Version classiqueVersion mobile

Abécédaire des architectures distribuées

 | 
Cécile Méadel
, 
Francesca Musiani

34. TOR

Primavera De Filippi et François Huguet

Texte intégral

1Communiquer sur Internet comporte des enjeux de différentes natures. Internet étant, de fait, une architecture distribuée (en dépit de certains points qui ont été partiellement centralisés), la trajectoire des paquets circulant sur le « réseau des réseaux » ne peut pas être déterminée a priori – et ce, quel que soit le protocole de transfert de paquets utilisé. Il est donc impossible de s’assurer qu’un message envoyé via Internet ne sera pas intercepté – ou pire modifié – par un tiers. Ensuite, tout message envoyé sur Internet connaît une trajectoire d’envoi-réception passant par plusieurs serveurs qui peuvent être au courant soit de la provenance, soit de la destination de ces paquets. Ces adresses de provenance et de destination sont sauvegardées sur ces mêmes serveurs et peuvent être ensuite récupérés pour identifier l’identité des personnes ayant envoyé ou reçu ces paquets. Enfin, étant donné que le transfert de paquets sur Internet ne peut se faire que par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès à Internet, ces derniers ont la possibilité de contrôler, et de filtrer ce qui transite sur les réseaux via l’accès qu’ils offrent. Il n’y a donc aucune garantie qu’un message arrive effectivement à destination sans avoir été préalablement censuré ou du moins lu, intercepté ou conservé par un tiers.

2Ces risques en matière de sécurité et de confidentialité des communications sur Internet ont amené plusieurs organisations, notamment la Marine américaine (US Naval Research Laboratory) à développer un logiciel dont l’objectif était d’assurer la sécurité des communications et l’anonymat des participants. TOR (The Onion Router) a ainsi été conçu comme un outil destiné à protéger les communications des instances gouvernementales américaines contre toute tentative d’interception ou détournement. Or, le développement de cet outil a rapidement été abandonné par le gouvernement des États-Unis et le logiciel a été mis à disposition du public sous licence open source.

3TOR a ainsi été développé à nouveau par l’Electronic Frontier Foundation (EFF) dans le but de produire un instrument ouvert à tous et capable de garantir l’anonymat des internautes en préservant le principe de neutralité du net (qui exclut toute discrimination à l’égard de la source, de la destination ou du contenu de l’information transmise sur le réseau). En effet, face aux nombreuses atteintes à la vie privée instaurées par des lois visant à limiter l’échange des contenus protégés par le droit d’auteur, ainsi que les différentes limitations imposées sur la diffusion de contenus illégaux (les œuvres protégées par le droit d’auteur, ou des contenus relevant de la pornographie, de la pédophilie, etc) ou diffamatoires, les internautes se retrouvent de moins en moins capables de défendre leurs droits fondamentaux tels que le droit à la vie privée et à la liberté d’expression. C’est de cette manière que la société civile s’est réappropriée de TOR, qui s’est transformé ainsi d’outil censé aider le gouvernement à communiquer des informations à l’insu des yeux indiscrets, en outil conçu pour garantir l’anonymat des communications en ligne, pour protéger la vie privée des utilisateurs et pour défendre la liberté d’expression contre les interférences des gouvernements.

4TOR est aujourd’hui un logiciel sous licence libre BSD (Berkeley Software Distribution license) qui a reçu en 2010 le prix du logiciel libre remis par la Free Software Foundation. Basé sur un réseau de volontaires du monde entier, TOR introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée (superposée au réseau Internet mais décentralisée et plus sécurisée) de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. En ce qui concerne la vie privée, cela permet d’empêcher la surveillance des réseaux et l’analyse du trafic Internet par les fournisseurs d’accès, tout en permettant aux utilisateurs de communiquer des informations de manière anonyme. En matière de liberté d’expression, TOR est un outil qui peut être utilisé pour contourner la censure, étant donné qu’il permet aux utilisateurs d’accéder à des serveurs bloqués par des firewalls nationaux ou institutionnels, et de communiquer des informations au public de manière anonyme, sans risque de se faire appréhender.

Le fonctionnement du réseau TOR

5En règle générale, la cryptographie à elle seule ne suffit pas à garantir l’anonymat des utilisateurs, car il est toujours possible d’identifier la source et la destination des paquets circulant sur Internet. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), le réseau TOR a donc été construit pour empêcher quiconque de connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

6Le principe du routage en oignon (métaphore sur les différentes couches de cryptage qui entourent un paquet à la manière des couches d’un oignon) est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptage différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau, responsables de retransmettre des flux TCP. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles.

7Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau TOR doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

8Les routeurs d’entrée sont les nœuds auxquels l’utilisateur se connecte pour accéder au réseau TOR. Étant donné que l’adresse IP des utilisateurs est par nécessité visible, cela constitue un point faible et les utilisateurs doivent vérifier qu’ils ne se connectent pas à un nœud doté de mauvaises intentions. TOR a donc introduit une série d’annuaires officiels afin de fournir aux utilisateurs une liste de nœuds TOR certifiés auxquels l’utilisateur peut faire confiance. Dès lors qu’un utilisateur désire communiquer ou recevoir des informations de manière anonyme, le logiciel TOR construit un chemin aléatoire composé de trois nœuds différents qui s’occuperont de transférer les paquets de leur adresse d’origine jusqu’à leur destination finale – qui elle ne sera connue que par les routeurs de sortie. Rendant de ce fait anonymes les échanges Internet basés sur le protocole de communication TCP/IP (protocole de contrôle de transmissions sur Internet), TOR facilite ainsi la création d’un Internet dans l’ombre (Shadow Internet) où les internautes communiquent de manière totalement anonyme sans possibilité d’être « pistés » par des tiers.

