Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la traduction

 | 
Madeleine Akrich
, 
Michel Callon
, 
Bruno Latour

Quatre modèles pour décrire la dynamique de la science

Michel Callon

Texte intégral

  • 1 Traduction Guenièvre Callon. Une première version de ce texte a été publiée en anglais en 1995 : « (...)

1« Nous devons expliquer pourquoi la science – exemple le plus accompli qui soit de savoir assuré – progresse comme elle le fait, et pour y parvenir nous devons tout d’abord découvrir comment elle progresse effectivement » ([Kuhn, 1962] 20 ; notre traduction)1. Les réponses apportées à ces deux questions, formulées dès les débuts de la science moderne, sont nombreuses. Chacune d’entre elles contribue à sa manière à la compréhension du rôle singulier joué dans l’histoire occidentale par ce qu’il est convenu d’appeler la connaissance scientifique. Dans ce texte, je m’intéresserai prioritairement aux outils conceptuels qui ont été proposés au cours des dernières décennies pour rendre compte de la spécificité de la connaissance scientifique et de la dynamique de sa production. J’ai donc laissé au second plan les travaux historiques qui ont porté sur les circonstances de l’émergence de la révolution scientifique ou qui ont suivi l’évolution ultérieure des disciplines, des institutions et des pratiques. Ces historiens, à l’exception d’un petit nombre d’entre eux (parmi lesquels Alexandre Koyré, Georges Canguilhem ou Michel Foucault, auteurs dont l’œuvre est bien connue en France), n’ont qu’indirectement contribué à la production de ces outils analytiques ou conceptuels.

2Ainsi restreint, le champ à couvrir reste encore immense. Il englobe une bonne partie de la philosophie des sciences, discipline qui est très florissante dans le monde anglo-saxon, ainsi que les recherches plus récentes et également très riches que l’on désigne en anglais par le terme de (social) studies of science (SSS) et qui rassemblent des travaux sociologiques et anthropologiques, ainsi que quelques contributions d’économistes.

3Il aurait été tentant, dans un article destiné à présenter de manière synthétique des travaux multiples et foisonnants, de choisir comme points de départ les œuvres d’un petit nombre de grands auteurs, jugés représentatifs des différentes démarches envisageables. J’ai délibérément choisi de suivre une autre voie. En préparant cette synthèse, en lisant ou relisant des travaux qui m’étaient apparus d’abord comme faiblement intégrés, j’ai été frappé par le petit nombre de modèles entre lesquels il était possible d’opter pour décrire et analyser les ressorts de l’activité scientifique ainsi que la dynamique d’ensemble dans laquelle elle s’insérait.

4Les auteurs consultés, qu’ils soient philosophes, sociologues, anthropologues ou économistes, sont en effet confrontés au même problème, qu’ils ne peuvent ni ignorer ni éviter, celui de la double nature de la science, activité simultanément et indissociablement cognitive et sociale. Ceux que passionne le contenu cognitif de la science sont bien obligés, à certaines étapes de leurs raisonnements, de faire des hypothèses sur les aspects sociaux ; et ceux qui s’intéressent presque exclusivement aux institutions, aux normes ou aux pratiques, ne peuvent éviter de faire référence à la singularité de la connaissance scientifique. Considérés dans leur ensemble, ces travaux, qui s’efforcent de caractériser la science et son extraordinaire dynamisme, font ainsi apparaître de manière explicite l’existence d’un petit nombre de questions inévitables. La liste de ces questions, qui couvrent à la fois les aspects cognitifs et sociaux, ne peut être établie que de manière pragmatique, à partir des auteurs eux-mêmes. Il m’a semblé qu’elles étaient au nombre de six :

  1. Quels sont les produits caractéristiques de l’activité scientifique ?
  2. Quels sont les acteurs qui contribuent à cette production ? De quelles compétences doivent-ils être dotés pour mener à bien cette activité ?
  3. Comment expliquer le caractère ininterrompu et éventuellement cumulatif de l’activité scientifique ?
  4. Comment l’accord sur les connaissances produites est-il obtenu ?
  5. Quelle est la forme d’organisation requise par l’activité scientifique ? (il peut s’agir de l’organisation interne aussi bien que de l’organisation des rapports entre science et société.)
  6. À quelle dynamique d’ensemble, à la fois sociale, politique, culturelle et économique, contribue le développement scientifique ?

5Soit par goût, soit du fait de leurs compétences, les auteurs réservent habituellement l’essentiel de leur énergie et de leurs réflexions à une seule de ces questions ; parfois ils se risquent à traiter plusieurs d’entre elles ; ils considèrent plus rarement l’ensemble de la liste. Mais le fait d’apporter un certain type de réponses à l’une des six questions limite les choix pour les réponses possibles aux autres questions. Si je définis la science (question a) comme un ensemble d’énoncés (éventuellement organisé sous la forme de théories), je serai tenu d’expliquer comment apparaissent en permanence de nouveaux énoncés qui viennent modifier ou compléter les énoncés existants (question c). C’est pour tenir compte de ces contraintes logiques, qui s’imposent aux auteurs, que j’introduis la notion de modèle. Un modèle est une catégorie abstraite et analytique qui rassemble une série de réponses, cohérentes entre elles, aux six questions susmentionnées. Il arrive fréquemment que des auteurs appartenant à des disciplines différentes, ne se citant jamais, contribuent au même modèle de manière complémentaire : les modèles soulignent ainsi le caractère collectif de la réflexion en même temps que la diversité, réelle mais limitée, des positions qui peuvent être adoptées (à l’intérieur d’un même modèle ou entre modèles).

6Une fois la décision prise d’organiser la littérature en fonction de modèles rassemblant de manière logique les diverses réponses apportées aux six questions retenues, il restait à identifier les modèles eux-mêmes. Cette opération laisse également place à un certain arbitraire. J’ai finalement choisi de retenir quatre modèles. Chacun d’entre eux met en avant un problème central. Le premier est celui de la science comme savoir rationnel et son objet est de mettre en évidence ce qui distingue la science des autres formes de savoir pour expliquer l’accès privilégié au réel qu’elle fournit. Le second est celui de la science comme activité concurrentielle ; le souci principal est celui de la forme organisationnelle qui permet à la science d’exister et de se développer. Le troisième est le modèle socioculturel : la réponse à la question de la spécificité de la science est recherchée du côté des pratiques et plus particulièrement des savoirs tacites qu’elles mettent en œuvre. Le quatrième modèle, celui de la traduction élargie, tente de montrer comment est produite la robustesse des énoncés scientifiques et comment est simultanément créé l’espace de circulation de ces énoncés.

7Je suis conscient que cette classification est contestable. Comme je serai amené à le suggérer, les modèles 1 et 2 sont partiellement compatibles et complémentaires : chacun développe les dimensions que l’autre laisse largement inexplorées. Certains auteurs soutiendront que le modèle 3 englobe le modèle 4, alors que l’auteur de cet article, pour des raisons faciles à imaginer, a tendance à penser que c’est l’inverse qui est vrai !

