Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Partie 1. L'âge du sensible : les habitants et les pollutions atmosphériques

Chapitre 3. Des mesures à l’essai : Lacq, Toulouse et le Chambon-Feugerolles (1957-1965)

Texte intégral

1L’une des préoccupations principales dans les années 1950 en France, porte sur la pénétration, dans les milieux administratifs et techniques, de la notion de pollution pour qualifier des effluents toxiques dans l’air, et l’objectivation du ressenti par le détour d’instruments de mesure techniques. Cette époque d’exploration des possibilités techniques de calibration de la pollution, à un stade embryonnaire de la concertation, est également significative de la mesure des manques en matière d’information des décideurs et de la population sur la question au niveau local. Le smog de Londres de décembre 1952, épisode de brouillard et d’inversion de température piégeant le dioxyde de soufre dans l’atmosphère urbaine, responsable de plusieurs milliers de morts [Thorsheim, 2006], aura une répercussion nationale. Comme le confirment les chapitres précédents, l’histoire française de la pollution de l’air est autant cadrée par le niveau national qu’elle est influencée par des initiatives locales. Elle est faite de la création de structures pérennes mais également d’initiatives sans lendemain immédiat, rythmées par l’installation d’une usine de désulfurisation du gaz naturel à Lacq en 1957 et les précautions prises en termes de pollution de l’air alentour, ou bien par la création le 27 juin 1958 de l’Association pour la Prévention des Pollutions Atmosphériques, dont les comités régionaux rencontreront un terreau local prêt à solliciter la mesure technique. Dans ce chapitre, nous abordons les initiatives où s’essaie la mise en place des instruments et des réseaux socio-techniques de mesure de la qualité de l’air.

2Nous nous intéressons à des initiatives locales dans lesquelles se testent des instruments et des réseaux socio-techniques, pour quantifier les atteintes faites à la population par les fumées, les odeurs, etc. Il s’agit de Lacq, de Toulouse et du Chambon-Feugerolles, à partir de 1957 et jusqu’en 1964. À cette dernière date, est créé un groupe de recherche sur la pollution de l’air à l’INSERM à Toulouse, alors que 1963 marque la fin de l’expérimentation de la mesure de la qualité de l’air débutée en 1960 dans le département pilote de la Loire. En outre, du 24 juin au 1er Juillet 1964 se tient une conférence internationale au Conseil de l’Europe à Strasbourg, à laquelle les Français participent en masse. Elle représente un moment important de structuration du milieu et notamment de l’association entre administration et université. Enfin, 1965 voit les progrès du projet Pollution atmosphérique au sein de l’AFNOR pour normaliser et standardiser les instruments de mesure de la pollution de l’air et notamment l’appareil Soufre-Fumées (Nous rendons compte de ce milieu de l’expertise au chapitre 5).

CALIBRAGE, STANDARDISATION ET DIFFUSION DES INSTRUMENTS DE MESURE

3Il ne suffit pas à des laboratoires et des disciplines scientifiques de se porter sur de nouveaux objets, pour donner naissance à un nouveau secteur d’attention publique, et in fine une mise sur agenda nouvelle. Il existe des recherches sur les fumées et les poussières depuis longtemps en France et déjà en 1947 le CERCHAR avait monté un laboratoire d’étude des poussières dans l’air [Cassini et al., 2007]. En juillet 1954, sous l’impulsion de René Truhaut, un toxicologue, est créée une section sur l’étude des pollutions de l’air au sein de l’Union Internationale contre le Cancer. On peut estimer que d’autres initiatives ont vu le jour, plus ou moins soutenues par l’université et les centres de recherches. Ces initiatives sont le fait d’une convocation plus ou moins forte d’hygiénistes, pharmaciens et médecins, par les collectivités territoriales ou les firmes industrielles. Dans l’écho qui est fait au smog de Londres, elles ressaisissent l’activité des années d’entre-deux-guerres en matière de pollution de l’air.

4Mais si la catastrophe de Courrières a pu être un lieu de cristallisation du démarrage des recherches sur les poussières, et encore pas les poussières rejetées par les mines dans l’atmosphère des villes, une nouvelle phase de montée en puissance de la pollution de l’atmosphère comme thème public démarre au milieu des années 1950. Fin 1955, lors de la conférence inaugurale de la session d’enseignement 1955-1956 du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), intitulée « La Pollution atmosphérique, ses sources, ses dangers », le Dr André Salmont, titulaire de la chaire de sécurité sociale, s’exprime ainsi :

  • 1 André Salmont, La Pollution atmosphérique, ses sources, ses dangers, Paris, CNAM, 1956, p. 22. On (...)

« Déjà les pouvoirs publics, le Préfet de Police à Paris et les Municipalités des grandes villes, s’émeuvent devant l’étendue des risques que la pollution fait courir aux populations. Il importe donc que sur le plan local ou régional, soient résolues toutes les questions posées par toutes les formes de la pollution de l’air. Il s’agit là d’un problème de première importance qui intéresse l’hygiène et la sécurité des individus ainsi que leur environnement ; à vrai dire si ce problème est immense en raison de l’ampleur des sujets qu’il embrasse, il faut avant tout rester conscient de son urgence. »1

5Quelques mois plus tard (16 mars 1956), une journée sur « La Pollution de l’air et ses méfaits » est organisée, toujours au CNAM, par la Société de Pathologie Comparée. Les actes, publiés en 1957, font état d’un projet de création d’une Association dite « Pour l’Air Pur », (Secrétaire général : Docteur Louis Groll). Dans ces colloques, comme dans les articles de la littérature jusqu’au début des années 1960, l’accent est mis sur le calibrage et l’harmonisation nécessaires des procédés physiques de mesure [Détrie, 1965].

