Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

TIC et innovation organisationnelle

 | 
Pierre-Michel Riccio
, 
Daniel Bonnet

II – Communications

Gestion de l’information, le rôle du support documentaire ou comment améliorer les performances par l’usage des cartes numériques interactives

Eric Lacombe

Texte intégral

1Pour atteindre leur objectif de rentabilité, les entreprises s’attachent à optimiser leurs flux financiers, résultant de la gestion de flux physiques et de flux d’informations. L’évolution technologique a bouleversé la gestion des flux d’information pour conduire à ce que l’on nomme couramment la révolution de l’information ou révolution numérique. Désormais bien engagée, elle s’accompagne de crises économiques, écologiques, sociales... La transformation est profonde et durable : il ne s’agit plus simplement de « Changer d’ère » (Robin, 1989), c’est « L’urgence de la métamorphose » (Robin & Baranski, 2008). Elle inverse même les règles du jeu économique. Alors que traditionnellement l’économie ne prend en compte que la valeur définie par la rareté, elle doit s’adapter pour gérer l’abondance : « quand on partage un bien matériel, il se divise alors que quand on partage un bien immatériel, il se multiplie » (Soudoplatoff, 2008). Elle affecte le fonctionnement des entreprises à tous les niveaux, et en particulier le comportement des collaborateurs de l’entreprise. Elle appelle donc de nouveaux axes de recherche, comme celles menées sur les comportements face aux nouvelles technologies : les e-Comportements (Rolland, 2010).

2Pour s’adapter à cette mutation, nous avions précédemment évoqué la nécessité première d’un changement de point de vue (Lacombe, 2009). Il doit bien évidemment être complété par un changement de méthode de travail mais aussi d’outils. Notre point de départ reste le même : le constat d’un processus de fragmentation. Libérée du papier, l’information est désormais traitée au niveau élémentaire qu’est le bit. Dans ce processus, un élément joue donc un rôle déterminant : le support. Par support, nous entendons support documentaire, sur lequel est physiquement stockée l’information. Il s’agit du contenant, support du contenu. Il détermine à la fois son mode de consultation et son mode de conservation. Nous privilégions ce terme à celui de média qui serait pourtant bien adapté puisque la notion d’intermédiaire se retrouve dans son étymologie. Cependant, son champ sémantique plus large mais surtout son acceptation contemporaine courante comme moyen de diffusion et d'échange d'informations peut porter à confusion.

3Le support est donc au centre de notre communication : nous étudierons les conséquences de sa « disparition » lors du processus de dématérialisation, recenserons les nouvelles méthodes de travail pour pallier son absence, et lui proposerons un remplaçant : la carte interactive.

LA PERTE DU SUPPORT

Le processus de dématérialisation

4Le choix du support de l’information et son usage varient en fonction de plusieurs paramètres. Sur un axe historique, ils évoluent avec le développement des technologies : tablette d’argile, papier, mémoire informatique par exemple. Ils s’adaptent également au langage d’échange, et se présentent sous plusieurs formes, principalement textuelles, vocales et gestuelles. Ils dépendent aussi de la finalité : communiquer ou transmettre. La transmission veille au passage des messages à travers le temps, c’est-à-dire en différé, alors que la communication les essaime dans l’espace (Cerisy, 2000).

5Nous privilégions ici l’aspect « communication », sous sa forme écrite. Elle fait partie des préoccupations centrales des entreprises, qui visent une qualité d’échanges, tant internes qu’externes. Pour atteindre leur objectif de croissance, elles aspirent au quantitatif, en restant bien sûr dans les limites imposées par l’efficacité. Pour l’atteindre rapidement, elles s’inscrivent dans une temporalité privilégiant le court terme et donc la réactivité. Or les deux variables associées à ces flux, quantité et vitesse, dépendent fortement des caractéristiques physiques du support : lorsqu’information et support sont liés, l’information circule à la vitesse de son support. Dans le cas d’un document imprimé, cette vitesse est fixée par son mode de transport. Elle est équivalente à celle que peut atteindre un humain. En s’affranchissant du traditionnel papier, c’est-à-dire en transférant l’information sur un support numérique, les caractéristiques physiques changent de plusieurs ordres de grandeur. La vitesse atteint celle de l’électron et la densité d’information stockée sur les mémoires numériques prend des proportions tout aussi gigantesques. Ce passage correspond au processus de dématérialisation, qui en informatique est associé à la numérisation du document. On notera que le terme de dématérialisation reste un abus de langage. La « matière » n’a pas été supprimée, elle a simplement changé de nature puisque l’information numérisée se retrouve sur un nouveau support physique, électromagnétique ou électronique : disque dur, carte mémoire, clé USB,… Sur ce nouveau support, le document est couramment contenu dans un fichier informatique qui circule d’un ordinateur à l’autre, soit directement par transfert de fichiers, soit attaché à un message, l’e-mail.

