Version classiqueVersion mobile

Des amateurs dans les médias

 | 
Benjamin Ferron
, 
Nicolas Harvey
, 
Olivier Trédan

Introduction générale

Texte intégral

LE JOURNALISME ET LES MEDIAS EN AMATEUR ?

  • 1 Le présent ouvrage repose principalement sur une sélection de communications tirée du colloque « M (...)

1Les pratiques amateur, foisonnantes et hétéroclites, restent largement méconnues alors qu’elles représentent bien souvent une part importante des pratiques culturelles d’une société comme la France [Donnat, 2011]1. De nombreuses monographies ont pourtant été consacrées par des chercheurs en sciences sociales aux pratiques artistiques et culturelles amateur, qu’il s’agisse de musique [Hennion 2000, 2003, 2004, Dubois, Méon, Pierru, 2009], de photographie [Bourdieu, 1965, Maresca, 2006, Gunthert, 2013], de théâtre [Mervant-Roux, 2004], de cinéma et de documentaire [Odin, 1999] ou encore de littérature [Poliak, 2006]. Cependant, l’étude scientifique des pratiques amateur en matière de journalisme et de médias d’information et de communication, principalement investie par des essayistes et des commentateurs de la vie publique [Gillmor, 2004, Keen, 2007], est restée jusqu’à présent à un stade embryonnaire. L’objectif de cet ouvrage est d’apporter une contribution à l’étude des relations complexes entre les univers professionnels et amateurs des médias et du journalisme, aux conditions historiques et sociales qui favorisent l’émergence d’espaces relativement autonomes de pratiques médiatiques et journalistiques en amateur, et aux interactions entre les acteurs du « journalisme amateur » et les objets de leurs pratiques de médiatisation des biens culturels.

UNE DOUBLE RELEGATION HISTORIQUE ET SOCIOLOGIQUE

2Depuis une trentaine d’années, les recherches historiques et sociologiques consacrées au journalisme et aux médias [voir Neveu, 2001, Rieffel, 2005, Chupin, Hube, Kacaf, 2012 pour des synthèses] ont largement concentré leur attention sur les conditions de genèse, d’autonomisation et de légitimation des univers « professionnels » qui, à partir de la fin du XIXe siècle [Schudson, 1978, Palmer, 1983, Ruellan, 1997, Chalaby, 1998, Delporte, 1999], ont favorisé la sédimentation progressive au sein de marchés du travail nationaux de représentations et de pratiques communes : d’institutions, de statuts et de groupes d’intérêt spécifiques, de normes, de discours et d’identités collectives [Gans, 1980, Tunstall, 1971, Marchetti, 1998, Le Bohec, 2000, Lemieux, 2000]. Si certains de ces travaux proposent des développements éclairants sur les relations entre les « professionnels » du journalisme et les « amateurs », ces derniers apparaissent néanmoins comme les parents pauvres de la recherche.

3Les journalistes amateurs sont en effet l’objet d’une première forme de relégation historique dans le monde académique : ils ne semblent susciter l’intérêt des chercheurs que dans la mesure où ils jouent un rôle dans les périodes qui précèdent la constitution d’un espace du journalisme professionnel.

4Si l’on se restreint au cas français, la presse du milieu du XIXe siècle concerne principalement quelques « amateurs éclairés », c’est-à-dire des personnes (fonctionnaires, notables, célébrités, écrivains, etc.) vivant majoritairement pour mais pas du journalisme. Pour eux l’activité journalistique est faiblement différenciée d’autres activités et constitue essentiellement un tremplin vers la sphère politique, administrative, artistique ou littéraire. Seules quelques centaines de personnes (directeurs de journaux, copistes, chroniqueurs ou informateurs) exercent le journalisme comme profession principale. Ce n’est qu’à partir de l’essor de la presse industrielle vers 1870-1880 que s’impose progressivement une conception du journalisme comme une activité à part entière. Ce processus de genèse d’un « marché du travail » va conforter un triple sentiment d’appartenance à une profession, à un journal et à un métier de l’information, et la fiction d’un univers journalistique homogène malgré les fortes disparités internes entre les métiers qui le composent [Delporte, 1999]. La période de l’entre-deux-guerres (1918-1940) apparaît de ce point de vue déterminante puisqu’elle voit la reconnaissance de la profession avec la création du syndicat des journalistes en 1918 et la définition d’un statut professionnel en 1935. Le travail institutionnalisé de définition de la profession et du « professionnalisme » (conditions de temps et de revenus, positions et tâches effectuées, période probatoire, droits des journalistes, instauration d’une carte d’identité professionnelle, etc.) conduit à la fermeture des frontières de l’espace journalistique et à la disqualification parallèle des formes marginales, dilettantes, amateur, du journalisme au nom de l’élitisme corporatiste porté par les associations professionnelles [Ruellan, 1997]. Dans les phases historiques postérieures à la Seconde Guerre mondiale, marquées par une professionnalisation croissante des métiers du journalisme et des médias, les journalistes amateurs semblent pour ainsi dire disparaître de la scène nationale, réduits à exercer leurs activités dans les univers moins légitimes de la presse locale ou dans des espaces sociaux marginaux – qu’on pense par exemple à la « presse parallèle » à partir des années 1960 [Chadaigne, 2002] ou encore aux « radios libres » à partir des années 1970 [Lefebvre, 2008].

