de la critique

33Les professionnels du site ont cherché à encadrer l’exercice critique : quelques « règles d’écriture » sont proposées au moment de la rédaction d’une critique et une charte fixant l’ensemble des normes de rédaction a été élaborée et publiée en ligne par le site. Les conseils accessibles au moment de la rédaction, les « règles d’écriture » ont une portée restreinte : elles fixent un nombre minimal de caractères (c’est une contrainte majeure inscrite dans le système, puisque les critiques de moins de 50 caractères ne sont pas validées : « Mon dieu quel ennui… ennui, ennui, ennui, ennui (je répète le mot car il faut au moins 50 caractères pour la publication de la critique) », biaise un auteur !) pour éviter des formats courts et sans contenu et rappellent les règles classiques de l’écriture sur le Web : pas de capitales, respect de la grammaire et de l’orthographe, pas d’offenses. Enfin, des consignes sont données pour ne pas révéler des éléments importants du film : la partie du texte concernée doit être marquée par « spoiler » et devient alors invisible à la lecture. Ces règles visent à garantir un contenu minimal dans une forme adéquate, mais n’encadrent pas la manière d’écrire sur le film.

34La charte, plus difficile d’accès pour le visiteur et qui a depuis disparu, tendait à définir les qualités attendues d’une critique rédigée par un spectateur. Elle visait une certaine homogénéité en termes de formats : éviter les critiques de moins de 50 caractères, et de plus de 1 000 caractères, pour privilégier un calibrage entre 200 et 500 caractères. Elle souligne aussi l’importance accordée à l’argumentation (« pourquoi vous avez aimé ou pas le film »). Les professionnels interviewés relaient volontiers cette vision normée des critiques attendues sur le site :

« Savoir formuler des critiques de manière intéressante, pas le genre “c’était naze”… quelqu’un qui fait “waouhh” et c’est tout, eh bien c’est rejeté » ; « il faut que ce soit argumenté, il faut que ce soit intéressant, il faut qu’il y ait un vrai avis d’expert ».

35Cet effort de normalisation de la pratique se lit également dans l’évolution de la charte. En janvier 2011, elle s’ouvrait sur : « Nous sommes heureux de vous offrir la possibilité, à travers cet espace critique, de vous exprimer en toute liberté sur les films qui vous ont marqués. ». En janvier 2013, l’expression « en toute liberté » a été supprimée. En réalité, il est tout à fait impossible pour les professionnels du site de pratiquer un contrôle a priori vu le nombre de critiques. Au mieux, ils peuvent réagir à une signalisation d’abus par un internaute.

36Si le site attend, ou attendait puisqu’il semble avoir allégé les contraintes liées à la rédaction, un format de critique spécifique, reposant sur l’argumentation, autrement dit donnant sens à la note, qu’en est-il dans la pratique ? En analysant la critique amateur dans les forums, Allard [2000] mettait au jour une opposition entre deux manières d’exercer l’activité critique : elle distinguait « deux grands types énonciatifs appréciatifs », l’un portant sur le point de vue d’un sujet sur le film, rendant compte d’un « rapport émotionnel ou intellectuel » au film, l’autre portant sur « les qualités intrinsèques du film » mettant à distance l’engagement dans l’énonciation. Verboord [2013] pour comparer les formes de la critique amateur selon les supports (médias traditionnels, Webzines, blogs, messages amateurs), reprend une opposition entre un discours d’élite (high art) et un discours relevant d’une esthétique populaire (popular aesthetic) pour coder les commentaires. Cette opposition est construite sur la base de critères qui tiennent à la posture du rédacteur (expert vs spectateur ordinaire), à l’attention portée aux contributeurs du film (réalisateurs vs comédiens), aux dispositions esthétiques (s’exprimer sur la forme et le style vs faire référence à l’histoire et aux effets) et à la forme (traits de vocabulaire propres à l’un ou l’autre des discours). Cela n’est pas sans rappeler la distinction que Lahire [1993] introduisait entre deux modes de réception distincts, socialement marqués : une réception populaire marquée par des dispositions éthico- pratiques (« ancrage dans une autre réalité que la seule réalité textuelle ») et une réception légitime marquée par des dispositions esthétiques (« capacité de mise à distance, […] à fonder son appréciation sur la forme et non sur le contenu, à ne pas mélanger sentiment éthique et jugement esthétique… ») [Lahire, 1993, 173,178].

37Qu’en est-il dans notre corpus ? Existe-t-il un ou des modèles types de critiques ? Pour répondre à cette question, nous avons procédé à une analyse de la structure lexico-sémantique des critiques amateurs de notre corpus, avec des outils de text-mining (cf. éléments de méthode). Contrairement à l’approche de Verboord [2013], nous ne posons pas de différences a priori et cherchons à faire émerger des oppositions internes. Cela nous a permis de différencier deux grandes catégories de critiques, avec, d’un côté des critiques centrées sur le film (sur son contenu et sa forme) et de l’autre des critiques centrées sur la réception (ce que le film fait au spectateur). Il faut interpréter ces classes comme des pôles ; une critique est affectée à un pôle plutôt qu’à l’autre parce qu’une part plus importante de son contenu textuel relève du premier. Il n’est pas exclu qu’une critique centrée sur le film comporte certains éléments centrés sur la réception et inversement.

