Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Partie I - De l’implantation locale à la stratégie nationale

Produire de l’énergie par le photovoltaïque

Entretien avec Maxime Jouret

Maxime Jouret

Note de l’éditeur

Après avoir travaillé dans les domaines du conseil et de la finance, Maxime Jouret s’est investi dans le développement éolien en 2007. En 2008, il a fondé Solyos, entreprise spécialisée dans la production électrique renouvelable d’origine photovoltaïque en 2008. Dans cet entretien, Maxime Jouret revient sur son expérience d’entrepreneur dans les énergies renouvelables pour identifier les grands enjeux économiques et politiques du développement du photovoltaïque.

Texte intégral

Qu’est-ce qui vous a incité à vous lancer en tant qu’acteur industriel dans le marché des énergies renouvelables ?

En 2007, il y avait un vrai engouement autour des énergies renouvelables d’un point de vue commercial et financier. J’ai décidé, après l’éolien, de me spécialiser dans le domaine du photovoltaïque, une activité qui me paraissait moins complexe pour de petites structures, et plus fédératrice, car portant sur des projets à l’impact paysager moins fort. J’ai donc créé mon entreprise en 2008-2009 mais sans vouloir me concentrer sur le photovoltaïque dédié au secteur résidentiel, un axe stratégique pour beaucoup d’entreprises suite aux différentes incitations fiscales qui encourageaient les particuliers à s’équiper en panneaux. J’ai préféré me concentrer sur un modèle qui avait fait ses preuves dans le secteur éolien à savoir le développement et l’investissement sur des projets en compte propre ou pour compte de tiers, notamment au travers de locations de toitures agricoles ou industrielles, et de locations de terrains pour y construire nos propres bâtiments, et y installer des panneaux photovoltaïques pour être in fine producteur d’électricité.

Comment percevez-vous le développement du secteur solaire ces dernières années ?

Être producteur de panneaux photovoltaïques veut tout et rien dire. Il existe différentes étapes dans la chaîne de production : les allemands pendant très longtemps ont été les acteurs les plus influents à cause de leur marché domestique, mais ils ne faisaient que de l’assemblage, l’essentiel des composants venant d’Asie. Le marché est trusté par des entreprises chinoises depuis environ trois ans. En 2008, on ne parlait que de constructeurs allemands dont on louait la qualité des produits. Depuis le discours a changé avec les évolutions du marché et les panneaux chinois en particulier n’ont plus la réputation de basse qualité qu’ils avaient auparavant.

Quels sont selon vous les principaux enjeux du développement du secteur solaire en France ?

  • 11 Pour un autre éclairage sur cet instrument, voir l’entretien avec Nicolas Lermant, p. 39-50.

Il y a 3 ans, 5 constructeurs de panneaux étaient considérés comme pouvant faire l’objet d’un financement, et aucun constructeur chinois n’en faisait partie. Désormais les banques françaises acceptent de financer plus de 20 fabricants différents, et les Chinois ont largement rattrapé leur retard qualitatif. Le secteur du photovoltaïque pourrait fortement se développer, mais en France, le marché est très régulé et complexe. Il est de facto nécessaire pour tout acteur de bien comprendre les règles et de s’y adapter. Parfois, l’organisation du secteur, notamment d’un point de vue réglementaire, ne permet pas de privilégier une approche responsable. Quand nous avons commencé à développer des centrales au sol, j’ai souhaité justement à l’échelle de mon entreprise adopter une démarche responsable, en ne construisant que sur des sites d’anciennes décharges. Cela implique d’utiliser uniquement des anciens centres d’enfouissement techniques, où on doit prendre en considération la nature des sols, car il y existe du dégagement de méthane. Il est donc très difficile d’obtenir des permis, même si ce ne sont pas des terres agricoles, et que l’on construit uniquement dans des friches. L’approche responsable que j’essaie d’adopter n’est pas partagée par tous. Aujourd’hui, l’État a mis en place des appels d’offre à partir de critères environnementaux, mais aussi économiques, ce qui fait que nous ne parvenons pas à proposer des prix de vente de l’électricité qui sont compétitifs11. Il est en plus assez rare que des décharges fassent 70 hectares, plutôt 5 à 6 hectares : on se retrouve à critères équivalents, en concurrence avec des terres agricoles de 80 hectares en plein sud de la France, et donc des projets pouvant se révéler moins coûteux en termes de construction et d’amortissement des coûts fixes.

