Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’activité marchande sans le marché ?

 | 
Armand Hatchuel
, 
Olivier Favereau
, 
Franck Aggeri

Partie II. Nouvelles perspectives théoriques : le marché, artifice ou mirage ?

Activité marchande et Prescription : à quoi sert la notion de marché ?

Armand Hatchuel

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 La FED : Federal Reserve Bank of America.

1Le 23 décembre 2008, devant une commission d’enquête du Congrès américain, Alan Greenspan, qui fut longtemps le directeur de la Banque centrale des USA1déclarait :

« J’ai une idéologie. Je crois que des marchés libres et compétitifs sont la meilleure façon d’organiser l’économie. […] Mais je me suis trompé ».

2Dans la bouche d’un économiste libéral, cette confession était inattendue, mais les faits étaient massifs : la plus grave crise financière et économique, depuis les années 1930, venait d’éclater.

3Quelle était donc l’erreur commise par un économiste aussi averti et expérimenté ? Loin d’accuser un instrument financier particulier, Alan Greenspan s’interroge sur le cœur même du savoir économique : comment expliquer que les marchés les plus libres et les plus compétitifs ne s’autorégulent pas ? Pire, qu’ils propagent et amplifient la crise au lieu de la prévenir ou de l’atténuer ? Dans son témoignage, Alan Greenspan ne répond pas à la question et se limite à rejoindre une position plus répandue en Europe, celle qui en appelle à une « régulation » des marchés financiers par la puissance publique.

4Reste que de tels revirements sur la nature des marchés et le recours à une notion aussi vague que celle de « régulation » traduisent une impasse scientifique et philosophique, qui, au delà de M. Greenspan, s’étend au savoir économique contemporain et se trouve désormais exposée publiquement. Chimère scientifique, évidence idéologique, observation empirique ou repère commode, la notion de marché se nourrit de multiples équivoques et conduit surtout à un incontestable piège circulaire. Car si les marchés ne s’autorégulent pas, alors qu’est-ce qu’un marché et quelles sont ses propriétés ? En outre qu’entend-on par marché régulé ? Peut-il vraiment exister un marché non régulé ? Et si ce n’est pas le cas, d’où viennent les crises ?

Qu’est-ce qu’un marché qui ne s’autorégule pas ? qu’est-ce qu’un marché régulé ?

5Après avoir longtemps servi à désigner les lieux de rencontre des marchands (« la place du marché », le marché Beauvau, le marché aux puces…), la notion de marché connaît une mutation au tournant du xxe siècle. Pensée désormais à travers un ensemble de schèmes abstraits (offre et demande, rationalité des acheteurs, rationalité des vendeurs, équilibre quantité/prix…), elle sera parée en théorie d’une capacité d’autorégulation jugée positive : stabilisation des prix, qualité des informations transmises, orientation optimale des ressources, adaptation aux préférences des acteurs, etc. Cependant, au fil des ans, un déplacement significatif s’est opéré : les attributs de ces marchés théoriques (dits « parfaits ») sont devenus les critères de définition des marchés en général. De ce fait, un marché qui ne s’autorégule pas est un étrange objet, comme une chose que l’on appellerait encore « chaise » mais sur laquelle on ne pourrait pas s’asseoir… Quant à la notion si attractive de marché « régulé », elle n’est pas plus aisée à clarifier. Est-ce un ensemble d’échanges marchands qui s’autorégulent parce que des règles leur sont imposées ? L’autorégulation est alors une conséquence de la régulation elle-même ! En outre, l’expression de « marché régulé » semble désigner de manière ambiguë deux marchés bien distincts : soit un premier « marché » qui existait avant qu’intervienne la régulation ; soit, le marché résultant de cette dernière. Si la régulation a un impact, ce « second » marché est nécessairement différent du premier. Il serait donc plus juste de dire, à son propos, qu’il a été créé par une régulation. L’expression « marché régulé » entretient donc une illusion tenace : faire du marché une réalité substantielle que la régulation viendrait simplement « corriger » sans changer sa nature, alors qu’en réalité celle-ci n’est effective que si elle donne naissance à des transactions marchandes qui n’existeraient pas sans elle.

6En définitive, le terme de marché désigne, selon les cas :

  • un ensemble de transactions marchandes sans aucun ordre ;

  • ordonné par une régulation non marchande ;

  • ou s’autorégulant lui-même.

7Quel est l’intérêt analytique d’une notion qui se prête aux interprétations et aux croyances les plus opposées ? Pour échapper aux équivoques, on pourrait convenir qu’un « marché » n’est qu’une collection d’échanges marchands sans ordre et sans efficacité particulière et auquel on ne peut prêter de propriétés a priori. Mais la notion de marché est constamment utilisée dans l’espace public, autant par les experts que par les profanes, comme si ses propriétés, notamment autorégulatrices faisaient partie du sens commun ; et la prégnance de cette conception est si forte qu’il semble impossible de s’en passer sans mutiler la réalité ou sans faire disparaître tout discours économique.

Une pensée de l’activité marchande sans théorie du marché

  • 2 Ou plus rigoureusement d’action collective marchande.

8C’est pourtant cette conception que nous allons contester ici en montrant qu’il est beaucoup plus rigoureux d’abandonner l’idée d’une autorégulation naturelle ou de « lois universelles » des marchés, puisque la notion même de « marché » dépend des « régulations » qui lui imposent son fonctionnement. En revanche, il est plus fécond et plus conforme à la réalité historique de revenir aux spécificités cognitives et anthropologiques de l’activité marchande.2On y gagne alors une meilleure compréhension de la dynamique toujours renouvelée des activités marchandes. On comprend aussi que ce que l’on appelle des « Economies de marché » (on devrait plutôt dire « économies de type marchand ») ne sont pas des économies où s’incarnent spontanément les lois du marché, mais où les activités marchandes on été rendues possibles et acceptables par de multiples prescriptions portant sur les faits, les normes techniques et les jugements de valeur qui forment l’échange.

9Surtout, au-delà de la dualité classique « marché-Etat », ces prescriptions ne sont pas uniquement le fait des pouvoirs publics et vont bien au-delà de ce que l’on appelle généralement « régulation économique » par l’Etat (actions publiques sur les salaires, les prix et les impôts…). Elles concernent aussi bien la définition des « marchandises », les techniques de gestion marchande, et l’ensemble des jugements de valeur qui fondent les mœurs et les modes de vie. Au fond, sans le secours de ces multiples prescriptions, la main invisible d’Adam Smith aboutirait à la mort du commerce où à la faillite généralisée !

10Pour appuyer cette thèse, on peut d’abord remarquer que pendant des siècles, la réflexion sur le développement du « commerce » n’a pas connu la notion abstraite et normative de « marché parfait ». Mieux, avant la constitution du savoir économique moderne, on observe déjà le développement de doctrines qui se réclament d’une compréhension fine de l’agir marchand sans présupposer les attributs que l’idéologie moderne assigne au « marché ».