38Dans la première classe, les critiques sont plus longues avec une plus grande richesse de vocabulaire (le taux d’hapax – mots n’apparaissant qu’une seule fois – est de 38 %) que dans la seconde (taux d’hapax de 24 %). Voici le vocabulaire le plus spécifique de chacune des classes :

  • Classe 1 : réalisateur, vie, mise en scène, homme, spectateur, femme, sujet, cinéma, personnage, plan, montrer, sentir, dernier, filmer, sembler, amour, force, monde, vivre, prendre, image, jeune, côté, cinéaste, grand, jour, beauté, politique, devenir, humain, regard, rendre, travail, laisser, réalité, parler, lumière, comprendre, œuvre, interprétation, donner, rester, manière, question, venir, drame, mère, art, fois, premier, partie, propos, propre, documentaire, minute, corps, façon, difficile, temps, doute, social, noir, canne, face, agir, com, raconter, caméra, séquence, auteur, fond, époque, récit, sortir, travers, long…

  • Classe 2 : sympa, super, rire, adorer, dessin animé, gag, rigoler, drôle, marrant, décevoir, action, divertissement, animation, annonce, moment, ennuyer, humour, comédie, saga, détente, divertissant, navet, requin, fan, nain, vivement, chat, recommander, conseil, vraiment, destination, spécial, sympathique, bande, voir, bond, top, agréable…

39Alors que dans la première classe dominent d’une part un vocabulaire relevant de la fonction référentielle (de quoi parle le film) et d’autre part des termes appartenant au champ sémantique du cinéma (réalisateur, spectateur, plan, filmer…), dans la seconde, sont surreprésentés des termes qui renvoient aux émotions, au ressenti du spectateur ainsi qu’un ensemble de termes appartenant au vocabulaire de la recommandation (recommander, conseil). Étant donné la place de la recommandation dans cette deuxième classe, il est naturel que les pronoms de la première et deuxième personne (je, vous) y soient très nettement représentés. Les critiques de la première classe empruntent au contraire un style impersonnel, qui se rapproche de la critique savante : attention accordée à la forme, au contenu, au média. Enfin, l’opposition entre les deux modèles critiques renvoie aussi à des effets de genre : les drames et les comédies dramatiques représentent plus de la moitié des critiques du premier groupe, et seulement 20 % de celles du second groupe. Inversement, les comédies sont sur-représentées dans le second groupe (25 % contre 11 % dans le premier) tout comme les films d’actions (26 % contre 11 %).

Tableau 5. Deux types de critique

1 : Critiques centrées sur le film (48 %)

2 : Critiques centrées sur la réception (52 %)

Troisième personne

Je/vous

Drame/comédie dramatique/ biopic

Genres : comédie, animation/ action/aventure/espionnage/ horreur/épouvante/thriller

Actants, sujet de l’histoire

Émotions : super, adorer, décevoir, sympa, ennuyer,

Forme : réalisation, jeu, interprétation…

Prescription : conseiller, allez-y…

40Voici quelques exemples prototypiques de ces deux catégories. Dans la première, on peut trouver de longs développements analytiques, comme dans cette critique :

« Les esprits cartésiens et scientifiques éprouvent d’évidence les pires difficultés à pénétrer le cinéma de Bruno Dumont, qui effectivement exige qu’on abandonne à l’entrée de la salle ses certitudes. Voir se produire à l’écran des événements surnaturels – un exorcisme, un arrêt d’incendie et une ressuscitation – ne peut en rien justifier la disqualification d’un film. L’intérêt se situe ici sur la forme : comment le réalisateur s’y prend-il pour mettre en scène cette histoire absolutiste, faite de silences et d’une sécheresse qui peut rebuter [suivent encore 20 lignes] » (Hors Satan, Drame, note : 3, gros contributeur)

41Ou bien des propos qui s’attachent à rendre compte du contexte et de l’histoire comme dans celle-ci :

« Un sujet dur sur l’enfance difficile d’un jeune garçon délaissé par son père, mais merveilleusement bien mis en scène par les frères Dardenne. Cécile de France est extrêmement touchante dans son rôle de coiffeuse attendrie, armée d’une grande patience et pleine d’amour. Thomas Doret joue avec tout le naturel de son jeune âge. Une très belle fable sur l’amour, qui a bien mérité d’être récompensée à Cannes ! »(Le gamin au vélo, comédie dramatique, note : 4, gros contributeur)

42Dans la seconde catégorie, c’est l’évaluation et la recommandation qui priment.

« C’est frais, drôle et surtout sans prétention. J’ai passé un excellent moment et je le conseille vivement. » (La Fée, Comédie, note : 4, novice)


« Les gags sont prévisibles mais ce film n’est pas si mauvais je trouve, même si les meilleures scènes comiques sont dans la bande-annonce. » (On ne choisit pas, Comédie, Aventure, note : 3,5, contributeur moyen)

43Rappelons-le, cette dernière manière de faire critique ne correspond pas au modèle que promulgue le site à travers sa charte. Il est intéressant de constater qu’il n’y a pourtant pas de différences notables dans les notes attribuées par les critiques de l’un ou l’autre type : autrement dit, le fait d’avoir aimé ou pas aimé certains films ne constitue pas un clivage aussi important que celui d’adopter une posture critique tournée vers l’analyse du film ou vers les émotions que celui-ci procure.

44Cette première exploration du contenu des critiques nous permet d’identifier une ligne de partage principale entre les critiques savantes et centrées sur le film (sujet et fabrication) et des critiques plus émotionnelles centrées sur la réception du film. La manière de rendre compte d’un film est très marquée par le genre du film : les critiques analytiques sont mieux représentées dans les genres les plus « nobles », les critiques émotionnelles dans la comédie.

45Une seconde ligne de partage oppose dans le premier pôle, d’un côté les critiques qui s’attachent à la dimension formelle du film, et qui font référence à l’univers de la production cinématographique, et de l’autre des critiques qui décrivent l’histoire et dans lesquelles le vocabulaire référentiel (de quoi parle le film) est central. Les notes sont beaucoup plus élevées dans le second cas que dans le premier. L’approche formelle s’accompagne d’une mise à distance et d’une modération plus grande du jugement. Dans la suite, nous ne ferons référence qu’à la première ligne de partage (réception centrée sur l’analyse du film vs l’émotion et la recommandation) qui est la plus décisive dans la construction des hiérarchies au sein de la critique amateur.

