Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

TIC et innovation organisationnelle

 | 
Pierre-Michel Riccio
, 
Daniel Bonnet

II – Communications

Contribution à l’émergence d’une théorie de l’impact des technologies de l’information et de la communication : essence socio-économique et concrétisation de l’impact

Daniel BONNET

Texte intégral

DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L’INNOVATION ORGANISATIONNELLE

1L’impact est une évaluation des effets d’une cause ou d’une série de causes (évènements, processus) qui provoquent un changement. Cette notion est d’un usage courant en Sciences de Gestion, pour souligner notamment les aspects négatifs d’un effet.

2La définition sémantique du concept de « Technologies de l’Information et de la Communication » (TIC) reste quant à elle à établir. De manière prosaïque, elle se rapporte aux techniques de traitement et de diffusion de l’information, utilisant les technologies de l’informatique, de l’internet et des télécommunications, qui se sont progressivement institutionnalisées comme « technologie » d’une part, et comme secteur économique d’autre part.

  • 1 Mode de raisonnement constitué d’une suite de propositions dont la suivante explique la précédente

3La recherche sur l’impact des Technologies de l’Information et de la Communication concerne principalement la question de la mesure. Cette notion de la mesure permet de contourner les arguments sorites1 à propos de la genèse des Technologies de l’Information et de la Communication d’une part, des Technologies Organisationnelles et Managériales d’autre part, qui enferment le raisonnement dans l’idée que ce seraient les TIC qui auraient un impact. Leur concrétisation s’opère en effet dans des systèmes d’organisation et de management, ce qui rend possible la réfutation d’une approche exclusivement conséquentialiste sur le plan de la théorisation, nécessitant de dépasser le seul principe d’utilité. Mais, les travaux de recherche privilégient des approches déterministes, tandis que la théorisation de l’impact, qu’impose la démarche scientifique, reste en suspens. Pour ce qui concerne la discipline des Sciences de Gestion, il apparaît cependant que le champ de la théorisation est, bien que non exclusivement, celui de l’innovation organisationnelle et managériale.

4Le concept de l’innovation organisationnelle est introduit en 1911 par Schumpeter (1999) pour qui l’innovation fondait la dynamique de la croissance économique. Schumpeter établissait déjà la distinction entre les différentes notions de l’innovation, notamment l’innovation de produit, l’innovation de procédé (relative aux formes de l’organisation du travail), l’apparition de nouveaux marchés, et l’innovation organisationnelle, qu’il définissait comme une nouvelle combinaison productive entre ces différentes notions. C’est avec les travaux de Chandler (1962) que cette notion devient un objet de recherche. Depuis, elle a fait l’objet de travaux de recherche selon différents axes, les structures de l’organisation et leur management notamment. L’innovation organisationnelle et l’innovation managériale sont cependant souvent confondues. L’innovation managériale concerne plus particulièrement les politiques et les techniques du management. Elle est une composante de l’innovation organisationnelle. L’innovation organisationnelle et l’innovation technologique sont généralement associées lorsqu’elles portent sur le développement d’un nouveau mode de production et d’organisation du travail. L’innovation technologique concerne plus particulièrement le champ de la technicité. Elle peut être immatérielle, et à l’aune de ces conceptualisations, on voit apparaître de nouvelles notions, par exemple les technologies de l’organisation.

5L’innovation n’est pas seulement d’ordre technologique, technique, organisationnel ou managérial. Elle est également environnementale, sociale, écologique. Elle doit s’inscrire dans un contexte social compatible, au sein duquel les acteurs se l’approprient, en discernent les fonctionnalités, et contribuent à sa concrétisation. La diffusion de l’innovation opère par traductions successives (Akrich, Callon et Latour, 2006) au sein de réseaux d’acteurs qui adaptent progressivement leurs connaissances au cours de l’apprentissage. Sur le registre du management, Groff (2009) identifie trois piliers : la créativité, la création de valeur, et la maîtrise d’un changement. Mais, on peut observer que cela concerne également l’organisation avec l’émergence des nouvelles formes d’organisation. Ces trois piliers sont des invariants.

6L’étude de l’impact des technologies de l’information et de la communication (TIC) se constitue lui-même comme champ de recherche, car les TIC peuvent donner lieu à différentes variétés d’innovations organisationnelles et managériales (Pichault et Zune, 2001). Cet impact a lui-même fortement évolué. Dans les années 1960, la diffusion des techniques informatiques a d’abord eu pour objet de rationaliser le fonctionnement des organisations, la gestion et le management (ibid. : 76). Désormais, la diffusion des TIC participe à l’élaboration et au déploiement des stratégies innovantes.

7Cette communication examine et discute la problématique de la théorisation de l’impact des Technologies de l’Information et de la Communication. Notre hypothèse est la suivante : si, dépassant le principe d’utilité, le déterminisme est aussi celui du sujet inventif, alors l’innovation organisationnelle et managériale a aussi un impact, et la question de la théorisation se pose aussi en termes socio-économiques.

