Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

TIC et innovation organisationnelle

 | 
Pierre-Michel Riccio
, 
Daniel Bonnet

II – Communications

Quelle place pour une aide à la décision ? Une illustration dans le domaine de la sécurité routière

Igor CREVITS et Michel LABOUR

Texte intégral

1L’énoncé de l’atelier « Aide à la décision : quelles perspectives pour la formalisation des processus d’aide à la décision ? » présente de nombreuses interrogations qu’il convient de séparer pour mieux cerner les enjeux de l’aide à la décision. Ainsi, la question « Comment un décideur peut-il rationaliser ses choix ou les justifier par rapport à une stratégie ? » propose un énoncé caractérisant la notion de décision. Cette question, lorsqu’elle est reliée à la notion d’aide à la décision, en appelle plusieurs autres : Quels arguments justifient une entrée en aide à la décision ? Quelles relations établir entre décision et aide à la décision ? En quoi la formalisation constitue un atout ? Comment collecter les différents éléments constitutifs de l’aide pour répondre aux exigences d’une situation de communication ? Nous proposons donc d’apporter des éléments de réflexion à ces questions en nous appuyant sur le domaine constitué de l’aide à la décision, puis en nous rapprochant de la notion de sens abordée par les sciences humaines et sociales.

2En deuxième partie, nous présenterons les deux cadres méthodologiques offerts par la Méthodologie MultiCritère d’Aide à la Décision (MMCAD) et le Processus d’Aide à la Décision (PAD). Ces deux cadres appellent les mêmes questions qu’à l’énoncé de l’atelier. Cependant, ils présentent un niveau de détail important et s’appuient sur plusieurs définitions qui permettent un examen approfondi. Ainsi, dans la troisième partie, les points communs à ces deux cadres et leurs spécificités sont abordées. La question centrale du modèle est traitée. Sur cette base, une discussion sur les hypothèses introduites est engagée en vue de dissocier formellement décision et aide à la décision. En quatrième partie, les cadres méthodologiques sont revisités en vue de montrer qu’ils sont aptes à concevoir des modèles fondés sur une identification des facteurs déterminants du problème, de la décision ou du processus décisionnel, selon le degré de constitution de la réponse au problème. L’aide à la décision peut alors être vue comme le moyen offert au décideur d’accentuer une décision, par l’introduction d’un modèle. La partie 5 illustre les propos par une utilisation des cadres méthodologiques dans le domaine de la sécurité routière. Plusieurs enseignements pour l’aide à la décision sont dressés de cette expérience en sixième partie. En particulier, la dimension du sens abordée par les Sciences Humaines et Sociales apparait déterminante dans la séparation théorique entre décision et aide à la décision. Elle offre également de nouvelles opportunités pour l’aide à la décision, évoquées dans la partie sept. Enfin, la contribution spécifique de l’aide à la décision au Management des Technologies Organisationnelles est envisagée en conclusion.

AIDE A LA DECISION

3L’aide à la décision vise à construire des réponses générales permettant la résolution de problèmes. Les réflexions dans ce domaine sont divisées en deux orientations :

  • théorique (appelée théorie de la décision) qui vise la définition de modèles formels de résolution de problèmes (Tsoukias, 2008) pour une synthèse historique),
  • système d’information (appelé aussi aide interactive à la décision) qui vise à faciliter la production de logiciels proposant des éléments de solutions à des décideurs (Pomerol, 2006).

4Dans cette optique, (Roy, 1985) introduit une définition de l’aide à la décision :

« L’aide à la décision est l’activité de celui qui, prenant appui sur des modèles clairement explicités, mais non nécessairement complètement formalisés, aide à obtenir des éléments de réponse aux questions que se pose un intervenant dans un processus de décision, éléments concourant à éclairer la décision et normalement à prescrire, ou simplement à favoriser, un comportement de nature à accroître la cohérence entre l’évolution du processus d’une part, les objectifs et le système de valeurs au service desquels cet intervenant se trouve placé d’autre part ».

5Les travaux de (Roy, 1985) abordent également la question de l’aide à la décision du point de vue méthodologique avec MMCAD. On notera que le terme multicritère ne qualifie pas le terme décision. Ce choix est argumenté dans (Bouyssou, 1993). Il permet de voir dans le processus même de modélisation une possibilité d’apporter une aide. Le concept fondamental de cette aide à la décision est la notion de préférences. L'aide constitue le résultat d'un processus de modélisation des préférences du décideur. La forme que prend ce modèle s'appuie sur une formulation mathématique qui peut être le cœur d'un produit logiciel. La décision est vue comme la restriction d'un ensemble de possibilités, appelées actions potentielles, à celles qui satisfont au mieux le système de valeurs du décideur où plusieurs points de vue interviennent. Le modèle de préférences est représenté par un ensemble de relations qui permettent de départager les possibilités. La modélisation des préférences nécessite donc de préciser les facteurs par lesquels les possibilités sont mises en relation. Ces facteurs sont représentés par la notion de critère.

6MMCAD aborde la structuration des « décisions » en quatre niveaux, autour des notions d'actions potentielles, de critères et de préférences.

7Le niveau 1, intitulé « Objet de la décision et esprit de la recommandation », porte son attention sur les propriétés et la structuration des possibilités en un ensemble d'actions potentielles exploitables par l'aide. Ce niveau aborde également la façon dont la restriction de l'ensemble des actions potentielles peut s'opérer pour produire la décision. La décision est ici vue par quatre problématiques de référence : choix, tri, rangement et description.

8Le niveau 2, intitulé « Analyse des conséquences et élaboration de critères », porte sur la construction des critères. Les critères sont l'aboutissement d'un processus de raffinement des facteurs intervenant dans la décision pour produire une synthèse exploitable par l'aide. Ce processus débute par l'identification des impacts perçus des actions potentielles dans l'éventualité qu'elles soient mises en œuvre. Ces impacts sont appelés conséquences et sont qualifiées d'élémentaires lorsqu’ils sont reconnus par tous les intervenants de la décision. Les conséquences élémentaires sont complétées par une échelle de valeurs pour donner les dimensions. Ces dimensions sont harmonisées pour fournir un ensemble de critères numériques suffisants pour différencier les actions potentielles et être exploités par l'aide.

9Le niveau 3, intitulé « Modélisation des préférences globales et approche opérationnelle pour l’agrégation des performances », aborde la construction des relations qu'il est envisageable d'établir entre les actions potentielles, représentées par l'ensemble des critères.