6Les appareils qu’on place à proximité des sources d’émission sont essentiellement des appareils dits Soufre-Fumées, qui mesurent les particules dans l’air et les composés soufrés. Ils héritent de la période précédente un accent mis sur ce qui est sensible, que ce soient les fumées ou les odeurs, dont les composés soufrés sont de grands pourvoyeurs. La progression entre les techniques de l’entre-deux guerres comme l’échelle de Ringelmann citée précédemment et les appareils Soufre-Fumées est à noter. L’appareil Soufre-Fumées reprend à l’échelle de Ringelmann cette idée de noirceur à comparer à l’œil entre un gabarit et ce qui sort de l’usine. Cependant, cette noirceur n’est plus celle observée de visu à la sortie de la cheminée, mais celle du filtre par lequel cet air passe et qui se teinte plus ou moins de gris selon la teneur en particules de la fumée. Ce faisant, l’appareil peut être situé non pas directement à la sortie de l’usine mais dans le rayon de dépôt de la fumée à proximité des cheminées. Il peut donc être placé chez les particuliers ou dans l’espace public, à des endroits stratégiques. Quant au tube de barbotage dans lequel est piégé le composé soufré, il est utilisé comme révélateur chimique de ce que la pollution a de sensible pour le nez humain car l’odeur est un effet souvent associé à la teneur en soufre des effluents.

7Les scientifiques et techniciens commencent ainsi à se passer de la sensibilité humaine pour mesurer les odeurs et s’appuyer sur la mesure chimique, dont le caractère embarqué permet de se déplacer dans l’espace urbain essentiellement, là où cela sent. De ce fait, la mesure, diligentée par les autorités lorsqu’il y a des plaintes habitantes par exemple, ne porte plus seulement sur des pics de pollution, mais s’opère en continu, pérennité autorisée par l’instrument de mesure technique qui peut œuvrer en permanence là où le ressenti humain est plus dilettante. De plus, cette technicisation vise l’harmonisation des mesures, là où la sensibilité humaine était difficilement comparable d’une personne à l’autre et d’un lieu à l’autre. Une partie des travaux de l’INSERM à travers son Unité 57 portera sur les méthodes en vue de standardiser et de calibrer les mesures pour s’assurer qu’elles sont identiques partout. Il convient donc maintenant de décrire les circonstances locales dans lesquelles se monte cette unité.

DU RURAL À L’URBAIN : PRÉHISTOIRE D’UN RÉSEAU DE MESURE

8En avril 1957, la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine (SNPA), future Elf qui sera finalement reprise par Total, installe à Lacq une usine de désulfuration du gaz naturel. D’autres usines ne tardent pas à s’implanter dans les environs ruraux de Lacq, une fabrique d’aluminium et une usine chimique fabriquant de l’ammoniac et ses dérivées, ainsi que du méthanol éthyle et ses dérivés. Les pétroliers s’interrogent rapidement sur les effets de la pollution de l’air dans la proximité des usines. Un groupe d’une vingtaine de personnes consacre ses travaux à la pollution atmosphérique au sein de la SNPA en 1958. Il s’appuie bientôt sur des mesures fixes faites dans les environs de l’usine et par un camion laboratoire. Il est mobilisable à tout moment pour prévenir des échappements de gaz intempestifs et caractériser la nature de la nappe de gaz et son parcours extérieur [Bapsères, 1960]. Il s’agit essentiellement de rejets d’anhydride sulfureux et de composés azotés. Peu après la création de la série d’usines autour du centre de Lacq, un « Laboratoire Départemental de Recherche et de Contrôle de la Pollution Atmosphérique » se monte à Lagor, un bourg tout près de Lacq. Dans ce centre s’investissent René Truhaut, un toxicologue internationalement reconnu, et le professeur de pharmacie Pierre Bourbon et ses collègues de Toulouse. Lacq est également un vivier pour des ingénieurs comme Jean-Antoine Ternisien, qui y travaille avant d’être détaché à la Direction Générale à la Recherche Scientifique et Technique où il produit un volumineux rapport sur les nuisances. Ce qui suit permettra de voir que Lagor et Lacq jouent un peu le rôle que la catastrophe de Courrières a tenu pour les Mines, même s’il n’y eut fort heureusement pas de dégâts semblables enregistrés à la SNPA.

  • 2 Europeann Conference on air pollution « Rapport national de la France sur le point 4 de l’ordre du (...)

9Le centre de Lagor est à l’origine dirigé par René Truhaut (1904-1994) qui travaille sur des rats Wistar auxquels il fait inhaler l’air de Lagor et ingérer de l’eau où a barboté de l’air de Lagor aussi2. En outre, le centre réalise des mesures de pollution atmosphérique à partir de 29 instruments de mesure répartis dans la campagne autour de Lacq. René Truhaut oriente son travail vers la prévention et en novembre 1959, il rend un rapport préliminaire concernant les risques de nocivité pour la population, pouvant résulter des pollutions atmosphériques dans la région de Lacq [Briand, 2006, p. 24]. Il s’entoure de collaborateurs tels que Pierre Bourbon ainsi que d’étudiants en pharmacie.