11Ainsi, dans la première partie de cet article, nous reviendrons sur l’œuvre du marchand et juriste français Jacques Savary qui à la fin du xviie siècle, marque l’aboutissement des réflexions et des pratiques internationales sur l’activité marchande. Son « Traité du parfait négociant » (1675), ainsi que tous les codes de commerce qui s’en inspireront seront déterminants pour le développement économique futur. Or, chez Savary, l’action du marchand n’est pas pensée sous l’égide d’un principe faisant système et équilibre. Elle intervient comme une puissance d’agir exploratoire du monde et du social ; puissance faillible, vulnérable et source de malheurs autant que de prospérité. Puissance à laquelle il faut donner forme et sens par un faisceau de prescriptions qui conditionnent sa survie. C’est cette « domestication » de l’agir marchand que l’on réduit ou l’on masque en la ramenant à une simple « régulation de marché » alors qu’il ne s’agit pas seulement de favoriser la concurrence ou la transparence des prix, mais de rendre compte des biens ou services échangés, des compétences du marchand ou de l’acheteur, sur les conditions d’usage, etc. Bref, si l’activité marchande n’était qu’une plante sauvage et amorale que l’on taille après coup, le commerce serait une activité rare et limitée aux biens les plus élémentaires. Or, ce dont témoigne déjà Savary, c’est d’une activité marchande pensée comme l’aboutissement d’une activité systématique d’imagination, de sélection et de contrôle.

12Dans la deuxième partie de ce texte, nous partirons du constat que cette domestication n’a été possible qu’en luttant contre ce que nous appelons la crise pédagogique propre à la relation marchande. Cette lutte s’appuie essentiellement sur la genèse cognitive et sociale d’une multitude de prescripteurs ou de tiers-garants (Hatchuel 1995, 2003) dont nous esquisserons les grands types et quelques jalons historiques. Il en ressort que, dans les sociétés modernes, le développement sans précèdent des activités marchandes tient à ce qu’elles ont été particulièrement favorables à l’émergence de prescripteurs. L’activité marchande n’y est pas une puissance d’agir laissée à elle-même, mais la conséquence d’une activité intense et créatrice de prescriptions qui « libère » l’activité marchande.

13Reste que la prescription peut elle-même conduire à une crise majeure. D’abord, lorsqu’elle favorise l’ignorance. Mais surtout quand par un étrange raisonnement circulaire, le prescripteur ne joue plus son rôle, s’appuie sur l’autorégulation supposée des marchés et fait de l’activité marchande son propre garant. Dans ce cas, la « bulle » n’est plus loin. La crise des subprimes qui a engagé le monde dans la récession est l’exemple dramatique d’une perversion massive de la prescription. Nous illustrerons ce point en évoquant le rôle amplificateur desagences de notation financière dans la formation de la crise. Rendue à « l’ignorance, l’imprudence et l’ambition », l’activité marchande y a retrouvé les chemins « du malheur et de la banqueroute » dont Jacques Savary disait, il y a trois siècles, qu’ils attendaient tous ceux qui ne comprenaient pas la nature du commerce.

DU MARCHÉ À L’ACTIVITÉ MARCHANDE : JACQUES SAVARY ET LE TRAITÉ DU PARFAIT NÉGOCIANT

Du « marché parfait » et de la régulation correctrice d’imperfections

14Depuis la fin du xviiie siècle, et surtout au xxe siècle, nous sommes accoutumés à l’idée qu’il existe une science économique qui explique et permet de guider au mieux l’action des agents économiques et l’activité marchande. Mais, l’histoire des idées en matière économique a suivi un chemin différent. Il suffit d’ouvrir un traité d’économie moderne pour se rendre compte que ce qui intéresse un marchand ou un entrepreneur en est absent et se trouve plutôt dans des ouvrages de marketing ou de management. Mais alors quel est l’objet de la science économique ? Pour une large part, celle-ci s’adresse aux pouvoirs publics (macroéconomie) dont elle a très tôt épousé la perspective d’ensemble et les grandes questions (inflation, croissance, monnaie, fiscalité…). Le célèbre « laissez faire » d’Adam Smith s’adresse avant tout aux gouvernements !

15Reste qu’une telle injonction peut se justifier sans invoquer « la main invisible du marché ». Ainsi, l’Etat ne dit pas ce qu’est la médecine à la place des médecins sans postuler pour autant une autorégulation marchande de la médecine. De fait, il interdit l’exercice illégal de la médecine et soutient la faculté de Médecine et l’ordre professionnel des médecins. Chez Smith, en revanche, le fondement du « laissez faire » réside dans la croyance que les décisions libres (et égoïstes) des marchands (et des producteurs) conduisent naturellement à la prospérité de tous. Une part essentielle du savoir économique des siècles suivants s’est construite sur l’analyse, y compris critique, de cette croyance. Ainsi, la doctrine de la « main invisible », dont on ne sait si elle tenait du mythe ou de l’observation, sera remaniée par la suite en une théorie « pure » du (ou des) marchés. A la métaphore de l’égoïsme vertueux, on substitue la théorie d’un « marché parfait », c’est-à-dire la théorie d’un ensemble d’échanges si organisés et rationalisés qu’ils aboutissent à une « autorégulation » efficace. On a souvent évoqué cette mutation intellectuelle par l’influence des mathématiques. Mais aucune approche mathématique ne justifie par elle-même une théorie. Et il est plus intéressant de remarquer que la mathématisation retenue n’aboutit à l’existence de formes efficaces d’autorégulation qu’au prix d’hypothèses sans rapport avec les réalités de l’activité marchande.

16Une telle construction ne date en fait que de la fin du xixe siècle avec Léon Walras et a surtout connu son plein développement mathématique à partir des travaux d’Allais, Arrow et Debreu au milieu du xxe siècle. Cette conception désincarnée et normative du « marché » est donc particulièrement récente du point de vue de l’Histoire économique. Elle forge une notion de « marché» qui s’éloigne du sens phénoménologique que le terme avait pris depuis des siècles. En outre, elle subordonne cette notion de « marché » à de telles hypothèses sur la connaissance des agents et sur la rationalité de leurs comportements que l’activité marchande disparaît au profit d’une normalisation épistémologique des agents économiques. En théorie, ceux-ci seront désormais sans appartenances, sans histoire, mus par leurs seuls intérêts calculables et d’une capacité parfaite à juger les informations dont ils disposent, même lorsque celles-ci sont entachées d’incertitude. De fait, cette normalisation masque l’activité marchande et deux objets sortent du champ de l’analyse économique :

  • le « marché » comme un ensemble de dispositifs légaux et techniques contingents permettant l’organisation des rencontres entre marchands : ainsi, l’impact de la cotation continue des actions, rendue possible par les techniques de communication, est imprédictible à partir d’une théorie abstraite des marchés.

  • le « marchand » comme acteur agissant, réflexif et construisant sa place à la fois vis-à-vis de ses pairs et vis-à-vis de la société.

  • 3 Dans leur chapitre, Hervé Dumez et Colette Depeyre défendent une approche wittgensteinienne du « ma (...)

