Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

TIC et innovation organisationnelle

 | 
Pierre-Michel Riccio
, 
Daniel Bonnet

III – En direct du terrain

Du groupement d’entreprises et de la création d’une action collective intergroupements d’entreprises en Languedoc-Roussillon

Géraldine Auret

Texte intégral

1Si l’instinct grégaire est la tendance qui pousse les êtres humains à former des groupes ou à adopter le même comportement…
si déjà au Moyen-Âge en France des associations groupaient les membres d’une même profession au sein de corporations, de guildes, de rues entières…
alors aujourd’hui, que sont les groupements d’entreprises ?

2Du club au pôle de compétitivité, le groupement d’entreprises permet d’accéder à des moyens, des connaissances, des compétences… difficilement accessibles voire inaccessibles individuellement. Il n’a pas vocation à se substituer à l’entreprise, mais bien de compléter les outils de pilotage à la disposition du dirigeant pour le développement de son entreprise. Il devient aujourd’hui une véritable composante de la stratégie globale de l’entreprise au même titre qu’un partenaire traditionnel.

3Le groupement est un système dédié au développement économique moderne à la fois sociétal de par sa structure associative pour atteindre un objectif, et libéral par sa recherche de performance économique au service des entreprises qui le composent. Un de ses facteurs-clefs de succès réside dans sa prise en compte d’intérêts individuels au service d’un acte collectif et dans sa réponse collective apportée aux intérêts individuels.

4Il répond ainsi à une dimension à la fois sociétale et économique.

5La mondialisation des marchés, les effets de concentration, les évolutions technologiques etc., associés aux nouveaux risques économiques et financiers, obligent et poussent les entreprises sans cesse à renouveler leur schéma de fonctionnement. Dans ce contexte, le groupement d’entreprises formel, ou à l’état de simple club, apparaît comme un véritable système économique répondant à un environnement dans lequel l’acteur « entreprise » ne peut rester performant que s’il envisage de s’associer à d’autres.

6Alors aujourd’hui, le réseau économique, le groupement d’entreprises n’est-il pas une adaptation moderne d’une notion instinctive et d’une notion socio-économique séculaire ?

7Le groupement n’est-il pas un outil de pérennisation et de développement de la performance globale des PME actuelles ?

8Nous tenterons dans cet article d’exposer dans un premier temps quelles sont les composantes d’un groupement d’entreprises en tant que technologie, phénomène économique, moderne d’accompagnement au management et à l’organisation des TPE et PME régionales. Nous tenterons de présenter et de démontrer dans un second temps en quoi une action collective intergroupements d’entreprises accroît l’efficacité des processus collaboratifs.

9La démonstration s’appuiera sur une expérience opérationnelle : ACHATS LR, une action collective de mutualisation d’achats de moyens généraux intra - et intergroupements d’entreprises du Languedoc-Roussillon.

COMPOSANTES DU GROUPEMENT D’ENTREPRISES EN LR

10La notion de « groupement d’entreprises » est un terme générique qui peut désigner des entités sensiblement différentes tant par leur structure, que par leur fonctionnement ou leur objectif.

11Ainsi on peut selon les cas parler de « club », « cluster », « consortium », « district industriel », « filière », « groupement d’employeur », « pôle de compétitivité », « système productif local (SPL) », ou encore plus récemment de « grappe d’entreprises ». Les dénominations sont multiples et évoluent avec le temps.

12Il n’existe donc pas un modèle unique de groupement d’entreprises, mais plusieurs. Pour définir la notion de « groupement d’entreprises » au sens large, nous avons choisi de retenir, pour leur complémentarité, les deux propositions suivantes :

  • « fait par lequel deux organisations au moins forment au cours du temps des liens plus ou moins puissants et étendus dans le but de réduire les coûts et/ou d’augmenter la valeur reçue et ainsi d’en tirer un bénéfice mutuel » (Andersen et Narus, 1991).
  • « ensemble d’entreprises engagées dans une stratégie d’alliance » (Ingénierie des groupements entre PME-PMI – Drire Franche-Comté, 2009).

