Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Partie III - Vers un nouveau modèle de développement urbain

Rénover avec les habitants

Entretien avec Emmanuel Tual

Emmanuel Tual

Note de l’éditeur

Emmanuel Tual est architecte chez Vinci Construction. Dans ses anciennes fonctions d’architecte dans le cadre d’une OPAH (opérations programmées d’amélioration de l’habitation), il a participé à la mise en oeuvre d’une approche participative dans la rénovation de la Tour Bois-le-Prêtre à Paris. Dans cet entretien, il décrit cette modalité particulière de l’expérience de renouvellement urbain : la participation des premiers concernés, c’est-à-dire les habitants eux-mêmes, à l’entreprise de rénovation.

Texte intégral

Pouvez-vous nous présenter ce projet dans lequel l’intégration des parties prenantes et la concertation avec les usagers ont été si importants ?

  • 25 La rénovation de cet immeuble, situé Porte Pouchet, à Paris dans le 17e arrondissement, de 2009 à 2 (...)

Le projet de métamorphose de la Tour Bois-le-Prêtre, dans le 17e arrondissement de Paris a selon moi obéi à une approche participative25. La rénovation de cette tour était clairement innovante dans ce sens. Dans l’élaboration de ce projet, les dimensions de participation et de concertation ont été véritablement prises en compte. Sur ce projet a été mis en place une concertation auprès des habitants en amont du lancement du concours d’architecte et en amont de la programmation, ce qui sort nettement du commun.

Ce projet, dénommée Alcatraz par ses habitants, visait à la transformation radicale des conditions de confort et d’habitabilité des cent logements de la tour Tour Bois-le-Prêtre. La Tour était alors occupée. Elle avait été construite en 1962, et se développait sur 50 mètres de hauteur, avec seize niveaux desservant chacun quatre ou huit logements. À partir de constats généraux sur le dysfonctionnement des grands ensembles, les solutions les plus fréquentes visent à limiter à trente le nombre de logements desservis par un hall et une cage d’escalier. L’analyse initiale de la Tour Bois-le-Prêtre correspondait bien à ce canevas, qui apparaît bien souvent comme une solution toute faite. La tour comprenait une cage d’ascenseur et un seul hall desservant 96 logements. Il y avait là un dysfonctionnement, et les solutions de résidentialisation pour réaliser deux ou trois cages d’escalier et d’ascenseurs indépendants paraissaient évidentes.

Cependant, lors de la concertation avec les habitants, ces derniers ont indiqués qu’ils ne voulaient pas que l’on touche aux paliers et aux escaliers. Cette attente était contraire aux analyses techniques initiales. Même si cette donnée a posé problème initialement, elle a permis d’envisager de nouvelles pistes d’amélioration. Cet ‘obstacle’ a provoqué l’innovation en quelque sorte. C’est ainsi que les cabinets d’architectes Druot et Lacaton Vassal ont proposé de faire évoluer la typologie des logements, d’augmenter la surface habitable, et de réaliser des jardins d’hiver et des balcons en prolongement des logements existants. La surface hors œuvre d’origine de 8 900 m² a été portée à 12 460 m². Des améliorations techniques précises ont permis de rendre accessibles tous les logements, et de réduire passivement la consommation des énergies de plus de 50 %. Cette solution représente une nette amélioration architecturale.

L’intégration des énergies renouvelables au bâtiment n’était pas le principal objectif de ce projet, mais la volonté partagée de créer de nouvelles conditions d’habitat a permis de concevoir une approche bioclimatique avec un principe de « double peau » : les architectes n’ont mis en place ni isolation par l’intérieur, ni isolation par l’extérieur. Ils ont proposé une isolation habitable : le jardin d’hiver est un mur d’air de 2m d’épaisseur, qui crée de l’isolation et constitue une enveloppe « tampon » entre l’intérieur et l’extérieur. Cette solution d’isolation répond parfaitement aux usages des habitants. Cet espace tampon sert à réguler le chaud et le froid. En été par le prolongement du balcon, il crée une portée ombrée sur la façade évitant l’échauffement des façades. En hiver, grâce au principe de « double peau » isolante, il permet l’accumulation de la chaleur, sur le même mode de fonctionnement qu’une serre.