Une communauté de pratique

46Le site cherche aussi à programmer un modèle de sociabilité entre critiques bien particulier. Les points de vue sur les films doivent être individuels : la charte insiste ainsi sur le fait qu’il faut éviter le dialogue dans les critiques (« vos critiques ne doivent en aucun cas réagir aux avis d’autres internautes ou se référer à de précédentes critiques »). De manière générale d’ailleurs, les transformations du design visuel du site ont tendu à réduire les occasions d’échanger entre contributeurs. Quand nous avons commencé notre enquête en 2011, il existait un onglet « Communauté », qui permettait d’accéder à une page sur les membres du Club, les dernières publications dans les blogs, les messages des forums. Cet onglet a été supprimé en 2012.

47Pourtant, une lecture attentive du texte des critiques ne laisse aucun doute : les rédacteurs se lisent entre eux et s’inscrivent dans une communauté de pratique [Lave et Wenger, 1991 ; Wenger, 1998]. L’exercice critique se double d’une activité de lecture dans une logique de dialogue avec les autres rédacteurs. Ces critiques ne sont pas lues par les professionnels du site (cf. chapitre 1), et très peu consultées par les internautes (cf. chapitres 3 et 4) : sur le site, les jeunes internautes s’intéressent en priorité à la bande- annonce et à l’affiche pour décider du choix d’un film. Les notes attribuées par les internautes sont prises en compte par moins d’un cinquième des jeunes interrogés et la critique presse n’est consultée que par la frange la plus diplômée de l’échantillon.

48Ces textes ont donc un public principal : celui des autres critiques. Malgré l’interdiction du dialogue dans les critiques, on a des exemples de références explicites aux critiques précédentes, y compris avec citation du pseudo :

« Je suis assez d’accord avec la critique précédente, j’ai également eu cette impression spéciale qui m’a fait pensé à 2001 de Kubrick. » (The Tree of Life)

« Je partage pleinement l’avis de plus 35. » (The Future)

« Réponse à michel T, Bono n’a pas de charisme ! mort de rire, va voir un seul de ses concerts et après tu pourras t’exprimer objectivement. » (Killing Bono)

« Comme Creepshow2 : Sa critique : J’aurai aimé savoir si la maison de distribution du film, à le droit de diffuser une bande-annonce qui ne corresponds pas au film ? » (Paranormal Activity 3)

49Plus généralement, il est très fréquent que la critique se situe par rapport à d’autres collectifs : la critique presse, les spectateurs de la salle fréquentée au moment du film, les critiques amateurs du site : « Je ne partage pas l’enthousiasme assez majoritaire des critiques et des spectateurs » (Les géants). Chaque rédacteur se fait une représentation des accords et désaccords entre critiques, et les avis rédigés en témoignent.

« Impossible de ne pas évoquer ces critiques crétines qui donnent sérieusement l’impression qu’ils n’ont pas vu le film. » (Happy feet 2)

« Olala ! comment ne pas hésiter à aller voir le nouvel opus de Lou Ye après avoir lu les critiques ? ? Puis je me suis souvenu des réactions primaires de rejet qui avaient déjà été lâchées pour le précédent. » (Love and bruises)

« Je ne comprends pas les critiques aussi durs de certains cinéphiles. De là à dire que c’est une m.. il y a franchement pire !et puis pour ceux qui n’auraient remarqué que le clin d’œil à seul au monde, révisez vos classiques car il y en a plusieurs autres qui visiblement vous ont échappé. » (Alvin et les chips)

« Quelle surprise, autant d’avis complétement négatifs pour un film aussi magnifique. » (The Tree of Life)

50Nous ne multiplierons pas les exemples, mais les références aux goûts, parfois clivés, du public et des critiques presse sont très présentes dans les critiques spectateurs, montrant l’ancrage dans un collectif de cinéphiles pratiquant la critique.

51Enfin, et c’est le phénomène le plus marquant, pour chaque film, des topoï spécifiques émergent et toute une série de critiques se situe par rapport à ces thèmes communs ; chaque film se constitue comme une conversation qui se déploie dans le temps. Ainsi, pour Paranormal Activity 3 les nœuds de la conversation portent sur la comparaison avec les autres volets de la saga (le troisième est-il meilleur ou moins bon que les précédents), sur les « effets » du film (tension versus sursauts, réactions du public dans la salle) et enfin sur les décalages entre la bande-annonce et le film (sur ce point il y a consensus entre les spectateurs déçus de n’avoir pas retrouvé l’esprit de la bande-annonce dans le film). Outre le fait qu’autour de chaque film des éléments structurant la discussion se mettent en place, on observe aussi l’émergence de thèmes par rafales qui témoignent d’une lecture de proximité. Ainsi la référence à Kubrick dans les critiques de The Tree of Life devient-elle systématique dans un bloc de critiques datées de la même période.

52En somme, les auteurs s’inscrivent et se situent dans des collectifs de lecture et d’écriture autour du film. Les travaux de Moe et Trusov [2011] ont montré l’influence des autres notes dans la manière de noter, ici nous voyons comment des micro-communautés se constituent autour d’un film avec des influences réciproques. Le monde des amateurs est un lieu de socialisation où se constituent des apprentissages de la pratique. On a un entre soi, peu visible à l’œil nu, mais actif autour d’un film particulier, avec des apprentissages diffus qui se font essentiellement par imitation et reproduction. Si la notion de communauté de pratique a trouvé son origine dans l’analyse des organisations et se caractérise par l’existence d’une entreprise commune, de relations d’engagements mutuels et d’un répertoire de ressources partagées [Wenger, 1998], elle s’applique également à ce collectif de critiques amateurs qui apprennent à travers la lecture et la fréquentation des autres critiques et non par le suivi de formations dédiées : les auteurs apprennent en observant, en interagissant et en imitant les autres [Lave & Wenger, 1991].