17S’agit-il d’un « progrès scientifique » du savoir économique ? Sur beaucoup de points, les nouvelles théories perdent tout pouvoir descriptif et explicatif. Mais la rhétorique du marché parfait et surtout celle des « imperfections du marché » qui en découle, donnent corps à une doctrine de la régulation comme simple action « correctrice ». En rétablissant « liberté », « concurrence » et « transparence », on atténue les « imperfections » des marchés et on rétablit leur vraie nature autorégulatrice. La doctrine des imperfections régulables du marché a occupé une place importante dans la bataille idéologique qui s’est joué contre les doctrines socialistes et marxistes tout au long du xxe siècle. Il serait trop long de revenir ici sur les épisodes de cette bataille d’autant qu’elle a particulièrement occupé la scène publique. Il nous suffit de remarquer que la nouvelle théorie des marchés en s’appuyant sur une fiction normative ne pouvait que favoriser toutes les équivoques possibles autour du « marché » (est-ce un idéal ? un modèle ? un étalon ? une simple figure mentale ? une approximation de la réalité…)3 et préparait l’aporie scientifique et les circularités que nous évoquions en introduction. Car si le marché de la théorie s’autorégule, c’est uniquement parce que toutes les hypothèses favorisent son équilibre. Quant aux « marchés » réels, où aucune de ces hypothèses n’est vraie, comment les comprendre s’il n’y a pas de rapports entre une théorie des marchés « parfaits » et une théorie des marchés réels. Mais alors d’où vient l’idée que les marchés réels s’autorégulent ? Et in fine, à quoi sert la notion de marché ?

L’activité marchande : retour à Jacques Savary

18A suivre le destin confus et équivoque de la notion de marché, on peut comprendre qu’un siècle avant Adam Smith l’étude de l’activité marchande se soit passée d’une telle notion. En outre, une vision aussi désincarnée du commerce ne correspondait pas à l’épistémologie du grand siècle, plus réaliste que celle des modernes. Car pour les savants du xviie siècle, pour parler en scientifique il faut observer l’activité marchande avec le même scrupule du « réel » que l’on trouverait chez un zoologiste ou un botaniste ou avec la volonté de « coller à la réalité de l’action » du militaire où de l’ingénieur. Et ce sont de tels modèles qui inspirent « le traité du parfait négociant » de Jacques Savary, traité qui a occupé une place unique et déterminante dans l’histoire de l’activité marchande.

19Publié en 1675, « le traité du parfait négociant » récapitule plusieurs siècles de développement des législations et des expériences commerciales, aussi bien en occident et qu’en orient. Il reprend l’ensemble des techniques marchandes, comptables, financières, associatives et monétaires en vigueur sur l’ensemble du monde économique de son époque. Son sous-titre souligne l’orientation éducative et initiatique du Traité : « Instruction générale pour ce qui regarde le commerce des marchandises en France et à l’estranger… ». En outre, pour prodiguer un tel enseignement Savary est particulièrement légitime. Marchand important, il vient de participer, à la demande de Colbert, à la rédaction des ordonnances sur le commerce, que l’on a souvent appelé code « Savary » et qui préfigure très largement ce que sera le grand code napoléonien du commerce de 1807. Le succès du traité est indéniable : il fait l’objet de nombreuses éditions et il deviendra la référence majeure pour tous les codes du commerce qui suivront. Or, contrairement aux ordonnances, le « traité du parfait négociant », veut expliquer la place du commerce dans l’histoire des nations et proposer une philosophie de l’activité du marchand loin des idées reçues de son temps. Il veut notamment attirer vers le commerce de jeunes esprits bien préparés à cette tache et souligne l’étendue des facultés, des connaissances et des techniques nécessaires pour être un marchand en prise avec son temps. A cet égard le traité surprend par la manière dont Savary tient compte des préjugés défavorables à l’activité marchande, et donne de celle-ci un portrait novateur sur quatre points principaux que l’on peut résumer ainsi :

L’activité marchande est un régime d’action plus complexe que la seule poursuite du gain, mais il est faillible et faiseur de malheurs :

20Savary s’oppose à la réduction classique de l’activité marchande à une simple course au profit. Il veut souligner l’ensemble des talents qu’exige l’exercice du commerce et notamment la capacité à obtenir la reconnaissance et la confiance des autorités, des clients et des autres marchands, tant en France qu’à l’étranger. La « fortune » est un aiguillon ou un effet possible de l’action marchande mais il ne vient qu’après l’objectif d’une installation pérenne et réussie dans la profession. En termes modernes, nous dirions que le marchand de Savary ne peut se réduire à un homo economicus. Il doit faire preuve d’une compréhension fine des conditions de l’activité marchande et éviter la tentation d’un gain trop facile qui déstabiliserait la considération qu’il a mis si longtemps à gagner. Sur ce point, la dénonciation de Savary est explicite : le sens de son traité est de prévenir contre une vision erronée de l’activité marchande qui, guidée par l’ambition et l’appât du gain, prépare en fait

« le malheur et la banqueroute » car, nous dit-il, il y a parfois « plus d’esprit à savoir perdre qu’à gagner » (Chap. II, p.12).

Les Facultés du marchand : imagination, « bonne mine », intelligence du monde, prudence

21Ainsi pensée, l’activité du marchand s’écarte de l’opinion commune qui croit que

« le négoce ne consiste que d’acheter une chose dix livres pour la vendre douze ainsi qu’ils n’ont pas besoin de grandes lumières : ils se trompent fort car il n’y a point de profession où l’esprit et le bon sens soient plus nécessaires que dans celle du commerce » (Chap. IV, p. 39).

22En outre, Savary décrit les facultés nécessaires au marchand, qui s’acquièrent, selon lui, par un mélange d’aptitudes naturelles et de longs apprentissages auprès des maîtres. Le marchand doit d’abord cultiver une faculté imaginative qui lui permet de toujours penser à des « nouveautés » et de participer à leur création. Il doit disposer d’une « bonne mine » qui donne de l’agrément à sa personne et séduit autant ses clients que ses pairs. Encore, ces deux facultés le perdraient si elles n’étaient soutenues par une solide connaissance des mœurs et des arts de chaque ville ou pays où il souhaite faire commerce. C’est la combinaison de tous ces éléments qui permette au marchand d’éviter les sources de tous les maux :

« l’ignorance, l’imprudence et l’ambition qui causent les faillites ».

Le cadre de travail du marchand : une myriade d’instruments et de prescriptions

23Reste que loin d’être « libre», le marchand doit compter avec une très grande variété de lois, de techniques, de pratiques, de coutumes qui sont autant de prescriptions auxquelles il doit obéir ou prêter attention. La majorité du Traité est consacrée à une compilation de ces prescriptions et à une description détaillée de leur mise en œuvre et de leurs variations d’un pays à l’autre. C’est à un tour du monde des pratiques commerciales qu’invite le traité insistant sur l’encyclopédisme qui s’impose à tout marchand digne de ce nom. Car le commerce des « iles françaises de l’Amérique » ne ressemble ni à celui « d’Arkangel et de Moscovie », ni à ceux de « Hollande, Flandre et Angleterre ». Dans chaque cas, les produits, les livres et documents, les inventaires, les règles des poids et mesures, les conditions de change différent. Rien n’est plus éloigné de l’esprit d’un Savary que l’idée d’un marché abstrait et idéalisé, car chaque transaction marchande obéit à la fois à une logique universelle et au contexte particulier qui lui donne sa forme.

Le commerce, marque d’un haut degré de civilisation

24C’est cette alchimie toujours renouvelée de l’universel et du singulier qui est au cœur de l’activité marchande et qui fait que celle-ci ne peut vraiment se développer que dans des sociétés particulièrement civilisées car elles forment les marchands par de longs apprentissages à une activité marchande pacifiée en lui transmettant les prudences et les instruments qui évitent « le malheur et la banqueroute ».