5Une deuxième forme de relégation du « journalisme amateur » – sociologique – peut ainsi être observée dans la tendance des travaux sur le journalisme et les médias à s’intéresser principalement à des acteurs, des activités ou des titres qui occupent des positions élevées dans l’espace professionnel. L’excellence journalistique et le professionnalisme apparaissent à ce point imbriqués dans la structuration de la profession et les catégories de classements et de jugement des journalistes que l’expression même de « journalisme amateur » relèverait de l’oxymore. Rémy Rieffel propose ainsi une analyse du groupe de l’élite des journalistes et des dirigeants de l’information en France, qu’il définit par trois critères : leur statut professionnel, leur position au sommet des hiérarchies professionnelles et leur spécialisation dans des activités exigeant une prise de recul, une réflexivité à l’égard de l’actualité immédiate [Rieffel, 1984]. On peut également souligner le privilège systématique accordé par de nombreux observateurs du journalisme à des activités réputées « nobles », comme par exemple le « journalisme d’investigation » à l’affût des « scandales » et autres « affaires », alors même que les personnes engagées dans ces activités à haute visibilité médiatique ne représentent qu’une toute petite minorité de professionnels de l’information [Marchetti, 2000]. Ce privilège a pour envers une marginalisation des activités et rôles moins visibles ou moins prestigieuses qui font le quotidien des rédactions, qu’il s’agisse des producteurs d’informations eux-mêmes (comme les journalistes et correspondants de la presse locale [Frisque, 2002, 2010] ou les journalistes précaires [Accardo, 2007]), ou encore des ouvriers, techniciens et cadres des entreprises de presse [Brandewinder, 2009]. A fortiori, les activités bénévoles et/ou épisodiques de production et de diffusion médiatique d’information apparaissent dans cette perspective comme un objet d’étude secondaire. On peut enfin déplorer la tendance des recherches universitaires – qui risque selon Bastien François et Érik Neveu de laisser de vastes friches scientifiques [François & Neveu, 1995] – à privilégier les études sur la presse nationale écrite d’information générale et politique (dite « de référence »), au détriment d’autres médias comme la presse locale, les publications professionnelles ou encore certains supports audiovisuels qui n’occupent pas le haut du pavé du point de vue des chiffres d’audience ou des chiffres d’affaire. C’est un constat qui s’applique à l’étude des publications, dites « alternatives », « citoyennes », « participatives » ou du « tiers secteur », c’est-à-dire les médias d’information et de communication, souvent associatifs et bénévoles, dont l’organisation n’est pas celle d’une entreprise professionnelle publique ou privée [Atton, 2002, Downing, 2001, 2010, Ferron, 2004, 2007, Rodriguez, 2001, 2009]. Ces médias sont longtemps restées une terra incognita de la recherche universitaire, à l’instar, plus récemment, des outils d’auto-publication sur Internet comme les forums de discussion ou les blogs [Paldacci, 2006, Sedel, 2011, Trédan, 2012], sur lesquels cet ouvrage entend revenir.

6Cette double relégation historique et sociologique du « journalisme amateur » a conduit dans la majorité des cas les chercheurs à éluder dans leurs analyses ces pratiques et leurs acteurs, et, le reste du temps, à les étudier non pas pour elles-mêmes, mais comme des révélateurs des logiques de l’univers professionnel. Ce constat général souffre cependant, comme il sera vu ultérieurement, d’une série d’exceptions notables. Depuis la fin des années 1990, en effet, une multitude de travaux annoncent l’émergence (ou la ré-émergence), à une échelle de masse, de pratiques amateur de production d’information et de diffusion médiatique de biens culturels, un phénomène que des auteurs ont qualifié non sans ironie de véritable « culte » [Keen, 2007] ou encore de « sacre » de l’amateur [Flichy, 2010].

LA REVANCHE DES AMATEURS ?

7Le phénomène du « journalisme amateur » se présente tout à la fois comme un ensemble de pratiques et de discours sur ces pratiques.

  • 2 Nous nous basons ici sur la lecture d'une centaine d'articles publiés entre 1994 et 2013 contenant (...)

8Une recherche menée dans la presse francophone sur la période 1994-2013 permet de se faire une première idée non seulement de l’extrême hétérogénéité des réalités auxquelles renvoient des expressions comme « journaliste amateur » ou « média amateur »2, mais des divergences d’appréciation dans les jugements qu’ils suscitent chez les professionnels du journalisme et des médias. En effet, si le « journalisme amateur » est un objet de l’attention des observateurs de la vie publique, c’est d’abord et avant tout un objet de jugements : sa légitimité est constamment interrogée sur le registre de l’enthousiasme ou, au contraire, de la crainte.

