Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Introduction

Eva Boxenbaum et Brice Laurent

Texte intégral

  • 1 Roseland, M. (1997). Dimensions of the eco-city. Cities, 14(4) : 197-202.

1Les villes du futur évoquent un espace urbain animé, conçu pour être écologiquement, socialement et économiquement durable. Ces villes écologiques constituent le fer de lance de la transition énergétique et adoptent de nouvelles énergies, baissent la consommation nette d’énergie et réduisent les émissions de carbone de l’environnement bâti. Qu’elles choisissent l’installation de panneaux photovoltaïques (PV) ou d’éoliennes sur les toits, ou encore sous forme de parcs, ces « éco-quartiers » ont pour objectif de transformer les modèles établis de production, de livraison et de consommation d’énergie. Elles peuvent aussi s’engager dans le recyclage des déchets et de l’eau, dans l’optimisation des transports, privilégier la production locale de biens de consommation, l’emploi local tout en favorisant la diversité sociale et la préservation des monuments nationaux, par exemple1. Parmi ces ambitions, la transition vers des sources d’énergie renouvelables représente un défi particulier pour les éco-quartiers. Une constellation complexe d’intervenants doit collaborer pour aboutir à une transition réussie vers de nouvelles sources d’énergie. La constitution d’organisations stables permettant de redéfinir les systèmes énergétiques fait face à de nombreuses incertitudes techniques et économiques, tout au long de la chaîne de valeur. Trouver un accord entre les différentes parties prenantes tout en créant des consensus « socio-techniques » est une tâche gigantesque, un véritable « problème épineux ».

Le problème épineux

  • 2 Camillus, J. S. (2008) Strategy as a wicked problem. Harvard Business Review, 86(5): 98-106.
  • 3 Ibid. : 100-102.
  • 4 Ibid. : 100.

2La dégradation de l’environnement, le terrorisme et la pauvreté ont été qualifiés de « problèmes épineux » (wicked problems), c’est-à-dire des problèmes qui ont des causes multiples et qui sont particulièrement difficiles à décrire et à résoudre2. On peut définir les problèmes épineux à l’aide de cinq caractéristiques : (1) le problème implique de nombreux acteurs avec des valeurs et des priorités différentes, (2) les origines du problème sont complexes et confuses, (3) le problème est difficile à cerner et se transforme à chaque tentative d’y remédier, (4) le défi est sans précédent, et (5) rien n’existe pour trouver la bonne solution3. Comme les problèmes épineux sont complexes et ambigus, ils provoquent souvent un profond désaccord entre les parties prenantes. Ainsi, « c’est autant la complexité sociale des problèmes épineux que les difficultés techniques qui les rendent difficiles à gérer »4.

3Le recours aux sources d’énergies renouvelables dans les quartiers écologiques constitue clairement un problème épineux. Le grand nombre de parties prenantes, le besoin de nouveaux arrangements sociotechniques, et la chaîne de valeur exceptionnellement longue compliquent la résolution de ce problème épineux. Dans cet ouvrage, nous verrons que l’introduction des énergies renouvelables dans l’environnement urbain présente des défis à relever : le développement de la technologie (panneaux photovoltaïques, etc.) au sein d’un marché mondial très concurrentiel, l’application de tarifs de rachat d’énergie et des adaptations du réseau nécessaires pour connecter ces solutions techniques au système d’énergie mondial. Enfin, les solutions d’énergies renouvelables doivent être intégrées non seulement dans l’architecture des bâtiments individuels, mais aussi, au niveau juridique et organisationnel, dans un vaste programme d’aménagement urbain. Les utilisateurs doivent également changer leurs habitudes de consommation d’énergie.

Comment traiter un problème épineux

4Le problème épineux de l’introduction des énergies renouvelables dans l’environnement urbain se heurte à la diffi du consensus entre les acteurs impliqués dans la façon de reconfigurer le système énergétique. On élabore des « smart grids » (réseaux intelligents), on négocie de nouveaux mécanismes commerciaux, on révise les moyens incitatifs, on définit le concept des éco-quartiers, on valide les pratiques de construction, on développe de nouvelles technologies – sans que les dispositifs de coordination soient unifiés, ni même toujours disponibles.

5Le traitement de ce problème épineux requiert la collaboration entre une multitude de parties prenantes, notamment les acteurs politiques locaux, nationaux et régionaux, les entrepreneurs et les développeurs, les distributeurs d’électricité, les architectes, les ingénieurs, les urbanistes, les communautés d’utilisateurs et les chercheurs. Ils doivent concevoir des marchés et des technologies capables d’intégrer les énergies renouvelables dans un arrangement global avec des rôles bien définis pour les utilisateurs, les producteurs, et la technologie elle-même. Le défi consiste à aligner les points de vue des divers groupes d’intervenants autour d’une compréhension commune du problème épineux, en les faisant participer à l’élaboration et à l’approbation des solutions sociotechniques susceptibles d’assurer la stabilité des arrangements trouvés pour résoudre ou gérer le problème épineux.

