Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

TIC et innovation organisationnelle

 | 
Pierre-Michel Riccio
, 
Daniel Bonnet

II – Communications

Synthèse des corrélations entre Management des Technologies Organisationnelles et Responsabilité Sociale et Environnementale

Monique Commandré

Texte intégral

1Dans cet article notre démarche sera de proposer une synthèse des interactions entre les usages des technologies organisationnelles (TO) et la mise en œuvre de la responsabilité sociétale et environnementale (RSE). Notre démarche poursuit une finalité exploratoire étant donné le faible niveau opérationnel de la RSE. Elle reste à ce jour une notion prescriptive dont nous étudierons les enjeux et les problématiques posées en termes de management des technologies organisationnelles (MTO). La méthode sémio-pragmatique, en référence au triptyque intention auctoris, intention lectoris, intention operis de Umberto Eco (Eco, 1992), sera convoquée pour analyser tour à tour des textes prescriptifs (textes de lois ou référentiels de certification) relatifs à la RSE, et, des dispositifs de management des technologies organisationnelles. Cette étude rend manifestes des interactions entre RSE et MTO. Dans une visée synthétique nous pouvons rendre compte des implications mutuelles et des corrélations possibles entre dispositions de la RSE et dispositif technologique de management. Des solutions concrètes peuvent en conclusion être évoquées quant aux modes opératoires des technologies pour satisfaire certaines exigences de la RSE.

CONSIDERANTS SUR LE MANAGEMENT DES TECHNOLOGIES ORGANISATIONNELLES

2Nous considérerons avant toute chose les définitions préalables au cadrage de notre étude. Le Management des Technologies Organisationnelles s’intéresse

« aux composantes des dispositifs d’organisation, de gestion et de management au sein des organisations, contribuant à la mise en œuvre des stratégies. […] Leur mise en œuvre comporte l’utilisation d’outils d’organisation, de gestion, de management et de production, par exemple les Technologies de l’Information et de la Communication auxquelles il est souvent fait référence. Ces instruments sont des systèmes d’organisation technologique qui se situent dans l’interaction entre les structures et les comportements » (Bonnet et Riccio, 2010).

3Cette définition situe les problématiques centrales du MTO à l’intersection des instruments technologiques et du fonctionnement des organisations professionnelles (quel que soit le statut).

4Depuis Blake et Mouton (Blake et Mouton, 1972) on sait qu’une organisation doit être entendue comme une structure et un fonctionnement humain. Deux dimensions interdépendantes que le manager coordonne afin d’assurer les conditions matérielles ou instrumentales et de garantir le fonctionnement nécessaire à l’atteinte des objectifs de production. Nous nous intéresserons pour notre part à la gestion des ressources humaines en tant que fonction de coordination d’individus autour d’objectifs communs. Cette variable individuelle et collective nous paraît être un élément complémentaire à la définition donnée par Blake et Mouton. On retrouve chez Bernard Paulré cette représentation de l’organisation dans ses dimensions individuelle et collective (Paulré, 1992). Chez Paulré elles caractérisent tout aussi bien les relations externes (stratégies d’adaptation au marché par exemple) qu’internes (procédures et gestion de projets). La coordination des niveaux individuels et collectifs est une problématique bien connue des spécialistes de la communication interne, héritiers des travaux de psychologie sociale. Elle présuppose un parti-pris systémique en considérant :

  • le principe d’interdépendance systémique selon lequel des éléments interagissent au sein d’un même système (une organisation en ce qui nous concerne ici) ;
  • le principe de totalité : 1+1 = 3. Ce principe énonce aussi le caractère irréductible du système (le tout) à ses parties. Ainsi, le collectif ne se réduit pas à la somme des individus, il rétrocède des interactions entre les individus et possède sa propre logique.

5Par ailleurs, la coordination individus/collectif interroge la capacité de l’organisation à traiter des comportements d’implication, de motivation mais aussi de culture commune et de travail collaboratif.

6Une première synthèse s’impose. Elle nous permettra de capitaliser la définition de l’organisation donnée par Blake et Mouton – les deux dimensions structurelles et humaines – et les niveaux individuels et collectifs. Pour ce faire nous proposons, dans un premier temps, d’intégrer ces 4 variables dans un schéma-graphique.

