Version classiqueVersion mobile

Chroniques d’un amateur de sciences

 | 
Bruno Latour

L’Épée de Damoclès

Texte intégral

1Rien de plus irritant pour les scientifiques que de voir le public refuser toute forme de risque en matière de technologie. Après avoir embrassé avec enthousiasme la cause de la modernisation, on se trouve soudain si pusillanime qu’on ne veut plus accepter le moindre produit chimique, le plus innocent colorant, la plus sûre des manipulations génétiques sans qu’on ait prouvé leur totale innocuité. Et même alors on reste méfiant. Cette exigence impossible d’un « risque zéro » paraît d’autant plus excessive que ce même public boit, fume, conduit, enfante, investit, joue, bâtit et spécule – n’hésitant pas à flirter avec des périls beaucoup plus grands. Loin d’éviter les risques, il les recherche avec avidité. Faut-il voir dans ces attitudes contradictoires une montée de l’irrationnel ? Pas forcément.

  • 1 Ulrich Beck, La Société du risque : Sur la voie d'une autre modernité, Flammarion, Paris (2003).

2Lorsque le sociologue allemand Ulrich Beck, proposa pour décrire notre époque le terme de « société du risque »1, il ne voulait pas dire que nous vivions une vie plus dangereuse soumise à plus d’aléas que celle de nos prédécesseurs, mais qu’il était désormais impossible de croire que les techniques et les industries allaient nous permettre d’échapper à tous les dangers. On peut reporter les risques sur d’autres générations, d’autres pays, d’autres espèces, on ne peut les faire disparaître par un tour de passe-passe. À la production inégale des « biens », il faut ajouter, disait Beck, l’inégale distribution des « maux ». Le nucléaire, par exemple, ne nous délivre pas de tout souci mais nous embarque dans une expérience délicate qui réclame soins et précautions. La leçon ne risquait pas de passer inaperçue puisque son livre parut en Allemagne juste au moment de Tchernobyl…

  • 2 L’entreprise n’est pas nouvelle comme on le voit dans le beau livre de Ian Hacking (1990) The Tami (...)

3Entrer dans la société du risque ne signifie donc pas que l’on court aujourd’hui plus de dangers qu’hier, ni que le public cesse d’avoir confiance dans les sciences et les techniques, mais que celles-ci ne sauraient échapper au sort commun. Il n’y a plus d’un côté les risques « objectifs » calculés pour nous par des spécialistes, et de l’autre des risques « subjectifs », vains fantasmes projetés sur des certitudes indiscutables par des poules mouillées. On se moquait naguère de « nos ancêtres les Gaulois » qui avaient peur que le ciel ne leur tombe sur la tête : avec le réchauffement global, nous savons maintenant que le ciel peut nous tomber sur la tête pour de bon ! Nous sommes tous obligés d’apprivoiser en commun les conséquences inconnues de nos actions2.

  • 3 Andreas Klinke et Ortwin Renn, Prometheus Unbound. Challenges of Risk Evaluation, Risk Classificat (...)

4Inutile de geindre contre l’irrationalité des populations ou de regretter l’incapacité de l’esprit humain à comprendre les raisonnements probabilistes. Mieux vaut forger un vocabulaire qui permette de comparer les genres de risques et engage ainsi une discussion raisonnée. C’est tout l’intérêt d’un travail, également venu d’Allemagne, dans lequel deux spécialistes de l’évaluation technologique sont parvenus à nommer les monstres auxquels nous devons faire face en s’inspirant des personnages de la mythologie grecque3.

5Pour mener à bien ce projet, on ne peut se contenter des deux dimensions usuelles : la probabilité de l’événement et l’ampleur des dommages attendus. Il faut en ajouter six autres qui sont la nature de l’incertitude dans laquelle on se trouve pour les calculer ; la diffusion géographique des effets potentiels ; la persistance de ces effets à travers les générations ; leur réversibilité ; le temps de latence entre la cause et la conséquence ; enfin, le caractère choquant ou non des dégâts infligés qui facilite ou ralentit la mobilisation militante. Armés de ces variables, les auteurs de l’étude affirment pouvoir dompter tous les risques et les faire sauter comme les lions à travers un cercle de feu.

  • 4 D’où l’importance des tireurs d’alarme étudiés dans le livre de Francis Chateauraynaud et Didier T (...)

6Les risques du type « Épée de Damoclès », par exemple, ne doivent pas plus se confondre avec ceux de type « Tête de Méduse », que les risques « Cassandre » avec ceux « Boîte de Pandore », ou les « Pythies » avec les « Cyclopes ». L’explosion d’une centrale nucléaire ou l’impact d’un météorite sont à la fois très peu probables et dévastatrices dans leurs conséquences, mais leur faible probabilité se laisse aisément calculer bien que le moment précis de leur réalisation soit impossible à prévoir : c’est l’épée de Damoclès. En revanche, l’influence des lignes à haute tension ou des téléphones mobiles sur la santé semble tellement en dessous des seuils de détection que les laboratoires doivent avouer leur ignorance et pourtant, malgré les dommages invisibles, voilà des risques qui fascinent comme la tête de Méduse. Si, comme pour les changements climatiques, les conséquences sont énormes, la probabilité comme l’incertitude très grandes, et que le délai entre la cause et l’effet soit très long, voici l’occasion pour Cassandre de se plaindre sans être entendue4. Par la dissémination de produits chimiques toxiques, certaines industries ont ouvert la boîte de Pandore remplie de maux pas toujours graves mais diffus et persistants qui ne peuvent facilement s’indemniser. Que dire de certains types de dangers, comme ceux créés par le génie génétique, dont on ne sait ni l’impact potentiel ni la probabilité d’occurrence et qui paraissent aussi ambigus que les oracles de la Pythie ?

7À chaque fois, c’est une autre combinaison de variables et donc une autre procédure de discussion pour dompter le risque et le diriger vers une arène où chercheurs, militants et politiques pourront commencer à s’entendre. On est loin de la stérile opposition entre risque perçus et risques réels. Mieux vaut que les chercheurs s’y fassent : la discussion sur les risques est devenue l’une des formes nouvelles à la fois de la vie démocratique et de la politique scientifique.

8Octobre 2000

Notes

1 Ulrich Beck, La Société du risque : Sur la voie d'une autre modernité, Flammarion, Paris (2003).

2 L’entreprise n’est pas nouvelle comme on le voit dans le beau livre de Ian Hacking (1990) The Taming of Chance, Cambridge, Cambridge University Press : toutefois, il ne s’agit plus de calculer l’aléa mais de le répartir.

3 Andreas Klinke et Ortwin Renn, Prometheus Unbound. Challenges of Risk Evaluation, Risk Classification and Risk Management, Akademie für Technikfolgenabschätzung, Bade-Wurttemberg, no 153, novembre 1999.

4 D’où l’importance des tireurs d’alarme étudiés dans le livre de Francis Chateauraynaud et Didier Torny. Les Sombres Précurseurs. Une sociologie pragmatique de l'alerte et du risque, Paris, Éditions de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (1999).

© Presses des Mines, 2006

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search