Le professeur TRUHAUT (1904-1994)
Le cas de René Truhaut est intéressant car c’est un pharmacien diplômé en 1931, et qui passera plus tard, en 1947, une thèse de doctorat d’État en Pharmacie intitulée : « Contribution à l’étude des cancérigènes endogènes » [Molle, 1984]. Il n’en est pas à son premier coup d’essai sur la thématique de l’exploration scientifique sur la pollution atmosphérique, puisqu’il va progressivement se réorienter vers la recherche dans les années 1940, et qu’il sera systématiquement attiré par la question des substances chimiques ingérées ou inhalées et leur impact sur le développement et le métabolisme humain. Il se range alors dans un domaine de recherche assez large qui existait à l’époque de l’Institut National d’Hygiène (futur INSERM à partir de 1963) : l’hygiène industrielle. En 1957, alors que la SNPA ouvre son usine de Lacq, il contribue à l’instauration d’un comité scientifique international pour l’étude des « limites admissibles des toxiques dans les atmosphères de travail et/ou dans les milieux biologiques des sujets exposés » dans le cadre de la Commission Internationale Permanente des Maladies Professionnelles [Molle, 1984, p 344]. Truhaut sera le premier à parler d’écotoxicologie (la « branche de la toxicologie qui étudie les effets toxiques des polluants naturels et synthétiques sur les organismes vivants des écosystèmes ») au Comité ad hoc de l’ICSU dans sa réunion de Stockholm en 1969.

  • 3 Archives INSERM cote 9203-115.

10Pierre Bourbon, un pharmacien, professeur à la faculté de Médecine et de Pharmacie de l’Université de Toulouse, seconde le professeur Truhaut dans ses études de toxicologie et aussi de mesure de la qualité de l’air. Ses travaux successifs, tels qu’ils sont rapportés dans les années 1960, concernent en particulier le problème de dosage des réactifs dans les instruments de mesure de la qualité de l’air. Il se spécialise donc dans la pollution de l’air, si bien qu’il envoie une lettre le 13 novembre 19633 au Professeur L. Bugnard, le directeur général de l’Institut National d’Hygiène, pour solliciter la création d’un groupe de recherche sur la pollution de l’air et ses effets sur la santé. Il la réitérera le 17 avril 1965 auprès du directeur de la toute jeune INSERM. Entre temps, il aura été nommé à la tête de l’Unité 57 spécialisée dans la pollution de l’air. Sa lettre du 17 avril 1965 porte alors moins sur son travail d’administration d’un laboratoire que sur le volet recherche qu’il veut développer. L’expérience de Lagor n’est pas loin et les membres qu’il veut recruter dans son groupe de recherche sont tous passés par Lagor, comme en témoigne un extrait de la lettre d’avril 1965 à l’INSERM :

« Monsieur le directeur général, J’ai l’honneur de vous adresser une demande de création d’un groupe de recherche spécialisé dans la pollution atmosphérique. Ce groupe est destiné à poursuivre ses travaux dans le cadre de l’Unité de Recherche sur la pollution atmosphérique que vous avez bien voulu me confier la direction. Les candidats présentés appartiennent tous au groupe du laboratoire d’études sur la pollution de Lagor-Lacq et leurs épreuves de titres sont semblables en raison même du travail d’équipe accompli. Les travaux réalisés n’ont pu faire l’objet de publication car, dans la plupart des cas, ils avaient été effectués à la suite de demandes d’enquêtes…. »

11Le groupe de recherche est composé de Pierre Dorbes, de Robert Malbosc, de Jacques Bramel, de Pierre Lévy et de Jacques Alary, tous diplômés de pharmacie. Ils devraient assurer le couplage entre leurs travaux antérieurs à Lagor-Lacq et leur rôle dans l’université notamment – plusieurs sont moniteurs dans la faculté de pharmacie et de médecine – dans les disciplines de chimie analytique, toxicologie et hygiène industrielle.

  • 4 C’est ainsi que le Professeur A. Roussel évaluateur du rapport d’activité de l’U57 résume le trava (...)

12L’université s’invite dans les politiques publiques, par une extension de son travail, d’abord fait « sur demandes » comme le dit Bourbon à propos des recherches autour de Lacq, et donc à diffusion limitée. Elle s’oriente désormais vers une recherche publique, publiée, et qui concerne l’intérêt général et non pas un public concerné étroit – la zone rurale de Lacq et ses agriculteurs. Ici, il s’agit de mesurer des territoires urbains et de diversifier l’étude des sources de pollution. Bourbon va notamment s’orienter vers les composés azotés en plus du fluor, et de l’anhydride sulfureux4.