Les hiérarchies internes

53Cette seconde section portera sur les hiérarchies internes au sein du monde des critiques amateurs, en montrant les différences dans l’exercice de la critique selon l’intensité de l’engagement dans la pratique. Nous verrons comment la manière de faire des membres du Club est un horizon d’attente pour les critiques amateurs, qui se rapproche fortement des normes de la critique professionnelle.

Diversité des engagements : du novice à l’habitué

54L’exploration du monde de ces critiques amateur met en évidence de très grandes variations dans l’activité d’écriture autour de films et fait émerger des hiérarchies entre novices et habitués que nous allons étudier maintenant. Nos 40 000 critiques ont été rédigées par 18 000 contributeurs différents. À y regarder de plus près, on est très loin d’une répartition homogène où chaque spectateur aurait rédigé deux critiques en moyenne (tableau 6). Il s’agit une fois encore d’une distribution en loi de puissance avec beaucoup de rédacteurs qui publient très peu et quelques-uns qui sont très actifs. Un tiers des contributeurs n’a écrit qu’une seule critique (ils sont intervenus pour la première fois sur le site en 2011) ; 12 % n’en ont écrit que 2 ou 3 depuis leur inscription sur le site et à l’autre extrême 10 % en ont rédigé plus de 50. Le plus prolixe a publié 6 152 critiques depuis son inscription sur le site. Ces écarts d’engagement dans la pratique se lisent dans la structure du corpus de critiques 2011 sur lequel nous travaillons : les critiques de novices (ceux qui n’ont publié qu’un seul avis et qui forment un tiers des contributeurs) ne représentent que 15 % du corpus, tandis que celles des gros contributeurs (ceux qui ont rédigé plus de cinquante critiques) couvrent un tiers du corpus. Moins nombreux (10 % des effectifs) mais beaucoup plus actifs, les gros contributeurs ont sur le site une visibilité plus importante, et contribuent à la constitution d’un style de critique spécifique.

55Cette distribution très inégale rend compte de la diversité des modes de participation et d’engagement dans la pratique de critique amateur. Elle est incontestablement liée à la cinéphilie et à l’intensité de la pratique de visionnage de films, mais aussi à des postures très contrastées face à l’objet culturel. Entre un spectateur qui écrit une fois un commentaire sur un film et un autre qui s’investit dans une activité de publication très régulière, il n’est pas difficile d’imaginer des motivations, des façons de faire, des formes d’engagement fort différentes. L’idéal de participation porté par l’idéologie du Web 2.0 trouve ici ses propres limites : les utilisateurs s’emparent de manière très différenciée de ces nouvelles opportunités de publication. Les recherches sur le terrain, centrées sur les usages, ont d’ailleurs depuis les années 1990 montré les nouvelles hiérarchies qui se constituent dans ces espaces numériques, avec un rôle décisif joué par l’intensité de l’activité de contribution et de l’engagement dans la sociabilité de réseau [Beaudouin & Velkovska, 1999 ; Beuscart, Dagiral & Parasie, 2009].

Tableau 6. Répartition des contributeurs et des critiques en fonction du nombre de critiques rédigées depuis leur date d’inscription

Nb de critiques rédigées

Nb de contributeurs

% de contributeurs

Nb de critiques

% de critiques

1 critique

5794

32 %

5794

15 %

2 ou 3 critiques

3604

20 %

4879

12 %

4 à 12 critiques

4147

23 %

7501

19 %

13 à 50 critiques

2693

15 %

7798

20 %

Plus de 50 critiques

1773

10 %

13199

34 %

Total

18011

100 %

39171

100 %

(dont) membres du Club

91

0,5 %

1305

3 %

Clef de lecture : Sur les 18011 contributeurs, 1 773, soit 10 %, ont rédigé plus de 50 critiques depuis leur inscription sur Viv@films et ont produit 13199 critiques sur nos 140 films, soit 34 % du corpus de critiques (info manquante pour 180 spectateurs, soit 593 critiques).

56Les écarts dans les manières d’exercer cette activité critique sont particulièrement saisissants entre les deux extrêmes, d’un côté les novices qui n’ont rédigé qu’une seule critique, de l’autre, les habitués qui en ont rédigé plus de cinquante depuis leur inscription sur le site. Entre les deux, on a un continuum : plus la pratique est intense, plus le profil du critique amateur se rapproche de celui des habitués. Tout se passe comme s’il y avait un chemin qui fait que l’activité de rédaction s’intensifiant, les modalités de la contribution se transforment et se rapprochent de celles des habitués. De fait, nous avons une coupe transversale et ne pouvons en déduire une dynamique d’évolution qui transformerait les novices en habitués : l’hypothèse la plus probable est que ceux qui s’engagent dans une pratique régulière de la critique amateur adoptent les codes de celles-ci en s’imprégnant de la culture locale. Inversement beaucoup de novices après, avoir produit une critique, ne s’essaieront plus à la pratique.

