Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Partie III - Vers un nouveau modèle de développement urbain

Introduction

Eva Boxenbaum et Brice Laurent

Texte intégral

  • 20 Voir l’introduction du livre pour une définition des problèmes épineux.

1Les sections précédentes de ce livre ont montré la force des incertitudes et l’imbrication des choix techniques, politiques et économiques en matière d’énergie renouvelable dans la ville du futur. La dernière partie se penche sur des initiatives qui peuvent mener à des reconfigurations de l’espace urbain. Comment envisager la multiplicité de ces initiatives ? Comment les décrire et analyser leurs apports ? Vers quelles solutions aux problèmes « épineux » (wicked20) s’orienter pour faciliter l’intégration des nouvelles énergies dans la ville du futur ?

  • 21 Voir Shapin, S. et S. Schaffer, (1993), Leviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science (...)
  • 22 Muniesa, F. et M. Callon, (2007), « Economic experiments and the construction of markets», in, D. M (...)

2Une façon de répondre à ces questions consiste à s’intéresser à des expériences censées faire avec une situation d’incertitude, marquée par des controverses, où les problèmes sont « épineux ». L’analyse des situations expérimentales a été entreprise par les études sociales des sciences, qui ont mis en lumière la construction historique des opérations expérimentales et leurs effets politiques21, mais aussi leur rôle dans la mise en forme des organisations économiques22. Ces travaux ont développé des outils pour analyser trois caractéristiques des situations expérimentales, qui peuvent être utiles pour rendre compte des expériences visant à transformer le modèle de développement urbain.

3La première caractéristique des situations expérimentales est que les expériences sont fondées sur des savoirs, incarnés par des formes d’expertise, des méthodes de raisonnement ou de calcul. Les instruments matériels et cognitifs sont indispensables à la réalisation des expériences, et ont des effets directs sur leurs déroulements et leurs résultats. La seconde caractéristique est que les expériences sont inséparables des démonstrations publiques à qui elles sont adressées. L’audience de ces démonstrations peut varier : il importe de comprendre les opérations définissant les publics censés témoigner de la validité de l’expérience. La troisième caractéristique est que les résultats des expériences ne sont pas donnés par avance. Les expériences se confrontent à des incertitudes techniques et sociales qu’elles contribuent à traiter.

4Les chapitres de cette section rendent compte de différents types d’expériences pensées comme des réponses au wicked problem de l’introduction des énergies renouvelable dans l’espace urbain. Ces expériences varient avec le degré de formalisation, la nature des démonstrations réalisées, ou encore le degré de confinement du dispositif expérimental dans l’enceinte d’un laboratoire. Elles sont présentées par des auteurs issus d’institutions diverses. Nicole Biggart est professeur de management à l’Université de Californie – Davis et directrice de l’UC Davis Energy Efficiency Centre. Marien Billard, ingénieur et urbaniste, est responsable développement durable et réduction de la vulnérabilité à l’Établissement ublic d’aménagement Orsay Rungis Seine Amont (EPA ORSA). Emmanuel Tual est architecte chez Vinci Construction en France. Enfin, François Vauglin est membre du conseil général de l’environnement et du développement durable (ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie) et conseiller de Paris.

5L’article de Nicole Biggart décrit une expérience américaine, celle de la conception et la construction du West Village, une zone d’habitation à consommation d’énergie nulle sur le campus de l’Université de Californie à Davis. L’expérience est ici menée dans un espace limité en collaboration avec une diversité des parties prenantes. Elle vise à la fois à démontrer la possibilité concrète de la communauté « à énergie nulle », réalisée malgré de multiples obstacles, et à permettre l’étude des comportements des habitants, grâce à un ensemble de dispositifs qui, par exemple, rendent visibles à tout moment les consommations individuelles. Le contraste avec le cas décrit par Marien Billard est frappant. Les opérations d’aménagement urbain menées par les Établissements publics d’aménagement sont des expériences de plein air. Elles ne sont pas fondées sur un contrôle fin de tous les paramètres concernés, mais elles consistent à faire avec les contraintes et les ressources locales pour tenter de construire un consensus politique qui s’appuie autant sur la durabilité « sociale » que sur la durabilité énergétique.

6Emmanuel Tual insiste, dans un entretien, sur le rôle central des habitants et des usagers dans la rénovation des bâtiments, et, plus généralement, dans la rénovation urbaine. En utilisant l’expérience de la rénovation de la Tour Bois-le-Prêtre, dans laquelle il a été directement impliqué, il met en évidence les apports au projet architectural de l’anticipation des usages par un dialogue continu avec les utilisateurs. Enfin, François Vauglin propose quelques réflexions sur la transformation de l’espace urbain qu’implique le passage aux énergies renouvelables. Prendre la transition énergétique au sérieux, conduit pour lui à repenser de façon radicale l’expérience individuelle de la vie urbaine.

Notes

20 Voir l’introduction du livre pour une définition des problèmes épineux.

21 Voir Shapin, S. et S. Schaffer, (1993), Leviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte ; Ezrahi, Y., (1990), The descent of Icarus, Science and the transformation of contemporary democracy, Cambridge, Harvard University Press.

22 Muniesa, F. et M. Callon, (2007), « Economic experiments and the construction of markets», in, D. MacKenzie, F. Muniesa and L. Siu (dir.), Do economists make markets ? On the performativity of economics, Princeton, Princeton University Press.

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540