8Il faut enfin observer que chaque modèle renvoie de manière privilégiée à certaines disciplines. Le modèle 1 est proche de la philosophie des sciences ; le modèle 2 d’une sociologie qu’on peut qualifier de durkheimienne ; les modèles 3 et 4 sont fortement influencés par la démarche anthropologique. On aurait cependant tort de s’en tenir à cette correspondance : les économistes ont contribué de manière non négligeable au modèle 1 ; les sciences cognitives et plus particulièrement les travaux sur l’action et la cognition distribuées rejoignent et renforcent le modèle 4. Il arrive d’ailleurs que certains auteurs, à des moments différents de leur carrière intellectuelle et sans pour autant changer d’affiliation disciplinaire, apportent des contributions à différents modèles. Notons pour finir que chaque modèle est ouvert. Il serait absurde de soutenir que le modèle 1 est dépassé par les modèles suivants. Chaque modèle reste une source active et vive de questions et d’inspiration.

MODÈLE 1 : LA SCIENCE COMME SAVOIR RATIONNEL

9Ce modèle cherche à clarifier ce qui distingue la science des autres activités humaines. Il se concentre sur le discours scientifique et explore les liens qu’il établit ou qu’il est supposé établir avec la réalité dont il parle.

Nature de la production scientifique

10Le résultat de la recherche scientifique consiste en des énoncés et des réseaux d’énoncés. La classification de ces énoncés et la caractérisation de leurs relations constitue une question centrale.

11La classification la plus commune est celle qui oppose les énoncés relevant de l’observation (ou énoncés empiriques) et les énoncés théoriques. Cette distinction rend compte de la dimension duelle de la science qui combine à la fois l’observation de régularités factuelles et l’élaboration de systèmes abstraits qui ont pour objectif d’expliquer ces régularités, et éventuellement de prédire des phénomènes encore non observés. Un des problèmes posés par cette distinction est celui des rapports entre les deux familles d’énoncés, c’est-à-dire entre les données observables et les entités abstraites qui sont mobilisées pour en rendre compte

12Considérons les énoncés suivants :

  1. Tout électron placé dans un champ électrique est soumis à une force proportionnelle à sa charge.
  2. Dans le circuit C installé dans le laboratoire de physique de l’École des mines de Paris, l’intensité du courant est de 50 ampères.
  3. L’aiguille de l’ampèremètre placé dans le circuit C indique le nombre 50.

13Ces trois énoncés sont logiquement indépendants et le vocabulaire qu’ils utilisent est en grande partie différent. Dans l’énoncé a, les entités auxquelles il est fait référence ne sont pas observables à l’aide des seuls cinq sens – personne n’a jamais vu d’électron et encore moins de champ électrique : ces notions sont abstraites ; certains diront qu’il s’agit de fictions utiles, d’autres que des objets cachés mais réels leur correspondent. Dans l’énoncé b, le vocabulaire est en partie abstrait ; certains mots réfèrent cependant à des objets observables, comme « le circuit C » ou « le laboratoire de physique de l’École des mines de Paris ». C’est avec l’énoncé c que nous entrons dans le royaume des phénomènes ou des faits observables par un être humain normalement constitué : le nombre 50 peut être vu et lu, comme peuvent être observés l’ampèremètre ou l’aiguille ; que l’aiguille soit placée en face du nombre 50 est un fait dont on peut convenir sur la foi d’une simple inspection visuelle.

14Comment passe-t-on de l’énoncé a à l’énoncé ? Pour décrire ce mouvement, je propose de recourir à la notion de traduction, d’ailleurs utilisée par certains philosophes.

15Cette notion a l’avantage de souligner qu’il existe un rapport de signification très étroit entre ces énoncés sans que soit pour autant postulée une équivalence totale, voire une relation logique simple : pour passer de a à b puis de b à c il faut ajouter à chaque fois des termes nouveaux et en retrancher d’autres. De petites trahisons en petites trahisons, on aboutit ainsi à deux énoncés a et b qui semblent être situés dans deux univers linguistiques complètement étrangers l’un à l’autre puisqu’ils n’ont aucun mot en commun. Il s’agit de traductions que je qualifie de limitées ou de restreintes, pour les distinguer des traductions élargies ou étendues que j’introduirai dans le modèle 4.

  • 2 Sur certains de ces auteurs et les notions qu’ils proposent, voir [Jacob, 1981].

16Les traductions qui lient les énoncés a, b et c obéissent à une logique qui est loin d’être évidente. Pour décrire ces traductions, leurs origines et leurs modalités de fonctionnement, plusieurs stratégies ont été proposées. On peut par exemple fonder ces traductions sur la constitution de règles de correspondances (Carnap, Nagel), de définitions coordonnées (Reichenbach), de dictionnaires (Ramsey, Campbell) ou de systèmes interprétatifs (Hempel, Achinstein) qui fournissent des indications pour établir des liens entre les significations des différents termes utilisés, qu’ils soient abstraits ou concrets, et pour fixer leurs conditions d’utilisation. On peut également, et de manière plus convaincante, associer aux énoncés observationnels des modèles empiriques (décrivant les régularités observées) qui reçoivent leur signification de modèles explicatifs qui sont eux associés aux énoncés abstraits2. Il est généralement reconnu qu’il est impossible (contrairement à ce que pouvaient prétendre certains membres du cercle de Vienne), de passer d’un type d’énoncé à un autre par le seul recours à la logique [Grünbaum et Salmon, 1988] : les termes théoriques ne peuvent être sémantiquement réduits à des termes observables. La stratégie retenue, quelle qu’elle soit, conduit à la création d’une troisième famille d’énoncés intermédiaires qui associent certains des termes des énoncés observationnels à certains des termes des énoncés théoriques : ils agissent, par conséquent, comme des opérateurs de traduction.

  • 3 Pour une présentation complète, voir [Jacob, 1981]. Pour le recours à des classes de modèles diffé (...)
  • 4 Comme dans la théorie radicale de Carnap qui refuse tout sens aux énoncés qui ne peuvent pas être (...)

17Avec l’inévitable prolifération des énoncés intermédiaires, la distinction entre les énoncés relevant de l’observation et les énoncés théoriques perd de sa clarté et de sa pertinence. Ceci explique que différentes interprétations de cette distinction ont pu être proposées. Une première position, qui peut être qualifiée de réductionniste, consiste à minimiser la distance entre les deux types d’énoncés. Elle revêt deux formes extrêmes selon la direction suivie par la tentative de réduction. La première affirme que les énoncés théoriques dérivent (ou doivent dériver) le plus directement possible des énoncés issus de l’observation. Cette doctrine, que l’on peut qualifier de positiviste et qui accorde une grande importance à l’induction, fournit à la fois des critères de validité (les connaissances abstraites sont vraies si elles sont produites par induction à partir des énoncés observationnels) et des critères de démarcation entre des énoncés qui ont un sens et ceux qui n’en ont pas3. La seconde considère, à l’inverse, que les énoncés tirés de l’observation sont façonnés par des considérations théoriques sans lesquelles ils n’ont aucune signification4 : les données ne sont jamais données, elles sont faites, fabriquées, préconstruites à partir de propositions et d’éléments théoriques.

