Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’activité marchande sans le marché ?

 | 
Armand Hatchuel
, 
Olivier Favereau
, 
Franck Aggeri

Partie I. Généalogie des marchés et des activités marchandes : du marché visible au marché invisible

Variations pour une histoire différente des relations entre confiance et marché à l’époque contemporaine

Patrick Fridenson

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Diego GAMBETTA (ed.), Trust. Making and breaking cooperative relations, Oxford, Basil Blackwell, 19 (...)
  • 2 Patrick FRIDENSON, « Business failure and the agenda of business history », Enterprise and Society, (...)

1Dans la dernière décennie, l’histoire des entreprises de la période contemporaine, soucieuse comme toujours par vocation disciplinaire de connaître et interpréter les marchés réels, est souvent allée à l’encontre du discours des sciences sociales sur la confiance dans les échanges marchands, hérité notamment de la période de croissance des Trente Glorieuses et étendu avec beaucoup de nuances aux relations entre fournisseurs et donneurs d’ordres par le sociologue Diego Gambetta1, dans un volume qu’il a dirigé et qui a eu une grande influence. Les travaux et débats se sont donc multipliés un peu partout sur la fraude, la contrefaçon, la faillite2. Il s’est agi d’une étape nécessaire et salutaire. Elle a ainsi mis en évidence l’importance sur les marchés des acteurs qui abusent de la confiance ou qui échouent, et la variété des prescriptions qui s’efforcent de prévenir de telles pratiques.

2Pourtant en allant dans cette direction l’histoire et les autres sciences sociales courent le risque de tomber d’une autre manière dans le travers récemment critiqué par Edmond Alphandéry d’ « une activité marchande sans le marché ». L’activité marchande serait là, cette fois avec ses ombres et ses lumières, mais sans penser le rôle ou l’efficacité des marchés dans leur globalité et dans leurs interrelations.

3C’est pourquoi mon objectif ici est de reprendre la question de la confiance en mettant cette fois l’accent sur différents types d’éléments sociaux ou en tout cas non directement économiques qui peuvent motiver ou tuer des relations de confiance sur les marchés. En prenant aussi bien des exemples européens (en France et en Allemagne) que des exemples américains. En ne me limitant pas à la production industrielle classique et en allant du plus directement marchand au moins directement à partir d’une sélection personnelle de recherches très neuves d’histoire des entreprises dialoguant avec d’autres sciences sociales.

4Dans cette perspective d’une reconsidération des acteurs et des termes de la confiance dans les échanges marchands depuis le xixe siècle, j’examinerai d’abord le lien entre les marchés du jazz et la confiance de la communauté de référence des artistes, puis l’émergence d’acteurs de prescription sur l’information financière et en troisième lieu la substitution du pouvoir à la confiance dans les relations entre constructeurs, concessionnaires et clients dans l’automobile américaine. Partant du rôle joué sur les marchés par des associations de consommateurs, de donneurs de sang ou de malade, j’étudierai enfin comment ces associations peuvent devenir prescriptrices ou demanderesses de prescription.

LE CRÉATEUR A BESOIN DE LA CONFIANCE DE SA COMMUNAUTÉ DE RÉFÉRENCE : DUKE ELLINGTON À HARLEM

5Armand Hatchuel a écrit dans son invitation au colloque de Cerisy dont ce livre est issu :

« L’activité et l’échange marchands s’inscrivent dans un réel forgé par des compétences, des techniques, des règles de droit et de gestion, des organisations et des liens sociaux. Ils s’ancrent dans des traditions autant que dans l’apprentissage du nouveau et du singulier, se nourrissent de reconnaissance et de méfiance, exigent des dispositifs et des pouvoirs ordonnés, se construisent sur des engagements et des assurances ».

  • 3 Nicholas Gaffney, “Meaning, Markets, and Race Work: Duke Ellington and Harlem’s Entertainment Indus (...)

6Une telle approche converge avec les plus novateurs des travaux récents en histoire des entreprises, ainsi celui sur les marchés du jazz aux Etats-Unis entre 1927 et 1934, tels que les vit et les façonne le jeune Duke Ellington à Harlem. Comme le montre dans sa thèse Nicholas Gaffney3, Ellington et son orchestre sont alors un produit culturel sur le marché, pour ne pas dire une marchandise, pour une industrie des spectacles de jazz qui se nourrit à l’époque avant tout de la consommation culturelle des Afro-Américains de Harlem.

  • 4 Kristin Friedrich, “Fats Waller and Ain’t Misbehavin’ – The Time and the Place”, Performances Magaz (...)