10Enfin, le niveau 4, intitulé « Procédures d’investigation et élaboration de la recommandation », concerne la mise en œuvre du modèle conçu dans les trois étapes décrites précédemment. Cette mise en œuvre peut conduire à la conception d'un produit logiciel ou à l'utilisation de produits existants. Les modalités de communication du résultat de l'aide au décideur sont également abordées à ce niveau. Par ailleurs, la conformité du résultat de l'aide au problème est examinée. Cette analyse permet de déterminer si les hypothèses inhérentes à la modélisation sont satisfaisantes. Enfin, la tolérance du résultat aux éventuelles variations auxquelles la décision peut être confrontée au moment de sa mise en œuvre est abordée.

11Avec PAD, (Tsoukias, 2006) (une version plus détaillée est disponible dans (Bouyssou, 2006)) aborde l’aide à la décision d’un point de vue opérationnel, donc également méthodologique. L’aide à la décision constitue un objet nouveau. Il est donc nécessaire de structurer ses activités de conception. PAD considère au moins deux participants, le client (demandeur de l’aide) et l’analyste (concepteur de l’aide) qui ont chacun leurs préoccupations et leurs connaissances, ainsi qu’une contrainte de temps commune. L’aide à la décision constitue alors la convergence de ces deux points de vue en une représentation unique acceptée par les deux parties. Le processus d’aide à la décision structure des étapes intermédiaires de construction de cette représentation autour de quatre artéfacts : la situation problématique, la formulation du problème, le modèle d’évaluation et la recommandation finale.

12La situation problématique a pour objet la convergence des points de vue du client et de l’analyste, au sujet du problème. Elle permet de clarifier la position du client dans le processus de décision, ainsi que la nature de la décision. Ces précisions sont utiles à l’analyste pour qu’il clarifie lui-même sur quel point l’aide peut porter. L’objectif est bien de clarifier, et non de figer. La représentation se construit au gré des clarifications qui s’établissent entre le client et l’analyste. Formellement, la situation problématique P est un triplet (A, O, S) où :

  • A est l’ensemble des participants au processus de décision ;
  • O est l’ensemble des enjeux que les participants amènent dans le processus décision ;
  • S est l’ensemble des engagements pris par les participants sur leurs enjeux et ceux des autres.

13La formulation du problème a pour objet la convergence des points de vue du client et de l’analyste au sujet de la réponse au problème clarifié dans le cadre de la situation problématique. La construction de la formulation du problème s’appuie sur des choix autour d’une idée que se fait le client d’une certaine rationalité dans la réponse à apporter au problème. Ces choix font l’objet d’une explicitation par l’analyste en vue de leur capitalisation en une représentation formelle, étape préalable essentielle à l’application d’une méthode d’aide à la décision. La formulation du problème est une étape importante dans la construction de la représentation partagée entre le client et l'analyste. Elle constitue la charnière entre le problème de décision vu d'une façon implicite par le client, et une représentation manipulée par l'aide destinée à produire un résultat. La formulation du problème en explicitant le problème de décision permet à l’analyste de préparer son travail de modélisation d'une façon intelligible pour le client, favorisant ainsi l'expression de son point de vue et son intervention. Du point de vue formel, la formulation du problème Γ est un triplet (A, V, Π) où :

  • A est l'ensemble des actions potentielles dans le cadre de la situation problématique P ;
  • V est l'ensemble des points de vue sous lesquels il est envisagé d'observer, d'analyser, d'évaluer et de comparer les actions potentielles ;
  • Π est la problématique décisionnelle, la typologie d'application envisageable sur A, une anticipation de ce que le client attend.

14Le modèle d'évaluation constitue le point d'entrée de l'aide à la décision dans l'approche normative, avec de faibles degrés de liberté dans la construction du modèle. Dans les autres approches, le recours à un cadre théorique n'étant plus exclusif de la constitution de l'aide, les degrés de libertés sont plus nombreux. Lorsqu'il est associé à la formulation du problème, le modèle d'évaluation constitue une clarification pour l'analyste lui-même dans les choix qui lui reviennent exclusivement. Ces deux artéfacts permettent également à l'analyste d'assumer la responsabilité qui lui incombe de ne pas introduire (ou d'introduire de façon profitable) de prise de position sur le problème du client pour des raisons de modélisation. Dans ces conditions, le modèle d'évaluation assure le rôle de convergence attendu par l'aide à la décision, sur les aspects de production de solutions. Enfin, les aspects de validation peuvent être mieux maîtrisés selon le positionnement en termes de résultat ou d'insertion dans le problème. Le modèle d'évaluation M est un n-uple (A, D, E, H, U, R) où :

  • A est l'ensemble des alternatives sur lesquelles le modèle d'évaluation s'applique ;
  • D est l'ensemble des dimensions, éventuellement muni de propriétés structurelles, par lesquelles les actions potentielles de A sont manipulées par le modèle ;
  • E est l'ensemble des échelles associées à chaque élément de D ;
  • H est l'ensemble des critères sous lesquels les éléments de A sont évalués afin de prendre en compte les préférences du client, restreintes à chaque critère ;
  • U est l'ensemble des distributions d'incertitudes associées à D et/ou H ;
  • R est l'ensemble des opérateurs de synthèse d'information des éléments de A ou de A x A, notamment les opérateurs d'agrégation.

15La recommandation finale constitue la partie opérationnelle de la représentation partagée recherchée par l'aide à la décision, complétant ainsi l'effort produit dans le modèle d'évaluation. La première question tire avantage de la validation du modèle d'évaluation. La recommandation finale s'attache également à ce que l'effort de convergence inclut les participants aux processus d'aide à la décision, par une acceptation ou un refus argumentés des conclusions produites par le processus d'aide à la décision, élargissant ainsi la validation au contexte dans lequel se trouve plongée l'aide à la décision. La recommandation finale Φ s'attache à deux questions :

  • la traduction du résultat du modèle d'évaluation en une représentation cohérente avec le processus de décision et intelligible pour le client ;
  • l'insertion de la traduction précédente dans le cadre (organisation, participants) du processus de décision.

PLACE DU MODELE DANS L’AIDE A LA DECISION

16Dans les travaux de (Roy, 1985) et de (Tsoukias, 2006) les décisions font intervenir des individus en interactions. Une part des questions qui se posent concerne donc la cohérence entre des éléments apportés par le modèle et les modes de gestion humaine des décisions. Le cadre de référence contient donc les réflexions de (Simon, 1997) sur ce sujet. Le concept de rationalité y est étudié dans le sens qu’il recouvre auprès des décideurs humains. Deux formes de rationalité ont été définies. La rationalité limitée précise la caractéristique de traitement local des décisions. La rationalité procédurale précise des constantes dans la façon de répondre aux problèmes et non dans le résultat recherché.

