Version classiqueVersion mobile

Traces numériques et territoires

 | 
Alberto Romele
, 
Marta Severo

Partie 3 - Les pratiques de la trace numérique

Reconfiguration des pratiques participatives

Le cas de « Carticipe »

Nicolas Douay et Maryvonne Prévot

Texte intégral

INTRODUCTION

Contexte et objet de recherche

1Community Land Use Game (CLUG), ALEA, APEX, Policy negociation, Starpower, Super Builder, Easy Builder ou plus récemment les jeux SimCity ou FarmVille n’ont cessé de gagner en importance, empruntant au Monopoly et aux jeux de rôle. Ces jeux étaient et sont toujours considérés comme étant de nature à comprendre « la boîte noire » de la production urbaine et mettent aujourd’hui en scène un urbanisme placé sous l’influence des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Au-delà du fantasme d’une nouvelle rationalité numérique pour l’aménagement, les NTIC transforment moins le contenu de l’urbanisme que les processus en décuplant les moyens de communication [Wachter, 2011].

2En matière d’urbanisme, le Web 2.0 permet d’envisager de nouvelles formes de participation grâce à différentes innovations technologiques [Douay, 2011 ; Bailleul, 2008 ; Bailleul et Gibon, 2013] : forums de discussion, applications sur smart-phone, réseaux sociaux, sites collaboratifs sous la forme de wiki, etc. Le Web collaboratif, open source ou encore 2.0, ferait de ce fait évoluer la nature des formes d’engagement et de négociation dans la production urbaine par l’intermédiaire d’un partage et d’une mise en commun d’informations et surtout d’une mise en relation des citoyens sous des formes moins hiérarchiques et plus collaboratives.

3La participation a ainsi pu être identifiée comme un pilier de la « culture numérique » [Jenkins, 2006 ; Deuze, 2006 ; Monnoyer-Smith, 2011] ou, plus exactement, comme la condition sine qua non de l’émergence d’une telle culture [Badouard, 2014]. Croisant participation numérique aux projets d’aménagement et cartographie, la nouvelle fabrique cartographique de la ville prend forme dans des agences de type varié pour recueillir les avis, les idées et les réactions d’individus à propos de projets d’aménagement ; des individus qui s’en saisissent à leur tour pour contribuer à proposer un contenu localisé sur des thèmes variables et triviaux [Joliveau, 2010]. Bien souvent, l’interface va prendre la forme d’une visualisation [IAU îdF, 2013] ou, plus précisément, d’une carte participative [Palsky, 2013] qui nous rappelle que la carte est un instrument de pouvoir qui peut permettre le dialogue entre des savoirs experts et des savoirs habitants. Elle peut ainsi devenir une production citoyenne au service de l’appropriation et de la transformation de l’espace. Dans cette perspective, la carte comme arène numérique de la planification urbaine permettrait ainsi aux différents porteurs d’enjeux d’exprimer et de confronter leurs intérêts divergents et, surtout, de dialoguer pour travailler collectivement à une stratégie.

4Dans le processus de construction du consensus, l’approche collaborative de la planification fait le constat de départ que l’intelligence collective est par essence dispersée et éclatée. Dès lors, ces arènes numériques rendraient possible une mobilisation sociale élargie des acteurs qui peut engendrer un processus collectif de mise en dialogue, voire de co-construction de la décision. De leur côté, del Casino et Hanna [2006] proposent de considérer ces cartes, non comme des simples représentations de lieux mais comme des « sujets mobiles et pleins de sens à travers un ensemble de pratiques sociospatiales conflictuelles, complexes, intertextuelles et reliées ». L’objet d’étude ne serait plus la carte mais la myriade d’interconnexions qui font de la production et de la consommation « d’espaces de cartes » un processus simultané d’écriture et de lecture [Joliveau, et al., 2013]. Par-delà l’objet carte luimême, que peut nous apprendre l’étude de son caractère fortement intertextuel (blog, renvois à d’autres sites) qui démultiplie et diffracte son contenu ?

Problématique et hypothèses

5Nous proposons d’étudier les nouvelles pratiques citoyennes de militantisme et de participation à l’ère du numérique en nous appuyant principalement sur deux études de cas : celle des pratiques participatives numériques émergentes de la plate-forme Carticipe1 à Marseille et Strasbourg : « On dit Carticipe, on ne met pas d’article devant. C’est une marque, un concept, on dit Carticipe sans article » (entretien fondateur)2. L’intérêt de cette monographie sur Carticipe est à chercher dans l’analyse illustrée du développement de dispositifs concrets qui viennent cadrer et encadrer les actions et les représentations des acteurs sociaux, du côté des objets techniques, des outils et des instruments et participent ainsi au débat public local.

6Notre méthodologie repose sur une analyse des Carticipe de Marseille et Strasbourg et des données qui y sont associées, notamment celles sur les idées et les contributeurs, un questionnaire auprès des utilisateurs et une série d’entretiens avec le créateur et un échantillon d’utilisateurs. Une attention aux débats publics en aménagement à Marseille et Strasbourg s’appuie sur une revue de presse locale et une attention particulière aux différents documents de planification et aux projets urbains contemporains.

7Une première série d’interrogations renvoie au dispositif sociotechnique de la plate-forme numérique : comment les initiateurs de Carticipe ont-ils pensé la « mise en technologie » du site [Badouard, 2014] ? Comment ont-ils configuré les possibilités d’agir sur/via le site ? En leur appliquant quels formats ? Quels rôles et quelles ressources attribuent-ils aux internautes utilisateurs et comment les conduisent-ils, le cas échéant, à les faire interagir ?

8Une seconde série porte sur le processus et les pratiques militantes : par-delà l’artefact marketing et le processus de labellisation [Douay et Prévot, 2014] quel degré et quelle forme d’engagement actif du grand public dans la lecture et l’écriture de cartes y-a-t-il à l’œuvre dans ces expérimentations en ligne ?