8Il s’agit d’une mise en perspective qui vient éclairer l’esquisse d’une théorie de l’impact des Technologies de l’Information et de la Communication. Mais, l’efficacité des TIC ne repose encore que sur des indices (Gera et Gu, 2004), et un investissement technologique ne débouche pas ipso-facto sur des gains de productivité (Savall et Zardet, 1995b : 45). Une autre étude réalisée au Canada par Turcotte et Rennison (2004) montre que l’efficience des TIC est étroitement corrélée à leur usage intensif, et au niveau de qualification élevé (dont la formation en informatique) des acteurs. Aussi convient-il de privilégier l’examen des conditions de l’efficacité qui se transforment. Celles-ci le sont généralement sous un angle socio-technique. La perspective socio-économique reste un angle mort. Nous proposons d’analyser cette condition de l’efficacité sous cet angle socio-économique, qui permet de dépasser la contingence homéostatique de l’approche socio-technique d’une part, et le principe d’utilité d’autre part. Notre recherche privilégie une approche évolutionniste non pas dans le champ exclusif des techniques, mais dans la conjonction des composantes, technologique, organisationnelle et managériale, c’est-à-dire le champ dans lequel les Technologies de l’Information et de la Communication viennent à terme, se concrétisent. Ces composantes définissent un système de transformations. Cette double perspective, socio-économique (1re partie), et de la concrétisation (2e partie) guide notre plan. En conclusion, notre communication tisse un lien possible entre l’innovation technologique, l’innovation organisationnelle, à l’aune d’une autre conceptualisation : l’innovation stratégique.

APPROCHE SOCIO-ECONOMIQUE DE LA NOTION D’IMPACT DES TIC

9Nous montrons dans cette 1re partie que l’impact des Technologies de l’Information et de la Communication est corrélé à la performance socio-économique de l’organisation. Le concept de la performance ne permet pas de dépasser de manière suffisante le principe d’utilité. C’est pourquoi nous traiterons ce dépassement en 2e partie avec le principe de la concrétisation.

10La notion de système de transformations a été définie par Piaget (1968 : 6). Elle désigne une structure munie de lois de composition. La structure est un système en épistémologie piagétienne. Elle est une organisation en épistémologie de la complexité (Morin). En géométrie, c’est un système de coordonnées. Cette notion permet de modéliser les processus de la transformation. Les coordonnées définissent les agrégats. Ces lois de composition sont des opérations qui se réalisent dans les infrastructures du fonctionnement des organisations, et à partir desquelles se déclinent leur conservation et leur transformation. Elles structurent les mécanismes opératoires. Le tout régi par ces lois est composé d’agrégats dotés de propriétés indépendantes, mais le tout est aussi régi par des relations entre ces agrégats qui confèrent à ce tout des proprietés distinctes de celles de ces agrégats. La performance est donc celle d’un système de transformations. Dans ce système, ce sont les invariants qui rendent compte de la transformation. Il convient donc d’envisager une approche théorique appropriée. Le champ de la théorisation étant celui de l’innovation organisationnelle et managériale, il convient de distinguer les invariants de conservation et les invariants de transformation. Ces derniers sont les invariants de la relation entre les agrégats. Ils déterminent donc la performance du système de transformations. Le fonctionnement d’un système qui se conserve est assimilable à un système fermé, peu hétéronome. Les lois de composition définissent un équilibre homéostatique, ce qui signifie que l’équilibre est statique, mais vivant. Le fonctionnement d’un système qui se transforme est assimilable à un système ouvert, fortement hétéronome. Le fonctionnement de l’organisation doit s’adapter en fonction de règles qui sont régies dans son environnement. C’est le cas des organisations d’une manière générale.

11Le tout et les agrégats peuvent être également considérés selon le principe hologrammatique (Morin, 1986 : 102). Selon ce principe, les parties du tout peuvent être singulières ou originales en disposant des caractères génériques du tout, douées d’une autonomie relative, établir des communications et effectuer des échanges organisateurs, pouvoir contribuer à régénérer le tout. Pour Morin (ibid. : 100), les causes de la non performance trouvent leur origine dans les « doubles-contraintes » ; les facteurs de contingence respectivement contenus dans chaque partie du système de transformations s’opposent et maintiennent une situation d’empêchement de faire. Sous ce régime, le système se conserve, sous réserve que les tensions restent ago-antagonistes. Mais cette conservation est régie par des régulations dysfonctionnelles. Dans deux cas de recherches que nous avons réalisées en environnement de coopération inter-organisationnelle, celles-ci ont montré que les dysfonctionnements pouvaient d’ailleurs s’institutionnaliser dans ce champ, dont le noyau dur régissait les relations au sein des consortiums coopératifs. Tout régime de fonctionnement produit des dysfonctionnements et des coûts cachés (Savall et Zardet, 1995a). Or, les sources des dysfonctionnements sont celles-là même qui en recèlent le potentiel orthofonctionnel. Aussi, pour Savall et Zardet convient-il ne pas se satisfaire du seul diagnostic des symptômes, mais de rechercher les causes profondes et les causes racines des dysfonctionnements dans les infrastructures du fonctionnement et du management. Cette perspective vaut de deux points de vue, celui de l’amélioration continue de la qualité et de l’efficacité du fonctionnement de l’organisation qui n’épuise jamais son potentiel de performance, et celui du traitement des dysfonctionnements et des facteurs de la non-qualité. Mais elle vaut aussi pour déterminer les conditions, les possibilités et les modalités de l’innovation au sein des organisations. L’organisation devient innovante lorsqu’elle envisage de traiter ses dysfonctionnements et ses coûts cachés, mais leur conversion doit s’inscrire dans un projet de changement transformateur, plutôt dans une démarche orientée « solution » que « problème », c’est-à-dire, que toutes les stratégies de changement n’y contribuent pas. Aussi, (Savall et Zardet, 1995a) distinguent-ils les notions de qualité intégrale et de qualité totale, selon que la transformation s’opère ou non dans les infrastructures du fonctionnement et du management de l’organisation. Les travaux de ces auteurs et de leur équipe de recherche, citons en particulier les travaux de Saint-Léger (2004, 2005, 2009), contribuent à l’élaboration d’une théorie des dysfonctionnements d’usage dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication. Ils ont montré qu’il était possible de dépasser la spécificité contextuelle, généralement dénommée contingence, pour analyser les transformations en termes de régularités et d’invariants. Cette approche par le principe de la contingence générique s’inscrit en rupture des approches déterministes. Notre cadre épistémologique est donc celui de la contingence générique (Savall, 1978 ; Savall et Zardet, 1995b : 495). Le cadre théorique est celui de la théorie socio-économique des organisations (ibid.).

