Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Conclusion : imaginaires et instruments

Eva Boxenbaum et Brice Laurent

Texte intégral

1L’ambition de ce livre est de clarifier les concepts de responsabilité implicites dans de nombreuses approches de l’interface entre les énergies renouvelables et l’architecture. Nous avons tenté de décrire le plus clairement possible les moyens pour intégrer les externalités aux innovations technologiques et pour faire face aux incertitudes.

2Notre point de départ n’était pas une définition figée de la « responsabilité ». Nous avons plutôt souhaité identifier des sujets qui permettent de lancer le débat – un objectif essentiel dans nos sociétés démocratiques. Nous avons examiné les nombreuses incertitudes quant au développement des énergies renouvelables dans l’environnement urbain, ainsi que les mécanismes qui créent à la fois des réseaux de distribution d’énergie et des espaces politico-économiques. Nous avons également étudié un grand nombre d’expérimentations menées pour tester les énergies renouvelables et démontrer leur valeur (technique, économique ou sociale), ou encore pour explorer les modalités de leur implémentation. Les exemples proposés dans ce livre donnent de nombreuses perspectives pour le développement des énergies renouvelables en milieu urbain. Ces exemples illustrent des « imaginaires » qui reposent sur plusieurs « instruments » – deux concepts qui nous semblent très pertinents pour débattre de l’énergie renouvelable dans l’environnement urbain. Premièrement, ils donnent un cadre pour décrire les modes d’innovation responsable dans le domaine de l’architecture et des énergies renouvelables. Puis, ils mettent en lumière les enjeux politiques majeurs. Ce sont donc des points d’entrée utiles pour identifier les défis qui consistent, à l’aide de débats démocratiques, à définir ce que signifie « innover de façon responsable » dans les domaines de l’architecture et des énergies renouvelables.

3À travers la notion d’imaginaire, nous cherchons à expliciter les représentations collectives acceptables des énergies renouvelables et leur contribution potentielle au développement durable en milieu urbain. Les instruments sont des dispositifs sociotechniques pour définir, gérer et/ou évaluer les solutions d’énergies renouvelables pour les villes du futur. Ces instruments peuvent servir d’arguments pour appuyer des recommandations spécifiques et peuvent devenir des outils pour créer des imaginaires souhaitables. La relation entre instruments et imaginaires peut être considérée comme une articulation entre les dispositifs qui construisent des futurs proches et des visions pour façonner le long terme. Les imaginaires et les instruments contiennent des hypothèses implicites de responsabilité. Par exemple, prendre en compte ou exclure certains éléments dans l’évaluation du développement durable aura un effet important sur la définition et la portée de la responsabilité. Certains éléments concernent le processus de construction, d’autres concernent le comportement collectif en milieu urbain, d’autres encore les préférences individuelles des consommateurs. Ce sont ces hypothèses sur la responsabilité que nous souhaitons mettre en évidence pour faciliter les décisions d’ordre politique.

4Le débat autour des imaginaires et des instruments nous a conduit à examiner les points de vue de différents groupes et acteurs : architectes, ingénieurs, décideurs politiques, entreprises technologiques, sociétés de distribution d’énergie, scientifiques et consommateurs. Leurs points de vue ont été identifiés à travers les imaginaires qu’ils entretiennent et les instruments qu’ils construisent ou mobilisent pour transformer ces imaginaires en arguments politiques pour ou contre le recours aux énergies renouvelables dans le développement urbain.

Imaginaires et instruments

5Nous avons identifié quatre types d’imaginaires et leurs instruments correspondants qui nous semblent particulièrement pertinents et intéressants dans le débat politique. Il s’agit de la compétitivité économique, de la mise au point de la technologie, du choix des consommateurs avertis et de la création de communautés. Nous nous sommes surtout intéressés à des exemples français, mais aussi à la Chine, aux États-Unis (Californie) ou au Danemark, tous précurseurs dans l’intégration des énergies renouvelables en milieu urbain. Les controverses au niveau international, et plus particulièrement européen, sont importantes car la réglementation européenne joue un rôle déterminant au niveau national.

  • 28 Jasanoff, Sheila, Sang-Hyun Kim and Stefan Sperling (2007), Sociotechnical Imagi- naries and Scienc (...)