6Un premier pas pour faciliter la gestion du problème épineux de la transition énergétique est d’améliorer la collaboration entre les groupes d’acteurs disparates qui ont tous des perceptions et des compétences différents. Ce livre présente les perspectives d’un large éventail d’acteurs. Nous avons exploré et analysé les solutions matérielles et sociales qu’ils proposent pour résoudre le problème. Notre objectif est de proposer une voie possible pour construire un consensus sur les éléments qui composent « le problème épineux » et non pas d’y apporter une solution. Bien au contraire, nous cherchons à exposer les différents points de vue sur l’intégration des énergies renouvelables dans l’environnement urbain, à savoir : la définition du problème épineux, des visions sur les enjeux et des propositions pour le résoudre. Dans cette perspective, nous évoquerons non seulement le problème épineux, mais aussi les conceptions implicites du développement durable et de l’innovation responsable qui sous-tendent ces différentes perceptions, et les propositions d’action qui en découlent.

Deux définitions de la responsabilité, deux traitements du problème épineux

7Un premier examen du problème épineux permet d’identifier deux problématiques possibles pour intégrer les énergies renouvelables dans l’environnement urbain. Chacune reflète une vision de la responsabilité particulière. La première pose le problème d’un « État dirigiste », qui définit des grandes stratégies pour l’évolution de la politique énergétique, cherche à assurer la protection des entreprises nationales, met en place des tarifs de rachat pour soutenir la production de renouvelables et des critères contraignants pour la construction par le biais de la réglementation. Ici, c’est l’État qui trace la frontière de ce qui est externalisé dans le calcul des coûts économiques, sociaux et environnementaux, qui assure l’égalité entre individus et qui prend en charge la décision « responsable ». Les controverses peuvent alors porter sur les choix de compétitivité nationale (par exemple nucléaire ou gaz de schiste vs. production nationale de green tech), mais aussi sur l’extension des domaines technologiques où l’intervention publique est requise. Dans une période où les finances publiques sont scrutées attentivement, le calcul du retour sur investissement de l’argent public consacré à la politique énergétique et à sa mise en œuvre est un enjeu crucial pour la définition de la « responsabilité » de l’État.

8Une deuxième approche déplace le traitement du problème vers le consommateur et les choix « responsables » qu’il est censé effectuer. L’éco- quartier et le bâtiment qui intègrent des nouvelles énergies ne sont pas figés une fois pour toutes après leur construction. Qu’il soit reconnu « durable » ou pas, le bâtiment propose des « scripts » pour des utilisateurs potentiels censés l’utiliser au mieux. Mais les pratiques des habitants ou des usagers du bâtiment peuvent dévier : on peut ouvrir grand les fenêtres en plein hiver s’il est impossible de régler la température. L’utilisateur lui-même rendra le bâtiment et l’éco-quartier plus ou moins « durables » selon que ses attentes et ses pratiques correspondront aux projets du constructeur. Les usages s’étendent si l’on considère la production locale d’énergie : si le bâtiment devient producteur d’énergie, alors ses habitants ne sont plus de simples consommateurs d’une énergie reçue d’ailleurs, mais deviennent gestionnaires d’une ressource à utiliser avec plus ou moins de parcimonie, voire à revendre au réseau de distribution nationale. Le consommateur est alors actif dans la production et la vente d’énergie, et susceptible de profiter de coûts bas grâce à de la production décentralisée. Dans cette deuxième approche, le problème épineux est traité de façon « responsable » dans la mesure où chaque utilisateur/habitant/citoyen/consommateur agit de façon informée et conforme à une certaine rationalité fondée sur un calcul d’efficacité économique et écologique.

9Les deux approches pour le traitement du problème épineux reprennent, de façon schématique, l’opposition entre la réglementation publique et l’initiative privée, entre la régulation par l’intervention de l’État et la régulation par le marché. Elles proposent toutes deux une forme d’organisation politique et économique, fondée, dans un cas, sur la centralisation de l’action publique, dans l’autre, sur l’initiative individuelle ou privée. Cette opposition schématique est utile pour comprendre l’imbrication des dimensions politiques et économiques dans le traitement du problème épineux. Elle suggère d’être attentif aux situations hybrides, qui empruntent aux deux problématisations de l’intégration des énergies renouvelables à l’environnement urbain.

Des instruments hybrides pour définir et traiter le problème épineux

  • 5 Pour plus d’informations sur ce « think-tank » international de Mines ParisTech, dirigé par Fabian (...)
  • 6 Voir le résumé de la conférence dans Debating Innovation, vol 2(3) : http://www.debati-ginnovation. (...)
  • 7 Annalivia Lacoste a contribué à la transcription de leurs interventions au cours de l’année 2012.