7Cependant ce lien profond entre ceux-ci et les musiciens comme ceux d’Ellington s’effrite à la fin des années 1920. Les propriétaires noirs des clubs de Harlem découvrent les profits à tirer de l’ouverture de leurs clubs aux riches touristes blancs et augmentent leurs tarifs. Ainsi se réalise peu à peu une éviction de la clientèle noire qui était la base de l’inspiration et de la création des jazzmen. Les Afro-Américains ressentent vivement cette coupure, d’autant que la crise économique mondiale à partir de 1929 porte atteinte à leurs ressources. Mais Ellington a tout autant le sentiment d’un divorce qui risque de freiner son œuvre. Certes, sa musique est aussi de plus en plus diffusée par le disque et par la radio, mais sur ces deux autres marches il a très peu de prises et d’interactions. Ce sont des Blancs qui contrôlent les entreprises de production et des Blancs qui sont la majorité des acheteurs et – sans doute – des auditeurs. Des initiatives successives de membres du public de Harlem comblent le fossé. D’abord ils offrent au groupe d’Ellington de se produire une fois par semaine devant des spectateurs de Harlem le jour de relâche de l’un des deux music-halls locaux : le Rockland et le Savoy. Puis ils en viennent aussi à organiser des spectacles d’appartement après l’heure de fermeture des clubs. Il s’agit là du transfert et de la reprise, due à la crise, d’une tradition des Afro-Américains du Sud, la rent party, imaginée par les locataires noirs lorsqu’ils n’avaient pas assez de ressources pour payer leur loyer mensuel à leur propriétaire4. De 4 heures à 9 heures du matin, pendant que les spectateurs consomment des boissons à bas prix (25 cents), Ellington et son orchestre se ressourcent auprès d’un public ardent et vibrant. A travers les concerts des jours de relâche et ceux des petits matins, le Duke parvient à

« utiliser avec succès sa musique pour collaborer avec les Afro-Américains en vue de créer une expérience qui leur permet de réfléchir sur les défis et les épreuves de leurs vies ainsi que de les transcender ».

8Dans le même temps, la présence d’Ellington dans ces nouveaux réseaux de spectacles et le dynamisme que son orchestre et lui dispensent

« posent les bases de la perception d’Ellington par les communautés afro-américaines comme un homme qui est fidèle à sa race »

9et en exprime les valeurs.

10Cette perception se développe dans les années 1930, où elle se révèle d’autant plus importante qu’Ellington démissionne du Cotton Club, que l’émeute de Harlem de 1935 met fin abruptement à l’économie touristique de Harlem et qu’Ellington obtient un plus grand droit de regard sur les modalités de mise sur le marché de sa musique.

11On retiendra aussi que l’expression « marché du jazz » est totalement ambiguë et que cette vision nous empêche de voir ce qui s’échange selon les cas et les contextes autour du jazz.

UN DISPOSITIF DE CONSTRUCTION DE LA CONFIANCE ENTRE ENTREPRISES : L’INFORMATION FINANCIÈRE DE L’ALLEMAGNE AUX ETATS-UNIS ET RETOUR

12La tendance profonde des marchés à fluctuer, les différences multiples d’un territoire à l’autre et d’une nation à l’autre sont des obstacles sur la route des entreprises qui cherchent à s’étendre dans des espaces économiques et sociaux qu’elles ne connaissent pas. En situation d’asymétrie d’information, elles sont à la recherche d’opinions indépendantes et d’évaluation du risque de défaut. Deux recherches historiennes éclairent d’un jour nouveau les solutions qui ont pu être apportées de part et d’autre de l’Atlantique au xixe et au début du xxe siècle : les agences de renseignement financier.

  • 5 „Die Zähmung des entfesselten Prometheus? Die Generierung von Vertrauenskapital und die Konstruktio (...)