18Une seconde position, plus pragmatique, consiste à refuser d’établir des liens hiérarchiques entre énoncés théoriques et énoncés tirés de l’observation : on suppose que les différentes catégories d’énoncés sont relativement indépendantes les unes des autres et que le travail scientifique consiste à établir des connexions entre ces énoncés et à les modifier en tant que de besoin. La traduction et ses opérations sont entre les mains des scientifiques qui fabriquent des récits et élaborent des mises en intrigue destinées à donner du sens aux observations faites, mais également à en suggérer de nouvelles. Les métaphores et le flou qu’elles introduisent, les notions ambivalentes et les ambiguïtés qu’elles suscitent ne sont pas à écarter mais à encourager au moins dans une certaine mesure [Cartwright, 1983]. Dans ces circonstances, il est possible de tester des prédictions empiriques dérivées d’énoncés théoriques ou de décider si une théorie rend mieux compte qu’une autre d’un ensemble d’observations.

  • 5 Une illustration frappante de ces développements est fournie par l’opposition entre [Quine, 1969] (...)
  • 6 On retrouve ici tous les débats entre le réalisme, le pragmatisme, le positivisme et le relativism (...)

19Dans ce modèle, au-delà des différentes interprétations qui sont proposées pour rendre compte des traductions entre énoncés, la production de savoir est synonyme de production d’énoncés. La traduction ne sort jamais de l’univers des énoncés. Ceci explique le glissement naturel vers les questions ontologiques5. Avec cette définition restreinte de la traduction, on ne peut éviter de discuter de ce qui est « représenté » par les énoncés. La question du réalisme est au cœur de cette démarche6.

Acteurs

20Les acteurs nécessaires au modèle sont essentiellement les chercheurs, mais réduits au rôle de producteurs et de consommateurs d’énoncés. Ceux qui diffusent le savoir et l’enseignent, les techniciens dans les laboratoires, les fabricants d’instruments, et les instruments eux-mêmes ne sont là que comme des éléments du décor : ils sont utiles mais secondaires. La société est raréfiée, réduite à sa plus simple expression. Une conséquence de ce travail de purification est l’attribution de compétences extrêmement étendues aux (rares) acteurs impliqués.

  • 7 [Holton, 1973], [Hesse, 1974]

21Les compétences des chercheurs sont sensorielles et cognitives. Le scientifique doit être capable d’articuler des énoncés qui intègrent ses observations. Il est ainsi dépendant de ses cinq sens et particulièrement de la vue (l’observation est toujours mentionnée). Le scientifique doit être également capable d’imaginer des énoncés qui ne sont pas directement liés à l’observation et d’introduire entre eux des traductions. Des auteurs comme Holton et Hesse7 soulignent sa capacité à produire des métaphores et des analogies. D’autres insistent sur la sensibilité esthétique dont doit être doté le chercheur : certaines théories ou certains raisonnements séduisent par leur simplicité, leur élégance ou leur beauté.

22Ces compétences cognitives et imaginatives sont placées au service d’une démarche rationnelle. La notion d’activité rationnelle est étroitement liée à la capacité de prendre des décisions justifiables : dans une controverse ou un débat publics entre spécialistes, des arguments sont avancés qui doivent être suffisamment forts et étayés pour emporter la conviction de l’adversaire le plus fermé. La nature des raisons pour lesquelles des arguments sont considérés comme convaincants diffère suivant les auteurs. Une traduction peut être convaincante parce qu’elle ouvre des perspectives fructueuses, parce qu’elle renforce et étend des traductions existantes, parce qu’elle fournit une explication simple et générale à des données complexes, parce qu’elle suggère des tests qui viennent la confirmer etc. Dans ce modèle, le scientifique est un être héroïque et qui sort de l’ordinaire – un être qui incorpore un large éventail de compétences habituellement distribuées entre des êtres différents.

Dynamique

23Pourquoi la science avance-t-elle ? Ou pour le formuler en termes qui reprennent ceux du modèle considéré, pourquoi les scientifiques ajoutent-ils inlassablement de nouveaux énoncés à ceux qui existent déjà ? Pourquoi consacrent-ils autant d’énergie à les amender, les invalider ou les réfuter ?

24Premièrement, si le scientifique poursuit inlassablement son travail de production et de transformation des énoncés, c’est parce qu’il est doté de qualités morales peu communes qui le poussent à une sorte d’ascèse intellectuelle faite de rigueur et de passion inextinguible pour la vérité. On peut choisir de considérer que ces qualités sont innées ou qu’elles résultent tout simplement du jeu de la concurrence et de la critique impitoyable qu’elle implique. Il est sans doute plus raisonnable de penser qu’elles sont une combinaison de ces deux facteurs et que les dispositions morales, naturelles ou acquises, des chercheurs doivent s’accorder aux règles du jeu qui prévalent dans la communauté scientifique. Ces qualités l’incitent à produire toujours plus d’énoncés qu’il doit être préparé à tester et éventuellement à abandonner. Le scientifique est prisonnier d’une double injonction : il doit imaginer, concevoir et produire sans relâche un nombre croissant d’énoncés qu’il doit soumettre simultanément à la critique impitoyable des collègues.

25Deuxièmement, des éléments de réponse peuvent être trouvés dans l’institution de la science ; c’est là que la complémentarité de ce modèle avec le modèle 2, celui de la science comme entreprise concurrentielle, est la plus évidente. Le système de récompense de la science est essentiel, car le scientifique doté du sens moral le plus aigu ne s’évertuera à produire de nouveaux énoncés que s’il reçoit des gratifications qui l’incitent à s’engager dans cette activité. Les institutions scientifiques agissent pour susciter et canaliser les forces qui mettent en mouvement les scientifiques et gouvernent leur comportement – que ce soit la passion pour la vérité, le désir de participer à l’entreprise collective du savoir, le souhait de contrôler la nature ou la volonté implacable de résoudre des problèmes ou des contradictions. Dans cette perspective, institutionnaliste, le scientifique n’est qu’un opérateur par lequel des énoncés sont amenés à l’existence et confrontés les uns aux autres. Le modèle peut alors impliquer une sorte de darwinisme des énoncés qui trouvent dans les chercheurs les vecteurs de leur prolifération, de leur évolution et de leur sélection. Le modèle exige donc des institutions qui incitent les chercheurs à jouer ce rôle en organisant la lutte impitoyable des énoncés pour leur survie. À la limite, et de manière paradoxale, une version de ce modèle affirme que la science est une entreprise de connaissance sans sujet. Évoquant cette accumulation auto organisée de savoir objectif, c’est-à-dire d’énoncés qui vivent indépendamment de ceux qui les produisent et les consomment – un savoir diffusé dans les livres, les articles les bibliothèques ou les mémoires des ordinateurs –, Popper [Popper, Karl Raimund, 1972] parle d’un « troisième monde » qui existe et se structure indépendamment des projets, des subjectivités et des passions des scientifiques.

