Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la traduction

 | 
Madeleine Akrich
, 
Michel Callon
, 
Bruno Latour

Sociologie de l’acteur réseau

Michel Callon

Testo integrale

  • 1 J’ai choisi de traduire actor-network theory (ANT) par sociologie de l’acteur-réseau (SAR).

1L’expression « sociologie de l’acteur réseau » (SAR)1 combine deux termes habituellement considérés comme opposés : celui d’acteur et celui de réseau. Cette opposition fait écho aux tensions constitutives des sciences sociales, comme celles entre agence et structure ou entre micro et macro-analyse. Cependant, la SAR, connue également comme sociologie de la traduction, n’est pas simplement une tentative supplémentaire pour montrer la nature artificielle ou dialectique de ces oppositions classiques. Bien au contraire : son objectif est de suivre leur construction et de fournir des outils pour l’analyser. L’une des hypothèses au cœur de la SAR – hypothèse qu’elle partage d’ailleurs avec d’autres démarches – est de considérer que la société ne constitue pas un cadre à l’intérieur duquel évoluent les acteurs. La société est le résultat toujours provisoire des actions en cours. La SAR se distingue des autres approches constructivistes par le rôle actif qu’elle fait jouer aux entités produites par les sciences et les techniques dans l’explication de la société en train de se faire.

2Je commence par présenter la contribution de la SAR aux études sur la science et la technologie pour suggérer ensuite que cette approche permet de renouveler l’analyse de certains problèmes classiques de la théorie sociologique.

LES TECHNOSCIENCES REVISITÉES PAR LA SAR : LES RÉSEAUX SOCIOTECHNIQUES

3Nées dans les années 1970 et issues de la sociologie de la connaissance, les études sociales de la science ont pour commune ambition d’expliquer, à partir d’études de cas, le processus de fabrication des faits scientifiques et des artefacts techniques pour comprendre comment leur validité ou leur efficacité sont établies et comment s’opère leur diffusion. Pour mener à bien ce programme, deux stratégies ont été suivies. La première est restée fidèle au projet d’une explication sociale des contenus scientifiques et techniques [Collins, 1985a]. La seconde, illustrée par la SAR, a rejeté cette possibilité et s’est embarquée dans une entreprise de longue haleine qui débouche sur une redéfinition de l’objet même des sciences sociales.

4Pour les fondateurs de la SAR, l’explication sociale des faits scientifiques et techniques constitue une impasse. « Fournir une explication sociale signifie que l’on puisse remplacer un objet appartenant à la nature par un autre appartenant à la société » [Latour, 2000]. Dans cette perspective, on considérera qu’un fait scientifique ou un artéfact technologique sont façonnés par des forces extérieures, dont l’origine est placée dans la société : il peut s’agir par exemple d’intérêts ou d’idéologies ou encore de relations sociales de domination ou de pouvoir. Mais, comme le montrent les travaux consacrés aux pratiques scientifiques en laboratoire ou à l’élaboration des artéfacts techniques, cette conception, dans laquelle la nature se trouve dissoute dans la société, n’est pas plus convaincante que la conception plus traditionnelle et prudente dans laquelle les deux sont considérées comme totalement séparées.

Du monde aux mots

5Entrons dans un laboratoire pour observer les chercheurs et les techniciens au travail. Le laboratoire constitue un environnement artificiel dans lequel des expériences sont organisées. Les objets sur lesquels portent ces dernières, comme les électrons, les neutrinos ou les gènes, ont été placés dans des situations où l’on attend d’eux qu’ils réagissent, dévoilant ainsi une partie de leurs propriétés. C’est la possibilité de produire une divergence entre ce qu’une entité est censée faire et ce qu’elle fait effectivement qui motive le chercheur et le pousse à réaliser l’expérience. Ceci soulève la question de la mystérieuse adéquation entre les mots et les choses, entre ce que l’on dit des choses et ce qu’elles sont.

