Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Partie II - Réorganiser la production et la distribution d’énergie ?

Des propositions pour un modèle alternatif fondé sur le renouvelable

Entretien avec Marc Jedliczka

Marc Jedliczka

Note de l’éditeur

Marc Jedliczka est directeur de Hespul, une association à but non-lucratif qui a pour but et objet social le développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Une des préoccupations de l’organisation est d’intégrer les collectivités dans la transition énergétique. Dans cet entretien, Marc Jedliczka présente ses idées sur les orientations à privilégier pour favoriser la transition énergétique.

Texte intégral

Pouvez vous nous présenter le fonctionnement et les missions de l’association Hespul dont vous êtes le directeur ?

Hespul est une association loi 1901, créé en 1991, qui compte aujourd’hui 30 salariés. Son unique objectif initial était de réaliser la première expérience de raccordement d’un système photovoltaïque au réseau électrique, ce qui n’avait pas encore été fait à l’époque en France.

Par la suite, l’association, qui n’a embauché son premier salarié qu’en 1999, a réalisé, grâce au soutien des programmes de démonstration de l’Union européenne et à la mobilisation de bénévoles, 350 à 400 installations avant 2000, c’est-à-dire avant que la France ne mette en place l’obligation d’achat et l’accès au réseau pour les énergies renouvelables.

En 2000, plusieurs événements ont fait grossir l’association, en particulier la création dans la partie rurale du département du Rhône (par exemple, Beaujolais et Monts du Lyonnais) d’un Espace Info Energie dans le cadre du dispositif mis en place par l’ADEME et la Région Rhône Alpes. Ce cadre vise à mettre à la disposition des particuliers, des professionnels et des petites collectivités une information indépendante, gratuite et accessible sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables en créant un lien quotidien avec la population sur ces thématiques. Tout en continuant à développer nos activités dans le photovoltaïque, nous avons considérablement élargi nos compétences et fait grossir l’équipe de salariés, grâce aussi aux programmes européens dans lesquels nous avons continué à nous impliquer. Nous nous sommes intéressés à égalité aux thèmes des énergies renouvelables, de l’efficacité et de la sobriété à travers notamment les comportements des usagers.

En parallèle, nous avons également développé une activité d’accompagnement des collectivités locales sur leurs projets d’équipement ou d’aménagement. Cela concerne les villes petites et moyennes du Rhône pour la rénovation de bâtiments publics ou la création de petits réseaux de chaleur alimentés au bois. Cela concerne aussi le Grand Lyon, notamment dans le quartier de la Confluence, pour lequel nous avons obtenu, grâce au programme européen Concerto, des financements importants qui ont permis de faire jouer à ce territoire urbain un rôle pionnier en matière d’efficacité énergétique et de photovoltaïque. Nous avons ensuite valorisé cette expérience dans le quartier des Batignolles à Paris.

Dernier point qui nous tient à cœur : l’investissement citoyen dans les énergies renouvelables. Nous avons ainsi été parmi les fondateurs du fournisseur alternatif d’électricité Enercoop et du fonds d’investissement citoyen « Energie partagée » qui permet à tout un chacun d’investir à la hauteur de ses moyens dans des projets qui restent sous le contrôle des citoyens et des collectivités. La logique ici est celle du développement local, et non de la prédation des ressources par les géants de l’énergie.

Quels sont les dispositifs qui ont permis à Hespul de faire avancer l’idée et la pratique de la transition énergétique ?

L’important est de s’inscrire dans la durée. C’est pour cette raison que le dispositif d’accompagnement et de sensibilisation des Espaces-Info- Énergie est intéressant : il fait office en quelque sorte de « service public délégué ». En effet, une part importante de notre activité est financée par l’argent public, notamment à travers l’ADEME et le Conseil Régional. Notre statut associatif nous donne la fl ibilité nécessaire pour nous adapter rapidement aux évolutions tout en garantissant que notre action se situe bien dans une optique d’intérêt général. Il s’agit du meilleur compromis pour l’accompagnement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables que l’on puisse trouver aujourd’hui. Nous souhaitons continuer à mettre toute cette expérience acquise au service de la collectivité en lien avec d’autres réseaux, notamment dans le cadre du futur « guichet unique » qui est annoncé.