13Comme l’a montré l’étude en cours de publication par l’Afnor dans « Guide méthodologique pour la création de groupements d’entreprises en Languedoc-Roussillon », basée sur une enquête auprès de 48 entreprises adhérentes à un groupement d’entreprises en Languedoc Roussillon, les groupements d’entreprises de cette région peuvent se caractériser par :

  • le territoire dont sont issues les entreprises et sur lequel s’exercent les actions du groupement.
  • le secteur d’activité des entreprises du groupement,
  • le type et la nature des entreprises composant le groupement ;
  • le budget dont le groupement dispose ;
  • la structure juridique du groupement ;
  • le mode de pilotage et de coordination du groupement ;
  • la méthode de travail utilisée
  • le type d’actions menées par le groupement.

14Les entreprises se regroupent généralement pour :

  • bénéficier d’économies d’échelle grâce aux effets de volume dus au nombre d’entreprises participantes ;
  • accéder à des moyens matériels et immatériels pour lesquels elles ont des difficultés d’accès à titre individuel ;
  • être connues et reconnues vis-à-vis des institutionnels ;
  • échanger avec d’autres ;
  • et de manière générale pour « être plus fortes à plusieurs ».

15Ce sont le plus souvent des TPE et PME provenant d’un territoire local, issues soit d’un même secteur d’activité ou d’une même filière, soit de secteurs d’activité différents et regroupées autour d’une thématique commune, tels que l’ingénierie financière, le développement durable, les ressources humaines….

Sur quel territoire ?

16Les entreprises peuvent appartenir à différents territoires en fonction des actions. Mais le périmètre du groupement est généralement défini au niveau régional, ou par le territoire d’appartenance et/ou d’action des membres fondateurs :

  • zone d’activité ;
  • bassin économique ;
  • territoire départemental ;
  • territoire régional ;
  • territoire inter régional ;
  • territoire national ;
  • territoire international.

Pour quel secteur d’activité ?

17Traditionnellement, les entreprises des groupements sont issues d’un même secteur d’activité voire d’une même filière. Leurs buts sont d’accéder à de nouveaux marchés, améliorer la lisibilité de leurs métiers, accroître leur capacité de lobbying et engager des actions structurantes pour leurs entreprises.

18Dans une très faible proportion – moins de 1 % – certains groupements sont interprofessionnels et regroupent des entreprises de secteurs d’activité différents.

Au bénéfice de quelles entreprises ?

19Selon l’enquête de l’Afnor citée ci-dessus, les entreprises du Languedoc-Roussillon adhérant à des groupements sont des SARL ou des SA/SAS ayant plus de 5 ans d’existence et moins de vingt salariés.

Financements des groupements d’entreprises

20Les financements des groupements proviennent :

  • de ressources privées (cotisations des membres, participation financière des membres aux actions, sponsoring…) ;
  • de ressources publiques (subventions régionales, nationales et européennes).

21En Languedoc-Roussillon, les budgets de fonctionnement annuels des groupements sont en général compris entre 100 k€ et 500 k€ en fonction du type de groupement (filière, sectoriel, etc.) et du nombre d’entreprises qui le composent.

Quelle structure juridique ?

22Ce choix a des incidences sur le mode de gouvernance du groupement, la conduite des actions, et sur la fiscalité et les ressources du groupement.

23Pour des raisons de facilité de création et de gestion, la plupart des groupements d’entreprises sont constitués sous la forme d’Association Loi 1901.

Un mode de pilotage et de coordination des acteurs spécifiques

24La majorité des groupements étant constitués sous forme d’Associations Loi 1901, on retrouve généralement dans les organes de gouvernance un président, un bureau et/ou un conseil d’administration, qui travaillent en collaboration avec un animateur/coordinateur. La plupart des animateurs/coordinateurs en région sont des consultants extérieurs spécialisés, les autres peuvent être des salariés du groupement ou mis à disposition par des institutionnels.

25Toutes les décisions concernant les groupements sont prises par les instances de gouvernance légales.

