Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance de l’ingénieur social

 | 
Frédéric Le Play

Partie III. Le rôle social de l'ingénieur

Chapitre 10. Le rôle social de l’ingénieurRéception par la Société des ingénieurs civils de France

Émile Cheysson

Texte intégral

Du patronage au rôle social de l’ingénieur (1897)1

  • 1 Sur É. Cheysson, voir Sébastien Laurent, « Émile Cheysson : entre modernisme et paix sociale. Portr (...)

1Émile Cheysson (1836-1910), polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, est l’un des plus éminents représentants de la science sociale leplaysienne. Frédéric Le Play s’attache les services du jeune ingénieur dès 1864 en vue de l’organisation de l’Exposition universelle de 1867 et lui confie la direction du service des machines. Cette rencontre marque profondément l’évolution intellectuelle et scientifique de Cheysson. Celui-ci occupera, à plusieurs reprises, des fonctions de direction au sein de la Société d’économie sociale (SIEPES) et contribuera d’une manière décisive au perfectionnement de la méthode monographique en traçant notamment le cadre théorique des monographies d’atelier et de commune. Pour Cheysson, la science sociale se doit d’enregistrer les transformations économiques et sociales de l’époque : l’entreprise (l’atelier) a succédé à la famille (foyer) comme épicentre de l’activité. Cette méthode monographie est, à ses yeux, le complément indispensable de la statistique dont il est également un spécialiste reconnu. Homme de science associé aux travaux de nombreuses commissions officielles (Conseil supérieur de la statistique, Commission du cadastre, etc.), Cheysson est aussi un professeur réputé. Il est chargé du cours de « Littérature administrative » à l’École des Ponts et Chaussées (1868-70), se voit confier à partir de 1885 à l’École des mines de Paris un cours d’économie industrielle qu’il professe pendant vingt ans. De 1882 à 1906, il assure à l’École libre des sciences politiques un cours d’économie politique, puis d’économie sociale.

2Directeur aux établissements Schneider du Creusot (1871-74), Cheysson tire de cette expérience de nombreux enseignements qui, avec sa longue fréquentation du monde des ingénieurs, constituent la matière essentielle de sa conférence prononcée devant la Société des ingénieurs civils (mai 1897) : Le rôle social de l’ingénieur. Les ouvriers et les patrons ont un but commun, celui « de tarir les sources de l’antagonisme, en intéressant le personnel à la prospérité de l’atelier ». Il revient à l’ingénieur, formé aux dimensions sociales et humaines de son activité professionnelle, de rapprocher les ouvriers de l’état-major. « Tout en restant un ingénieur technique et un commerçant, il doit se doubler d’un ingénieur social, c’est-à-dire joindre à de fortes connaissances professionnelles celles qui concernent les institutions destinées à asseoir la prospérité de l’entreprise sur le bien-être des ouvriers qu’elle emploie ». La paix de l’atelier est à ce prix.

*

3MESSIEURS,

4C’est avec un grand empressement et une vive satisfaction que la Société d’Économie sociale a accepté l’aimable invitation de sa sœur, sa sœur aînée, la Société des ingénieurs civils. Il existe, en effet, entre elles, de puissantes affinités, malgré la diversité de leurs attributions et de leurs domaines. Comme nous, vous émanez de l’association libre ; comme nous, devant ces tendances universelles qui brisent les énergies et attendent tout de l’État, vous n’avez demandé votre existence et vos succès qu’aux efforts de l’initiative privée. Cet hôtel lui-même, qui fait tant d’honneur votre éminent architecte, M. Delmas, atteste le développement de votre institution et la personnifie ; c’est la maison de famille de votre grande corporation ; c’est le foyer domestique, le toit paternel où tous ses membres sont sûrs d’être bien accueillis et de trouver, avec la lumière de la science, la chaleur de la solidarité professionnelle et de la bonne camaraderie. Cet hôtel proclame donc à sa façon, en même temps que la grandeur de votre institution, la puissance de l’association elle-même. Pour des amis de la paix sociale, qui croient à la valeur de l’effort libre et personnel, c’était une bonne fortune que de venir constater et souligner cette éclatante leçon de choses.

5Mais ce qui nous attire surtout ici, ce n’est pas la maison, malgré son éclat et sa commodité ; ce sont ses habitants, c’est la famille qu’elle abrite, parce que cette famille est en partie la nôtre ou du moins parce que nous avons avec elle des liens étroits de parenté.

6L’illustre fondateur de la Société d’Économie sociale, Frédéric Le Play, aimait beaucoup les ingénieurs et leur assignait un rang élevé, le premier, dans la hiérarchie sociale. Au-dessus des professions libérales, au-dessus des juristes, qu’il n’appréciait guère, il plaçait les ingénieurs, les industriels, à la tête des classes dirigeantes, pourvu qu’ils remplissent leur devoir social. Il était lui-même, vous le savez, un ingénieur consommé et avait dirigé avec, un succès prodigieux de grandes exploitations de mines métalliques dans l’Oural. Il ne cessait d’insister sur les services que lui avait rendus cette partie technique de sa vie pour en préparer et en soutenir la partie sociale. Quand il fonda en 1856 la Société que vous recevez aujourd’hui, il y appela surtout des industriels et des agriculteurs, c’est-à-dire des hommes aux prises avec les réalités de la vie, la conduite d’un personnel et les responsabilités patronales. C’est ainsi que beaucoup de noms figurent à la fois sur les listes de nos deux sociétés, sans compter ceux que nous avons perdus et qui servaient de trait d’union entre nous. Parmi ces derniers, permettez-moi de citer notre bien regretté M. Gibon, dont la mort a mis en deuil nos deux sociétés.