9Les expressions sont ainsi employées par des journalistes professionnels en un sens péjoratif : dans une logique d’invective, elles servent à condamner des pratiques de collègues journalistes jugées peu « professionnelles » (vous travaillez comme des amateurs). Les expressions décrivent également, avec une condescendance bienveillante, les expériences de jeunesse de personnalités qui jouissent aujourd’hui d’une renommée médiatique (une star du show business, un élu local, un animateur de télévision qui ont « tâté du journalisme amateur » dans leur jeunesse, etc.). Elles peuvent renvoyer également à des activités secondaires de personnes exerçant une profession artistique (un grand écrivain américain qui participe à une association de « journalisme amateur », un chansonnier hollandais qui crée un centre de « journalisme amateur » pour « donner la parole à ceux qui ne l’ont pas » [Goannec, 2005], etc.)

10Ces expressions désignent aussi dans certains cas des pratiques « journalistiques » de personnes qui ne sont pas des journalistes professionnels, comme des blogueurs ou des intellectuels décryptant l’actualité. Dans ce cas, les appréciations portées sur ces pratiques divergent selon les locuteurs. Les uns soulignent en effet que le « journalisme amateur » constitue une « menace » pour le journalisme professionnel. Ces « pseudo-journalistes » renforceraient la précarité de la profession et les difficultés économiques du secteur de la presse. Blogueurs et journalistes professionnels seraient ainsi « entrés en guerre » selon un article de L’Express [Houth, 2013]. Si l’on en croit une députée UMP qui publie une tribune libre dans Valeurs Actuelles, ils feraient même peser un danger pour la sécurité nationale en publiant, à l’instar de l’équipe de Wikileaks, des informations classées secret-défense, menaçant dans le même temps le secret des sources par leurs activités irresponsables et, de surcroît, illégales [Grosskost 2011].

11Ces discours posent la question des relations qu’entretiennent ces producteurs amateurs de contenus médiatiques et les journalistes professionnels. Pour les uns, il s’agit essentiellement d’une relation de concurrence, constatée ou annoncée, perçue négativement comme menaçant à terme l’économie des médias d’information et la déontologie professionnelle des journalistes. Pour d’autres, à l’inverse, le « journalisme » amateur, également qualifié de « participatif » ou « citoyen », constituerait une réponse possible à la « crise de confiance » dont les médias de masse seraient aujourd’hui victimes.

12Rendu possible par des évolutions technologiques (par exemple les fonctions « photo » ou « vidéo » des téléphones mobiles [Sallet, 2003]), cette pratique offrirait une réponse est en quelque sorte double à la « crise » du journalisme. En donnant la possibilité à des témoins d’événements ou encore à des « citoyens reporters » désireux de publier des informations ou des points de vue qui n’apparaissent pas dans les structures journalistiques professionnelles, le fondateur du site Agoravox considère ainsi qu’il ne s’agit en rien d’un danger mais, à condition de respecter une certaine « éthique » de « transparence », d’un « complément aux médias généralistes et à la presse professionnelle » [Revelli, 2007]. Amateurs et professionnels de l’information évolueraient ainsi dans des sphères relativement indépendantes les unes des autres, soit en raison de l’absence de relations observables (ignorance, indifférence) soit en raison d’une relation complémentarité sans chevauchements (source d’information parmi d’autres)

13À cette fonction de revalorisation symbolique du journalisme professionnel s’ajoute dans certains discours une fonction de relance économique. Une dépêche de l’AFP publiée en 2005 signale ainsi que le portail Internet américain Yahoo ! a intégré les blogs à sa rubrique d’actualité : toute recherche d’information par mots-clés utilise alors les médias traditionnels indexés par le portail mais aussi des blogs et des sites d’archivage de photographies amateurs. Cette nouveauté répondrait à un impératif commercial : la « volonté de valoriser le journalisme amateur, sur fond de conquête de l’audience aiguisée par le rival Google » [AFP 11/10/2005].

14Si les blogueurs tiennent le haut de l’affiche dans ces discours sur le « journalisme amateur », d’autres pratiques journalistiques sont également abordées, souvent avec un angle plus compréhensif. C’est le cas par exemple de la vidéo amateur avec le portrait de ce vigneron qui « s’est mis au reportage amateur par ennui », un « loisir de fin de semaine » qui a progressivement « pris le pas sur son métier » [Le Garrec, 2006]. C’est également le cas de ce photo journaliste amateur, membre d’un club photo, qui reçoit le premier prix annuel d’un festival de photographie amateur du sud de la France [Sud-Ouest, 28/11/2011]. On trouve là des commentaires qui diffèrent du cas des « citoyens reporters » cités plus haut. En effet, ce qui fait la qualité de ces derniers (du point de vue des gestionnaires de sites « participatifs »), c’est un amateurisme pour ainsi dire ontologique et atemporel. À l’inverse, ce qui fait la qualité des productions vidéo ou photographiques de ces amateurs « passionnés », c’est leur capacité à valoriser progressivement des productions amateur appréciées selon les normes professionnelles du documentaire télévisé ou du photojournalisme. Il s’agit de personnes qui ne sont présentées par les journalistes professionnels ni comme des amateurs « par accident », ni placées dans une logique éventuelle de professionnalisation, mais comme évoluant dans une sphère relativement distincte qui leur apporte toute satisfaction.