6Notre emploi du terme « imaginaires » fait écho aux travaux récents dans le domaine des études de la science et de la technologie (Science and Technology Studies – STS) sur les « imaginaires sociotechniques », définis par Sheila Jasanoff, professeur à Harvard, comme les « formes imaginaires de la vie et l’ordre social qui se concentrent sur le développement et la réalisation de projets scientifiques et/ou technologiques innovants »28. Dans cette approche, les imaginaires sont directement liés à des visions de développements futurs. Ils « décrivent à la fois des futurs possibles et se projettent dans un futur qu’il faudra atteindre ». Dans la pratique, ils sont utilisés pour développer des technologies, pour définir les dépenses publiques ou encore pour identifier des processus de prise de décision légitimes. Les imaginaires font appel à la fois à des concepts de développement technologique et d’organisation politique. Ces imaginaires ne sont toutefois pas des constructions abstraites et déconnectées des pratiques. Bien au contraire : les acteurs concernés les dévoilent et les utilisent de façon plus ou moins implicite dans la pratique. Dans le cas des énergies renouvelables pour les villes, ces acteurs sont les décideurs, les architectes, les ingénieurs, les entreprises privées, les consommateurs, les habitants et les scientifiques. L’identité de ces acteurs peut cependant varier d’un imaginaire à l’autre.

  • 29 Voir Barry, A., 2001, Political machines. Governing a technological society, London, Athlone Press (...)

7Dans notre approche, les « imaginaires » façonnent le sens que les praticiens de l’intégration des énergies renouvelables dans les villes du futur donnent aux notions de « développement durable » et de « responsabilité ». Il est donc crucial de bien expliciter ces concepts afin d’élargir les choix politiques potentiels, et, si possible, envisager d’autres façons d’être « responsable ». C’est possible en utilisant les instruments qui rendront ces imaginaires réels et tangibles. Dans notre terminologie, les instruments sont des dispositifs pour façonner les technologies, les comportements individuels ou les décisions politiques. Il peut s’agir de dispositifs politiques ou économiques, puisqu’ils définissent les agencements individuels29 et collectifs pour organiser l’ordre social. Selon nous, les instruments sont des entités hétérogènes composées d’éléments matériels et immatériels pour organiser les prises de décisions collectives. Un exemple : le dispositif utilisé par le ministère de l’économie et des finances pour les prévisions du développement est un instrument basé sur la modélisation économique qui fait appel à un certain nombre d’hypothèses sur le développement technologique et les attitudes des consommateurs ; ce dispositif façonnera bien évidemment les initiatives et décisions politiques nationales. Appuyer notre analyse sur les instruments est le meilleur moyen de ne pas dériver sur de fausses hypothèses d’ordre technique et social. Par ailleurs, ces instruments constituent des points d’entrée efficaces pour identifier les imaginaires, que l’on pourra concevoir et adopter grâce à d’autres instruments complémentaires. Les instruments peuvent également être utiles dans la pondération entre différents imaginaires et leurs combinaisons possibles. Ce type de processus est aussi indispensable lorsque plusieurs groupes d’acteurs doivent collaborer pour trouver des solutions à des problèmes complexes – comme par exemple l’introduction de nouvelles formes d’énergie dans les villes.

8Nous avons identifié quatre imaginaires sociotechniques relatifs aux différents niveaux d’action collective :

  • un imaginaire de compétitivité économique ;

  • un imaginaire de solutions technologiques ;

  • un imaginaire de choix des consommateurs bien informés ;

  • un imaginaire de création de communautés.

Un imaginaire de compétitivité économique

9Cet imaginaire se caractérise par l’intérêt porté au développement économique et les liens entre le progrès technologique et la compétitivité nationale. Il exprime un mode d’action dans lequel l’État est censé intervenir pour créer des industries compétitives. Dans cet imaginaire, l’avenir est la route vers un meilleur classement au niveau de la compétition internationale et les technologies vertes doivent y participer. Ces derniers peuvent apporter des solutions aux problèmes de compétitivité et deviendront probablement un moteur pour stimuler la croissance au niveau national. Les investissements du secteur public dans les innovations technologiques de l’énergie, s’ils réussissent, peuvent favoriser la compétitivité nationale et, par conséquent, générer de nouveaux emplois et recettes fiscales pour le pays. La Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) par exemple, évalue l’intérêt de ses investissements en fonction de la création potentielle et à court terme d’emplois stables en France. Autrement dit, son principal objectif est d’augmenter le PIB et de créer des emplois (stables) dans le pays. Cette orientation signifie cependant que l’engagement des organismes publics pour le développement économique pourra se déplacer des technologies « vertes » vers d’autres secteurs technologiques, en fonction de leur contribution à la compétitivité nationale attendue (en France, les débats actuels sur le gaz de schiste en témoignent). Dans cet imaginaire, le développement n’est pas un but en soi, mais un moyen pour atteindre une position de leader dans le jeu de la concurrence mondiale.