6Trois niveaux de numérisation sont à considérer. Le premier niveau consiste à gérer la copie numérique d’un document imprimé sous la forme d’une image. Cela facilite la circulation et la duplication du document. Le deuxième niveau permet de gérer l’information élémentaire, par exemple le caractère ou le pixel, comme dans un logiciel de traitement de texte ou d’image. Le document devient interactif, modifiable en continu par l’utilisateur. Ses états successifs sont mémorisés dans des enregistrements. Le niveau le plus abouti consiste à ajouter une information sémantique à l’information, comme dans un formulaire. C’est dans cette troisième forme que le document numérique révèle tout son potentiel. Structuré, enrichi de métadonnées, le document devient interprétable directement par l’ordinateur pour des traitements automatiques comme par exemple l’ajout de liens ou son routage. Interconnecté à d’autres documents ou bases de données, il s’inscrit dans un système d’information.

7A l’issue du processus de dématérialisation, l’information contenue dans le document numérisé se retrouve donc sous deux formes. Intégralement structurée, elle rejoint la base de données et devient accessible par l’intermédiaire d’une application voire d’un Progiciel de Gestion Intégré de l’organisation (PGI ou ERP en anglais, pour Enterprise Resource Planning) ou d’une Gestion de la Relation Client (GRC ou CRM en anglais, pour Customer Relationship Management). Partiellement structurée (au minimum nom et date sont identifiés), elle se retrouve dans un fichier du système de gestion de fichiers ou dans une page d’un site ou d’une application Web. Qu’ils soient centrés sur l’activité de production ou la relation client, les outils d’intégration ont pour ambition de gérer l'ensemble des processus opérationnels d'une entreprise. Leur multidimensionnalité (Saint-Léger, 2009) les rend cependant coûteux et complexes à mettre en œuvre. De plus, l’évolution continue de l’organisation et de son environnement sur différents plans – économique, social, technique, juridique etc. – limite leur champ d’action. Ils ne peuvent donc prétendre à l’exhaustivité et gérer l’intégralité des flux d’information d’une organisation. Dans les organisations où ils sont déployés, ils cohabitent inévitablement avec des outils et méthodes ad hoc de gestion de documents numériques partiellement structurés.

Conséquences de la dématérialisation

8Les technologies de l’information sont donc loin d’avoir atteint leur maturité. La gestion de l’information ne conduit pas à une situation simple et à un état stable ; le processus de dématérialisation du document s’accompagne de perturbations pour les utilisateurs. En perdant son support, le contenu perd aussi un cadre à échelle humaine. En se multipliant, il crée de la redondance, et conduit à l’infopollution et l’infobésité. En circulant rapidement, il se disperse, s’éparpille et se dilue. En virtualisant les contenus, l’utilisateur perd ses repères physiques, quantitatifs, et tout sens de la mesure. En simplifiant le processus de mise à jour des documents, les versions se multiplient et perturbent l’identification de la référence. La perte du support a donc des effets tant quantitatifs que qualitatifs. Au final, l’utilisateur perd ses repères et se retrouve confronté aux vertiges du virtuel (Quéau, 1992).

9À ces perturbations, s’ajoute le défi de la mobilité. L’arrivée des technologies mobiles de type smartphones se traduit par le besoin d’une mise en contexte de l’information, et donc de repères et de référentiels dans l’espace et le temps. Ces outils accompagnent désormais leurs possesseurs en tout lieu. Ils leur permettent d’accéder potentiellement à une galaxie d’informations numérisées, mais avec des possibilités d’interaction aujourd’hui limitées du fait d’écrans de petite taille, et d’une ergonomie des applications encore primaire.