15La comparaison des jugements de valeur portés sur ces cas éclaire les enjeux que soulève le « journalisme amateur » pour les professionnels de l’information : ces pratiques font généralement l’objet de débats récurrents et de vives polémiques dans la presse, interrogeant la capacité et la légitimité des « citoyens lambda » à devenir « tous journalistes » [Libération, 2005] ou « tous photographes » [Télérama, 2013]. A l’inverse, dans les cas du vigneron documentariste ou du photojournaliste amateur traités par des journaux de la presse locale, ces pratiques et leurs acteurs sont présentés comme étant « à leur juste place » – ils ne sont pas perçus comme cherchant à empiéter sur le domaine réservé des professionnels.

16Ce rapide tour d’horizon du traitement journalistique du « journalisme amateur » montre que les discours sur ce dernier oscillent entre deux perceptions dominantes de leur objet, qui se retrouvent largement dans la littérature académique que nous avons pu consulter.

17La première figure du « journaliste amateur » renvoie à un témoin d’événements qui participe à sa médiatisation, c’est-à-dire des personnes qui se trouvent sur place au moment par exemple d’une catastrophe naturelle, d’un attentat, d’une manifestation de rue ou de tout autre événement qu’elles jugent digne d’intérêt, alors les journalistes n’y sont pas ou n’en parlent pas [Flichy, 2011]. Sans en avoir l’intention préalable, ces personnes enregistrent des informations que des journalistes professionnels peuvent utiliser par la suite, comme par exemple des sons et des images au moyen d’un appareil photographique, d’une caméra vidéo ou d’un téléphone portable [Gunthert, 2009]. Sur une page intitulée « Devenez journaliste citoyen », le site Agoravox lance ainsi un appel aux visiteurs : « Vous êtes témoin d’une scène incroyable que vous photographiez ou filmez grâce à votre téléphone portable. Envoyez-les au premier ‘ média citoyen’ ». Le vocable du « journalisme citoyen » est ainsi mobilisé de façon récurrente pour désigner ces pratiques.

18Si l’on en croit la définition de Jay Rosen, professeur de journalisme à l’université de New York et grand prédicateur du « journalisme citoyen », celui-ci apparaît « lorsque des gens, considérés auparavant comme faisant partie du public, utilisent les outils de presse qu’ils ont en leur possession pour s’informer les uns les autres » [Rosen, 2008]. Les chercheurs britanniques Stuart Allan et Einar Thorsen proposent ainsi une généalogie du phénomène depuis le milieu des années 1990. Selon eux, le journalisme citoyen – diversement étiqueté journalisme de la base (grassroots journalism ), open source, participatif, hyperlocal, distribué, en réseau, ou « contenu produit par les utilisateurs » (user-generated content ) – « transforme ce qui était auparavant considéré comme le domaine exclusif du professionnel » [Allan, Thorsen, 2009 : 18]. Ils comparent cette évolution à l’arrivée d’Internet auprès du grand public en 1994-1995, qui a d’abord provoqué un mouvement d’hostilité chez les journalistes professionnels, avant d’être unanimement célébré par la profession. La médiatisation d’une série de crises a joué un rôle moteur dans ce processus, depuis le tremblement de terre en Californie en 1994, jusqu’aux attentats de Londres et l’ouragan Katrina en 2005. Les auteurs soulignent ainsi l’existence d’un processus de légitimation progressive de ces formes d’intervention citoyenne dans l’espace public médiatique. La publication de l’essai We the media en 2004 par Dan Gillmor a constitué de ce point de vue un moment fort en offrant des outils d’interprétation et de légitimation de ces pratiques dites « citoyennes » du journalisme [Gillmor, 2004]

19L’acceptibilité sociale du phénomène reste cependant un objet constant de luttes. Le journaliste photographe britannique Pete Jenkins exprime ainsi, sous la forme d’une provocation, son exaspération face à la normalisation de l’usage du terme de « journalisme citoyen », dans un courrier à la Press Gazette, après la mise en place d’un « prix du journalisme citoyen » par cette revue en ligne : « il s’agit probablement de récompenser des gens qui ont eu assez de chance (ou de malchance) de se trouver pris dans telle ou telle catastrophe, et de posséder incidemment un téléphone mobile équipé d’un appareil photo, ou quelque chose m’a échappé ? Quelqu’un pourrait-il m’expliquer où se trouve le journalisme là-dedans ? » [Press Gazette, 2006]. C’est avec une perspective critique et des inquiétudes très semblables que l’essayiste américain Andrew Keen considère le journalisme citoyen comme un euphémisme pour « du journalisme par des non-journalistes », et estime que cette pratique est une menace sérieuse non seulement pour la qualité de l’information, mais pour la démocratie, et toute l’économie de la culture [Keen, 2007]. Dans l’extrait d’entretien cité en exergue de cette introduction, l’ancien directeur du CSA Jean-Pierre Cotteret exprime également son inquiétude face aux « dérapages » que pourrait susciter le sentiment que « Monsieur tout le monde » peut se sentir autorisé à « jouer au journaliste » sur Internet [L’Express, 2006]. Pour André Gunthert, le « journalisme citoyen » relèverait largement d’un mythe entretenu par les journalistes professionnels eux-mêmes [Gunthert, 2013].