10Cet imaginaire se traduit remarquablement bien dans la stratégie chinoise dans le domaine des énergies renouvelables. Dans ce pays, les nouvelles idées dans le domaine de l’énergie sont testées au niveau des villes, ce qui permet de retenir les solutions les plus rentables avant leur déploiement à une plus grande échelle. En Chine, les principaux critères d’évaluation des appels d’offres sont les coûts d’investissement – et non la supériorité technologique (cf. chapitre par Wolfgang Mostert). Ce choix donne aux propositions chinoises un avantage concurrentiel sur le marché domestique et, en raison de sa taille critique, également sur le marché mondial. Par ailleurs, la Chine détient le quasi-monopole sur les terres rares, ce qui lui confère un pouvoir de négociation important sur le marché mondial des panneaux photovoltaïques et des technologies d’énergie nécessitant ces terres rares. Les investissements publics chinois ont largement contribué à obtenir le statut de leader mondial dans plusieurs secteurs de l’énergie renouvelable.

11Dans cet imaginaire, le développement technologique a sa propre vie et doit être maîtrisé pour contribuer au développement économique national. Ici, la partie « demande » n’est pas primordiale. Les citoyens doivent fournir la main-d’œuvre pour les industries nationales, mais les instruments mobilisés pour assurer la compétitivité économique ne doivent en aucune cas modifier leurs comportements. Parmi ces instruments se trouvent les modèles économiques pour identifier la contribution des technologies vertes à la croissance nationale et les feuilles de route prospectives pour prévoir le développement technologique potentiel.

Un imaginaire de solutions technologiques

12Un autre imaginaire, potentiellement lié au précédent, est celui de la technologie en tant que réponse à tous les problèmes sociétaux futurs. Dans le cas du réchauffement climatique par exemple, cet imaginaire prévoit que la technologie aidera les espèces à s’adapter à l’augmentation de la température et/ou la contournera, par exemple par la captation du CO2, et/ou par de nouvelles recherches dans le domaine de la géo-ingénierie. Cet imaginaire de « solutions technologiques » est basé sur le principe que la technologie est totalement déconnectée des autres aspects de la vie sociale, mais que cette expertise pourra être mobilisée pour répondre aux questions qui ne relèvent pas de la technologie. Les instruments qui font appel à cet imaginaire ont par ailleurs recours aux connaissances technologiques. Les scientifiques confirmeront par exemple que si le développement de la technologie photovoltaïque à couche mince avait été poursuivi et mené à terme, il serait maintenant possible de recouvrir toutes les surfaces d’une matière (de la peinture, par exemple) produisant de l’énergie. Autre exemple : si le rendement des panneaux photovoltaïques était amélioré, ils deviendraient parfaitement compétitifs avec les autres sources d’énergie et ne nécessiteraient plus de subventions publiques. De même, les recherches dans les domaines du stockage de l’énergie, de l’architecture, des éco- quartiers et de la construction durable pourraient apporter de nouvelles solutions pour l’avenir. Les instruments de la politique de recherche (par exemple des programmes de financement de la recherche, tels que les fonds publics dédiés au développement de l’excellence dans un domaine scientifique spécifique) contribuent ainsi à un imaginaire dans lequel les solutions innovantes sont issue de l’assemblage d’éléments développés à l’endroit où se trouve l’expertise mondiale de cette composante spécifique.

13L’imaginaire de « solutions technologiques » intervient clairement dans la construction des éco-quartiers. Les bâtiments doivent réduire leurs émissions de CO2, réduire leur consommation d’énergie, voire produire de l’énergie – les architectes et les ingénieurs pourraient donc réfléchir à de nouvelles technologies comme par exemple les matériaux innovants pour améliorer l’isolation, des appareils de chauffage plus performants, des panneaux solaires, etc., qui s’intègreraient aussi de façon harmonieuse aux bâtiments et apporteraient des solutions toutes faites à de réels problèmes (cf. les exemples dans les chapitres de Jean-François Guillemoles et Maxime Jouret).

14L’imaginaire des « solutions technologiques » se reflète dans de nombreux instruments qui visent à faciliter la transition énergétique. Les experts en technologies utilisent par exemple des modèles quantitatifs pour démontrer les vertus d’un mix énergétique radicalement innovant, en espérant qu’une démonstration scientifique convaincra le public de la faisabilité technologique d’une nouvelle donne énergétique. Dans cet imaginaire, « responsabilité » signifie une évaluation scientifique correcte et l’application d’une solution technologique la plus appropriée pour intégrer les énergies renouvelables dans les villes du futur.