26Les groupements se créent en fonction de besoins recensés lors d’études préalables qui peuvent être commanditées par des institutionnels, des syndicats professionnels ; ou par la volonté de quelques chefs d’entreprises.

27Le budget est établi en fonction d’un programme/plan d’action validé avec le conseil d’administration ou le bureau et les financeurs sur la base des besoins exprimés par les adhérents.

Comment faire émerger un groupement d’entreprises et une action collective

28Les pratiques mises en œuvre depuis plusieurs années en Languedoc-Roussillon font ressortir une méthodologie globale commune :

  1. Étudier > évaluer préalablement les besoins et les attentes des entreprises et des acteurs avant d’entériner la création du groupement (qui formeront les objectifs des actions et du programme),
  2. Concevoir > concrétiser le groupement sur les plans juridique, économique et financier,
  3. Mettre en œuvre > faire vivre le groupement et mettre en œuvre le plan d’actions prévisionnel,
  4. Evaluer > mesurer l’efficacité des actions du groupement au regard des objectifs fixés.

29L’évaluation permet à la fois de mesurer la satisfaction des adhérents et le « retour sur investissement » des financeurs.

Exemples d’actions collectives opérationnelles

30La majorité des actions menées par les groupements du Languedoc-Roussillon concernent les thématiques suivantes :

  • rencontres et échanges stratégiques ;
  • ressources humaines ;
  • commercial ;
  • innovation,
  • mise en place d’actions de structuration financière ;
  • mise en relation avec des opérateurs du monde économique ;
  • mutualisation de moyens divers.

Evaluation de l’efficacité différenciée selon les acteurs

31En région Languedoc-Roussillon, le phénomène économique des groupements d’entreprises, est un processus collaboratif très développé. L’évaluation de la performance et de l’efficacité se mesure avec des indicateurs et des résultats différenciés selon les acteurs :

  • les institutionnels : nombre d’emplois créés ou maintenus, nombre de participants, nombre de rencontres, affichage des logos sur les outils de communication, nombre d’articles dans la presse ;
  • les chefs d’entreprises membres du bureau : notoriété du groupement, reconnaissance auprès des institutionnels, résultats globaux du groupement d’entreprises et accomplissement du programme d’actions ;
  • les chefs d’entreprises adhérents : contacts noués/réseau, accès à une information stratégique, économies d’échelle et effets volume, chiffre d’affaire développé ;
  • le coordinateur : satisfaction des adhérents quant aux résultats, accomplissement du programme d’actions, reconduction de la mission.

32Axes de réflexion de la première partie : de l’efficacité du processus collaboratif “groupement d’entreprises”

  • L’évaluation de la performance d’une action collective prend un sens différent selon les acteurs.
  • Si une action est conceptualisée selon la méthode reportée en amont alors les besoins et les attentes, donc les objectifs, sont intrinsèques à l’action. Ils reprennent les caractéristiques de base des objectifs d’un groupement pour chaque action.
  • Les résultats attendus sont identifiés : résultats économiques, effets induits par action, résultats en termes de notoriété et reconnaissance, etc.
  • On assiste surtout à une somme de résultats individuels qui s’additionnent pour former les résultats globaux d’une action collective.
  • La somme des résultats des actions collectives forme l’efficacité du processus collaboratif global sans que de possibles inefficacités ou manques d’une action au sein d’un programme ne ressortent.
  • Nous avons pu constater qu’il existait également d’autres résultats que nous avons définis comme ayant des impacts imprévisibles initialement : effet induits et rebonds.
  • Effets induits : résultat d’un impact secondaire découlant directement de l’action mais non prévu initialement.
  • Effets rebonds : résultats d’un impact secondaire découlant indirectement de l’action non lié et non prévu initialement.
  • Une action collective peut également avoir un effet multiplicateur d’une action possible à titre individuel, elle augmente dès lors la rentabilité d’une action individuelle et réduit souvent le temps d’une mise en œuvre individuelle.