Ce type d’appel d’offres est justement un des instruments qui construit la responsabilité, qui préconise quels critères privilégier, et comment construire : pensez-vous que ce sont les critères économiques qui priment dans ces appels d’offre public, au détriment d’autres paramètres ?

Il existe dans les appels d’offre publics des clauses sur les critères des sols mais ce sont des clauses de moyenne importance. Il est donc difficile de concurrencer de grosses unités sur ce type de projets. Je pense que l’État a décidé de permettre seulement à quelques acteurs de taille internationale de tirer leur épingle du jeu, notamment au travers de contraintes réglementaires de plus en plus lourdes y compris d’un point de vue financier. Cela s’est opéré sur le secteur de l’éolien et maintenant dans le photovoltaïque. Le combat va être difficile pour de petits acteurs. La bataille à gagner peut néanmoins se situer dans l’utilisation de technologies innovantes mais cela nécessite là aussi de lourds investissements. De mon point de vue, les pouvoirs publics ont donc bien décidé de construire une « équipe France », soit 4 ou 5 grands groupes qui sont capables de développer un savoir-faire sur l’ensemble de la chaîne de valeurs du photovoltaïque et des énergies renouvelables dans notre marché domestique pour l’exporter ensuite, dans le cadre du plan pluriannuel d’investissement.

Quelle est l’empreinte environnementale des panneaux photovoltaïques ?

En terme de cycle de vie et d’impact environnemental, un panneau, pour être neutre carbone, nécessite à peu près 3 ans de production pour le silicium, pour une durée de vie du produit de 30 ans environ. Un panneau qui utilise une technologie de couches minces requiert moins d’un an de production. Aujourd’hui les produits qui sortent ont été systématiquement testés. Mais il y a trois ans on nous demandait si ces panneaux ne recelaient pas des matériaux qui pouvaient contenir des substances nocives comparables à l’amiante ; des circulaires sur le retraitement des panneaux ont donc été mises en place. L’organisation « PV Cycle », qui organise le retraitement s’est créée à ce moment-là : aujourd’hui la plupart des fabricants de panneaux solaires ont une quote-part de leur chiffre d’affaires qui est reversée à « PV Cycle ».

L’analyse du cycle de vie sert-elle uniquement d’argument commercial pour les fabricants pour démontrer la rentabilité des produits et leur sûreté environnementale, ou s’inscrit-elle dans des contraintes plus larges de régulation ?

C’est à l’investisseur de décider de la nature et des caractéristiques de sa toiture photovoltaïque, aidé éventuellement par un prestataire, et ainsi de faire un choix d’investissement qui doit prendre en compte les évolutions des technologies, de l’environnement électrique : c’est là aussi que se situe sa propre responsabilité.

Comment se fait l’obtention d’un permis de construire et quel est le positionnement des architectes dans les arbitrages, notamment quand il s’agit de construire des toitures sur des bâtiments anciens ?

Sur l’obtention des permis de construire, les positions politiques ont beaucoup évolué. Les déclarations préalables de travaux étaient auparavant systématiquement accordées pour l’installation de panneaux photovoltaïques. On a donc voulu encourager la transition vers un système « à l’allemande ». Or sur le terrain, la réalité était un peu différente, avec l’émergence de consortiums qui regroupaient notamment des maires et architectes, pour les cas de permis agricoles dans le sud de la France, et qui exerçaient une pression dissuasive pour l’obtention d’un permis. Il est devenu difficile aujourd’hui d’obtenir des autorisations, à part dans des zones industrielles sur des bâtiments existants. Les temps d’instruction des dossiers sont longs (presque un an) et nous avons eu un taux de réussite en matière d’obtention de nos permis qui reste moyen. Quant à la construction sur des habitations classées par exemple, ce sont les architectes des bâtiments de France qui interviennent dans le processus de décision.

Que pensez-vous du rôle joué par EDF, est-il incitatif pour l’évolution du secteur ?

En Allemagne, le coût de connexion pour la partie publique est financé à 100 % par l’équivalent d’ERDF. En France ce coût est aujourd’hui totalement à la charge du producteur alors qu’il était auparavant financé à hauteur de 30 ou 40 %. L’équivalent d’un 1,5 mégawatt que l’on a pu produire dans nos projets serait très difficile à produire aujourd’hui avec ce renchérissement des coûts de connexion. Les projets qui sont actuellement mis en service sont les derniers ayant bénéficié de ces avantages. Les installations de toitures photovoltaïques ne sont que les prémisses d’un modèle. C’est la généralisation de cette production qui sera intéressante d’ici 5 à 10 ans. Le futur ne se fera pas uniquement avec des toitures réservées pour des kits résidentiels, mais avec des stores photovoltaïques par exemple. On fabrique aujourd’hui des tuiles photovoltaïques et on pourra envisager à moyen terme de fabriquer des vitres.