7Depuis leur fondation, chacune d’elles, tout en restant sur son terrain propre, côtoyait le terrain de sa voisine et y faisait de légitimes et fécondes incursions, tant ces questions sont dans la pratique intimement mêlées. En compulsant nos annales, j’y trouverais de nombreuses études sur les questions industrielles ; en feuilletant les vôtres, M. le marquis de Chasseloup-Laubat vient de nous dresser un tableau aussi instructif qu’intéressant de toutes les questions sociales que vous avez successivement traitées, et qu’il a classées méthodiquement dans les grandes divisions de la science sociale. C’est un travail magistral qui honore à la fois son auteur et la Société dont il était l’éloquent organe. En même temps qu’un titre de gloire pour les maîtres de maison, ce beau passé social était une attention pleine de courtoisie et de bonne grâce à l’adresse des invités : tel un châtelain qui, en recevant des parents un peu éloignés, étalerait à leurs yeux les parchemins relatifs à la communauté de leur filiation et laisserait dans l’ombre les ancêtres les plus illustres de son arbre généalogique.

8M. de Chasseloup-Laubat vient ainsi de simplifier ma tâche, mais en même temps de la compliquer, puisqu’il ne me laisse qu’à glaner après lui. N’ayant pas cependant le droit de me dérober au périlleux honneur de lui répondre au nom de la Société d’Économie sociale, et au risque de vous infliger des redites, je vous demande quelques instants de votre bienveillante attention pour traiter rapidement devant vous : le Rôle social de l’ingénieur.

I. — LA PÉRIODE CHAOTIQUE DE L’INDUSTRIE.

9La mécanique nous a dotés de la machine à vapeur, qui a révolutionné les conditions antérieures du travail et fait la grande industrie. Il ne s’agit plus aujourd’hui de ces petits ateliers domestiques d’autrefois, où un maître travaillait avec l’assistance d’un ou deux compagnons apprentis, admis à sa table et faisant partie de sa famille. Les usines ont aggloméré autour de leurs cheminées toute une armée, toute une population d’ouvriers, dont les habitudes, les aspirations, les mœurs, sont absolument distinctes de celles de leur patron. Alors que l’ancienne dissémination parcellaire des petits ateliers favorisait le contact, l’uniformité de l’existence, le tête-à-tête du maître et de l’ouvrier, ces énormes concentrations engendrent la séparation des classes, le malaise, les comparaisons irritantes, l’antagonisme, la fermentation des esprits qui se surchauffent l’un l’autre, et la poussée formidable des revendications collectives.

10Au début de ces transformations, l’industrie, en quête de sa voie, s’est trouvée brusquement aux prises avec tous les problèmes techniques et sociaux, qui réclamaient en même temps leur solution. Tout était nouveau pour les industriels sur ces terres encore inexplorées, aussi bien les contacts avec les machines qu’avec les ouvriers. Aussi ont-ils commis – sur le terrain social en particulier – d’étranges erreurs. Ils étaient convaincus qu’ils n’avaient à s’ingérer dans la vie intime des ouvriers que dans la stricte mesure où l’exigeaient les nécessités industrielles. Ce qu’ils devaient à leur personnel, c’était le salaire et rien de plus. Dans les usines en rase campagne, où tout était à créer, ils se résignaient bien, puisqu’ils ne pouvaient faire autrement, à s’occuper de l’habitation de l’ouvrier et de ses approvisionnements, mais quelles casernes et quelles cantines ! Quant aux usines urbaines, la ville offrant au patron un grand marché de main-d’œuvre avec des ressources toujours disponibles pour y puiser au gré de ses exigences, pourquoi se serait-il mis en peine de la façon dont les ouvriers avaient à pourvoir à leurs divers besoins ? Il semblait, en un mot, qu’entre eux et lui, il ne dût y avoir d’autres relations que celles de la vente ou de l’achat du travail et qu’une fois ce travail livré et payé, on fût quitte de part et d’autre.

  • 2 De Laveleye, Le socialisme contemporain, Bruxelles – La Haye, 1881, p. XIX.

11On voit que cette attitude répondait à certaines conceptions théoriques du devoir du patron et s’appuyait sur des postulats économiques, mal interprétés, et qu’on appliquait avec une confiance impassible. C’était au nom de ces prétendus principes qu’on acceptait sans hésitation des pratiques qui semblaient légitimées, commandées même par le dogmatisme scientifique. Dans sa déposition devant la Commission d’Enquête sur les tradeunions, le grand industriel anglais James Nasmyth venait d’expliquer avec désinvolture comment il renvoyait ses ouvriers, quand la production se ralentissait. On lui demande ce que deviennent ces ouvriers ainsi congédiés, et lui de répondre : « Je l’ignore, mais je m’en remets pour ceci à l’action des lois naturelles qui régissent la société2 ! » Cette inconsciente sérénité explique tous les abus qui ont été révélés par les grandes enquêtes anglaises et contre lesquels a été dirigé tout l’arsenal des factories acts.

II. — IMPORTANCE ÉCONOMIQUE DES BONS RAPPORTS DANS L’ATELIER.

12Conjurés à la fois par l’action concourante des ouvriers et de la loi, ces abus, qui remontent à « l’époque chaotique de l’industrie », suivant l’expression de M. Paul Leroy- Beaulieu, ne sont plus heureusement aujourd’hui qu’un souvenir. C’est que la doctrine du travail-marchandise et les pratiques qu’elle suggérait ont produit des fruits si amers que l’industrie s’est aperçue qu’elle faisait fausse route et s’est ravisée ; elle a compris que, derrière la main-d’œuvre – cette abstraction économique – il y a un ouvrier, un semblable, un homme avec sa famille et ses besoins ; que, si ces besoins ne sont pas satisfaits, il en résulte dans toute la machine industrielle des frottements, des soubresauts ou des à-coups qui peuvent l’arrêter ou la briser.