CREATION D’UNE ACTION META-ORGANISATIONNELLE : ACHATS LR -MUTUALISATION DE MOYENS GENERAUX INTERGROUPEMENTS D’ENTREPRISES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

Définition de l’action

33Quel que soit le territoire, le secteur d’activité ou encore les actions collectives d’un groupement d’entreprises, celui-ci s’adresse à des entités économiques qui sont structurées et organisées en fonction de leur chiffre d’affaires et de leur taille.

34Les groupements d’entreprises œuvrent pour des entreprises qui les composent dans l’optique de :

  • développer leur performance et leur compétitivité ;
  • leur permettre d’accéder à une visibilité et à une lisibilité ;
  • échanger avec d’autres afin de vaincre l’isolement ;
  • bénéficier d’économies d’échelle grâce à un effet volume ;
  • accéder à des moyens matériels, humains, logistiques, immatériels etc., difficilement accessibles individuellement.

35Le concept « achats LR » s’appuie sur ces deux derniers objectifs.

36L’objet d’achats LR réside dans le fait de mutualiser des achats de moyens généraux et spécifiques (non stratégiques donc ne tenant pas compte des achats relatifs aux métiers des entreprises - exemple : matière première) entre plusieurs groupements d’entreprises du Languedoc-Roussillon.

37Achats LR s’adresse à des entreprises appartenant à un groupement d’entreprises régional quel que soit leur secteur d’activité. La mutualisation permet économies d’échelle et accessibilité à des moyens autres qu’individuels.

38Si « l’union fait la force » au sein d’un groupement d’entreprises, la transversalité d’une action intergroupements permet d’accroître la performance de l’action, un gain de temps significatif et d’amplifier les résultats qualitativement et surtout quantitativement.

Genèse de l’action

39Au démarrage, l’idée d’un tel concept est née des besoins des entreprises de plusieurs groupements d’entreprises régionaux coordonnés par le cabinet Thalis Conseil.

40La relation initiale entre ces groupements est le cabinet Thalis Conseil. Celui-ci a analysé le besoin de mutualiser les achats de moyens généraux au sein de chaque groupement, afin de bénéficier d’économies d’échelle.

41Ce besoin émergeant auprès d’entreprises adhérentes de plusieurs groupements distincts a dès lors donné lieu à un besoin collectif intergroupements, un dénominateur commun métagroupements pouvait ainsi voir le jour.

42La verticalité de chaque groupement a laissé la place à une transversalité thématique intergroupements.

Acteurs et gouvernance

43Les acteurs de cette action sont donc :

  • groupements d’entreprises régionaux ;
  • entreprises adhérentes à ces groupements d’entreprises régionaux ;
  • centrale de référencement travaillant à la mise en place d’accords cadres auprès de fournisseurs ;
  • cabinet de conceptualisation et de coordination.

44L’innovation de cette action réside entre autres dans la gouvernance puisqu’elle est à la fois externe aux groupements à travers la coordination et la gestion de l’action qui est effectuée par le cabinet Thalis Conseil ; elle est également interne à chaque groupement, puisque chacun d’eux reste indépendant y compris vis-à-vis d’achats LR avec un droit de retrait à tout moment. En outre, ils ne sont pas dépendants les uns des autres pour participer à l’action. De plus, chaque entreprise reste indépendante et peut participer ou pas à l’action.

45L’action est collective, intergroupements sans que la participation des entreprises et des groupements ait une incidence quant au bon déroulement de l’action.

46Aucune gouvernance supplémentaire n’est créée. Il s’agit d’une gouvernance croisée partagée mais qui n’engendre pas une inter dépendance.

Outils développés

47Les outils développés sont un assemblage à la fois d’outils financier, marketing et opérationnel relatifs aux achats proprement dits :

  • financier - le Cabinet Thalis Conseil assume le risque financier de la création, la mise en place et la coordination d’achats LR. En outre, il prend en charge la convention le liant à la centrale de référencement des accords cadres sur les achats de moyens généraux pour le compte de ses groupements d’entreprises. Au lieu d’avoir une somme de conventions, une seule lie le cabinet avec la centrale, le montant est dès lors unique. Cet investissement n’est plus porté dans sa totalité par chaque groupement mais par le cabinet qui le répartit entre les groupements.
  • marketing - le Cabinet Thalis Conseil créée le concept ACHATS LR et le diffuse auprès de groupements d’entreprises qu’il coordonne et d’autres. Des outils de communication et de promotion sont créés. Le cabinet organise également des ateliers de présentation du concept en l’adaptant à chaque groupement.
  • opérationnel - accords cadre de référencement mis en place par la centrale sur des achats de moyens généraux assez larges.