57Les novices représentent un tiers des contributions et leur manière de faire des critiques est très spécifique. Ils sont plus généreux dans la notation avec une moyenne de 3,63 (contre 3,48) et une médiane de 4,5 (contre 4). Ils préfèrent les comédies et les films d’action, évitent les drames. 6 % de leurs « critiques » sont publiées avant la sortie du film, non pas pour montrer qu’ils ont eu le privilège de voir le film en avant-première, mais pour témoigner de leur envie de voir le film, surtout s’il s’agit d’une grande production ou d’un épisode dans une suite avec un gros travail de teasing préalable. Les critiques sont courtes avec une médiane de 30 mots et une moyenne de 52 mots. Elles privilégient l’expression du ressenti et la recommandation aux autres. Plus de 70 % des critiques sont centrées sur la réception et la recommandation. Pas d’analyse du film, pas de référence au monde du cinéma, mais un partage impulsif de l’émotion.

« Se film est vraiment tro bien et tro marant franchement je le recomende a toute le monde (Alvine et les Chipandales, note : 5, faible contributeur)

« Film excellent, Humour à gogo non stop et bonnes réparties. persos très attachants. Film à voir sans hésitation. À revoir absolument sans moderation. » (Bienvenue à bord, faible contributeur)

58Chez ces critiques novices et occasionnels, le plaisir ressenti pendant la projection et le désir de partager semblent être le moteur principal de leur contribution, ce qui peut expliquer que les notes soient si élevées.

59L’inscription dans l’univers de la cinéphilie n’est pas leur préoccupation. Ils prennent la plume pour inciter les autres à voir le film. Cet effet a été particulièrement fort autour du film Intouchables, où des centaines d’avis allaient dans le même sens :

« Un film magnifique, touchant [,] les deux acteurs sont absolument extraordinaire. 2h de bonheur de rire et d’émotions vivement conseillé. »

« FORMIDABLE ! De l’émotion et une histoire magnifique ! À aller voir d’urgence. Pour un premier rôle Omar Sy est tout simplement magnifique, à ne rater sous aucun prétexte. »

60À l’autre extrême du spectre, les habitués, ceux qui ont publié sur le site plus de cinquante critiques, ont une manière toute différente d’écrire sur les films. Les notes sont moins élevées. Les critiques s’allongent : deux fois plus longues en moyenne que celles des novices. Elles portent plus souvent sur des drames, moins souvent sur des comédies et des films d’action. Plus de 60 % de leurs critiques sont centrées sur l’analyse de films et évitent les points de vue subjectifs et la recommandation. Les habitués déploient un grand niveau d’expertise et de savoir-faire dans l’activité. Toujours sur Intouchables :

« Eric Tolédano et Olivier Nakache, les deux réalisateurs du réussi Nos Jours Heureux, reviennent avec leur compère Omar Sy pour un film qui pourrait tomber dans les clichés s’il n’était pas adapté d’une histoire vraie. En effet, un jeune des banlieues et un riche aristocrate ne forment à priori pas la paire de potes idéale. Intouchables remet en cause cette théorie, sur un ton léger et détendu. Moins caricatural donc, que Le Prince et le Pauvre de Mark Twain, par exemple, qui faisait gentiment rêver les enfants de l’époque. Le duo improbable que constituent Cluzet et Omar Sy fonctionne à merveille, surtout grâce au second, qui crève littéralement l’écran. Cette recette savante nous livre une des meilleures comédies françaises de l’année. L’humour est omniprésent, et certaines scènes sont tout simplement mémorables. Les bons seconds rôles sont les points forts des comédies anglaises, mais Intouchables n’a rien à envier à nos voisins d’outre-manche : la fille de Philippe Pozzo di Borgo, Bastien, Magalie ou encore Yvonne. Précipitez-vous tous en salles, car voici la comédie du mois ! »

61Entre ces deux types de participation extrêmes, novices et habitués, il existe un continuum : plus on écrit de critiques, plus on évite les notes trop hautes et les critiques très courtes, plus on parle au nom de l’esthétique du film et non de ses impressions personnelles de spectateur, moins on s’intéresse à la comédie et aux films d’action. Bref, plus on écrit, plus on s’aligne sur les manières de faire des critiques professionnels.

62Si les différences dans la manière de rédiger les critiques sont rarement commentées dans les avis, elles recouvrent partiellement une autre tension au sein des amateurs de cinéma, régulièrement mobilisée dans les textes, entre les « vrais » cinéphiles experts et amateurs de cinéma d’auteur d’un côté et les amateurs de grandes productions hollywoodiennes de l’autre. Se construit un eux/nous régulièrement mis en scène dans les critiques.

« Amateurs de sensations fortes et de films bien bourrins comme Hollywood sait le faire, s’abstenir… » (The Tree of Life, contributeur moyen)

« Que les kevins fans de ce genre de films ne viennent pas dire que le cinéma d’auteur c’est chiant. » (Paranormal Activity, fort contributeur)

« Je pense être cinéphile et apprécier le cinéma d’auteur » (Drive, contributeur moyen)

« Regardez plutôt un docu sur arte, vous économiserez votre place de cinéma ! c’est prétentieux, de la philosophie de bazar, nul et en plus… la palme d’or, intellos a 2 balles ! ! » (The Tree of Life, faible contributeur).

63Les niveaux d’engagement très variés dans l’activité de critique dessinent des hiérarchies entre contributeurs, redoublées par des tensions entre des formes de rapport au cinéma souvent présentées comme incompatibles.

64Cependant, contrairement à un site comme Amazon, qui met en scène les classements entre contributeurs, Viv@films ne cherche pas – du moins pendant la période de notre recherche – à rendre visibles sur le site les hiérarchies entre contributeurs. Pourtant, comme nous l’avons vu, l’entreprise a opté pour la création d’une élite de critiques amateur, baptisée Le Club. Quelle place occupe ce Club à la charnière entre le monde des amateurs et celui des critiques professionnels ? En quoi les membres du Club se distinguent-ils des gros contributeurs sur le site ?