9Carticipe relève-t-il de ces forums hybrides, mêlant expertise savante et profane, émanant d’acteurs réflexifs pour produire les fruits d’une démocratie « dialogiste », d’une démocratie technique [Callon et al., 2001] ? Les contributeurs de ces cartes participatives incarneraient-ils ce « militantisme distancié », contemporain, fluide, temporaire, ou encore « post-it » [Ion, 1997] ? L’informalité et l’« horizontalité » qui les caractérisent sont fréquemment promues comme garantes d’une plus grande « ouverture » et « accessibilité » aux citoyens « lambda ». Cependant ces expertsusagers, ces acteurs-réseaux [Latour, 2005] ne pourraient-ils pas renvoyer aussi à la figure d’un certain entre-soi ? Où situer la démarche déployée par Carticipe dans la tension persistante entre la carte-support à la participation et la carteproduit de la participation ? Carticipe est-elle un exemple de plus de cette tendance repérée pour les Public participation geographic information systems (PPGIS), à savoir des solutions en ligne orchestrées par des organisations locales (villes, collectivités territoriales, bureaux d’études, etc.), visant dans un premier temps à le porter à connaissance, puis, selon le niveau de participation recherchée, sollicitant la remontée d’informations des citoyens, par le biais de dispositifs plus ou moins complexes (forums, zonages à dires d’acteurs, cartographie argumentaire, etc.), autrement dit une production de données sollicitées auprès du public et souvent encadrée par des acteurs territoriaux institutionnels [Joliveau et al., 2013] ? Nous nous interrogerons sur les mécanismes par lesquels Carticipe acquiert auprès des institutionnels comme du public d’usagers une légitimité, mais aussi sur les parcours militants, les répertoires d’action et les effets dans le débat public de ces nouveaux usage (r) s de cette cartographie participative.

10Enfin, une dernière série de questions concernera le sens et l’efficacité du dispositif dans le débat public local : dans quelle mesure cette nouvelle fabrique cartographique participe-t-elle à une (re)mise en ordre du monde et institue-t-elle – ou pas – un nouvel ordre des choses ? Dans quelle mesure participe-t-elle du constat que, prenant acte du caractère ingouvernable des sociétés urbaines contemporaines, l’action publique aurait perdu toute ambition substantielle pour orienter l’action et serait réduite à un rôle procédural visant à créer les « bonnes » conditions du dialogue entre des intérêts divergents et fragmentés ?

11Par-delà l’affirmation du caractère dépolitisé et fonctionnaliste ou a-politisé de ces dispositifs et de leurs enjeux, quels en seraient les enjeux politiques réels ? Se dégagerait-il la construction d’une cohérence autour d’un modèle de ville (si oui lequel ?), un idéal projeté, des catégorisations de « bons » ou de « mauvais » usage (r) s ? Dans quelle mesure pourra-t-on y repérer des opérations de tri spatial et/ou de tri social ? La dépolitisation du cadrage des enjeux urbains parvient-elle ou pas à produire, in fine, consensus et consentement ?

LA CRÉATION DE CARTICIPE : PROJET MILITANT ET RÉALITÉS ÉCONOMIQUES

Carticipe : aboutissement professionnel d’un parcours militant

12La création de Carticipe est un projet professionnel qui s’inscrit dans un passé militant d’engagement civique. En effet, son créateur Éric Hamelin s’est engagé politiquement à gauche, d’abord au Parti socialiste puis chez les Verts. Cet engagement s’est mué en activité professionnelle lorsqu’il est devenu collaborateur d’élus pendant un an à la Mairie de Paris : « […] j’ai arrêté d’être militant en 2003, après cette expérience-là, j’ai arrêté les partis politiques, j’ai fait des recherches d’emplois en tant que consultant, j’avais envie de mieux utiliser mes compétences en sociologie plutôt que de conseiller les élus de l’extérieur, j’avais l’impression que je pouvais être plus concret quoi, moins nombriliste, moins orienté électoralisme pur, travailler plus sur la recherche de résultats politiques au sens de socialement utiles. Pour la participation, ce n’est pas mon parcours militant qui m’inspire c’est plus mon expérience de sociologue et d’urbaniste » (entretien fondateur).

13Éric Hamelin se tourne alors vers l’activité de conseil en s’associant à Kamel Bentahar, rencontré aux cours du soir du CNAM en 2002-2003. Formé à la sociologie urbaine, Hamelin a clairement orienté le cabinet Repérage urbain3 autour des questions de participation du public. Confronté aux réalités économiques du marché de la participation, Repérage urbain alterne donc entre promotion de nouvelles formes de démocratie et réalités économiques avec la volonté de faire vivre le cabinet. Cette dimension marchande s’incarne dans la plate-forme Carticipe qui est mise en avant dès la première page du site Web. Cela correspond à la nécessité de créer un label et de faire de Carticipe un produit qui pourrait se vendre auprès des différentes collectivités ou porteurs de projet. Depuis plusieurs années en effet, la participation est devenue un marché dont la cartographie numérique participative ne serait finalement qu’une « niche » plus récente sur laquelle les fondateurs de Carticipe se sont positionnés. Par leur parcours professionnel et militant, ils entrent dans la catégorie des professionnels de la participation [Nonjon, 2005] qui savent mobiliser/reconvertir leurs réseaux et ressources militants en une démarche professionnelle qui tiendrait néanmoins à distance, dans les discours, la rhétorique militante traditionnellement associée à l’image du militant : « loin d’être dupes du jeu des institutions et de leurs commanditaires, ces professionnels sont conscients des contraintes mais aussi des ressources qu’ils peuvent espérer tirer de ce double positionnement » écrit M. Nonjon [2005 : 95]. Croisant donc vertueusement ambition militante et réalités économiques du marché de la participation, Carticipe y prend place depuis quelques temps par l’intermédiaire d’un dispositif sociotechnique innovant.

Un dispositif sociotechnique ouvert mais balisé

14Le site est construit sur un modèle ouvert qui propose un environnement 2D à partir de l’interface Google Map. Le premier choix effectué est donc de spatialiser le débat public dans un environnement en deux dimensions à partir d’un support cartographique issu de Google. D’autres plates-formes, par contre vont proposer d’évoluer dans un environnement 3D et de visualiser des évolutions du design urbain à l’image de la plate-forme Bétaville [Douay, 2014].