Démonstration de l’effet multiplicateur du processus collaboratif intergroupements d’entreprises

48Achats LR est une solution clef en main simple, une action collective facile à mettre en œuvre et à moindre coût pour les groupements et les entreprises.

49Les bénéfices pour les entreprises et les groupements sont de plusieurs ordres :

  • Augmenter les remises fournisseurs
  • Accroître la marge de l’entreprise
  • Bénéficier d’économies d’échelle
  • Accéder à un outil complémentaire au service de la Direction Achats.

50Achats LR est une action intergroupements innovante, unique en région Languedoc-Roussillon et dont les résultats sont identifiables quantitativement à court terme et permettent à l’entreprise d’augmenter sa compétitivité.

Hypothèses de démonstration

Méthode

  1. Action collective étudiée au niveau de deux groupements d’entreprises de façon individuelle : groupement A et groupement B
  2. Action collective intergroupements étudiée au niveau du concept d’ACHATS LR.
  3. Conclusions

Indicateurs recherchés

51La performance économique du processus collaboratif se mesurera en prenant en compte les caractères suivants :

  • coût par groupement d’entreprises sur la période ;
  • coût moyen par entreprise sur la période ;
  • économies moyennes réalisées par groupement d’entreprises sur la période ;
  • économies moyennes réalisées par entreprise sur la période ;
  • rentabilité moyenne de l’investissement par entreprise ;
  • effet multiplicateur du processus collaboratif.

52Action collective étudiée au niveau de deux groupements d’entreprises distinct

Groupement A

53L’action collective de mutualisation d’achats de moyens généraux avec la centrale de référencement a été mise en place il y a trois ans par le groupement A.

Caractères :

54Nombre d’entreprises : 11 Période : trois ans

55Coût pour le groupement : 22K€ Economies/3ans : 122K€

Indicateurs de rentabilité de l’action collective pour le groupement A

  • Coût par groupement d’entreprises sur la période : 22K€
  • Coût moyen par entreprise sur la période : 2K€
  • Économies moyennes réalisées par groupement d’entreprises sur la période : 122K€
  • Économies moyennes réalisées par entreprise sur la période : 11K€
  • L’effet multiplicateur du processus collaboratif est de 5,54 (effet multiplicateur de l’investissement collectif).

Groupement B

56L’action collective de mutualisation d’achats de moyens généraux avec la centrale de référencement a été mise en place il y a un an par le groupement B.

Caractères :

57Nombre d’entreprises : 18 Période : un an

58Coût pour le groupement : 10K€ Économies/1 an : 106K€

Indicateurs de rentabilité de l’action collective pour le groupement B

  • Coût par groupement d’entreprises sur la période : 10K€
  • Coût moyen par entreprise sur la période : 0,55K€
  • Economies moyennes réalisées par groupement d’entreprises sur la période : 106K€
  • Economies moyennes réalisées par entreprise sur la période : 5,8K€
  • L’effet multiplicateur de l’investissement est de 10,6.

59Recherche de l’économie moyenne réalisée par entreprise : (228/51) = 4470€ Effet multiplicateur moyen sur les deux groupements : 7,13

60Action collective étudiée au niveau intergroupements d’entreprises : Achats LR

Caractères :

61Nombre d’entreprises : 17 Période : un an

62Nombre de groupements : 2 Coût par groupement / 1 an : 1,5K€

Indicateurs de rentabilité de l’action collective intergroupements

  • Coût moyen par groupement d’entreprises sur la période : 1,5K€
  • Coût moyen pour les 2 groupements d’entreprises sur la période : 3K€
  • Economies moyennes estimées pour les 2 groupements d’entreprises sur la période : 17x 4,470€ = 76K€
  • Economies moyennes réalisées par entreprise sur la période : 4,470K€
  • L’effet multiplicateur du processus collaboratif est de 25,33 (effet multiplicateur de l’investissement collectif).