Schéma 1 – Synthèse des variables d’organisation

7Dans un système d’une telle complexité, la place des technologies de l’information et de la communication est centrale. Elles représentent aujourd’hui des instruments classiques de la gestion de projet ou de la mise en marché, de l’image (identité visuelle et communication de positionnement et/ou de marque), de la formalisation d’une stratégie (wall-communication et cartes conceptuelles), et du travail collaboratif (partage de documents, remise de sujets, etc.).

8Mais au-delà des fonctionnalités techniques, le plus souvent maitrisées, nous questionnons la technologie et les dispositifs. La technologie serait l’usage calculé des techniques. Elle procéderait d’intentions d’usages et manifesterait une appropriation instituée des techniques. En ce sens, la technologie peut être traitée comme un dispositif. Un dispositif est, selon l’acceptation générale, un arrangement ou un agencement selon des stratégies et en fonction de buts à atteindre. Chez Foucault, le dispositif a un pouvoir normalisateur, il définit les espaces et façonne l'organisation du temps ainsi que les règlements autorisant la vie en collectivité (Foucault, 1985). Les dispositifs scolaires mis en place, par exemple, au niveau d’un lycée, déterminent les activités, les allers et venues, l’accès aux savoirs et ressources, la vie en internat, comme nous avons pu l’observer lors d’un audit réalisé pour l’enseignement agricole (Audon et Commandré, 2002). Le dispositif est un construit social emportant l’adhésion des individus tout en façonnant leurs comportements et relations.

9Les TO sont des dispositifs organisateurs de l’espace-temps auxquels s’ajoutent des dimensions socio-techniques. La sociologie des techniques, à laquelle Foucault aurait pu être apparenté, connaît depuis l’avènement du numérique un renouveau fondamental. En effet, prenons les travaux de Callon et Latour. Ils proposent une représentation des dispositifs socio-techniques en trois dimensions interdépendantes : l’humain, le non humain et l’environnement (Callon et Latour, 1991).

10Chez les sociologues de l’innovation, la technique n’est pas neutre, elle est porteuse d’affordances et induit un environnement d’usage. Dans cette lignée, nombre de travaux européens comme américains ont montré les interactions complexes entre la technique et les construits sociaux. Ces apports permettent de considérer les technologies de l’organisation comme des dispositifs sociotechniques.

Schéma 2 – Les dispositifs sociotechniques

REVUE DE LITTERATURE SUR LA NOTION DE RESPONSABILITE SOCIETALE ET ENVIRONNEMENTALE

11La notion est historiquement construite autour des termes de Responsabilité Sociétale et Environnementale. Néanmoins, il est fréquent de trouver cet acronyme avec un double « E » ; RSEE pour qualifier la Responsabilité Sociétale et Environnementale des Entreprises. En fonction des domaines d’action qui structurent le projet de la RSE, l’acronyme est détourné pour parler de « responsabilité sociétale ou sociale des entreprises » (« corporate social responsability »). Le concept n’est pas unifié et existe bel et bien comme une notion.

12La notion est née en 2001 à l’initiative d’organisations de consommateurs inquiètes des pratiques des firmes internationales et de leurs conséquences sociétales ou environnementales. En France, l’agence française de normalisation (AFNOR) a mis en place en janvier 2005 une commission « Développement Durable et Responsabilité Sociétale ». À partir de 2006, le processus de normalisation de la responsabilité sociétale se construit au niveau européen et notamment en 2006 lors de conférences engagées par le Fonds Européen d'ajustement à la Mondialisation – FEM (Conference on Protect, Respect, Remedy, 2009).