Figure 1 : L’environnement technique des sites Web Carticipe. Source : http://carticipe.files.wordpress.com/​2014/​05/​compar-stbg-mars.jpg

15Les propositions sont libres mais doivent s’inscrire dans une des catégories proposées. Celles-ci sont volontairement assez générales et hiérarchisées avec des sous-catégories. La catégorisation et le design vont rendre opérationnels un format de participation [Baudouard, 2014] qui est orientée vers une dimension. En même temps que ces applications ouvrent des possibles, elles cadrent aussi les conditions de leur réalisation en exerçant une contrainte normative sur les pratiques des internautes : elles rendent donc possible la réalisation d’une action d’une certaine façon, note à juste titre Romain Badouard. Il est donc demandé aux utilisateurs de situer eux-mêmes leurs propositions dans ces différentes catégories :

  • Mobilité et espaces publics ;
  • Bâti, constructions ;
  • Activité économique, commerce ;
  • Sport, culture, services, publics ;
  • Espaces verts, nature, environnement.

16En développant des applications qui permettent d’échanger et de débattre, les webdesigners de Carticipe (comme les autres) organisent les relations sociales et cadrent la manière dont les internautes « font public » : « […] la structure du débat qu’on propose, elle impose de faire des propositions. D’ailleurs, à Marseille, plus que dans les autres villes, on voit des gens qui essayent d’utiliser le truc à l’envers, en faisant une proposition négative, par exemple sur des projets immobiliers que les gens trouvent mal situés… La structure telle qu’elle est faite n’est pas favorable à ça, ça incite à être constructif plutôt qu’être opposant » (entretien fondateur).

17Toutefois le lien n’est pas toujours évident et il arrive même que les participants jouent de ces possibles ambiguïtés. Par exemple, à Marseille, dans la catégorie « Mobilités et espace public », un participant évoque la question des ordures ménagères et fait le lien avec les rapports avec les syndicats (ce qui est historiquement désigné à Marseille comme étant de la cogestion entre la Mairie et le syndicat majoritaire FO) et finalement le mode de gouvernance de la municipalité, voire le maire lui-même : « en finir avec l’hégémonie Force Ouvrière (FO) sur la mairie. Audit des services municipaux afin de fusionner un maximum d’entités pour faire des économies. Arrêter d’acheter la paix sociale par le biais de subventions d’associations. Un nouveau maire ambitieux et à temps plein » (florent. bernier. 98). L’environnement du site apparait donc comme un guide mais pas forcément comme une contrainte technique forte au point d’empêcher les propositions de s’exprimer. Les choix ergonomiques dessinent donc un environnement sociotechnique ouvert qui tente de répondre aux critiques habituelles sur les dispositifs classiques de participation tels que les conseils de quartier ou les enquêtes publiques.

18Ensuite, le site est centré autour des différentes propositions qui vont occuper l’avant-plan de la carte, le site invite donc à contribuer et surtout à prendre part aux débats à travers les injonctions à « ajouter », « voter » et « commenter » qui vont baliser la navigation et définir une procédure de participation. Au-delà de la simple proposition d’une idée, il y a donc la possibilité de voter pour ou contre les contributions des autres internautes. Dans ce cas nous ne savons pas qui a voté, mais il faut être inscrit sur la plate-forme pour pouvoir participer au vote ce qui limite les risques de manipulation. Il y a aussi la possibilité de commenter sans limite de nombre de caractères les différentes propositions avec une apparition des contributions dans un ordre chronologique. Il y a enfin la possibilité de signaler un abus : « on a mélangé les fonctions d’un forum avec les fonctions d’une carte participative en gros. Un forum qui, en plus, aurait la dimension d’un réseau social aussi un peu, dans le sens du critère de popularité des réseaux sociaux, c’est-à-dire la possibilité de voter pour ou contre » (entretien fondateur).

19Les participants ont l’obligation de créer un profil mais ils peuvent utiliser un pseudonyme, ils ont aussi la possibilité de se connecter par l’intermédiaire du réseau social Facebook. Ils sont invités à déclarer leur commune et quartier de résidence ainsi que l’âge, mais le site précise que ces informations sont réservées à l’équipe de Carticipe et à la presse. Ces choix ergonomiques correspondent au désir des créateurs du site qui ne voulaient pas brider d’éventuels participants qui auraient peur de sortir de l’anonymat. L’identité des carticipants est donc à la fois déclarative, agissante et calculée des internautes : « […] on a décidé de laisser en optionnel les fiches signalétiques très sommaires qu’on a mises en place. On propose aux gens de mettre leur quartier et leur âge, leur commune de résidence. […] On va certainement la rendre obligatoire dans le cadre de prochaines consultations » (entretien fondateur).

20Environ un tiers des participants font apparaître leur nom de famille. Certains des participants sont impliqués, nous le verrons, dans la vie associative ou civique de la cité, mais ces appartenances ne sont pas utilisées de manière explicite. La contribution à Carticipe est donc plutôt envisagée comme un engagement individuel par le recours à une identité numérique qui n’est pas forcément une identité publique. Ainsi il est possible de voir la liste des différentes idées proposées par un participant mais pas ses votes et enfin il n’est pas possible de créer un réseau de contact entre les participants.

21Les participants ont aussi la possibilité de se connecter par l’intermédiaire d’un compte Facebook, celui-ci étant plus fréquemment lié à l’identité réelle de l’internaute. Il s’agit là d’une évolution récente mais néanmoins importante du principal réseau social qui permet d’accéder à des sites tiers sans avoir à créer un autre identifiant, cela a aussi l’avantage pour le site tiers d’apparaître sur le réseau Facebook et de rejoindre ainsi d’éventuels futurs utilisateurs : « […] parce qu’il faut d’abord se créer un profil pour s’inscrire, mais on peut être relativement anonyme donc il y en a qui pourraient s’amuser à canarder mais non. Ça c’est l’effet de la focalisation, la structure de notre truc c’est que cela focalise sur le concret, le constructif. C’est le pointage, parler d’un endroit, et la thématisation, parler d’un sujet et en plus préciser son sujet en choisissant une couleur et un pictogramme » (entretien fondateur). Des travaux anglo-saxons ont envisagé les applications récentes sur les sites comme des formes d’engagement [Manovitch, 2011] : les boutons « J’aime » de Facebook ou « + 1 » de Google sont en effet des possibilités d’action.