63Sur l’analyse du concept d’achats LR, l’efficacité du processus collaboratif meta groupement est multipliée par deux, on passe d’une efficacité moyenne de 7,13 à 25,33.

64Il appartient ensuite à Achats LR de développer le nombre de groupements adhérant à l’action pour rentabiliser son investissement.

CONCLUSIONS

65Loin d’une coopération interentreprises classique de type association, fusion, acquisition… pour accroître les positionnements sur certains marchés notamment, le processus collaboratif du phénomène économique des groupements d’entreprises est original dans ses possibilités d’optimisation de postes d’exploitation de l’entreprise.

66En l’espèce, le groupement a permis de compléter des processus d’achat de l’entreprise pour créer des processus inter entreprises plus efficaces : accès à des économies d’échelle et des effets volume certains, diminution du coût d’accès à une action.

67L’action Achats LR, action collective non plus interentreprises mais intergroupements d’entreprises démontre que l’efficacité et la performance du processus collaboratif peut être accrue.

68Cette action innovante, car quasi unique sans sa composante interorganisationnelles en région, permettra, nous l’espérons, d’aller plus loin dans l’étude et la mise en œuvre de processus collaboratifs nouveaux dépassant les gouvernances et les politiques dans le seul but d’améliorer la compétitivité de nos entreprises.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Afnor – Bensallem F. et Auret G., (2011), Guide méthodologique pour la création et la gestion de groupements d’entreprises en Languedoc-Roussillon, à paraître, 100 p.

Alazard C. et Sépari S., (2007), Contrôle de gestion : manuel et application, Dunod coll. Experts sud, 701 p.

Angelier J.P., (2002), Economie industrielle et méthode d’analyse sectorielle, 3èd, PUG, 176 p.

Blanchot F., (2007), L’alliance comme levier et lieu du changement, article paru dans Gestion du changement (sous la direction de Meier O.), Dunod.

Bouayad A., (2007), Les alliances stratégiques, Dunod, 199 p.

Clerd-Girard P., (2005), Alliances entre PME/PMI industrielles – bonnes pratiques, Chambres de commerce et d’industrie de Lyon.

Desmeuraux A., (2009), Tout le processus stratégique : Segmentation, diagnostic, choix, Pearson Éducation, 215 p. Dumalin F., (2004), Initier et conduire une action collective, Accompagnement des petites et très petites entreprises, ANACT.

Dussauge P. et Garette B., (1995), Les stratégies d’alliance, Editions d’Organisation.

Ernst & Young, (1998), Guide Européen des alliances entre PME et de la sous traitance, Commission Européenne.

Josserand E., (2001), L’entreprise en réseau, Vuibert, 168 p. Killi A., (2005), Référentiel de compétences, cœur de métiers – Métiers du développement territorial.

Le Boterf G., (2008), Travailler efficacement en réseau : une compétence collective, Ed Organisation, 166 p. Le Roy F. et Yami S., (2009), Management stratégique de la concurrence, Dunod, 288 p.

Marciano A, (2005), Glossaire réalisé à partir de références bibliographiques, Commission nationale SPL.

Morin et al., (2007), Les indicateurs de performance, Guerin Canada, 167 p.

Queyras J., (2009), Soutien à la dynamique des grappes d’entreprises, DIACT.

Sanfelieu V., (2004), Créer et animer des clubs d’entreprises – Guide méthodologique à l’usage des CCI, CCI de Nîmes Entreprises.

Villaret M., (2010), Financement régionaux : leviers de croissance et de compétitivité, Janvier 2010.

Vouillot E. et Brocard J.C., (2009), Ingénierie des groupements entre PME-PMI, DRIRE Franche Comté.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

Auteur

Consultante Gérante / THALIS Conseil

© Presses des Mines, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540