13La démarche entamée par l’International Standard Organisation (ISO) est historique. La norme ISO 26000 (Montréal 2009) porte sur la responsabilité sociétale des organisations. Il s’agit là d’un champ d’étude nouveau, émergent, puisqu’il s’agit de définir la première norme internationale sur la responsabilité sociétale. L’ISO propose des lignes directrices afin de créer un document de référence sur lequel les organisations pourront s’appuyer, lors de la mise en place d’une démarche socialement responsable. L’ISO 26000 se construit sous le signe du dialogue, des échanges, des partenariats à l’échelle internationale, qui doivent aboutir à la seule question qui vaille : la question sociale (ISO, 2003). Il s’agit au fond presque davantage d’une conférence de consensus que d’un débat public. Toutes les parties prenantes sont associées : les industries, le gouvernement, les organisations syndicales, les organisations non gouvernementales, les associations de consommateurs, les universitaires, le monde de l’audit et de conseil. Ce domaine est nouveau pour l’ISO. En effet son activité habituelle est plutôt l’élaboration de normes techniques. La RSE est un concept pluridisciplinaire instruit dans un dialogue multipartite. Il en résulte un document de certification mettant en avant des « questions centrales » structurées autour de « domaines d’action ». Les questions centrales traitent de : « gouvernance de l’organisation, droits de l’homme, relations et conditions de travail, développement des ressources humaines, bonnes pratiques des affaires, questions relatives aux consommateurs », etc. Par exemple, cette dernière question (6.7) interroge des domaines d’actions : « bonnes pratiques en matière de marketing, d’informations et de contrats 6.7.3, protection de la santé et de la sécurité des consommateurs 6.7.4, consommation durable 6.7.5, etc. » (ISO, 2009).

14De manière plus factuelle et opérationnelle, la RSE ne pénètre que très timidement les organismes professionnels. On est entré par la porte de la reddition de comptes ou reporting auprès des grandes entreprises de dimensions internationales et cotées en bourse. En revanche, le taux de pénétration des problématiques de la RSE est aujourd’hui relativement faible dans les PME. De manière incitative, des actions sont mises en œuvre par les achats responsables ou l'éco-communication, etc. La redéfinition des relations avec les fournisseurs est aussi une manière d’introduire une démarche responsable. Même si la RSE s’est élargie à toutes les organisations présentes dans la société (les entreprises, les syndicats, les organisations non gouvernementales, les pouvoirs publics), la notion tarde à passer à un niveau opératoire permettant de répondre massivement aux défis actuels et futurs d’un monde en changement.

PROBLEMATIQUE : LE MTO COMME REPONSE A LA RSE ?

15Considérant l’organisation comme un collectif d’individus rassemblés dans une structure et liés par un fonctionnement partagé, et, considérant les dispositifs socio-techniques comme des artefacts organisateurs de l’espace-temps et porteurs d’affordances, nous sommes curieux de voir si le MTO peut satisfaire certaines prescriptions ou normalisations induites par la RSE ?

16Comme nous l’avons vu précédemment, la RSE n’a pas massivement conquis la réalité opérationnelle et organisationnelle. Quelques rares initiatives existent notamment dans le secteur de « l’économie sociale et solidaire ». Elles ne suffisent pas à développer des modélisations. Notre questionnement est donc exploratoire et souhaite étudier les implications mutuelles, les corrélations entre le MTO et certaines questions centrales posées dans les démarches de certification en lien avec la RSE.

17Plus précisément, nous nous intéressons au MTO dans sa dimension de GRH et de communication interne dans l’organisation. Les technologies numériques affranchissent les limites de l’espace et du temps. Au sein de l’organisation, différentes modalités de travail assistées par les technologies coexistent, depuis les plate-formes collaboratives au télétravail, en passant par les technologies synchrones. Ces moyens techniques et l’accompagnement managérial consubstantiel peuvent-ils satisfaire certaines exigences de la RSE ? Notre questionnement porte donc plus particulièrement sur une des acceptations de la notion de RSE, à savoir, la responsabilité sociale des entreprisses.

18De manière encore plus précise, le MTO peut-il apporter des réponses aux questions centrales posées par la RSE, notamment concernant le domaine social, et spécifiquement à la question « des relations et conditions de travail » (question centrale 6.4) (ISO, 2009).

19Les domaines d’actions concernés sont les suivants :

  • emploi et relations employeur/employé 6.4.3 ;
  • conditions de travail et protection sociale 6.4.4 ;
  • dialogue social 6.4.5 ;
  • santé et sécurité au travail 6.4.6.

20Les technologies du numérique, et notamment les plate-formes de travail collaboratif, présentent-elles un intérêt spécifique pour manager ces questions ? En la matière, quelles sont les forces et faiblesses des technologies ? Inversement, les dispositifs de la RSE bénéficient-ils du potentiel technologique ?