Les « Plans climat-énergie territoriaux » instaurés par le Grenelle de l’Environnement ont été rendus obligatoires pour les collectivités de plus de 50 000 habitants, mais il y a de plus en plus de communes et de communautés de communes moins importantes qui souhaitent se lancer dans cette démarche volontairement sans y être obligées par la loi. Pour commencer, il est important de faire un diagnostic énergétique du territoire, de pouvoir visualiser d’un côté la consommation d’énergie de tous les acteurs (particuliers, entreprises, collectivités) pour les différents usages, de l’autre côté, les ressources dont le territoire est doté, à commencer par les gisements d’économies d’énergie, ainsi bien sûr que les potentiels locaux des différentes énergies renouvelables. Ce diagnostic partagé est essentiel pour pouvoir définir ensuite un plan d’action cohérent. Il permet d’assurer une meilleure connaissance des différentes façons d’exploiter les richesses naturelles, par exemple le développement d’une filière bois ou bien de nouvelles manières de travailler avec les coopératives agricoles. Il permet de décliner toute une palette d’actions concrètes à mettre en œuvre.

Il est crucial de responsabiliser les collectivités locales en termes de compétences et de moyens pour la définition et la mise en œuvre des plans d’action. Il faut notamment leur rappeler qu’elles sont propriétaires des réseaux d’électricité, de gaz et de chaleur, que la valorisation des énergies renouvelables doit concerner l’ensemble de leur territoire, et qu’elles ont tout intérêt à collaborer pour optimiser les moyens et y trouver toutes leur compte. Prenons l’exemple des objectifs du Plan Climat du Grand Lyon en matière de chaufferies alimentées en bois-énergie. S’ils se réalisent effectivement, il faudra aller chercher la ressource dans un rayon de 80 à 100 km, soit la moitié de la région Rhône-Alpes. Ceci risque de poser de gros problèmes si on laisse faire les opérateurs sans les encadrer. La transition énergétique exige de redéfinir les relations ville-campagne et les formes de la coopération territoriale.

Quelles évolutions concrètes avez-vous constatées depuis la création d’Hespul ? De prime abord, on se dit que désormais les pouvoirs publics veulent accompagner la transition énergétique, l’ériger comme priorité, afficher leurs efforts et les investissements réalisés dans le domaine.

Il y encore beaucoup d’affichage dans ce domaine. Attendons de voir ce qui sera effectivement décidé. Mais l’évolution qui me donne le plus d’espoir est récente, c’est le réveil des collectivités qui prennent enfin conscience de leurs capacités d’action. On constate une véritable volonté de certains élus pour accélérer le mouvement vers un changement de modèle énergétique. Par ailleurs, et c’est un détail non négligeable, ce mouvement prend aussi de l’ampleur grâce à la prise en compte de l’efficacité économique de la transition énergétique. Plusieurs phénomènes se sont cumulés pour parvenir à ces évolutions : le problème du changement climatique est devenu plus présent, et le Grenelle de l’Environnement a marqué les esprits, on est également parvenu à aborder la question du nucléaire dans le débat. De nouveaux arguments rentrent aussi en jeu pour discuter de la transition énergétique : la volonté de sécurisation des approvisionnements, mais aussi les gains économiques énormes qu’elle peut apporter – un argument sensible en période de crise. La question énergétique est aussi vue de plus en plus comme une question sociale. Si on considère que les énergies renouvelables sont des gisements que l’on peut exploiter, à la campagne mais aussi en ville, en pariant sur l’efficacité énergétique du bâti qui permet de créer beaucoup d’activité et d’emplois, alors on comprend que tout cela constitue une richesse aussi du point de vue économique.

Avez-vous constaté au fil du temps une évolution au niveau du secteur de l’industrie ? La prise de conscience des pouvoirs publics que vous évoquez peut inciter à des changements de pratiques industrielles.