12La vision systémique est généralement tronquée quand l’analyse de la performance dans les entreprises est fractionnée en différentes classes : économique, sociale, financière, commerciale, technologique, etc. Elle est aussi le plus souvent réalisée selon une approche technico-économique. Selon cette approche, il apparaît toujours que la mise en œuvre d’une prescription découvre d’autres problèmes à traiter pour que cette prescription soit efficiente. Les intervenants dans le domaine des systèmes d’information et de gestion connaissent bien cette situation et, le plus souvent, préconisent non seulement de la formation, mais également la mise en œuvre de stratégies de changement. Toutefois, compte tenu du clivage des métiers de l’intervention, ils sont souvent amenés à prendre en charge le traitement de prescriptions à la lisière de leur compétence.

13Ni la performance économique, ni la performance sociale ne se réalisent au détriment l’une de l’autre (Savall, 1978 ; Savall et Zardet, 1995b : 502). Elle est donc toujours d’essence socio-économique. L’une et l’autre sont subjacentes des classes de performances technico-économiques. La performance économique et la performance sociale doivent être gérées selon le principe des couples ago-antagonistes. La performance sociale et la performance économique ne s’opposent pas, dont l’une serait le mal et l’autre le bien. Toutefois, les variables du couple doivent constituer des alternatives ou des complémentarités. Selon ce principe, leur conflictualité produit des effets positifs, ce qui permet d’entraîner le changement. Ces effets signalent que les invariants de transformation sont bien à l’œuvre. Le changement porte sur la transformation des mécanismes opératoires.

14Le rapport entre la technologie et l’organisation pose la question des déterminismes faisant référence (Pesqueux, 2009). Pesqueux (ibid. : 13) soulignent leur limite du point de vue de la théorisation de l’impact de la technologie et des techniques. D’une part, deux perspectives, technologique et organisationnelle, tentent d’expliquer la performance de leur point de vue respectif. Cette perspective conserve un point de vue fractionné. Une perspective non déterministe (ibid. : 15), dite émergente, est mise en avant. Elle intègre une dimension socio-économique, mais elle trouve ses limites dans le rejet de l’existence possible de régularités et d’invariants par leurs auteurs (ibid. : 15).

15Le clivage théorique s’opère donc sur deux visions, socio-technique versus socio-économique, et sur le principe de la contingence générique. Aussi, Pesqueux souligne qu’il est encore possible de considérer l’organisation à partir de la technologie vue comme outil de gestion (Moisdon, 1997 ; David, 1998). Cependant, Moisdon (ibid. : 10) indique que les outils de gestion doivent être distingués des dispositifs de gestion, désignant un concept plus large incluant les arrangements, les règles et les méthodes. La théorisation de l’impact des Technologies de l’Information et de la Communication a toute chance de s’égarer si celle-ci n’opère pas le dépassement du principe d’utilité.

  • 2 PERROUX F. (1935), Introduction à l’édition de 1935 de la théorie de l’évolution économique de Sch (...)

16On peut se resituer dans un plan d’interdépendance globale, aux différents niveaux d’échelle des structures, qui est celui dans lequel se promulguent le ou les concept(s) technologiques de l’organisation et du management. Ce plan est celui de la théorie de l’évolution de Schumpeter, car c’est dans ce plan qu’émergent les grandes doctrines organisationnelles et managériales – à dessein l’Organisation Scientifique du Travail, le « Taylorisme », le « Fordisme », le « Toyotisme », le « Lean Management »… – auxquelles correspond une certaine conception, scientifique et idéologique, de la performance, de l’organisation du travail et des structures. En quelque sorte, il est possible de se ressourcer dans la pensée de cet auteur fondamental laquelle, s’affranchissant des cadres classiques et néo-classiques de la théorie économique, contribuait à poser les fondements d’une sociologie économique. Il montrait notamment que les routines de la dynamique économique, telles que théorisées par les cadres classiques et néo-classiques, étaient neutralisées dès lors que la stratégie des entreprises reposait sur l’innovation. Dans cette œuvre, Schumpeter a cherché à dégager l’essence des phénomènes économiques (Perroux, 1935 : 24), dont il soulignait qu’elle valait autant pour l’économie capitaliste que pour l’économie collectiviste. Selon ce qu’en dit Perroux (ibid. : 51), l’innovation était pour Schumpeter le point d’articulation et de passage d’une perspective statique de l’économie à une perspective dynamique. Elle vient donc contribuer à la fondation de la dynamique des structures, et la théorie englobante de l’équilibre général, chez Perroux (1994). Toutefois, dans l’œuvre de Perroux (1994 : 484), les invariants étaient posés comme contraintes des structures, dont la plasticité n’était ni infinie, ni nulle. Cette hypothèse n’est pas réfutable puisqu’elle explique la conservation des structures. Mais, Perroux concevait déjà leur invariance au travers de celle de la transformation (ibid. : 591). Ce n’est qu’ultérieurement que les travaux de Henriques et Ascher (1990) montreront que le concept de l’invariant de transformation trouve son origine très tôt dans les travaux de Piaget auquel Perroux fait fréquemment référence.2

