Version classiqueVersion mobile

Chroniques d’un amateur de sciences

 | 
Bruno Latour

« Cogito, ergo sumus ! »

Texte intégral

  • 1 Edwin Hutchins, Cognition in the Wild, MIT Press, Cambridge, Mass (1995).

1Difficile de s’y retrouver dans les nouvelles « sciences cognitives ». Les deux tiers ne sont que le ripolinage de la bonne vieille épistémologie qui parvient ainsi à traverser le siècle en restant aveugle à toutes les sciences sociales. Deux autres neuvièmes sont de fabuleuses explorations des effets totalement imprévus de l’ordinateur sur la définition des humains et de leurs capacités. Reste un neuvième passionnant qui renouvelle complètement la définition du verbe penser. C’est justement ce qu’Ed Hutchins fait dans son dernier livre. Il fonde à lui tout seul une anthropologie cognitive qui ne ressemble en rien aux timides efforts de ses prédécesseurs1.

  • 2 Edwin Hutchins, Culture and Inference. A Trobriand Case Study, Harvard U.P., Cambridge (1980).

2Il y a quelques années, Ed Hutchins avait déjà écrit un livre remarquable sur les capacités cognitives des Trobriandais2. Ces pauvres gens étaient accablés, d’après la littérature, de toutes sortes de tares mentales, incapables d’argumenter ni même de posséder des outils logiques aussi importants que « parce que », sans parler du principe de contradiction qui semblait leur manquer totalement. Après une enquête minutieuse, Hutchins avait découvert que les Trobriandais pensaient, comme tout le monde, – ce qui ne devrait pas nous étonner –, à la fois excellemment et maladroitement, mais qu’il fallait pour comprendre leur raisonnement réintroduire le contenu de leurs arguments. Leur droit de propriété était si complexe que les précédents investigateurs s’y étaient perdus, qui avaient cru recueillir le délire des sauvages alors qu’ils avaient justement devant eux la langue précise des juristes locaux. Pour tenir un raisonnement formel le contenu de la logique est essentiel, contrairement aux préjugés des logiciens.

  • 3 Les physiciens liront par exemple avec profit Sharon Traweek, Beam Times and Life Times, The World (...)

3Revenu à San-Diego, cet anthropologue, comme beaucoup de ses collègues, s’est mis à étudier, avec les mêmes outils, des situations modernes et « high tech3 ». Avec l’autorisation de la Marine américaine il a pu équiper de magnétophones et de caméras l’ensemble du personnel chargé, sur un porte-hélicoptère, de faire le point et de permettre au navire de se diriger. Le titre du livre, on le comprend, comporte une certaine ironie. La « connaissance en milieu sauvage » ne ressemble aucunement à la Pensée sauvage de Lévi-Strauss. Il faudrait traduire plutôt par « la connaissance en milieu naturel », si l’on admettait d’appeler « naturelle » l’artificieuse combinaison qui inclue, au fil du livre, les routines administratives, le cadre institutionnel et juridique de la Navy, l’entretien des Phares et Balises, les technologies intellectuelles – compas, télescopes, règles, rapporteurs, calculettes, cartes –, l’équipe de quart avec sa hiérarchie et ses problèmes indéfinis de coordination, les Instructions nautiques, et, enfin l’équipement mental des agents individuels.

  • 4 Voir Edwin Hutchins (1994), « Comment le cockpit se souvient de ses vitesses », Sociologie du trav (...)

4Oui, une fois sorti de l’étroit laboratoire où le psychologue croit observer la pensée, il faut toutes ces institutions, tous ces instruments, tous ces échanges de règles, de propos, d’ordres et de rappels à l’ordre pour pouvoir penser, ou plutôt coordonner ses actions autour d’une tâche commune. Si je parviens à calculer un cap, c’est que nous sommes plusieurs, et que nous avons matériellement transformé le monde autour de nous pour distribuer les tâches à la fois dans des technologies intellectuelles diverses, dans une hiérarchie sociale contraignante et dans un aménagement du monde. D’où l’expression de ce domaine de recherche : la cognition distribuée4. Ça, pour être distribuée, elle l’est ! Au lieu de reposer dans l’esprit du calculateur humain, la voilà qui circule, par recombinaison successive, des amers aux compas, des compas aux hésitations du jeunot chargé de prendre les relevés au large de Pointe Loma. Des quatre microphones de babord et de tribord, elle parvient enfin au chef de quart qui doit réconcilier ces informations parfois contradictoires avec les données de la carte. Il y a bien calcul, mais c’est le groupe qui calcule. Non ! C’est le groupe plus les instruments. Non ! C’est le groupe, plus les instruments, plus le monde réorganisé autour de la Navy pour coordonner les activités de calcul.