13Pierre Bourbon devient directeur de l’U57 de l’INSERM à sa création et emménage en 1965 dans des locaux à Vigoulet-Auzil en Haute-Garonne. Il se spécialise dans le calibrage des instruments de mesure de la pollution de l’air. En outre, il étend la question des mesures à l’émission, à la sortie des cheminées, vers une mesure des retombées dans l’environnement. Il adopte un programme de recherche appliquée et travaille à l’inter-comparaison des mesures et à la mise au point de méthodes fiables techniquement et praticables sur le terrain. La question que se pose l’U57 concerne essentiellement la faisabilité des mesures de polluants dans un délai relativement court. Pour l’anhydride sulfureux par exemple, les scientifiques donnent trois critères à la bonne mesure : rapidité, spécificité et sensibilité. Bourbon et son équipe se spécialisent notamment sur les « dosages » qui permettent une réaction spécifique et lisible de chaque polluant, en profitant de leur expérience de Lagor où la majorité des composants sont connus. L’entrée de l’université dans la mesure de la pollution de l’air au tournant 1960 s’accompagne donc de recherches sur la manière de plus en plus pointue de « purifier » la réaction avec les gaz dosés, c’est ce qu’il faut entendre par le terme de spécificité de la mesure qui revient comme un leitmotiv dans les documents. Il est possible de citer, par exemple, à propos du test de l’anhydride sulfureux dans le rapport de 1966 :

  • 5 Archives Inserm cote : 9203-115.

« La comparaison des résultats donnés par les différentes méthodes utilisées à ce jour pour doser SO2 est rendue difficile en raison de la non spécificité des réactions utilisées et de la non reproductibilité de certains résultats.
- Méthode de l’eau oxygénée : interférence de NH3, des Acides forts tels que NO3H et HCHO ;
- Méthode par oxyréduction : Dosage global de SO2, SH2, CH3-SH.
- Méthode colorimétrique de West : Interférence des vapeurs nitreuses ; difficulté de s’approvisionner en réactifs standards. »5

14L’unité 57 cherche à quantifier la pollution atmosphérique. Mais en même temps, Bourbon se consacre à l’amélioration de la lisibilité de la mesure, qu’il s’agisse de la colorimétrie, ou du résultat par production de bleu de méthylène lors d’une réaction pour mesurer l’anhydride sulfureux. Il y a enfin la mesure volumétrique qui peut être utilisée. Dans tous les cas, il s’agit de ce que Bruno Latour [1985] a appelé des « inscriptions » suffisamment purifiantes, suffisamment maniables par divers manipulateurs, suffisamment peu coûteuses et enfin suffisamment lisibles pour constituer de bons candidats à devenir des protocoles de mesures très diffusés.

15Lacq a servi à Pierre Bourbon et son directeur René Truhaut, d’une sorte de champ d’expérimentation puisque les sources de pollution sont connues dans cette zone rurale. Il est donc possible de dresser des cartes où figure un zonage de la pollution en fonction de la proximité plus ou moins grande au site de la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine. C’est ainsi qu’il promeut la méthode cartographique des zones d’isopollution, c’est-à-dire d’une série de cercles plus ou moins déformés ayant comme épicentre le complexe industriel de Lacq et décrivant une pollution s’amoindrissant de cercle en cercle plus on s’éloigne de Lacq. Cette méthode est aussi rendue possible par les techniques de mesure physico-chimiques, comme les appareils soufre-fumées dont on a vu qu’ils étaient à l’origine d’une diffusion large sur le territoire et d’une standardisation des mesures entre elles. Le réseau ainsi créé s’appuie sur 29 postes de prélèvement continu d’atmosphère répartis dans la région de Lacq dans un rayon de 20 km. On apprend également que la SNPA a aussi installé des postes de mesure dans la région et les deux réseaux de mesure se corroborent. Pierre Bourbon se basera sur cette recherche pour présenter le rapport national de la France sur les seuils de nocivité, de la conférence du Conseil de l’Europe sur la pollution atmosphérique de juin 1964.

16Mais pour passer de Lacq à Toulouse ou Carmaux, qui sont les villes que l’U57 va investiguer après l’expérience de Lagor, il faut considérer des influences plus diffuses. Comme Bourbon l’énonce dans son texte de 1964,

  • 6 European Conference on air pollution « Rapport national de la France sur le point 4 de l’ordre du (...)

« Si nous considérons le problème posé par la pollution de l’air on constate qu’en raison de la diversité des sources polluantes (foyers domestiques, industriels, véhicules automobiles…) il faut considérer environ soixante composantes, et prévoir les effets possibles de synergie et l’importance que revêt la présence dans l’atmosphère de particules et d’aérosols »6.

17Bourbon et son groupe de recherche se concentrent sur plusieurs composés, dont les composés azotés, et sur la façon dont ils peuvent être décrits grâce à leur mesure. On voit dans l’étude de Toulouse, par exemple, un cas d’expérimentation de la norme et de sa lisibilité pour les poussières et l’acidité (anhydride sulfureux) de l’air. Dans le numéro de Pollution Atmosphérique de janvier-mars 1969, Bourbon énonce [Bourbon, 1969, p. 30] :

« Les commentaires présentés ici portent sur une série de dosages effectués à Toulouse pendant une période de juillet 1965 à février 1966. Pour cela quatre postes de prélèvements d’air ont été utilisés, répartis dans des zones de densité d’habitation et de trafic différents. Ils fonctionnaient par passage d’un volume d’air de l’ordre de 2 m 3 sur une solution diluée d’eau oxygénée. Le procédé de dosage employé consistait à déterminer l’acidité forte de la solution selon la méthode préconisée par l’OCDE. Nous avons utilisé le colorant B D H pH 4,5 comme indicateur coloré ».

