Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques d’un amateur de sciences

 | 
Bruno Latour

Des sujets récalcitrants

Texte intégral

  • 1 Isabelle Stengers, Cosmopolitiques, La Découverte & Les Empêcheurs de penser en rond, Paris (1996)

1Comment les sciences humaines peuvent-elles devenir enfin « dures » ? Dans ses Cosmopolitiques Isabelle Stengers a proposé d’appliquer aux sciences de l’homme un principe de méthode qui peut en renouveler profondément le style1. Dans les débats sur les sciences humaines on distingue généralement deux types d’approches : la première s’efforce de « traiter les faits sociaux comme des choses », selon la célèbre formule de Durkheim, en recherchant les situations où les humains en masse ressemblent le plus possible aux comportements de la matière – foule, queue, embouteillage, compétition, attraction, perturbation, marché ; la seconde démarche, au contraire, s’efforce de distinguer le plus possible le comportement des acteurs sociaux de celui des objets. La conscience, la réflexion, l’intention, la moralité, l’histoire interdisent d’appliquer aux sciences de l’homme les méthodes quantitatives des sciences de la nature. Pour simplifier, on peut dire que la première voie est objectivante, la seconde interprétative.

2Ces deux positions traditionnelles ont en commun de croire que les sciences de la nature traitent les objets « comme des choses », c’est à dire qu’elles les maîtrisent et les dominent. Or, c’est justement ce qu’Isabelle Stengers refuse de croire. D’après elle, en effet, les objets théoriques ou expérimentaux se caractérisent par leur récalcitrance. Le chercheur peut bien exiger une réponse par le montage d’une expérience ; l’objet, lui, ne se sentira pas obligé de répondre dans les mêmes termes. Si l’expérience est bien montée, il va dévier la question, surprendre le questionneur, bouleverser les pronostics et faire courir à l’interprétation des risques insoupçonnés. Dans la perspective de Stengers il existe une relation directe entre la qualité d’une discipline scientifique, l’intérêt d’une expérience ou d’une théorie, le risque couru par le chercheur et la récalcitrance des objets. On ne mesure plus un savoir à l’aune de son objectivation, mais aux risques partagés entre l’observateur et l’observé.

3Avec ce nouveau principe, la comparaison entre les sciences naturelles et humaines change du tout au tout. Comment parvenir à imiter au mieux la surprise de l’expérience propre aux dispositifs des sciences de la nature ? En important dans les sciences de l’homme la maîtrise des choses inertes, répondront les tenants de l’approche classique. En refusant de traiter les humains comme des choses, rétorqueront leurs opposants.

  • 2 Les anthropologues se sont habitués depuis longtemps à entrer en rapport non plus avec des informa (...)

4Ni l’un ni l’autre affirme Stengers. Le meilleur moyen d’imiter les sciences naturelles, c’est de se donner des sujets récalcitrants, capables justement, comme les objets des sciences exactes, de refuser les exigences du chercheur et de lui imposer de nouvelles obligations. Un sociologue envoyé dans un foyer pour faire remplir un questionnaire par une mère célibataire ne produira que de la science répétitive, car l’interviewée obéira passivement, cochant les réponses dans l’ordre, obéissant à merveille au rôle de sujet sondé. Mais si le même sociologue interroge une féministe militante qui refuse les questions, lui en pose d’autres, renverse le sens de l’épreuve et finalement le met à la porte, alors il pourra faire œuvre de science ! Il sera tombé sur un sujet récalcitrant. Il aura exigé des réponses, mais il sera obligé dorénavant d’en poser d’autres. Ayant couru un risque, son discours pourra devenir scientifique2.

  • 3 Le cas longuement étudié par Stengers est celui de Stanley Milgram, Obedience to Authority. An Exp (...)
  • 4 L’égalité joue dans les deux sens. Un chef d’entreprise ne peut pas exiger de l’enquêteur que celu (...)