17La théorie de l’évolution chez Schumpeter ouvre la voie pour une théorie endogène de l’impact de la technologie. Selon cette approche, l’innovation est la matrice de la performance. Cette perspective n’échappe pas à Pesqueux (2009 : 14-15) qui commente l’approche endogène à partir des contributions théoriques de l’école non-déterministe. Les travaux s’inscrivent dans le courant de la sociologie des interactions sociales. Le choix du mot « école » est judicieux puisqu’il n’existe encore aucune théorie de l’impact des technologies dont les contours soient précis. Mais, il s’agit de rechercher des alternatives aux écoles du courant déterministe, dont il nous apparaît qu’elles peuvent être recherchées à partir d’une approche socio-économique plutôt que socio-technique. Pour sortir de ces limites, Pesqueux propose également d’explorer la voie ouverte par les travaux de Moisdon (1997) et David (1998). Cette voie est également féconde puisqu’elle permettrait d’établir le lien avec les savoirs actionnables (Pesqueux, 2009 :16).

18Cette relation à la performance de l’organisation s’inscrit d’abord dans une adaptation à l’évolution du milieu socio-économique. Ce milieu est, d’une part, celui de l’organisation à laquelle les fonctionnalités de la technologie vont se trouver couplées, d’autre part le milieu même des acteurs qui conçoivent et diffusent les solutions technologiques, s’érigeant en secteur économique à part entière. C’est donc dans la symphyse des ces deux milieux, dans un milieu interstitiel, que l’innovation se concrétise, et qu’à ce titre elle contribue à la concrétisation de l’objet technique. Nous avons l’habitude de raisonner dans la dualité de ces deux milieux, dont il faut réaliser l’appariement. C’est dans leur conjonction que l’innovation se promulgue. Chaque réalité doit être considérée en regard du symbole de l’autre qu’elle incorpore, au nom duquel elle se justifie.

19Car il est un second rapport, et une autre symphyse qu’il faut considérer, qui est celle de la réalité et de l’esprit. Les « objets conservent quelque chose des yeux qui les regardent » nous dit Kristeva (1994 : 445), citant Proust. Et pour cette raison, leurs qualités objectives se mettent à exister pour notre esprit, et deviennent désirables. Le point commun est le rapport au désir, qui tisse dans nos esprits un ordre symbolique peuplé de fantasmes. Nous évoquons là une autre perspective de recherche dans le champ de la psychanalyse. Les approches déterministes opposent le Moi aliéné par la contingence de la performance au « sujet du désir », le véritable sujet inventif, auquel l’innovation doit laisser libre cours. Pour déterministes qu’elles soient, elles ignorent le déterminisme des processus intrapsychiques. L’investigation psychanalytique constitue une voie supplémentaire d’appréhension de la réalité phénoménale (Arnaud, 2003 : 123).

LA CONCRETISATION A L’AUNE DES PRINCIPES D’INCOMPATIBILITE ET DE LA CONTINGENCE GENERIQUE

20Nous généralisons notre raisonnement dans cette seconde partie. Cette généralisation permet de présenter et de discuter les principes que nous proposons pour étayer notre proposition théorique. Cette proposition est développée à partir du concept de la concrétisation, et explicitée à l’aune des deux principes d’incompatibilité et de la contingence générique.

21Le concept de la concrétisation est emprunté à Simondon (1989). Il permet de saisir l’existence du rapport ontologique que l’objet technique entretient avec son milieu, non exclusivement technique. La genèse de l’objet technique s’inscrit dans un processus évolutif de conception et de mises au point successives, réalisant la compatibilité de l’objet technique dans son milieu. Les interventions de tous les acteurs contribuent à rendre l’objet fonctionnel dans son milieu spécifique et pour les usages spécifiques auxquels il est destiné. C’est ce processus de convergence que Simondon appelle concrétisation. C’est l’analyse de ce processus qui permet de mettre en évidence les régularités de structures et les lois de sa transformation. Il en est de même pour saisir l’impact, qui n’est pas une notion statique, mais un changement dynamique d’état, une transformation d’incompatibilités. L’impact contient les différentes phases qu’il concrétise lui-même en se perpétuant. Il ne peut de même se réduire à la notion de performance, puisque son processus implique une transformation d’invariants. Ces régularités et ces invariants sont ceux-là même autour desquels les ingénieurs conçoivent les solutions technologiques. A terme, ils contribuent à la détermination des classes de solutions (ERP, CRM…) et des normes.