13En se bornant à la question matérielle de l’intérêt financier du patron, quelle différence à ce point de vue dans la productivité de ses ouvriers, à égalité de salaire suivant l’esprit qui les anime ! Pour saisir sur le vif cette différence, il suffit de considérer deux ateliers voisins, adonnés à la même industrie, mais dont l’esprit n’est pas le même.

14Dans l’un, les ouvriers sont aigris, mécontents ; ils appartiennent à cette catégorie de « sublimes », pour lesquels, suivant le monde leur historiographe, M. Denis Poulot, « couler le patron est plus qu’une habitude : c’est un devoir ! » Ils se ménagent, ou plutôt comme ils disent, « ils se retiennent », surtout si la commande est pressée ; au besoin, ils feraient manquer une pièce ; ils quittent l’atelier au moment du coup de feu ; ils se mettent en grève sous le plus futile prétexte ; ils guettent en un mot l’occasion de témoigner leur malveillance au patron et de nuire à ses intérêts.

15Dans le second atelier, au contraire, la paix règne ; les ouvriers, loin de détester le patron, ont confiance en lui et s’intéressent à la prospérité de ses affaires ; ils ont l’esprit de corps et sont attachés à la maison, comme le soldat l’est au régiment.

16En dehors du contentement intime que procure au chef de ce second atelier la direction d’un personnel confiant et satisfait, ne trouve-t-il pas dans cette harmonie même un levier puissant pour le succès industriel ? Pendant que le « sublime » gaspille, dans la mesure où il le peut, son temps et les matières premières dont il dispose, l’ouvrier apaisé évite tout coulage et toute malfaçon ; sa conscience est le meilleur et le plus efficace des contremaîtres. Comment tenter une traversée aventureuse avec un équipage dont on n’est pas sûr et qui peut à chaque instant se révolter contre son capitaine ? Aussi a-t-on vu sombrer, dans la tempête des crises, plus d’une de ces entreprises affaiblies par cette tension sourde de rapports, tandis que les autres supportaient victorieusement l’épreuve. C’est là un fait indéniable que l’observation tend partout à confirmer.

17Il y avait autrefois pour un patron deux manières de se ruiner à coup sûr : c’était de ne pas savoir bien vendre ou acheter et de ne pas savoir bien fabriquer ; en d’autres termes, d’être un mauvais commerçant ou un mauvais industriel. Il faut maintenant y ajouter une troisième manière, non moins infaillible que les deux premières et dont l’importance va sans cesse grandissant : celle de ne pas savoir manier son personnel, d’être un mauvais conducteur d’hommes.

18Qu’est-ce à dire si ce n’est affirmer cette grande vérité que toute question économique se double d’une question morale ; que les forces morales, telles que l’harmonie des rapports, le bien-être et la bonne organisation de la famille ouvrière, sont de puissants facteurs organiques ; qu’en dehors même du sentiment et de la pure philanthropie, elles dominent de haut les intérêts, et que de leur bonne ou de leur mauvaise solution dépendent la vie ou la mort de l’industrie ? Ces forces morales, les industriels ont un besoin absolu de les mettre de leur côté, s’ils ne veulent pas s’exposer à être brisés par le choc de la concurrence étrangère ou paralysés par les tiraillements intérieurs.

III. — LE DÉVELOPPEMENT DU PATRONAGE.

19L’industrie comprend de plus en plus cette nécessité économique, qui est en même temps un devoir social : « Le fabricant, déclarait Engel Dollfus, doit à ses ouvriers autre chose que le salaire. Il est tenu de s’occuper de leur condition physique et morale. » Rapprochez cette affirmation de celle de Nasmyth que je rappelais tout à l’heure, et vous pourrez mesurer toute la différence qui sépare l’ancienne et la nouvelle conception des rapports du patron avec son personnel.

20Comme l’a si bien dit un autre patron modèle, M. Frédéric Engel – encore un de ces patrons de l’Alsace, la terre promise des institutions patronales –, « il faut choisir : accepter brutalement la lutte avec la main-d’œuvre ou se la concilier, en l’intéressant à la prospérité du capital. » Partout l’on s’aperçoit que ce dernier parti est le meilleur et que les bons rapports avec le personnel constituent une nécessité technique, comme le bon état de l’outillage et du moteur. Les sociétés anonymes elles-mêmes se piquent d’émulation et leurs actionnaires commencent à entrer à tel point dans ces idées qu’au lieu de se cacher d’eux pour organiser sans bruit des institutions, qui semblent écorner le dividende, la plupart des rapports des conseils d’administration étalent ces sacrifices en belle place et en font honneur à la Compagnie, non seulement sans les protestations de l’assistance, mais encore parfois avec son approbation unanime.

21Le mouvement est donc général ; il gagne chaque jour du terrain et s’étend heureusement à toutes les localités et à toutes les industries.

22Une première révélation des efforts de l’industrie dans ce sens et de ses résultats a été due à l’Exposition universelle de 1867 ; elle a reçu des confirmations éclatantes dans les diverses expositions d’économie sociale, qui se sont succédé depuis celle de 1889, à Lyon, Bordeaux, Chicago, Rouen et en ce moment même à Bruxelles.