Toutes ces améliorations, toutes ces innovations n’auraient pas vu le jour sans le concours des habitants. Sans cette concertation, le choix lors du concours d’architecte aurait sans doute porté sur d’autres projets moins valorisants pour les habitants. Le monde du bâtiment est composé essentiellement de techniciens, aussi bien chez les maîtres d’ouvrages que dans la maîtrise d’œuvre ou au sein des entreprises. Ces acteurs fonctionnent en « B to B » et sont rarement tournés vers l’usager. Les réponses apportées aux usages dans les projets restent souvent standardisées, donc assez pauvres. La conclusion que l’on peut tirer d’un projet comme celui de Bois-le-Prêtre est qu’il semble donc judicieux de construire une intelligence collective en allant solliciter ceux qui au quotidien vivent dans le quartier et habitent le lieu.

En général, il me semble que la concertation des habitants, les avis des utilisateurs et les besoins des usagers sont des outils qui pourront permettre de trouver les bonnes réponses aux évolutions des usages et des modes d’habitat. Cela est particulièrement pertinent dans un contexte où le développement durable et la nécessité de mettre en place une société alternative avec de nouvelles formes de consommation d’énergie sont des enjeux de plus en plus pressants.

Quelles sont les procédures de concertation à privilégier pendant ce type de projets ?

Elles consistent en des réunions publiques, des workshops, avant le concours et la consultation des architectes. Il s’agit de questionner les habitants et prendre en compte leurs besoins. J’estime que si on veut mettre en place une vraie concertation dans les projets architecturaux, celle-ci doit intervenir en amont, à la genèse du projet. Or la plupart du temps, on ne met pas en place des procédures de concertation, mais on informe plutôt les usagers. Il faut repenser les procédures de concertation ex ante pour vraiment prendre en compte les avis des usagers. Grâce à cette concertation, des projets de rénovation peuvent être innovants et on peut expérimenter des procédés qui les enrichissent. Cet enrichissement permet parfois de prendre de nouvelles décisions, d’envisager des troisièmes voies qui ne sont pas repérées initialement par les architectes, et de repenser les usages des bâtiments. Au final, il s’agit de faire concilier ces réflexions nouvelles avec les orientations à la fois techniques et économiques du départ, une conciliation que les techniciens considèrent parfois impossible.

Dans le cas de la Tour Bois-le-Prêtre, on voit que l’isolation du bâtiment par la double peau a été centrale pour concevoir cette troisième voie. Quelles pourraient être d’autres pistes de la troisième voie ?

Il s’agit tout d’abord de la notion de temporalité de l’usage, d’intermittence de l’usage. Aujourd’hui, sur la question des panneaux solaires thermiques par exemple, on s’est rendu compte qu’ils produisaient plus en été qu’en hiver. Or en été les gens partent en vacances. C’est à dire que le modèle mathématique et physique fonctionne mais il ne correspond pas bien aux besoins des usages. Je pense qu’il faut prendre en compte les modes de vie et les calendriers des usagers quand on pense l’intégration des énergies renouvelables au bâtiment. Les danois, par exemple, ont parfaitement intégré ce principe, en alignant leurs modes de fonctionnement sur le développement de l’énergie éolienne. En France, le chantier du Château de Guédelon, en Bourgogne, est un exemple d’équilibre social, économique, environnemental qui a intégré la temporalité des saisons. Il s’agit de reconstruire un château fort en Bourgogne, selon des méthodes anciennes. Sur ce chantier, les cinquante ouvriers sont rémunérés par les droits d’entrées des visiteurs. Le chantier fonctionne six jours sur sept, et il obéit à un alignement saisonnier de l’activité en fonctionnant du mois de mars jusqu’au mois de novembre, et en s’interrompant pour des raisons climatiques jusqu’en février.

Il faut toujours réfléchir sur les notions d’usage et de confort quand on réfléchit aux énergies renouvelables intégrées au bâtiment. Il faut revoir celle de confort, par exemple, en la confrontant à la notion d’« énergie aléatoire », qui fait que l’on n’a pas forcément une énergie à disposition en permanence ; comment envisager le confort dans ce cadre ? Il faut savoir que les normes en vigueur dans les habitations, définies à partir de la notion de confort, vont à l’encontre du développement durable ; elles ne permettent pas de faire de vraies économies d’énergie. On a défini des niveaux minimaux en deçà d’un certain seuil où un environnement n’est pas considéré comme confortable. En vertu de ces seuils de confort, certains systèmes ne seront pas qualifiés, ni certifiés. L’exemple des robinets est parlant. Certains robinets arrivaient sur le marché avec des débits très variables jusqu’à l’introduction d’une norme NF qui a défini des minimums de débit pour les robinets certifiés (12 l/mn, 15 l/mn). Or, la régulation de la consommation d’eau est aujourd’hui une composante importante du développement durable. L’objectif d’économie d’eau implique que de tels niveaux de consommation ne sont pas acceptables à long terme. Par conséquent, les principes même du confort doivent être remis en question si on veut aller dans le sens de plus de durabilité et soutenabilité.