20Selon Mark Deuze, trois points de vue doivent être considérés dans ces débats. Premièrement, du point de vue de l’industrie des médias, le journalisme citoyen peut être vu comme un moyen de produire des informations et des opportunités commerciales à un coup faible ou nul, en utilisant le travail gratuit de citoyens-volontaires. Deuxièmement, du point de vue de la contribution des publics à ces dispositifs, le phénomène peut être vu comme l’expression d’un engagement envers la société extrêmement individualisé, voire solipsiste. Enfin, un point de vue plus optimiste pourrait y voir l’apparition d’une culture de convergence [Jenkins, 2013] où des reporters professionnels et des citoyens engagés contribueraient à la co-création d’une sphère publique à l’intérieur de leurs communautés de référence. Selon lui, l’avenir du journalisme citoyen semble ainsi se dessiner autour d’une alternative : soit « établir les idéaux du journalisme et de la démocratie, en permettant aux citoyens de s’autogouverner », soit « accentuer la fragmentation sociale de la société entre une quantité innombrable de sphères publiques individualisées » [Deuze, 2009 : 263].

21La deuxième approche dominante du « journalisme amateur » dans la littérature scientifique renvoie précisément, non pas à des journalistes « par accident », mais à des groupes organisés qui produisent intentionnellement des discours, des contenu, des informations destinées à être médiatisées, soit parce qu’ils sont transmis à des journalistes professionnels dans le but d’infléchir leur traitement de l’information dans un sens favorable aux intérêts de ces groupes, soit parce qu’ils sont publiés directement sur des supports, parfois artisanaux, adaptés à cet usage (journaux « alternatifs », chaînes de radio ou de télévision associatives, sites internet d’information militante, etc.). L’exemple du réseau de Centres de médias indépendants (Indymedia) créé en 1999 pour couvrir les manifestations anti-OMC à Seattle à partir d’un système de « publication ouverte » en fournit un exemple étudié à de nombreuses reprises [Kidd, 2003, Juris, 2004, Salter, 2009]. Plus généralement, les travaux sur les médias dits « alternatifs » [Atton, 2002, 2004] ou « radicaux » [Downing, 2001, 2010] – et plus généralement ce qu’on peut appeler le « médiactivisme » [Cardon & Granjon, 2010] – offrent des outils théoriques pour penser ce type de « journalisme amateur ». Ils illustrent la multiplicité des instruments techniques, des formes de communication et des acteurs engagés dans la production et la diffusion de contenus journalistiques amateur dans un objectif de « changement social » [Gumucio-Dagron, Tufte, 2006]. La presse alternative et les « reporters indigènes », grâce notamment aux technologies aujourd’hui disponibles sur Internet qui permettent la diffusion non seulement de textes, mais d’images, de son et de vidéo [Blondeau, 2007], contribueraient en effet à subvertir les normes dominantes de production de savoir et les hiérarchies consacrées d’accès aux médias [Atton, 2003]. De ce point de vue, il conviendrait pour certains chercheurs de ne pas réduire ces médias à leur opposition aux médias professionnels et commerciaux qui dominent le paysage médiatique, car leur véritable effet ne se fait pas sentir dans leur capacité à menacer les grands monopoles de l’industrie de la presse, mais dans leur pouvoir de transformation des représentations collectives et des affects de ceux qui les manipulent [Rodriguez, 2001, 2009, 2011]

22Cependant, une des limites de ces travaux est qu’ils adoptent la plupart du temps (explicitement ou implicitement) un cadre normatif, ayant pour effet soit de les célébrer comme des instruments révolutionnaires au service de « l’autonomie » des groupes mobilisés [Langlois, Dubois, 2006], soit de les discréditer comme des jeux sans réelles conséquences [Comedia, 1984]. Les auteurs mobilisent peu en général le vocabulaire de l’amateurisme, qui fournit un éclairage original à la fois sur les processus de production, de diffusion et de réception médiatique de leurs contenus, mais aussi sur les propriétés sociales des univers dans lesquels ils sont produits et des acteurs qui les composent.