18Les postes étaient répartis à Toulouse par quartier : Capitole, Rangueil, Pont Bonnefoy et Faculté de pharmacie. Bourbon explique plus loin dans l’article qu’il a aussi comparé les méthodes de dosage en fonction de leur seuil de sensibilité et de leur mode de calibrage de la pollution soufrée, pour voir si les résultats se corroboraient. Quatre méthodes sont testées et finalement, « 20 % des résultats témoignent de l’accord entre les quatre méthodes, ce qui, compte tenu des doses et différences entre les procédés mis en œuvre, est un point intéressant » [Bourbon, 1969, p. 31].

19Ainsi, à partir d’une variante des mesures à l’émission, à travers l’expérience de Lagor, Bourbon a travaillé, avec l’Unité 57, à institutionnaliser et transformer le recueil des informations sur les pollutions en les faisant passer progressivement à des mesures de la pollution de fond d’un territoire. La ville de Toulouse a en effet des sources beaucoup plus variées et diffuses de pollution que la campagne autour de Lacq et cela réclame une multiplication des capteurs, leur dissémination dans la ville, leur utilisation en continu, bref, une focalisation sur ce que les techniciens allemands appellent « l’immission », par opposition à l’émission. Ce changement d’échelle de la mesure semble très lié à l’histoire locale de Lacq et de l’implantation des pharmaciens dans le Sud-Ouest. Mais il y eut d’autres foyers localisés d’essai des mesures sociotechniques de la pollution atmosphérique.

DU QUARTIER À LA VILLE : LE CAS DE LA LOIRE

20Le département de la Loire connaît une autre destinée que la région de Toulouse, qui passe aussi par le rapprochement avec l’université et les hygiénistes, mais sous d’autres formes. La Loire est un département minier et industriel et plusieurs de ses villes comme Saint-Étienne, Rive de Gier, Le Chambon-Feugerolles, connaissent une exploitation minière proche de centres habités. Les conditions géographiques vont jouer dans le développement des mesures de la pollution de l’air dans cette région. Des initiatives pilotes vont être déclenchées par l’Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique (Appa), créée en juin 1958, sur laquelle il faudra se pencher. C’est grâce à ses activités en région que va se mettre en place un réseau de mesure dans la Loire.

  • 7 Cf, pour ce qui suit, les archives des archives municipales du Chambon Feugerolles concernant la p (...)

21Il faut alors se porter dans l’enceinte du conseil général, et plus précisément se tourner vers l’élu M. Pelletier7 et aussi vers le préfet de la Loire de l’époque, pour comprendre comment on va en arriver là. Pour Pelletier, comme il le dira en séance du conseil général, il faut que la science nous dise enfin l’état de la pollution atmosphérique dans nos villes de la Loire. Cette façon de « speaking truth to power » [Jasanoff, 1990] est un classique de l’intéressement croisé de l’élu et de l’expert. Pierre Lascoumes a déjà mis en évidence que l’exigence de plus de délibération et de transparence que certains élus manifestent va souvent de pair avec une revendication de jugement plus éclairé, et donc une mobilisation scientifique [Lascoumes, 2007]. Une étape importante de la mobilisation pour la lutte contre la pollution atmosphérique part de l’intérêt que porte Pelletier un soir du 15 octobre 1958 à l’exposé à Saint-Étienne, de Yvan Quéret, secrétaire général de la toute nouvelle Appa. M. Pelletier, Conseiller général, est aussi membre du Conseil départemental d’Hygiène. Il convoque une réunion de ce dernier en préfecture le 12 juin 1959.

22À cette réunion participent essentiellement M. Hemain, Maire de Rive-de-Gier, des administratifs et des ingénieurs comme MM. Fournier, Directeur départemental de la Santé, le Colonel Granger, Directeur départemental de la Sécurité civile, Fleuret, représentant le directeur départemental des Services de police, Roche, représentant le directeur général des Houillères du Bassin de la Loire… Y est invité Yvan Quéret lui-même, pour réaliser l’opération assez simple de transformation en problème technique, d’un problème qui confine à l’ordre public, à savoir l’agitation qui se fait jour dans les municipalités autour de la qualité de l’air. Mais la technique qui sera mise en place n’est pas seulement réductible à un moyen de pression ou un dispositif de pouvoir, dans la mesure où elle est justement faite pour éviter d’en passer par un traitement politique de l’ordre public. Devant les incertitudes de la vie publique, Pelletier et d’autres exigent des réponses, afin d’éviter la génération de collectifs dans les communes, qui se chargeront de transformer l’air en problème public par des pétitions, des appels à témoin, etc. Autrement dit, la technique, comme l’a montré Bruno Latour, n’est pas réductible simplement à un dispositif politique, elle permet plutôt de s’en passer [Latour, 2006, p 99]. Derrière l’appel de Pelletier il y a la volonté de circonscrire les débordements éventuels qui pourraient se manifester, si certains s’arrogeaient dans les communes, le monopole de la définition de la qualité de l’air en termes de problème, c’est-à-dire justement comme « gêne », voire « toxique ». La réunion technique en préfecture est alors ouvertement destinée à faire en sorte que les ingénieurs et administratifs présents alertent les élus sur cette capacité de faire passer, par la mesure, l’encadrement de la définition du problème de la gêne ou de la menace de la pollution atmosphérique. L’ingénieur des Mines Clairet mentionne dans cette réunion le cas de la Centrale du Bec au Chambon-Feugerolles, qui apparemment a laissé la trace dans la population d’un traumatisme dû à la fumée qui s’en dégage.