17Les deux cadres méthodologiques abordent l’aide à la décision comme un problème de décision, c’est-à-dire de résolution de problème, par l’utilisation d’un modèle. Le modèle constitue un objet numérique, conçu et validé, concrétisant l’aide par la production d’un résultat. La constitution de l’aide se veut indépendante du domaine. Le recours au langage mathématique permet de garantir une réflexion abstraite et formelle. La décision est vue comme la différenciation de possibilités que le modèle vise à améliorer. Le langage mathématique étant le langage de l’analyste et non du décideur, il en résulte des questions de communication et de confiance pour ce dernier. Ces questions sont abordées en validation.

18Ainsi, MMCAD définit la notion d’incomparabilité comme les situations où des critères donnent l’avantage à une possibilité alors que d’autres critères donnent l’avantage à une autre. Ces situations de conflits entre critères sont construites pour être résolues par l’étape de modélisation des préférences globales. La réduction d’ambigüité est donc abordée par une élaboration fine des critères qui permet une différenciation numérique des actions potentielles, puis par la définition d’une différenciation des situations de conflits entre critères appelées surclassement. PAD apporte un grand soin à la validation du modèle. Le modèle d’évaluation peut être soumis à plusieurs types de validation, à savoir :

  • conceptuelle qui recherche si les concepts utilisés sont significatifs pour le client ;
  • logique qui vérifie la consistance interne du modèle ;
  • expérimentale qui étudie les résultats du modèle sur des données expérimentales ;
  • opérationnelle qui vérifie que la mise en œuvre du modèle est possible.

19La recommandation finale fait également l’objet de validation sur le plan :

  • technique afin d’identifier des ambigüités résiduelles ;
  • complétude pour s’assurer que la recommandation donne au décideur une aide réelle ;
  • légitimité qui vérifie la cohérence avec le processus décisionnel.

20L’effort porte donc sur la conception d’un modèle mathématique structurant les éléments décisionnels manipulés par un décideur dans un processus décisionnel. Ce dernier constitue la réalité du décideur et des intervenants au sein de laquelle le résultat du modèle est inséré. Il est considéré comme une entité constituée utile à la reconstitution du problème afin de concevoir le modèle. Enfin, la décision, par la notion d’action, est vue comme la préparation d’une mise à exécution.

21Ces deux cadres méthodologiques appellent les mêmes remarques qu’en introduction. La question peut être précisée : quel résultat produit le modèle que ne produit pas le processus décisionnel ? En particulier, le processus décisionnel constitue une entité existante. Cependant, dans le cas où le problème est nouveau, il n’a jamais fait l’objet d’une résolution i.e. d’une décision. Dès lors, les cadres méthodologiques ne pourraient s’appliquer. Pourtant, dans tous les cas, ils favorisent la spéculation sur la réaction (la mise à exécution) de la décision, en particulier en accroissant l’étendue des potentiels considérés et l’évaluation de leurs effets. Plus largement, la question se pose également sur le produit de l’aide qui peut se distinguer du produit d’une décision. Aborder cette séparation entre « aide » et « décision », c’est considérer une insuffisance de décisions, dont le processus décisionnel est une forme opérationnelle. Dans le cas contraire, une entrée en aide ne serait pas demandée.

22Par ailleurs, la réalité à laquelle s’attache l’aide à la décision est plus large que les questions qui se posent au moment du retour du résultat du modèle. La réalité, telle qu’elle est perçue par le décideur, est aussi le point de départ du modèle et ce que traite le modèle n’en est qu’une partie. Cette réalité permet la spéculation mais l’ensemble de la réalité n’est pas que spéculative, elle est aussi réactive. La réalité peut s’exprimer en partie sous une forme numérique, mais pour une part une représentation qualitative est plus adaptée. C’est d’ailleurs le cas de la formulation du problème. Cette représentation peut être exprimée mathématiquement et la réduction d’ambigüité y est donc possible. L’association du départ au retour de la réalité, dans un ensemble de représentations quantitatives et qualitatives, est possible par une étude du processus décisionnel, ou de décisions existantes, indépendante de l’aide. La définition de modèle donnée par (Roy, 1985) est favorable à cette séparation :

« Un modèle est un schéma qui, pour un champ de questions, est pris comme représentation d’une classe de phénomènes, plus ou moins habilement dégagés de leur contexte par un observateur pour servir de support à l’investigation et/ou à la recommandation. ».

23Plusieurs points attirent l’attention. Le modèle relève de deux utilités : l’investigation et la recommandation. Deux modèles sont donc manipulés. PAD apporte des précisions. Le modèle d’évaluation permet la recommandation. Mais, dans une activité d’élicitation des préférences, le modèle fait également l’objet de paramétrages avec le concours du décideur, servant ainsi de support à l’investigation (Mousseau, 2003). Le cadre méthodologique, en constituant une représentation stable guidant la construction de l’aide à la décision, représente un troisième modèle qui peut être qualifié de pratique. Dans MMCAD et PAD, le processus décisionnel est un révélateur du problème qui est structuré d’une nouvelle façon pour y introduire de nouveaux éléments de réponse. En cas de nouveau problème, le processus décisionnel est inexistant, d’autres sources de connaissance du problème existent (les systèmes de valeur en présence, par exemple). Mais en cas d’existence d’un processus décisionnel, la cohérence avec les représentations produites est un facteur d’efficacité de l’aide, en particulier en cas de forte constitution du processus décisionnel, qui peut être envisagé avant la production du modèle de décision.

24L’observation représente le point de départ de la réalité. Le dégagement de contexte constitue donc une séparation de cette réalité en deux parties selon qu’elles font ou non l’objet d’une représentation. Ce dégagement permet donc une représentation extérieure non impliquée dans le problème, le système de valeurs, le processus décisionnel ou une décision. Un modèle mathématique présente une garantie extrême de non implication par une représentation éliminant toute ambigüité et procurant un comportement déterministe. Dès lors, une partie non prenante constitue un modèle pourvu qu’elle permette une réduction d’ambigüité. C’est d’ailleurs un des rôles de l’analyste. La production d’un modèle mathématique n’est donc pas la seule façon de procéder à une aide à la décision. Enfin, d’autres phénomènes que la mise à exécution constituent la réalité tels que les fondements de la décision comme les enjeux, engagements ou participants. La cohérence entre les différentes représentations produites avec le contexte est également un facteur d’efficacité de l’aide.