23Cette opposition entre une vision du « journalisme amateur » comme « journalisme citoyen » d’un côté, dominée par la figure du témoin, et comme « journaliste alternatif », d’un autre, dominé par la figure du militant, ne doit cependant pas être naturalisée. Elle fait au contraire l’objet de luttes collectives entre les groupes qui mobilisent ces étiquettes et ceux qu’elles désignent. Dans certains cas, comme aux États-Unis, la question a fait l’objet d’un processus de politisation autour du statut juridique de ces activités :

« Juxtaposer le mot ‘ citoyen’, avec ses qualités afférentes de conscience civique et de responsabilité sociale, avec celui de ‘ journalisme’, qui renvoie à une profession particulière, pour décrire un journalisme en ligne et numérique fait par des amateurs, souligne le lien entre la pratique du journalisme et ses relations à la sphère politique et publique. Le journalisme amateur, d’un autre côté, situe le journaliste amateur dans le champ journalistique et l’implique dans la réification du champ, ses règles afférentes et sa logique pratique. L’expression ‘journalisme alternatif’, d’un autre côté, est contre-hégémonique et situe le journaliste alternatif en le juxtaposant aux médias dominants et commerciaux, leurs valeurs et leur idéologie ». [Deutsch, Radsch, 2012]

24En résumé, les travaux menés sur le « journalisme amateur » ont eu tendance à cumuler deux biais analytiques. Le premier est la montée en généralité visant à saisir le « journaliste amateur » comme une figure idéal-typique à qui l’on prête certaines compétences (ou incompétences), certaines intentions et traits de personnalité, au risque de gommer non seulement l’extrême diversité des pratiques et des acteurs que ce terme recouvre mais les conditions sociales de possibilité de leurs pratiques. Le deuxième biais consiste à penser les relations amateurs/professionnels sur un mode normatif, soit en reprenant les craintes des professionnels vis-à-vis des menaces que ferait peser l’accès de profanes à l’univers professionnel (schème de la concurrence), soit en prônant à l’inverse une démarche visant à saisir « l’amateur » dans sa singularité, indépendamment des représentations que les professionnels se font de lui, reprenant cette fois les discours d’un certain nombre de ces amateurs eux-mêmes (schème de l’indépendance). On voudrait ici montrer l’intérêt qu’il y a réfléchir sur ce phénomène en évitant ces deux biais, c’est-à-dire en appréhendant à partir de terrains spécifiques, sans généralisations hâtives, et en considérant la relations entre amateurs et professionnels non pas comme un problème à résoudre mais comme un fait social à examiner à la fois en tant qu’un ensemble de relations objectivables et de discours sur ces relations.

DEFINIR RELATIONNELLEMENT LE JOURNALISME ET LES MEDIAS AMATEUR

25Qu’est-ce qu’un amateur ? Au lieu d’être l’étape sur laquelle se construit la réflexion, la définition de l’objet constitue en elle-même l’une des principales problématiques qui surgit quand est mobilisée la notion d’amateur. Appliquée au journalisme, la définition d’amateur pose de nombreux problèmes. Comme le remarque Roger Odin, « le sens du mot amateur fuit de tous côtés. Non seulement le mot amateur saute constamment d’un axe sémantique à un autre – de l’axe du rapport à l’espace professionnel à l’axe du positionnement psychologique (du Sujet) – mais ces axes se subdivisent eux-mêmes en de multiples systèmes d’opposition » [Odin, 1999 : 47].

26Considérant la polysémie du terme comme bénéfique pour la recherche, les contributions réunies dans cet ouvrage proposent d’étudier successivement ces deux axes, en les appliquant au « journalisme amateur » (du côté de la production de contenus ou de médias) et de la diffusion médiatique amateur des biens culturels (du côté de la réception, de la « consommation active » de contenus ou de dispositifs de médiation).

27De manière non exhaustive, nous pouvons évoquer quelques critères normatifs utilisés pour distinguer le journaliste amateur du journaliste professionnel : la reconnaissance institutionnelle de la profession, la nature du travail rédactionnel, les espaces et les temps de sociabilité ou encore la rémunération. Toutefois, des zones grises apparaissent lorsque l’on cherche à rendre opératoire ces critères. Elles rappellent que l’opposition entre professionnel et amateur reste avant tout une construction historique et sociale [Ruellan, 1997]. Devrait-on nécessairement penser les activités du professionnel et de l’amateur sur les registres universels de la complémentarité ou de l’opposition, ou bien étudier empiriquement les cas où des relations singulières se nouent entre ces catégories d’acteurs ? Qu’est-ce qui se joue exactement dans les espaces de production des médias et du « journalisme amateur » ? L’analyse des formes de coopération et de luttes entre ces acteurs, de la nature du travail qu’ils réalisent, du degré d’autonomie des espaces de relations où se définissent leurs rôles s’avère féconde. Il ne s’agit donc pas de chercher à imposer un statut a priori, mais d’identifier les motifs d’un engagement respectif des professionnels et des amateurs de médias.

28Le second axe que nous avons distingué est celui du positionnement des sujets par rapport aux objets de leurs pratiques. L’amateur peut ainsi être entendu comme celui qui est « attaché » à quelque chose. Cette perspective implique un déplacement du regard qui n’est plus centré ni sur le pratiquant ni sur l’objet pratiqué, mais sur le rapport entre les deux. L’amateur semble alors se caractériser par le fait qu’il est actif, réflexif.