23Cette opération d’intéressement va fonctionner avec le maire du Chambon Pétrus Faure, qui, sollicité par le préfet, accepte de participer à ce qui est en train de devenir une Sous-commission à la prévention des pollutions atmosphériques au conseil général, présidée par M. Pelletier, dont l’arrêté de création est promulgué par le préfet le 5 août 1959. La sous-commission se réunit le 19 suite à l’envoi par Pétrus Faure à M. Pelletier d’un courrier qu’il a reçu en Mairie de la part d’un comité de lutte contre les nuisances. Elle est largement consacrée à ce courrier. Pétrus Faure s’emploie à déplacer les intérêts de la sous-commission pour les faire passer par ses propres intérêts, ceux d’un maire d’une commune aux prises avec les fumées, poussières, etc., de grosses industries productrices de pollution de l’air. Faure réussit si bien à déplacer la commission vers ses intérêts que le 17 décembre 1959, une délégation vient visiter le Chambon, en présence du préfet, pour se rendre compte des problèmes.

  • 8 D’autant plus qu’on apprend de M. Fontbonne, Président du Centre d’étude des poussières des Houill (...)

24Mais ce sont assurément les virtualités techniques de la mesure de terrain de la pollution atmosphérique qui intéressent tous ces gens réunis. En effet, il n’y a plus besoin depuis quelques années de gros matériel pour mesurer deux des caractéristiques majeures de l’air pollué à la combustion du charbon : l’acidité et la poussière. Il existe des dispositifs embarqués qui ont été récemment installés à Paris par le Laboratoire d’hygiène de la ville de Paris, et leur traitement est relativement rapide et transposable. Nous en avons parlé précédemment à propos de Toulouse. Il s’agit d’appareils de mesures à l’immission et non plus à l’émission. Cela permet de mesurer en particulier des indices de pollution de l’air à différents endroits d’une ville et ainsi de dissoudre la seule gêne exprimée par les gens proches des cheminées d’usine ; il s’agit de mettre en réseau l’air de toute une ville. Comme l’avait dit Yvan Quéret en 1958, la pollution d’ambiance ainsi mesurée concerne trois types de foyers : les foyers domestiques, les foyers industriels et les gaz d’échappement des véhicules. De cette façon, on désintègre plus sûrement le noyau revendicatif des récalcitrants à la pollution de l’air de proximité, ceux de la route de Gaffard ou du coin de la Centrale du Bec8. Et puis cette opération de « mécanisation » de la mesure est une façon de disqualifier les sens des récalcitrants de l’air en rendant les résultats plus forts par la mise en jeu de toute la chaîne métrologique dans laquelle ils sont pris [Latour, 1989].

  • 9 Une explication est donnée du fonctionnement de la détection de la fumée par vraisemblablement M. (...)

25La mesure de la fumée se fait alors par l’évaluation à l’œil, du degré d’opacité de filtres Schneider par lesquels passe l’air pompé à 2 m3 par heure9. On dira que c’est une technique parce que les filtres peuvent être comparés les uns aux autres et peuvent être comparés à un standard qui en fixe la graduation, du plus sombre au plus clair. L’optique est alors moins la recherche sur les méthodes, comme Pierre Bourbon l’a fait dans la Haute-Garonne, que l’administration de la preuve. Un article de l’ingénieur général Alban Avy, paru dans l’Usine nouvelle du printemps 1960, indique les vertus de la mesure rapide et précise pour permettre la production de données statistiques comparables et cumulatives, et aider à la décision. Il expose :

« On est parti du principe que, pour déterminer une moyenne de la pollution et de pouvoir la relier à des facteurs d’ensemble (météorologie, saison, travail) il fallait effectuer des prélèvements extrêmement nombreux dans le temps et dans l’espace. Il faut d’autre part, dans un but de liaison et d’unité, que ces résultats, même s’ils ne sont qu’approximatifs, soient comparables. « il vaut mieux avoir beaucoup de mesures approchées que peu de mesures exactes (Meetham) ». [Avy, 1960, p 323]

26Et plus loin Avy ajoute :

« Il est donc nécessaire de simplifier au maximum le problème, d’adopter une liste aussi restreinte que possible de produits à doser, des méthodes de dosage peu compliquées et peu onéreuses, des prélèvements effectués avec des appareils bon marché d’un type simple et bien défini, utilisés suivant un mode opératoire standard.
Devant la complication du problème et le manque, non pas seulement d’éléments de certitude, mais encore de données de base, devant, d’autre part, la nécessité d’organiser tout de suite la prévention, on a été obligé, pour les études statistiques de routine, de le simplifier au maximum et de déterminer, a priori, des éléments susceptibles de permettre une expérimentation facile et l’établissement de statistiques au moins comparatives.
On a décidé en principe :
1° de caractériser la pollution dans les villes par les données les plus simples possibles : teneur en poussières ; teneur en produits acides ;
2° de mettre au point des appareils simples et peu coûteux, susceptibles d’être reproduits à un nombre considérable d’exemplaires :
3° d’uniformiser, dans la mesure du possible, les appareils et les méthodes de manière à obtenir des statistiques comparables » [Avy 1960, p 323].

