Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Presses des Mines i3 Héros Chapitre 3. Un corpus transmedia,...

Héros

 | 
Olivier Fournout

Partie II. La structure du héros dans les organisations et au cinéma

Chapitre 3. Un corpus transmedia, sur la longue durée

Texte intégral

1Mon corpus de recherche a une double dimension. D’un côté, j’ai étudié des ouvrages de management, de l’autre des films. Ils sont presque tous américains (États-Unis), cette origine étant dominante aussi bien dans les études de gestion que dans la production cinématographique au niveau mondial. Mon approche a principalement consisté en une analyse comparative de contenu. De manière inductive, d’abord en tâtonnant, puis en me concentrant sur quelques critères, j’ai fait ressortir de mes lectures d’ouvrages et de mes visions de films un ensemble de thèmes descriptifs communs, que je présente dans les prochains chapitres sous le terme englobant de matrice du héros (cf. chap. 5).

3.1. Ouvrages de management

2Dans le cadre de ce livre, je m’en tiens, pour le management, à un corpus d’une trentaine de traités de management. Le choix s’est opéré parmi la vaste littérature des classiques du management. Ma méthode de choix n’a pas consisté à survoler un grand nombre de références et à ne garder que celles qui collaient à mon système d’analyse. J’ai plutôt inclus dans mon champ d’études, les unes après les autres, des lectures qui m’ont été suggérées progressivement, de la part de formateurs, d’enseignants, de chercheurs spécialistes du management, de consultants, de managers opérationnels. Pour la plupart, ce sont des ouvrages recommandés dans le milieu du management, souvent parus dans des éditions universitaires prestigieuses (Harvard, University of Chicago Press), signés de professeurs d’universités (Stanford, MIT, Harvard), de consultants de cabinets réputés (McKinsey, The Gallup Organization), réédités et traduits en plusieurs langues, articulés à des interventions de consulting et/ou de vastes enquêtes dans le milieu des managers. Il n’est pas rare que leurs auteurs soient des chercheurs, présents, par exemple, dans la Harvard Business Review, ce qui m’a amené à introduire un petit nombre d’articles dans la bibliographie, en complément des livres dont la diffusion est beaucoup plus large. Quelques livres sont écrits par des opérationnels en entreprises, l’un grand patron des secteurs de l’énergie et de la technologie (Welch), l’autre entrepreneur à succès (Trump), tous deux « New York Times bestseller », et le troisième (Carnegie), référence historique du marché de la formation à la communication et au leadership dans les organisations et les professions libérales, devenu une « marque » présente dans plus de soixante-dix pays. J’inclus un ouvrage de Michel Crozier, qui est Français, mais qui a longtemps travaillé aux États-Unis. Enfin, de par l’importance du thème de la négociation dans le métier de gestionnaire, je fais rentrer dans mon périmètre d’étude deux classiques du domaine (Fisher, Ury, 1981 ; Ury, 1991), et une référence incontournable de la dimension négociatrice du management (Lax, Sebenius, 1986).

3La bibliographie « primaire » en annexe reprend l’ensemble des références de management incluses dans mon étude de contenu. Auprès des spécialistes du management qui y trouveront des lacunes (manquent Bennis, Deming, Herzberg, McGregor, Maier, Maslow, Mintzberg, et d’autres), je plaide pour une démarche de recherche dont j’admets qu’elle puisse encore gagner en pouvoir de démonstration.

4La plupart des citations sont tirées des ouvrages originaux en anglais, j’en propose alors ma traduction et je ne donne en annexe que la référence américaine. J’ai parfois utilisé les éditions françaises (Leavitt, Peters, Collins…), et dans ce cas je précise en annexe les deux références à la suite, d’abord l’édition originale, puis la traduction française. Dans le corps de mon texte je donne toujours la date de l’édition originale.

3.2. Films de cinéma

5J’ai vu plus de deux cents films et pris des notes en les visionnant. Dans un premier temps, cette prise de notes s’est déroulée, là aussi, de manière inductive, à l’affût de convergences entre les films. De cette première phase, et de mes lectures parallèles des ouvrages de management, ont émergé les six critères d’analyse de la matrice du héros (cf. chap. 5). Dans une seconde phase, j’ai vu de nouveaux films en orientant ma prise de notes en fonction de mes critères d’analyse de contenu qui s’étaient stabilisés.

6Je ne cherche pas ici à prouver la représentativité de mon échantillon de films et de traités de management. Je cherche surtout à montrer qu’un ensemble d’hypothèses sur une structure héroïque, commune à la fois à des traités parlant de l’organisation du travail et à des films populaires américains, peuvent se vérifier dans un certain nombre de cas. J’explore comment les critères repérés peuvent fonctionner ensemble et se révéler créateurs de sens en traversant les frontières de la fiction et du réel.

7J’ai collecté des films et des traités sur une longue période, de 1930 à aujourd’hui. Deux facteurs m’ont déterminé dans ce choix. D’une part, dans les années 1930 le cinéma devient parlant, et très vite les films commencent à ressembler à ceux que nous voyons encore aujourd’hui sur nos écrans. D’autre part, des travaux fondateurs émergent dans le champ de la gestion, qui s’intéressent aux relations humaines dans le milieu de l’industrie, avec notamment The Human Problems of an Industrial Civilization (Mayo, 1933). L’école des « relations humaines » dans les organisations prend son essor à partir des premières études sur les dynamiques et la psychologie des petits groupes (Lewin, 1935 ; et Kleiner, 2008, pour une approche historique).Dans le cadre du présent ouvrage, je cite une quarantaine de films. Le problème de rendre compte de l’ampleur du travail sur plus de deux cents films reste en suspens.

8Ces références, aussi bien de films que de traités de management, sont un peu plus nombreuses pour les années 1980-2010. Au stade de la recherche, et vu l’objectif que je m’assigne dans ce livre, les traités récents ont l’avantage d’être en partie dépositaires de la tradition des traités qui les ont précédés. Par exemple, la question des changements de comportements dans un univers innovant et de l’adaptation permanente dans les entreprises, s’exprime dans les années 1950 à travers le parallèle avec des alcooliques anonymes (Leavitt, 1958 : 163-177) et dans les années 1990 à travers la comparaison avec les malades du cœur (Heifetz, 1994 : 73-76), mais le fond du raisonnement est le même ; autre exemple, l’appel à « la concentration sur l’extérieur, la perspective externe, l’attention portée aux clients » (Peters, Waterman, 1982 : 315) s’étend avec le succès des X-Teams qui réussissent à « sortir des frontières de l’équipe et atteindre des hauts niveaux d’activité externe » (Ancona, 2007 : 6, 63-88), mais le principe est le même. Les années 1990-2000, de ce point de vue, ne sont pas en rupture historique radicale avec les travaux plus anciens. De même, la construction du profil des héros dans les films récents bénéficie d’un savoir-faire ancien, traditionnel à Hollywood. Ainsi, l’étude de cas de la partie III de ce livre se consacre-t-elle à un film de 1941 (Le Faucon maltais), sans trouver de contradiction flagrante avec des références plus récentes mises en avant dans la partie II (chap. 5 à 8).

© Presses des Mines, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search