10En entrant dans le cyberespace – au sens premier du mot, « l'espace qui mène l'information » – l’information échappe donc en partie au contrôle de ses producteurs et de ses utilisateurs. Comme l’électricité, elle suit désormais le chemin de moindre résistance. C’est donc le cycle de vie complet de l’information au sein de l’entreprise qui est à revoir : toute la chaîne de la production à la diffusion.

11Plusieurs approches complémentaires sont envisageables pour limiter les perturbations issues du changement de support. Nous proposons d’explorer deux pistes complémentaires : un changement de méthode de travail et l’introduction d’un nouveau support. Le changement de méthode de travail complète et concrétise notre précédente proposition de changement de point vue (Lacombe, 2009), qui permettait de mieux appréhender la dynamique résultant de la numérisation. La proposition d’un nouveau support s’inspire de nos travaux actuels sur la plate-forme cartographique collaborative CartoClic.

UN CHANGEMENT DE METHODE DE TRAVAIL

12C’est acquis, l’information détachée de son support gagne en fluidité. Elle circule plus rapidement, et donc se partage plus facilement. En minimisant les contraintes liées à l’espace donc au temps, elle rend techniquement possible le travail à distance, le télétravail, et permet d’évoluer vers de véritables pratiques collaboratives, participatives et contributives. Pour accompagner plus efficacement les entreprises innovantes vers ces pratiques collaboratives, les pionniers de ces nouvelles approches ont formalisé les changements de mentalité nécessaires (CoLab, 2009 ; Membrado, 2010).

Pour les utilisateurs

13L’enjeu est de taille car un minimum de quatre mutations sont à accomplir en parallèle par l’utilisateur. La première consiste à passer du fichier à la page. L’approche dominante actuellement consiste à produire l’information, à la partager, et à la classer en utilisant des fichiers et des dossiers. Dans la nouvelle approche, l’information est directement produite, partagée et accessible en ligne en utilisant des moteurs de recherche et des liens pour naviguer. La deuxième consiste à passer de l’envoi au partage. L’approche courante aujourd’hui consiste à s’envoyer des emails entre collaborateurs, reçus et stockés dans les boîtes aux lettres. Cette pratique s’appuyant sur des échanges interpersonnels, conduit à la désorganisation, la redondance, la saturation, la perte de temps, la perte d’information, l’inefficacité, la complexité, des coûts élevés… L’approche recommandée consiste à stocker l’information dans un référentiel partagé, accessible à l’ensemble des collaborateurs autorisés. Cela rationalise les échanges, favorise le travail d’équipe, participe à l’organisation, à la constitution de référentiels d’information, à la capitalisation des connaissances, au travail à distance, à l’efficacité, à la baisse des coûts… La troisième mutation consiste à passer du secret à l’ouverture. La pratique usuelle consiste à verrouiller par défaut l’accès à l’information et à ouvrir les droits d’accès au cas par cas. A l’inverse, il est recommandé aujourd’hui d’ouvrir les accès par défaut et de fermer les droits d’accès uniquement en cas de nécessité. Dans le premier cas, l’information n’est pas pleinement accessible lorsqu’elle est nécessaire, l’information circule moins vite, la hiérarchie contrôle l’information, l’autonomie des contributeurs est réduite. Dans l’approche d’ouverture, l’information est toujours accessible et les commentaires sont possibles. Seules les informations réellement confidentielles sont protégées. Les personnes sont autonomes et responsables ; le management et l’organisation doivent évoluer en conséquence. Enfin la quatrième consiste à passer du différé au direct. L’accès à l’information en différé est souvent lié à une hiérarchie pesante, des cycles de traitement longs, des retours d’erreurs à retardement. Les erreurs sont souvent mal acceptées et les problèmes plus cachés que résolus. Au contrainte, un accès en direct à l’information conduit à des cycles de décision courts, la transparence, une hiérarchie minimale, « aplatie », qui aide et accompagne au lieu de punir. Sa réaction est plus rapide mais moins forte : les erreurs, inévitables, sont donc mieux acceptées car plus rapidement corrigées. La collaboration s’effectue en temps réel avec une approche ascendante (« bottom-up »). Cette quatrième mutation est sans doute la plus complexe puisqu’elle suppose d’accepter de montrer un travail en cours, non fini. Elle est cependant indissociable des trois autres.