Le Club : l’élite à la frontière du monde professionnel

65La gestion des contributeurs par le site obéit à des logiques différentes, qui conduisent l’entreprise à adopter des stratégies parfois contradictoires. Elle crée de la compétition entre contributeurs, et propose un modèle d’excellence critique avec son Club, mais sur le site elle met très peu en valeur ces élus. Il faut aller assez loin dans le nombre de clics pour savoir que telle critique a été rédigée par un de ses membres.

66Il reste à comprendre en quoi les membres du Club se distinguent dans leur pratique des autres critiques amateurs. Au regard de l’ensemble des contributeurs, le Club constitue une élite de taille extrêmement réduite : sur nos 18 000 contributeurs de l’année 2011, 91 seulement (soit 0,5 %) en faisaient partie. Mais ils sont très actifs : ils ont produit 3 % des critiques, soit une moyenne sept fois plus élevée que les autres (14 critiques). Ils sont de fait de gros contributeurs : 85 % d’entre eux ont publié plus de cinquante critiques depuis leur inscription sur le site.

Tableau 7. Les spectateurs ayant produit le plus de critiques sur les 140 films de 2011

Auteur

Date d’inscription

Nb critiques depuis l’inscription

Nb de critiques sur les 140 films

2011

Nb moy de critiques par an

Membres du Club

RENGER

11/12/2004

4902

105

700

Oui

titoo66

26/05/2007

1389

89

309

cityhunternicky

05/02/2007

815

82

163

fxsauvage

18/10/2005

433

69

72

rollioni

18/06/2009

457

68

183

ffred

29/02/2004

1402

67

175

Oui

traversay1

21/07/2008

770

63

220

JCOSCAR

22/06/2006

901

62

164

belo28

19/05/2006

878

60

160

nikolazh

03/12/2003

331

58

41

ISAO12

10/01/2009

495

56

165

framboise32

01/08/2007

445

55

99

Oui

JiMorrison27

02/08/2010

209

54

139

jfharo

17/01/2009

1181

52

394

lionelb30

20/03/2009

455

52

152

gimliamideselfes

27/08/2004

2121

51

283

Oui

selenie

16/09/2003

2492

50

293

Oui

67Si globalement les membres du Club ont une activité de critique intense, l’examen du profil des plus gros contributeurs montre que l’intensité de la publication ne suffit pas pour en faire partie.

68Comme on peut le voir sur le tableau 7, sur les 17 spectateurs qui ont produit le plus grand nombre de critiques sur nos films (au moins 50 critiques sur les 140 films du corpus), seuls 5 font partie du Club. Titoo66 ou traversay1 qui publient plus de 200 critiques par an n’en font pas partie.

69Puisque ce n’est pas seulement l’intensité de la pratique qui joue, qu’est-ce qui distingue les membres du Club dans la manière de faire des critiques ? En réalité, ils ont un profil proche de celui des habitués, mais en accentuent fortement les traits distinctifs au point de se rapprocher fortement des formats, des formes et des choix de la critique professionnelle. On peut le mesurer sur de nombreux points :

  • les notes. Ils sont encore plus mesurés que les habitués (gros contributeurs) dans leur notation et évitent les extrêmes, surtout les très bonnes notes. Pour le Club, la moyenne des notes est à 3 tout comme la médiane, alors que pour les gros contributeurs, la moyenne est à 3,3 et la médiane à 3,5. Si le pourcentage de notes à 5 étoiles est de 17 % en moyenne par film, pour les membres du Club, il tombe à 9 %.

  • la date de publication de la critique. Sur le corpus de films retenus, 45 % des critiques du Club ont été publiées la semaine de la sortie alors que ce n’est le cas que de 36 % des critiques faites par les gros contributeurs, eux-mêmes pourtant plus enclins que les autres à écrire leurs critiques au moment de la sortie. Les membres du Club sont également relativement plus nombreux à publier des critiques avant la sortie témoignant ainsi de leurs privilèges (projections privées, présence aux avant-premières…).

  • la longueur du texte. Si les critiques des habitués sont beaucoup plus longues que celle des novices, celles du Club sont en moyenne deux fois plus longues que celle des habitués : un tiers des critiques ont plus de 200 mots et se rapprochent du format des critiques de presse en termes de longueur.

  • le genre des films commentés. Ils font porter leurs critiques encore plus fréquemment que les gros contributeurs sur les drames et comédies dramatiques (31 % de leurs critiques contre 22 % pour les autres) et délaissent les comédies (12 % contre 17 %). Ils manifestent aussi une attention plus grande que les autres spectateurs aux thrillers et aux documentaires. Les films qui sont relativement les plus commentés par les membres du Club sont des films marqueurs d’une cinéphilie d’expert, qui coïncident le plus souvent avec les films les plus choisis par la critique presse. Les films les plus populaires, adressés à des sous-publics ciblés, sont les moins commentés.

  • le ton de la critique. 80 % de leurs critiques sont centrées sur le film, évitent l’expression émotionnelle, la présence d’un je/vous marqueur d’une interaction avec le public et tout ce qui de près ou de loin touche à la promotion et à la recommandation. C’était le cas pour 60 % des critiques des habitués. Là encore, les membres du Club accentuent les traits des habitués et marquent une préférence encore plus nette pour un modèle de critique proche du modèle professionnel. Les critiques manifestent une maîtrise du champ du cinéma sous toutes ses facettes : connaissance de l’histoire du cinéma – films, réalisateurs, comédiens, genres ; maîtrise des techniques de l’image animée ; maîtrise du monde de la critique, des festivals, des prix…

70On a donc un positionnement critique qui est à bien des égards plus proche de celui des critiques professionnels que de celui des critiques amateurs, seraient-ils parmi les plus gros contributeurs. À la charnière entre le monde des amateurs et celui des professionnels, les membres du Club sont sélectionnés non pas seulement sur leur intensité de contribution, mais sur la présence de caractéristiques dans leur manière de faire qui les rapprochent de logiques expertes.

