Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Partie 1. L'âge du sensible : les habitants et les pollutions atmosphériques

Chapitre 3. Des mesures à l’essai : Lacq, Toulouse et le Chambon-Feugerolles (1957-1965)

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

L’une des préoccupations principales dans les années 1950 en France, porte sur la pénétration, dans les milieux administratifs et techniques, de la notion de pollution pour qualifier des effluents toxiques dans l’air, et l’objectivation du ressenti par le détour d’instruments de mesure techniques. Cette époque d’exploration des possibilités techniques de calibration de la pollution, à un stade embryonnaire de la concertation, est également significative de la mesure des manques en matière d’information des décideurs et de la population sur la question au niveau local. Le smog de Londres de décembre 1952, épisode de brouillard et d’inversion de température piégeant le dioxyde de soufre dans l’atmosphère urbaine, responsable de plusieurs milliers de morts [Thorsheim, 2006], aura une répercussion nationale. Comme le confirment les chapitres précédents, l’histoire française de la pollution de l’air est autant cadrée par le niveau national qu’elle est influencée par des initiatives local...

© Presses des Mines, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540