L’activité marchande : un agir exploratoire du social

25Savary se trouve à mi-chemin entre deux mondes. Celui du Moyen-âge et celui du « marché ». Il est déjà loin de l’ordre seigneurial avec ses marchés enclos où le marchand trouvait un espace qui lui était assigné et où son action était étroitement surveillée. Il connaît le grand commerce international, les sociétés anonymes, les circuits financiers et bancaires ainsi que les instruments du crédit. Il décrit les nouveaux espaces de liberté que sont l’innovation manufacturière, la mode incessante des étoffes, l’impossible « juste prix » pour la véritable nouveauté. Mais il alerte vigoureusement contre les comportements des marchands qui engendrent « le malheur et la banqueroute». A aucun moment, il ne croit que le commerce tend naturellement à un état d’équilibre. Le commerce n’a pas de destin ni d’ordre naturels. Son devenir dépend d’une part, de l’effort d’instruction et de préparation à l’activité marchande ; d’autre part, des instruments collectifs qui organisent la transaction marchande et qui peuvent être à la fois universels et singuliers.

26La philosophie de Savary semble par avance réfuter ce que seront, deux siècles plus tard, les doctrines du marché. En outre, elle articule deux grandes propositions théoriques particulièrement utiles pour penser la place de l’activité marchande dans l’ensemble des activités humaines :

  • Il n’y a dans l’activité marchande aucun principe d’action universel, aucun principe supérieur ou métaphysique qui garantirait l’équilibre et la prospérité du monde. Il s’agit avant tout d’une puissance d’agir qui combine réalisme et imaginaire, attrait du profit et désir de s’élever socialement.

  • Contrairement à une conception contemporaine qui oppose le marché au social, la vision de Savary fait de l’agir marchand un régime exploratoire du social (ou du politique). L’activité marchande constitue donc une énigme anthropologique permanente. Soit parce qu’elle tente de traverser les groupes humains en faisant circuler des objets et brise ainsi l’étanchéité des cultures. Soit parce qu’elle cherche les mouvements possibles des goûts, des mœurs et des désirs. Soit, enfin, parce qu’elle provoque des distinctions importantes à l’intérieur des groupes humains en offrant des produits ou des services qui stigmatisent ces différences ; ou à l’inverse, favorise une uniformisation temporaire en fabriquant de « la mode ». L’activité du marchand explore ainsi les variations, les ruptures et les émergences anthropologiques ; elle tend à éroder inévitablement non l’humain en soi, mais ce qui semble, pour un temps, invariant dans l’humain.

  • Mais, et c’est l’un de ses paradoxes, le marchand a lui-même un besoin impérieux d’ordre social pour protéger, légitimer et organiser ses propres transactions. Il ne survit qu’en suscitant en retour l’invention de principes d’autorité et de solidarités nouveaux, seraient-ils transitoires et faillibles.

Une épistémologie de l’agir marchand

27Pour qui veut étudier l’activité marchande, l’épistémologie d’un Savary apparaît étonnement plus moderne qu’une gnose du marché parfait qui a engagé le savoir économique dans un piège circulaire dont il n’a pu se débarrasser depuis un demi-siècle. Ainsi a été entretenue l’équivoque permanente entre :

  • Des « marchés réels », pour lesquels l’autorégulation n’a pas de sens et dont les seules propriétés sont celles de la dynamique contingente et prescrite de l’activité marchande

  • Et une théorie des « marchés parfaits » qui doit s’éloigner radicalement de l’activité marchande réelle, afin de défendre l’idée d’une autorégulation naturelle et universelle !

28Dans cette perspective, il n’est plus étonnant qu’un Alan Greenspan ait pu se tromper (de bonne foi…) et son erreur s’explique aisément dans les termes d’un Savary : elle tient à son ignorance des réalités de l’activité marchande si particulières des financiers de son temps. C’est-à-dire, à sa méconnaissance des instructions et des prescriptions à partir desquelles les marchands et les clients de subprimes et de titres financiers dérivés agissaient : comment étaient démarchés les clients ? Comment étaient composés les prêts ?Comment étaient-ils revendus ? Comment travaillaient les agences de notation ? Comment les banques géraient-elles les titres issus des subprimes ? Comment le retournement du marché immobilier était envisagé ? L’erreur de M. Greenspan est d’avoir trop pensé en économiste et pas assez en marchand !

29Car une épistémologie de l’agir marchand explique bien mieux les crises ou les réussites du commerce qu’une théorie du marché autorégulateur. Les « imperfections » du marché définies par référence à la théorie ne sont d’aucune utilité pour prédire les causes réelles des crises, puisque le « marché parfait » fait disparaître la richesse technique et phénoménologique de l’activité marchande. Les phénomènes marchands ne peuvent s’expliquer qu’à partir de ce qui leur donne naissance, c’est-à-dire les instruments et les prescriptions qui donnent forme, efficacité et légitimité à l’activité marchande. A cet égard, une histoire des activités marchandes souligne indéniablement l’extension accrue du rôle des tiers-prescripteurs dans l’activité marchande. Elle aurait du mettre en garde contre la crise des prescripteurs eux-mêmes.

LES PRESCRIPTEURS DE L’ACTIVITÉ MARCHANDE : NÉCESSITÉ ET HISTOIRE

30Dans l’univers d’un Savary, l’activité marchande apparaît déjà fragile, vulnérable et soumise à de multiples prescriptions. Le Traité veut donc attirer vers le commerce des esprits neufs et mieux formés. Or qu’est-ce qui peut donner aux lecteurs de Savary le sentiment que le commerce n’est pas le seul règne de l’appât du gain et du hasard de la fortune ? Sur ce point, Savary met en avant tous les dispositifs qui permettent au marchand de ne pas créer le malheur et la banqueroute pour lui-même et pour ceux qui lui ont fait confiance. Il décrit avec grand soin et sens du détail les poids et les mesures en vigueur, les moyens d’éviter les faillites frauduleuses et toutes les précautions à prendre avant d’acheter des marchandises… Ces prescriptions ne suffisent pas à éliminer le malheur mais au moins en limitent-elles les chances et les conséquences. La prospérité attendue du commerce n’a donc rien de naturel : encore faut-il en instruire tous les dangers et inventer de quoi s’en prémunir au mieux. Mais Savary ne pouvait prévoir que la fragilité et la vulnérabilité des transactions marchandes ne feraient qu’augmenter avec la complexité des biens et l’extension du commerce.

Les crises pédagogiques de la relation marchande : le recours aux prescripteurs

31Depuis deux siècles, les sociétés modernes sont tendues vers la consommation accrue d’une profusion de nouveaux produits marchands, qui à leur naissance sont inconnus dans leur fonctionnement et dans leur usage pour ceux auxquels ils sont destinés. En s’étendant ainsi, l’activité marchande se trouve d’autant plus confrontée à son instabilité fondamentale, que j’ai appelé ailleurs la crise pédagogique du marchand (Hatchuel 1995). Car l’activité marchande est menacée dès que l’une des parties est incapable de juger seul du bien-fondé de ce qu’elle achète. Et ne peut donc « instruire, en connaissance de cause et avec prudence » sa démarche d’achat ou de vente. Or, avec le mouvement des sociétés modernes, de telles situations prolifèrent. La multiplication des offres augmente l’ignorance relative des agents économiques, et celle-ci s’étend aussi avec le foisonnement des goûts et des expériences. Surtout, parmi les agents susceptibles d’éclairer, d’informer ou de conseiller un acheteur ignorant ou en proie au doute, le vendeur est indéniablement le moins légitime et le moins crédible. Pour s’en convaincre, il suffit de se demander si nous achèterions des médicaments, une automobile d’occasion ou un tableau de maître à un vendeur à la sauvette !