23Les patrons, dont les noms sont inscrits au livre d’or de l’indus trie, sont venus dire ce qu’ils ont fait en faveur de leur personnel : agissant à l’insu l’un de l’autre, ils ont imaginé, chacun de leur côté, les solutions que leur ont suggérées les circonstances locales, les habitudes et l’aspect de leur population. Or il s’est trouvé qu’en rapprochant ces diverses fleurs spontanément écloses au souffle du patronage, on en formait un bouquet aussi exquis par l’éclat de ses couleurs que par la suavité de ses parfums.

IV. — LE BUT, L’ASPIRATION ET LE PRINCIPE DU PATRONAGE.

24Ces institutions, dont la collection s’enrichit chaque jour, s’ingénient à soutenir la famille dans chacune de ses crises, de la tombe au berceau, en s’adaptant à tous les cadres et à tous les milieux. Mais, bien que diversifiées à l’infini, elles tendent au même but, émanent de la même inspiration et procèdent du même principe.

25Leur but commun, c’est de tarir les sources de l’antagonisme, en intéressant le personnel à la prospérité de l’atelier. Ouvriers et patrons ne peuvent pas être des ennemis, sans vérifier bientôt la grande parole « Toute maison divisée contre elle-même périra. Ils doivent avoir les mêmes intérêts, former les membres d’une même famille. » Toutes les combinaisons qui tendent à cette solidarité d’intérêts sont avantageuses, là où on les applique avec succès comme certains remèdes à la mode, il faut les employer pendant qu’ils guérissent, la foi qu’ils inspirent faisant partie de leur efficacité même. Le meilleur sur un point donné et pour une heure sonnée est celui qui réussit le mieux sur ce point et à cette heure, sans qu’on puisse ériger aucun d’eux en panacée universelle et absolue.

26Quant à l’inspiration commune à tous ces patrons, c’est leur attachement à leur personnel. Là est le grand secret : savoir aimer. Hors de là, tout est stérile et l’on n’a que des mécanismes inanimés. « Que puis-je lui apprendre ? Il ne m’aime pas », disait mélancoliquement Socrate d’un de ses disciples, qui ne profitait pas de ses leçons. De même, en face d’un patron au cœur sec, qui serait tout disposé à introduire chez lui une institution éprouvée ailleurs, mais s’imaginerait qu’il s’agit d’un outillage quasi-mécanique, d’où jaillirait automatiquement la paix, comme l’électricité d’une machine Gramme, on serait en droit de lui répondre : « Que peut-on vous apprendre et que comptez-vous obtenir ? Vous n’aimez pas. » Tant vaut l’homme, tant vaut la formule. Erreur et chimère que de croire à la vertu d’une organisation même ingénieuse ! Tout dépend des mains qui la dirigent et surtout du cœur qui l’inspire.

27Enfin le principe commun d’où procèdent toutes ces institutions, c’est la liberté : elles sont filles de l’initiative privée ; elles naissent spontanément, sans que l’État y intervienne (sauf en ce qui concerne les caisses de secours et de retraite des ouvriers mineurs rendues obligatoires par la loi du 29 juin 1894).

28Ailleurs – en Allemagne par exemple –, c’est l’État qui en a pris l’initiative, qui en impose et en surveille le fonctionnement. La loi étend sur tous les ateliers ses contraintes uniformes : par cela seul qu’on est patron, on est tenu d’assurer ses ouvriers, et de la façon voulue par l’État, contre les accidents, la maladie, la vieillesse, l’invalidité ; on est condamné d’office à la prévoyance. Tout est minutieusement prévu par un code qui a un aspect de règlement militaire. Ouvriers et patrons connaissent leurs droits et surtout leurs devoirs, comme un soldat sa consigne. Une telle organisation ne peut aller sans un grand déploiement de bureaucrates : c’est à la fois la plaie et le châtiment du socialisme d’État. Elle fait table rase des institutions privées ; elle tarit la générosité du patron et la reconnaissance de l’ouvrier ; elle substitue à ces rapports directs, qui sont féconds et bienfaisants, l’action de la loi et ses formules implacablement uniformes ; elle trouble le tête-à-tête de la famille industrielle, pour y faire intervenir l’inspecteur et l’agent du fisc.

29En France, nous avons eu la sagesse de rester jusqu’ici fidèles à nos traditions nationales et de laisser les institutions sociales aux mains des patrons. Malheureusement le vent qui souffle à travers l’Allemagne agit sur nos nerfs et nous trouble. Les esprits les plus forts se laissent, même à leur insu, imprégner de cette influence. On s’endort libéral et l’on se réveille étatiste.

30Il faut réagir contre ces importations étrangères qui ne vont pas à notre tempérament national. Au lieu de la richesse et de la souplesse des solutions qu’engendre la liberté, l’État est condamné à l’uniformité brutale et niveleuse de l’obligation. Ce n’est pas lui qui aurait pu faire surgir tous ces systèmes si ingénieux, si variés, si complexes, qui sont votre honneur, Messieurs, et que vous avez su adapter à chacun de vos cas particuliers. Je conduisais dernièrement mes élèves de l’École des mines visiter les ateliers de la Compagnie d’Orléans et l’éminent ingénieur en chef de cette Compagnie, votre collègue, M. Polonceau, leur expliquait avec une autorité persuasive l’organisation, les principes et les résultats des institutions patronales de cette Compagnie. Le cher Président de vôtre association des anciens élèves de l’École centrale, M. Honoré, en faisait autant naguère pour la grande entreprise qu’il dirige d’une manière si remarquable. L’État, s’il eût réglé tous ces mécanismes, les aurait tous taillés sur le même moule. À la place de la végétation touffue et luxuriante qu’a produite la liberté, il aurait planté ses poteaux à l’alignement officiel, tous identiques, tous monotones et secs, non seulement sans feuilles et sans fleurs, mais encore et surtout sans fruits.