10Cet ouvrage propose la description et l’analyse des modes de traitement du problème épineux posé par l’intégration des énergies renouvelables dans l’environnement urbain en s’appuyant sur les expériences d’acteurs directement impliqués. Ce livre est basé sur les échanges et interactions au sein d’un groupe de travail que nous avons constitué sous l’égide de l’Observatoire pour l’innovation responsable5. Tout au long de l’année 2012 nous avons engagé des discussions avec les membres de ce groupe de travail. Nous avons également organisé, avec l’aide d’Annalivia Lacoste, une conférence internationale avec un débat public à Mines ParisTech le 16 novembre 20126 pour porter le débat au-delà du groupe de travail. Les personnes qui ont d’une manière ou d’une autre contribué à ce livre7 représentent des décideurs publics, des promoteurs des « éco- quartiers », des producteurs et distributeurs d’énergie, des développeurs de technologie, des chercheurs, des architectes, des ingénieurs et des groupes de consommateurs. Les exemples concrets débattus par ces acteurs mettent en évidence des approches qui illustrent, pour certaines, l’une ou l’autre des deux problématisations décrites plus haut. Mais la plupart d’entre elles mettent en évidence des approches « hybrides », dans lesquelles la responsabilité est partagée grâce à des dispositifs intermédiaires, tels que des labels, des instruments de politiques publiques censés stimuler l’activité des opérateurs privés, ou des processus de participation des habitants à la conception urbaine. Il importe donc de se pencher sur ces dispositifs hybrides, afin de comprendre la variété des modes de définition et de traitement du problème épineux.

11Nous espérons qu’une meilleure compréhension de la nature complexe de ce problème permettra aux différentes parties prenantes de s’engager dans un dialogue constructif. Le point central de cette exploration est l’examen des conceptions différentes et souvent implicites de ce que les acteurs considèrent comme durable (ou non) quant à l’utilisation de ressources d’énergie renouvelables pour la ville du futur. Il a fallu exposer ces ententes implicites, afin d’ouvrir un débat ouvert avec l’espoir de résoudre ce problème épineux.

Organisation du livre : incertitudes, processus de co-production et expériences

12Ce livre est divisé en trois parties pour analyser les modes de définition et de traitement du problème épineux de l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain. La première partie de cet ouvrage, « De l’implantation locale à la stratégie nationale », explore les liens entre les différents niveaux de définition de la problématique de l’énergie renouvelable dans un environnement urbain. Les interrogations au niveau local sur les technologies à adopter ne peuvent pas être abordées sans soulever des questions liées à la politique nationale concernant le marché ou à la régulation des marchés internationaux. Cela peut créer des incertitudes durables (qu’elles soient d’ordre technique, politique ou économique) pour les acteurs publics lorsqu’ils sont confrontés à cet environnement complexe. Comment gérer ces incertitudes ? Une solution consiste à analyser la façon dont les acteurs ont envisagé les formes politiques et économiques du développement des énergies renouvelables. La deuxième partie du livre, « Réorganiser la production et la diffusion d’énergie ? » explore, à travers des analyses historiques et empiriques, et d’autres plus explicitement normatives, la co-production des organisations politiques, économiques et techniques à l’oeuvre dans le développement des énergies renouvelables en milieu urbain. La troisième et dernière partie de l’ouvrage, « Vers un nouveau modèle de développement urbain ? », suggère des voies pour une transformation de l’environnement urbain grâce à l’énergie renouvelable. Plutôt que de proposer une solution simple et prête à l’emploi, nous concluons notre exploration du « wicked problem » par la description de plusieurs expériences menées par des acteurs publics et privés. Les expériences auxquelles ont participé les contributeurs de la dernière partie de l’ouvrage illustrent les différentes manières dont la ville du futur pourrait être affectée par le développement des énergies renouvelables.

13Plus généralement, l’analyse successive des incertitudes, des processus de coproduction et des expériences permet d’explorer les dimensions de plus en plus complexes d’un problème épineux, les questions qu’il soulève et les façons de l’aborder. Les enseignements de cette analyse visent principalement à faciliter la transition énergétique, mais nous espérons aussi faire progresser la compréhension générale des problèmes épineux sur un plan théorique et pratique. Nous espérons, par ailleurs, que ce livre fournira un point de départ utile pour décrypter les mondes actuels et à venir ; nous favorisons des approches expérimentales pour organiser des collectifs engagés dans les problèmes épineux. Enfin , nous proposons une approche analytique innovante pour l’étude et la mise en place du développement durable et de l’innovation responsable.

Notes

1 Roseland, M. (1997). Dimensions of the eco-city. Cities, 14(4) : 197-202.

2 Camillus, J. S. (2008) Strategy as a wicked problem. Harvard Business Review, 86(5): 98-106.

3 Ibid. : 100-102.

4 Ibid. : 100.

5 Pour plus d’informations sur ce « think-tank » international de Mines ParisTech, dirigé par Fabian Muniesa : www.debatinginnovation.org. Stéphane Delacôte a soutenu financiè- rement les activités du groupe de travail 2012.

6 Voir le résumé de la conférence dans Debating Innovation, vol 2(3) : http://www.debati-ginnovation.org/?q=node/97.

7 Annalivia Lacoste a contribué à la transcription de leurs interventions au cours de l’année 2012.

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540