Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Troisième partie. Quel retour du citoyen à partir de la gestion des odeurs?

Chapitre 9. La gestion des odeurs : entre perceptions et objectivations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est apparu qu’il était nécessaire de replacer le citoyen et ses perceptions dans la perspective des expériences qu’il faisait au cours du XXe siècle et dans la période contemporaine. Il s’agit notamment de le repositionner par rapport à la problématique de cette partie, à savoir la concertation en matière environnementale. Cela amène à se pencher sur les pratiques des gens à faire usage – individuellement – de leurs sens pour percevoir la pollution atmosphérique. Ce rapport phénoménologique – à la lumière des entretiens et des observations récoltées sur le cas des vigies en région wallonne ou lyonnaise – doit être sérieusement mis en question. L’hypothèse peut être faite qu’il existe bien un rapport phénoménologique aux odeurs (c’est-à-dire une expérience avec cette entité invisible qui produit des connaissances et qui modifie l’action individuelle), mais ses conséquences sociales (sociotechniques) sont incertaines. L’enjeu consistant à objectiver les nuisances odorantes porte su...

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540