Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Deuxième partie. Vers la pollution invisible et la société informationnelle : les arènes publiques (1960-2000)

Chapitre 6. L’organisation de la mesure confrontée au territoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’air envisagé tout au long de ce livre est l’air ambiant, dans lequel se reconnaissent des individus ou des collectifs comme étant exposés. Il est à noter, comme cela a été montré, que cette atmosphère entourant des individus et des groupes était historiquement prise en considération d’un point de vue de scènes locales. Pourtant, nous éprouvons l’air d’une autre manière depuis qu’il est entré dans l’actualité à travers la publicité ménagée aux indices atmosphériques globaux dans la presse, dans les réseaux officiels, à la télévision, etc. La pratique de l’habitant s’est trouvée changée à partir du moment où se mettait en place une société de l’information nourrie notamment par l’expertise en matière de pollution de l’air. Des citadins n’hésitent pas à se renseigner sur l’information disponible sur la pollution de l’air dans tel quartier urbain avant d’acheter un appartement. Cette disponibilité de l’information sur la qualité de l’air a généré de nouvelles pratiques.

L’information a...

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540