29La proposition pragmatique d’une sociologie des attachements invite ainsi à définir l’amateur non par un statut ou une position dans l’espace social mais comme le résultat d’un processus qui combine « le rapport à l’objet, l’appui sur un collectif, l’entraînement de soi, la constitution d’un dispositif technique (compris au sens large d’ensemble plus ou moins organisé de conditions favorables au déroulement de l’activité ou de l’appréciation) » [Hennion, 2004 : 11]. Cette conception est un appel à s’intéresser in fine aux médiations qui conditionnent l’activité de l’amateur. Dans le cas des médias, il lui est offert de multiples manières de s’impliquer. Viennent à l’esprit le courrier des lecteurs [Hubé, 2008], le dépôt de commentaires, de billets sur les sites de titre de presse [Canu, Datchary, 2010], la participation à une association d’usagers à des groupements associatifs ou militants produisant des médias ou un soutien à l’entreprise de presse en en devenant actionnaire [Szczepanski, 2009].

30L’étude croisée des relations entre ces deux axes ouvre des perspectives de recherche stimulantes. La sociologie des champs de production symbolique [Bourdieu, 1979, 1996, 1998] permet ainsi à des auteurs de comprendre relationnellement les conditions sociales de production des pratiques amateur, en étroite interdépendance avec les logiques de consécration des champs professionnels. La sociologie de la médiation ouvre pour sa part une autre perspective de recherche centrée davantage sur les relations entre les individus et les objets de leurs pratiques en amateur, et cherche à saisir le plus finement possible la manière dont l’amateur se réalise à travers elles [Hennion, 2009]. Si les premiers reprochent aux seconds de ne procéder qu’à des rationalisations savantes des subjectivités indigènes – le goût ne faisant pas nécessairement la pratique [Dubois, Méon, Pierru, 2009] –, les seconds critiquent le « déterminisme sociologique » des premiers et leur manque de prise en compte des interactions construites entre des acteurs toujours réflexifs sur leurs pratiques [Becker, 1988, Hennion, 2009]. On peut néanmoins se demander dans quelle mesure ces approches sont complémentaires ou contradictoires. Peut-on étudier les conditions de production des pratiques sans observer ce qui se joue dans la pratique elle-même ? Peut-on se focaliser sur l’attachement « en situation » des sujets à l’objet de leur pratique sans prendre en compte les conditions sociales de possibilité de cet attachement ?

31Dans un ouvrage consacré aux écrivains amateurs en France, la sociologue française Claude Poliak met ainsi en évidence l’existence d’un univers relativement autonome de l’écriture littéraire en amateur [Poliak, 2006]. Cet univers social est structurellement dominé de l’extérieur par les logiques du champ littéraire professionnel : celui des « grands auteurs », des « grands livres » et des « grandes maisons d’édition ». Cependant, il dispose d’une autonomie relative, par exemple des systèmes de valeur originaux (genres, styles), des quasi-instances de formation interne (les ateliers d’écriture) ou des rituels de consécration propres (les concours de nouvelles). Cette autonomie relative permet aux agents dont les relations structurent ce sous-univers – les écrivains et les éditeurs amateurs, les organisateurs d’ateliers d’écriture ou de concours d’écriture – de s’investir durablement dans un « simili-champ » littéraire. D’après la chercheuse, ce simili-champ fonctionnerait sociologiquement comme un espace de compensation visà-vis du champ littéraire « légitime ». Les acteurs dominants considèrent en effet généralement avec le plus grand dédain ces écrivains « ratés », bien que certaines passerelles avec l’univers des amateurs puissent être observées occasionnellement. La sociologue oppose ainsi les écrivains amateurs (non lus) aux « professionnels » (lus). Elle explique cependant le maintien de ces écrivains dans cet univers – qui ne cherchent pas tous, loin de là, une consécration littéraire – par les rétributions multiples que leur apporte l’écriture en tant que telle, notamment la consolation qu’apporte le fait de pouvoir imiter les activités du champ littéraire légitime sans disposer des ressources permettant d’y avoir accès.

32Dans quelle mesure ce cadre analytique permet-il de comprendre le « journalisme amateur » ? C’est à cette question que s’attachent à répondre les trois premières contributions de cet ouvrage, qui examinent les luttes de légitimité journalistique et les processus d’autonomisation de la production amateur d’information. Simon Smith (chapitre 1) analyse ainsi une situation historique tout à fait singulière durant laquelle les hiérarchies habituelles en matière légitimité journalistique sont pour ainsi dire inversées. Dans la Tchécoslovaquie communiste des années 1980, les producteurs amateurs de petites publications indépendantes, les Samizdat, jouissent alors d’une réputation et d’un enthousiasme des lecteurs sans commune mesure avec ceux de la presse officielle, largement discréditée en raison de son rôle dans la diffusion de la propagande gouvernementale. Benjamin Ferron (chapitre 2) explore quant à lui, à travers l’exemple d’un réseau de « médias alternatifs » à Mexico, le processus à travers lequel se constitue et se stabilise un sous-espace du militantisme politique au Mexique, consacré à la production de médias au service de mobilisations politiques, qui en vient de plus en plus à fonctionner comme un univers relativement autonome structuré autour de rapports de forces et d’enjeux spécifiques. Pour finir, Samuel Bouron (chapitre 3) a pu observer la socialisation et le processus de professionnalisation de deux catégories de journalistes précaires, les correspondants locaux et les stagiaires dans la presse quotidienne régionale. Bien que les correspondants locaux ne soient pas statutairement des journalistes professionnels, certains ont comme ambition d’accéder à la profession et le « journalisme amateur » constitue une porte d’entrée presque obligatoire pour plusieurs d’entre eux. Les contributions de cette première partie soulignent ainsi, tout en le discutant, l’intérêt analytique de cette approche en termes de « champs » et certaines de ses limites, notamment les difficultés à appréhender le fait que des espaces de production amateur peuvent jouir dans certaines circonstances historiques d’une plus grande légitimité politique et culturelle que le champ médiatique professionnel (Smith), le fait que la construction de ces univers médiatiques « alternatifs » ne s’opère pas exclusivement en référence au champ journalistique professionnel, mais également à d’autres champs de production symbolique comme le champ politique (Ferron) ou encore le fait que dans le cas des jeunes journalistes de la presse locale il peut s’agir d’une étape dans la trajectoire professionnelle et non d’un enfermement dans l’univers de l’amateurisme (Bouron).