Le prix de vente actuel en euros se situe à 0,7 euros par kWh, avec un prix de 1 ou 2 euros du kWh, il y a environ 4 ans. Quant au rendement électrique, les limites de rendement thermodynamique, imposées par la science, sont fixées à 30 %, mais les marges de progression restent importantes par rapport au rendement actuel constaté. Sur les coûts de production, il peut aussi y avoir de vraies améliorations. L’accélération du développement de la filière ne dépend pas que de questions technologiques mais aussi de décisions institutionnelles stratégiques à prendre pour encourager ce type de production d’énergie.

Cette réflexion est aussi liée à un enjeu d’avenir crucial, qui est celui de l’accès à l’énergie. Il existe encore 1 milliard et demi de personnes dans le monde qui n’ont aujourd’hui pas accès à l’électricité : le taux d’électrification a certes augmenté avec la densification urbaine, mais ce chiffre est resté le même depuis 30 ans. Il faut accélérer l’effort de développement du solaire, comme en Chine où l’on commence à installer des panneaux solaires dans des endroits très ruraux dépourvus d’installations électriques.

Quel rôle jouent les médias et les autorités politiques sur le développement du secteur ?

  • 12 Le décret n° 2010-1510 du 9 décembre 2010 avait suspendu l’obligation d’achat de l’électricité prod (...)

Il y a eu beaucoup de désinformation sur le photovoltaïque, alimentée par les médias et les autorités politiques, sur les coûts mais aussi sur d’autres aspects. On a d’abord déclaré que le photovoltaïque était une ineptie et que le nucléaire demeurait l’unique solution. Le moratoire photovoltaïque12 évoque des coûts trop importants, et l’existence d’un déficit de la balance des paiements française avec la Chine. Établi à l’origine pour développer l’industrie amont en France, il a eu comme unique impact la fermeture de Photowatt et des quelques unités françaises de production qui restaient, soit un effet inverse à celui recherché. Quant au coût du photovoltaïque, il est certes important actuellement, mais n’est pas financé par l’État, sauf en cas de défiscalisation pour les particuliers. Aujourd’hui, le coût de 60 centimes de l’électricité est important et il est pris en charge par la Contribution au service public de l’électricité (CSPE). Personne ne se demande aussi ce que la CSPE prend en charge : elle est une rétribution liée à une péréquation, à de la cogénération, et ne concerne pas uniquement le photovoltaïque.

La question à se poser désormais est la suivante : les Français sont-ils prêts à payer dans leur facture d’électricité une quote-part annuelle pour le coût du photovoltaïque, et à travers cela, à prendre une décision responsable ? Le secteur a pâti de ces arguments erronés, et ça n’est que depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima que les médias ont modifié leurs discours sur les énergies renouvelables. Il me semble que dans le cas de la France, le gouvernement a fait son choix. Il fut un temps où il était acceptable de faire quelque chose de socialement responsable même si cela avait un coût ; aujourd’hui le curseur semble s’être déplacé considérablement sur un certain nombre de projets, compte tenu de la situation économique, au détriment de la question environnementale.

On ne peut pas avoir deux discours contradictoires en vantant le fait qu’on vende des centrales nucléaires à l’étranger, et en déclarant dans le même temps qu’il est intolérable d’acheter des panneaux photovoltaïques chinois. On est même allé jusqu’à dire que le problème venait du bilan carbone des panneaux chinois. Il existe de vrais lobbys pro-nucléaires dans le monde scientifique, qui préconisent de passer des énergies renouvelables à des énergies dé-carbonées, à du nucléaire propre.

D’où proviennent ces critiques ? Avez-vous constaté une évolution du discours des pouvoirs publics sur la question des énergies renouvelables ?

Sur la position des pouvoirs publics, le débat a considérablement évolué depuis les deux ans de 2005 à 2007, où se sont multipliées les initiatives autour du développement de l’éolien, les débats publics autour du réchauffement climatique avec le Grenelle de l’environnement. À l’époque on encourageait plus de visibilité des acteurs et un maintien des tarifs. La crise économique et les révisions des prévisions de croissance ont considérablement changé la donne.