22L’objet technique nous est donné, mais hors de son contexte, il ne fournit en l’état aucune connaissance (Leroi-Gourhan, 1973). Lorsque Pichault et Zune (2001) indiquent que les Technologies de l’Information et de la Communication peuvent donner lieu à différentes variétés d’innovations organisationnelles et managériales, ils soulignent paradoxalement le commensalisme des technologies. Pour Simondon (ibid. : 53), c’est l’adaptation à un milieu spécifique qui en précise les limites. La concrétisation est toutefois conditionnée à une invention qui suppose le problème résolu (ibid. : 55). Le milieu est créé par l’adaptation elle-même. Cela implique deux conditions de possibilité, d’une part que ce milieu existe virtuellement, d’autre part que la concrétisation se réalise. Dès lors, notre seconde hypothèse est que la problématique de la concrétisation doit être examinée à partir de deux principes – le principe d’incompatibilité, et le principe de la contingence générique versus le principe de causalité – au regard desquels le processus de la concrétisation apparaît comme un processus de régulation d’incompatibilités. Le principe de la contingence générique est examiné au regard du principe de causalité, car l’essence de ce principe implique le dépassement des conjectures de causalité. De même que le processus de la concrétisation indique que l’on recherche une compatibilité.

23Le principe de la régulation d’incompatibilités est au cœur de la dynamique du changement technique (Caron, 2010 : 287) et de la concrétisation de l’innovation, mais, il est souhaitable de se replacer dans une perspective globale qui prenne en compte toutes les catégories d’enjeux, économiques, sociaux, politiques, culturels, y compris de la construction des savoirs. Les trajectoires technologiques apparaissent soumises à une « dépendance de sentier » qui les oriente (ibid. : 285). Cette proposition de l’auteur peut être néanmoins rediscutée en théorie de la causalité. Les technologies mises en œuvre pour concevoir un objet technique sont interdépendantes, mais il peut toujours survenir des évènements sans cause qui contribuent à modifier une orientation (Russell, 2006). Ce qui est juste en revanche, c’est que les ingénieurs et les techniciens se consacrent en permanence à remédier aux insuffisances et aux dysfonctionnements (ibid. : 285). Aussi, l’auteur (ibid. : 289) souligne-t-il qu’il paraît justifié de construire une théorie du changement technique et de l’innovation technologique qui mette en avant le rôle joué par les utilisateurs, dans une perspective tant micro-économique que macro-économique. L’émergence des nouvelles formes d’organisation et de management s’inscrit dans le processus des « interdépendances généralisées des économies » (C. Cycles de Kondratieff) : le développement des innovations majeures chez Schumpeter, le développement des échanges intersectoriels chez Leontieff, les interactions sociales chez Kling et Pfeffer (Pesqueux, 2009 : 14).

24Du mode d’existence des objets techniques chez Simondon (1989) opère un retournement des paradigmes déterministes en montrant la place de l’homme dans la chaîne de travail au cours duquel s’accomplit la concrétisation. L’objet technique ne porte pas en lui à titre de définition essentielle son caractère utilitaire ; il est ce qui accomplit une opération déterminée, ce qui accomplit une certaine fonction selon un schème déterminé (ibid. : 246), dont il est détachable et substituable. De même sa destination peut être changée : un objet technique devenant un objet d’art, par exemple. L’innovation s’accomplit dans un système de transformations qui définit les conditions de sa prise de forme. La recherche selon un paradigme déterministe n’est pas réfutable, mais n’accomplit qu’un point de vue de ce processus d’essence socio-technique aussi bien que socio-économique. Dans une perspective déterministe, l’objet technique n’est plus porteur que d’une information associée à son asservissement : le principe d’utilité. Et quand il devient jetable, détruit, il emporte avec lui ce quelque chose des hommes et des femmes qui l’ont inventé. Les objets techniques qui produisent le plus d’aliénation sont aussi ceux qui sont destinés à des utilisateurs ignorants, écrit Simondon (ibid. : 250). Il se créé alors une fracture entre le monde de l’invention et le monde de la concrétisation de l’innovation. Si cette fracture s’agrandit et se généralise, elle fait courir le risque d’une dévaluation de la valeur de l’innovation, soit à terme un risque pour la compétitivité. Ce qui est visé dans ce propos, ce n’est pas tant la contestation d’un cycle destruction créatrice (Schumpeter), que le bilan économique que l’on considérerait implicitement comme positif (Atamer, 2005), tandis qu’il serait négatif. Ce qui est en l’état actuel parfaitement invisible (mais prescriptible), puisqu’aucune comptabilité d’entreprise et aucune comptabilité publique n’évaluent les coûts et performances cachés.