25Enfin, quant à l’habilité de l’observateur à se dégager du contexte, on notera que si l’ambigüité est préjudiciable à toute décision rationnelle, vouloir l’éliminer est en pratique impossible, alors que la réduire peut être suffisant pour le décideur. Cette réduction est tout à fait possible par la communication humaine, et non réservée au seul langage mathématique ou aux représentations numériques. De ce point de vue, un individu peut constituer une aide à la prise de décision où le langage naturel présente l’avantage d’être commun aux participants et à l’analyste. Il permet d’introduire les intervenants à la source de la formalisation et de l’abstraction de la situation. L’indépendance au domaine et l’expression mathématique sont à réserver à l’analyste après identification des fondamentaux de la situation à modéliser.

26Du point de vue spéculatif, cette habilité conduit donc à prendre en compte la partie réactive de la décision, à ne pas spéculer dans le vide sur la partie non déterministe, à compléter la décision par une évaluation au moment des faits (en particulier en ce qui concerne l’incertain) et à prévoir un traitement des réactions au moment des faits. En termes de validation, cette habilité consiste à prendre en compte la partie non déterministe de la décision en ne restreignant pas la validation aux seuls modèles déterministes afin d’estimer les autres effets éventuels.

PLACE DE L’AIDE DANS LA DECISION

27L’ensemble de ces commentaires nous amène donc à envisager l’aide à la décision comme la relation à une décision et non comme une réponse nouvelle à un problème. L’aide à la décision permet alors une accentuation des effets d’une décision en s’appuyant sur un socle cohérent de cette décision. Cette accentuation peut à la fois être quantitative (un accroissement de rationalité limitée par l’extension du nombre de potentiels, de données ou de préférences considérés) ou qualitative (un accroissement de rationalité procédurale par intervention sur le problème, le processus décisionnel par exemple par intensification ou relaxation des engagements, participants ou enjeux). L’aide fait l’objet d’une validation améliorant sa nature spéculative, en intégrant également la nature réactive du problème, ce qui améliore la conviction d’exactitude des réflexions qu’elle conduit. La forme prise par l’aide peut être concrète (une description, éventuellement sous forme mathématique) ou matérielle (un manuel ou un individu).

28Cette séparation entre décision et aide à la décision ne remet pas en cause les cadres méthodologiques de MMCAD et PAD. Si la connaissance du processus décisionnel ou de la décision améliore la définition de l’aide, les artefacts manipulés permettent la connaissance du processus décisionnel, de la décision, du problème et du système de valeurs.

29MMCAD, à son niveau 1, s’appuie sur les notions d’action et d’action potentielle définies par :

« Une action « a » est une représentation d’une éventuelle contribution à la décision globale susceptible, eu égard à l’état d’avancement du processus de décision, d’être envisagé de façon autonome et de servir de point d’application à l’aide la décision (ce point d’application pouvant suffire à caractériser « a ») ».

30et

« Une action potentielle est une action réelle ou fictive provisoirement jugée réaliste par un acteur au moins ou présumé telle par l’homme d’étude en vue de l’aide à la décision ; l’ensemble des actions potentielles sur lequel l’aide à la décision prend appui au cours d’une phase d’étude est noté A ».

31Ainsi, du point de vue des acteurs, il réside donc une caractéristique individuelle dans l’action et collective dans l’ensemble des actions potentielles. De même, du point de vue des effets, il réside une caractéristique individuelle dans l’action fragmentaire et collective dans l’action globale :

« Une action est dite globale si, dans sa mise à exécution, elle est exclusive toute autre introduite dans le modèle ; dans le cas contraire, elle est dite fragmentaire ».

32Au niveau 2, on trouve une distinction du même ordre entre conséquence et conséquence élémentaire, définies par :

« Tout effet ou attribut de l’action A susceptible d’interférer avec les objectifs ou avec le système de valeurs d’un acteur du processus de décision en tant qu’élément primaire à partir duquel il élabore, justifie ou transforme ses préférences est appelé conséquence de a ».

33et

« Une conséquence élémentaire c est un effet ou un attribut reconnu comme étant une conséquence jouissant des deux propriétés suivantes :

  • Elle est suffisamment bien identifiée dans son contenu pour que les différents acteurs en jeu en comprennent la signification ;
  • Elle est suffisamment bien perçue pour permettre une description précise de ce par quoi elle se manifeste concrètement après la mise à exécution de l’action potentielle a. on admet que cette description peut se faire en termes d’état(s) associé(s) à la conséquence c ».

34La notion de dimension montre le centre d’intérêt de MMCAD pour les notions collectives puisqu’elle fait référence à la notion de conséquence élémentaire :

« Une dimension de préférence est une conséquence élémentaire c telle que l’ensemble Ec des états qui lui est associé soit (dans la phase d’étude considérée) doté d’un préordre complet qui en fait une échelle ».

35La constitution des critères s’appuie sur cette notion de dimension qui marque le début de l’orientation numérique. Plusieurs définitions permettent d’aboutir à la définition de critères :

« Une fonction g à valeurs réelles définie sur A est, pour un acteur Z, une fonction critère ou un critère appréhendant le sous-nuage des conséquences vg(A) si :

  • Le nombre g(a) est déterminé si et seulement si une évaluation Γg(a) de vg(a) est disponible ; le modèle Γg(a)(A) qui fournit cette évaluation est appelé support de la fonction critère g ;
  • L’acteur Z (ou l’homme d’étude jugeant au nom de Z) reconnaît l’existence d’un axe de signification sur lequel deux actions potentielles quelconques a et a’ peuvent être comparées relativement aux seuls aspects des conséquences que recouvre vg(A) et il accepte de modéliser cette comparaison conformément à :

g (a’) ≥ g (a) ⇔ a’ Sg a,

Sg désignant une relation de surclassement restreint à l’axe de signification du critère g (faisant en particulier abstraction de tous les aspects des conséquences non modélisées dans le support de g) ».

36Pour simplifier la présentation, nous ne détaillons pas les notions intermédiaires. Mais la notion de critère, dans sa définition même, considère les seules actions potentielles.

37Ces distinctions entre partie individuelle et collective n’apparaissent pas au niveau 3 traitant des préférences globales. À ce niveau, trois exigences sont demandées afin de garantir le pouvoir discriminant de l’ensemble des critères. L’axiome d’exhaustivité vise à s’assurer que l’ensemble des critères est suffisant pour différencier deux actions potentielles. L’axiome de cohésion impose à chaque critère d’accorder la préférence à toute action que s’il intervient de façon restreinte à son seul axe de signification ou de façon globale. Enfin, l’axiome de non redondance impose que si un critère est retiré alors une des deux exigences précédentes n’est plus vérifiée. Au niveau 3, les situations abordées concernent les conflits entre critères. Les mécanismes d’agrégation proposés permettent de dépasser ces situations par la notion de surclassement par un dénombrement des critères favorisant chacune des deux actions potentielles, un seuil de majorité et un seuil de veto de la minorité. Le point de vue collectif concerne donc la famille de critères et non les participants au processus de décision.