METHODES EXPLORATOIRES ET ETUDES SEMIO-PRAGMATIQUES

21Les démarches exploratoires comportent une part de risques, le plus souvent liés à la difficulté de ne pouvoir s’appuyer sur des faits empiriques ou statistiques. La démarche exploratoire a trait à un objet de recherche « en train de se faire », qui n’est encore ni une unité, ni une totalité. Autorisant une recherche sans filet, inductive et interprétative, la démarche exploratoire va devoir s’appuyer sur « des traces », selon la définition donnée par la sociologie de la traduction (Akrich, Callon et Latour, 2009).

22Pour Grégory Bateson, « aussi audacieux soit-il d’explorer l’inconnu, il l’est encore plus de remettre le connu en question » (Bateson, 1977). C’est dans la lignée de cette pensée que nous choisissons d’étudier un corpus constitué de : textes et documents de la communauté européenne, textes de l’ISO 26000, observations et capitalisation de données sur les technologies du numérique.

23La démarche autorise « la comparaison large » (Berger, 2010) afin d’extraire des tendances et corrélations. Notre démarche comparative de données de natures différentes est guidée par une grille de lecture sémio-pragmatique. Nous cherchons à comprendre des corrélations entre le MTO et les intentions des textes définissant les prescriptions de la RSE, notamment en matière « de relations et conditions de travail ». Pour ce faire, nous appliquons une lecture sémiologique des textes et documents de certification et normalisation et une analyse sémio-pragmatique des usages en matière de technologies collaboratives et de leur management. L’analyse pragmatique porte sur l’usage expressif des signes par le locuteur dans un contexte bien précis, en l’occurrence ici, des contextes professionnels.

24La lecture sémio-pragmatique, et notamment le triptyque intention auctoris, intention lectoris, intention operis délimitée par Umberto Eco (Eco, 1992), orientent notre interprétation des traces et processus sémiotiques vers la recherche des intentions à l’œuvre et des interactions entre MTO et RSE.

SYNTHESE DES RESULTATS

25De manière synthétique nous rendons compte des données relevées au fil de l’étude sémio-pragmatique. Nous croisons ici les dimensions concernées par l’étude, à savoir : des textes de référence ou des documents de normalisation de la RSE, des observations sur le management et les usages des technologies en contexte professionnel.

26Les documents étudiés autour de la question de la responsabilité sociale de l’entreprise sont fondés sur un même principe énoncé dans la déclaration de Philadelphie de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) de 1944 : « le travail n’est pas une marchandise. Cela signifie qu’il convient de ne pas traiter les travailleurs comme un facteur de production » (OIT, 1944). A partir de ce principe fondateur, plusieurs axiomes sont proposés tels que : « l’acteur est au cœur de l’entreprise », ou encore, « nous devons passer d’un modèle quantitatif à un modèle qui intégrera l’utilité sociale ». Cette toile de fond constitue le canevas paradigmatique d’une approche humaniste du travail.

27Elle se décline pourtant le plus souvent sous forme de prescriptions ou injonctions. Ainsi, l’ISO 26000 mentionne les conditions d’application suivantes (ISO, 2009) :

  • « Il convient que l’organisation […] assure des conditions de travail décentes en ce qui concerne les salaires, les heures de travail, le repos hebdomadaire, les congés, la santé et la sécurité, la protection de la maternité et la possibilité de concilier travail et responsabilités familiales » (p. 42) ;
  • « Pour favoriser le développement des ressources humaines, les employeurs peuvent mettre en œuvre une politique et des initiatives sur les lieux de travail en traitant des questions sociales importantes telles que la lutte contre la discrimination, l’équilibre entre famille et responsabilités professionnelles et la promotion de la santé et du bien-être » (p 46).

28L’intention de prescription est évidente et consubstantielle à la mise en place d’une démarche de certification. Il en résulte qu’au-delà, des injonctions du type « il faut, il n’y a plus qu’à », le niveau opérationnel et les politiques incitatives restent floues et confuses.

