Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un air familier ?

 | 
Florian Charvolin
, 
Stéphane Frioux
, 
Léa Kamoun
, 
et al.

Partie 1. L'âge du sensible : les habitants et les pollutions atmosphériques

Introduction à la partie 1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question de la pollution de l’air interroge nos manières d’habiter le monde qui nous entoure. C’est en effet par l’interférence d’un élément venant perturber notre sphère d’activité et de vie que se concrétise une pollution. À la différence de la question de l’air en général, dont la perception remonte très probablement jusqu’aux origines de l’humanité (et au traité d’Hippocrate), la question de la pollution circonscrit un être dans sa capacité à être situé, à habiter, avec l’habitude que cela implique. La pollution vient rompre cet habiter et cette habitude. Elle a été définie par Mary Douglas comme une question de place, et de choses hors de leur place [Douglas, 1971].

Mais ce dérangement de l’habitat cumule également une autre dimension dans la définition de la pollution, celle d’être le fait de l’activité humaine. À la pollution répond un pollueur, ce qui la distingue de phénomènes aériens comme les brouillards. Il n’est pas étonnant que les premiers chimistes de l’ère moderne...

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540