Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Partie I - De l’implantation locale à la stratégie nationale

Introduction

Eva Boxenbaum et Brice Laurent

Texte intégral

1L’arrivée des énergies renouvelables dans l’environnement urbain reflète et articule étroitement des considérations locales, nationales et mondiales. Cette transition énergétique dépend en partie des conditions matérielles locales, de la volonté politique nationale ainsi que des marchés internationaux de l’énergie ou encore des technologies de production d’énergie. Le cas des panneaux photovoltaïques est particulièrement révélateur à cet égard.

2En dépit d’un intérêt sans précédent pour les sources d’énergie renouvelables, les panneaux photovoltaïques (panneaux PV) ne soulèvent plus l’enthousiasme au début de la décennie 2010. La plupart des producteurs photovoltaïques dans le monde ont perdu au moins la moitié de leur valeur en 2011 et beaucoup ont succombé à ces conditions de marché extrêmement difficiles. Q-Cells en Allemagne et Solyndra aux États-Unis, par exemple, ont fait faillite malgré d’importants efforts pour leur venir en aide, alors que Photowatt en France a été sauvé à la dernière minute grâce à des aides importantes.

3L’offre mondiale de panneaux photovoltaïques a largement dépassé la demande, ce qui explique le contexte défavorable pour les panneaux solaires en 2011 et 2012. La demande de panneaux photovoltaïques a pourtant continué à augmenter, mais comment expliquer qu’elle n’ait pas augmentée aussi rapidement que l’offre, alors que l’enthousiasme pour les énergies renouvelables a été plus forte que jamais ? De nombreux États dont l’Espagne et la Grande-Bretagne, ont réduit leurs subventions aux producteurs privés et commerciaux d’énergie solaire, ce qui a dû jouer un rôle. La Chine a fait des ravages en lançant une production massive de panneaux PV via des entreprises appartenant à l’État et disposant de moyens financiers très importants qui les rendent plus résistantes que les entreprises privées dans un marché mondial très concurrentiel.

4Cette situation soulève un certain nombre de questions liées au « problème épineux » de la transition vers les énergies nouvelles ; ces questions ne se limitent pas au cas de panneaux photovoltaïques mais concernent le développement de l’énergie durable en général. Un des sujets les plus controversés est le rôle que l’État doit jouer dans le développement de l’énergie durable. Comme le thème de solutions d’énergie renouvelable dépasse le niveau local et reflète les choix stratégiques nationaux, trois types d’incertitudes émergent : des incertitudes technologiques, économiques et politiques. Le cas des panneaux photovoltaïques est une parfaite illustration de ces incertitudes.

5Sur le plan technologique, se pose la question de l’efficacité des panneaux photovoltaïques en termes de réutilisation de l’énergie solaire. Quel est le pourcentage de l’énergie solaire qui peut être transformé en électricité ou en d’autres sources d’énergie prêts à l’emploi ? L’énergie solaire peut-elle être stockée efficacement dans des batteries ou transformée en combustibles liquides ? La technologie du « film mince » peut-elle être développée sous la forme d’une peinture ou d’un film transparent, qui pourraient être utilisés pour couvrir les fenêtres et les surfaces courbes ? Quels sont les développements technologiques les plus prometteurs, et quelles sont les perspectives réalistes d’aboutir à une fabrication à grande échelle dans un avenir proche ?

6En termes d’incertitudes économiques, la question est celle de la rentabilité. À quel coût peut-on produire de l’énergie solaire, et comment comparer ce coût à d’autres types d’énergie ? Cette question n’est pas aussi simple que cela paraît. Le coût est difficile à calculer, car il dépend des facteurs pris en compte dans le calcul. Par exemple, faut-il inclure le taux d’emploi national ? Faut-il inclure le coût présumé de l’élimination des déchets nucléaires au XXIIe siècle ? Et comment évaluer le coût des émissions de CO2 ?

7Les considérations politiques soulèvent un dernier type d’incertitudes. L’Europe doit-elle protéger sa propre production de panneaux PV en taxant les panneaux photovoltaïques importés de Chine ? L’État doit-il encourager et protéger la production locale des technologies de l’énergie renouvelable ? Le gouvernement peut soutenir les énergies renouvelables, mais quelle importance accorder à l’autonomie des sources d’énergie comparée à l’approche qui consiste à maintenir le coût de l’énergie le plus bas possible et assurer un taux d’emploi élevé ? Quelle forme de soutien financier à mettre en place le cas échéant pour encourager les consommateurs à installer des panneaux photovoltaïques ?

8Dans les pages suivantes, quatre experts évoquent les incertitudes technologiques, économiques et politiques, y compris leurs interfaces, en utilisant les exemples liés aux panneaux photovoltaïques. Wolfgang Mostert, ancien économiste de la Banque mondiale, est consultant international pour les solutions énergétiques nationales ; Jean-François Guillemoles est chercheur dans le domaine de la technologie PV à Chimie ParisTech ; Nicolas Lermant est en charge de l’énergie et de l’éco-industrie au ministère du redressement productif en France et Maxime Jouret, chef d’entreprise, est un développeur de panneaux PV commercial. Ensemble, ils évoquent les nombreux défis centraux associés à l’adoption des panneaux photovoltaïques comme solution potentielle au problème épineux.

9Partant de l’importance de la Chine dans le paysage mondial du secteur PV, l’interview de Wolfgang Mostert offre une perspective stimulante sur la situation industrielle, politique et économique de ce pays – et ses implications pour d’autres régions du monde, notamment l’Europe. Il explique comment le développement des panneaux photovoltaïques est lié à des choix politiques chinois plus larges et reflète une stratégie délibérée de développement de solutions d’énergie renouvelable grâce à des investissements publics et privés massifs. Le contraste avec la politique énergétique française et son soutien aux industries vertes est révélateur. Nicolas Lermant décrit les moyens politiques mis en place pour augmenter la part de l’énergie renouvelable dans le mix énergétique national, et examine les façons d’articuler les contraintes réglementaires européennes et le soutien aux entreprises françaises. Sur une note différente, Jean-François Guillemoles examine les liens qui ont caractérisé le développement de panneaux photovoltaïques et de leurs marchés. Selon lui, la métaphore d’une guerre commerciale entre les États- nations ayant des intérêts bien définis pourrait aider à comprendre le rôle croissant de certains acteurs comme la Chine, mais ce point de vue doit être complété par d’autre modes de réflexion en réseau si l’on veut vraiment saisir toutes les questions techniques, économiques et politiques en jeu. Le développement technologique des panneaux photovoltaïques ne peut être isolé de la question des coûts qui reposent à leur tour sur la construction d’une chaîne de valeur qui dépasse largement les frontières nationales. Il devient donc très difficile d’évaluer l’impact environnemental des panneaux photovoltaïques et il faut faire appel à des outils sophistiqués tels que l’analyse du cycle de vie. Cette première partie de l’ouvrage se termine par un entretien avec Maxime Jouret, dans lequel il développe son expérience étant directement impliqué dans les contraintes techniques et économiques des marchés photovoltaïques. Il évoque également les difficultés actuelles (2012) auxquelles les industriels et investisseurs du photovoltaïque sont confrontés dans les pays européens et les façons pour développer des stratégies pour y faire face.

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540