6À cette question philosophique classique, la SAR offre une réponse originale basée sur la notion d’inscription [Latour et Woolgar, 1979]. Ce concept désigne les photographies, les cartes, les graphiques, les diagrammes, les films, les enregistrements acoustiques ou électriques, les observations visuelles directes notées dans un carnet de laboratoire, les illustrations, les modèles en 3-D, les spectres sonores, les clichés échographiques, les images produites par interférences d’ondes électromagnétiques, arrangées et filtrées par des techniques géométriques. Toutes ces inscriptions sont fabriquées par des instruments. Le travail des chercheurs consiste à mettre en place des expériences pour faire « écrire » les entités qu’ils étudient, puis à mettre en forme ces inscriptions, et ensuite à les combiner, les comparer et les interpréter. Au terme de ces traductions successives, les chercheurs produisent des énoncés décrivant ce que sont capables de faire les entités sur lesquelles sont menées les expériences.

7L’inscription est à double face. D’un côté, elle renvoie (réfère) à une entité (par exemple un électron, un gène ou un neutrino) qui est supposée l’avoir produite et de l’autre côté, combinée à d’autres traces ou inscriptions, elle soutient des propositions qui sont testées et évaluées par la communauté des spécialistes. Plutôt que de poser une séparation entre les mots et les choses, la SAR place au centre de l’analyse la prolifération de traces et d’inscriptions qui sont produites dans le laboratoire et qui, enchaînées les unes aux autres, articulent les mots et les choses. L’analyse de cette articulation conduit aux deux concepts complémentaires de réseau et de circulation.

8La circulation doit être entendue dans un sens tout à fait traditionnel. La carte qui a été établie par le géologue à partir de relevés de terrain, les clichés qui permettent de suivre des trajectoires repérées par les détecteurs d’un accélérateur de particules, les bandes multicolores empilées sur un chromatographe, les tableaux de mobilité sociale établis par des sociologues, les articles et les livres rédigés par des chercheurs sont autant de documents qui circulent d’un laboratoire à un autre, puis d’un centre de recherche à une unité de production, et enfin d’un laboratoire à une commission d’experts qui les passent à un cabinet ministériel. Quand arrive sur le bureau d’un chercheur un article écrit par un collègue, ce sont les gènes, les particules, les protéines manipulés par ce collègue, dans son propre laboratoire, qui sont présents sur ce bureau, par le biais des tableaux, diagrammes, énoncés élaborés à partir des inscriptions fournies par les instruments. De la même manière quand le décideur politique prend connaissance d’un rapport indiquant que l’émission de gaz par les véhicules diesel est responsable de la pollution urbaine et du changement climatique, il a sous les yeux à la fois le trafic automobile et les couches atmosphériques qui provoquent le réchauffement. On s’éloigne ainsi d’une épistémologie classique qui oppose le monde des énoncés et le monde (plus ou moins réel) des choses auxquelles les énoncés réfèrent et qui constituent en quelque sorte le contexte de ces énoncés. Les références ne sont pas extérieures à l’univers des énoncés : elles circulent avec eux et avec les inscriptions dont ils sont issus.

9En circulant, les inscriptions articulent un réseau, que l’on qualifiera de sociotechnique, du fait de sa nature hybride [Callon, et al., 1986] [Latour, 1987]. Le réseau sociotechnique auquel appartient l’énoncé : « le trou de la couche d’ozone s’agrandit » inclut tous les laboratoires travaillant directement ou indirectement sur le sujet, les mouvements écologistes, les gouvernements qui se rencontrent lors de sommets internationaux, les industries chimiques concernées et les Parlements qui promulguent les lois, mais également et surtout les substances chimiques et les réactions qu’elles produisent ainsi que les couches atmosphériques concernées. L’énoncé « la couche d’ozone disparaît du fait de l’utilisation des aérosols » lie tous ces éléments, à la fois humains et non humains : il résume et décrit le fonctionnement du réseau. En certains points de ces réseaux sont placés des centres de traduction qui capitalisent l’ensemble (ou une partie) des inscriptions et des énoncés en circulation. Les inscriptions constituent des informations, qu’il est possible de combiner et d’évaluer et qui permettent à ces centres de décider et d’engager des actions stratégiques mobilisant le réseau, en vue d’agir sur les états du monde (par exemple en interdisant l’usage des aérosols pour faire advenir un monde dans lequel la couche d’ozone est reconstituée et où les cancers de la peau deviennent moins fréquents). De telles actions stratégiques ne sont possibles que parce que le réseau sociotechnique existe fournissant les lignes d’action possibles et autorisant leur accomplissement. L’action et le réseau sont ainsi les deux faces d’une même réalité : d’où la notion d’acteur-réseau.