38Il réside donc dans MMCAD de nombreuses opportunités d’identifier les éléments en place dans le problème, la décision ou le processus décisionnel et de capitaliser les frontières de la réalité retenue dans la modélisation. Ainsi, il réside dans les arbitrages du passage des actions aux actions potentielles, tout comme des conséquences aux conséquences élémentaires, une source de discrimination et de préférences. Plusieurs situations particulières peuvent alors être abordées par MMCAD. Ainsi, pour le niveau 1 il est possible d’aborder les problèmes de construction d’actions potentielles ex-nihilo, de décision sur une seule action vue comme un problème d’acceptabilité, de stabilisation des actions etc. Pour ce qui concerne le niveau 2, les problèmes envisageables portent sur l’indépendance des conséquences, l’extension de compréhension du problème utilisée comme base de négociation ou de formation, le sens accordé aux conséquences etc. Au niveau 3, par construction des critères, seuls les conflits constituent les situations d’incomparabilité. Il ne réside pas d’aspect collectif, au sens des participants, dans les préférences globales. Pourtant, la notion de préférences restreintes (à un seul critère) peut être étendue à un sous-ensemble de critères ou d’actions potentielles. En particulier, par l’introduction judicieuse de critères ou d’actions potentielles, il pourrait être envisageable d’identifier des préférences élémentaires communes à tous les intervenants.

39Dans le cadre de PAD, le processus décisionnel constitue le révélateur du problème et permet la construction de la situation problématique. Or, il permet également une résolution du problème. À ce titre, il fournit des éléments utiles à la construction de la formulation du problème. La connaissance préalable du processus décisionnel ou de décisions en place permet également de renforcer les validations opérées sur le modèle d’évaluation et la recommandation finale. En particulier, cette connaissance permet d’identifier, au sein de la validation, les effets liés aux enjeux qui peuvent apparaître spécifiquement lors de cette validation. L’apparition d’effets imprévisibles peut également est mesurée. Par ailleurs, la validation peut être étendue à la situation problématique, par la connaissance du contexte de la décision, et à la formulation du problème. La validation de la situation problématique et de la formulation du problème concernent plus particulièrement le client et moins le décideur, alors que cette tendance est inversée pour la formulation du problème. Ici, la validation porte plus spécifiquement sur la constitution du socle utilisé pour la construction de l’aide.

UNE INVESTIGATION CONDUITE DANS LE DOMAINE DE LA SECURITE ROUTIERE

40Le projet ANR/PREDIT « Surveillance Automatisée des Routes pour l’Information des conducteurs et des gestionnaires (SARI) » visait la conception de solutions techniques améliorant la sécurité routière au moyen d’une signalisation variable implantée en bord de voie. Les situations où la sécurité du véhicule est réduite sont alors détectées et communiquées au conducteur par panneau à messages variables. Les situations de communication étudiées portaient sur les dégradations brutales d’adhérence, les risques de perte de contrôle du véhicule et les problèmes de mauvaise visibilité. Dans chaque situation de communication l’utilisateur identifie les objets pertinents liés aux activités ce qui lui permet de cadrer, et recadrer si besoin, ses comportements (Mucchielli, 2004). Dans sa constitution, SARI a favorisé des investigations indépendantes des trois situations par la recherche d’une solution technique spécifique pour chacune. Dès lors, les trois thèmes techniques n’étaient pas placés en concurrence.

41Un quatrième thème, appelé AJISE, portait sur l’acceptabilité selon quatre axes de signification juridique, individuel, social et économique. Au sein d’AJISE, un sous-thème interacceptabilité a complété les réflexions. Il visait à étudier la façon de prendre en compte l’ensemble des axes de signification.

42Compte tenu des éléments en présence, l’interacceptabilité a été abordée comme un problème d’aide multicritère à la décision. Deux particularités notables ont prévalu : les solutions techniques sont non concurrentes et aucun décideur n’existe dans la situation de prendre en considération les quatre acceptabilités au moment du choix. Le recours à MMCAD apporte l’éclairage suivant (une présentation détaillée est disponible dans (Duquesne, 2009)) :

  • Au niveau 1, une seule action potentielle est considérée. Elle est définie comme une synthèse des objectifs de chaque solution technique. AJISE et les thèmes ayant démarré au même moment, aucune description complètement finalisée n’était disponible. Dès lors, la problématique de référence concernait la description. Par ailleurs, la non concurrence des solutions techniques et l’absence de décideur soulignent également l’intérêt d’une orientation de description.
  • Au niveau 2, un ensemble de conséquences élémentaires a été élaboré. Le caractère élémentaire est donné par la présence du thème AJISE au sein de SARI et du sous-thème interacceptabilité au sein d’AJISE. Par ailleurs, les investigations conduites ont rassemblé des experts de chaque acceptabilité conférant aux conséquences les deux propriétés nécessaires au caractère élémentaire.
  • Au niveau 3, bien qu’aucun décideur n’existe, les experts de chaque acceptabilité ont construit plusieurs modèles semi-formels de préférences globales. Ces modèles concernent différentes situations de décision qu’il est possible de rencontrer comme la recherche de responsabilité, l’articulation des facteurs d’accidentalité en conception de dispositifs et le choix de déploiement d’un dispositif de type SARI.
  • Au niveau 4, les modèles d’agrégation du niveau 3 fournissent des éléments de recommandation de contenu. L’interacceptabilité a émis d’autres recommandations (Crévits, 2010). Ainsi, les thèmes techniques, dans leurs recherches de solutions, ont à tenir compte de l’ensemble des acceptabilités. La conduite d’investigations dans les domaines techniques peut permettre d’identifier des mécanismes d’agrégation tels les arbitrages utilisés ou les transformations de contraintes comme relaxation des problèmes rencontrés. Ce type d’investigations n’est pas assujetti à des contraintes de planning car les choix de conception sont disponibles dès le début des projets. Cette remarque amène donc une autre recommandation en termes de conduite de projet afin d’accroître les liens entre acceptabilités et thèmes techniques.

43A l’issue du projet, l’examen de l’ensemble des éléments mis en évidence par MMCAD permet d’envisager d’autres conclusions. Les investigations propres à chacune des acceptabilités et les propositions argumentées d’agrégations obtenues en l’absence de décideur permettent de comparer les caractéristiques propres à chaque acceptabilité et leurs points communs, ainsi que les relations qui s’établissent entre elles.