32L’énigme de l’expansion du commerce dans nos sociétés tient donc en une formule : comment l’action marchande a-t-elle pu autant se développer alors qu’elle souffre d’un déséquilibre inhérent de la confiance entre les parties? La réponse nous était déjà suggérée par Savary, mais nous pouvons largement en confirmer la validité depuis trois siècles : le commerce s’étend avec l’extension conjointe des autorités prescriptrices de l’échange. Et le rôle de ces prescripteurs n’est pas seulement de « réguler un marché » qui serait déjà là, mais bien de permettre la formation de nouvelles transactions qui, sans ces prescripteurs, ne se développeraient pas ou aboutiraient à des litiges et au « malheur ». Dès lors, l’histoire de l’activité marchande depuis Savary est marquée par l’incessant renouvellement des modes de prescription, et des acteurs prescripteurs de l’échange. Mais qu’est-ce qui fonde la légitimité des prescripteurs à venir domestiquer l’activité marchande ?

33Vient en premier la légitimité politique à travers ses lois et ses règlements, et il est vrai que les villes, les Etats ou les Princes ont été les premiers garants du « bon » fonctionnement des transactions marchandes. Mais l’activité marchande exige aussi le recours au savant, à l’expert, au connaisseur qui constitue le deuxième grand type de prescripteurs. Autorités publiques et autorités savantes peuvent d’ailleurs agir ensemble, comme dans la fixation des poids et des mesures, ou lors des expertises demandées par des juges dans un procès. Il faut surtout noter que l’intervention du prescripteur installe l’action collective marchande dans un système à trois acteurs et trois relations (voir schéma) dont au moins l’une des trois relations doit être non- marchande : c’est que nous avons appelé une « relation critique » (Hatchuel 2003) parce qu’elle se fonde sur la nécessaire indépendance du prescripteur vis-à-vis de l’une des parties marchandes.

34Dans un tel système, il est illusoire de parler d’un « comportement de marché » puisque la relation marchande est dépendante des deux autres relations ! De même, parler d’autorégulation des marchés est inadapté aux sociétés modernes où se multiplient les prescripteurs et la nécessité de relations de type critique.

Jalons d’une histoire des prescripteurs de l’échange marchand

35Il n’est pas possible de proposer ici une histoire, même brève, des prescripteurs de l’activité marchande. Mais pour comprendre leurs évolutions et leurs crises, deux séries de remarques nous seront utiles : elles portent sur les différents types de prescription et sur leur évolution historique.

Les trois types de prescription : fait, technique, jugement

36Le code du commerce stipule qu’il y a vente lorsqu’il y a accord sur « la chose » et sur le prix. Mais la simplicité de la formule masque la crise pédagogique que nous évoquions. Car la « chose » à vendre peut être aussi bien une pomme, un grand vin, un service informatique, une prestation artistique ou la construction d’un bâtiment. On comprend alors que les sources de désaccord, de doute et de défiance vont se multiplier à l’envi à mesure que l’activité marchande porte sur des objets moins communs, inaccessibles ou complexes. En témoigne, par exemple, l’ampleur de la réglementation et de la jurisprudence en matière de litiges portant sur les travaux d’architecture et d’ingénierie. De façon plus générale, on peut classer les prescriptions mobilisées par l’activité marchande selon trois types (Hatchuel 1995) :

  • les prescriptions de fait : elles statuent sur la vérité des engagements formant la transaction marchande. La réglementation des poids et mesures est la plus ancienne des prescriptions de ce type. Mais on peut y ranger aussi, les prescriptions relatives aux propriétés des aliments, des médicaments ou par exemple aux consommations automobiles. Dans tous ces cas, il s’agit de ne pas laisser au seul marchand le soin de dire le « vrai » sur la chose vendue : parce qu’il sera tenté d’embellir son produit ou parce qu’il ne sera pas cru.

  • les prescriptions techniques : cette fois il ne s’agit plus de statuer sur un état des choses mais de fixer une « manière de faire » ou une technique que le marchand ne choisira pas de lui-même soit par souci du gain soit par ignorance. Ces prescriptions abondent dès que l’acte marchand peut comporter des dangers, des nuisances (sonores, esthétiques, sociales…) ou des malfaçons invisibles de l’acheteur ou du vendeur. L’ensemble des infrastructures techniques (transports, réseaux d’eau et d’énergie, voiries…) font l’objet d’une multitude de prescriptions qui s’imposent à toutes les entreprises qui interviennent dans ces domaines.

  • les prescriptions de jugement : l’acte de consommation n’est pas seulement l’acquisition d’une « chose » mais il est souvent attente d’une satisfaction ou d’une jouissance promise ou associée à la chose. Et comment à nouveau espérer que le marchand soit ici le meilleur conseil sur ses propres produits ? Le commerce des restaurants, celui des grands vins ou celui des œuvres culturelles ont très tôt été accompagnés par une activité de critique qui vient aider le consommateur à faire son choix. Mais cette orientation est autant une pédagogie, une initiation à des goûts inconnus, à une hiérarchie des valeurs et des préférences : c’est en ce sens que l’on peut parler d’une prescription du jugement.

37Ces trois formes de prescriptions cohabitent très souvent et éclairent la variété des impacts de l’action des prescripteurs sur l’activité marchande :

  • d’une part, les prescripteurs peuvent déterminer les éléments principaux d’une transaction marchande lorsque celle-ci se réclame de la vérité, de l’efficacité et de la satisfaction associée à son action sans que le marchand puisse en attester lui-même.

  • d’autre part, la carence d’un dispositif de prescription peut entraîner la vulnérabilité de l’activité marchande : imagine-t-on la vente de blé sans balance, la vente d’appareils électriques sans normes de sécurité, d’aliments sans règles d’hygiène, ou les restaurants gastronomiques sans l’existence des guides ? En outre, dès que le mouvement consumériste s’est formé au milieu du xxe siècle, sa principale activité a été l’établissement de tests permettant la comparaison des produits et la formulation de prescriptions de qualité.

38En définitive, il est particulièrement erroné de croire que la prescription de l’activité marchande doit se limiter aux conditions de la concurrence ou à l’établissement des prix, comme le laisse à penser une théorie du marché. Son champ d’intervention est sans limite, car il concerne toutes les opérations cognitives et sociales que la transaction marchande ne peut assurer par elle-même. La main invisible d’Adam Smith porte bien son nom, aveugle à l’activité marchande elle entraînerait très vite la mort du commerce ou la ruine des commerçants ! D’où aussi les ambiguïtés de la notion classique de régulation. Quand s’agit-il de créer un nouveau marché où simplement de le réguler ? On ne peut fixer de frontières figées entre l’une et l’autre notions : pour comprendre avec précision l’évolution d’une activité marchande, il faut suivre l’histoire et des dispositifs de prescription.