22En résumé, la structure du site donnerait donc ici aisément à voir ce qui est attendu des participants. Ces différents éléments ne doivent pas être isolés d’autres types de ressources de type organisationnel comme les principes de modération ou, dans le cas de Carticipe, les représentations graphiques présentes sur le site : elles constituent également des formes de cadrage et d’incitation à l’action et à l’échange qui traduisent une certaine conception de l’usager/participant (ce qu’il est censé faire, dire, ne pas faire ou ne pas dire).

CONTRIBUTEURS : UN PUBLIC NOUVEAU MAIS PAS RÉELLEMENT DIFFÉRENT

Une augmentation quantitative du nombre de participants au débat public

23La plate-forme a été testée une première fois à Laval (50 000 habitants) dans le cadre de la concertation du Plan local d’urbanisme (PLU). Après six mois d’utilisation, Carticipe4 avait recueilli 613 suggestions, 478 commentaires et plus de 4 000 votes de la part de 359 inscrits sur la plate-forme, voire plus de 500 participants en comptant les contributions directes lors des ateliers de quartier. Au-delà de cette utilisation institutionnelle qui démontrait que les outils numériques permettent de rejoindre plus de citoyens que les forums classiques de la participation, deux utilisations citoyennes se sont développées en association avec des médias locaux dans la perspective des élections municipales de mars 2014. Fin août 2013, Carticipe Strasbourg 20285 est lancé avec le soutien du journal en ligne Rue89Strasbourg. En janvier 2014, le site avait engendré plus 38 000 pages vues par plus de 10 700 visiteurs uniques et par ailleurs on notait plus de 620 suggestions, plus de 1 700 commentaires et plus de 11 000 votes, le tout avec plus de 780 contributeurs. Enfin, Carticipe Marseille-Provence6 a été lancé mi-décembre 2013 avec le soutien du journal en ligne Marsactu. fr. En janvier 2014, le site avait généré plus 7 500 pages vues et recueilli plus de 300 suggestions, plus de 600 commentaires et plus de 4 500 votes, le tout avec plus de 320 contributeurs.

24En ce qui concerne Strasbourg, 828 internautes sont devenus « carticipants » en se créant un compte sur le site. Ce qui représente – en toute hypothèse – plus d’un habitant sur 1 000 à l’échelle de toute l’aire urbaine de Strasbourg. A Marseille, avec les mêmes armes limitées de communication, nous en sommes pour l’instant au chiffre moindre de 443 carticipants. Il faut toutefois rappeler que le site à démarré nettement plus tard : mi-décembre 2013, contre fin août 2013 à Strasbourg, soit à peu près 5 mois d’ancienneté contre 8,5. En termes d’audience, les deux sites ont touché un public beaucoup plus large que les seuls carticipants inscrits : près de 40 000 pages vues par plus de 12 000 personnes à Strasbourg en 8 mois et demi, et plus de 24 000 pages vues par plus de 8 000 personnes en 5 mois à Marseille. Les propositions déposées sur la carte ont donc intéressé en moyenne 15 « curieux » pour 1 contributeur actif. Notons que les deux sites atteignent un public équivalent en rythme mensuel : 4 700 pages par mois à Strasbourg, contre 4 800 à Marseille. Ces chiffres sont donc à replacer dans le cadre d’une expérimentation limitée en termes de moyens techniques et de supports médiatiques. Toutefois, au regard des publics mobilisés dans les dispositifs classiques de la participation, ils apparaissent assez importants (cf. Tableau de synthèse).

25Pour autant, nous assisterions bien ici à ce qu’Alexandre Coutant et Thomas Stenger évoquent sous le terme de « tripartition »7, autrement dit : « 1 % de contributeurs, 9 % de commentateurs pour 90 % de lecteurs »8. Cela ramène aussi au constat que nous avons fait sur la participation à Carticipe, qui est essentiellement faite de votes, puis de commentaires et enfin de création d’idées. Les deux auteurs rappellent aussi que l’accessibilité aux sites en ligne repose sur les compétences à participer, qui restent très inégales. De même, l’enquête Sociogeek9 (lancée par la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing)) démontre qu’au-delà des compétences techniques, la capacité à participer et à bâtir une autorité au sein d’espaces et de publics est fortement liée au capital culturel. Cependant, nous pouvons émettre l’hypothèse selon laquelle le numérique permet à des citoyens qui ne participent pas aux forums classiques de la participation de trouver une façon plus simple de participer : « c’était plus simple […] parce que c’était numérique, j’étais chez moi, je l’ai vu, j’ai cliqué dessus et je pouvais me connecter à chaque fois et proposer mes idées, débattre ou voter pour des idées » (entretien n° 2 avec un contributeur). Cela permet aussi de se sentir plus légitime à le faire par ces médias ou du moins de dépasser une certaine timidité : « j’ai jamais participé à un forum classique de participation mais c’est un regret, c’est vraiment par manque de temps. […] En fait, j’ai pas de connaissance scientifique en termes d’urbanisme, c’est juste une passion, je suis un amateur et je ne me sens pas capable d’avoir toutes les connaissances nécessaires pour participer à ce genre de choses ou rentrer dans un collectif avec des personnes qui s’y connaissent vraiment qui ont fait des études dans le domaine […] » (entretien n° 1 avec un contributeur). Dés lors, la participation à Carticipe est justifiée par son côté « ouvert à tous » qui donnerait plus de poids à la participation citoyenne : « je pense que c’est plus mis en valeur sur ce type de support, sur Carticipe. Parce que déjà c’est plus facile, on peut le faire tranquillement chez soi en rentrant. C’est plus accessible. Et le système de bulles qui grossissent au fur et à mesure que les votes augmentent. C’est assez intéressant, cela permet de mettre en avant les projets qui fédèrent » (entretien n° 1 avec un contributeur).

Le risque de l’entre-soi : une ouverture vers de nouveaux profils ?

26Alors que les publics des dispositifs classiques de la participation sont souvent caractérisés comme étant plutôt âgés, masculins, blancs et disposant d’un fort capital socio-économiques, les plates-formes numériques, notamment les réseaux sociaux, valoriseraient un modèle de citoyenneté active favorisant les jeunes [Coleman, 2008 ; Bennett, 2008].