44Ainsi, l’acceptabilité juridique aborde les questions de responsabilité et du droit à indemnisation qui doivent rester inchangés par l’introduction d’une technologie (Michel, 2010). Les deux notions générales de risque de développement et de principe de précaution sont introduites dans le droit. Les investigations sur ces sujets sont conduites par l’intermédiaire d’études de cas de dysfonctionnement des systèmes étudiés. Le contexte est décisionnel car les études portent sur le chemin juridique que pourrait suivre un juge pour émettre ses conclusions au cas où la justice serait saisie suite à une situation où le système ne produirait pas son effet.

45L’acceptabilité individuelle se penche sur les facteurs cognitifs conduisant à une modification adaptée du comportement du conducteur. Les études portent sur la perception, la compréhension et la crédibilité du message diffusé, l’effort dans le choix de l’action à effectuer puis dans sa réalisation et enfin le bénéfice en termes d’expérience. Les investigations sont conduites de façon expérimentale. Elles visent donc une description a priori des facteurs à même d’accentuer les effets attendus par le système.

46L’acceptabilité sociale s’intéresse aux facteurs amenant un conducteur à respecter un comportement prescrit (Terrade, 2010). Les notions abordées sont les croyances relatives au comportement, l’évaluation des conséquences, les croyances normatives, les attitudes envers le comportement, les motivations à se soumettre, les normes subjectives et les intentions comportementales..

47L’acceptabilité économique étudie la pertinence des flux financiers nécessaires et consécutifs au déploiement à grande échelle (Deregnaucourt, 2010). L’analyse économique s’appuie sur les notions de coûts d’investissement, d’exploitation et de maintenance, les investissements et les dépenses évitées appelées externalités. Dans le cadre de SARI, comme dans le cadre de projets publics, on notera que seules les externalités sont significatives. Dans le contexte de la sécurité routière, l’analyse économique conduit à donner une valeur financière à la vie. Trois points de vue sont intégrés dans l’analyse. Le point de vue industriel s’exprime par les notions de marge, de dividendes et de taux de rentabilité, le point de vue collectif par les choix budgétaires et l’équilibre entre dépenses immédiates et futures, et le point de vue individuel par le consentement à payer. Les investigations sont donc d’une grande largeur en décrivant sous forme numérique a priori un grand nombre de phénomènes intervenant avant et après le déploiement du système.

48De la grande diversité des facteurs traités, deux types de récurrents ressortent. Le premier concerne la période de temps concernée par les investigations. L’ensemble des acceptabilités s’intéresse à la réaction produite par le système. L’acceptabilité économique étudie également des facteurs préalables à la mise en place du système. Les acceptabilités individuelle, sociale et économique étudient les effets du système alors que l’acceptabilité juridique s’intéresse aux situations où le système ne produit pas son effet.

49A l’issue de l’étude, il est possible de conclure à l’insuffisance du seul cadre de l’analyse multicritère. La réelle nature des actions potentielles et des conséquences élémentaires apparaît à la lumière des comparaisons opérées entre acceptabilités. Un premier constat concerne le fort degré de constitution des acceptabilités. Chacune représente un domaine pouvant justifier de champs de questions spécifiques, de compétences, de résultats et de modes d’investigation solidement argumentés. Le fait que, dans SARI, aucun décideur ne puisse faire l’objet d’investigations ne représente pas un argument de cette indépendance. La présence d’un décideur ne changerait en rien la constitution des acceptabilités. Dès lors, l’action potentielle considérée dans l’étude se fragmente en autant d’actions que d’acceptabilités. Mais bien, que chaque acceptabilité ait pu être envisagée comme réaliste par les autres, seul chaque acceptabilité est à même de mettre l’action la concernant à exécution, d’en définir et d’en comprendre le contenu. Il en va de même pour un décideur. Les actions obtenues par fragmentation apportent donc toutes une contribution à une décision. Elles sont donc fragmentaires. Cependant, elles ne peuvent être considérées comme des actions potentielles du point de vue des autres acceptabilités. De même, les conséquences manipulées par chaque acceptabilité leur sont spécifiques et ne peuvent donc être considérées comme élémentaires. Il résulte de cette fragmentation qu’aucune situation de conflits entre critères ne peut apparaître. En revanche, deux niveaux de critères apparaissent, l’un concernant des éléments spéculatifs préalables aux décisions et l’autre concernant les effets réactifs postérieurs aux décisions.

50Par ailleurs, les conclusions émises par chaque acceptabilité concernent leurs domaines de compétences. Ainsi, les acceptabilités individuelle et sociale montrent qu’une individualisation et un caractère injonctif du message est plus efficace. L’acceptabilité juridique recommande des mécanismes d’équilibre des responsabilités de toutes les parties prenantes afin que le caractère innovant ne puisse être opposé à un accident. Des recommandations sont également émises en termes de formation du conducteur et de règles d’assurance. L’acceptabilité économique émet des recommandations sur la réduction des coûts par la création de potentiels de marchés et une sélection rigoureuse des sites à équiper. Mais un autre résultat important est apparu. Seule l’acceptabilité économique émet des recommandations d’investigations sur la rémanence des effets des systèmes, vers les acceptabilités individuelles et sociales. Dès lors, l’acceptabilité économique rend les actions la concernant potentielles ce qui ne respecte pas les hypothèses de construction de l’ensemble des actions.

51Pour autant, ces résultats ne démentent pas l’intérêt de MMCAD. Les investigations conduites montrent que toute l’essence du problème réside dans ce qui n’est pas commun aux acceptabilités. Les résultats mettent en évidence que les caractéristiques de chaque acceptabilité sont toutes utiles à une décision. Ces caractéristiques ne peuvent donc être agrégées. En revanche, l’identification des articulations entre acceptabilités montre qu’il est possible de construire des préférences globales dans certaines situations précises.

52Considéré sans la restriction d’une décision particulière, le problème porte alors sur la constitution d’une nouvelle décision, d’ordre politique, permettant de faire cohabiter, de façon non contraignante, plusieurs systèmes de valeurs. La construction d’un modèle de décision pour cette nouvelle situation nécessite une analyse fine de chaque acceptabilité que PAD permet. Les conditions d’acceptabilité des décisions propres à chaque acceptabilité seront alors clairement posées. Des règles d’indépendance et de dépendances entre acceptabilités pourront alors être construites de façon argumentée. Ainsi, en particulier, des facteurs inacceptables peuvent être intégrés aux décisions en toute connaissance de causes.