Au niveau du management

14Au niveau du management, le passage au mode collaboratif nécessite également de relever quatre défis : organisationnel, personnel, communautaire et technique. Le premier consiste à faire évoluer l’organisation de l’entreprise pour l’adapter progressivement aux nouvelles pratiques. Le deuxième consiste à accompagner l’individu dans son apprentissage des bonnes pratiques. Le troisième consiste à réunir les conditions pour travailler et apprendre ensemble. C’est sans doute le défi le plus complexe à relever puisqu’il s’oppose à notre éducation traditionnelle. En effet, notre système éducatif est encore aujourd’hui focalisé sur le développement d’un travail personnel, transmis par le maître à sa classe selon une approche descendante. L’évaluation se fait sur la performance individuelle, favorisant la compétition aux dépens de la coopération ou de la coopétition. Le quatrième défi est technique. Il consiste à doter l’organisation des outils qui permettront d’effectuer cette transition. S’ils ne représentent qu’une petite part des investissements (pas plus de 20 %), les outils sont cependant centraux car ils vont rendre possibles et aider les changements de comportement. Les contraintes organisationnelles peuvent paraître importantes, mais les gains résultants le sont tout autant, comme le démontre une récente étude du cabinet McKinsey (McKinsey, 2010).

15Cette orientation fait passer l’entreprise d’un mode d’organisation centré sur la hiérarchie à un mode d’organisation centré sur le réseau. Ceci est somme toute logique puisqu’à la fluidité de l’information doit correspondre une fluidité de l’organisation ; or les réseaux sont particulièrement efficaces dans le traitement de l'information (Powell, 1990). L’entreprise 2.0 est une entreprise fortement connectée. Trois niveaux sont à prendre en compte. En interne, par la mise en place de pratiques collaboratives, en externe en étendant ces pratiques aux partenaires et aux clients, et enfin au reste du monde, en s’engageant dans une veille active via, entre autres, les réseaux sociaux (Poncier, 2010). L’entreprise en réseau devra cependant bien identifier son périmètre et ses limites, au risque de perdre son identité (Baqué, 2009).

16Si l’évolution des méthodes de travail permet de limiter les effets déstabilisants de la dématérialisation, elle n’exclut pas l’usage d’un nouveau support, apportant un cadre et un repère.

17Et si pour Manuel Castells, dans notre société en réseaux, la logique des flux semble l’emporter sur la logique des lieux (Castells, 2001), Edgar Morin nous rappelle qu’il ne faut pas oublier d’enseigner l’identité terrienne (Morin, 2000). L’économiste Jérémie Rifkin nous le confirme : à l’âge de l’accès, une partie de notre nature humaine reste enracinée dans la notion de territorialité (Rifkin, 2002).

UN “NOUVEAU” SUPPORT, LA CARTE

18A l’issue de notre analyse du processus de dématérialisation, il apparaît que ni le nouveau support matériel, électronique ou électromagnétique, ni le fichier, ni les progiciels intégrés ne compensent la perte des repères associés au contenant physique qu’était le papier : l’utilisateur a parfois l’impression d’avoir perdu le contrôle de l’information, elle n’est plus à son rythme et lui échappe. Il désire être aidé pour maximiser l’usage des données auxquelles il est confronté.

19Nous pouvons considérer que coexistent désormais deux mondes : un monde matériel dans lequel se trouve l’utilisateur et un monde immatériel dans lequel circule l’information. Il manque donc un intermédiaire, une interface accessible au plus grand nombre, qui facilite les échanges entre ces deux mondes. L’interface est ce qui se glisse entre deux éléments, pour les relier et les mettre en rapport (Chazal, 2002). Elle agit comme un dispositif de capture (Lévy, 1990).

20Suite aux évolutions récentes des technologies cartographiques, la carte nous semble pouvoir tenir ce rôle. En tant que support de l’interaction entre l’utilisateur et l’information, la carte peut devenir l’interface privilégiée entre l’espace physique et l’espace numérique, entre le réel et le virtuel. Support du cyberespace, elle tient à la fois le rôle de vecteur et de catalyseur, faisant le lien entre la donnée et son utilisation dans l’espace.