Ne nous voilons pas la face, il y aura du côté de l’industrie des gagnants et des perdants de la transition énergétique. Le problème est que ce sont les perdants potentiels qui tiennent les manettes de l’organisation industrielle actuelle, extrêmement centralisée et reposant que quelques grands groupes très puissants. Mais ce schéma commence à se fissurer pour des questions de coûts. À travers le débat national sur la transition énergétique qui se tient à l’heure actuelle, on peut ainsi bien cerner les enjeux des industries émergentes dans le secteur. Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP), des collectifs se sont montés pour se positionner clairement en faveur de l’efficacité énergétique, comme Isolons la Terre, ou Effinergie, un label monté en collaboration entre des industriels, des collectivités et des organismes financiers qui ont tout à gagner en s’engageant dans cette voie.

Le même phénomène se constate dans le secteur agricole par exemple mais de façon sans doute moins nette.

Évidemment cette évolution ne veut pas dire que les tensions disparaissent. Les acteurs ne s’entendent pas forcément sur les modalités de régulation de l’énergie, sur les enjeux d’isolation des bâtiments. Il est clair cependant que l’industrie française sent le vent tourner et veut aussi pouvoir se positionner sur le secteur d’avenir des énergies renouvelables.

On perçoit la nécessité de disposer de mécanismes de coordination nouveaux pour débattre de toutes ces thématiques.

Le ministère du développement durable de Jean Louis Borloo rassemblait à la fois l’énergie, le logement, l’équipement, l’environnement et l’aménagement du territoire, plus quelques autres thématiques. Il a pu de ce fait aborder de manière transversale la problématique centrale de l’énergie et du climat à travers le Grenelle de l’environnement. C’était une initiative institutionnelle innovante et particulièrement pertinente, mais elle a été remise en cause et on sent bien que ce format manque aujourd’hui. Il est nécessaire que les administrations mélangent leur culture, sur une problématique aussi systémique que celle de l’énergie, d’autant plus que les différentes administrations des ministères n’envisagent pas cette question de la même manière. Elles divergent même parfois sur la manière de compter. Cette trop grande sectorisation aboutit à des crispations colbertistes sur des questions de bon sens, et je plaide pour une plus grande transversalité sur ces sujets.

Pouvez vous décrire le scénario négaWatt basé entièrement sur les énergies renouvelables, et que vous avez contribué à élaborer ? Quelles perspectives concrètes offre-t-il sur des comportements plus vertueux des usagers ?

L’association négaWatt est composée de personnes physiques. Elle s’est créée à partir d’une des premières listes de discussion apparue à la fin des années 1990 sur internet qui rassemblait des praticiens du bâtiment pour échanger sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Lorsque l’on a commencé à entendre parler de « facteur 4 » au début des années 2000, nous avons voulu savoir si nous étions capables de relever le défi avec nos connaissances, nos savoir-faire et nos expériences de terrain. Nous avons commencé par réfléchir à la méthode, et c’est ainsi que nous avons voulu donner une priorité absolue à la sobriété et à l’efficacité énergétiques, deux éléments complémentaires mais bien distincts qui permettent de réduire les besoins de consommer et donc de produire de l’énergie, avec bien entendu une priorité aux énergies renouvelables, inépuisables et bien moins polluantes. À partir de cette « démarche négaWatt », nous avons élaboré un scénario à l’horizon 2050 dont l’une des idées fortes est le chiffrage des économies d’énergie que l’on peut attendre qu’il fasse évoluer les comportements individuels et collectifs vers davantage de sobriété. Nous nous plaçons à cet égard à contre courant d’une opinion commune qui consiste à considérer que les comportements des consommateurs sont immuables. Nous refusons par ailleurs l’argument qu’on oppose souvent à la sobriété, et qui consiste à affirmer qu’elle ne peut être que subie. Nous avons parfaitement conscience de la question de la précarité énergétique qui touche huit millions de personnes en France, et contre laquelle il faut lutter avec des moyens appropriés. Mais nous considérons aussi que les 55 millions de Français qui ne sont pas précaires peuvent et doivent s’engager dans la voie de la sobriété, dont ils tireront par ailleurs de multiples bénéfices. Le scénario négaWatt permet de montrer ce qui peut être réalisé avec une nouvelle culture de la sobriété, une nouvelle approche de la consommation d’énergie.