25Sur ce registre de la régulation d’incompatibilités, il est une autre catégorie de dysfonctionnements qui reste à évaluer, relative à la maîtrise des fonctionnalités des outils (Doreau, 2001) qui contribuent à défléchir le processus de la concrétisation. L’étude souligne que les entreprises investissent dans une offre toujours plus performante, dont les fonctionnalités ne sont pas utilisées. Il arrive qu’elles soient perdues de vue, et que cet oubli génère un écart entre les fonctionnalités proposées et l’usage effectif. Cela est largement analysé par les travaux de Saint-Léger (2004, 2005, 2009), qui sont les premiers à contribuer à l’élaboration d’une théorie d’usage des Technologies de l’Information et de la Communication, d’essence socio-économique. Aucune comptabilité n’établit de balance économique relative à l’usage des progiciels intégrés. Ces travaux contribuent à cerner les problèmes de la qualité et de l’efficacité des usages des Technologies de l’Information et de la Communication. Les travaux réalisés évaluent les dysfonctionnements et leur impact financier (les coûts cachés) liés aux surcharges engendrées, mais ils s’orientent désormais vers l’évaluation des non-productions et des non-créations de potentiel. L’appropriation des outils par une courte formation est généralement jugée comme suffisante. C’est un problème majeur, car le plus grand nombre des dysfonctionnements sont liés à un déficit d’apprentissage par les utilisateurs. Des difficultés, l’étude de Doreau le souligne, peuvent survenir également du fait du manque de pertinence des fonctionnalités proposées. Globalement, les premiers travaux de Saint-Léger montrent que les gains en termes de création de valeur ajoutée pour l’entreprise seraient (a minima) de l’ordre de 20 à 30 K€ par personne et par an. Sur un seul facteur, la gestion du temps, les coûts cachés peuvent atteindre 65 K€ par personne et par an.

26L’étude de Doreau (2001) souligne encore que ce sont les conditions d’émergence des usages qui déterminent largement la performance et l’impact des Technologies de l’Information et de la Communication. L’impact est lié aux usages, ce qui va de soi ; encore convient-il de l’analyser. Ce qui est troublant, c’est que ce n’est pas le cas. L’étude de Doreau soulignait déjà le manque de données dès 1999. Pour comprendre, il faut pousser les investigations dans un registre où le sujet rationnel aliéné s’oppose à la seule pertinence de l’énoncé de l’acteur, et le sujet inventif qui réside dans son univers de l’énonciation, pour en déceler les principes, sans qu’il s’agisse cependant de dévoiler le fantasme de chacun au cours de cette quête de connaissance (Bonnet D., 2010). Ces investigations, poussées dans les infrastructures du fonctionnement et du management des organisations, quelle que soit leur essence d’ailleurs, permettent d’en déceler les principes.

27Le principe permet d’énoncer une loi générale qui régit un ensemble de phénomènes. Le « Robert » dit encore qu’il s’agit d’une notion à laquelle est subordonné le développement d’un ordre de connaissance. Le principe de la contingence générique (Savall et Zardet, 1995-b : 495) admet la présence de spécificités dans le fonctionnement des organisations, mais pose l’existence de régularités et d’invariants qui constituent des règles génériques dotées d’un noyau dur de connaissances, présentant une certaine stabilité, et une certaine universalité. La connaissance du principe permet de dépasser la traditionnelle notion de causalité, dont Russell (2006) indiquait qu’elle contribuait à faire des associations erronées. Contrairement à l’idée reçue, la causalité n’est pas un axiome de la Science. La cause n’établit qu’une série de connexions entre des évènements dans une période de temps donnée. La causalité n’établit pas que la règle de connaissance est vraie en toutes circonstances. Elle peut ne pas l’être en dehors de cette période de temps. Il survient dans les organisations toute une série d’évènements qui peuvent avoir un effet, mais ne sont pas la cause (Russell, 2006 : 14). Combien de découvertes et d’inventions ont été faîtes ainsi. Il faut pouvoir démontrer que la cause serait vraie en toutes circonstances et en un temps quelconque d’une période indéterminée, c’est-à-dire que la causalité est associée à une régularité (principe de la contingence générique). Certes, les évènements sont des déterminants (ibid. :14). Cela étant, un effet est bien défini comme quelque chose qui suit sa cause (ibid. : 16). Et ce qui est intéressant, c’est la cause d’un événement. C’est une limite de validité des approches déterministes, qui ne peuvent s’en prévaloir que pour caractériser l’état d’un système et non sa dynamique. Le principe de la contingence générique pose quant à lui que les régularités et les invariants doivent être recherchés en observant la dynamique du fonctionnement dans les infrastructures. Cette recherche peut être faite dans toutes les échelles de structure (infra, micro, méso, macro). Mais l’identification de configurations causales (Argyris, 2003 : 76), admise par les théories positivistes, nécessite des recherches longues et approfondies. On remarque au cours du processus de la recherche, que l’explicitation de la cause qui sert à justifier a posteriori une action de régulation est généralement différente de l’explicitation qui la justifie a priori. Elle relève d’un jugement causal qui évolue entre les deux termes. Aussi, les auteurs sont-ils généralement prudents et parlent-ils de « prédictions causales » (ibid. : 76). La causalité est d’abord un idiome, c’est-à-dire qu’elle représente une notion de référence profondément ancrée dans nos structures de pensée.