21En faisant ce choix de la carte, nous relions la gestion de l’information numérique à une discipline, la géographie. Cela nous conduit à faire appel et à nous appuyer sur les acquis de la géographie.

La géographie aujourd’hui

22« La géographie moderne est une discipline englobante qui cherche avant tout à mieux comprendre notre planète et toutes ses complexités humaines et naturelles, non seulement où les objets sont, mais comment ils ont changé et viennent à l'être. » (source Wikipédia) Cette vision large et ouverte la positionne en discipline systémique, au carrefour des sciences de la nature et des sciences humaines. La géographie côtoie déjà les technologies informatiques, ce qui a donné naissance à la géomatique. Et grâce aux technologies de l’information, l’univers de la géographie s’est enrichi ces dernières années de multiples outils et services comme les SIG (Système d’Information Géographiques), les GPS (Global Positioning System), les mondes virtuels (comme Google Earth), les mondes miroirs, qui utilisent un assemblage photographique au plus près de l’espace pour une navigation immersive (comme Urban Drive) ou les services collaboratifs de cartographie (comme OpenStreetMap).

23Toutes ces technologies s’appuient sur le concept de la carte, qu’elle soit 2D, 3D ou fasse appel à la réalité augmentée. Une carte géographique est une représentation, qui s'inscrit dans une démarche de communication. Après une série de choix effectués en amont par le géographe, elle intègre dans sa phase de construction une vue sélective de l’espace physique – la carte n’est pas le territoire – pour servir en aval de support de communication. Les rôles traditionnellement attribués à la carte géographique sont la localisation, l’analyse géographique, la simulation, l’aide à la décision, la communication (Bord, 2011). D’un outil de représentation d’un territoire, la carte est devenue un outil de présentation de données. En adoptant la carte comme interface, nous lui conférons un nouveau rôle.

Le nouveau rôle de la carte

24Le rôle que nous donnons à la carte est celui d’une carte interactive et collaborative, c’est-à-dire accessible et modifiable simultanément par de nombreux utilisateurs ainsi que des robots du Web ou des objets communiquants. Elle est à la fois un ensemble de points d’entrée vers le cyberespace, mais aussi un outil de pose manuelle ou automatique de liens, ainsi qu’un outil de navigation : la carte devient un guide pour se repérer, se déplacer et parcourir le cyberespace. Le cyberespace est pris dans son sens large. Selon un modèle en 5 couches superposées développé récemment, il peut être vu, dans sa phase actuelle, comme le support de l’interconnexion informationnelle des êtres vivants et des machines (Dossé, 2010). Ce qui nous intéresse n’est pas la carte en tant que telle, mais les possibilités d’interaction qu’elle offre dans sa version numérique. A la carte statique, qui présente un état des lieux, nous préférons la carte dynamique et interactive, accessible en lecture mais aussi en écriture rejoignant ainsi la vision de la FING (Eychennes, 2009). Le fond de carte ne nous sert que de contexte. Il est une surface d’accroche qui permet de positionner des points, départs de liens vers des ressources numériques, quels que soient leur nature, données ou programmes.

25Il s’agit donc d’une approche nouvelle de la carte, qui dépasse de loin les usages actuels. Nous sommes cependant proches de recherches récentes en géographie qui étudient la relation entre l’espace et le cyberespace, abordée du point de vue de l’utilisateur, devenu un acteur incontournable du GeoWeb (Valentin, 2010). En effet, autrefois chasse gardée des géographes, la carte s’est ouverte depuis cinq ans aux contributions massives des internautes avec des plates-formes comme Google Map ou Open Street Map.