Plutôt que l’argument moral, l’argument de l’efficacité économique de l’énergie photovoltaïque n’est-il pas plus porteur pour la défendre ?

L’industrie du photovoltaïque est une industrie à évolution très rapide, et on parvient désormais à avoir des premiers retours d’expériences. Les premiers prix de rachat sur des projets en toitures étaient de 60 centimes du kWh. On arrive désormais sur des centrales au sol à des prix de rachat qui sont compris entre 0,10 et 0,12 centimes du kWh. On sait aujourd’hui que le nucléaire est sur un niveau de prix de l’éolien, plutôt à 0,8 centimes qu’à 0,4 du kWh comme ce que l’on affirmait traditionnellement. Le débat autour du photovoltaïque, sur les questions d’implication des politiques et d’efficacité économique, est amené à évoluer. Un des thèmes centraux des futures réflexions est celui de la parité-réseau, à savoir l’efficacité économique et environnementale avec un coût de production du kWh photovoltaïque égal au coût d’achat de l’électricité au détail. Il s’agira de déterminer quels vont être les coûts pour l’État et pour le consommateur, pour laisser le temps au secteur de parvenir à cette parité.

On prédisait une parité avec le réseau qui allait arriver dans 20 ans, puis dans 10 ans, et l’on se rend compte aujourd’hui que si on se lançait dans certains types de projets, en construisant par exemple une grosse centrale au sol sur des terres agricoles à faible valeur dans le sud de la France, on parviendrait à produire à un coût inférieur ou égal au coût de l’électricité payé par les particuliers.

Selon l’European Photovoltaic Industry Association (EPIA) on peut atteindre ces objectifs en Italie à partir de 2014, et à l’échelle européenne en 2020 : ces projections sont optimistes, car elles présument que les subventions soient octroyées et que les prix baissent.

Il faut rester prudent, compte tenu des contraintes que nous connaissons, notamment de jurisprudence administrative. On peut parvenir à un coût de 0,12 centimes du kWh aujourd’hui dans des zones où les coûts de développement sont plus faibles qu’en France, avec des régulations moins importantes, comme en Amérique du Sud et en Inde. En Europe, tout dépend autant de l’évolution des taux d’intérêt, pour que les banques octroient leurs prêts, que des nouveaux investissements et de l’évolution technologique. Mais la parité-réseau pour le photovoltaïque n’est pas une vue de l’esprit, c’est une vraie possibilité.

Le photovoltaïque sera partout dans le futur, et ne suivra pas uniquement les évolutions du marché, avec les effets d’aubaine pour des start-ups dans un secteur responsable et qui se tarit. Son avenir est aussi conditionné à la décision d’EDF de davantage décentraliser la production. La production de l’électricité reste très centralisée en France. Le photovoltaïque est beaucoup plus modulaire que le nucléaire ou l’éolien, et je crois que ce secteur recèle un fort potentiel pour une décentralisation future de la production électrique. Pour EDF, et on l’a constaté à l’occasion des débats sur les compteurs intelligents et les smart-grids, il est beaucoup plus simple d’avoir de grosses unités avec des statistiques plutôt que des habitations individuelles comme centres de production. Le modèle d’organisation énergétique en France doit évoluer, et la position d’EDF va plus aujourd’hui dans le sens d’une centralisation des données, et des décisions. En terme de responsabilité sociale, travailler sur des technologies décentralisées, peu émettrices, est une excellente chose, car cela permet aux gens de choisir leur type de production électrique, c’est une forme d’indépendance énergétique positive. L’équation est simple : le coût de l’électricité va être amené à augmenter et la seule baisse de coûts de production qui peut s’opérer se situe dans le secteur solaire.

L’avenir se situe aussi dans un changement culturel ; peut-être pourrait-on aller dans le sens d’une consommation plus raisonnée, comme dans les pays scandinaves, et d’un meilleur isolement. Enfin, il existe aussi des technologies dont on parle moins mais tout aussi efficientes, comme le solaire thermique. Le champ des possibles est vaste dans le domaine des énergies responsables

Notes

11 Pour un autre éclairage sur cet instrument, voir l’entretien avec Nicolas Lermant, p. 39-50.

12 Le décret n° 2010-1510 du 9 décembre 2010 avait suspendu l’obligation d’achat de l’électricité produite par certaines installations photovoltaïque (celles qui dépassaient une puissance de 3kW en crête). Ce décret a fait l’objet d’un recours au Conseil d’État, rejeté le 16 novembre 2011.

Auteur

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540