29En outre, la démarche prescriptive est cumulative puisqu’elle reprend pour partie, au sujet de la question des « relations et conditions de travail », les textes émis depuis 1944 par l’OIT. La démarche cumulative et le discours prescriptif servent des intentions politiques ou de communication politique.

30D’un point de vue opérationnel et factuel, des démarches concrètes sont valorisées par des organismes experts de l’audit RSE et / ou de l’accompagnement aux démarches de développement durable. Ainsi, l’Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises ou l’entreprise canadienne Novae avancent-elles quelques solutions pratiques (http://www.orse.org ; http://www.novae.ca). Des propositions existent par exemple sur le temps de travail et « l’adaptation aux cycles de vie et aux périodes de l’existence au travers des comptes épargne temps ». Des outils de mesure sont proposés pour étudier les configurations d’équipe de travail au travers du triptyque : ancienneté/formation/expériences.

31Des solutions techniques sont aussi proposées par exemple par the Business of a Better World, avec une solution technologique dont l’intention est justifiée en ces termes : « Protecting Human Rights in the Digital Age. Understanding Evolving Freedom of Expression and Privacy Risks in the Information and Communications Technology Industry » (Dunstan, 2011).

32A ce stade il paraît nécessaire de synthétiser les acquis des technologies organisationnelles. Les ERP (Entreprise Resource Planning) ou PGI (Progiciel de Gestion Intégrée) ont très largement pénétré les entreprises et offrent des fonctionnalités permettant de gérer, dans une logique d’interactivité totale, tous les départements et fonctions de l’entreprise. Au-delà, d’autres technologies quotidiennes de l’entreprise (google site, office live, google doc, adobe skype) peuvent assurer des fonctions de coordination des activités au sein de l’entreprise.

33Anne Queffelec propose un schéma des différentes fonctionnalités techniques qui au sein de l’organisation permettent d’assurer la nécessaire coordination des actions en interne.

Schéma 3 – cf. Anne Queffelec (Queffelec, 2010)

34Selon Alex Mucchielli (Mucchielli, 2004), les conditions classiques de la performance au travail d’un groupe ou d’une équipe reposent sur :

  • la qualité de l’animation (ressources managériales) ;
  • les conditions matérielles de réunion (ressources matérielles et organisationnelles) ;
  • les conditions matérielles d’effection du travail (ressources instrumentales) ;
  • les compétences des membres du groupe sur le problème (ressources intellectuelles) ;
  • l’engagement des membres et dynamique collective (ressources psychosociales).

35Pour l’auteur, ces conditions bien connues de la psychologie sociale sont particulièrement importantes dans un processus de collaboration médiatée. Le dernier point sur les « ressources psychosociales » nous paraît majoritaire. En effet, l’intérêt prêté à un travail collectif, est dépendant de l’idée que l’on se fait de l’utilité de ses compétences dans ce travail et de l’intérêt, pour soi et pour le groupe, de la collaboration. Ces problématiques de l’adhésion, d’implication individuelle et collective nous semblent primordiales à la mise en place d’un management socialement responsable.

MTO ET RSE : INTERACTIONS, FONCTIONNALITES OPERATOIRES ET IMPLICATIONS THEORIQUES

36A plus ou moins long terme, la mise en place de la RSE va s’imposer aux organismes professionnels, notamment en matière de GRH (Lépineux et al., 2010). La question de l’acteur au cœur de l’entreprise reste un principe fondateur qui peut trouver un prolongement dans les technologies numériques.

37Ces dernières offrent en effet une flexibilité permettant à la fois de gérer les questions de temps et d’espace individuel et collectif. Le développement du télétravail ou des formes de travail à domicile ne sont certainement pas étrangères au fait qu’il est aujourd’hui admis par les entreprises que le temps de travail puisse être combiné à un temps individuel. Même si la technologie ne permet pas de résoudre l’ensemble des problématiques entre temps individuel/temps social/temps professionnel, elle offre une nouvelle flexibilité dans le monde du travail. Les technologies numériques ont été précipitées dans le champ de l’intelligence collective et du travail collaboratif de par leurs capacités à favoriser ces processus inhérents à toute organisation. La pensée systémique nous rappelle avec le principe de totalité que le collectif ne se réduit pas à la somme des individualités qui le composent. Nous serions tentés de dire qu’à l’inverse, l’individu n’est pas réductible à la force du collectif auquel il participe. Pour l’individu, les technologies numériques peuvent représenter un nouveau mode opératoire de participation à une action collective.