Accord

26Dans ce modèle, l’accord concerne aussi bien les énoncés, qu’ils soient théoriques ou tirés de l’expérience, que les constructions, modèles ou théories, dont ils fournissent les éléments constitutifs.

  • 8 Par exemple, l’énoncé : « la force gravitationnelle est une fonction inverse d’une puissance de la (...)

27L’accord est d’abord expliqué par le fait que les acteurs partagent des compétences similaires. Ils sont capables de s’entendre sur des énoncés strictement observationnels comme ceux-ci : « ce fil auquel est suspendu un poids de vingt kilos casse » ou : « la courbe a atteint un pic cinq minutes après le début de l’expérience » (ce qui implique qu’un accord existe sur ce que signifie l’expression : « le fil casse » ou sur ce qu’est un pic ; mais on peut imaginer des procédures à la fois simples et raisonnables produisant cet accord élémentaire). Ils doivent être également capables d’apprécier la robustesse d’une traduction permettant de passer d’un énoncé à un autre, sa généralité8, les perspectives qu’elle ouvre en termes d’expérimentations futures, son élégance, sa simplicité, sa force logique. Ces compétences ne sont pas données à tous les êtres humains, mais les meilleurs et les plus doués d’entre eux sont supposés les maîtriser : d’où l’importance des mécanismes de sélection qui assurent que les scientifiques ont bien le profil intellectuel et moral requis.

  • 9 On peut appliquer avec profit la sociologie de Goffman pour expliquer comment les acteurs essaient (...)

28La disponibilité de ces compétences est nécessaire, elle n’est pas suffisante. L’existence d’un champ de discussion où les énoncés peuvent être confrontés les uns aux autres est essentielle dans la construction de l’accord. L’activité rationnelle n’est pas entièrement contenue dans les cerveaux des êtres humains, aussi talentueux soient-ils. Il faut en plus une assemblée de cerveaux échangeant entre eux, polissant les arguments, les frottant les uns aux autres, sans trêve ni repos. L’invention de cet espace sans lequel l’activité rationnelle ne peut ni s’épanouir ni se déployer date au moins de la Grèce antique. Par un retournement frappant, Vernant [Vernant, 1990] suggère que la science n’est que la continuation du débat politique dans une arène différente – sa transposition du social au cosmos. Les deux révolutions, la révolution démocratique et la révolution de la raison, se renforcent mutuellement, mais celle-là précède celle-ci. Étant centré sur les énoncés et les arguments dont ils sont parties prenantes, le modèle 1 ne peut traiter que de manière très sérieuse l’existence de l’espace de débat dans lequel ces arguments sont exprimés et dans lequel leur robustesse est testée : la science est publique. Les discussions entre scientifiques ont lieu dans les colloques, dans les revues, ou de manière plus informelle mais tout aussi exigeante entre chercheurs autour de la paillasse lorsqu’ils préparent une publication ou une présentation, ou lorsqu’ils organisent une démonstration. Elles prennent également la forme plus subtile d’un dialogue intérieur lorsqu’un scientifique débat avec lui-même pour anticiper les objections et simuler une controverse probable. La rigueur qu’un scientifique s’impose à lui-même n’est pas moindre que celle qui est exercée entre collègues. L’espace public et l’espace privé ne s’opposent pas l’un à l’autre : chacun est un prolongement de l’autre. S’il existe une frontière, c’est celle qui sépare les erreurs que l’on garde pour soi ou pour ses collègues proches, et qui peuvent donc être corrigées sans dommages, et les erreurs qui une fois répandues dans l’espace public aboutissent à réduire la crédibilité du chercheur9.

29Il existe un lien entre l’organisation des échanges dans l’espace public de la science et les compétences argumentatives des scientifiques, telles qu’elles ont été décrites précédemment, puisque ce sont eux qui réalisent les traductions qui transforment des énoncés observationnels en énoncés théoriques (vice-versa) et assurent leur robustesse. À la diversité des critères utilisés par les scientifiques pour démontrer la pertinence et la validité de leurs traductions correspond la diversité des critères de justification invoqués dans l’espace public et assurant à la fois l’accord et sa légitimité [Boltanski et Thévenot, 1991]. Le modèle 1 laisse ouvert un large éventail de tels critères. Certains érigent ces critères en catégories a priori qui n’ont pas à être justifiées en tant que telles. Leur identification passe généralement par la référence, souvent stylisée, à des épisodes jugés significatifs de l’histoire des sciences, et plus particulièrement des sciences physiques (la révolution einsteinienne et celle de la physique quantique sont des sources inépuisables de telles réflexions). Ces critères, dont on montre le rôle déterminant qu’ils ont joué dans la résolution de ces crises, sont supposés caractériser l’activité scientifique dans ce qu’elle a de plus irréductible et de plus universel. Ces critères concernent généralement l’organisation des tests et leur interprétation. Ils débouchent sur la mise en place de procédures qui permettent de lier le destin des énoncés théoriques à celui des énoncés observationnels avec lesquels des traductions ont été établies (falsifiabilité des énoncés théoriques à partir de leur confrontation avec des observations expérimentales ; puissance de prédiction des énoncés théoriques ; diversité et nombre des observations avec lesquelles les énoncés théoriques sont jugés compatibles, etc.).

30Une stratégie plus prudente pour identifier ces critères est de considérer qu’ils sont variables dans le temps et qu’ils dépendent des disciplines. Ce point de vue, qui peut être qualifié de pragmatique, conduit à souligner l’historicité de l’activité scientifique : ce qui est considéré comme une activité scientifique à un moment donné et pour un corps de savoir donné est soumis à évolution. Le pragmatisme ne conduit pas au relativisme (tous les critères se valent) mais au contraire à un plus grand réalisme : les critères de scientificité (efficacité, pouvoir de prédiction, fécondité, capacité de résister à des tests, économie de concepts, etc.) sont en compétition les uns avec les autres ; ce sont ceux qui sont les mieux adaptés aux circonstances qui s’imposent. Cette sélection peut être remise en cause à tout moment.