27Carticipe semble correspondre à ce modèle avec un public plus jeune mais surtout plus diversifié que celui que l’on trouve, par exemple, au sein des partis politiques : « […] à Marseille, ce n’est pas que des propositions de catégories sociales déterminées parce qu’on a des propositions sur les quartiers nord, on a des noms à consonance maghrébine puisque ça constitue une bonne partie de la population marseillaise. On intéresse les gens de différentes origines, cela ne veut pas dire que ce sont les plus pauvres ou les plus incultes qui sont connectés. […] souvent on récolte tous les bac + 5 dans les quartiers HLM et c’est là aussi qu’on fait découvrir aux services administratifs qu’il y a des bac + 5 dans les quartiers HLM dont une partie des administrants et des administrés ont peur ! » (entretien fondateur).

28Le niveau de revenus moins élevé dans le nord de la ville n’empêche pas un niveau de participation important. Toutefois, il convient de noter que la localisation des projets correspond souvent à l’espace de proximité des participants mais pas forcément comme nous pouvons le penser pour les projets de l’espace central.

29La densité et le niveau de centralité ont un impact important sur le niveau de concentration des propositions. Les propositions se concentrent donc dans l’espace central de la ville soit les 7 premiers arrondissements. Il convient aussi de noter qu’il s’agit de l’espace de projet Euroméditerranée, du Vieux-Port, du secteur de la Canebière ou encore des quartiers en cours de gentrification comme le Panier ou la Plaine.

30Sur les neuf personnes de l’agglomération strasbourgeoises, cinq personnes ont entre 25 et 36 ans (une part majoritaire de jeunes), deux personnes ont entre 36 et 50 ans, une personne a entre 51 et 65 ans et une personne a 66 ans et plus. Des données internes du cabinet Repérage urbain confirment que les 2/3 des utilisateurs ont moins de 35 ans.

31Il semble aussi plus ouvert à la diversité ethnique. A cet égard, les débats récurrents sur la représentation de la diversité ethnique des élus municipaux marseillais sont assez révélateurs. Souvenons-nous du film Rêves de France à Marseille (2003) de Jean-Louis Comolli et Michel Samson qui retraçait le parcours de différents candidats de la diversité lors des élections municipales de 2001 dont une certaine Samia Ghali qui se retrouvera au cœur des débats sur ces enjeux lors des primaires socialistes de 2014 pour ces mêmes élections. La participation en ligne permet donc l’ouverture sur de nouveaux publics mais la décision reste l’apanage d’une petite minorité.

32Il convient toutefois de s’interroger et de relativiser cette analyse d’une certaine ouverture vers de nouveaux publics. Au-delà d’un effet lié à la dimension innovante des outils numériques, à Marseille et à Strasbourg, les deux cartes participatives se sont appuyées sur des nouveaux médias, Rue89 et Marsactu, dont le lectorat correspond plutôt aux populations jeunes et éduquées. Ainsi, peut-être qu’une Carticipe associée à La Provence ou aux Dernières nouvelles d’Alsace aurait rejoint un public un peu différent.

Figure 2 : Niveau de participation et revenus. Source : http://carticipe.files.wordpress.com/​2014/​05/​1924917_10151938850092126_840937876_o.jpg, réalisation par Benjamin Hecht de Repérage urbain

Figure 3 : Impact de la densité sur le niveau de participation. Source : http://carticipe.files.wordpress.com/​2014/​05/​10269916_10151938850047126_1317254630_o.jpg, réalisation par Benjamin Hecht de Repérage urbain

33La question du niveau de connexion et, finalement, de la « fracture numérique » est aussi discriminante dans le niveau de participation. Les personnes ayant répondu à un questionnaire sur l’utilisation de Carticipe Strasbourg sont toutes très connectées sur les réseaux sociaux : neuf personnes sont inscrites sur Facebook, quatre sur Twitter, quatre autres sur Instagram, quatre encore sur Linkedin, une personne sur Viadeo, une personne sur ResearchGate et une personne sur Academia. Ils peuvent correspondre au profil de ces « hyper-connectés » : « je ne saurais même pas chiffrer le temps passé connecté. […] La première chose que je fais quand je me lève, c’est d’allumer mon ordinateur et la dernière quand je me couche, c’est de l’éteindre » (entretien n° 2 avec un contributeur). À leurs yeux : « pour soutenir les pratiques de consultations citoyennes. Cette initiative est innovante » ; « l’échange et le partage d’idées peut être à l’origine de projets concrets pour améliorer la ville et notre cadre de vie » [Duval, 2014 : 28].

34Sur les neuf personnes de l’agglomération strasbourgeoises, cinq femmes ont répondu contre quatre hommes. La plupart appartiennent à la catégorie Cadre et Profession Intellectuelle (six personnes sur neuf), même si on trouve également des étudiants (deux personnes sur neuf, dont une précisant être doctorante), une personne de la catégorie Artisan, Commerçant et Chef d’entreprise et une personne retraitée. La majorité des personnes ayant répondu ont des pratiques militantes : six sont membres d’une association, quatre sont membres d’un parti politique et une personne est membre d’un conseil de quartier [op. cit. : 27]. Toutes justifient leur « carticipation » par le fait de se sentir concernés par la vie locale et la volonté de s’y investir [op. cit. : 28]. La majorité d’entre eux ont donc déjà participé à des concertations publiques concernant l’aménagement. A la question « Avez-vous déjà participé à des concertations publiques ? », quatre personnes ont répondu « Parfois », trois personnes ont répondu « Jamais », une personne a répondu « Souvent » et une personne a répondu « Très souvent » [op. cit. : 28]. Si six d’entre eux seulement ont soumis une proposition d’aménagement, toutes par contre ont voté, via le site, pour ou contre des propositions déjà existantes. C’est une des limites pointées de l’exercice : « le site Carticipe ne semble toucher qu’une population quasiment identique à celle que l’on retrouve lors des concertations publiques. Autrement dit, une population dite « d’initiés » à l’aménagement du territoire, qui connait un minimum le fonctionnement et les termes à employer. C’est également une population qui, souvent, présente un capital économique et culturel assez élevé et qui est issu de catégorie-socioprofessionnelles (CSP) élevées, telles que la CSP « Cadres et professions intellectuelles » [op. cit. : 31]. Sur Internet, donc, comme dans la plupart des lieux de concertation pour l’aménagement des territoires, c’est, bien souvent, les plus élevés socio-économiquement et culturellement parlant qui mènent le débat, qui postent les idées et participent à la définition du bien commun.