Les enjeux juridiques du réseau TOR

9L’anonymat garanti par le réseau TOR est néanmoins une arme à double tranchant. Puisque le trafic ne peut être tracé que jusqu’à l’adresse IP des routeurs de sortie, les utilisateurs peuvent théoriquement abuser du réseau pour accéder à des contenus de façon illicite (par exemple pour obtenir gratuitement des œuvres protégées par le droit d’auteur), pour consulter des contenus illicites (par exemple à caractère pornographique ou pédophile) ou acheter des produits tous aussi illicites (voir l’affaire The Silk Road : une plateforme de vente en ligne fondée sur l’anonymat garanti par le réseau TOR et la monnaie virtuelle Bitcoin* afin de favoriser la revente de drogue et d’armes), ainsi que pour publier des contenus diffamatoires ou s’impliquer dans des activités illégales telles que des opérations criminelles ou la diffusion de courriels non sollicités (spam).

10Les autorités publiques américaines cherchent donc à réglementer l’utilisation de cette technologie afin d’en limiter les abus. D’une part, il a été soutenu que chaque nœud de sortie devrait être tenu responsable pour le trafic qu’il transfère. Cette approche est susceptible de compromettre la viabilité du réseau car cela réduirait considérablement le nombre de routeurs de sortie disponibles, multipliant ainsi la congestion du réseau. De nombreuses procédures de notification de contenu illicite (takedown notices) ont déjà été envoyées à plusieurs institutions, en s’appuyant sur les dispositions du DMCA (Digital Millennium Copyright Act) leur demandant de fermer leurs routeurs de sortie et d’empêcher les utilisateurs d’en ouvrir de nouveaux. Bien que l’EFF insiste sur le fait que les routeurs TOR relèvent des « havres de paix » (Safe Harbour) du DMCA en tant que simple routeur (mere transit), une réponse juridique définitive n’a pas encore été fournie. Si la loi n’aborde pas explicitement la question concernant la responsabilité juridique des routeurs de sortie, le réseau TOR risque de perdre en fonctionnalité suite aux effets secondaires (chilling effects) générés.

11Le problème est de savoir s’il faut interdire l’anonymat au sein du réseau, en dépit des recours légitimes à cet anonymat, ou si la technologie doit être au contraire défendue, en dépit du fait que l’anonymat permet aux utilisateurs d’effectuer des opérations illégales (ou plutôt leur facilite la tâche). La question n’a toujours pas été correctement tranchée d’un point de vue législatif ou jurisprudentiel et la légalité du réseau TOR demeure jusqu’à présent incertaine.

12De plus, bien que le réseau TOR soit destiné à garantir l’anonymat des utilisateurs, il rencontre quelques problèmes de sécurité liés à la manière dont il a été conçu. Puisque TOR ne contrôle que ce qu’il se passe à l’intérieur du réseau, il ne peut pas protéger les utilisateurs contre le contrôle et la surveillance du trafic en entrée ou en sortie du réseau. Notamment, le trafic en sortie ne peut pas être encrypté car il ne serait alors pas compris par le serveur de destination. Ainsi, lorsque le réseau est utilisé avec des protocoles non sécurisés (tels que POP, IMAP, FTP, Telnet, etc), les routeurs de sortie peuvent analyser le trafic des utilisateurs pour identifier des informations sensibles tels que leur identifiant et leur mot de passe non cryptés. Bien que cela ne révèle pas nécessairement l’identité des utilisateurs, ces derniers doivent toutefois avoir connaissance des risques et prendre leurs précautions lorsqu’ils se connectent au réseau. Le danger est d’autant plus grand que l’utilisation d’une application tierce non sécurisée, quelle qu’elle soit, par un utilisateur du réseau TOR, peut permettre d’identifier l’adresse IP de cet utilisateur et d’associer ensuite cette même adresse IP à toutes les communications provenant de cet utilisateur (the bad apple attack).

13Les routeurs de sortie peuvent également modifier le contenu des paquets qui voyagent à travers eux afin, par exemple, de filtrer ou de censurer certains types d’informations, ou, pire encore, d’effectuer des attaques de type « Man In The Middle » (ou MITM – une attaque qui a pour objectif d’intercepter les communications entre deux parties sans qu’aucune d’entre elle ne puisse s’en douter) dans le but d’usurper l’identité du serveur de destination. Cette technique a été utilisée par certains contributeurs de Wikileaks, qui opéraient sur plusieurs routeurs de sortie au sein du réseau TOR dans l’espoir d’obtenir des informations confidentielles. Julian Assange, fondateur de Wikileaks, a lui-même avoué que de nombreux documents publiés sur le site de Wikileaks ont été obtenus en analysant le trafic de plusieurs réseaux pair-à-pair, TOR étant le plus intéressant à cet égard.

© Presses des Mines, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search