31Le point de vue pragmatique, s’il était dépouillé de sa référence à l’évolution et à la sélection des critères qu’elle impose, conduirait tout droit au relativisme ou au constructionnisme. Les critères seraient alors considérés comme de pures conventions, totalement arbitraires, qui ne sont suivies que par ceux qui acceptent de les suivre. On conçoit aisément qu’une position aussi extrême est difficilement compatible avec le souci de saisir la dimension rationnelle de l’activité scientifique. Le conventionnalisme, qui depuis Duhem, postule la sous-détermination de la théorie par l’expérience (on ne peut ni déduire logiquement ni justifier totalement des énoncés théoriques à partir d’énoncés observationnels) ne se risque pas sur ces terres dangereuses : les tests expérimentaux, aussi plastiques et peu contraignants soient-ils, sont la source de contraintes qui rendent intenable le relativisme total. Lorsqu’un scientifique opte pour une position théorique, il est tenu d’avancer des raisons qui prennent en considération les résultats des expériences faites ou à faire. Ce travail nécessite la mobilisation d’entités (sous la forme de termes abstraits : gènes, forces, électrons, champs) auxquels il est fait référence pour rendre compte des observations, et éventuellement les expliquer et les mettre en relations les unes avec les autres. Si ce n’était pas le cas, la connaissance scientifique se limiterait à la simple répétition des énoncés observationnels eux-mêmes. Pas de science sans référence à des entités, qui peuvent être fictives, mais dont il est admis qu’elles produisent des effets de réalité, c’est-à-dire qu’elles sont à l’origine de faits observables. Pas de science sans la convention minimale, puisque c’en est une, selon laquelle il vaut la peine de tester les références existantes, de les traquer pour éprouver leur solidité, et éventuellement de les transformer pour tenir compte des résultats des tests et de la traque. Science sans référence n’est que fiction. C’est pourquoi la notion de traduction est bien adaptée à cette vision de la science : traduire c’est rapporter un énoncé à un autre, une catégorie à une autre. Traduire c’est référer. Cette convention, une fois admise, se monnaye en toute une série de critères différents qui précisent comment ce travail de référence et de traduction doit être conduit. Ceci pourrait expliquer à la fois l’unité du projet scientifique et la diversité de ses modalités de mise en œuvre.

Organisation sociale

32Ce modèle impose de sévères contraintes à l’organisation sociale du travail scientifique. En effet, plus on demande aux chercheurs d’observer des règles strictes en matière de production des savoirs et plus on accroît les exigences qui pèsent sur son organisation sociale. Ceux qui articulent des énoncés ne peuvent entreprendre leur travail – discuter, tester, expérimenter, sélectionner, réfuter, et ainsi de suite – que s’ils sont protégés par la société dans sa totalité et par des institutions convenablement conçues, elles-mêmes soutenues par la société dans son ensemble.

33Sans l’existence d’un espace public de (libre) discussion, la science est vite mise sous l’éteignoir. L’activité scientifique, pour déployer toutes ses potentialités, requiert un ordre démocratique ou, pour reprendre l’expression de Popper [Popper, Karl, 1945], une société ouverte. Dans une société ouverte, savoirs et institutions sont considérés comme des créations de l’activité humaine auxquelles peuvent et doivent être apportées des corrections pour que l’idéal de liberté ne soit pas perverti ; l’esprit critique ne connaît aucune limite – ni dieux, ni césars, ni tribuns. Aucun dossier n’est considéré comme définitivement fermé ; aucun sujet ne peut être exclu sans discussion préalable. Dans ces sociétés démocratiques, l’individu est privilégié parce que c’est lui qui introduit la nouveauté (des énoncés) et est responsable de son évaluation. C’est sans doute dans l’œuvre d’Habermas [Habermas, 1987] que le lien entre les deux exigences, l’exigence démocratique et l’existence de discussion publique, est opéré de la manière la plus directe.

34Il ne suffit pas que la science soit immergée dans une société ouverte ; des institutions puissantes qui garantissent la production des énoncés et leur mise en compétition sont également nécessaires. Ce qui sera dit dans la présentation du modèle 2 s’applique ici sans restriction ; en ce qui concerne l’organisation sociale, le modèle 2 peut être considéré comme le prolongement logique du modèle 1.

La dynamique d’ensemble

35Le développement de la science s’exprime dans la prolifération d’énoncés qui sont le résultat d’un dialogue entre l’homme et la nature. Un homme silencieux, face à une nature tout aussi silencieuse, ne pourrait jamais accumuler des énoncés ni produire de savoir révisable. Les scientifiques ne se contentent pas de lire le grand livre de la Nature ; ils le déchiffrent, le décodent, le transcrivent, le traduisent en une foule d’énoncés inscrits dans des argumentations qui se coulent dans des récits. Mettre l’univers en mots est la tâche essentielle du scientifique.

36La science se développe ainsi sous la forme d’un double dialogue, d’abord entre les scientifiques et la Nature et ensuite entre les scientifiques eux-mêmes. Ces deux dialogues sont interdépendants ; ils prennent la forme d’un triangle dans lequel l’un des protagonistes (la Nature) se contente de répondre sur un mode crypté aux questions qu’on lui pose, aux interrogatoires et contre-interrogatoires qu’on lui fait passer. Comme dans toute confrontation, des contradictions et des incompréhensions surgissent en permanence. Quel est exactement le message de la Nature ? Comment les expériences doivent-elles être conçues pour recueillir ce qu’elle a à dire ? Comment interpréter ses propos, c’est-à-dire comment mettre en mots les résultats de ces expériences ? Quels sont les énoncés théoriques qui apportent des explications plausibles aux faits et phénomènes observés ? Des incompréhensions, et des divergences qui naissent de ce travail de mise en mots surgissent de nouvelles questions, de nouvelles réponses : la roue de la science trouve dans ces écarts, énigmes et mystères l’énergie qui la fait tourner.

  • 10 C’est le point de vue de Popper qui cite à plusieurs reprises ces beaux vers de Xénophane de Colop (...)

37Une telle vision implique sinon la notion de progrès du moins celle de progression. Des énoncés toujours plus nombreux, plus précis et plus exigeants recouvrent la Nature d’un réseau toujours plus serré de significations, d’observations et d’explications. L’investigation n’a pas de fin, elle continue encore et toujours ! L’identification du but vers lequel elle tend et le fait même qu’il existe un but ne font l’objet d’aucun accord : il s’agit là d’une simple question de préférence métaphysique. Selon certains, la succession des énoncés produits aboutit à une description toujours plus précise et plus juste de la structure réelle de la nature. D’autres se gardent de telles affirmations difficilement démontrables et s’en tiennent à observer l’extension et la différenciation jamais terminées du réseau des énoncés produits par la science10. Réseau dont ils se contentent de dire, sans trop prendre de risque, que la robustesse, la fiabilité et l’utilité s’accroissent constamment. Que les énoncés produits tendent vers la vérité, qu’ils relient entre eux un nombre toujours croissant d’observations empiriques et d’interprétations théoriques ou qu’ils augmentent simplement notre capacité à contrôler et à manipuler le monde, dans tous les cas ce qui fait la tragique beauté du modèle 1, c’est que c’est aux scientifiques et à eux seuls que revient l’écrasante tâche d’organiser le dialogue avec la Nature en tissant inlassablement le filet des énoncés pour en resserrer la maille. Les scientifiques agissent comme nos délégués. En échange de l’autonomie (régulée) que nous leur accordons, ils nous rendent chaque jour un peu plus puissants.

MODÈLE 2 : LA COMPÉTITION

38Les variantes de ce modèle sont nombreuses. Leur unité tient aux deux hypothèses fondamentales qu’elles partagent : a) la science produit des énoncés théoriques dont la validité tient à la mise en œuvre de méthodes appropriées ; b) l’évaluation des connaissances ainsi produites, qui aboutit à leur certification, est le résultat d’un processus de compétition ou plus généralement d’une lutte qui est habituellement décrite à l’aide de catégories empruntées à l’économie politique ou à la théorie de l’évolution.

