Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et développement urbain durable

 | 
Bruno Duplessis
, 
Charles Raux

Analyse des mécanismes incitatifs à la rénovation des logements

Bruno Duplessis et Mathieu Labarre

Résumé

Avec le diagnostic de performance énergétique (DPE), les pouvoirs publics espèrent créer une valeur ajoutée pour les biens efficaces énergétiquement. En particulier, cette mesure pourrait créer une valeur résiduelle des investissements en efficacité énergétique lors de la revente du bien immobilier concerné. Le parc immobilier pourrait donc être modélisé à l’aide d’une métrique basée sur l’ » étiquette DPE ». On fait ici l’hypothèse que la valeur ajoutée du DPE est un signal effectivement et rationnellement perçu par les acteurs du marché de l’immobilier (ici les propriétaires occupants), et on cherche à débattre des conséquences de cette perception sur les acteurs.
Dans un premier temps, une typologie de ces acteurs a été développée en supposant a priori que les critères de décision en faveur de l’investissement varient d’un type d’investisseur à un autre. Dans un deuxième temps, le choix de bouquets d’actions de rénovation par ces acteurs-types selon leur(s) critère(s) de décision – a priori différents du coût global actualisé, plus traditionnellement exploité par les pouvoirs publics – a été analysé. Cette méthodologie a permis d’initier une réflexion sur les mécanismes incitatifs à la rénovation des logements existants.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

Le secteur du bâtiment, résidentiel et tertiaire confondu, représente plus de 40 % de la consommation finale en énergie en France. La consommation moyenne en énergie primaire du parc résidentiel est d’environ 260 kWh/(m2.an), mais celle-ci peut dépasser 600 kWh/(m2.an) pour les bâtiments les plus énergivores. L’Etat s’est donc fixé pour objectif de réduire de 38 % la consommation du parc existant d’ici 2020, ce qui signifie abaisser la consommation moyenne du parc résidentiel, sans prendre en compte les nouveaux logements, à environ 160 kWh/(m2.an). Pour ce faire, différents dispositifs ont été mis en œuvre de manière à inciter les propriétaires à rénover leur logement.

L’objectif des travaux présentés dans ce chapitre est d’apporter une contribution à l’analyse de ces mécanismes incitatifs. Pour cela nous proposons une modélisation du comportement des propriétaires occupants permettant de représenter les motivations à la rénovation énergétique des logements. A travers ce...

Auteurs

Bruno Duplessis, professeur agrégé de Génie Civil et docteur en Energétique de l’Ecole des Mines de Paris est actuellement maître assistant associé au Centre Energétique et Procédés de Mines ParisTech. En collaboration avec des partenaires industriels ou institutionnels, ses activités de recherche se développent principalement dans le domaine de la maîtrise de la demande en énergie (MDE) et en particulier autour du développement de méthodes et d’outils pour la caractérisation et l’évaluation des actions de MDE.

Mathieu Labarre est titulaire d’un Master 2 Physique et Environnement de l’université d’Orsay. Il a collaboré en tant qu’ingénieur de recherche aux activités de recherche du Centre Energétique et Procédés de Mines ParisTech portant sur l’analyse des mécanismes de décision de rénovation chez les particuliers dans le cadre d’une convention de recherche financée par l’institut Carnot du CSTB.

© Presses des Mines, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540