Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie, mode mineur

 | 
Rémy Catherine
, 
Denizeau Laurent

Deuxième partie. Variations ethnographiques en mode mineur

Le social au-delà du partage

Réflexions sur la notion de présence et le mode mineur à partir d’une enquête sur le rapport à la mort

Yannis Papadaniel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION : LA MORT ET SES AMBIVALENCES

L’anthropologie a souvent appréhendé la mort au prisme de la ritualité funéraire. La plupart des travaux – les plus anciens comme les plus récents (Hertz, 1905 ; Durkheim, 1912 ; Malinowski, 1955 ; Thomas, 1975 ; Maurice Bloch & al., 1982 ; Baudry, 1999 ; Déchaux 2000 ; 2001) – retiennent le « potentiel déstabilisateur » de la mort et la façon dont les survivants cherchent à le neutraliser pour préserver le collectif ou les individus de l’anomie ou du chaos1.

Très tôt, Jack Goddy (1962) a pourtant tenté de démontrer que cette trame n’épuisait pas le sujet2. Il s’en est remis à l’ambivalence freudienne entre pulsion de mort et pulsion de vie (Freud, 1996 [1920], p. 310)) qu’il a refaçonnée à l’échelle de l’anthropologie, à partir de l’étude des politiques de succession familiale au Ghana. Il a illustré ainsi comment la mort peut offrir l’opportunité de s’élever dans la hiérarchie sociale (par l’acquisition de biens symboliques ou matériels). D...

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540