13L’Allemagne, nouveau pays industriel, a joué en la matière un rôle qui a été récemment mis en valeur par les chercheurs. Pour le présenter, restons sur les marchés de la musique. Aujourd’hui le plus grand fabricant d’harmonicas du monde est une firme allemande, Hohner. Elle a été fondée il y a 150 ans, en 1857, à Trossingen, où se trouve toujours son usine. Cette PME à l’origine rencontre un succès de plus en plus large dans les milieux populaires d’Allemagne. Dans le dernier tiers du xixe siècle son fondateur estime que les nombreux immigrants allemands aux Etats-Unis sont susceptibles de constituer un débouché potentiel très important, ce qui permettrait d’accroître ainsi les économies d’échelle et de synergie. A cette fin il paraît indispensable de s’implanter sur place. Cependant Hohner ne connaît rien aux Etats-Unis. L’idée lui vient de bâtir un réseau de distribution analogue à celui qu’il a édifié en Allemagne. Mais encore faut-il avoir confiance dans les marchés locaux du continent et dans les hommes chargés de les investir. Comme l’a montré l’historien allemand Hartmut Berghoff5, Hohner entre alors en négociation avec une société allemande d’information sur le crédit à accorder aux entreprises, Schimmelpfeng Gmbh, fondée à Francfort-sur-le-Main en 1872 par Wilhelm Schimmelpfeng et qui a peu à peu étendu ses activités hors d’Allemagne en participant ainsi à la phase nouvelle de la mondialisation. Grâce aux renseignements que lui fournit Schimmelpfeng, Hohner réussit à identifier les villes américaines où il vaut la peine de s’implanter et à recruter des distributeurs qui importeront les harmonicas et leur trouveront des clients. Hohner a ainsi trouvé sur le marché allemand des services un partenariat qui a lui a permis de combler son déficit d’information, de générer un capital de confiance hors de son pays d’origine et de construire le marché américain de l’harmonica.

  • 6 Rowena Olegario, A culture of credit : embedding trust and transparency in American business, Cambr (...)

14Aux Etats-Unis précisément, une historienne, Rowena Olegario, vient de montrer comment sont nées les agences de renseignement financier indigènes6. Dans la dynamique économie américaine du xixe siècle les entreprises se vendent de grandes quantités de marchandises les unes aux autres, en majorité à crédit. Les hommes d’affaires se trouvent confrontés à un défi redoutable : à qui faire confiance ? Comment déterminer à qui accorder des crédits et pour quel montant ? Il convient de distinguer trois moments. Dans un premier temps, la circulation de l’information grâce à des réseaux personnels permet de faire face. Mais bientôt des méthodes et des institutions plus formalisées deviennent disponibles pour les étayer ou en prendre le relais. Dans les années 1830 apparaissent des agences de reporting sur les crédits. Parmi les pionniers on relève les noms de l’homme d’affaires abolitionniste Lewis Tappan, qui crée à New York en 1841 The Mercantile Agency, un réseau de correspondants, et de l’entrepreneur John Bradstreet à Cincinnati (Ohio) (1849), qui publie deux ans plus tard le premier guide des évaluations des firmes débitrices. Près d’un siècle plus tard, en 1933, les deux firmes fusionneront sous l’aiguillon de la crise économique mondiale, pour former (la première ayant été reprise par Robert G. Dun) Dun and Bradstreet. Dans un troisième temps, des groupes d’hommes d’affaires en position de créditeurs forment des bureaux de liaison pour partager les informations en leur possession sur les pratiques de paiement de leurs clients. En 1896 ils en viennent à fonder la National Association of Credit Men. En 1920 les créditeurs ont désormais établi d’une part un véritable système national de clearing en matière d’information sur les crédits et d’autre part un bureau d’assistance aux entreprises exportatrices américaines. On peut estimer que ces développements ont forcé bon nombre de firmes américaines, petites et grandes, à rendre leurs situations financières plus transparentes aux créditeurs et aux sociétés de reporting sur le crédit. Les tendances spontanées des entreprises à la résistance, à la suspicion mutuelle, au scepticisme, à la multiplication des édifices juridiques se trouvent en partie contrebattues par ces initiatives destinées à satisfaire un appétit insatiable d’informations sur les entreprises emprunteuses et à rendre ces informations plus précises et plus facilement disponibles.

  • 7 Voir les sites Internet de Dun and Bradstreet et Schimmelpfeng, consultés le 6 août 2009.

15Ces deux histoires nationales distinctes finissent par se croiser. En 1984, Dun and Bradstreet a racheté Schimmelpfeng7.

  • 8 Norbert Gaillard, Les agences de notation, Paris, La Découverte, 2010.

16Sur le marché du crédit aux entreprises les agences de renseignement financier ont sans conteste joué un rôle de prescripteur. Leurs revenus ont été tirés des investisseurs. Le renseignement financier peut être considéré comme l’ancêtre de la notation8. Une différence majeure est qu’à partir des années 1970 les revenus des agences de notation, qui se sont développées après les agences de renseignement financier, ont été tirés des émetteurs de dette.

DE LA CONFIANCE AU POUVOIR : LES RÉSEAUX AUTOMOBILES AMÉRICAINS

  • 9 Voir le chapitre d’Armand Hatchuel dans le présent livre.
  • 10 Sally Clarke, Trust and power. Consumers, the modern corporation, and the making of the US automobi (...)
  • 11 Ronald Coase, « The problem of social cost », Journal of Law and Economics, October 1960, p. 1-44.