Mettre l’action collective dans une boîte noire

10On peut analyser la technologie de la même manière. L’explication sociale des artéfacts technologiques soulève les mêmes difficultés que celle des faits scientifiques. Une fois de plus, c’est en abandonnant l’idée d’une société définie a priori, et en la remplaçant par des réseaux sociotechniques que la SAR évite d’avoir à choisir entre le réductionnisme sociologique ou le grand partage entre techniques et sociétés

11Considérons un artéfact commun comme l’automobile. Son succès phénoménal est probablement dû au fait qu’elle permet aux utilisateurs d’élargir la gamme et la variété des actions qu’ils peuvent entreprendre avec succès, leur donnant la liberté de voyager sans avoir à dépendre de quiconque. Est « inscrit » dans l’automobile, dans l’artefact technique lui-même, un utilisateur autonome doté de la capacité de décider où il va, de circuler comme il veut et quand il veut [Akrich, 1992]. L’autonomie du conducteur tient paradoxalement au fait que l’automobile n’est qu’un élément dont le fonctionnement est dépendant d’un large réseau socio-technique. Il faut des infrastructures routières avec leurs services de maintenance, des sociétés d’exploitation des autoroutes, l’industrie automobile, le réseau des garagistes et des distributeurs d’essence, une fiscalité spécifique, des auto-écoles, un code de la route, des agents de la circulation, des centres techniques pour contrôler la sécurité des véhicules, des lois, etc…. L’automobile de Monsieur Martin est au centre d’un tissu de relations liant des entités hétérogènes, d’un réseau qui à nouveau peut être qualifié de socio-technique puisqu’on y trouve des humains et des non humains [Callon, et al., 1986].

12Ce réseau est actif, ce qui justifie à nouveau le terme d’acteur-réseau. Chacun des éléments humains ou non humains qui le composent participe à une action collective que l’utilisateur doit mobiliser chaque fois qu’il prend le volant de son automobile. En un sens le conducteur fusionne avec le réseau qui définit ce qu’il ou elle est (un conducteur-choisissant-une-destination-et-un-itinéraire) et ce qu’il peut faire.

13Lorsque le conducteur tourne la clé de contact d’une Nissan pour aller voir un ami en vacances au lac de Genève, il ne fait pas seulement démarrer un engin : il déclenche également une action collective parfaitement coordonnée. Cette action implique : les compagnies de pétrole qui ont raffiné et distribué le pétrole et installé les stations d’essence ; les ingénieurs qui ont conçu les cylindres et les valves ; les machines et les opérateurs qui ont assemblé le véhicule ; les ouvriers qui ont déposé le bitume constituant les routes ; le bitume lui-même ; l’acier qui résiste à la chaleur ; le caoutchouc des pneus qui accroche la route humide ; les feux rouges qui régulent le flux de la circulation, etc. Nous pourrions considérer chacun des éléments du réseau sociotechnique pour montrer que, humain ou non humain, il contribue à sa manière à faire circuler le véhicule. Cette contribution, qui a été progressivement définie et cadrée durant l’établissement du réseau sociotechnique, n’est pas réductible à une dimension purement instrumentale. Dans ses études de l’innovation technologique, la SAR met l’accent sur la capacité de chaque entité, spécialement les entités non humaines, à agir ou interagir d’une manière spécifique avec les autres humains ou non humains. L’automobile – et c’est ce qui la définit comme artéfact technique – permet à tout moment de mobiliser un grand nombre d’éléments hétérogènes qui participent de manière active, silencieuse et invisible au transport du conducteur. Nous pouvons appeler ces éléments « actants », un terme emprunté à la sémiotique pour mettre précisément en lumière la nature active des entités qui composent le réseau. Nous pourrions également dire que cette activité collective a été mise en boîte noire sous la forme d’un artéfact – ici, une automobile. Lorsque l’automobile se met en mouvement, c’est tout le réseau qui se met en mouvement.