5On voit la nouveauté du principe de méthode. Pour les tenants de l’approche interprétative, il faut éviter à tout prix « d’objectiver » les acteurs humains… Sans cela pas de vraie science de l’homme. Pour les tenants de l’approche objectivante, il faut rendre les humains aussi muets, aussi inertes, aussi dominés, aussi comptabilisables qu’une chose. Sans cela pas de vraie science de l’homme. Or le principe de Stengers renverse les deux positions à la fois : « apprenez à traiter les sujets humains au moins aussi bien que les objets récalcitrants des laboratoires ! » En effet, le grand danger des vivants – humains compris – ne vient pas de leur récalcitrance « naturelle » à toute investigation mais, au contraire, de leur stupéfiante aptitude à se laisser influencer par les exigences de l’enquêteur. Ils adorent se figer dans la posture passive d’une chose à maîtriser de loin et à connaître de l’extérieur3. Les seuls êtres qui échappent à cette connivence sont les entités de la physique qui vont leur chemin sans s’occuper aucunement des intérêts et des exigences des savants. Par conséquent, le seul moyen de retrouver avec les êtres vivants un peu de cette distance consiste, paradoxalement, à ne jamais traiter qu’avec des sujets récalcitrants qui refusent de devenir objets de science ! Seule l’égalité entre chercheur et cherché permet d’importer dans les sciences de l’homme l’indifférence de l’objet aux questions du savant, indifférence qui a permis aux sciences de la nature de si belles réussites4.

6On comprend de ce fait la différence entre le principe de Stengers et le fameux principe de « falsification » de Karl Popper. Celui-ci permet d’éliminer comme autant de fausses sciences toutes les activités qui ne peuvent obtenir de leurs objets d’étude la réponse « oui » ou « non » (seule la deuxième portant une information, la première ne venant que confirmer les hypothèses du savant). Or ces situations sont à la fois rares et trop facilement répandues. Popper élimine aussi bien le marxisme que le Darwinisme, la psychanalyse que l’histoire, mais il conserve tous les montages expérimentaux, fussent-ils remplis d’artefacts, où des êtres réduits a quia répondent par oui ou par non. Stengers fait passer ailleurs son critère de démarcation. Elle rejettera comme non scientifiques des disciplines expérimentales pourtant fort savantes mais qui ne permettent pas l’égalité entre ce que le chercheur exige et ce à quoi le cherché l’oblige. Elle acceptera en revanche de considérer comme scientifiques tous les dispositifs qui obligent le chercheur à reconfigurer de fond en comble les questions qu’il leur adresse. Les sciences humaines peuvent y gagner une « dureté » nouvelle qui ne leur viendrait plus de la vaine imitation des sciences dures. Si la maîtrise des objets a donné de si bons résultats dans les sciences de la nature, c’est parce que les objets ont toujours, justement, échappé à cette maîtrise. Trouvons dans les sciences de l’homme les situations où les sujets échappent à la maîtrise, nous obtiendrons peut-être enfin de meilleurs résultats…

7Septembre 1997

Notes

1 Isabelle Stengers, Cosmopolitiques, La Découverte & Les Empêcheurs de penser en rond, Paris (1996).

2 Les anthropologues se sont habitués depuis longtemps à entrer en rapport non plus avec des informateurs mais avec d’autres anthropologues nés dans les sociétés qu’ils étudient. Ce qu’ils ont perdu en distance, ils l’ont regagné en virulence. En sociologie le principe est à la base de l’ethnométhodologie inventée par Harold Garfinkel : l’acteur social fait autant de sociologie que le sociologue et se trouve souvent plus réflexif que lui. Même chose, enfin, en ethnopsychiatrie où le thérapeute considère le patient comme un collègue placé, lui aussi, en situation de recherche.

3 Le cas longuement étudié par Stengers est celui de Stanley Milgram, Obedience to Authority. An Experimental View, Harper Torch Books, New York (1974).

4 L’égalité joue dans les deux sens. Un chef d’entreprise ne peut pas exiger de l’enquêteur que celui-ci l’étudie d’une certaine façon et non d’une autre. Même chose pour les scientifiques qui ne peuvent évidemment exiger de ceux qui viennent les étudier qu’ils leur posent un type de question et un seul. Si l’enquêteur ne veut pas traiter de l’extérieur avec des êtres muets qu’il dominerait du regard, il ne veut pas non plus que ses objets d’étude lui dictent ses questions… Aucun diktat ni d’un côté ni de l’autre, telle est l’exigence d’égalité.

© Presses des Mines, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540