28Sur le plan des implications managériales, la distinction est importante. Dans une perspective causale, les stratégies de changement mises en œuvre interviennent en correction de régulations des dysfonctionnements. L’intervention ne soigne que le symptôme et les dysfonctionnements persistent ou réapparaissent. Les acteurs ne sont jamais en mesure de mettre en œuvre par eux-mêmes des stratégies d’action transformative. Les dysfonctionnements sont souvent admis comme quelque chose qui appartient au fonctionnement de l’organisation. Dans la seconde perspective, l’intervention recherche les causes profondes et les causes racines identifiées comme régularités et invariants, mais associées à une dynamique de transformation. Les stratégies mises en œuvre sont des stratégies de transformation permettant de procéder à des transformations d’invariants (Bonnet, 2010). Seules ces stratégies permettent de convertir des coûts-performances cachés en valeur ajoutée pour l’entreprise. La causalité, quant à elle, lorsqu’elle est formellement identifiée, caractérise une reproduction d’invariants. Un système de transformations est « déterministe » (en ce sens que ses déterminants le sont) s’il se conserve, et si les interactions entre les différents systèmes avec lesquels il est en relation se conservent également. Il s’agit d’un exemple de règle de connaissance générique. Cette règle possède une certaine stabilité et une certaine universalité, même si elle réduit la notion de causalité à une succession régulière d’évènements de même type, dans un espace et dans un temps donné (Hume). Elle permet d’expliquer pourquoi dans un secteur économique, toutes les entreprises se retrouvent à évoluer en impasse concurrentielle au terme d’une longue période d’observation. Cela ne nous autorise pas cependant à affirmer des causalités contrefactuelles, selon lesquelles une situation ne se serait pas produite si les causes n’avaient pas existées, sauf à imaginer une dépendance contrefactuelle, qu’il existe d’autres causes ou des conditions qui l’auraient permis.

CONCLUSION : DE L’INNOVATION ORGANISATIONNELLE A L’INNOVATION STRATEGIQUE…

29Notre proposition ouvre une perspective de théorie dynamique de l’impact qui permet de dépasser le principe d’utilité. Ses fondements articulent deux notions, l’essence socio-économique et le principe de la concrétisation. La dynamique n’est pas celle de la conjecture des causes, mais celle des régularités et des invariants, à saisir non pas dans leur état, mais dans leur devenir et dans leurs transformations. Notre proposition articule donc le principe de la contingence générique et le principe de la régulation d’incompatibilités qui fondent l’analyse socio-économique chez Savall et Zardet. Le processus de la concrétisation est un processus de transformation dont le devenir tend indéfiniment à opérer la compatibilité. La compatibilité de l’économique et du social a été démontrée par ces auteurs (ibid., 1978). Il s’ensuit une théorie socio-économique des organisations qui démontre les conditions de possibilités de la compatibilité.

30L’œuvre de Simondon, qu’il faut ici replacer en perspective de la contribution ouverte par Leroi-Gourhan, montre selon quel processus de son devenir, s’opère la compatibilité de la technologie. Cette communication développe cette approche pour une application au Management des Technologies Organisationnelles, dont elle fournit des éléments pour la formation de son corpus théorique.

31La compatibilité n’est pas un état naturel. Elle n’existe qu’en puissance et comme état de possibilité. Les états sont potentiellement et partiellement compatibles. La compatibilité est une prise de forme qui s’opère par stades successifs. L’impact renseigne sur une adaptation dans un milieu spécifique qui s’origine lui-même dans le cours de cette prise de forme. L’impact apparaît comme spécifique en raison même de sa connexion au milieu, mais il est en réalité régi par des régularités et des invariants consécutifs des propriétés des opérations de transformation par lesquelles il se réalise.

32De la même manière, l’impact se construit dans le cours de ce devenir. C’est dans la conjonction de ces phases – organisationnelle, managériale, technologique, sociale, intellectuelle, psychologique, physique – que l’impact s’objective, et cette objectivation qui caractérise le terme à un moment donné de la technologie, permet d’accéder à son mode d’être. Ce mode d’être implique qu’un certain niveau de compatibilité a été atteint (tend vers…), rendant la technologie fonctionnelle. La compatibilité et donc la fonctionnalité sont réalisées lorsque les phases atteignent un certain degré, en qualité et en efficacité, d’isomorphisme. Ce stade est celui au cours duquel les régularités et les invariants opèrent la reproduction, et donc la conservation, du système de transformation dont les déterminants sont aussi ses phases.

33Notre proposition s’inscrit dans le paradigme d’une théorie hodologique. Les Technologies de l’Information et de la Communication contribuent à ouvrir de nouvelles possibilités de relations d’isomorphisme entre les déterminants, organisationnel, managérial, technologique. La diversité des possibilités d’innovations organisationnelles et managériales caractérise la capacité de production de ce mécanisme opératoire. Il est un processus de différenciation, mais il se construit sur la base de transformations d’invariants à partir desquels émergent les grandes tendances doctrinales. Aussi, la recherche ouvre-t-elle sur une problématique plus large qui est celle de la formation future de la stratégie des entreprises, et des doctrines de la stratégie : l’innovation stratégique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Akrich M., Callon M. et Latour B., (2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Editions Presses des Mines ParisTech, 303 p.

Argyros C., (2003), Savoir pour agir : Surmonter les obstacles à l’apprentissage organisationnel, Dunod, 330 p.

Arnaud G., (2003), « Gestion des ressources humaines et psychanalyse : Quelle innovation épistémologique », Revue de Gestion des Ressources Humaines, (50), 77-94.