14Parfois, cependant, les boîtes noires s’ouvrent brutalement. La présence et l’activité de ces actants deviennent visibles lorsque surviennent des échecs ou des incidents : les transporteurs de pétrole font grève ; une guerre éclate au Moyen-Orient ; une route s’effondre ; les taxes augmentent d’une manière jugée inacceptable ; le prix du pétrole s’emballe ; les normes environnementales rendent problématique l’utilisation des moteurs thermiques ; la vigilance d’un conducteur fléchit ; les alliages résistent mal à la corrosion ; des tôles se déchirent au moment de l’emboutissage. Dans ces moments-là, l’action collective devient visible et se dévoilent tous les actants qui contribuent à l’action individuelle et volontaire de l’utilisateur de la voiture [Jasanoff, 1994] [Wynne, 1988]. Mais c’est durant la constitution de ces réseaux sociotechniques, c’est-à-dire durant la conception, le développement et la diffusion de nouveaux artéfacts techniques, qu’apparaissent le plus clairement, avant la mise en boîte noire, les inévitables négociations et ajustements entre actants humains et non humains. Et c’est vers ces processus de constitution que la SAR tourne son attention [Law, 1987].

15Dans le cas de la science comme dans celui de la technique, la notion de réseau socio-technique est placée au cœur de l’analyse. La SAR a consacré beaucoup d’efforts à l’analyse du processus de construction et d’extension de ces réseaux dont la prolifération caractérise les sociétés dans lesquelles nous vivons. Des concepts comme ceux de « traduction », d’« intéressement » et de « porte-parole » ont été développés pour expliquer la constitution progressive de ces assemblages hétérogènes [Callon, 1986]. La SAR remplace la pureté des faits scientifiques et des artéfacts techniques par une réalité hybride composée de traductions successives. Ces réseaux peuvent être caractérisés par leur longueur, leur stabilité et leur degré d’hétérogénéité [Callon, 1992a] ; [Bowker et Star, 2000]. Ce point de vue remet nécessairement en cause les conceptions traditionnelles du social.

LA CONSTITUTION DE COLLECTIFS HYBRIDES

16Pour la SAR, la société doit être composée, établie et maintenue. Cette affirmation n’a rien de nouveau ; elle est partagée par de nombreux courants constructivistes. Mais la SAR diffère de ces approches par le rôle qu’elle assigne aux non humains dans la composition de la société. Dans la vision traditionnelle, les non humains sont évidemment présents, mais leur présence ressemble à celle de meubles dans un intérieur bourgeois. Au mieux, lorsque ces non humains prennent la forme d’artéfacts techniques, ils sont nécessaires à la vie quotidienne qu’ils rendent plus facile et plus agréable ; au pire, lorsqu’ils sont présents sous la forme d’énoncés référant à des entités telles que les gènes, les quarks ou les trous noirs, ils constituent des éléments du contexte à prendre en considération, un cadre de l’action. Dans la mesure où ils sont traités comme étant extérieurs au collectif ou comme étant instrumentalisés par lui, les non humains sont dans une position subordonnée.

17Les deux dernières décennies d’études consacrées aux sciences et aux technologies ont eu pour effet de remettre en question cette division. Dans le laboratoire, et en dehors du laboratoire, les non humains agissent et les chercheurs qui s’établissent en porte-parole de ces entités nous disent ce qu’elles peuvent faire et ce qu’elles sont prêtes à faire. De même, les artéfacts techniques constituent des assemblages d’actants profilés pour rendre envisageables et possibles certaines actions collectives. La notion de société faite d’humains est remplacée par celle de collectif produit par des humains et des non humains [Callon, 1986] [Latour, 1991b]. La contribution des non humains ne peut plus être ignorée ou minimisée par les sciences sociales car les investissements croissants dans la recherche et dans l’innovation technique en augmentent le nombre de manière quasi exponentielle. Cette prise en compte du rôle actif des non humains a de nombreuses conséquences. Nous allons nous concentrer sur l’une d’entre elles en montrant comment la SAR conduit à remettre en cause la distinction entre macrostructures et microstructures au profit de localités cadrées et connectées.