17Les marchés contemporains ne sont pas seulement des demandeurs d’informations en plus grand nombre, comme nous venons de le voir. Ils se caractérisent aussi par la profusion de nouveaux produits ou services marchands, souvent inconnus dans leur fonctionnement et leurs usages et dont la multiplication « augmente l’ignorance relative des agents économiques »9. L’automobile a été l’un d’eux (et peut le redevenir avec le véhicule électrique). Quelle peut être dans ces conditions la confiance des distributeurs, des assureurs et des consommateurs à l’égard des producteurs ? Cette question est au coeur d’une nouvelle conception des ressorts du marché automobile que vient de développer l’historienne américaine Sally Clarke10. Elle s’appuie sur un article majeur de l’économiste anglais Ronald Coase11. En 1960 Coase a montré que l’émergence d’un marché de masse est caractérisée par des coûts sociaux qui ne sont pas associés au processus de production (comme le coût des matières premières ou celui de la main-d’oeuvre) mais sont ceux des ressources que la société a perdues dans la production et la vente de biens. Pour l’automobile, ce sont les blessures ou la mort de personnes en raison d’un défaut du véhicule, la perte de la valeur de leur travail, le coût des soins médicaux, et la perte des ressources investies dans les véhicules à l’issue de leurs défauts. L’auto n’est pas seule dans ce cas. D’autres innovations techniques : les bouteilles de verre, les fusils, les chaudières, les produits chimiques et pharmaceutiques, les machines-outils, les bicyclettes se révèlent dangereux lorsqu’ils sont défectueux. Le livre de Sally Clarke met donc l’accent non pas sur les risques que courent tous les producteurs innovants, mais sur les pertes financières et les dommages corporels qu’encourent les consommateurs sur un marché nouveau.

18Dans une première phase, de la fin du xixe siècle à la Première Guerre mondiale, le marché automobile aux Etats-Unis est, comme ailleurs, l’exemple même de la construction d’un marché nouveau de biens de consommation durable. Les producteurs d’autos mettent en vente soit directement soit par l’entremise d’agents et de concessionnaires multimarques des véhicules pleins de défauts. Les clients ont donc à faire face à deux séries parallèles de risques : d’un côté les accidents corporels qui vont en se multipliant, d’un autre côté les pertes financières causées par les accidents, les réparations et les reventes des véhicules. Leur expérience est ainsi différente de l’idylle avec l’auto dont littérature, photo, cinéma et sciences sociales donnent la représentation, et elle est bien souvent douloureuse, pour ne pas dire négative. Dans ces cas la confiance n’est guère au rendez-vous. Le recours à l’assurance est loin d’être la seule issue. Les tribunaux deviennent une arène de résolution des problèmes. Les constructeurs renvoient les plaintes vers les concessionnaires en multipliant les contrats de concession (en franchise) ou invoquent la responsabilité des équipementiers. Mais en 1916 la justice finit par limiter la capacité des constructeurs à s’abriter en partie derrière autrui.

19Dans une seconde phase, de 1920 à la Seconde Guerre mondiale, le marché est devenu un marché de masse. La rupture en matière de distribution proposée par Ford à partir de 1909 s’est généralisée : les concessionnaires ont l’exclusivité d’une marque sur un territoire. Les véhicules de série sont dans ces conditions plus fiables, et les constructeurs n’ont pas ménagé leurs efforts en matière de conception, de fabrication, de distribution et de promotion pour gagner ou regagner la confiance des consommateurs. Pour autant les clients expriment de nouvelles plaintes dans trois domaines : la qualité du produit, les mécanismes de fixation des prix, les termes de la vente à crédit (60 % des transactions de véhicules neufs dès 1920). Leur contestation du pouvoir des constructeurs, renforcé par la pratique de la concession exclusive, se tourne alors des tribunaux vers l’Etat fédéral. Petit à petit celui-ci met en place des garants de la confiance sur le marché : des agences qui rendent visibles les pratiques dans ces trois domaines, même si c’est de manière imparfaite. L’Etat a finalement répondu à la demande des consommateurs et construit des prescripteurs sur le marché de masse. Mais sa réponse imparfaite engendre un nouveau type de méfiance lors des transactions entre acheteurs et vendeurs.