27C’est donc un détour par un centre de calcul auquel on assiste avec la mise en place des appareils Soufre-Fumées. Ce matériel est commercialisé en France, notamment sous la marque Afpyro.

  • 10 Archives municipales du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.
  • 11 Archives municipales de Rive de Gier.
  • 12 Archives du centre de l’environnement de la Mairie de Roanne.
  • 13 Archives du centre de l’environnement mairie de Roanne.

28Pour le réseau de Rive-de-Gier, du Chambon-Feugerolles et de Roanne10, les filtres sont envoyés au laboratoire d’hygiène de la ville de Paris et les tubes à barbotage, dans lesquels est piégé le soufre, au laboratoire des abattoirs de la ville de Saint-Étienne. Le matériel est financé par le conseil général et la maintenance journalière par chaque ville où on installe des appareils. Ainsi, pour les villes du Chambon, de Roanne et de Rive-de-Gier, le détour technique permet de rendre plus robuste, plus standard et aussi plus concentrée l’évaluation de la qualité de l’air. On note le placement de quatre appareils de mesure en 1960 à Rive-de-Gier (délibération du conseil municipal du 4 décembre 1961)11, et le 3 mars 1960, on apprend que les appareils de Roanne sont posés et opérationnels12. Les résultats pour Le Chambon sont envoyés à la Direction départementale des affaires Sanitaires. Toutes ces opérations supposent d’assurer la transmission entre le terrain et le laboratoire, selon une procédure cherchant dans la précaution de la manipulation le souci de précision de la mesure, de la transmission et de la confection des résultats d’analyse. C’est ainsi que l’adaptation de la chaîne métrologique au cas de la Loire suppose de mettre d’accord les principaux protagonistes. Une réunion en préfecture est consacrée à cela. On y apprend combien les échantillons, soit le filtre papier Schneider soit les flacons de « liqueur », sont fragiles par le fait qu’ils doivent transiter entre plusieurs lieux sans qu’on ne perde l’information entre le lieu d’exposition et le centre de calcul. Ainsi, chaque relevé devra être établi quotidiennement en triple exemplaire par transcription carbonée pour joindre ces indications aux filtres et aux flacons. Mais encore il ne faudra pas dans l’opération d’inscription abîmer le filtre ou donner le flacon en retard, car on ne sait pas combien de temps la liqueur, soit l’eau oxygénée, conserve son activité. À Roanne, l’ingénieur en chef note le 31 mars 1960 que l’appareil fait du bruit et qu’il a fallu le déplacer de la salle de dessin où il était localisé initialement. Il note également de nombreuses différences dans les résultats et la quasi-impossibilité matérielle de produire des relevés tous les jours, comme préconisé, car cela suppose de faire travailler le dimanche un des agents de la ville13.

  • 14 Elsa Faugère a bien montré que cette disparité dans la lecture de la pollution atmosphérique entre (...)

29Il s’agit donc d’un classique réseau sociotechnique métrologique qui tient par des alliances au niveau politique et économique, et dans lequel circulent des substances qui sont traduites en informations, avec un maillon faible à ce niveau : la manutention des « preuves » et leur suivi. Ce détour explique pourquoi il y a rupture entre la phénoménologie locale de la perception de la pollution atmosphérique, et les chiffres qui tombent de Paris ou de Saint-Étienne pour décrire la qualité de l’air14. Ce différentiel sera l’occasion de résistances et retournements d’alliances entre 1961 et 1965.

  • 15 Archives du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.

30Il semble que le premier réflexe du maire du Chambon ait été de jouer le jeu de la mesure de la pollution atmosphérique à partir de 1960. On dispose d’archives sur une réunion de comité technique visant à former le personnel de la mairie à l’utilisation des appareils Soufre-Fumées15. Ces derniers sont installés en 1960 et sont au nombre de six. Ils sont installés Place Jean Jaurès, à Malafolie, à Cotatay, à la Romière, à Pouratte et à Trablaine, bien que cette dernière localisation soit apparemment arrêtée en juillet 1962. La plupart des stations de mesure sont installées dans les écoles. Et par conséquent il apparaît nettement que ce qui est mesuré est moins une pollution de proximité, portée initialement par les habitants de la route de Gaffard et à partir de laquelle on peut incriminer directement les industriels, mais plus une pollution d’ambiance. Bref, la pollution devient objective mais diffuse.

  • 16 Archives Municipales du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.
  • 17 Une autre source parle de 750 millions d’anciens francs.