38A charge du manager de proposer des fonctionnalités propices à la conjugaison des différentes dimensions de l’organisation. Comme nous l’avons vu précédemment avec Alex Mucchielli, la performance du travail collaboratif est relative au fait que certaines conditions soient garanties. Dans cette lignée, nous réactualisons le propos en montrant que le MTO peut garantir les ressources matérielles et organisationnelles, les ressources instrumentales nécessaires à l’effection du travail, les ressources psychosociales indispensables à l’implication des membres et à la dynamique collective.

39Les dispositifs composant flexibilité spatio-temporelle des technologies numériques et adaptabilité de l’espace-temps de travail apportent une réponse opératoire aux problématiques de GRH et de RSE.

40Afin de satisfaire les critères d’intégration à la problématique et de mise en relation des résultats de notre étude, nous risquons une ultime synthèse. Elle permet de mettre en exergue : les implications mutuelles ou interactions entre le discours prescriptif en termes de RSE et les pratiques en matière de MTO, ainsi que les corrélations potentielles sur le plan opératoire et fonctionnel.

41La mise en parallèle des implications mutuelles et des corrélations entre MTO et RSE est parlante. Elle montre que les textes prescriptifs de la RSE peuvent trouver des réponses opératoires dans le MTO.

42Sur le plan épistémologique, nous constatons que la réponse exclusivement prescriptive mise en place au niveau européen ne suffit pas à motiver l’engouement des organisations. Le projet politique européen a-t-il à envier le discours nord-américain qui laisse la RSE à l’initiative individuelle ?

43Dans les deux cas, il manque à ces intentions une mesure systémique du problème, permettant de penser la RSE dans les différentes dimensions de l’organisation : l’individu, le collectif, le structurel et le fonctionnel. Le principe de totalité de l’analyse systémique énonce le caractère irréductible du système (le tout) à ses parties. Ainsi, le collectif ne se réduit pas à la somme des individus, il rétrocède des interactions entre les individus. Le collectif résulte des interactions entre les individus. Il possède sa propre logique.

44Oser le réflexe systémique revient à orchestrer la dialogique entre ces dimensions (structure/ onctionnement) et niveaux (individuel/collectif) tout en considérant les effets d’auto-éco-organisation.

45Néanmoins, dans une approche systémique de la RSE, nous excluons le principe de « l’individu vide psychologiquement » formalisé par les fondateurs de la systémique interactionnelle. Au contraire, la RSE comme le « sense making » des technologies marquent le retour de « l’individu-personne » dans les organisations professionnelles. Le MTO se réapproprie des ressources psychosociales.

46La place de l’analyse stratégique, courant héritier de la systémique interactionnelle, nous paraît aussi insuffisamment promulguée. L’acteur social de Michel Crozier est un acteur indépendant. Dans une totalité comme l’organisation, les éléments ont leur vie propre, l’acteur stratégique possède des intentions et une vision du monde ancrée dans une situation ou un vécu. « L’acteur au cœur de l’entreprise » ne se décrète pas sans analyse préalable des jeux de pouvoir et rétro-actions complexes dans lesquels les organisations (bureaucraties professionnelle ou industrielle, formes divisionnelles, etc.) se structurent.

47Nous pensons qu’une analyse systémique et stratégique permettrait de repenser « les relations et conditions de travail » au prisme de la notion de « cycles de vie » pour l’individu comme pour l’organisation.

CONCLUSION

48Notre étude sémio-pragmatique rend manifestes les implications mutuelles et les corrélations possibles entre le discours prescriptif sur la RSE et le MTO. Nous pouvons donc penser que le MTO peut apporter des réponses opératoires aux injonctions en matière de RSE. Notre étude a pour limite sa visée exploratoire. Il s’agit désormais d’approfondir le sujet par des études de cas et des éléments statistiques. Gageons que le rapport commandé par le premier ministre de la république française sur « le bien être et l’efficacité au travail » ainsi que les études de cas mises en place par plusieurs Chambres Régionales à l’Economie Solidaire, sauront rendre compte de la réalité fonctionnelle de la RSE.