Eléments d’une histoire des prescripteurs de l’échange marchand

39La typologie précédente des prescriptions offre un raccourci de l’histoire des prescripteurs :

  • Sans trop caricaturer, on peut remarquer que les commerces du monde antique et du moyen âge n’auraient pu se développer sans une intense activité de prescriptions de fait. La normalisation des poids et mesures, la fixation des monnaies, la reconnaissance des métaux précieux ont participé à la révolution commerciale du moyen âge.

  • Ensuite, avec le développement de l’instrumentation et du machinisme au xviie et xviiie siècles s’ouvre le champ privilégié des prescriptions techniques. Les Etats, les princes, les académies, les associations savantes se dotent de laboratoires d’essais, de services techniques, de commission d’experts et d’une immense réglementation technique.

  • Enfin, à partir du milieu du xixe siècle et au cours du xxe, l’enrichissement des sociétés modernes et la constitution d’une classe bourgeoise avide de consommations nouvelles et de plaisirs inconnus font le lit d’une multitude de prescripteurs privés et publics du jugement. Critiques, guides, palmarès, livres pratiques, magazines participeront à forger les mœurs, les goûts et les rêves des classes moyennes. Avec le développement mondial des activités financières, il faut développer les prescriptions du jugement sur la valeur du risque (valeur des titres, risque de défaillances...), ce mouvement allait marquer la fin du xxe siècle avant la grande débâcle de 2008.

40Les sociétés modernes n’ont pas connu la prospérité en laissant « libre cours au marché » ou parce qu’elles ont, plus que d’autres, l’appât du gain. De telles thèses ne résistent pas à une histoire rigoureuse (Norel, 2004) des prescriptions de l’activité marchande. Fidèles aux leçons de Savary, elles ont su générer de multiples ressources cognitives et de multiples formes d’autorités prescriptives qui ont nourri l’activité marchande en lui donnant ce que celle-ci ne peut forger par elle-même : des repères crédibles et légitimes de son action. Au fond, l’image la plusproche d’un tel processus est celle de l’agriculture… ! Le paysan n’obtient la « libre » croissance de la plante qu’au prix de multiples interventions prescriptrices sur l’écosystème biologique : il sélectionne les variétés, les semences, nourrit le sol, sème les graines, chasse les mauvaises herbes, éloigne les prédateurs et les maladies. Une fois ces mesures prises, il peut « laisser faire » la plante et la nature… La transaction marchande est certes le résultat du libre consentement et de l’ajustement mutuel des acteurs, mais après que de multiples « cultivateurs du commerce » ait assuré tous les éléments de la scénographie (Aggeri 2008) et de la dramaturgie marchande.

LES GRANDES CRISES DE LA PRESCRIPTION : LA DÉBÂCLE FINANCIÈRE DE 2008

41Mais pour prescrite qu’elle soit, l’activité marchande n’échappe pas « au malheur et à la banqueroute ». Et si, selon Savary, ignorance, imprudence et ambition sont les ressorts essentiels des crises marchandes, il faut comprendre comment ces dérives se produisent dans des activités marchandes modernes saturées de prescription ; autrement dit, lorsqu’elles atteignent les activités de prescription elles-mêmes, précipitant l’action collective vers l’abîme.

Les paradoxes du nouveau consumérisme

  • 4 Il y a quelques années des étudiants de l’Ecole des Mines de l’option Ingénierie de la conception a (...)

42Avant d’examiner des situations aussi extrêmes, on peut observer des crises locales de la prescription dont les effets sont importants mais circonscrits. Il y a une trentaine d’années, les guides et critiques gastronomiques avaient été accusés de maintenir une cuisine lourde et trop classique en empêchant toute innovation. Ce mouvement vers « une nouvelle cuisine » avait alors suscité la naissance de nouveaux guides (Gault et Millau) qui à leur tour ont soutenu le renouvellement des pratiques et des saveurs culinaires. De même le poids récent pris par un célèbre guide des vins anglo-saxon fait l’objet de critiques sévères. A l’inverse, l’une des dérives de la prescription tient aux stratégies de communication des entreprises qui tendent à organiser elles-mêmes la figure du prescripteur (les publicités dans lesquelles un homme en blanc vient doctement assurer que le produit a été testé scientifiquement sont légion). Plus récemment, grâce à Internet, on a aussi vu naître un nouveau type marchand consumériste : ainsi des sites commerciaux organisent eux-mêmes une logique de prescription soit en accompagnant l’offre marchande de nombreuses références comparatives, soit on donnant en permanence le jugement des autres clients sur le produit (Stenger 2007, 2006). Sur cette voie, le magasin de grande distribution, Fnac, avait été un précurseur en fournissant à ces clients des classements relatifs des produits qu’il offrait lui-même à la vente. La persistance de ce paradoxal commerce consumériste est probablement due aux efforts du laboratoire de la Fnac pour faire reconnaître son indépendance vis-à-vis des stratégies commerciales de son entreprise.4

La crise des supbrimes ou de la prescription perverse

  • 5 Comme dans les derniers mois, l’affaire des subprimes a fait l’objet de centaines de recensions, no (...)

43D’une toute autre ampleur, la crise des subprimes qui a servi de déclencheur à la récession actuelle est un étonnant et dramatique exemple, non pas d’un manque de régulation comme on le dit partout, mais d’une séries de prescriptions « perverses ».5La triade de Savary, «ignorance, imprudence, ambition » s’y applique d’abord aux banques spécialisées qui proposèrent des prêts hypothécaires aux particuliers à revenus insuffisants. Mais une telle dérive aurait dû s’arrêter à cette première ligne parce que de tels prêts étaient invendables à un banquier utilisant les prescriptions classiques de gestion prudentielle du crédit. Pour que ces prêts aient pu être revendus à des fonds d’investissements et transformés ensuite en « produits structurés », eux-mêmes à nouveau revendus auprès de banques ou de particuliers, il a fallu l’intervention de nombreux prescripteurs : analystes financiers, assurances (« rehausseurs de crédit »), agences de notation, agences de suivi des marchés financiers et des banques, etc. De fait, ces prescripteurs ne sont pas nés avec les subprimes. Ils se sont constitués depuis des décennies et ont soutenu le développement majeur des activités financières, une expansion impossible sans leur intervention.

  • 6 Voir le témoignage du 26 Septembre 2007 devant le Congrès américain par Christopher Cox, Président (...)