18Peut-on parler de micro-interactions ? La réponse, positive, semble évidente. Lorsque notre automobiliste prend à partie un autre automobiliste qui lui a volé la priorité, ou lorsqu’il reçoit une contravention pour l’infraction qu’il a commise, il interagit avec d’autres acteurs individuels parfaitement identifiables. De manière générale, toute interaction se déroule entre des individus et ne peut être que locale, limitée dans sa portée et ses enjeux. Ces observations ne convainquent pas ceux qui croient en l’existence de macro-structures : est-il raisonnable de mettre entre parenthèses des réalités comme les institutions, les organisations, les champs qui façonnent et contraignent de manière évidente le comportement des agents individuels, même lorsque ces macro-structures sont considérées comme le résultat non intentionnel de l’agrégation de nombreuses actions individuelles ? Pour concilier ces deux points de vue, qui semblent aussi fondés l’un que l’autre, la solution habituellement retenue est celle qui est fournie par la notion commode et passe-partout de dialectique (ou de structures structurantes et de structures structurées). Pour éviter les acrobaties conceptuelles de la dialectique, la SAR introduit la notion de localité, définie comme étant à la fois cadrée et connectée.

19Les interactions, comme celles entre automobilistes qui se chamaillent ou qui sont aux prises avec des agents de la circulation, se déroulent dans un cadre qui les tient et les contient. Autrement dit, il n’y a pas d’interactions sans cadrage pour les contenir. Le mode de cadrage étudié par la SAR étend celui qui est analysé par Goffman en soulignant la part active jouée par les non humains qui préviennent les débordements intempestifs. Les automobilistes et les agents de la circulation sont assistés, pour développer leurs arguments concernant la manière dont l’accident est survenu, des non humains qui les entourent. Sans la géométrie matérielle de l’intersection, sans la présence des feux tricolores qui n’ont pas été respectés, sans l’existence de règles de la circulation qui prohibent certains comportements, sans les lignes continues qui « matérialisent » les voies autorisées, et sans les véhicules eux-mêmes qui prescrivent et autorisent certaines actions, l’interaction serait impossible, car les acteurs ne pourraient donner aucun sens à l’événement et, par dessus tout, ne pourraient se mettre d’accord ni sur la qualification de l’incident ni sur sa description.

20Ce cadrage qui contraint les interactions en évitant les débordements agit simultanément comme un dispositif de connexion. Il définit un lieu cadré (celui de l’interaction) et dans le même temps le connecte à d’autres lieux également cadrés (où des accidents similaires ou différents ont eu lieu, où les policiers vont écrire leurs rapports, où ces rapports vont être envoyés et traités, etc.). Tous les éléments qui participent à l’interaction et la cadrent établissent simultanément de telles connexions. L’automobiliste pourra par exemple invoquer un défaut de fabrication, le manque de conscience du garagiste qui effectue la maintenance de sa voiture, le détraquement des feux tricolores, le mauvais état de la chaussée, le manque de formation de l’agent chargé de la circulation, etc… Les éléments qui cadraient silencieusement les micro-interactions deviennent visibles ; ils semblaient passifs, ils révèlent maintenant leur véritable nature : ce sont des actants qui, au lieu de maintenir une frontière imperméable entre le lieu de l’accident et ses contextes, remettent en jeu toute une série d’autres lieux, d’autres acteurs qui viennent se mêler à la scène : les constructeurs automobiles, le réseau des garagistes, les services de maintenance des infrastructures routières, les centres de formation de la police, etc. Ces situations de crise et de controverses, qui rendent visibles les actants engagés dans le cadrage, montrent la voie à suivre : remplacer la notion de microstructures par celle d’interactions localement cadrées entre humains et non humains ; remplacer la notion de macrostructures par celle de lieux cadrés qui sont connectés par les actants qui assurent leurs cadrages. La notion de réseau socio-technique inclut les asymétries produites par ces arrangements, asymétries qui deviennent analysables dans les situations de crise ou lors des activités de conception ou de maintenance.