Nature de la production scientifique

39Dans ce modèle, rien n’est dit sur le contenu de la science. Il est simplement supposé que les scientifiques développent un savoir qui est soumis au jugement de leurs collègues. Le savoir est transmis sous la forme de publications qui sont diffusées sans restrictions particulières.

  • 11 Dans la sociologie mertonnienne, qui constitue une des meilleures illustrations de ce modèle, l’or (...)
  • 12 La notion d’utilité est directement liée à celle d’information. L’étude des citations permet d’acc (...)

40Ces publications transmettent des connaissances codifiées qui sont en principe intelligibles sans difficulté par un spécialiste du domaine concerné. On peut également recourir à la notion d’information pour qualifier leur contenu. Ces connaissances ou ces informations sont susceptibles d’être qualifiées par leur nouveauté, leur originalité ou encore leur degré de généralité11. Une appréciation de leur utilité, telle qu’elle est perçue par d’autres scientifiques voire par des non scientifiques, est également envisageable12. Ce modèle n’exclut pas l’existence de connaissances tacites, mais celles ci constituent plus un substrat qu’une composante à part entière de la connaissance scientifique.

Acteurs

41Dans ce modèle, les acteurs de la production du savoir scientifique sont les chercheurs eux-mêmes. Une distinction forte est établie entre le monde des scientifiques (les spécialistes ou les experts) et celui des profanes. Les techniciens sont réduits à un rôle instrumental situé au même niveau que les dispositifs expérimentaux. La science est d’abord et avant tout une aventure intellectuelle, et ses dimensions pratiques et techniques sont euphémisées.

42Les scientifiques sont des êtres sociaux dont les compétences individuelles ne sont pas définies ou analysées en tant que telles. Le fait qu’ils soient membres d’une discipline ou d’une spécialité détermine leurs objectifs et leurs ambitions, ainsi que leurs choix théoriques et expérimentaux. Ainsi la rationalité de l’activité scientifique résulte-t-elle plus des interactions qui se développent entre les chercheurs, et notamment des relations de compétition, que d’une prédisposition particulière qui les rendraient différents des autres humains.

43Les motivations qui sous-tendent les actions des scientifiques ne leur sont pas propres. Diverses suggestions ont été faites pour en rendre compte. Merton [Merton, Robert K, 1973] insiste sur le rôle des normes qui définissent un comportement acceptable et sur les systèmes de récompense qui institutionnalisent la production du savoir. Bourdieu [Bourdieu, 1975] voit les scientifiques comme des agents guidés par leur habitus, et qui développent des stratégies pour se positionner dans un champ structuré par l’entrelacement de ces différentes stratégies. Hagstrom [Hagstrom, 1965] conçoit les scientifiques comme des individus luttant pour créer et maintenir des relations de réciprocité et de confiance avec leurs collègues.

44Les scientifiques ont par conséquent un double rôle. Comme dans le tribunal darwinien de l’évolution, ils sont à la fois juges et parties. Chaque chercheur juge son ou sa collègue (le savoir qu’elle a produit est-il nouveau et robuste ? l’information est-elle utile ?) mais est de manière similaire jugé par eux.

Dynamique

45Quels sont les mécanismes responsables de cette quête organisée et collective du savoir qui amène des scientifiques, mus par des motifs multiples et hétérogènes, à produire toujours plus de connaissances ?

46Les réponses apportées par ce modèle sont inspirées de différentes versions de la théorie économique. L’on peut tout d’abord, à l’instar d’Hagstrom, concevoir une économie généralisée du troc ou de l’échange. Le scientifique offre gratuitement à ses collègues des connaissances qu’ils utilisent pour produire eux-mêmes des connaissances qu’ils offrent à leur tour à la communauté scientifique, etc. Il s’agit, selon les propres termes de Hagstrom, d’une économie du don telle qu’elle a été décrite par Mauss avec sa triple obligation : l’obligation de donner, l’obligation de recevoir, l’obligation de rendre. Celui qui se soustrait à cette triple obligation est exclu de la communauté.

47Le modèle peut être celui de l’économie néoclassique. Ici, le scientifique est comparable à un entrepreneur. Les produits qu’il propose à ses collègues sont des connaissances que ces derniers évaluent en fonction de leur utilité et de leur qualité. Cette évaluation se concrétise sous la forme d’une récompense symbolique (voir ci-dessous la section « Organisation sociale »). Chaque scientifique est supposé améliorer son profit personnel, c’est-à-dire la reconnaissance qu’on lui accorde. Un climat de compétition est ainsi créé qui, comme dans le marché néoclassique, canalise les passions individuelles et les intérêts égoïstes pour les mettre au service d’une entreprise collective, rationnelle et morale [Ben-David, 1991] ; [Cole, 1973] ; [Hull, 1988] ; [Merton, 1973].

48Ou bien le modèle peut être celui de l’économie capitaliste telle qu’elle est décrite par l’analyse marxiste. Les scientifiques ne cherchent pas tant la reconnaissance que la possibilité d’en obtenir toujours plus : accumulez, accumulez, c’est la Loi et les prophètes ! On rencontre ici les travaux de Bourdieu [Bourdieu, 1975] et les premières analyses de Latour [Latour et Woolgar, 1979]. Le chercheur n’a pas le choix : s’il veut survivre au milieu de ses collègues, il doit accumuler du crédit ou de la crédibilité qui prend la forme d’un véritable capital. Sans capital, il est incapable d’obtenir des soutiens pour lancer de nouveaux programmes et l’échec est au bout du chemin. En revanche, plus son capital est élevé et plus il lui est aisé de lancer et de réaliser des recherches dont les résultats viendront accroître sa dotation initiale : il se place ainsi dans une logique de réussite. Ces cycles d’accumulation expliquent à la fois la logique d’ensemble du développement scientifique et les comportements observables des scientifiques.

49Une des vertus de la métaphore économique est de faire passer au second plan les motivations ou les projets des scientifiques. La compétition coordonne les comportements individuels et incite les scientifiques à choisir les bons sujets, à développer des connaissances robustes, et à ne jamais s’arrêter de travailler ! On retrouve l’hypothèse d’une science sans sujet connaissant chère à des philosophes aussi différents que Popper [Popper, 1972] ou Althusser [Althusser, 1974] : le scientifique est absorbé dans le social. Le fait que certains auteurs développent une métaphore darwinienne tandis que d’autres empruntent leurs métaphores à l’économie politique ne fait aucune différence fondamentale en ce qui concerne l’analyse qui est proposée ici.

Accord

50Dans ce modèle, l’accord suppose la confrontation des points de vue, ou ce que l’on pourrait appeler la libre discussion entre les scientifiques. La science est prise dans un double mouvement d’ouverture et de clôture. L’ouverture garantit que tous les points de vue peuvent se faire entendre, la fermeture signifie que l’obtention de l’accord est l’objectif assigné à ces discussions.