Découpage fonctionnel

26Le partage d’une carte interactive avec un grand nombre d’utilisateurs nous conduit à envisager un découpage fonctionnel simplifié, différent de celui géré par les SIG : nous considérons trois couches complémentaires. La première est le fond de carte, qui tient un double rôle, de support et de cadre. Il s’agit de la carte du géographe, réalisée selon les règles de l’art, ou d’une vue satellite. Pour servir de référentiel commun au plus grand nombre d’utilisateurs, il gagne à être standardisé. La deuxième couche est un complément de la première. Elle complète et personnalise le fond de carte par une information contextuelle, adaptée à l’usage. Elle sert à mettre en évidence des zones ou des lignes particulières. Selon les conventions choisies, la ligne représentera aussi bien la continuité, traçant ainsi un chemin, ou à l’inverse la discontinuité, désignant ainsi la limite, la frontière. La zone nous apportera l’information de contexte autour du point ou de la ligne. La troisième couche est celle de l’interaction. Son rôle est de servir de point d’accroche aux informations. Le point nous intéresse en priorité puisqu’il matérialise à la fois les points de départ et ceux d’arrivée, mais aussi les points d’arrêt sur le trajet ou les points de repère. Il permet surtout de marquer le départ d’un lien, entre un lieu et un ensemble d’informations associées. Selon l’action de l’utilisateur, survol ou activation, ces liens peuvent présenter plusieurs niveaux d’information différents : identification, actions possibles, informations associées.

Avantages potentiels

27La carte apparaît être un support adapté à plusieurs titres.

28Pour tous les utilisateurs, elle offre de nombreux avantages. Elle est concrète, puisqu’elle relie l’information au terrain, en recentralisant l’information éparpillée. Elle est accessible rapidement à toute personne ayant appris à lire une carte. Elle permet de visualiser des liens de proximité. Elle répond à un besoin de reconnaissance identitaire. Elle est ludique.

29Pour les responsables des systèmes d’information, elle peut s’envisager en complément des systèmes existants. Elle est lisible à de multiples échelles et permet d’agréger automatiquement des contenus. Elle permet de géolocaliser toute information géoréférencée, or la majorité des informations gérées par l’entreprise le sont potentiellement : clients, salariés, fournisseurs, prestataires, transporteurs, stocks, etc. Elle permet de relier des contributions apportées manuellement par des utilisateurs et automatiquement par des systèmes d’information, des objets communiquants ou des automates. Les automates peuvent interagir selon deux approches complémentaires : ascendante et descendante. L’approche ascendante part de l’espace physique : les capteurs sur le terrain remontent des informations localisées, l’exemple le plus connu étant le GPS. Dans l’approche descendante, ce sont des robots qui s’appuient sur le balisage sémantique et des techniques statistiques pour agréger des informations géolocalisables sur une carte.

30À un niveau collectif, la carte présente également de nombreux atouts. Elle s’enrichit de la libération des données (OpenData) gérées par les collectivités territoriales. Elle est adaptée aux nouveaux besoins de localisation précise de l’information en mobilité. Elle est également compatible avec les exigences des politiques de « développement durable », pour une gestion responsable et pérenne des ressources naturelles. Enfin, elle étend la continuité temporelle observée par l’usage des technologies de l’information (mail accessible en continu par exemple) à une continuité géographique : elle définit un espace partagé et donc de dialogue entre les différents acteurs du territoire, public et privé, y compris aux multiples échelles des collectivités territoriales. Elle incite ainsi particuliers, entreprises et collectivités, à optimiser l’usage des multiples lieux partagés, comme par exemple les points de transit, carrefours d’échange du transport multimodal, mais également les points de rencontre, de regroupement, de distribution, mais aussi des points d’assistance ou de premiers secours.

Limites

31Face aux multiples avantages précités, nous nous devons de mentionner quelques freins. Les premiers sont sans doute sociaux ; tout le monde ne sait pas lire une carte. De plus cette approche est fortement ethnocentrée ; certaines régions du monde se guident et se repèrent dans l’espace par tradition orale.

32Il y a ensuite des freins techniques. Pour que cette interaction soit optimale, il faut une certaine continuité, voire ubiquité de la technologie. L’interopérabilité des systèmes est donc essentielle, mais elle se heurte inévitablement aux intérêts privés et solutions propriétaires.

33Enfin, un fond de carte n’est jamais neutre, et il serait naïf d’oublier les détournements potentiels de ces technologies. Elles appellent donc à la fois à la vigilance et à la responsabilité éthique, d’autant plus qu’il est désormais établi que l'usage des données géolocalisées sur une carte interactive a des répercussions sur la création et l’appropriation de nos territoires (Valentin, 2010).

Une piste qui reste à explorer

34Nous avons présenté ci-dessus des pistes de réflexion qui permettent de compenser les effets de la perte du support lors de la dématérialisation des documents en rematérialisant les données sur la carte (cf. Figure 1).