21La SAR permet d’expliquer les relations de pouvoir ou de domination qui se développent entre lieux cadrés, sans avoir à faire l’hypothèse coûteuse (et difficile à falsifier) de l’existence de niveaux différents, Plus un lieu est connecté, par l’intermédiaire des sciences et des techniques, à d’autres lieux et plus sa capacité de mobilisation est forte. Les centres de traduction où convergent les inscriptions et les énoncés peuvent se connecter aux lieux où les entités, auxquelles réfèrent ces énoncés et inscriptions, sont accessibles et mobilisables à travers les dispositifs techniques (instruments, montages expérimentaux) qui ont servi à les faire écrire et parler. Ces dispositifs techniques assurent la délégation à distance de l’action décidée dans le centre de traduction. Le gouvernement peut par exemple sur la base des rapports et des résultats d’expérimentations qu’il reçoit décider de limiter à un niveau donné l’émission de CO2 par les automobiles : en tant que centre de traduction il est en mesure d’établir une connexion entre le fonctionnement des moteurs, l’état de la pollution et le réchauffement du climat ; il voit des entités et des relations que personne d’autre ne peut voir et rassembler. Mais l’application de cette décision suppose la constitution de centres de contrôle de la pollution, d’agents de la circulation qui vérifient que les contrôles ont bien été effectués, et qui, dans le cas contraire, verbalisent, appuyés sur une loi votée par le Parlement. L’action décidée par le centre de traduction mobilise un grand nombre d’entités humaines et non humaines qui participent activement à cette action collective, distribuée. Une évaluation ex-post des effets de la décision peut être entreprise, toujours fondée sur la circulation d’inscriptions et la mobilisation de chaînes de dispositifs. De la même manière que l’automobiliste met en mouvement un immense réseau socio-technique en tournant sa clef de contact, le ministre de l’intérieur met en mouvement tout un réseau, patiemment construit et ajusté, en décidant de lutter contre le réchauffement climatique. Que le même lieu puisse avoir accès à d’autres lieux pour les mettre en mouvement et les faire collaborer à une décision et à son exécution, qu’il soit centre de traduction et centre d’action à distance, en un mot qu’il soit capable de résumer des réseaux sociotechniques entiers et de les tenir, voilà qui explique l’asymétrie dont on voulait rendre compte en distinguant différents niveaux. L’avantage de la démarche proposée est qu’elle fournit un terrain empirique facile à étudier (au lieu de postuler des réalités abstraites) et qu’elle rend possible l’analyse dynamique de ces relations et de leur évolution, en permettant de comprendre comment des lieux dominés peuvent devenir, par reconfiguration progressive des réseaux, des lieux dominants.

LA SAR : UN CHANTIER OUVERT

  • 2 [Star et Griesemer, 1989], [Singleton et Michael, 1993], [Star, 1991], [Lee et Brown, 1994], [Mol (...)

22La SAR est un chantier ouvert et non une construction achevée et fermée [Law et Hassard, 1999]. Elle se méfie des systèmes théoriques abstraits et contraignants. Elle a été conçue pour suivre les collectifs en train de se faire2. D’ailleurs plusieurs points demeurent controversés ou mal compris. Son analyse de l’agence (et en particulier la symétrie qu’elle postule entre humains et non humains) a été fortement critiquée [Collins et Yearley, 1992]. Pour la SAR, ce principe de symétrie n’est pas une affirmation métaphysique mais un choix méthodologique. Les différentes formes d’agences, depuis celles qui sont capables d’action stratégique jusqu’à celles qui sont réduites à développer des comportements quasi-machinaux, peuvent être étudiées empiriquement, et il n’y a aucune raison de s’en tenir à deux grandes familles que tout oppose : les formes d’agence dépendent de la configuration des réseaux sociotechniques. De ce point de vue, la SAR est proche des travaux sur l’action et la cognition distribuées qui permet de dépasser l’opposition entre structure et agence.