31Nous devons donc adresser à l’État la prière qu’adressait Diogène à Alexandre, c’est de s’ôter de devant notre soleil et de laisser s’épanouir librement nos institutions patronales.

32Faut-il toutefois pousser le rigorisme jusqu’à exclure l’État de tout contact avec ces institutions, le supplier de les ignorer et borner son rôle à ne pas leur faire de mal ? Je ne le pense pas et il me semble qu’après lui avoir demandé de ne pas entraver nos libres initiatives et surtout de ne pas les supplanter, on peut lui réclamer son concours pour développer leur essor par deux mesures, qui restent dans ses attributions légitimes et auxquelles les esprits même les plus jaloux de limiter son intervention n’auraient sans doute rien à redire.

33Le premier, c’est d’instituer des enquêtes, qui serviraient à mettre en lumière les mérites sociaux et qui en montreraient la fécondité. En effet, les projets qui reposent sur l’obligation commencent par accuser de banqueroute et d’impuissance l’initiative privée. « Puisqu’elle s’abstient ou se dérobe par torpeur ou par égoïsme, il faut bien, dit-on, que l’État se résigne à prendre sa place. » Cette condamnation sommaire est sévère jusqu’à l’injustice et provient d’une connaissance incomplète des faits. Du moment où l’initiative privée est traitée en accusée, elle a droit à ce qu’on instruise son procès dans les formes et qu’on établisse son dossier. Le jour où l’on abordera enfin cette enquête authentique, impartiale, complète, elle ménagera, plus encore que n’ont pu le faire les expositions d’Économie sociale, des révélations inattendues sur la multiplicité et la souplesse des mille combinaisons qui ont surgi çà et là sans plan préconçu, sous l’inspiration de la sollicitude patronale. L’État nous doit ces tableaux, ces relevés, ces totaux, qui seront comme l’inventaire de l’initiative privée en matière sociale et auront pour conséquence son éclatante réhabilitation.

34Mais l’État pourrait faire plus encore en sa faveur, s’il s’appuyait résolument sur elle, s’il l’invoquait, s’il l’honorait, s’il la récompensait solennellement.

35Tout le monde connaît le prestige dont jouissent dans notre pays les distinctions honorifiques et les efforts qu’on déploie pour les obtenir. Les expositions reposent en partie sur ce sentiment, et l’on ne s’imagine pas tout ce que les directeurs de ces solennités peuvent tirer de cet appât pour susciter des prodiges de la part de collaborateurs innombrables et gratuits. Je puis témoigner, par mon expérience de 1867, de la puissance que met aux mains des chefs de service cette perspective d’une récompense à mériter à la fin de l’exposition.

36C’est cette puissance qu’il s’agirait de mettre au service de la paix sociale et des institutions de prévoyance. Je voudrais qu’à moins de découvertes exceptionnelles, les industriels et les commerçants ne pussent être décorés si, à leur mérite technique, ils ne joignaient pas un mérite social. En dehors de cette condition, qu’ils aient des médailles d’or et des grands prix, qu’ils fassent fortune, c’est assez : le pays ne leur doit rien de plus. Pour leur donner ses décorations, il exige autre chose : il veut que le patron ne se soit pas borné à payer à ses ouvriers le salaire convenu, mais encore qu’il se soit préoccupé de leur bien-être, de leur logement, de leur vieillesse, en les associant à toutes ces mesures de prévoyance, en développant leur esprit d’épargne, en les aidant à conjurer par l’assurance les crises qui s’abattent sur leur famille. À côté, au-dessus du jury des produits, siégerait un grand jury, semblable à celui qui fonctionnait en 1867 sous le nom de jury du nouvel ordre de récompenses et qui connaîtrait de ces mérites sociaux. Son apostille serait nécessaire pour que la décoration proposée par le premier jury pût être accordée par le gouvernement.

37Cette mesure serait féconde en heureux effets.

38En premier lieu, elle soulagerait les ministres de ces âpres compétitions, de ces recommandations obsédantes, qui rendent, dans ces moments, leur existence si peu enviable, comme le proclament à l’envi tous ceux qui sont passés par cette pénible épreuve ; elle les couvrirait, en confiant les éliminations à un grand corps, mieux abrité par sa collectivité anonyme et sa composition contre les influences du dehors.

  • 3 Un décret du 15 mars 1897, inséré à l’Officiel du 19, décore un industriel du Gard et parmi ses tit (...)

39Mais cette mesure aurait surtout l’avantage d’orienter les esprits, – ceux des ouvriers comme ceux des patrons, – vers ces initiatives, qui seraient mises en pleine lumière, comme la condition même des suprêmes récompenses. De même que nous avons l’ordre du Mérite agricole, on pourrait instituer l’ordre du « Mérite social », qui ne tarderait pas à être très recherché. Cette faveur, dont elles seraient publiquement entourées, déterminerait une poussée générale vers ces institutions. Bien des gens ont aujourd’hui des velléités stériles, des bons vouloirs platoniques ; d’instinct, ils sentent qu’il y a quelque chose à faire ; mais ils ne font rien, remettant toujours l’action au lendemain. Sous cette incitation, ces hésitants, qui sont légion, se mettraient en marche et couvriraient le pays des institutions qu’on réclame. Qu’il applique aux institutions patronales quelques aunes de ruban et laisse la loi au fourreau : c’est tout ce que pour ma part je demanderais à l’État3 et je suis convaincu que, dans cette voie, on arriverait sans bruit, sans frais, sans bureaucratie, à des résultats bien autrement décisifs que par l’obligation avec ses gendarmes, ses milliards à capitaliser, son impopularité, ses réactions inévitables et ses effets anesthésiques sur le caractère de la nation.

