Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les golems du numérique

 | 
Mélanie Dulong de Rosnay

Préface

Lawrence Lessig

Texte intégral

1Depuis près de deux décennies, le droit et le code sont enfermés dans une relation à laquelle aucun des deux ne s’attendait.

2Le droit est le régulateur par présomption, la seule force qui, traditionnellement, décide sciemment des règles qui seront imposées à la société et ensuite les impose. Les normes sociales le font elles aussi dans une certaine mesure : elles imposent des règles, mais sans la même agentivité (agency ou capacité d’action) que la loi. Tout comme le fait le marché, mais lui aussi sans intention (sauf si le droit de la concurrence a échoué). Seul le droit produit une contrainte normative, ou une capacitation (empowerment) normative, pour une société donnée en tant que produit des décisions d’un petit nombre. Seul le droit régulait.

3Puis vint le code. Avec les transformations sociales liées à l’internet, il est devenu de plus en plus clair pour tous que les règles qui créent les technologies du vivre ensemble numérique ont un pouvoir contraignant, au minimum sur la vie sociale en ligne. Ces règles ont été choisies délibérément, par les développeurs et leurs chefs. Elles ont reflété des choix en termes de valeurs, pour que soit protégée la vie privée, pour que soit partagée la culture. Et ces choix ont déterminé, non pas seuls mais avec une grande force, quelles règles pourraient gagner. Il fut un temps (avant l’internet) où le droit d’auteur fonctionnait. L’internet a eu pour effet d’y mettre fin, certes non sans lutte. Une nouvelle loi, le code, a radicalement transformé l’effet de l’ancienne loi, le droit.

4J’ai observé cette relation se développer et vu les résistances des deux côtés. Ainsi, à la fin d’une conférence sur la technologie dans laquelle je décrivais le droit du code, une femme vint me voir en larmes. Littéralement. Elle était développeuse et pourtant elle n’était pas, me dit-elle, une politique. Après une autre présentation, lors d’une conférence juridique à Paris, le juriste assis à côté de moi lors du déjeuner prit ma carte, la froissa et la jeta sur le sol en me disant « Je ne suis pas un technicien ! ». Et avec ce souhait sans espoir, il se leva et partit.

5Mais deux décennies après cette histoire, finalement, l’entente et la compréhension se développent. On ne pourra pas échapper à cette relation : le code est parmi nous pour toujours, et le droit n’est pas prêt de nous quitter. En effet, il suffit de voir le code comme l’une des instances d’une architecture plus générale pour comprendre que le code a accompagné la loi depuis très longtemps déjà : que l’on pense seulement aux grands boulevards à Paris, construits afin de mieux protéger le pouvoir contre la Révolution.

6Il en est de même pour les luttes qui vont définir la prochaine étape des relations entre le code et le droit. C’est ce que montre la métaphore qui est au cœur de ce livre, écrit par l’une des théoriciennes les plus prometteuses de ce nouveau champ. Depuis le début de la science du droit, la loi, sous toutes ses formes, s’est inquiétée de l’application irréfléchie des règles. L’internet a-t-il appelé le Golem à la vie ? Est-il capable d’être plus juste, ou au moins d’apporter plus d’intelligence, que son seul mythe ?

7Avec ce livre, Mélanie Dulong fait évoluer la théorie et la pratique de cette relation vers sa prochaine étape. Y a-t-il un moyen pour que ces deux forces coexistent, et qu’elles respectent mieux leurs domaines respectifs légitimes ? Y a-t-il des moyens pour que le droit puisse infecter le code, en y (im)portant ses valeurs et aspirations, et en les laissant se développer de manière native ? Quelles sont les limites de cette stratégie ? Quelles en sont les promesses, au delà de la lutte insensée qui a défini tant d’interprétations (au moins de la part des hommes politiques) de cette inéluctable relation ?

8Je me réjouis de voir cette compréhension se développer et l’observe avec intérêt tandis que la vision de Mélanie Dulong, puissante et originale, déplace le débat. Il aura fallu longtemps pour en arriver là. Mais, je suis optimiste, la prochaine étape viendra plus

Auteur

Professeur de droit et de leadership,
École de Droit de l’Université de Harvard

© Presses des Mines, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par