5Toutefois l’originalité principale du livre ne se trouve pas là. Après tout, même si la qualité méticuleuse des descriptions dépasse en précision la plupart des travaux en anthropologie cognitive, beaucoup d’autres recherches ont distribué l’activité de pensée entre le groupe, les instruments, les cultures et le monde, échappant ainsi depuis longtemps à l’impasse cartésienne d’une pensée confrontée aux choses5. L’originalité du livre, son caractère vraiment fondateur, viennent de ce que l’auteur, bien qu’anthropologue, reste un cognitiviste – il travaille d’ailleurs dans le prestigieux laboratoire de science cognitive fondé par Don Norman. Autrement dit, en distribuant la cognition à travers l’ensemble des médiateurs sociaux, culturels, matériels et scripturaux, Hutchins ne la perd pas pour autant. D’habitude, la plupart des auteurs, lorsqu’ils passent de l’intérieur de la peau – la psychologie – à son extérieur – la sociologie – changent de modes d’analyse ou inventent des solutions hybrides comme la psycho-sociologie, qui cumule le pire des deux disciplines, ajoutant à tous les artefacts de l’esprit individuel ceux du contexte social… Or Hutchins ne part ni de l’individu, ni du social. Il propose ce qu’il appelle dans une phrase un peu mal venue : « une théorie du calcul par propagation des modes de représentation » (p. 230). Il ne commence pas par des concepts, mais par des médiations. Il ne s’intéresse pas aux calculs, mais aux transformations d’un type de représentation dans un autre.

6C’est là l’innovation centrale du livre, mais le mot de médiation, si galvaudé aujourd’hui, ne doit pas nous induire en erreur. La hiérarchie, le compas, les règles de trois, les amers, la carte, l’équipe de quart, ne sont pas des intermédiaires qui se situeraient « entre » l’esprit calculateur et le calcul à effectuer, ce qui reviendrait à une définition très banale et très atténuée de la médiation. « Aucune des capacités qui compose l’activité cognitive n’a été amplifiée par l’usage d’un de ces outils. Il s’agit plutôt de dire que chacun de ces outils a présenté la tâche à l’usager sous la forme d’un problème qui requiert un nouvel ensemble de capacités cognitives ou une réorganisation différente de ces capacités. » p. 154 (souligné par moi). Les techniques intellectuelles ne sont donc pas l’extension au-dehors des capacités de l’esprit. Au contraire, les capacités cognitives reviennent à internaliser, dans un autre médium, par d’autres déplacements, les tâches qui circulent dans le « groupware » et dont l’agent individuel se saisit pour les retraduire.

7« Cogito ergo sumus ! » Hutchins offre une autre fondation à l’anthropologie cognitive parce que, en ne quittant pas le sol du calcul, ce qui le rend compatible avec le travail des psychologues, il refuse pourtant de partir soit du groupe, soit du monde, soit de l’esprit, pour ne suivre que les trajectoires de transformation et de propagation des formes matérielles de représentation. En liant son livre avec les ouvrages récents sur le travail collectif des chercheurs, on devrait parvenir à donner des plus « hautes » activités cognitives une vision complètement nouvelle et qui, sans les réduire, ne devrait plus rien à l’épistémologie de la raison savante.

8Mars 1996

Notes

1 Edwin Hutchins, Cognition in the Wild, MIT Press, Cambridge, Mass (1995).

2 Edwin Hutchins, Culture and Inference. A Trobriand Case Study, Harvard U.P., Cambridge (1980).

3 Les physiciens liront par exemple avec profit Sharon Traweek, Beam Times and Life Times, The World of High Energy Physicists, Harvard University Press, Cambridge Mass (1988) et les océanographes Charles Goodwin (1995), « Seeing in Depth », Social Studies of Science, vol. 25 (2), pp. 237-284.

4 Voir Edwin Hutchins (1994), « Comment le cockpit se souvient de ses vitesses », Sociologie du travail, vol. (4), p. 451-474. L’ensemble du numéro spécial de cette revue permet de se familiariser avec les travaux de ce domaine. Voir aussi Donald Norman, Things that Make Us Smart, Addison Wesley Publishing Company, New York (1993), malheureusement non traduit en français.

© Presses des Mines, 2006

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search