20Dans une troisième phase, de 1945 à 1965, le marché automobile américain vient à maturité. En effet, la plupart des familles ont recours à l’automobile comme moyen de transport. Les constructeurs ont tous comme stratégie de vendre des produits adaptés à l’inégale distribution des revenus. Dans cette phase d’automobile pour tous l’Etat est amené par les différentes prises de parole des consommateurs à élargir son champ d’intervention. Désormais il est appelé à réguler les relations entre acheteurs et vendeurs lorsqu’il s’agit de savoir qui a accès au crédit automobile, et par conséquent quelles personnes vont avoir la capacité de se procurer des biens de consommation durable qui ont un prix élevé comme les automobiles.

  • 12 Cf. les travaux en France d’historiens comme Pierre-Antoine Dessaux et Alessandro Stanziani.

21Ainsi l’histoire du marché automobile américain apparaît-elle comme le déroulé d’une contradiction implacable. Les entreprises productrices ont recherché constamment la loyauté des clients pour pouvoir bénéficier à plein des économies d’échelle. Mais nombre de clients ont régulièrement estimé que le produit que les constructeurs avaient le pouvoir de leur livrer ne correspondait pas à leur confiance et sont entrés dans différents conflits avec eux. Les concessionnaires ont été à la fois des instruments du pouvoir des constructeurs, des victimes de celui-ci et, le cas échéant, des sources autonomes de défiance chez les consommateurs. C’est donc seulement le passage périodique par le recours à l’Etat comme intermédiaire qui a permis de trouver des compromis partiels et précaires. Mais ces derniers ont à la fois élargi l’accès des consommateurs à des informations sur la qualité des produits12 et beaucoup accru la disponibilité du crédit à la consommation.

22Cette interaction entre les relations des différents agents sur le marché et des valeurs partagées – à laquelle manque cependant, dans l’excellent livre de Sally Clarke, une analyse du rôle des journalistes comme prescripteurs éventuels – est également au cœur des deux derniers exemples de récentes recherches que nous allons examiner. Cette fois ils porteront sur la France puis, de nouveau, aussi sur les Etats-Unis.

LES CONSOMMATRICES CATHOLIQUES ET LA RECHERCHE D’UNE NOUVELLE CONFIANCE FONDÉE SUR LA MORALE

  • 13 Le pouvoir de l’acheteuse. Des consommateurs catholiques en République (1900-1935), mémoire inédit (...)

23Le commerce équitable ou bien encore la responsabilité sociale des entreprises ne sont pas des conceptions si nouvelles qu’il y paraît. Ces thématiques et les pratiques qu’elles peuvent mobiliser portent la marque souterraine des réflexions et des actions menées au début du xxe siècle par les premières associations de consommateurs. Celles-ci ont peu à peu constitué un mouvement international (sauf en Grande-Bretagne, où elles ont vite disparu). Son thème, à la différence de ce qui a été exposé pour le marché automobile américain, n’est pas initialement une demande d’intervention de l’Etat comme garant des relations sur le marché mais l’élaboration de campagnes d’incitation des consommateurs au respect volontaire par les producteurs et les commerçants d’une morale. Tel est le sujet des travaux de l’historienne Marie Chessel13.

24En France les ligues sociales d’acheteurs se caractérisent ainsi par l’emploi de moyens d’action destinés à pousser les entreprises à mériter la confiance des consommateurs à condition d’être davantage morales. Sur les terrains qu’elles choisissent comme prioritaires : la durée du travail des couturières et ainsi la promotion du repos dominical, la durée du travail des boulangers et la réforme du travail de nuit, la lutte contre la vie chère, elles s’efforcent d’éclairer et persuader les consommateurs par la force de l’enquête de terrain, souvent assortie d’expositions d’objets qui sont autant de pièces à conviction. Elles soutiennent les entreprises qui adoptent leur morale du marché de produits ou du marché du travail en publiant des listes blanches et attribuant des labels. Elles sont amenées ainsi à exercer la fonction de prescripteur. Pour les autres, sans exclure le boycott, elles en viennent à accepter la contrainte réglementaire ou législative. Elles font ainsi le pont des droits des consommateurs aux droits des travailleurs. Parties d’un principe de réforme par la discussion, elles en viennent à avoir des contacts avec les ministères et parfois avec la CGT.

  • 14 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux, (...)

25Les formes que prennent ces premières tentatives d’une confiance de marché élargie à la morale sociale doivent être interprétées. Pour les femmes qui mènent en général ces associations (telle leur principale animatrice, Henriette Brunhes) et qui en tant que femmes sont exclues du droit de vote, c’est assurément un passage de la charité à la consommation et de la vie privée à l’espace public. Pour les hommes qui participent à ces associations, ce sont des catholiques et la consommation leur permet de consolider leur récente entrée en république et d’élargir aux catholiques sociaux et libéraux la “nébuleuse réformatrice” républicaine14.

