Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Deuxième partie. Vers la pollution invisible et la société informationnelle : les arènes publiques (1960-2000)

Introduction à la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’à présent, nous avons décrit des scènes locales d’émergence de la mesure et de la régulation de la pollution atmosphérique en insistant sur les ouvertures que représentaient l’agenda national, et surtout sur la capacité des municipalités ou des scientifiques locaux à s’inspirer d’autres expériences locales, comme c’est le cas dans le domaine de l’hygiène au tournant du XXe siècle et au-delà [Frioux, 2013c]. Nous avons évoqué brièvement le rôle de Paris et les mutations survenues au tournant de 1960 avec la promulgation de la loi sur l’air en 1961. Nous revenons ici sur cet investissement important d’énergie de certaines administrations, de certains scientifiques et de certains élus dans l’air, considéré cette fois comme un champ professionnel, un domaine d’action public, ou encore une question d’actualité. En l’espace de 10 ans, la France se dote d’organisations consacrées à la pollution de l’air comme l’Association pour la Prévention des Pollutions Atmosphériques, le Centre I...

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540