51L’ouverture du débat ne doit pas aller au-delà de la communauté scientifique. Dans ce modèle, les chercheurs ont le monopole de la parole et toute interférence explicite avec des préoccupations ou des points de vue extérieurs est une source potentielle de désordre. Il ne s’agit pas d’exclure les échanges avec l’environnement sociopolitique : des demandes externes peuvent être formulées, des préoccupations et des convictions être transmises. Ce modèle tolère par exemple que l’industrie ou les décideurs politiques posent des questions et orientent des programmes [Merton, 1970] ; il admet également que des préoccupations métaphysiques ou des convictions philosophiques animent les chercheurs. C’est ainsi que Forman [Forman, 1971] établit une correspondance entre le climat politique et culturel de l’Allemagne du début du xxe siècle et le développement de la mécanique quantique ou que Freudenthal [Freudenthal, 1986] lie la physique newtonienne à la philosophie politique de Hobbes. Les exemples pourraient être multipliés. Ils montreraient que ces influences ne vont (ou ne devraient jamais aller) jusqu’au cœur de l’activité scientifique. Elles contribuent à hiérarchiser ou à mettre en forme les problèmes posés ou à la limite à déterminer le style des réponses apportées. Pour cette raison, et dans la mesure où elles sont partagées, elles jouent un rôle important dans la création de conditions favorables à la constitution de l’accord. Mais l’accord ne se réalise finalement que s’il est soutenu par des éléments techniques qui par définition échappent au moins en partie aux influences extérieures. Le modèle oppose ainsi les contextes dans lesquels l’activité scientifique prend place et le noyau dur de cette activité scientifique. Le scientifique ne peut être convaincu que si la production suit des règles, qui sont celles de la méthode scientifique et qui s’incarnent dans des normes techniques spécifiques. Ces normes peuvent varier en fonction des disciplines et de l’état de développement de la science et être liées à des contextes philosophiques ou politiques particuliers. Mais tout n’est pas possible : ce sont les scientifiques et eux seuls qui en dernier ressort jugent de la qualité de la méthode et élaborent les normes. Il faut noter en particulier que, bien que traversée par des rapports de force et de domination (certains scientifiques créent de véritables empires et imposent à la fois le style des questions et celui des réponses), la communauté scientifique ne laissent pas ces rapports de force contaminer la méthode elle-même. Ceci suppose des formes d’organisation finement adaptées.

Organisation sociale

52L’organisation est l’une des variables centrales du modèle. C’est d’elle que dépend la viabilité de l’entreprise scientifique. Elle repose sur une stricte séparation entre ce qui relève de l’organisation interne et ce qui concerne les relations avec l’extérieur.

ORGANISATION INTERNE

53Le système d’incitation joue un rôle essentiel car c’est lui qui pousse les scientifiques à produire les connaissances. Il repose sur un mécanisme à double détente : des découvertes (ou plus largement des contributions) sont identifiées et attribuées à certains scientifiques qui sont récompensés en fonction de la qualité de ces contributions.

54Ce double mécanisme est considéré comme un processus, qui a évidemment un fondement technique, mais qui est pour l’essentiel social. En effet, la notion de découverte ne va pas de soi. Il faut d’abord identifier dans le flux incessant de la production scientifique des événements suffisamment distincts les uns des autres, ce qui suppose généralement une bonne dose d’arbitraire : une nouvelle observation, un nouveau modèle ou un nouveau concept ont très fréquemment des précurseurs. Il faut ensuite associer à ces événements des conséquences évaluables sur le développement scientifique. Enfin une fois cernées les contributions et mesurés leur importance et leur impact, il reste à attribuer ces découvertes à des personnes ou à des groupes qui en sont considérés comme les auteurs. Il n’existe pas de procédure universelle et objective pour apporter des réponses indiscutables à ces différentes questions. C’est pourquoi la délimitation des contributions ainsi que leur imputation [Gaston, 1973] ; [Merton, 1973], donnent souvent lieu à des controverses et font parfois l’objet de réévaluations qui interviennent longtemps après qu’elles ont eu lieu [Brannigan, 1981] ; [Woolgar, 1976].

  • 13 L’identification des découvertes et leur attribution ont toujours donné lieu à d’intenses controve (...)

55L’identification des découvertes et de leurs « auteurs » serait irréalisable en l’absence de dispositifs matériels et de règles qui codifient la mise en forme des connaissances et de leur transmission. L’article scientifique, tel qu’il existe sous sa forme actuelle et qui est le résultat d’une longue évolution toujours en cours, permet de délimiter de manière précise des « paquets » d’informations, distincts les uns des autres [Price, 1967]. Il rend aisée l’identification des auteurs qui les ont produits ; il permet de dater leurs contributions et de repérer, grâce aux citations, les emprunts effectués à d’autres auteurs, ce qui donne des indications sur le degré d’originalité de la contribution et permet d’apprécier indirectement l’importance des contributions faites par les chercheurs cités. L’article n’est évidemment qu’un des éléments qui assurent l’identification des découvertes et leur imputation ; les cahiers de laboratoires dans lesquels sont consignées les expériences et les dates auxquelles elles ont été réalisées jouent un rôle important, notamment lorsque des litiges apparaissent et qu’un chercheur doit prouver qu’il est bien l’auteur d’une découverte ou qu’il l’a réalisée avant un concurrent qui prétend être arrivé le premier. La stricte séparation, dans les laboratoires, entre les techniciens et les chercheurs, et parmi ces derniers entre ceux qui prennent des initiatives et ceux qui sont cantonnés dans des rôles d’exécution, constitue un mécanisme supplémentaire qui contribue à cette clarification : jusqu’à une date récente ils ne pouvaient prétendre au statut d’auteurs de découvertes. À ces éléments matériels s’ajoutent des règles, des normes ou des formes d’organisation qui empêchent les conflits de dégénérer. Le fonctionnement des revues est étroitement encadré et surveillé ; les comités de lecture veillent au bon fonctionnement de l’évaluation ; en cas de litige, elles peuvent mandater des experts pour qu’ils vérifient la régularité des expériences et établissent de manière indiscutable la chronologie des événements. La distinction cruciale entre techniciens et chercheurs, sans laquelle l’imputation des découvertes risquerait de se dissoudre dans le travail d’équipe, est tenue par les systèmes de diplômes, par des procédures de recrutement et par une stricte hiérarchie des statuts professionnels. On peut aller très loin dans l’analyse de ce dispositif complexe, de son histoire et de ses transformations. De telles investigations seraient d’autant plus intéressantes que l’institution scientifique connaît actuellement de profonds bouleversements : le caractère collectif du travail de recherche, la multiplication des collaborations, l’importance grandissante du travail expérimental et l’énormité des enjeux économiques associés à la possibilité d’être désigné comme l’auteur d’une découverte, contribuent à une évolution rapide des règles existantes13.