44Parmi cette foule de prescripteurs, les agences de notation sont certainement l’un des plus anciens et des plus emblématiques. Elles sont nées pour soutenir l’activité d’émission de titres par les compagnies ou les institutions publiques. C’est aux USA, en 1909 que John Moody, un spécialiste de l’analyse des entreprises prend l’initiative de classer par niveau de risque les titres (actions, obligations, emprunts…) émis par les compagnies de chemins de fer. Ici, la note prescrite porte sur les chances de voir l’entreprise honorer ses engagements et des créances. S’agit-il d’une prescription de fait ou de jugement : on est là face à une ambiguïté propre à l’activité financière elle-même. Car la prescription porte à la fois sur des faits (l’état de l’entreprise émettrice) et sur un jugement de valeur : qu’est-ce qu’un risque acceptable et pour qui ? Néanmoins, devant le succès de ses évaluations, Moody étend cette activité aux titres émis par d’autres secteurs industriels puis par des Etats ou des municipalités. Des concurrents (Poor, Fitch,…) suivirent rapidement le mouvement et la profession semble avoir résisté relativement bien à la crise de 1929. Mais durant la seconde guerre mondiale et dans l’immédiat après-guerre leur activité déclina en raison de la faiblesse des émissions de titres financiers. Dans les années 1960-1970, elles se développent à nouveau et c’est en 1975 que les autorités financières américaines (SEC) officialisent le statut de « NSRO » (Nationally recognized statistical rating organizations) et font référence aux notes des agences pour un nombre croissant d’émission de titres financiers.6

45Quel est le rôle de ces agences de notation ? D’un point de vue formel il est le même que celui d’un critique gastronomique. En principe, il s’agit simplement d’une « opinion », comme le prétendent, non sans une dose de mauvaise foi, les agences. Certes, rien n’impose à un acheteur d’en tenir compte ou à un vendeur de se faire noter, mais en pratique, l’ensemble des activités marchandes est soumis à la prescription du critique ou de l’agence. D’une part, la note rassure et attire les clients potentiels, alors que son absence inquiéterait. D’autre part, elle conduit les offreurs à reconcevoir leurs produits pour obtenir les notes souhaitées. Si la note prescrite s’appuie sur une véritable connaissance des produits, alors les transactions marchandes seront moins vulnérables au doute et au soupçon et elles pourront s’étendre tout en maintenant la satisfaction des marchands et des clients.

46L’affaire des Subprimes aurait donc pu, là encore, s’éteindre rapidement si les agences de notation avaient fortement déclassés tous les titres liés de près ou de loin à des prêts immobiliers hautement risqués. Or, c’est le contraire qui s’est produit : les agences ont assigné imperturbablement d’excellentes notes aux titres dérivés des subprimes. Ainsi, loin d’arrêter la dérive des prêts immobiliers hypothécaires, elles ont participé au contraire à l’amplification du mouvement ! Quand la crise éclate avec les faillites en cascade des banques émettrices de ces prêts et avec l’explosion des défauts de paiements (le nombre des particuliers incapables de payer leur remboursement de crédit), les agences baissent précipitamment leurs notes, mais il est trop tard… La finance mondiale est en débâcle.

47Pourquoi un tel aveuglement, et aussi longtemps ? Suivons à nouveau Savary. L’ignorance tout d’abord. Quelle est l’expertise réelle des agences de notation ? Que savent-elles des organismes qu’elles notent ? Que savaient-elles des conditions réelles d’attribution des prêts immobiliers ? Des pratiques des courtiers bancaires ? Que savaient-elles des calculs financiers justifiant les titres dits « structurés » (un regroupement de créances plus ou moins risquées et restructurées par niveau de priorité de remboursement…). Nous savons maintenant que cette connaissance n’était sûrement pas suffisante, et c’est évidemment la faute majeure de tout marchand : ne pas savoir tout en faisant croire que l’on sait… L’imprudence ensuite : confrontées à ce qui avait tout l’air d’une « bulle immobilière », à la multiplication effervescente des transactions, aux calculs abscons et douteux des faiseurs de produits structurés, pourquoi ne pas tout simplement renoncer à juger ? Ou signaler une complexité non maîtrisable ? Cela n’aurait peut-être pas stoppé l’euphorie générale mais cela aurait probablement conduit certains à y regarder de plus près et donc à réduire l’ignorance collective. C’est là qu’il faut faire intervenir le troisième facteur de Savary : l’ambition. Les agences sont en concurrence les unes avec les autres ; en outre, elles sont rémunérées par les émetteurs : refuser de noter, c’est perdre des affaires… Il aurait donc fallu que les agences ne se laissent pas tenter et résistent à la tentation d’emporter certaines affaires pour éviter une catastrophe. Comme le disait sobrement Savary : il y a parfois « plus d’esprit à savoir perdre qu’à gagner » (Chap. II, p. 12).

48On peut trouver de nombreuses autres causes à la crise. Mais face à un accident d’automobile où l’on constaterait que la pédale de frein provoque une accélération, qui n’incriminerait pas d’abord le véhicule ? Il reste que chacune des prescriptions qui ont historiquement permis la mondialisation et l’extension de l’activité financière marchande a joué un rôle amplificateur dans la formation de la crise. Qu’il s’agisse des règles relatives aux actifs bancaires, des systèmes comptables, des « fonds de créances », des règles de gouvernance, aucune n’a pu arrêter la crise, et l’ensemble des prescriptions qui ont façonné la finance mondiale ont contribué à son implosion. Or, ce sont précisément ces prescriptions et leurs dérives qui sont occultées lorsqu’on évoque l’autorégulation des marchés financiers ou lorsque l’on affirme que l’activité financière n’était pas régulée. A cet égard, les agences de notation ne sont-elles pas une régulation des activités financières ? Elles le sont pleinement, de même que la gastronomie française est « régulée » par les guides ou le Cinéma par les critiques. La Crise financière n’est donc pas due à l’absence de régulation comme on le proclame partout, mais au fait que les dérives des prescripteurs de l’activité financière ont été totalement ignorées au nom même d’une autorégulation des marchés, dont l’existence même de ces prescripteurs est le meilleur démenti.

49Pour tirer les leçons de la crise, il faut donc examiner l’ensemble des prescripteurs financiers et s’interroger, pour chacun d’eux sur les sources possibles de leur ignorance, de leur imprudence et de leur ambition. Enfin, une remarque s’impose s’elle-même : les millions de ménages américains à faibles revenus à qui l’on a « vendu » qu’ils pouvaient s’endetter sans précaution grâce à la bulle immobilière ont été pris dans l’un des pièges les plus étonnants de l’histoire marchande. Depuis que le crédit existe, les prêteurs se méfient des emprunteurs. Ils exigent de ces derniers gages, cautions et recommandations diverses. L’appareil de prescription du crédit a donc toujours été tourné vers la disqualification de l’emprunteur comme garant de lui-même. Or par le jeu pervers des prescriptions financières modernes, cette logique si ancienne s’est soudain inversée. L’emprunteur le moins solvable est devenu la cible du boniment de prêteurs assurés de revendre n’importe quelle créance douteuse ! Et c’est face à ces vendeurs « de malheur et de banqueroute » qu’il a manqué un prescripteur capable de dénoncer le danger. On savait qu’il fallait protéger les particuliers des facilités de crédit liées aux cartes bancaires, on sait maintenant qu’une banque devenue folle peut proposer des prêts dont le remboursement relève du miracle. Il faudra donc offrir aux particuliers une évaluation nouvelle des offres bancaires, qui allant au-delà du coût financier du crédit, juge aussi de la rationalité sociale de telles offres.

CONCLUSION : LE MARCHÉ OU « L’ÉTHER » DE L’ÉCONOMIE

50Pendant longtemps les physiciens ont pensé que l’espace était plein d’une entité particulière, appelée « éther », qui remplissait la totalité du vide et permettait d’expliquer la gravité ou la propagation des ondes. Mais on se rendit compte que les théories de l’éther impliquaient que ce dernier présente d’étranges propriétés que rien dans les expériences conduites ne venait corroborer. Jusqu’à ce qu’in fine, les physiciens renoncent à l’éther parce qu’on pouvait largement s’en passer pour avoir des explications convaincantes des phénomènes physiques. Le Marché est devenu l’éther du savoir économique contemporain. Deux siècles d’accumulation de ce savoir n’ont pas empêché la formation et la persistance de dangereuses confusions sur cette notion. La crise actuelle en est la dramatique démonstration. M. Greenspan croyait que les marchés s’autorégulent comme les meilleurs physiciens croyaient à l’éther… Mais combien d’économistes le croient aussi ? Et combien de dirigeants et d’analystes financiers ?