71Est-ce ce comportement hors-jeu profane qui leur vaut une certaine animosité de la part des contributeurs les plus actifs ? Sans doute pas, puisque ces derniers, comme on l’a vu s’approchent eux aussi de ce modèle. Toujours est-il que l’image du Club avec les privilèges qui lui sont attachés, si elle suscite une certaine émulation-compétition entretenue par les professionnels du site, provoque aussi du dépit. À en croire les échanges relevés sur certains forums du site, les gros travailleurs de la contribution qui n’ont pas réussi à recevoir le label du Club ont du mal à accepter une désignation des élites qui ne repose pas sur les efforts fournis en interne mais sur une réputation acquise ailleurs.

« Quelque chose me turlupine depuis quelques temps ! Pourquoi Viv@films fait-il entrer dans le Club des gens dont les profils sont VIDES, où il n’y a aucunes critiques, aucuns points, aucune personnalisation, rien en fait ! Pourquoi nous rabâcher sans cesse des trucs genre “contribuez, faites des critiques”, si c’est pour au final accepter des membres inconnus au bataillon ! Pourquoi avoir accepté si tard Plume231 dans le Club par exemple ? [… ] » (Guigoune, Posté le 06/04/2010)

« C’est clair je pensais y entrer assez vite et puis nada toujours au bout de 27 500 points… Et dire que Viv@films nous offre un voyage aux Seychelles en plus, dès qu’on rentre dans ce club VIP, pff… » (Tyler66, 07/04/2010)

72Mais, répond un membre dudit club qui a bien intériorisé la différence entre volume de travail et volume de reconnaissance :

« Il ne suffit pas de faire de la contribution pour faire partie du Club, à la base ce club ne regroupe pas des contributeurs mais des cinéphiles passionnés influents sur le web par le biais de leurs blogs ou de leurs critiques, donc si tu fais que de la contrib’, excuse, mais tu ne serviras pas à grand chose au sein du Club (du moins c’est mon avis) »

73À l’intérieur du monde amateur, une hiérarchie interne se construit qui repose sur le nombre de critiques publiées (le taux de couverture), sur leur type (plutôt analytique et formel) et sur le genre de films choisis. Le Club vient à la fois questionner cet ordre interne et créer de nouveaux enjeux, car l’entrée dans Le Club ne ratifie pas seulement le fait d’être haut dans la hiérarchie interne. Elle signifie qu’une réputation a franchi les frontières du site.

74Nous avons mis à jour des différences radicales dans la manière d’exercer l’activité de critique amateur, que le tableau ci-dessous et la figure 5 résument. Les habitués ont un profil qui se distingue sensiblement de celui des novices, et s’il est proche de celui des membres du Club, il n’en a cependant pas toutes les propriétés.

Tableau 8. Caractéristiques des critiques selon le profil des contributeurs

Type de spectateur

Nb critiques

Note (médiane)

Critique publiée avant sortie ou 1re semaine

Longueur de la critique (nb mots)

médiane

Critiques

« analyse »

%

Critiques

« émotion »

%

1 critique

5844

4,5

41 %

30

32

68

2 à 12

critiques

12 330

4

34 %

36

36

64

13 à 50

critiques

7798

4

33 %

44

42

58

Plus de 50

critiques

13199

3,5

39 %

73

60

40

Le Club

1305

3

53 %

133

81

19

75Si la manière de noter, la longueur des critiques et le délai de publication sont des facteurs qui distinguent sensiblement des types de critiques amateurs, c’est aussi dans la manière d’écrire sur le film, que les différences les plus notables apparaissent : la part des critiques centrées sur le film augmente régulièrement quand les contributeurs deviennent des habitués, au détriment des critiques centrées sur la réception, témoignant de l’acquisition de codes et de normes propres au monde professionnel.

Figure 5. Répartition des deux types de critiques (analyse vs émotion) en fonction de l’intensité de l’engagement

Figure 5. Répartition des deux types de critiques (analyse vs émotion) en fonction de l’intensité de l’engagement

76Les facteurs qui favorisent le plus des critiques centrées sur le film sont le genre du film (drame et comédie dramatique), l’appartenance au Club et enfin l’intensité de la pratique. La note est un facteur qui ne joue pas sur le type de critique.

77Ceci nous amène à reconsidérer l’organisation du monde de la critique. Plutôt que d’insister sur l’opposition entre la critique amateur et la critique professionnelle, il faut souligner le brouillage des frontières, le continuum qui se constitue entre les deux univers au sommet de la hiérarchie de la critique amateur. Les gros contributeurs et membres du Club sont proches des modèles professionnels et l’on sait par ailleurs que la circulation entre cet univers amateur et le monde professionnel est attestée, la production amateur étant une des composantes de la trajectoire de professionnalisation.

78Et il faut également insister sur les écarts radicaux dans les manières d’exercer l’activité au sein même de cette critique amateur : entre les novices et les habitués, les écarts sont infiniment plus sensibles qu’entre les habitués et les professionnels.