26Même si l’échelle est encore modeste, ces ligues d’avant 1914 ont mis en valeur le pouvoir du consommateur, le pouvoir de l’association et les demandes d’une éthique du quotidien sur les marchés. On va retrouver le rôle des associations en examinant une activité médicale, la transfusion sanguine, qui permet aussi de faire le lien entre le marché et son contraire : le don.

DON, MARCHÉ ET TRANSFUSION SANGUINE : CRISE ET RESTAURATION DE LA CONFIANCE

  • 15 Kieran Healy, Last Best Things. Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, Univer (...)

27Dans ces variations sur confiance et marché, la transfusion sanguine montre en effet le rôle des associations, un secteur d’activité médicale longtemps hors marché, l’irruption du marché au royaume du don et les réponses apportées à une crise majeure de la confiance. Je m’appuie ici sur les travaux récents du sociologue américain Kieran Healy et de l’historienne française Sophie Chauveau15.

  • 16 Sur l’ensemble de ces problèmes, voir la contribution de Philippe Steiner dans le présent livre.

28La pratique élaborée dès le début du xxe siècle pour la transfusion sanguine a été celle de la gratuité et du don, justifiés par le respect de la dignité humaine. Ce principe du bénévolat n’a été inscrit en France dans la loi que de manière très récente : la loi du 4 janvier 1993 sur l’Agence Française du Sang pour le don du sang, qui venait bien après la loi Caillavet (1976) pour les dons d’organes, et avant les lois de bioéthique de juillet 1994 pour les dons d’ovocytes16. Il s’y associe le volontariat. Les organisations chargées de la collecte du sang, des organes et d’autres substances issues du corps humain ont dû s’adapter à la fois pour répondre à la multiplication des usages et pour satisfaire des exigences de sécurité. Le sang n’est pas ce que donnent des individus, mais un produit obtenu par des institutions très différentes : la Croix-Rouge, les banques du sang ou des centres de bénévoles aux États-Unis auxquels s’ajoutent progressivement les centres de prélèvement des firmes préparant les dérivés du plasma. Les réseaux familiaux et amicaux jouent un rôle important : plus on est entouré de donneurs de sang, plus on est amené à donner soi-même. Les organismes de collecte sont confrontés à la difficulté de fidéliser les donneurs de manière à assurer des approvisionnements réguliers en produits sanguins. C’est une des origines des associations de donneurs, qui deviennent des interlocuteurs privilégiés des organismes de collecte et du corps médical.

  • 17 Pour des vues générales : Susan Strasser (ed.), Commodifying Everything. The Relationships of the M (...)

29A partir des années 1970, le sang commence à entrer dans un processus de commodification : prélevé sur des individus, il peut être transformé en biens négociables et faire l’objet de transactions. Le succès des techniques médicales utilisant des substances issues du corps humain a pour effet d’accroître la demande pour les produits du corps humain, créant des tensions importantes entre l’offre et la demande. Les progrès thérapeutiques et l’allongement de la durée de la vie ont contribué au cours des trente dernières années à un accroissement des besoins en sang et en produits sanguins, obligeant à faire face à des risques de pénurie. Plusieurs de ces produits sont transformés avant d’être utilisés à tel point que leur origine humaine finit par se perdre. Le terme de commodification est donc applicable à cette modification des produits issus du corps humain17. Dès lors il est nécessaire de réfléchir à la relation entre ceux qui donnent ou vendent ces biens humains et ceux qui les reçoivent ou les achètent. La relation est médiatisée par les organismes de collecte. Les organismes de collecte construisent en quelque sorte une relation de don qui coexiste avec les logiques du marché. Les associations de donneurs réagissent de manière critique, les associations de patients sont prises entre deux logiques. L’idéal du don apparaît compromis par le développement des utilisations du corps humain. Dans le même temps, le recours aux pratiques commerciales est perçu comme une issue au risque de pénuries, non sans poser problème. La gratuité, le bénévolat et l’anonymat régissant les échanges des substances issues du corps humain, ces principes n’ont pas manqué d’être invoqués pour justifier que des limites soient définies par l’Etat, c’est-à-dire par le prescripteur suprême sur le marché de la santé, quant à l’usage de ces dons et pour interdire toute pratique de profit associée à l’existence d’un marché. En d’autres termes, certains donneurs, par l’intermédiaire de leurs associations, se sont alarmés de la transformation de leurs dons en biens commercialisés, comme les médicaments dérivés du sang humain. Ces controverses et ces prises de position mettent en évidence les difficultés à préserver un système fondé sur le don alors que l’utilisation du corps humain à des fins thérapeutiques et chirurgicales change d’échelle. De fait, l’utilisation de plus en plus fréquente d’organes et de substances issues du corps humain ne manque pas de poser un certain nombre de questions sur le plan éthique. Peut-on par exemple accepter l’émergence d’un marché de produits dérivés du corps humain ? Ne faut-il pas envisager la création d’un système de récompense qui permettrait d’augmenter le nombre des donneurs ? Dans quelle mesure la rémunération des donneurs n’offre-t-elle pas des garanties quant aux qualités des produits ? Ne faut-il pas envisager d’offrir une compensation aux donneurs qui accomplissent un geste aux conséquences durables pour leur propre existence, en particulier pour les dons d’organes de vivants ?