QUELQUES ENSEIGNEMENTS TIRES POUR L’AIDE A LA DECISION

53Le problème d’aide à la décision considéré dans SARI est nouveau. Il concerne l’émergence d’une décision sur la base de décisions fortement constituées. Plusieurs caractéristiques du processus décisionnel émergeant peuvent être dressées, à la lumière des travaux sur la théorie du choix social rappelés dans (Bouyssou, 2009) :

  • non dictature : garantie qu’aucune acceptabilité n’impose des éléments de son système de valeur à la nouvelle décision ;
  • neutralité : garantie qu’aucune acceptabilité n’impose d’éléments de son système de valeur à une autre acceptabilité.

54Il réside donc un certain nombre de risques dans cette construction d’une nouvelle décision. Le risque concerne ici les freins à l’émergence introduits par la constitution par partie, et non une incertitude épistémique (Montmain, 2005). Ainsi, l’interacceptabilité est plus que la combinaison des acceptabilités. La mise en évidence de singularités est un facteur déterminant dans la constitution de la nouvelle décision. Ces singularités peuvent combiner des points de vue acceptables et inacceptables. Dans cette situation de processus décisionnel constitué par partie, un autre type de risque apparaît, celui de voir une partie régresser sous l’influence d’une autre. L’aspect collectif et la nouveauté de la décision génèrent également des attentes d’argumentation. Une analyse de la logique s’installant dans la construction de la nouvelle décision peut en fournir une base qui, modélisée, apportera un soutien au processus décisionnel construit (Ouerdane, 2010). Cependant, dans les travaux de (Montmain, 2005) et (Ouerdane, 2010), les processus décisionnels sont construits exclusivement sur la base du modèle. Ici, des facteurs de risque et d’argumentation doivent être recherchés dans le problème lui-même et dans ses parties constituées.

55On notera également dans cette construction d’un nouveau processus décisionnel constitué par parties que des relations sont établies entre des processus décisionnels en place, et que la cohérence dans ces relations est déterminante. A défaut de processus décisionnels en place suffisamment constituée, les relations peuvent s’établir entre des décisions ou des éléments du problème lui-même. De ce fait, l’objectif de l’aide à la décision n’est pas ici de produire un accroissement à la rationalité limitée. L’accroissement de rationalité est procédural. Il s’agit de construire le contenu des quatre étapes d’Intelligence, Design, Choice et Review proposées par Simon. Ainsi que le rappelle (Pomerol, 2006), chacune de ces étapes peut faire elle-même l’objet d’un processus décisionnel. Le soutien à cet accroissement de rationalité procédurale nécessite donc un déploiement de modèles de nature qualitative, plutôt que quantitative, pour qu’une aide à la décision soit mise en place.

56Pour que le nouveau processus décisionnel se construise, il est donc nécessaire que les éléments pertinents en place soient mis en relation. Cette situation renvoie à la notion de sens, introduite par les Sciences Humaines et Sociales, en tant que processus de mise en cohérence globalisante, comme par exemple dans les travaux de (Labour, 2010). Pour que les relations s’établissent, les éléments doivent être indépendants. Pour qu’ils soient pertinents, ils doivent pouvoir s’exprimer pleinement et ne faire l’objet d’aucune obstruction. Cette dimension du sens est un point important pour l’aide à la décision, complémentaire aux travaux de Simon.

NOUVELLES OPPORTUNITES OFFERTES PAR L’AIDE A LA DECISION

57Considérer l’aide à la décision comme l’accentuation d’une décision offre plusieurs avantages. Tout d’abord, l’aide à la décision se place alors dans une perspective d’évolution de la décision. Cette évolution peut être temporaire, c’est-à-dire limitée dans le temps. Il s’agit ici d’apporter une réponses à un problème localisé. Dans une évolution plus durable, l’aide à la décision constitue le pallier d’une évolution ultérieure, tout comme elle a répondu à une limite identifiée d’une décision constituée. Les artefacts manipulés par MMCAD et PAD offre une nouvelle vision du problème et des opportunités de réponses. En mettant en place de nouveaux éléments de décision, l’aide à la décision peut faire évoluer la décision par le simple fait de son intégration dans la pratique des intervenants. Sous cet angle, il peut être affirmé que l’aide à la décision peut « rendre capable » (empower en anglais (Labour, 2006)) l’individu à prendre, voire assumer, une décision qui ne va pas de soi dans une situation perçue comme problématique. Cela est particulièrement pertinent, dans le cas d’un problème nouveau où aucune décision n’est prise, ni aucun processus décisionnel n’est en place et qui pourrait servir de point de référence. L’aide à la décision apporte alors des éléments de constitution d’un processus décisionnel si cela s’avère utile. L’aide à la décision constitue alors également une opportunité de maîtrise de la décision (Crévits, 2005).

58De même, par les artéfacts manipulés, l’aide offre de nombreuses possibilités de formation, non seulement à son utilisation, mais également à la décision elle-même. On notera que MMCAD et PAD constituent des modèles favorisant la construction de modèles et permettent de prendre des décisions sur une décision. L’aide à la décision nécessite donc une réflexion sur elle-même. Cette réflexion ontologique constitue une troisième orientation de l’aide à la décision car les orientations de la théorie de la décision ou des systèmes d’information utilisent des objets extérieurs. Cette troisième orientation présente trois signes distinctifs. Le premier est intégratif et voit l’aide à la décision au confluent de plusieurs sources de construction de natures différentes, en particulier les points de vue du client et de l’analyste, pour construire une nouvelle forme de décision. Le modèle constitue l’élément de solidité de cette nouvelle structure. Enfin, l’aide à la décision se penche sur sa fonction en abordant la question de la recommandation. Par ces trois signes distinctifs de forme, de solidité et de fonction, cette troisième orientation de l’aide à la décision peut être qualifiée d’architecturale en référence à la triade classique de l’architecture depuis Vitruve : venustas, firmitas, utilitas (Vitruve, 1847). On rappellera également que MMCAD et PAD, en définissant des cadres méthodologiques, abordent également l’aide à la décision sous un angle pratique. Sous cet angle, le contexte applicatif est une dimension à intégrer. Cependant, le terme « application » est réducteur. Il favorise l’idée que l’aide à la décision se résume à la question essentielle d’appliquer une théorie de la décision. Plutôt que d’application ou de contexte applicatif, nous préférerons utiliser le terme de « situation » qui s’élabore par une superposition de « contextes » applicatifs et théoriques (Labour, 2010).