31Or, en 1961, la Loire accueille un nouveau préfet, M. Grimaud, qui s’illustrera en 1968 comme préfet de police de la Seine au moment des événements de Mai. La question des cheminées des chaudières de la première tranche de la centrale du Bec va prendre tout son sens lors d’une réunion de la souscommission sur la pollution de l’air du conseil général à laquelle à la fois Pétrus Faure et le préfet Grimaud participent16. Ils y apprennent qu’EDF donne 475 millions de francs17 par an à titre d’amortissement aux Houillères du Bassin de la Loire (HBL) pour la centrale du Bec. Jusqu’à présent, les HBL s’étaient toujours justifiées de l’impossibilité de rénover la première tranche de chaudière de la centrale du Bec pour raison financière, faisant jouer la corde de l’emploi et de la viabilité de l’industrie contre les demandes d’intervention sur ces chaudières, à cause des contrats qu’elles devaient honorer avec EDF. EDF servait de justification au refus d’obtempérer des HBL. Pétrus Faure, et apparemment le préfet lui aussi, sont choqués. Pétrus Faure démissionne de la sous-commission en signe de protestation par lettre au préfet du 3 octobre 1962. Son geste symbolique finira de sceller l’alliance avec le préfet Grimaud. C’est fort de cette nouvelle alliance, que Pétrus Faure va délaisser le terrain de la métrologie de la pollution de l’air pour se focaliser sur les cheminées de la première tranche de la centrale du Bec. Appuyé par le préfet Grimaud qui menace de fermer l’activité de ces chaudières, les HBL plieront. La construction de cette cheminée durera plusieurs années.

  • 18 Archives municipales du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.

321964 marque l’arrêt des mesures de la pollution de l’air au Chambon ce qui, semble-t-il, sera mal compris de l’Appa. Un courrier du préfet du 5 janvier 1963 précise également que la ville de Roanne a demandé d’arrêter le réseau de mesure18. Il indique que l’ancien préfet, certainement Grimaud, avait poussé dans la direction de la création d’un service départemental de prévention de la pollution atmosphérique au conseil général, mais que tel n’en a pas été décidé, ce qui clôt l’épisode de mesure pilote de la Loire. Il est à noter aussi que ce n’est plus le préfet Grimaud qui écrit le courrier du 5 janvier mais un préfet par intérim, ce qui laisserait entendre le rôle du préfet dans cette affaire de mesure pilote de la pollution de l’air.

  • 19 Comme les analysent Estelle Baret-Bourgoin pour la ville de Grenoble et Geneviève Massard-Guilbaud (...)

33L’alliance de Pétrus Faure avec le préfet Grimaud permettait d’associer un réseau de mesure et un levier d’action sur la centrale du Bec. Le préfet une fois parti, Faure et le maire de Roanne ne voient plus l’utilité d’un instrument de mesure devenu sans vertu politique. Deux manières de solidifier, de rendre robuste et d’objectiver la pollution de l’air s’affrontent ici, l’une qui passe assez classiquement par un réseau socio-technique métrologique et l’autre qui passe par l’incrimination de sources de pollution de proximité et le recours au droit. Toutefois, on n’assiste pas pour autant à un retour à un trouble de voisinage comme on en a connu aux XIXe et XXe siècles19, dans la mesure où on raisonne désormais sous le coup de la loi sur l’air de 1961 qui rappelle que la régulation des pollutions passe autant par les pouvoirs locaux que par l’État.

Notes

1 André Salmont, La Pollution atmosphérique, ses sources, ses dangers, Paris, CNAM, 1956, p. 22. On peut noter l’utilisation du concept d’environnement, très précoce.

2 Europeann Conference on air pollution « Rapport national de la France sur le point 4 de l’ordre du jour » 29 janvier 1964, f 4. Archives de l’INSERM cote : 9203-115.

3 Archives INSERM cote 9203-115.

4 C’est ainsi que le Professeur A. Roussel évaluateur du rapport d’activité de l’U57 résume le travail entrepris en 1967.

5 Archives Inserm cote : 9203-115.

6 European Conference on air pollution « Rapport national de la France sur le point 4 de l’ordre du jour » 29 janvier 1964, p. 2. Archives de l’INSERM cote : 9203-115.

7 Cf, pour ce qui suit, les archives des archives municipales du Chambon Feugerolles concernant la pollution de l’air. Cote : 517/1.

8 D’autant plus qu’on apprend de M. Fontbonne, Président du Centre d’étude des poussières des Houillères que l’appareil utilisé, bon marché, a surtout été utilisé dans les grandes villes comme Londres où la composition des poussières est homogène et est essentiellement issue des foyers domestiques et du gaz d’échappement des automobiles. Sous-commission du conseil général du 13 novembre 1959.

9 Une explication est donnée du fonctionnement de la détection de la fumée par vraisemblablement M. Quéret dans la réunion du 13 novembre 1959 de la Sous-commission du conseil général. « Une membrane subit une baisse de luminosité suivant la quantité de poussière recueillie par un filtre ».

10 Archives municipales du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.

11 Archives municipales de Rive de Gier.

12 Archives du centre de l’environnement de la Mairie de Roanne.

13 Archives du centre de l’environnement mairie de Roanne.

14 Elsa Faugère a bien montré que cette disparité dans la lecture de la pollution atmosphérique entre les experts et les profanes conduisaient les profanes à remettre en doute leur propre perception au profit d’une certitude attribuée aux mesures, là où les experts, parce qu’ils savaient combien le laboratoire simplifie le réel avec le recours aux sens, accordaient le crédit à la phénoménologie ordinaire de la perception et révoquaient en doute les mesures [Faugère, 2002].

15 Archives du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.

16 Archives Municipales du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.

17 Une autre source parle de 750 millions d’anciens francs.

18 Archives municipales du Chambon Feugerolles. Cote 517/1.

19 Comme les analysent Estelle Baret-Bourgoin pour la ville de Grenoble et Geneviève Massard-Guilbaud pour Clermont-Ferrand par exemple [Baret-Bourgoin, 2005, Massard-Guilbaud, 2010].

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site