V. — L’INGÉNIEUR SOCIAL.

40Ce n’est pas assez de vous avoir dit rapidement l’histoire du patronage, sa fécondité et son caractère ; pour ne pas être taxé d’optimisme, je suis encore obligé de vous dire quelques mots de sa difficulté et des conditions qu’exige son succès pratique.

41Ces institutions ne peuvent en effet réaliser leurs bienfaits que si elles sont organisées correctement et dirigées avec prudence et tact. Pour éviter les faux pas sur ce terrain très glissant, il faut le concours de la science, qui, là comme partout, doit éclairer et frayer la voie en s’appuyant elle-même sur l’observation des faits.

42Il y a une technique pour ces institutions. Ce serait une erreur de croire que le sentiment suffit pour les improviser de toutes pièces. Si le sentiment, d’accord avec l’intérêt bien entendu, peut en être le moteur, c’est à la science à en tenir le gouvernail. Trop souvent on procède par inspirations plus ou moins instinctives et l’on se heurte à de douloureux mécomptes, à des engagements téméraires, à des responsabilités écrasantes. Parfois même, en dépit des sacrifices qu’on a consentis, on a le chagrin de constater que, croyant avoir semé la paix, on récolte l’antagonisme. Il faut, pour se guider, des règles, des précautions, des calculs. « Une institution de prévoyance sans calculs, a dit M. le baron T’Kint de Roodenbecke, le grand mutualiste belge, est un navire sans boussole. » Partout, la méconnaissance des règles scientifiques qui doivent présider à ces institutions a entraîné les mêmes résultats, creusé les mêmes déficits.

43La science doit donc avoir sa place marquée pour l’outillage social, comme elle l’a pour l’outillage industriel. De même qu’on ne confierait pas la direction d’un service technique, la conduite d’une locomotive, d’un puits de mine, à un ingénieur animé seulement de bonnes intentions, inspiré par un généreux instinct, mais dépourvu de connaissances professionnelles, ne serait-il pas imprudent d’abandonner à l’inspiration d’un collaborateur étranger à la science sociale et confiné dans les préoccupations techniques l’organisation et le maniement de ces mécanismes sociaux, qui veulent tant de tact et d’expérience, sous peine de recéler de graves dangers et de troubler la paix dans l’atelier, au lieu de l’affermir ?

44J’irais même jusqu’à dire que ces mécanismes sociaux sont encore plus difficiles à manier que les machines formées d’organes matériels et précisément dans le rapport où la complexité de l’homme l’emporte sur celle de l’ouvrier.

45L’ouvrier proprement dit n’est qu’une portion de l’homme ; il ne met en jeu que son intelligence et ses bras ; sa tâche est définie avec précision par la machine qu’il conduit, par les nécessités techniques du travail ; ses rapports avec ses chefs sont simples comme ceux d’une consigne ou d’une « théorie » militaire, et ne comportent ni tâtonnement ni erreur sur le terrain professionnel.

46Il n’en va plus de même, dès qu’on touche à l’homme et à sa famille, à ses besoins intimes et à ses crises, à ses intérêts, à ses préventions, à ses méfiances, à ses passions, à son « état d’âme ». Ici, tout devient complexe, obscur, dangereux ; la formule et l’automatisme, qui faisaient merveille pour régler le travail, ne sont plus de mise, dès qu’on se risque dans ce domaine plein de broussailles, de défilés sombres, de cratères prêts à se réveiller et où il faut cependant pénétrer, sous peine de laisser se perpétuer de déplorables malentendus.

47Pour évoluer sur ce terrain nouveau, le chef a besoin d’une préparation spéciale. Tout en restant un ingénieur technique et un commerçant, il doit se doubler d’un ingénieur social, c’est-à-dire joindre à de fortes connaissances professionnelles celles qui concernent les institutions destinées à asseoir la prospérité de l’entreprise sur le bien-être des ouvriers qu’elle emploie. Ce n’est pas seulement à ces institutions que l’ingénieur social consacrera ses soins ; mais, même en dehors d’elles, il mêlera la préoccupation sociale à la vie quotidienne de l’atelier, aux détails courants de l’organisation du travail, au souci du dividende et du prix de revient ; dans ce but, il pratiquera le contact direct avec les ouvriers, au lieu de ne les voir qu’à travers le contremaître ou le porion.

48Un des plus grands obstacles à la paix de l’atelier, c’est que la distance est trop considérable entre les ouvriers et l’état-major. Une pensée de bienveillance au sommet se transmet de proche en proche par une série d’organes qui l’altèrent en route et ne la laissent arriver que travestie à destination. Le patron se blesse de ce qu’une mesure généreuse ait été mal appréciée : il ne se doute pas que le contremaître l’a trahie en la traduisant.

49Le contremaître est souvent dur et partial. Sorti des rangs, il a la hauteur des parvenus, il croit mieux commander le respect en affectant la rudesse ; il se souvient, dans son nouvel emploi, de ses rancunes ou de ses préférences de jadis et commet, au profit ou plutôt au préjudice du patron, de maladroits excès de zèle, qui frisent l’injustice et irritent la droiture naturelle des ouvriers. Comme le personnel ne voit le patron qu’à travers le contremaître, ce dernier sème les haines, le patron les récolte, et comme il n’en soupçonne pas l’origine, il est tenté de les attribuer à une malveillance incurable de la main-d’œuvre contre le capital. Allez au fond des conflits latents ou aigus : presque toujours, vous trouverez le contremaître.