En 2003, nous avons reconstitué la consommation française d’énergie française des trente dernières années. C’est un travail très compliqué, car il n’existe pas d’outils statistiques suffisamment fiables. Nous avons dû reconstituer l’ensemble des consommations d’énergie en France entre 1973, l’année du premier choc pétrolier, et 2002, en les répartissant par usages : la chaleur, la mobilité et l’électricité spécifique (qui concerne l’électroménager, les appareils industriels, l’éclairage). Notre idée est que l’on n’a pas a besoin d’un niveau donné, d’une forme ou d’une autre d’énergie, mais d’un service énergétique qui répond à un besoin de base : se chauffer, se laver, s’éclairer, se déplacer, communiquer, etc. Nous avons donc reconstitué la consommation et la production de la France pendant toute cette période, puis nous avons réalisé des projections à partir de 2003 jusqu’en 2050, sur la base d’hypothèses discutées collectivement sur les potentiels de réduction des consommations. Ceci nous a conduit à constater qu’on peut jouer sur la sobriété et l’efficacité de manière différente selon les usages. Pour la chaleur, c’est surtout l’efficacité qui va être à l’œuvre, avec notamment l’isolation des bâtiments. À l’inverse pour la mobilité c’est la sobriété, en réduisant la vitesse et en améliorant le taux de remplissage des véhicules par exemple. Pour ce qui du bâtiment, l’enjeu de l’efficacité énergétique est avant tout dans la rénovation (le bâti neuf représente seulement 1 % du parc existant). Les conditions de la rénovation énergétique sont absolument essentielles : d’abord il faut comprendre que si nous voulons atteindre le « Facteur 4 », il sera nécessaire d’isoler tous les bâtiments avec un niveau très élevé de performance, notamment pour compenser le fait que certains bâtiments seront plus compliqués que d’autres à traiter. Ensuite il faudra faire attention de ne pas « tuer le gisement » en ne faisant qu’une partie des travaux et en se disant qu’on fera le reste plus tard. Il y a de fortes chances que « plus tard » n’arrive jamais, notamment pour des raisons économiques : ce qui coûte cher dans les travaux d’isolation, c’est essentiellement l’échafaudage et le coût de la main d’œuvre, donc si on procède par petites étapes successives, on multiplie le coût. Enfin, il est nécessaire d’industrialiser les programmes de rénovation si l’on veut en faire 600 000 à 1 million par an : il faut disposer de solutions techniques standards qui ne nécessitent pas de déplacer un ingénieur et de faire une étude poussée pour chaque maison individuelle à isoler. C’est le coefficient d’isolation des solutions techniques choisies par les artisans qui va être déterminant.

Avez-vous inclus dans le scénario négaWatt des calculs en terme de rentabilité économique ? On pourrait vous rétorquer en effet que ces investissements coûtent trop chers et sont impossibles à réaliser pour des raisons financières.

Pour ce qui est du bâtiment, nous connaissons bien les coûts réels des travaux d’isolation et nous pouvons affirmer qu’il est possible de les amortir sur un délai raisonnable, dès lors que sont mis en place des dispositifs d’accompagnement financier adaptés. À cet égard l’Éco-prêt à taux zéro ou le crédit d’impôt développement durable qui existent déjà sont de bons instruments, mais ils nécessiteraient d’être aménagés pour vraiment bien fonctionner. La réponse la plus claire à cette question nous vient d’Allemagne, où la banque publique Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) (l’équivalent de notre Caisse des Dépôts) vient de publier un rapport sur les 10 ans d’expérience de son plan de soutien aux travaux d’isolation du bâti. Ce rapport démontre que chaque Euro investi par la puissance publique (sous forme de subvention ou de bonification de taux d’intérêt) en rapporte entre 4 à 7, grâce d’une part aux divers impôts prélevés sur l’activité des entreprises (impôt sur les sociétés, TVA, etc.), d’autre part à l’économie sur les indemnités de chômage et la prise en charge des cotisations sociales des chômeurs. Ainsi un vaste programme volontariste d’isolation du bâti apparaît extraordinairement rentable pour l’État et pour la société. C’est même un excellent projet de sortie de crise, mais à condition de s’en donner les moyens. Nous avions déjà posé la question de l’obligation de rénovation lors du Grenelle de l’Environnement, et à l’époque il y a eu une réticence très forte notamment du secteur de l’immobilier qui arguait qu’on ne pouvait pas obliger les habitants à isoler leurs logements. La réflexion a beaucoup avancé depuis, et même les acteurs de l’immobilier, qui ont un rôle important à jouer dans ce processus, admettent aujourd’hui que les maisons et logements isolés ont une valeur patrimoniale supérieure à celle des logements non isolés, qui peut aller jusqu’à 20 % comme on le constate en Suisse ou en Allemagne (c’est ce qu’ils appellent la « valeur verte » qui peut contribuer à la rentabilité des opérations). Ce message a encore un peu de mal à passer. Les « perdants de la transition » disposent de moyens de lobbying considérables. On trouve parmi eux des fournisseurs d’énergie qui pointent la difficulté actuelle à faire appel à l’argent public. On devrait selon eux répartir l’investissement sur un plus grand nombre de logements en les isolant moins fortement. L’argument est doublement fallacieux puisqu’ils proposent tout simplement de tuer le gisement pour défendre leurs seuls intérêts, tout en faisant croire que cela coûtera à l’État. L’exemple allemand montre que cela peut au contraire lui rapporter beaucoup dès lors que le dispositif est intelligemment conçu.