35Dans ce sens, les nouvelles technologies semblent souvent venir en complément d’autres pratiques militantes déjà existantes. La participation 2.0 donnerait ainsi des ressources supplémentaires à des publics déjà en capacité de s’exprimer dans les forums off-line. L’apport du numérique se situerait donc plutôt dans la capacité à élargir un peu les publics impliqués dans le débat public. En ce sens, la participation via Carticipe constituerait donc en quelque sorte une des réponses à la contre démocratie ou la politique à l’âge de la défiance qu’évoque P. Rosanvallon10 en offrant de nouveaux médias pour faire participer de nouveaux publics sans forcément ouvrir vers une plus grande diversité de situations socio-économiques. Cela est particulièrement observable dans le cas de Marseille où la vie politique locale est marquée par de nombreuses affaires touchant les différents partis ce qui peut tenir à l’écart des milieux militants des citoyens qui souhaiteraient s’engager mais ne se reconnaissent pas dans les structures partisanes : « oui il y a 4 ou 5 ans, je voulais m’inscrire dans un parti politique, tout ça… mais c’était une vague idée. […] Il y a eu l’affaire Guérini, je me suis dit nan mais c’est bon. Puis après je me suis rendu compte de la moisissure qu’il y avait en politique en général et cela m’a découragé, mais je ne regrette pas. […] Mais j’ai toujours été intéressé par les questions publiques. Depuis que je suis tout petit je dessine des plans de villes. C’est quelque chose… je suis né avec ! » (entretien n° 1 avec un contributeur). Plus fondamentalement peut-être, la création de ce site par d’anciens militants, associée au profil militant ici esquissé de ceux qui s’y investissent doit nous interroger sur le rôle des NTIC dans la disparition des structures sociales intermédiaires (partis, syndicats) traditionnellement disposées entre l’individu et la collectivité, au sens générique. Dès 1975, Joël de Rosnay dans Le Macroscope avait établi une vision prospective assez élaborée par laquelle il évaluait les effets sociaux et politiques de ce que sont devenus entre temps les NTIC. Il y annonçait comment l’interactivité affecterait les rapports sociaux et le fonctionnement démocratique de nos sociétés occidentales en modifiant l’équilibre entre démocratie représentative et participation citoyenne. A ceci près d’essentiel qu’il n’avait alors anticipé ni la miniaturisation, ni le coût toujours plus bas du numérique. Ce sont pourtant précisément ces deux derniers aspects qui ont été stimulés par une aspiration sociale toujours plus forte à l’individualité, contribuant à créer un marché économique à part entière. Cette « numérisation miniaturisée » à l’échelon individuel, en court-circuitant les structures intermédiaires traditionnelles telles qu’elles étaient aussi inscrites dans un territoire physique (cellule, fédération, section, etc.) a produit en retour une vacuité propice à la prolifération de structures intermédiaires d’un genre renouvelé et démultiplié, dont les réseaux sociaux et autres plates-formes numériques telles que Carticipe sont les illustrations. Ce mouvement continu d’individualisation permet à chacun d’adhérer à différentes structures sociales, communautaires ou « tribales » plus ou moins éphémères, démultipliant ainsi ses identités au gré de ses disponibilités et de ses choix.

CONTENU : LE DÉBAT PUBLIC QUI VISE LA CONSTRUCTION DE COMPROMIS

Diversité des thématiques et importance des transports

Figure 4 : Bilan des 3 Carticipe. Source : Eric Hamelin, 2014, Carticipe Strasbourg et Marseille : petit bilan quantitatif comparé, http://carticipe.net/​2014/​05/​23/​carticipe-strabourg-et-marseille-petit-bilan-quantitatif-compare

Figure 5 : Bilan de Carticipe Marseille. Source : données au 14/08/2014

36Au 14/08/2014, il y a un total 29 886 pages vues depuis le lancement et de 457 carticipants pour 506 idées déposées. Il y a environ 2 commentaires par idées, 88 % des votes sont favorables, la catégorie « Bâti et constructions » est celle qui va recueillir le moins de votes positifs ce qui peut s’expliquer par la dimension généralement plus conflictuelle des projets immobiliers

37Au regard des données de mai 2014 (total de 463 idées), il y a 951 commentaires produits par 118 internautes différents et 463 idées émises par 108 carticipants différents. Comme ce ne sont pas toujours les mêmes qui déposent les idées et font les commentaires, il y a au total 158 carticipants créatifs ayant déposé des contributions écrites, idées ou commentaires. On peut donc constater le niveau d’engagement suivant : 1 inscrit sur 2,8 contribue par écrit en rédigeant des avis, les autres se contentant de voter.

38L’observation plus fine des idées proposées montre une certaine concentration. Ainsi, le principal participant, Hugo Lara, comptabilise à lui seul 28 propositions, soit 6 % de l’ensemble. De même 10 % des contributeurs ont-ils proposé 44 % des idées tandis que 35 % des participants n’en ont proposé qu’une seule.

39La plate-forme laisse la possibilité d’associer des images aux propositions, ainsi à Marseille un carticipant a pu associer une visualisation d’une piétonisation de la rue Paradis.

Figure 6 : Visualisation d’une proposition (rue de Paradis – Marseille). Source : Tournadre Anthony / Carticipe – Marseille

40Un bilan qualitatif des propositions du site marseillais permet d’observer une certaine concordance entre le débat public en ligne et celui qui se déroule dans l’espace physique. On retrouve aussi une grande correspondance avec les thèmes de débat des élections municipales à l’exception des enjeux de sécurité publique et de moralisation de la vie politique locale. Il y a donc une correspondance entre les débats online et ofline sur les questions de fond quant à l’aménagement et au développement de l’espace.

41Les questions de transports dominent les débats avec des propositions qui vont se concentrer sur la nécessité d’améliorer la situation des transports publics. Les propositions concernent le développement des réseaux de bus mais aussi de métro, de tram ou encore de tram-train sans oublier l’échelle métropolitaine avec les liaisons avec les villes d’Aix-en-Provence ou encore d’Aubagne.