30On peut donc penser que la confiance reposant sur le don et sur le lien entre les donneurs et les receveurs établi par les structures de collecte a commencé à être altérée par la pénétration progressive d’échanges marchands à partir des années 1970. Ce lien est particulièrement éprouvé dans des contextes de crise et d’incertitude comme ceux des années 1980 : les affaires de sang contaminé, aux États-Unis comme en France, ont créé une crise de confiance chez les donneurs comme chez les malades, et ont incité leurs différentes associations à demander de nouvelles prescriptions quant aux dons et aux échanges marchands. Face aux incertitudes, les firmes comme les organisations publiques ont adopté un ensemble de réponses en fonction de leur appréciation des contraintes qui pèsent sur elles. Dans le cas américain, on peut ainsi opposer les firmes productrices de dérivés sanguins, qui donnent la priorité à la sécurité de leurs produits destinés aux hémophiles et se montrent très rigoureuses dans la sélection de leurs donneurs, aux banques de sang, pour qui l’urgence est de conserver suffisamment de donneurs. Ce dernier comportement caractérise aussi le système transfusionnel français. Le sang contaminé et le sida constituent des crises majeures qui ont remis en question l’organisation du don. Par ailleurs, la rationalisation de la collecte et l’émergence de marchés en contribuant à la commodification du vivant fragilisent les principes du bénévolat. En même temps, il reste nécessaire d’offrir aux individus une représentation du don, qui est une construction sociale, pour rendre acceptable le prélèvement d’un organe ou la collecte de sang. Le don ou la solidarité qu’il exprime ne constitue pas le but de l’échange de biens humains : le don est ce qui permet de soigner et de sauver des vies. Les organisations de collectes font en quelque sorte les donneurs, elles créent les opportunités de don. Il ne s’agit donc plus d’opposer le don au marché comme le faisait Richard Titmuss il y a presque quarante ans, mais de montrer comment peuvent coexister deux économies, celles du don et du marché, qui ne sont pas nécessairement construites en opposition, ainsi que l’ont montré Michel Callon ou plus récemment Maurice Godelier, et que les unes comme les autres ont besoin de prescriptions.

CONCLUSION

  • 18 Cf. le chapitre d’Armand Hatchuel dans le présent livre.

31Il faut inviter les chercheurs des différentes sciences sociales à repeupler les marchés. Comme le suggèrent les différents cas que nous avons étudiés ici à partir d’un réexamen de la question de la confiance, il est indispensable de prendre en considération les multiples acteurs et dispositifs sans lesquels les échanges marchands ne seraient pas réalisables, renouvelables ou durables, et de peser leurs contradictions ainsi que, à l’invitation de Ronald Coase, leurs coûts sociaux et les réponses qu’ils suscitent. Les multiples relations entre le niveau local, national et international à la fois pour les consommateurs, les producteurs et les distributeurs sont à analyser, y compris les importations et exportations et la progression de l’activité des instances supranationales ou internationales. L’étude des marchés libres ou d’économie dirigée doit toujours être assortie de celle des différents éléments qui encadrent les transactions à l’époque contemporaine : les brevets, les procès, les polices d’assurances, la fiscalité, la répression des fraudes, les publications dans les médias. Toute sorte d’acteurs s’ajoutent à ceux de l’échange marchand proprement dit : outre les organisations professionnelles nationales et internationales, les figures d’acteurs spécifiquement investies dans l’une ou l’autre des composantes des échanges marchands. Pour la qualité, par exemple, ce sont les médecins, les savants, les sondeurs, les experts, inspecteurs, fonctionnaires territoriaux ou nationaux. La croissance de la prescription et de la régulation ne sont pas contradictoires, ce qui laisse penser qu’un marché a besoin pour son expansion de nombreuses prescriptions portant sur les faits, les normes techniques et les jugements de valeur qui forment l’échange. Comme le suggère Armand Hatchuel, les entrepreneurs ont « une activité imaginatrice, curieuse et organisatrice » mais « faillible et vulnérable », les prescripteurs interviennent pour l’améliorer et la « domestiquer » mais il peut y avoir des crises de la prescription, et l’histoire de l’action marchande devrait abandonner « toute idée de lois invariantes ou de ‘systèmes parfaits’ » pour scruter « les logiques toujours renouvelées de l’action marchande »18.