On envisage souvent les attentes sociales, celles des usagers, comme des freins au bon développement des projets. Part-on du postulat que les usagers ne vont pas être prêts à changer leurs habitudes de vie, en matière de consommation d’énergie ?

Bien souvent, on raisonne en cercle fermé. On s’auto-convainc que les usagers ne seront pas prêts à changer leurs habitudes de vie si on ne leur a pas proposé d’autres possibilités. Or les habitants sont prêts à évoluer sur ces points. L’exemple de la gestion des déchets en témoigne. Hier le confort maximum était le vide ordures où on pouvait jeter tout ce que l’on voulait. Aujourd’hui on accepte de faire du tri sélectif ; on a intégré ces nouvelles pratiques de recyclage et on est responsabilisé en faisant son tri sélectif. Le geste réalisé est un geste qui semble utile ; on a redonne du sens à ces pratiques. Les bio-composteurs en sont un autre exemple : on recycle les déchets pour que le composteur collectif aide à l’agriculture, ce qui permet aux usagers qui recyclent de mieux cerner ce qu’est le cycle de vie, ce que sont les cycles agricoles. Ainsi, on construit concrètement le développement durable par des transmissions de pratiques à l’échelle des habitants eux-mêmes.

Les besoins ne sont pas fixés une fois pour toute en fonction des attentes sociales ; ils évoluent en fonction des choix d’organisation et des choix techniques. De façon générale, l’élément important à prendre en compte est celui de l’équilibre des territoires et de la mixité des usages. Si on veut équilibrer les modes de consommation d’énergie et utiliser les énergies renouvelables, il est nécessaire de partager l’énergie. Il faut équilibrer, par exemple, les usages entre les logements et les bureaux. Les bureaux produisent plus de chaud que de froid, alors que les besoins en énergie sont inversés pour les logements. La mise en place des énergies renouvelables nécessite d’avoir une meilleure répartition des fonctions sur un territoire. Les dessertes en transports entrent également en ligne de compte. L’hyper concentration du tertiaire dans la zone de La Défense en Île-de-France est contraire à un système de développement durable et harmonieux.

À une plus petite échelle, les bâtiments durent plus longtemps que leur propre usage. Il serait souhaitable d’envisager plus de mixité, plus de possibilités d’évolution à l’intérieur même des bâtiments. Les bâtiments sont aujourd’hui hyperspécialisés. En plus d’avoir des besoins énergétiques propres, ils fabriquent de l’obsolescence. Il faut savoir que les bâtiments qu’on démolit aujourd’hui sont ceux qu’on a construits dans les années 1960. Donc on ne devrait pas construire un modèle pour qu’il tienne quarante ans, car interviendra forcément la nécessité de repenser la question des usages : il est crucial de maintenir une certaine réversibilité sur les usages possibles du bâtiment. Par conséquent, l’optimisation financière excessive d’un produit immobilier devient incompatible avec l’approche de développement durable sur le long terme. Les nouveaux projets urbains de demain invitent à faire preuve de plus de modestie, pour ouvrir le champ des possibles aux générations futures et leur laisser un espace de créativité. L’espace de la ville est en permanente mutation et il vaut mieux laisser des zones en jachère, ne pas leurs donner d’objectifs prédéfinis, et ne pas faire preuve de « purisme » architectural ou urbain de forme définitive sur des projets à venir. Le logement, le bâtiment, le quartier, la ville sont chacun en transformation constante. Ils sont portés à se reconstruire et à se réinventer en fonction des usages contemporains et contextuels.

Notes

25 La rénovation de cet immeuble, situé Porte Pouchet, à Paris dans le 17e arrondissement, de 2009 à 2011 est devenue un cas emblématique. L’équipe d’architectes était composée de Frédéric Druot, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal.

Auteur

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540