23Dans les années 1990, des chercheurs inspirés par la SAR se sont engagés dans de nouveaux domaines comme l’analyse de l’organisation [Law, 1994] et l’étude de la formation de la subjectivité ou de la construction de la personne [Law, 1992a]. Après avoir inclus les non humains dans le collectif, la SAR s’efforce d’analyser comment ces non humains, membres de plein droit de nos collectifs, participent à la création des subjectivités.

24En parallèle à ses travaux sur le rôle des sciences dures et de la technologie dans la construction des collectifs et des agences, la SAR analyse également la contribution des sciences sociales à la constitution de la société. Les sciences sociales ne se contentent pas plus de décrire et d’analyser la société que les sciences naturelles ne se contentent de décrire et d’étudier la nature : les unes et les autres contribuent à la mise en forme et de la société et de la nature. Ce point a été établi en détail pour l’économie discipline. Si nous considérons une définition étendue de l’économie discipline incluant notamment le marketing, les sciences du management, la théorie financière, etc., il est possible d’étudier comment cette discipline aide à formater les marchés et les agents économiques de telle manière que les activités économiques deviennent conformes à ce qu’elle en dit [Callon, 1998]. Cette approche, étendue aux autres sciences sociales comme la sociologie, la psychologie, l’anthropologie ou la science politique, devrait faciliter la compréhension du processus par lequel la société tend simultanément à se penser comme distincte de son environnement et comme un ensemble différencié d’institutions ou de sphères spécialisées. C’est en refusant d’admettre, à un niveau méthodologique, les grandes divisions postulées par les sciences (à la fois naturelles et sociales) que la SAR est en position d’expliquer, à un niveau théorique, le rôle des sciences et des techniques dans la construction des collectifs dans lesquels nous vivons.

Note

1 J’ai choisi de traduire actor-network theory (ANT) par sociologie de l’acteur-réseau (SAR).

2 [Star et Griesemer, 1989], [Singleton et Michael, 1993], [Star, 1991], [Lee et Brown, 1994], [Mol et Law, 1994]

Autore

Michel Callon est directeur de recherche et professeur à l’École des mines de Paris. Après son diplôme d’ingénieur des mines, il est entré comme chercheur au centre de sociologie de l’innovation qui venait d’être créé par Pierre Laffitte. Il y a effectué toute sa carrière et l’a dirigé de 1982 à 1994. Auteur majeur de la sociologie de l’acteur-réseau, ou encore sociologie de la traduction, ses travaux couvrent un large spectre d’intérêts autour des questions relatives aux interrelations entre sciences, techniques et société : l’anthropologie des sciences et des techniques, la socio-économie de l’innovation (The Laws of the Markets) et l’économie expérimentale, les questions de démocratie (avec P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique), et la sociologie de la médecine et de la santé (Le Pouvoir des malades avec Vololona Rabeharisoa). Depuis quelques années il s’intéresse plus particulièrement au rôle des profanes dans le développement et la diffusion des connaissances scientifiques et techniques, ainsi qu’à l’anthropologie des marchés économiques. Parallèlement à ces recherches, il a également impulsé tout un ensemble de travaux destinés à améliorer la maîtrise des processus de recherche et d’innovation. Ceci l’a amené à réaliser de nombreuses études à la demande de responsables industriels et à conduire des analyses comparatives internationales, notamment entre la France et le Japon, sur la gestion de l’innovation dans les firmes. Il a ainsi contribué à une meilleure connaissance de la fonction et du rôle des organismes publics de recherche, ainsi qu’à une réflexion sur les conditions de l’efficacité des politiques publiques de la recherche et de l’innovation.

© Presses des Mines, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540