  • 4 L’Organisation du travail dans les mines, Chaix, 1890.
  • 5 Voir La Monographie de famille et la monographie d’atelier, par É. Cheysson (Réforme sociale, nos d (...)

50Aussi importe-t-il beaucoup qu’au lieu de se renfermer dans leurs attributions purement techniques et administratives et d’abandonner les autres questions à l’autorité discrétionnaire de leurs subordonnés, les ingénieurs retiennent pour eux-mêmes l’embauchage et le renvoi des hommes, l’établissement des prix, la distribution des chantiers, en un mot tout ce qui concerne le régime du travail et le salaire. « Il importe beaucoup, a dit fort justement mon éminent ami M. Ledoux, que l’ingénieur soit le véritable maître dans la mine, qu’il descende tous les jours ou presque tous les jours dans les travaux, qu’il se tienne en contact constant avec les ouvriers, qu’il les connaisse, qu’il les suive et qu’il les tienne dans sa main. Sans doute, c’est un métier très pénible, mais c’est une nécessité de la carrière et les jeunes gens qui l’embrassent doivent savoir à quoi ils s’engagent. » — « Il y a, je le sais, ajoute M. Ledoux, plus d’une grande mine en France, où les ingénieurs ne sont pas astreints à ce service fatigant et où ils laissent faire volontiers leurs gouverneurs et leurs porions. On peut être assuré qu’il y a dans ces administrations une fissure par laquelle entrent ou entreront un jour le mécontentement et la grève à sa suite4. » Pour éclairer ces contacts et ces décisions que prend journellement l’ingénieur, il recourra avec grand profit à ces monographies de famille et d’atelier, dont j’ai dit ailleurs le mécanisme et l’utilité5. Elles lui permettront de pénétrer dans l’intimité de ses ouvriers, de démonter tous les rouages de l’usine et du budget domestique de la famille ouvrière ; en un mot, elles lui livreront tous les secrets nécessaires à la conduite d’un nombreux personnel et à ces bons rapports, qui sont, je ne saurais trop le redire, un élément essentiel de la prospérité industrielle.

VI. — RÉSUMÉ ET CONCLUSIONS.

51Je m’arrête, ne voulant pas abuser de votre patience et croyant en avoir assez dit pour définir et montrer à l’œuvre cet ingénieur social, qui doit désormais se superposer dans chacun de nous à l’ingénieur technique et qui, en fait, s’y superpose de plus en plus chaque jour. Cet ingénieur social, je n’ai pas à en aller chercher bien loin les modèles ; je les trouverai, et en grand nombre, parmi vos illustrations du passé et parmi ceux qui aujourd’hui sont l’honneur de votre corps et les gardiens de ses traditions. C’est eux que j’avais sous les yeux et dont j’évoquais l’image, en traçant la rapide esquisse que je viens de vous présenter. Ils ont su réunir à la science de l’administrateur et de l’industriel celle de la conduite des hommes, de leur bien-être et de leur apaisement. Ce sont ces patrons modèles, ces ingénieurs complets, qui sont les véritables maîtres de l’économie sociale ; c’est eux qui en fournissent les matériaux et les constituent par leur pratique ; ils font de la science en action. Nous, nous n’avons plus qu’à l’écrire sous leur dictée, pour en vulgariser les principes et en généraliser les applications.

52Il y a donc, ce me semble, un profit réciproque dans la pénétration de plus en plus intense de nos deux sociétés. Aussi oserai je formuler un vœu, dans lequel je vous supplie de ne pas voir une réclame indiscrète et déguisée : c’est que tous les ingénieurs de la Société d’Économie sociale entrent dans la Société des Ingénieurs civils et vice-versa, pour le plus grand bien respectif de la paix sociale et du génie civil. (Applaudissements.)

53C’est sur ce vœu que je termine ; mais, avant de m’arrêter, il me reste à remplir un double et agréable devoir : le premier, de vous rendre grâce pour la bienveillante attention que vous m’avez prêtée ; le second, et cette fois au nom de la Société d’Économie sociale, de vous remercier de votre cordiale hospitalité. Nous sommes très touchés de la délicate pensée de sympathie et de rapprochement fécond qui a inspiré votre invitation ; nous y répondons par la réciprocité la plus complète de nos propres sentiments et nous sommes convaincus que cette réunion marquera une date mémorable dans l’histoire et le développement de nos deux Sociétés. (Vifs applaudissements.)

54M. LE PRÉSIDENT — Messieurs, puisque vous avez eu la pensée très délicate de me demander de présider ce soir, bien que je ne sois pas ici dans la Société que je préside et que je sois votre hôte, je me permets d’en user, peut-être d’en abuser, mais ce ne sera pas pour longtemps. J’en userai d’abord pour vous remercier de l’aimable accueil que vous nous avez fait et pour vous dire que nous emporterons, je crois, mes collègues de la Société d’Économie sociale et moi, une impression excellente de cette soirée. Nous n’étions pour la plupart jamais venus ici ; nous ne connaissions pas la Société des ingénieurs civils de France ; maintenant nous la connaissons, et quand on se connaît, on s’estime davantage.

55Sans doute il y a quelques différences entre nos deux sociétés : j’en vois une d’abord, la différence des locaux. Le nôtre que nous tenons en location paraît bien modeste comparé à celui-ci dont vous êtes propriétaires ; et vraiment ce qui s’y admire le plus, ce n’est point la bonne organisation, le luxe sobre et commode, le confort qui y paraissent, ce n’est même pas l’excellente hospitalité que nous y recevons, c’est qu’il est le produit de l’initiative privée. C’est une société privée qui l’a élevé avec ses ressources seules et le concours de ses membres.