Comment voyez-vous le futur de la transition énergétique ?

Le « Manifeste négaWatt », un livre de 360 pages paru en janvier 2012 dans lequel nous avons explicité nos analyses, notre méthode et nos propositions, avait pour sous-titre « Réussir la transition énergétique ». Cette expression a tellement plu que le candidat François Hollande l’a reprise sous la forme d’un engagement de campagne prévoyant d’ouvrir sur ce thème un débat suivi d’une loi d’orientation.

Le processus de « débat national sur la transition énergétique » qu’il a mis en route une fois élu à l’occasion de la conférence environnementale de septembre 2012 aurait pu offrir une occasion pour que cette question prenne la place centrale qu’elle devrait avoir dans le débat social et dans le débat politique. Il devient évident que le système énergétique qui structure notre société, imaginé et mis en place à une époque totalement révolue où l’on pouvait encore faire semblant de croire que les ressources de la planète étaient infinies et que le développement industriel pouvait se poursuivre sans aucune limite, est incapable de répondre aux défis de notre temps.

La première question à laquelle ce débat devra répondre est de savoir, puisque l’on parle de transition, vers quel nouveau modèle nous devons engager la France. Et le moins que l’on puisse dire pour l’instant c’est que l’on tarde à sentir la nécessaire prise de conscience, au-delà des mots, par la plupart des « corps intermédiaires » qui participent à ce débat et encore moins par l’ensemble du gouvernement, de l’importance de l’enjeu et de la formidable opportunité que représente pour toutes les composantes de la société et pour nos descendants la transition vers un système « 100 % négaWatt ».

Alors que le débat est censé battre son plein, on peut craindre au vu des positions qui se prennent que les décisions qui se préparent à court terme aillent plutôt dans le sens du conservatisme et de la défense tout ce qu’il y a de plus classique des intérêts particuliers - acquis que l’on confond trop souvent avec l’intérêt général.

Il est difficile de dire ce qui va ressortir de ce processus dont la complexité dans l’organisation et, il faut le dire, un certain manque de rigueur dans la méthode, ne permettent pas de comprendre où, comment et selon quels critères les grandes orientations seront déterminées.

Mais on peut tout de même affirmer à ce stade que, quelle que soit la suite donnée au débat, le scénario négaWatt apparaît d’ores et déjà, par le sérieux de ses hypothèses, la rigueur de son analyse et la cohérence de ses propositions, comme une option réellement crédible, peut-être même comme la seule réellement crédible si nous voulons avoir quelque chance de résoudre l’équation à contraintes multiples qui est devant nous. La question est donc de savoir comment convaincre que, plus vite la France s’engagera dans cette voie, plus elle y gagnera. C’est ce que montre sur bien des points l’exemple de l’Allemagne, où la fameuse « Energiewende » (le « virage énergétique ») dont les bénéfices se font déjà sentir, est un projet commun à toutes les familles politiques, soutenu par l’ensemble de la population.

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540