49La RSE est qualifiée de « révolution silencieuse ». L’évolution paradigmatique est en marche et offre un outillage théorique pour penser l’organisation socialement responsable.

50Les travaux sur le MTO, à la croisée des technologies et des comportements, proposent des méthodes et outils pour accompagner le changement dans les organisations professionnelles. Pour exemple, l’offre de formations en sciences humaines et sociales indispensables à la préparation au management par équipe-projet ou aux fonctions de coordination dans des adhocraties. De même, que pour garantir la communication interne, une bonne connaissance des technologies numériques avancées est nécessaire.

51Enfin, RSE et MTO rendent compatibles les approches économiques et sociales. Elles considèrent de manière complémentaire l’organisation dans « ses cycles de vie » tant socialement que structurellement. Ces apports serviront certainement de bases à des analyses croisées dans les organisations professionnelles.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Akrich M., Callon M. et Latour B., (2009), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Presses des Mines, Paris.

Audon J. et Commandré M., (2002), Espaces-temps et synergies des compétences dans les établissements publics d’enseignement agricole, Rapport remis à la DGES du Ministère de l’agriculture, Editions EducAgri, CEP.

Bateson G., (1977), Vers une écologie de l'esprit vol.1, Seuil, Paris.

Berger G., (2010), Les conditions de l'intelligibilité et le problème de la contingence, Edition établie, présentée et annotée par Philippe Durance et Nicolas Monseu, L’Harmattan, collection Prospective, Paris.

Blake R. et Mouton J., (1972), Les deux dimensions du management, Editions d'Organisation, Paris.

Bonnet D. et Riccio P.M (sous la direction de), (2010), MTO’2011 call for papers, http://www.cerom.org/fileadmin/cerom/MTO2011_CallForPapers.pdf, Montpellier Recherche Management (MRM), 2010.

Callon M. et Latour, B., (1991), La science telle qu’elle se fait, Paris, La Découverte.

Dunstan A., (2011), “Hope, Protecting Human Rights in the Digital Age”. Understanding Evolving Freedom of Expression and Privacy Risks in the Information and Communications Technology Industry, BSR, February.

Eco U., (1992), Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992.

Foucault M., (1979), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Editions Gallimard.

Igalens J., (2008), Le talent du griot : un défi pour le manager hypermoderne, Les cahiers de la CRSDD, collection recherche, (05).

ISO, (2003), Economie Ethique, ISO Advisory Group on Corporate Social Responsibility Technical Report, (7), 55.

ISO, (2009), Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale. Guidance on social responsibility, ISO/DIS 26000, http://www.afnor.org/profils/centre-d-interet/rse-iso-26000, 2009.

Lépineux F., Rosé J.J., Bonanni C. et Hudson S., (2010), La responsabilité sociale des entreprises. Théories et pratiques, Dunod.

Ministry for Foreign Affairs (as part of the Swedish Presidency of the European Union), (2009), Conference on "Protect, Respect, Remedy", Corporate Social Responsibility, Stockholm, 10 November.

Mucchielli A., (2004), Texte fondateur du groupe de recherche Cyclone, Collaborative Interactive Network in Large Organization, http://www.cyclone.ema.fr/Local/cyclone, CERIC - Université Montpellier 3, LGI2P - Ecole des Mines d’Alès.

OIT, (1994), Déclaration concernant les buts et objectifs de l’organisation mondiale du travail, International Labour Organisation (ILO/OIT), http://www.ilo.org/public/libdoc/ilo/1944/ Convention n°1.

Paulré B., (1992), Entreprise-Système - L'entreprise est-elle vraiment un système ?, in Systémique, Théorie & application, Technique & Documentation, Paris, Lavoisier, 259-275.

Queffelec A., (2010), « Technologies et applications », LMBG, http://www.simulationgestion.fr/.

Table des illustrations

Légende Schéma 1 – Synthèse des variables d’organisation
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Schéma 2 – Les dispositifs sociotechniques
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Schéma 3 – cf. Anne Queffelec (Queffelec, 2010)
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

Auteur

Maître de Conférences. Antenne de Mende / Université de Perpignan

© Presses des Mines, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par