42Certains lieux vont concentrer l’attention des participants à l’image du périmètre Euroméditerrannée ou de la Corniche Kennedy qui fait l’objet de nombreuses attentions pour y repenser des usages de l’espace public alternatifs à la voiture avec un tram, des pistes cyclables ou tout simplement plus d’espace piétons. Ces propositions sur l’espace public se retrouvent aussi dans la plupart des espaces de la ville.

43La question des politiques culturelles est aussi débattue avec la suite à donner à l’année 2013 pendant laquelle Marseille était capitale européenne de la culture. Les propositions portent sur le renouveau de l’offre culturelle et artistique notamment en matière de cinémas.

44Marseille étant aussi candidate au titre de capitale européenne du sport pour l’année 2017, cet enjeu de politiques publiques est aussi abordé, notamment avec la question de la rénovation et du développement des piscines.

45Plus généralement, les propositions font souvent référence au rang et au rayonnement de Marseille comme métropole européenne et méditerranéenne, il est donc souvent question d’image de marque et donc d’attractivité économique.

Une vision positive de la participation qui évacue les conflits

46La participation est envisagée de manière positive, en évitant les conflits et les dimensions polémiques. Le site invite d’ailleurs à proposer des idées ou à soutenir des idées et non à voter contre : « Si quelqu’un venait poser une idée, on voit que dans beaucoup de cas, il vérifie si ça existe déjà et, si ça existe, il va ajouter un vote et/ou un commentaire pour compléter ou argumenter, parfois réorienter légèrement le discours. Pour nous, on s’est dit c’est très bien, on va obliger les gens à être super concrets pour éviter les engueulades générales surtout dans un contexte électoral et électoraliste. Si on se fixe sur un point du territoire, un quartier, c’est plus rare qu’il y ait des divergences ou, si il y en a, elles ne sont pas politisées, elles sont sur des questions plus concrètes » (entretien fondateur).

47Les carticipants s’inscrivent dans une vision positive de la participation en mettant l’emphase sur la dimension contributive de l’engagement : « j’ai eu envie de contribuer pour retrouver ma ville telle qu’elle a pu être dans le passé et proposer des projets pour aller dans ce sens là et contribuer à l’embellir. ». Toutefois ces contributions ne sont pas considérées comme un acte militant mais plutôt citoyen : « je ne me considère pas comme un militant mais juste comme un Marseillais. Pour moi Carticipe n’est pas une pratique militante. Je suis un citoyen qui réside dans une ville que j’apprécie beaucoup et donc c’est normal que je veuille que mon cadre de vie soit tiré vers le haut et qu’il s’améliore, aussi pour changer l’image de Marseille » (entretien n° 2 avec un contributeur).

  • 11 Not In My BackYard (pas dans mon arrière-cour).

48Généralement les propositions correspondent bien à l’attitude positive attendue par les concepteurs par exemple on avance l’idée de « ramener la Corniche à 2 voies et créer une “vraie” piste cyclable séparée de la circulation automobile » (FBA) avec 85 votes. Toutefois, les contributions peuvent aussi se faire polémiques comme nous l’avons vu sur la cogestion entre la mairie et le syndicat FO, Carticipe peut aussi permettre d’afficher des oppositions à des projets comme la « suppression du projet d’hôtel de luxe sur la plage des Catalans » (Bertrand) qui recueille 49 votes. Dans ce sens, Carticipe pourrait fédérer l’expression de mouvements de type NIMBY11.

49Finalement, la question de l’utilité de Carticipe et surtout de sa capacité transformationnelle reste ouverte : « cela aurait été bien que cela soit fait par la mairie ou avec la mairie pour qu’ils en tiennent compte et que cela fasse une réflexion pour eux sur les aménagements possibles. Alors qu’il me semble que c’était complétement détaché, bon après peut-être qu’ils ont regardé mais… » (entretien n° 2 avec un contributeur).

CONCLUSION

50À Strasbourg et Marseille, Carticipe reposent sur des médias locaux qui tentent de peser sur le débat public local. Cela correspond à un engagement militant de professionnels de la ville et des médias au service d’un urbanisme plus collaboratif mais la question des effets de l’expérimentation reste entière : « à Strasbourg et à Marseille on est dans une expérience plus médiatique. C’est médiatico-politique mais ce n’est pas une commande de la mairie. […] C’est un truc qu’on a monté en proposant un partenariat aux médias locaux en ligne pour se faire mousser dans la campagne en montrant qu’on pouvait apporter des idées de l’extérieur. C’est le côté de bas en haut, participatif, initiatives non politiques quoi » (entretien fondateur). Pour dépasser le « marketing participatif » [Aldrin et Utard, 2008], il faut interroger les dynamiques possibles d’institutionnalisation et de pérennisation de la plate-forme. En effet, la participation publique renvoie aussi aux acteurs institutionnels de l’aménagement. Les innovations numériques cohabitent donc aux côtés des autres dispositifs plus classiques de la participation. En l’absence de moyens et de supports politiques, le risque est de n’être qu’un gadget qui masque la permanence des mécanismes classiques de décision. Les acteurs institutionnels de la participation doivent donc réfléchir aux moyens alloués aux différents dispositifs de la participation et à leurs articulations entre le numérique et le non-numérique. L’enjeu étant de faire du numérique une ressource supplémentaire au service de politiques publiques plus inclusives. En l’absence de telles démarches pour institutionnaliser et articuler les instruments numériques dans le débat public local, le risque est de voir se développer des plates-formes parallèles, voire concurrentes.

51À Strasbourg, depuis quelques mois, les réseaux sociaux sont le théâtre d’un débat public local assez conflictuel quant à l’utilisation nocturne de l’espace public du centre-ville. Ces conflits d’usage dégénèrent et conduisent à l’affrontement entre différents groupes par l’intermédiaire de pages Facebook avec la dénonciation de comportements individuels qui sont filmés et partagés sur le site de vidéos You Tube12. Ce conflit illustre bien les ressources supplémentaires que le numérique peut apporter aux groupes qu’ils soient institutionnalisés ou pas. Cela rappelle aussi l’intérêt et la responsabilité politique des acteurs institutionnels afin de développer un dispositif sociotechnique afin d’organiser et de modérer les échanges au sein d’un forum qui permette une mise en débat et surtout une délibération capable de préserver le vivre ensemble.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[Aldrin et Utard, 2008] Aldrin, Ph. et Utard, J.-M., 2008, The ambivalent politicization of European Communication. Genesis of controversies and institutional frictions surrounding the 2006 White Paper, Strasbourg : Centre for European Political Sociology, http://prisme.u-strasbg.fr/workingpapers/WPAldrinUtard.pdf.

