Version classiqueVersion mobile

Chroniques d’un amateur de sciences

 | 
Bruno Latour

La fin de la science ?

Texte intégral

  • 1 Beaucoup des thèmes avaient été anticipés par un curieux petit livre de Nicholas Rescher écrit en (...)
  • 2 John Horgan, The End of Science. Facing the Limits of Knowledge in the Twilight of the Scientific (...)

1« De même que les amants commencent à analyser leurs relations quand elle tourne au vinaigre, les scientifiques deviendront plus réflexifs et douteront davantage d’eux-mêmes du jour où leurs efforts commenceront à donner des rendements décroissants » (p. 227). Cela devait arriver ! Après la fin de l’architecture, la fin du roman, la fin du communisme, la fin de l’histoire, la fin de l’art, la fin de la famille, c’était fatal, un livre allait paraître sur « la fin de la Science » ! « Comment la Science pourrait-elle finir ? », dira-t-on, « elle commence à peine ! » Le sous-titre du livre est hélas sans ambiguïté : « Comment faire face aux limites de la connaissance au crépuscule de l’âge scientifique1 ». Encore un de ces pamphlets religieux contre le savoir scientifique ? L’auteur est-il l’un de ces gauchistes qui accusent la Science de servir le grand Capital ? Ou peut-être l’un de ces protagonistes de « l’affaire Sokal » qui veulent rendre la Science aussi vague que leur prose ? Pas du tout, l’auteur, John Horgan, est un journaliste du Scientific American, aussi sérieux, solide et rassis que son journal2.

  • 3 Tous des hommes sauf Margulis, et tous des Anglo-américains sauf Prigogine. On ne peut pas trouver (...)

2Oui, John Horgan est sérieux mais il est aussi cruel. Il a monté dans son livre un petit piège dans lequel il prend les plus grands scientifiques de son temps en flagrant délit de sottise3. Il avoue ingénument qu’il aime assez tendre le micro de son magnétophone pour donner l’occasion à Popper, Minski, Edelman, Penrose, Dyson, etc., de proférer d’énormes bourdes avec le ton sentencieux de gens qui dînent tous les soirs avec Dieu. L’un dit que la physique est terminée parce que l’on sait tout ; l’autre que la Science a définitivement vaincue ; le troisième qu’elle est devenue trop chère ; un autre qu’il n’y a plus après lui de vrais savants ; un cinquième que la simulation a fait des sciences expérimentales une version post-moderne de la littérature ; un autre qu’il n’hésiterait pas à se télé décharger dans son ordinateur… Et Horgan de se délecter, en décrivant longuement comment ses victimes se sont fait avoir et comment elles rivalisent l’une avec l’autre en arrogance. « Expliquer la société, s’exclame Richard Dawkins, serait comme de prédire le parcours exact de chaque molécule d’eau qui tombe des chutes du Niagara. On ne peut pas le faire, mais cela ne veut pas dire qu’il y a là quelque chose de fondamentalement difficile. C’est simplement très très compliqué » (p. 147). Le ton grandiloquent des propos des interviewés se trouve merveilleusement mis en scène par l’ironie désinvolte du journaliste. La Science, d’après lui, serait entrée dans une atmosphère de fin de règne, ou plutôt de fin de siècle.

  • 4 Gerald M. Edelman, Biologie de la conscience, Éditions Odile Jacob, Paris (1994).
  • 5 D’où l’importance de considérer les sciences comme pratique et non comme idéologie ; voir un exemp (...)

3Si la parution d’un tel livre est un symptôme intéressant, la démonstration (heureusement ou malheureusement) ne vaut pas grand chose. En effet, l’ironie de l’auteur n’a nulle peine à s’exercer sur les failles innombrables de l’idéologie scientifique des mandarins de la Science officielle, interrogés après le travail comme des cardinaux en manche de chemise à la cafétéria du Vatican. Justement, l’ironie ne lui coûte rien. Elle est trop facile. Sur les grands problèmes de l’histoire et de la philosophie des sciences, les chercheurs n’ont rien de bien intéressant à dire et c’est tant mieux. Interrogé sur la fin de la Science, Gerarld Edelman ne dit peut-être que des platitudes, mais si l’auteur avait décrit ses robots Darwin au lieu de s’en moquer4, il aurait tiré de la rencontre une toute autre leçon : les scientifiques sont intéressants dans le détail de ce qu’ils font et non dans l’explicitation pompeuse de ce qu’ils disent qu’ils font. Décrit au milieu de sa cour, Ilya Prigogine ressemble à un insupportable fat ; pris dans son laboratoire, il aurait paru tout illuminé par les difficultés techniques qu’il cherche à vaincre. Les chercheurs valent plus par ce qu’ils ignorent que les Savants par ce qu’ils savent5.