CONCLUSION

59L’aide à la décision est vue comme une nouvelle résolution de problèmes ayant comme base une modélisation mathématique. Elle intègre dans ses réflexions, avec la notion de processus décisionnel, une situation décisionnelle humaine. Cependant, le processus décisionnel constitue le révélateur du problème, ainsi que le lieu d’insertion du résultat du modèle. Cet article a proposé une séparation formelle des notions de décision et d’aide à la décision pour mieux construire les liens qui les unissent. Ainsi, le processus décisionnel peut également constituer la source de l’aide. Cette vision de l’aide à la décision permet d’étendre le modèle à d’autres formes que mathématique, en particulier pour autoriser des examens qualificatifs portant sur le processus décisionnel.

60L’aide à la décision offre donc des opportunités pour le management des technologies organisationnelles. L’illustration par le domaine de la sécurité routière montre que l’aide à la décision présente des aptitudes pluridisciplinaires utiles à l’intégration de nouvelles dimensions dans les processus décisionnels. Cette situation se retrouve dans les problèmes de management, comme l’intégration des nouveaux enjeux relatifs au bien-être des salariés ou les exigences environnementales. Les managers se retrouvent alors face à la difficulté de favoriser à la fois des dimensions individuelles et collectives. La question du sens constitue un facteur déterminant dans la maîtrise de l’évolution des processus décisionnels. Ainsi, les deux dimensions doivent pouvoir s’exprimer pleinement pour construire entre elles des relations satisfaisantes pour les deux parties. Des dispositifs sont alors à mettre en place afin de laisser l’opportunité aux individus d’exprimer leurs points de vue, s’ils les jugent pertinents. De même, le management doit disposer des moyens lui permettant de recevoir les points de vue individuels et de les intégrer, s’il y a lieu, dans l’organisation d’une façon alors concertée. Ainsi, les décisions collectives sont plus perméables à la spontanéité des points de vue individuels. Par une cohérence avec les actions mises ou non en place, ces points de vue individuels trouvent une réponse concrète. La satisfaction de l’ensemble des parties prenantes en est alors accrue. L’aide à la décision offre une opportunité d’obtenir cette maîtrise par une structuration de l’émergence du sens décisionnel. Par la position qu’elle occupe au confluent de différents points de vue, l’aide à la décision permet de coordonner les processus décisionnels, facteurs technologiques et processus de formation. En particulier, les modèles de décision offrent une référence utile à la conduite des processus décisionnels et au soutien à l’émergence du sens décisionnel. Par l’éclairage qu’elle permet, l’aide à la décision constitue donc à la fois une technologie organisationnelle et un moyen de management des technologies organisationnelles.

REMERCIEMENTS

61Nous remercions chaleureusement les relecteurs pour leurs commentaires. L’ensemble des remarques ont été prises en considération. La plupart des idées avancées ici ont fait l’objet de débats lors des journées. Nous remercions l’ensemble des personnes impliquées dans ces échanges fructueux, en particulier Jacky Montmain, animateur de l’atelier « Aide à la décision : quelles perspectives pour la formalisation des processus d’aide à la décision. »

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bouyssou D., (1993), « Décision Multicritère ou aide multicritère ? », Newsletter of the European Working Group “Multicriteria Aid for Decisions”, Series 2, 2, Spring, 1-2.

Bouyssou D., Marchant T., Pirlot M., Tsoukiàs A. and Vincke, P., (2006), “Evaluation and Decision Models with Multiple Criteria. Stepping Stones for the Analyst”, Springer.

Bouyssou D., Marchant T. and Perny P., (2009), “Social Choice Theory and Multicriteria decision aiding”, in “Decision-making Process Concepts and Methods”, Wiley.

Crévits I. et Labour M., (2005), « Vers une méthode de diagnostic en langue : quelle utilisation, pour quel savoir ? », Conférence internationale UNTELE, Université de Technologie de Compiègne, 111-128.

Crévits I. et Pacaux-Lemoine M.P., (2010), « Interacceptabilité dans SARI », Conférence sur la sécurité routière Prévention des risques et aides à la conduite.

Deregnaucourt J. et Drouot L., (2010), « Evaluation de l’acceptabilité économique des dispositifs SARI », Conférence sur la sécurité routière Prévention des risques et aides à la conduite.

Duquesne L., (2010), « Une approche d’aide multicritère à la décision pour l’acceptation d’une signalisation routière dynamique », Thèse de doctorat, Université de Valenciennes.

Labour M., (2006), « Recomposer les métiers du multimédia : quel espace pour un empowerment coopératif ? », Colloque international, Formation, Recherche et Métiers des Technologies de l’Information et de la Communication, Université Antonine, Liban.

Labour M., (2010), « Apport de la méthode triadique à l’analyse des pratiques informationnelles », Etudes de communication, Pratiques informationnelles : Questions de modèles et de méthodes, 35, 77-90.

Michel G., Pierre P. et Slim, H., (2010), « Réflexions sur l’acceptabilité juridique appliquée aux innovations de projet SARI/AJISE », Conférence sur la sécurité routière Prévention des risques et aides à la conduite.

Montmain J., Mauris G. and Akharraz A., (2005), « Elucidation and Decisional Risk in aMulti-Criteria Decision based on a Choquet Integral Aggregation – A Cybernetic Framework », Journal of Multi-Criteria Decision Analysis, 13, 239-258.

Mousseau V., (2003), « Elicitation des préférences pour l’aide multicritère à la décision », Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris-Dauphine.

Mucchielli A., (2004), « Approche par la modélisation des relations », Armand Colin.

Ouerdane W., Maudet N. and Tsoukiàs A., (2010), “Argumentation Theory and Decision Aiding”, in “Trends in Multiple Criteria Decision Analysis”, Springer.

Pomerol J.C., (2006), « La décision humaine : reconnaissance plus raisonnement », dans « Concepts et méthodes pour l’aide à la décision 1. Outils de modélisation », Hermès.

Roy B., (1985), « Méthodologie multicritère d’aide à la décision », Economica.

Simon H. A., (1997), « Administrative Behavior », The free Press.

Terrade F., Greffeuille C., Somat A., Bordel S. et Queguiner, R., (2010), « Prescrire et personnaliser un message délivré par PMV pour mieux influencer le comportement des conducteurs », Conférence sur la sécurité routière Prévention des risques et aides à la conduite.

Tsoukiàs A., (2006), « De la théorie de la décision à l’aide à la décision », dans « Concepts et méthodes pour l’aide à la décision 1. Outils de modélisation », Hermès.

Tsoukiàs A., (2008), “From decision theory to decision aiding methodology”, European Journal of Operational Research, 187, 138-161.

Vitruve, (1847), « De Architectura », disponible sur GoogleBooks en traduction par Ch. L. Maufras, 1847.

Auteurs

Maître de Conférences UVHC – LAMIH / Université Lille Nord de France

Maître de Conférences UVHC – DeVisu / Université Lille Nord de France

© Presses des Mines, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540