Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Partie 1. L'âge du sensible : les habitants et les pollutions atmosphériques

Chapitre 1. Odeurs et fumées

Entre insalubrité et incommodité au xixe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pollution de l’air est d’abord attribuée aux activités productives. Les nuisances qu’elles provoquent en ville sont, depuis longtemps, réglementées. Dans la Rome antique, des quartiers sont affectés aux professions travaillant le cuir et les peaux. Au Moyen Âge, certaines industries font l’objet de mesures d’éloignement, surtout à cause des menaces de souillure de l’eau qu’elles font peser [Leguay, 2005]. S’agissant de l’air et de l’Angleterre, une mesure remontant au XIIIe siècle, votée par le Parlement en 1273, est mythifiée et régulièrement évoquée dans les introductions « historiques » aux articles scientifiques sur le problème dans les années 1930-1960 : celle-ci interdit d’utiliser le charbon pendant les sessions du Parlement à Londres et la peine de mort aurait même été pratiquée en 1306 contre un entrepreneur de chauffage1. En France, un édit de Charles VI, en 1382, porte déjà l’interdiction de l’émission de « fumées mal odorantes et nauséabondes » ; en 1510, un texte se ...

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540