4Pourtant l’auteur a probablement raison si par « fin de la Science » on entend la fin d’un argumentaire facile qui mêlerait en vrac le progrès indéfini des budgets et des connaissances, la lutte contre l’obscurantisme religieux, le rêve de maîtrise, l’omniscience divine, les gras budgets de la guerre froide, quelques histoires édifiantes sur Galilée, Newton ou Mendel, une incompréhension flagrante pour le monde social… Ce bric à brac ne peut plus en effet servir à justifier indéfiniment le soutien de la société à la recherche scientifique. De ce point de vue, en effet, la Science n’est pas éternelle. Le chercheur du millénaire prochain diffèrera autant de celui des « trente glorieuses » que celui-ci diffère du « savant » du xixe siècle, du « philosophe » du xviiie ou du « clerc » du xiie. De là à penser que les sciences sont terminées, qu’il n’y a plus rien à connaître, que l’on ne fera plus que remplir les dernières cases du savoir, qu’ajouter des zéros après les virgules, que simuler des expériences que l’on ne pourra plus mener à bien, il y a un pas que les lecteurs de La Recherche se refuseront probablement à faire. Justement parce que leur revue s’appelle « La Recherche » et non pas « La Science » !

  • 6 Isabelle Stengers, Cosmopolitiques. Tome 1, La Guerre des sciences, Tome 2, L'Invention de la méca (...)

5Il n’y a pas plus de fin de la Science que de fin de l’histoire. Chose amusante, John Horgan ironise sur le destin de la Science qui risque de devenir semblable à la littérature, aux arts, à la culture. Mais qu’y a-t-il au fond de si funeste dans un tel destin ? Pourquoi la Science serait-elle pour toujours associée à la Guerre, aux rêves d’omniscience et à la modernisation brutale ? Par ces temps de « vache folle », il n’est peut-être pas inutile, plutôt que d’ironiser sur la fin de la Science, d’explorer d’autres modèles pour abriter les sciences dans la culture et dans le monde politique. Dans une série de petits livres provocants, c’est justement l’issue que cherche Isabelle Stengers6. Naguère collaboratrice de Prigogine, elle sait tout le danger de l’idéologie savante et tout l’intérêt des pratiques scientifiques. Au lieu de prendre les chercheurs dans ce qu’ils ont de pire – la certitude d’avoir raison contre tous –, elle les prend dans ce qu’ils ont de meilleur : les risques qu’ils courent avec le monde social et naturel pour le rendre compréhensible et vivable. D’où ce beau vocable de « cosmo-politique ». La Science est morte ? Vivent les sciences !

6Janvier 1997

Notes

1 Beaucoup des thèmes avaient été anticipés par un curieux petit livre de Nicholas Rescher écrit en 1978 et publié depuis peu en Français : Le Progrès scientifique. Un essai philosophique sur l'économie de la recherche dans les sciences de la nature, PUF, Paris (1993).

2 John Horgan, The End of Science. Facing the Limits of Knowledge in the Twilight of the Scientific Age, Helix Books, New York (1996).

3 Tous des hommes sauf Margulis, et tous des Anglo-américains sauf Prigogine. On ne peut pas trouver d’échantillon plus biaisé. On ne s’en plaindra pourtant pas puisque cela évite aux Européens d’ajouter leurs bévues à celles de leurs chers collègues.

4 Gerald M. Edelman, Biologie de la conscience, Éditions Odile Jacob, Paris (1994).

5 D’où l’importance de considérer les sciences comme pratique et non comme idéologie ; voir un exemple époustouflant dans Adèle Clarke et Joan Fujimura (ouvrage dirigé par), La matérialité des sciences. Savoir-faire et instruments dans les sciences de la vie, Les Empêcheurs de penser en rond, Paris (1996).

6 Isabelle Stengers, Cosmopolitiques. Tome 1, La Guerre des sciences, Tome 2, L'Invention de la mécanique : pouvoir et raison, La Découverte-Les Empêcheurs de penser en rond, Paris (1996). Voir sur son travail la chronique « Des sujets récalcitrants », p. 187-189.

© Presses des Mines, 2006

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search