Un imaginaire de choix de consommateurs informés

15La compétitivité et les solutions technologiques ne sont pas les seuls enjeux. L’intégration des sources d’énergie renouvelable au niveau des immeubles ou de l’éco-quartier préoccupe les habitants et les utilisateurs de cet environnement bâti. Se dessine alors un imaginaire basé sur l’importance du choix des consommateurs. Cet imaginaire met l’accent principal sur la nécessité de décentraliser la production et la consommation d’énergie au niveau local. Idéalement, la décentralisation va jusqu’au consommateur, qui devient ainsi un « citoyen actif » disposant d’une série d’instruments pour mesurer la consommation d’énergie (individuelle ou au niveau des ménages). Des compteurs intelligents pourraient être installés dans l’habitat individuel pour gérer les flux d’énergie, voire encourager la production d’énergie (cf. chapitre de Nicole Biggart). Dans cette approche libérale, « responsabilité » signifie donc « comportement individuel » et cette responsabilité est plus facile à assumer si l’information est transparente et les options clairement exposées. Cet imaginaire n’écarte pas la responsabilité des acteurs publics pour assurer le bon fonctionnement du marché de l’énergie en régulant la circulation de l’information et en proposant des tarifs subventionnés pour stimuler le développement de moyens de production d’énergie qui ne sont pas encore compétitifs.

Un imaginaire de création de communautés

16À côté des imaginaires déjà évoqués, il existe un imaginaire fondé sur la création de communautés au niveau local. Les projets de construction font partie d’un contexte local et impliquent directement à la fois des organismes publics locaux et des entreprises privées. Les autorités locales peuvent par exemple initier des projets de rénovation urbaine ou de développement de nouvelles zones urbaines en fixant des objectifs de développement durable. Dans ces cas, le développement durable fait partie de la stratégie de développement local. Le projet peut être lié à un objectif explicite de réduction des émissions de CO2, à un engagement plus large pour la réduction des impacts environnementaux, et peut aussi être tributaire de négociations entre parties prenantes. L’imaginaire est celui du développement local, tributaire des choix de développement urbain et contraint par les finances publiques locales, ainsi que les relations avec les communes alentour. C’est la collaboration au niveau local qui caractérise cet imaginaire.

17Parmi les instruments pour soutenir cet imaginaire se trouvent les éco-labels (outils de référence) pour guider la construction des éco-quartiers. Ces outils peuvent être développés et sélectionnés conjointement entre les municipalités, les promoteurs, les clients, les architectes, les ingénieurs et les utilisateurs. Ils décrivent en général les différentes composantes du développement durable et contribuent au processus de la construction collaborative.

18Dans cet imaginaire, la « responsabilité » est l’expression de l’identité locale au sens large du terme. Elle comprend les négociations avec différents intervenants – qu’il s’agisse de sociétés privées, de circonscriptions électorales locales ou de différents organismes publics élus ou non. Elle peut être le résultat complexe de négociations à des niveaux multiples quand une zone urbaine existante doit être rénovée (cf. l’exemple de Marien Billard), mais dans d’autres cas, elle peut aussi être un effort concerté entre plusieurs parties prenantes engagées dans la construction de nouvelles « communautés zéro net émissions » (cf. l’exemple de Nicolas Biggart). Une approche « responsable » est alors caractérisée par un consensus politique entre ces acteurs. Cette orientation tient compte des habitants actuels et futurs. La rénovation de la Tour Bois-le-Prête décrit une approche participative à la conception adoptée pour définir les spécifications techniques d’un bâtiment bien avant le début des travaux (cf. l’exemple d’Emmanuel Tual). En prenant en compte les pratiques et usages futurs dès la phase de conception, le projet est devenu moins coûteux et plus efficace en terme d’impacts environnementaux.

Conclusion

19Les quatre imaginaires et leurs instruments associés mettent en évidence des constructions diverses (mais pas nécessairement incompatibles) de la responsabilité de l’innovation dans les projets d’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain. Ces imaginaires sont repérables grâce aux instruments qui les font exister. Ils n’épuisent certainement pas l’ensemble des positions possibles, mais permettent de décrire les rencontres, plus ou moins conflictuelles, entre différentes façons de définir les problèmes publics liés au développement des énergies renouvelables. À cet égard, ils ouvrent des pistes pour des collaborations entre des parties prenantes aux intérêts divers et pour l’exploration de solutions innovantes pour l’introduction des énergies renouvelables dans la ville du futur.

Notes

28 Jasanoff, Sheila, Sang-Hyun Kim and Stefan Sperling (2007), Sociotechnical Imagi- naries and Science and Technology Policy : a cross-national comparison, NSF research project ; voir aussi Jasanoff, S. and S.-H. Kim, (2009), « Containing the atom : sociotechnical imaginaries and nuclear power in the United-States and South Korea » , Minerva, 47 (2) : 119-146.

29 Voir Barry, A., 2001, Political machines. Governing a technological society, London, Athlone Press ; Callon, M. et al. (dir.), (2007), Market devices, Oxford, Blackwell. Pour une perspective en sciences politiques basée sur les instruments, voir P. Lascoumes and P. Le Galès, « Understanding public policy through its instuments – from the nature of instruments to the sociology of public policy instrumentation », Governance, 20(1) : 1-21.

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540