Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles énergies pour la ville du futur

 | 
Eva Boxenbaum
, 
Brice Laurent
, 
Annalivia Lacoste

Préface

Fabian Muniesa

Texte intégral

1« Wicked problems » ? La notion, qui peut se traduire en français par « problèmes épineux » (voire « problèmes endiablés »), émerge dans les années 1970 pour se référer à des situations complexes, difficilement solubles, dans le champ des politiques publiques et en gestion : les arguments des parties impliquées sont partiellement incompatibles, les points de blocage sont nombreux, les solutions envisageables rencontrent des résistances, les termes qui servent à formuler le problème sont eux-mêmes à trouver, et ils ne sont pas univoques. C’est une notion qui traverse cet ouvrage, avec raison : s’il y a un problème qui est bel et bien « épineux » aujourd’hui c’est celui des choix énergétiques dans le devenir urbain. Des critères de responsabilité et d’irresponsabilité à même d’informer ces choix aux réseaux croisés d’externalités négatives qui risquent de les caractériser, tout semble bien délicat dans cette affaire, parfois même explosif à en juger par la teneur du débat public et par les positions souvent fermées et technocratiques qui caractérisent la situation française. Plutôt que d’utiliser l’expertise scientifique pour trancher, le travail présenté dans cet ouvrage fait le pari méthodologique de la mise à plat, de la discussion et de l’écoute : explorer les termes du débat avec les acteurs du débat eux-mêmes, multiplier les points d’appui de l’argumentation, imaginer les configurations requises par tel ou tel positionnement. Cet ouvrage s’appuie sur le travail réalisé en 2012 à Mines ParisTech (l’École des mines de Paris) par l’Observatoire pour l’innovation responsable, un laboratoire d’idées qui se veut indépendant et dont le but est d’animer le débat sur l’innovation responsable. Son action est tributaire de son ancrage au sein de Mines ParisTech et de l’Institut interdisciplinaire de l’innovation, le projet commun avec Télécom ParisTech : une culture de l’interdisciplinarité, un contact direct avec le monde industriel, et un point de vue internationalement reconnu dans l’analyse sociologique des controverses scientifiques et techniques. Si innover de façon responsable signifie assumer la responsabilité des conséquences potentiellement incertaines de l’innovation et le faire de manière ouvertement collective en rendant ces conséquences discutables pour tous les acteurs potentiellement affectés, alors le pari de cet ouvrage est tenu. Le travail collectif sur lequel il s’appuie est loin du « concours à l’argument le plus fort ». C’est plutôt un travail de composition, inspiré des méthodologies de consultation collective et de discussion de groupe qui caractérisent de plus en plus de domaine de l’innovation responsable. Une conférence internationale sur le problème a été organisée le 16 novembre 2012 à Paris. Des représentants de poids des mondes industriel, politique et académique français y ont été confrontés à un certain nombre de cas internationaux (Danemark, Chine, Californie). En parallèle à cet événement public, un travail de fond a été réalisé tout au long de 2012 par un groupe de travail qui, lui-même, reflétait la variété des visions et positions que le problème épineux des énergies nouvelles peuvent, doivent, ne peuvent pas, ne doivent pas jouer dans la transformation de nos villes. Ce travail est désormais étendu aux lectrices et lecteurs qui ont cet ouvrage entre les mains.

Auteur

Directeur de l’Observatoire pour l’innovation responsable et chercheur au Centre de sociologie de l’innovation de Mines ParisTech.

© Presses des Mines, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540