Notes

13 Ces recherches, qui sont un sous-domaine du text mining tentent de mettre au point des méthodes d’analyse automatique et en temps réel des opinions ordinaires exprimées ou retransmises par les internautes sur le web, dans l’objectif de pouvoir caractériser la tonalité des évaluations qui sont formulées (positives, négatives, attachées à quelles caractéristiques du produit, formulées de quelle manière, etc.). Outre des enjeux théoriques liés aux problèmes de modélisation de l’opinion exprimée dans un texte non formaté, les enjeux commerciaux qui sous-tendent ce courant de recherche sont colossaux : Boullier et Lohard [2012], dans une synthèse récente, qui met d’ailleurs l’accent sur les limites de ce type d’ap- proche, considèrent que l’opinion mining est en passe de devenir une véritable industrie, tout aussi stratégique que celle des sondages. Pour des travaux en opinion mining sur le film voir par exemple [Mishne & Glance, 2006] et [Pang et al., 2002]. Si ce domaine de l’opinion mining explose, il existe aussi de nombreux travaux qui analysent des corpus de critiques dans une approche fouille de texte plus classique (voir par exemple [Legallois et Poudat, 2008]).

14 Certains critiques répugnent à résumer leur critique sous la forme d’un nombre d’étoiles : chez Viv@films ce sont alors les professionnels du site qui font ce travail à leur place en se fondant sur la tonalité de l’article sur le film ; d’autres ont un système de notation interne à leur support (des ronds, des yeux, des avatars à mimique) qu’il faut parfois retraduire dans l’échelle de cotation du site internet (en général de 0 à 5 étoiles) ; enfin, la note moyenne pour un support presse peut être aussi une cote mal taillée pour faire une moyenne entre différentes notes données par plusieurs journalistes du magazine (c’est le cas de Première par exemple) De fait, le principe de notation par étoiles fait débat dans les milieux culturels.

15 Dans un article consacré à la critique d’art, Matthieu Béra [2003] rappelle que la plupart des sociologues de l’art concluent à la mort de la critique au profit d’une promotion culturelle plus ou moins déguisée, et rappelle qu’Habermas situait dès le milieu du XIXe siècle les débuts du déclin de la critique « désintéressée ». Pour Bourdieu, la critique est une stratégie de promotion euphémisée, la publicité et la critique font partie d’un même discours de célébration et la seconde n’est qu’une fonction dissimulée de la première. Laurent Creton [2000] parle d’une néo-critique promotionnelle, qui est un simple relais des dossiers de presse, et Larceneux [2001] montre que, de fait, les critiques participent de plus en plus au système promotionnel des œuvres par le biais des citations de leurs textes utilisées pour la communication publicitaire. La critique est largement instrumentalisée, le plus souvent sous forme de courts extraits sur les affiches ou les espaces achetés dans les journaux. Chaque citation publiée augmente la notoriété du critique et l’incite à produire des commentaires favorables afin d’avoir son nom sur l’affiche [Debenedetti, 2006].

16 Pour les séries, la proportion de notes par rapport aux critiques rédigées est beaucoup plus élevée.

17 Chevalier et Mayzlin [2006] ont étudié et comparé les notes attribuées aux livres par les internautes sur deux sites de vente en ligne, Amazon et Barnes & Noble. En mai 2003, 73 % des livres ont 4 ou 5 étoiles sur Amazon et c’est le cas de 87 % des livres sur Barnes & Noble. Selon ces auteurs, le biais positif dans la notation aide les internautes à maintenir leur position dans les classements des top reviewers des sites : il est moins dangereux de pratiquer une promotion déguisée que de se lancer dans une critique négative dont la réception peut être plus tranchée.

18 La concentration de l’attention sur certains biens culturels n’est en rien l’apanage des critiques amateurs. Dans le domaine de la critique professionnelle, il existe un consensus quant aux œuvres et artistes qui méritent l’attention des critiques et sur lesquels ils tombent d’accord [Allen & Lincoln, 2004]. Ce consensus peut être interprété comme un moyen pour le critique d’asseoir sa légitimité vis-à-vis de ses pairs : la similarité ou la comparabilité de ses arguments avec ceux de ses confrères lui permettent de donner une preuve de sa qualité en tant que critique [Debenedetti 2006]. Cette « surveillance réciproque » conduit à une uniformisation des avis. Les choix atypiques semblent être le fait des critiques « superstars ». Le travail de Janssen sur les critiques de presse des livres sortis aux Pays-Bas en 1978 et en 1991 montre qu’il y a une très forte concentration des choix critiques sur les mêmes ouvrages, et que cette concentration s’est accrue sur la période [Janssen, 1997].

19 On part ici des catégories de genres telles qu’elles sont constituées par le site qui peut attribuer de un à trois genres à un film (par exemple, Les aventures de Tintin est codé comme Aventure, Animation, Action).

20 Ils suivent une trentaine de titres et le nombre de critiques presse est un indicateur de l’intérêt que la critique professionnelle accorde au film.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des critiques selon les notes
Légende Clef de lecture : globalement, 24 % des spectateurs ont mis une note de 5*. Si on regarde la moyenne des notes par film, le pourcentage tombe à 17 %, ce qui montre des effets d’emballement sur certains films. On note que la critique professionnelle (telle qu’elle est construite par Viv@films) est plus mesurée (moins de notes très basses et très hautes) que la critique amateur.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2257/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 2. Distribution du nombre de critiques par film
Légende Clef de lecture : un film a recueilli plus de 4 500 critiques, de nombreux films ont reçu moins de 100 critiques.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2257/img-2.png
Fichier image/png, 119k
Titre Figure 3. Nombre de critiques spectateurs en fonction de la note moyenne attribuée au film
Légende Clef de lecture : seuls ont été retenus les films qui ont reçu plus de 10 critiques spectateurs
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2257/img-3.png
Fichier image/png, 128k
Titre Figure 4. The Tree of Life : désaccord spectaculaire
Légende Notons que nous comparons 21 notes de critiques presse contre 1 569 notes de spectateurs.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2257/img-4.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 5. Répartition des deux types de critiques (analyse vs émotion) en fonction de l’intensité de l’engagement
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2257/img-5.png
Fichier image/png, 62k

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search