33En partant des contraintes économiques, des représentations, des luttes symboliques à l’œuvre dans ces univers, la deuxième partie s’intéresse à la double tendance de l’entrée de praticiens amateurs dans un espace professionnel et une professionnalisation des amateurs au gré de l’extension du territoire journalistique. Plus précisément, l’articulation journaliste/amateur semble pouvoir s’analyser selon une double perspective contradictoire : une dynamique d’expansion au fur et à mesure que de nouveaux espaces de « niches » émergent et une logique de clôture de l’espace professionnel par la mise à distance de la figure de l’amateur. Cette contradiction apparente peut constituer une piste de réflexion pour interroger l’évolution du système médiatique à ses marges. En partant du principe que les dispositifs socio-techniques orientent les amateurs comme ils orientent les professionnels, leur attribuent des pouvoirs et des savoirfaire, l’approche consistant à observer les relations entre des « passionnés » et l’objet de leur passion permet ainsi de mieux cerner leur logique de fonctionnement. Quelles représentations des amateurs produisent et véhiculent-ils ? De quelle manière les amateurs sont-ils intégrés dans le dispositif ? Sont-ils associés à des professionnels, le cas échéant ? S’inspirant d’un cadre théorique inspiré des Science and Technology Studies (STS), Philippe Ross (chapitre 4) a étudié le processus par lequel s’affrontent différents types de légitimités de l’expertise dans une entreprise de logiciels éducatifs, où la connaissance profane du public peut rivaliser avec une expertise technique. La prise en compte dans le processus même de production des médias de la logique des « forums hybrides » [Callon, Lascoumes, Barthes, 2001] est un phénomène remarquable : elle tend à légitimer chez les professionnels des médias le point de vue des usagers amateurs, qui est ainsi constitué en enjeu pratique. Jérôme Gastambide (chapitre 5) analyse de son côté en détail comment des pratiques individuelles issues de groupes de pairs passionnés de musique en viennent à se construire en activités « sérieuses », non seulement pour les producteurs de commentaires musicaux qui y cherchent une forme de légitimation mais une partie des professionnels de l’industrie musicale. Manuel Dupuis-Salle (chapitre 6), en étudiant les blogs de cinéma, s’intéresse dans une perspective comparable aux liens entre amateurs et professionnels, où les rapports de force ne sont pas unidirectionnels. Les entreprises cinématographiques ont intérêt à ce que les blogs spécialisés couvrent les sorties en salle et de DVD. Une série de rétributions symboliques, matérielles et pécuniaires, peut alors être faite afin que ces blogs publicisent ces films. À l’opposé, des sanctions symétriques peuvent être effectuées si la critique est désavantageuse ou si une sortie est occultée. Ces blogueurs doivent ainsi faire face à des problèmes éthiques, analogues à ceux rencontrés dans la profession journalistique. Enfin, Olivier Trédan (chapitre 7) s’intéresse à l’éclosion des blogs BD. Cet univers a émergé au gré d’une appropriation du blog et d’une intégration des contraintes du format de publication : des dessinateurs amateurs mettent en scène leur quotidien sous la forme de planche à dessin. Cet univers s’est développé au-delà des frontières d’Internet, où les blogueurs les plus reconnus ont pu publier des albums « matériels » et où un festival permet aux dessinateurs amateurs de rencontrer leur public.

Notes

1 Le présent ouvrage repose principalement sur une sélection de communications tirée du colloque « Médias, amateurisme et journalisme » organisé par le Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE, UMR 6051) qui s’est déroulé les 18 et 19 mars 2010 à la Maison des sciences de l’homme de Bretagne. À ces communications, qui ont été réécrites par les auteurs, se sont ajoutés trois autres chapitres.

2 Nous nous basons ici sur la lecture d'une centaine d'articles publiés entre 1994 et 2013 contenant un des mots clés suivants : < journalisme amateur >, < journaliste(s) amateur(s) >, < média (s) amateur > (source : Europress).

© Presses des Mines, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search