Figure 1 - la carte, interface entre mondes matériel et de l’information

35Cette voie reste à explorer, les manques à compléter et les inévitables obstacles à lever. Par exemple, en devenant tout à la fois espace de visualisation, de navigation et de contrôle, le risque est grand de perdre la qualité de simplicité initialement recherchée. Certaines attentes sont déjà identifiées comme le besoin de référentiels géographiques partagés (Schonfeld, 2010). Il en est de même pour des difficultés liées à la navigation dans les hypercartes (Delort, 2008). Les plus grandes résistances seront inévitablement comportementales, les cartes étant le reflet de luttes de pouvoir (Gould, 1995). Enfin, en prolongeant notre analyse de cette interface, nous rejoignons également le champ de recherches sur les interfaces entre le Vivant et le Technique (Tinland, 1994).

36Nous abordons seulement la première étape de ce que certains appellent la néogéographie. Déjà, de nombreux acteurs, ayant une vision plus ou moins précise des enjeux, s’activent pour offrir ou vendre les solutions technologiques de demain : des piliers du Web qui s’adressent à un large public, comme Google ou Facebook, mais également des startups innovantes, comme SimpleGeo, qui visent des professionnels, développeurs et éditeurs.

37De leur côté, des acteurs incontournables de l’informatique en explorent dès à présent les usages, tel IBM dans Second Life, qui organise des réunions dans des espaces de travail virtuels. Ce métavers - monde virtuel - permet de multiplier les expériences d’appréhension spatiale, comme sur l’île dédiée à la cartographie.

38Plus pragmatiquement à notre échelle, nous expérimentons actuellement une GRC – Gestion de la Relation Client – s’appuyant sur une plate-forme cartographique collaborative. La rapidité de mise en œuvre, la simplicité d’usage, ainsi que la mise en valeur de relations cachées nous démontre dès à présent l’efficacité de cette nouvelle approche.

39Toutes ces initiatives sont donc à surveiller de très près, car en simplifiant le circuit de l’information, elles sont amenées aussi bien à dévoiler de nouvelles opportunités, qu’à court-circuiter des pratiques devenues obsolètes. Pour rester performantes, les organisations doivent donc être en état de veille active permanente, en particulier vis-à-vis du GéoWeb.

CONCLUSION

40Partant du constat que les utilisateurs rencontrent des difficultés dans la gestion de l’information numérique, nous avons analysé les effets liés à la dématérialisation des documents. Détachée de son support papier, l’information rejoint les systèmes d’information, circule de plus en plus vite, et perd l’utilisateur dans le cyberespace... Pour reprendre contact, il est donc nécessaire d’adapter les méthodes de travail et l’organisation des entreprises : une approche collaborative, une organisation en mode réseau apparaissent comme des incontournables. Une autre approche, complémentaire, est envisageable : utiliser la carte comme interface entre les espaces physiques et numériques, pour relier au sein de l’entreprise les flux physiques et les flux d’information. La carte interactive et collaborative peut ainsi devenir le nouveau support de prédilection de l’information. Simple d’accès pour les utilisateurs, interconnectable aux systèmes d’information existants, utilisable par les robots du Web ainsi que par les objets communicants, adaptée aux besoins émergents de la mobilité, exploitable à de multiples échelles, elle permet d’établir un lien de continuité entre d’innombrables sources d’information et servir de référentiel commun aux différents acteurs du territoire. Il s’agit néanmoins d’un nouvel usage de la carte, à la croisée de deux disciplines, la géographie et la gestion de l’information, qui ouvre sans doute la voie à un nouvel axe de recherche. Les technologies sont potentiellement disponibles. Ce sont désormais les expérimentations qui sont à mettre en place pour pouvoir juger de la pertinence de ce nouveau paradigme.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baque P., (2009), « Quand l'entreprise perd sa peau, elle se vide de sa substance… », Le Monde, 11 octobre.

Bord J.-P., (2011), « La carte en débat », conférence du 18 janvier 2011, café-géo de Montpellier.

CartoClic, Web : http://www.cartoclic.org/ (consulté le 31/01/2011).

Castells M., (2001), La société en réseaux, Fayard, 671 p.

CERISY – collectif, (2001), Les Cahiers de Médiologie - Communiquer/Transmettre, (11), Gallimard, 352 p.