[Bailleul, 2008] Bailleul, H., 2008, « Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains : modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif », Métropoles, http://metropoles.revues.org/2202.

[Bailleul et Gibon, 2013] Bailleul, H. et Gibon, C., 2013, « Médiation urbaine numérique Quels enseignements pour un urbanisme participatif ? », Place publique, 25, 39-44.

[Baudouard, 2014] Baudouard, R., 2014, « La mise en technologie des projets politiques. Une approche “orientée design” de la participation en ligne », Participations, 8, 31-54.

[Blondiaux et Cardon, 2006] Blondiaux, L. et Cardon, D. (éd.), 2006, Dispositifs participatifs, Politix, 75(19).

[Callon et al., 2001] Callon, M., Lacousmes, P. et Barthe, Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris : Le Seuil.

[Cardon, 2010] Cardon, D., 2010, La démocratie internet. Promesses et limites, Paris : Le Seuil.

[del Casino et Hanna, 2006] del Casino, V. J. et Hanna, S. P., 2006, « Beyond The “Binaries” : A methodological Intervention for Interrogation Maps as Representational Practices », ACME : An International E-Journal for Critical Geographies, 4(1), 34-56.

[Comolli et Samson, 2003] Comolli, J. L. et Samson, M., 2003, Rêves de France à Marseille, film documentaire de 1h44.

[de Rosnay, 1975] de Rosnay, J., 1975, Le Macroscope, Paris : Le Seuil.

[Douay, 2011] Douay, N., 2011, « Urbanisme 2.0, de la contestation à la participation », TechniCités, 214, 46-49.

[Douay, 2014] Douay, N., 2014, « Les usages du numérique dans le débat public », In Carmes, M. et Noyer, J.-M. (dir.), Devenirs numériques, Paris : Presses des Mines, pp 227-244.

[Douay et Prévot, 2012] Douay, N. et Prévot, M., 2012, « Activismes urbains : engagement et militantisme », L’Information géographique, 76(1), 74-88.

[Douay et Prévot, 2014] Douay, N. et Prévot, M., 2014, « Park (ing) Day : label international d’un activisme urbain édulcoré », Environnement urbain, 8, 14-33.

[DuvalI, 2014] DuvalI, A., 2014, L’usage d’Internet dans les pratiques de la démocratie participative en aménagement, l’exemple du site Internet Strasbourg 2028, mémoire de master 1 Aménagement et développement local, Université Paris-Diderot, Paris.

[IAU îdF, 2013] IAU îdF, 2013, « Cartes, plans, 3D : représenter, imaginer la métropole », Cahier de l’IAU îdF, 166.

[Joliveau et al., 2013] Joliveau, T., Noucher, M. et Roche, S., 2013, « La cartographie 2.0, vers une approche critique d’un nouveau régime cartographique », L’Information géographique, 4, 29-46.

[Latour, 2005] Latour, B., 2005, Reassembling the Social : An Introduction to Actor-Network-Theory, Oxford : Oxford University Press.

[Macintosh, 2007] Macintosh, A., 2007, « e-Participation : from e-enabling to e-empowerment », Communication au colloque E-democracy : new opportunities for enhancing civic participation, Conseil de l’Europe, Strasbourg.

[Minnery et Searle, 2014] Minnery, J. et Searle, G., 2014, « Toying with the city ? Using the computer game SimCity4® in planning éducation », Planning Practice & Research, 29(1), 41-55.

[Nonjon, 2005] Nonjon, M., 2005, « Professionnels de la participation : savoir gérer son image militante », Politix, 70, 89-112.

[Noucher, 2013] Noucher, M., 2013, « Introduction au dossier thématique “Cartographie thématique” », L’Information géographique, 77 (4), 6-9.

[Offerlé, 1996] Offerlé, M., 1996, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris : Montchrestien.

[Palsky, 2011] Palsky, G., 2011, « Cartes participatives, cartes collaboratives, la cartographie comme maieutique », Le Monde des Cartes, 205, 49-59.

[Palsky, 2013] Palsky, G., 2013, « Cartographie participative, cartographie indisciplinée », L’Information géographique, 4, 10-25.

[Proulx et al., 2014] Proulx, S., Garcia, J. L. et Heaton, L. (éd.), 2014, La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ére du capitalisme informationnel, Québec : Presses de l’Université du Québec.

[Rodota, 1999] Rodota, S., 1999, La démocratie électronique, Rennes : Apogée.

[Quaderni, 2012] Quaderni (revue), 2012, « Produire la démocratie. Ingénieries et ingénieurs de l’offre publique de participation », 79(3).

[Wachter, 2011] Wachter, S., 2011, « La ville numérique : quels enjeux pour demain ? », Métropolitiques, 28/11/2011, http://www.metropolitiques.eu/La-ville-numeriquequels-enjeux.html.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : L’environnement technique des sites Web Carticipe. Source : http://carticipe.files.wordpress.com/​2014/​05/​compar-stbg-mars.jpg
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Figure 2 : Niveau de participation et revenus. Source : http://carticipe.files.wordpress.com/​2014/​05/​1924917_10151938850092126_840937876_o.jpg, réalisation par Benjamin Hecht de Repérage urbain
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 3 : Impact de la densité sur le niveau de participation. Source : http://carticipe.files.wordpress.com/​2014/​05/​10269916_10151938850047126_1317254630_o.jpg, réalisation par Benjamin Hecht de Repérage urbain
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Figure 4 : Bilan des 3 Carticipe. Source : Eric Hamelin, 2014, Carticipe Strasbourg et Marseille : petit bilan quantitatif comparé, http://carticipe.net/​2014/​05/​23/​carticipe-strabourg-et-marseille-petit-bilan-quantitatif-compare
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Figure 5 : Bilan de Carticipe Marseille. Source : données au 14/08/2014
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2010/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Figure 6 : Visualisation d’une proposition (rue de Paradis – Marseille). Source : Tournadre Anthony / Carticipe – Marseille
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2010/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search