Atamer T., (2005), « Développer l’innovation », Revue Française de Gestion, (155), 13-21.

Bonnet D., (2010), « Lecture de la Théorie du Constructivisme Générique à la lumière de l’hypothèse de la transformation des invariants », Actes du Colloque International de l’Academy of Management (Usa), 15 p.

Bonnet D., (2010), « Psychanalyse et recherche de la pertinence des politiques économiques », Revue Economique et Sociale, SEES, UNIL Lausanne, 53-61.

Caron F., (2010), La dynamique de l’innovation : Changement technique et changement social (xvi° - xx° Siècle), Gallimard nrf, 469 p.

Chandler A.D., (1989), Stratégies et structures de l’entreprise, Editions de l’Organisation, 543 p.

David A., (1998), « Outils de gestion et dynamique du changement », Revue Française de Gestion, (120), 70-87.

Doreau F., (2001), « Etude l’impact des technologies de l’Information et de la Communication dans les Organisations », ARACT Pays de Loire, 44 p.

Gera S. et Gu W., (2004), « L’effet de l’innovation organisationnelle et de la technologie de l’information et de la communication sur le rendement des entreprises », International Productivity Monitor, (9), 44-60.

Groff A., (2009), Manager l’innovation, AFNOR, 178 p.

Henriques G., Ascher E. et Piaget J. (1990), Morphismes et catégories : Comparer et transformer, Delachaux et Niestlé, Inédit, 230 p.

Kristeva J., (1994), Le temps sensible, Gallimard, 629 p.

Leroi-Gourhan A. (1973), Evolution et techniques (Vol. I). Milieu et techniques (Vol. II), Albin Michel, 879 p., 436-437.

Moisdon J.C., (1997), Du mode d’existence des outils de gestion, Seli Arlan, 286 p.

Pichault F. et Zune M., (2001), « Parole et logiques d’actions dans les call-centers », In Pene S., Borzeix A., Graenkel B., Le langage dans les organisations : Une nouvelle donne, L’Harmattan, 244 p., 76-98.

Piaget J., (1968), Le Structuralisme, PUF, 125 p.

Perroux F., (1994), Pouvoir et économie généralisée, PUG, 605 p.

Pesqueux Y., (2009), « Technologie, technique et outils de gestion », In Riccio P.M. et Bonnet D., Management des Technologies organisationnelles, Presses des Mines, 352 p., 7-18.

Russell B., (2006), « Sur la notion de cause », In, Kistler M. (Coord.), Philosophie, (89), Les Editions de Minuit, 96 p., 3-20.

Saint-Léger G., (2004), « L’après ERP : Retour d’expérience sur un changement qui n’a pas eu lieu », Revue Système d’Information et Management, 2 (9), 77-107.

Saint-Léger G., (2005), « Quel processus de changement peut permettre une mise en œuvre efficace et efficiente d’un système d’information de type ERP dans les moyennes structures de production de biens et services », Thèse pour le Doctorat de Sciences de Gestion, sous la Direction du Pr. H.Savall, Université Jean-Moulin Lyon 3, 438 p.

Saint-Léger G. et Bonnet D., (2009), « Impacts des dysfonctionnements d’usages avec les systèmes de type ERP/PGI », In Riccio P.M. et Bonnet D., Management des Technologies Organisationnelles, Presses des Mines, 352 p., 69-86.

Savall H., (1978), « Compatibilité de l’efficience économique et du développement du potentiel humain », VII° Colloque International au Collège de France, organisé par François Perroux et Jean Piaget, 1977, Revue d’Economie Appliquée, Archives de l’ISMEA, Tome XXXI°, (3-4), « Equilibre et Régulation », Droz, Genève, 561-593.

Savall H. et Zardet V., (1995a), Maîtriser les Coûts et les Performances Cachés : Le Contrat d’Activité Périodiquement Négociable, Prix de Management Stratégique Harvard-L’Expansion, Préface de M.A. Lanselle, Avant-Propos de J.M. Doublet, 3° édition, Economica, 405 p.

Savall H. et Zardet V., (1995b), Ingénierie stratégique du roseau, Préface de S. Pasquier, Economica, 517 p.

Savall H. et Zardet V., (2004), Recherche en Sciences de Gestion : Observer l’objet complexe, Préface du Pr.D.Boje (Usa), Economica, 432 p.

Schumpeter J., (1999), Théorie de l’évolution économique : Recherches sur le profit, le crédit, l'intérêt et le cycle de la conjoncture, Dalloz-Sirey, 371 p.

http://classiques.uqac.ca/classiques/Schumpeter_joseph/theorie_evolution/theorie_e volution.html.

Simondon G., (1989), Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, 336 p.

Turcotte J. et Rennison W., (2004), « L’effet de l’innovation organisationnelle et de la technologie de l’information et de la communication sur le rendement des entreprises », International Productivity Monitor, (9), 30-43.

Notes

1 Mode de raisonnement constitué d’une suite de propositions dont la suivante explique la précédente.

2 PERROUX F. (1935), Introduction à l’édition de 1935 de la théorie de l’évolution économique de Schumpeter, édition électronique UQAC, 7-148.

Auteur

Chercheur Associé ISEOR / Université Jean-Moulin Lyon 3

© Presses des Mines, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540