Chazal G., (2002), Interfaces : Enquêtes sur les mondes intermédiaires, Champ Vallon, 275 p.

CoLab, (2009), Web : http://www.xwiki.com/xwiki/bin/view/BlogFr/CO-LAB+Juillet+2009 (consulté le 31/01/2011).

Delort J.Y., Chaker H. & Libourel T., (2008), « Amélioration de la navigation dans les hypercartes », LIRMM - Université de Montpellier 2.

Dosse S., (2010), « Une ébauche apocryphe et anthropocentrique du cyberespace », Site Web : http://alliancegeostrategique.org/2010/10/04/une-ebauche-apocryphe-et-anthropocentrique-du-cyberespace/ (consulté le 31/01/2011).

Eychennes F., (2009), La Ville 2.0, complexe... et familière, Collection Fabrique des Possibles, Fing/Fypéditions, 55 p.

Facebook, Web : http://www.facebook.com/ (consulté le 31/01/2011).

Google Earth, Web : http://earth.google.com/ (consulté le 31/01/2011).

Gould P. & Bailly A., (1995), Le pouvoir des cartes - Brian Harley et la cartographie, Economica, 120 p.

Lacombe E., (2009), « Liens, flux et réseaux : indicateurs et repères pour le management des technologies organisationnelles », Management des Technologies Organisationnelles, Presse des Mines, 352 p.

Levy P., (1990), Les technologies de l'intelligence. L'avenir de la pensée à l'ère informatique, La Découverte, 229 p.

McKinsey, (2010), The rise of the networked enterprise : Web 2.0 finds its payday, http://www.mckinseyquarterly.com/Organization/The_rise_of_the_networked_enterprise_Web_20_finds_its_payday_2716 (consulté le 31/01/2011).

Membrado M. (2010), “Enterprise 2.0 – Concepts, paradigm change and mind-shift keys”, Web : http://www.kimind.com/2010/12/27/enterprise-2-0-concepts-paradigm-change-and-mind-shift-keys/ (consulté le 31/01/2011).

Morin E., (2000), Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur, Seuil, 129 p.

OpenData, Web : http://www.opendatacommons.org/ (consulté le 31/01/2011).

OpenStreetMap, Web : http://www.openstreetmap.org/ (consulté le 31/01/2011).

Poncier A., (2010), « Les 3 dimensions de l’entreprise 2.0 », Web :

http://poncier.org/blog/?p=1970

Powell W., (1990), Neither Market nor Hierarchy : Network Forms of Organization, Web : http://www.stanford.edu/~woodyp/papers/powell_neither.pdf

Queau P., (1993), Le virtuel : Vertus et vertiges, Champ Vallon, 215 p.

Rifkin J., (2002), L'Age de l'accès : La révolution de la nouvelle économie, Pocket, 495 p.

Robin J., (1989), Changer d’ère, Seuil, 349 p.

Robin J., Baranski L. (2008), L’urgence de la métamorphose, In Libro Veritas, 211 p.

Rolland J.M., (2010), « Analyse systémique des tendances e-comportementales induites par les Technologies de l’Information et de la Communication en Management à distance », Thèse, Université du Sud Toulon Var.

Saint-Léger G., (2009), « Les projets d’intégration à base de progiciels intégrés », Management des Technologies Organisationnelles, Presse des Mines, 352 p.

Schonfeld E., (2010), “It’s Time For An Open Database Of Places”, http://techcrunch.com/2010/04/17/open-database-places/ (consulté le 31/01/2011).

SimpleGeo, Web : http://www.simplegeo.com/ (consulté le 31/01/2011).

Soudoplatoff S., (2008), « Comment Internet change nos organisations », Interventions au CEDAP, Web : http://www.almatropie.org/blgg/ (consulté le 31/01/2011).

Tinland F. (sous la direction de), (1994), Ordre Biologique Ordre Technologique, Champ Vallon, 252 p.

UrbanDrive, Web : http://www.urbandive.com/ (consulté le 31/01/2011).

Valentin J., (2010), Usages géographiques du cyberespace - Nouvelle appropriation de l'espace et essor d'une « néogéographie », Thèse, Université Paul-Valéry Montpellier III.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - la carte, interface entre mondes matériel et de l’information
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

Consultant eGuilde

© Presses des Mines, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540