56Une autre différence est dans la composition respective de nos deux sociétés. La vôtre n’admet que des ingénieurs, la nôtre reçoit des personnes de toutes les professions : elle reçoit même des juristes. Je me hâte d’ajouter qu’ils ne sont pas gens nuisibles ni incommodes et je me persuade que si notre illustre fondateur les avait connus, s’il avait été en rapport surtout avec celui qui a bien voulu cette année présider notre congrès, il aurait eu pour eux quelque indulgence.

57À côté de ces deux petites différences, il y a, entre nos deux sociétés, des ressemblances très nombreuses, et la principale, c’est dans l’esprit qui nous anime de part et d’autre ; dans cet esprit qui veut que les citoyens et les particuliers, dans leurs devoirs, comptent sur eux, au lieu de compter sur un appui extérieur. C’est avec un très grand plaisir que j’entends exprimer des sentiments comme ceux-là, parce que, malheureusement, ils ne sont pas fréquents dans le temps où nous sommes. Si l’on regarde autour de soi dans le public, parmi ceux qui vous entourent, on est frappé de l’extraordinaire développement de cette idée de l’intervention incessante de l’État. Il semble que, quand on s’attache à défendre la valeur de l’initiative privée, on soit un retardataire.

58Il y a quelques mois, on m’avait fait l’honneur de me demander de faire une conférence à Lyon – on me fait quelquefois l’honneur de me demander de faire des conférences ; je me rendis à Lyon, où j’en ai même fait deux. À mon retour, on m’a envoyé un extrait d’un journal de la ville, dans lequel on constatait que j’avais développé des idées extrêmement arriérées. Le rédacteur ajoutait que l’on comprenait mal que des idées comme celles-là eussent encore l’audace de se produire et il espérait bien que, dans dix ans, je serais le seul de mon avis, si je n’avais changé d’ici là. J’ai constaté ce soir, avec satisfaction, que je n’étais pas seul de mon avis, que je me trouvais même en nombreuse compagnie : 2, 000 d’un côté, 3, 500 de l’autre pour nos deux sociétés, et de plus en très bonne et très honorable compagnie, ce qui vaut mieux qu’être en compagnie nombreuse. J’ai constaté cela avec satisfaction. Quant à cette sorte de prédiction que, dans dix ans, nous aurons tous changé d’avis, j’en doute beaucoup pour ma part. J’espère que nous ne changerons ni les uns ni les autres, parce que je crois que nous sommes dans une voie juste et bonne. Ce que nous cherchons, c’est d’enseigner aux hommes à remplir les devoirs de leur état, c’est-à-dire à remplir vis-à-vis de ceux qui les entourent les devoirs auxquels les oblige le rang social dans lequel ils sont placés. Il est incontestable que Dieu, en mettant de l’inégalité parmi les hommes et en donnant aux uns un rang, une intelligence, une fortune qu’il n’a pas donnés aux autres, leur a imposer aussi de plus grands devoirs. Ces devoirs, c’est à nous de les remplir, nous n’avons pas à demander à l’État de les remplir pour nous. (Très bien ! — Applaudissements.)

59Voilà les liens qui unissent nos deux sociétés ! Il y a là un sentiment extrêmement fort, extrêmement persistant, qui peut et doit redoubler en face de la contradiction qu’il rencontre de tous côtés, surtout comme le rappelait M. Cheysson tout à l’heure, à l’exemple d’une nation voisine. Et s’il m’est permis de faire un vœu, j’espère que nous garderons ce bon sens français, qui nous fait voir que nous devons agir nous-même, chacun dans la sphère de notre influence et suivant l’étendue de nos forces et de nos aptitudes.

60Voilà ce que je retiens de ce qui a été dit ce soir, et après le cordial accueil que nous avons reçu, je suis heureux de voir que nous pouvons marcher ensemble, que nous nous sentons d’accord : ce sera la bonne et solide impression que les uns et les autres nous emporterons d’ici. (Applaudissements.)

61La séance est levée à 11 heures.

Notes

1 Sur É. Cheysson, voir Sébastien Laurent, « Émile Cheysson : entre modernisme et paix sociale. Portrait d’un leplaysien moderne », Actes du 117e congrès national des sociétés savantes, Paris, AEHSS, 1994, p 131-145 ; Yves Breton, « Émile Cheyson et l’économie sociale » in Luciani J., dir., Histoire de l’Office du Travail (1890-1914), Paris, Syros, 1992, p. 173-197. Sur É. Cheysson et l’ingénierie sociale, voir A. Savoye, chap. 6 « L’ingénierie sociale », in Les débuts de la sociologie empirique, Paris, Méridiens Klincsieck, 1994, p. 177-202. On trouvera sa bibliographie complète et une sélection de ses œuvres dans Émile Cheysson, Œuvres choisies, 2 tomes, Paris, Arthur Rousseau, 1911.

2 De Laveleye, Le socialisme contemporain, Bruxelles – La Haye, 1881, p. XIX.

3 Un décret du 15 mars 1897, inséré à l’Officiel du 19, décore un industriel du Gard et parmi ses titres indique « qu’il a organisé un service de prévoyance philanthropique en vue d’assurer gratuitement à son personnel les soins et les médicaments nécessaires en cas de maladie ». C’est un premier pas dans une voie excellente.

4 L’Organisation du travail dans les mines, Chaix, 1890.

5 Voir La Monographie de famille et la monographie d’atelier, par É. Cheysson (Réforme sociale, nos des 1er et 16 novembre et 1er décembre 1896).

Auteur

Société d’économie sociale

© Presses des Mines, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540