32Il apparaît en effet que les marchés ne sont pas seulement par nature incertains et risqués, mais ne sont pas non plus des espaces bâtis pour l’éternité. Il faut historiciser la notion de marché elle-même. Comme l’écrit Alain Guéry, historien français de l’économie à l’époque moderne, la méthode qui consiste à utiliser « le Marché comme grille de lecture des marchés, à toutes époques et pour toutes productions », a ses limites.

  • 19 Alain Guéry, « Les historiens, les marchés et le Marché », in Guy Bensimon (dir.), Histoire des rep (...)

« Et il devient urgent de recourir à l’histoire pour montrer que la variété des échanges humains ne peut aboutir en totalité dans un grand et unique marché généralisé »19.

33Souscrire à cette affirmation n’est en aucune façon refuser l’appel à la théorie.

34C’est demander avec force une théorie des marchés réels.

Notes

1 Diego GAMBETTA (ed.), Trust. Making and breaking cooperative relations, Oxford, Basil Blackwell, 1988.

2 Patrick FRIDENSON, « Business failure and the agenda of business history », Enterprise and Society, December 2004, pp. 562-582. Gérard BÉAUR, Hubert BONIN, Claire LEMERCIER (dir.), Fraude, contrefaçon et contrebande, de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006. Guilhem Fabre, Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation : les multinationales face à l’économie de la connaissance, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009.

3 Nicholas Gaffney, “Meaning, Markets, and Race Work: Duke Ellington and Harlem’s Entertainment Industries, 1927 – 1943”, communication à la Business History Conference, 10-12 avril 2008. Thèse d’histoire en cours à l’University of Illinois, Urbana-Champaign.

4 Kristin Friedrich, “Fats Waller and Ain’t Misbehavin’ – The Time and the Place”, Performances Magazine, April 2009, p. 8-9.

5 „Die Zähmung des entfesselten Prometheus? Die Generierung von Vertrauenskapital und die Konstruktion des Marktes im Industrialisierungs- und Globalisierungsprozeß des 19. Jahrhunderts”, in Hartmut Berghoff und Jakob Vogel (Hg.), Wirtschaftsgeschichte als Kulturgeschichte. Dimensionen eines Perspektivenwechsels, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 2004, pp. 143-168.

6 Rowena Olegario, A culture of credit : embedding trust and transparency in American business, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2006.

7 Voir les sites Internet de Dun and Bradstreet et Schimmelpfeng, consultés le 6 août 2009.

8 Norbert Gaillard, Les agences de notation, Paris, La Découverte, 2010.

9 Voir le chapitre d’Armand Hatchuel dans le présent livre.

10 Sally Clarke, Trust and power. Consumers, the modern corporation, and the making of the US automobile market, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

11 Ronald Coase, « The problem of social cost », Journal of Law and Economics, October 1960, p. 1-44.

12 Cf. les travaux en France d’historiens comme Pierre-Antoine Dessaux et Alessandro Stanziani.

13 Le pouvoir de l’acheteuse. Des consommateurs catholiques en République (1900-1935), mémoire inédit d’habilitation à diriger les recherches en histoire, EHESS, 2009.

14 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux, 1880-1914, Paris, Editions de l’EHESS, 1999.

15 Kieran Healy, Last Best Things. Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, University of Chicago Press, 2006. Sophie Chauveau, Du don au marché : politiques du sang en France années 1940-années 2000, mémoire d’habilitation à diriger les recherches, EHESS, 2007.

16 Sur l’ensemble de ces problèmes, voir la contribution de Philippe Steiner dans le présent livre.

17 Pour des vues générales : Susan Strasser (ed.), Commodifying Everything. The Relationships of the Market, New York, Routledge, 2003.

18 Cf. le chapitre d’Armand Hatchuel dans le présent livre.

19 Alain Guéry, « Les historiens, les marchés et le Marché », in Guy Bensimon (dir.), Histoire des représentations du marché, Paris, Michel Houdiard Editeur, 2005, pp. 786-802.

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540