Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Troisième partie. Quel retour du citoyen à partir de la gestion des odeurs?

Introduction à la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’apparition de jurys de nez, des personnes recrutées pour sentir l’air et rapporter leur ressenti, est révélatrice d’un important changement dans la conception du rapport à la qualité de l’air. Les odeurs, longtemps discréditées au profit de la « vraie pollution »1, constituent dans les années 1970 de simples gênes dont il faut s’accommoder. La pollution se mesure alors exclusivement à l’aide d’appareils techniques produisant des données chiffrées et supposées objectives. Le nouvel intérêt pour les nuisances odorantes, dès les années 1990, consacre un retour au sensible dans la gestion de la pollution de l’air. Les odeurs générées par les industries ou autres activités sont susceptibles de devenir des nuisances odorantes lorsqu’elles entrainent des gênes olfactives chez les riverains. La manifestation de ces nuisances passe alors essentiellement par des plaintes. S’intéresser aux odeurs revient ainsi à attribuer de l’importance au ressenti des individus. Mais le rapport aux odeurs ...

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540