51L’histoire politique récente a aussi contribué au brouillage des concepts. Pour beaucoup, l’effondrement des pays communistes a montré la supériorité de « l’économie de marché ». Mais en quoi cette supériorité prouverait-elle que les marchés s’autorégulent ? La force historique des sociétés occidentales ne tient pas à ce qu’elles aient laissé libre cours à l’activité marchande la plus folle ! C’est le contraire qui est vrai ! Et c’est parce que ces sociétés ont multiplié les repères et les prescriptions de l’activité marchande, que celle-ci s’y est développée massivement et « librement », quoique non sans crises dramatiques !

52L’une des erreurs des sociétés communistes est de n’avoir pas compris que l’activité marchande est une puissance exploratoire du social qu’il faut domestiquer mais qu’il est absurde d’empêcher. Sauf à se priver de l’activité imaginative, curieuse et organisatrice du marchand. Car s’il advenait dans un pays que tous les aubergistes soient dangereux et de piètre qualité, le mieux ne serait pas d’interdire les auberges. Il faudrait plutôt susciter par de multiples prescriptions une amélioration progressive des auberges. Comment ? Par l’éducation des aubergistes et des clients, par des règles d’hygiène obligatoires, par des formations de cuisiniers, par des concours gastronomiques, par des guides et des critiques etc.… Bref, par tout ce qui contribue à favoriser une activité marchande qui n’est plus fondée sur l’ignorance, l’imprudence et l’ambition.

53Pour construire ce chemin, la théorie du marché, serait-il parfait, n’est d’aucune utilité. Elle pourrait même être dangereuse. Il suffit qu’au nom d’une une vision dogmatique des marchés on croit qu’on améliorera les auberges en provoquant plus de concurrence par l’installation facilitée de nouveaux aubergistes. Et c’est une situation certainement plus dégradée encore que l’on obtiendrait. Certes, on l’a dit, il n’y a pas de lois universelles de l’activité marchande et l’on peut imaginer que les nouveaux entrants seront des cuisiniers remarquables, qu’ils feront seuls l’éducation des clients et provoqueront la faillite des mauvais aubergistes par la qualité de leur prestation. Mais une telle transformation ne tiendrait en rien à l’autorégulation du marché et relèverait plutôt du mouvement social miraculeux !

54Si le concept de marché est à la fois équivoque et dangereux, alors ne faut-il pas surtout en préciser la définition et les conditions d’usage ? C’est une voie que choisiront certainement beaucoup de spécialistes des questions économiques. Pourtant elle ne pourra pas aller bien loin : car dénué d’autorégulation, le concept de marché perd toute substance et laisse place à la variété imprédictible des configurations marchandes. Sur quoi fonder alors les lois antitrust, des lois sur la concurrence ou sur la fixation des prix ?

55En fait, s’ouvre une autre épistémologie du phénomène économique : une épistémologie qui abandonne toute idée de lois invariantes ou de systèmes « parfaits » mais qui scrute au contraire les logiques toujours renouvelées de l’action marchande. L’économie y perdra la belle ordonnance métaphysique que l’on a fabriquée à son propos. On cessera de croire qu’il existe des « fondamentaux » à une économie, qu’une cotation boursière relève d’une rationalité stable, ou que les prix reflètent autre chose que les transactions singulières et locales qui leur ont donné naissance. Débarrassée de ces oripeaux, l’activité marchande réapparaîtra pour ce qu’elle est. A son origine, une pulsion créatrice, vulnérable, toujours renouvelée, fondée sur la transformation des valeurs, nourrie par les jeux de l’imaginaire et du désir et inévitablement porteuse de tragédies. Pulsion qui, une fois domestiquée par de multiples prescriptions, donne naissance aux activités collectives humaines les plus paradoxales car tenant de la raison et du mythe, de l’ordre et du désordre, de la coopération et de la rivalité.

56Quittant une science illusoire et dangereuse du marché, on passera à une science plus modeste mais beaucoup plus précise et plus informée des prescriptions de l’activité marchande. L’ironie de cette histoire, c’est que cette épistémologie de l’agir marchand a été déjà formulée au grand siècle par Jacques Savary, cent avant Adam Smith et deux cents ans avant Walras. Et sans en être toujours conscients, nous devons déjà à cette épistémologie une large part de notre code du commerce, celle qui n’est pas associée à la métaphysique du marché.

57Doit-on toujours croire que les sciences sociales et la science économique en particulier progressent nécessairement depuis deux siècles ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aggeri, F. (2008), « Régénérer les cadres de la stratégie », Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Dauphine.

Hatchuel, A. (1995), Les marchés à prescripteurs, in Jacob A., Vérin H., (ss. la dir.) L’inscription Sociale du marché, L’Harmattan Paris.

Hatchuel, A. (2003), Le prescripteur : libéralisme régulé ou régulation émancipatrice, in Laufer R., Hatchuel A. (Ss. la dir.), Le libéralisme, l’innovation et la question des limites, L’Harmattan Paris.

Norel, P. (2004, Ss la direction de), L’intervention du marché. Une histoire économique de la mondialisation, Éditions du Seuil.

Savary J., (1675), Le parfait négociant ou instruction générale pour ce qui regarde le commerce de toute sorte de marchandises, tant de France que des pays estrangers. Chez Louis Billaine à Paris.

Stenger T. (2007), « Prescription et interactivité dans l’achat en ligne », Revue Française de Gestion, n°172, avril.

Stenger T. (2006), « La prescription dans le commerce en ligne : proposition d’un cadre conceptuel issu de la vente de vin par Internet », Revue Française du Marketing, n° 209, octobre.

Notes

1 La FED : Federal Reserve Bank of America.

2 Ou plus rigoureusement d’action collective marchande.

3 Dans leur chapitre, Hervé Dumez et Colette Depeyre défendent une approche wittgensteinienne du « marché » qui donne à celui-ci des sens différents selon les types de jeux de langage et d’activité concernés. Notre perspective en est proche. Simplement nous analysons plutôt l’espace des discours savants, institutionnels et médiatiques dans lequel les équivoques de la notion de marché sont masquées et où celle-ci joue un rôle d’évidence normative. C’est dans cet espace là qu’Alan Greenspan doit dire qu’il s’est trompé…

4 Il y a quelques années des étudiants de l’Ecole des Mines de l’option Ingénierie de la conception avaient mené une étude sur le laboratoire de la Fnac : ils avaient notamment souligné le secret qui entoure le protocole de classement des appareils, dont les résultats n’étaient pas revus par la direction.

5 Comme dans les derniers mois, l’affaire des subprimes a fait l’objet de centaines de recensions, nous nous limiterons ici aux points essentiels pour notre démonstration.

6 Voir le témoignage du 26 Septembre 2007 devant le Congrès américain par Christopher Cox, Président de la SEC : « the Role and Impact of Credit Rating Agencies on the Subprime Credit Markets ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540