56Le fonctionnement du système de gratification est étroitement lié aux procédures d’identification et d’imputation des contributions. Suivant les disciplines, l’évaluation porte sur des aspects différents : virtuosité technique, solidité, impact, originalité, utilité, élégance, etc. Les rétributions qui ont été imaginées au fil des siècles sont nombreuses et diversifiées. Elles établissent une correspondance entre le niveau de la gratification et l’importance supposée de la contribution : promotion statutaire, attribution de prix qui peuvent aller des plus modestes aux plus prestigieux, élection comme membre d’une Académie (elle-même plus ou moins prestigieuse), éponymie (qui consiste à donner le nom du scientifique à un résultat qui lui est attribué comme dans le cas de la loi d’Ohm). Par le biais de ces gratifications, les chercheurs (généralement individuels) sont à la fois constitués en acteurs du développement scientifique et incités à contribuer à l’avancement des connaissances. L’institution qui distribue ces gratifications joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de la science : c’est elle qui assure qu’il y ait des chercheurs qui fassent de la recherche ! Il faut ajouter que le choix et la conception des incitations peuvent avoir des effets non négligeables sur les orientations du développement scientifique lui-même. Lorsqu’une Académie ou une Fondation promettent une récompense au chercheur qui parviendra le premier à résoudre un problème donné, elles favorisent une allocation des ressources (la force de travail des scientifiques) qui vient conforter ses propres priorités. L’examen approfondi des impacts possibles des différents types de gratification, conçus comme des systèmes d’incitation, reste en grande partie à réaliser.

57Pour le modèle, les gratifications attribuées aux scientifiques sont considérées comme symboliques c’est-à-dire qu’elles contribuent à établir la réputation de ceux à qui elles sont décernées. Ceci n’empêche pas certaines de ces récompenses d’être monétaires : les prix Nobel assurent à leurs récipiendaires un coquet capital. Par ailleurs, selon des mécanismes faciles à comprendre, et qui ne leur échappent pas !, les chercheurs prestigieux peuvent monnayer leur réputation scientifique sur les scènes politiques ou médiatiques et de plus en plus fréquemment en se lançant dans des activités économiques. Mais ces différentes formes de rétribution ne peuvent être que dérivées.

58Le caractère prioritairement symbolique des gratifications accordées au scientifique – quelles que soient les interférences observées entre ce système et des formes de rétributions plus matérielles – est une invention historique qui n’avait rien de nécessaire. Il est aisé de comprendre les raisons et la logique de cette invention, si l’on adopte le point de vue du modèle 2 : les énoncés scientifiques peuvent être assimilés à des informations, c’est-à-dire à des messages qui vont permettre à d’autres acteurs d’entreprendre des actions (notamment productives) qu’ils n’auraient pas décidées s’ils n’en avaient pas disposé. Ces informations, puisqu’elles sont utiles, peuvent être assimilées à des biens économiques ; elles pourraient par conséquent faire l’objet d’une valorisation marchande : les scientifiques qui produisent des énoncés pourraient les faire payer par ceux qui souhaitent les utiliser, le prix s’établissant comme sur tout marché en fonction de l’offre et de la demande. Une telle valorisation est difficile, voire dans certain cas impraticable, parce que l’information à portée générale et en particulier les énoncés scientifiques (notamment théoriques) constituent, sous certaines conditions, ce que la théorie économique appelle un bien public. Les marchés économiques sont inefficaces pour la commercialisation des biens publics parce que ces biens sont non rivaux et non exclusifs.

59Considérons l’énoncé : « la structure de l’ADN est celle d’une double hélice ». L’information qu’il contient peut être utilisée par Monsieur Martin sans que soit diminuée son utilité pour Madame Durand, qui souhaite éventuellement s’en servir pour ses propres affaires (par exemple pour produire un autre énoncé ou pour concevoir une innovation dont elle espère tirer profit). Un énoncé ne s’use pas si l’on s’en sert ! Tout au contraire : il devient plus riche en informations lorsqu’il a été utilisé un grand nombre de fois. À la différence d’une part de gâteau, qui une fois mangée n’existe plus, un énoncé scientifique est un bien non rival : le consommer une fois ne lui retire pas la faculté d’être consommé un grand nombre d’autres fois. Ce n’est pas tout ! Si je suis l’auteur de cet énoncé et que je souhaite qu’il ne soit utilisé que par moi, je vais rapidement être confronté à de graves et difficiles problèmes. Il est impensable de le breveter, puisque je devrai le divulguer. Quant à garder le secret sur une information aussi simple, c’est tout simplement impensable. C’est parce qu’il est difficile, et pratiquement impossible, d’empêcher qui que ce soit de l’utiliser qu’il est dit non exclusif.

60Il est facile de montrer que le marché n’est pas adapté pour organiser de manière efficace et rationnelle la production et la consommation des biens publics et ceci pour au moins deux raisons. Premièrement, personne n’est incité à prendre le risque de produire un bien dont il est incapable de s’assurer la propriété et qu’il ne pourra empêcher de passer librement de main en main (du fait de sa non exclusivité). Deuxièmement, si l’on parvenait néanmoins, en acceptant d’y mettre le prix, à attacher à ce bien des droits de propriété forts, on diminuerait la quantité de richesse qu’un usage large et libre du bien en question aurait permis de produire (du fait de sa non rivalité). Ce que les scientifiques ont inventé c’est un système de gratification non monétaire qui incite les acteurs, dans ce cas les chercheurs, à produire ce bien bizarre qu’est un bien public, dans ce cas les énoncés scientifiques, et à assurer sa dissémination. Du fait des gratifications symboliques qui lui sont promises, le chercheur est incité non seulement à produire des énoncés mais également et simultanément à les rendre disponibles à un coût nul. Bien sûr ce système ne peut fonctionner que si des financements sont attribués aux chercheurs, puisque leur activité ne les rémunère pas directement. Il revient à l’État d’assurer une partie du soutien financier. Des fondations privées, des associations caritatives, et plus généralement des organisations à but non lucratif peuvent également contribuer.

61On comprend mieux pourquoi, dans le modèle 2, la publication constitue la pierre angulaire de la science. C’est elle qui permet le fonctionnement de cet étrange système, dans lequel altruisme, désintérêt et recherche obsessionnelle de la réputation sont rendus conciliables, pour le plus grand bénéfice de la science et de la société.

62L’organisation doit inciter les scientifiques à produire des connaissances qu’ils acceptent de rendre publiques, mais elle doit également assurer que tout scientifique désirant s’engager dans une controverse ou dans un débat a les moyens de le faire. Ce libre accès à la discussion fonctionne comme un principe supérieur qui s’inscrit dans des normes et des formes institutionnelles spécifiques : le fait par exemple que les manuscrits envoyés à une revue soient évalués de manière anonyme garantit l’impersonnalité des jugements et élimine toute évaluation et par conséquent tout rejet, ou plus largement toute exclusion, qui seraient fondés sur des critères autres que ceux de la qualité et de l’intérêt des contributions. Toutes ces règles, toutes ces normes et tous ces dispositifs sont loin d’être parfaits. La sociologie peut en montrer les limites, pour souligner les effets pervers, les contradictions (par exemple entre, d’un côté, le système de gratification qui tend à renforcer les privilèges et les monopoles et, d’un autre côté, le droit à l’expression). Mais ces dysfonctionnements ne surviennent que sur fond d’un accord primordial : celui de la libre discussion compétente ; ils peuvent par conséquent être dénoncés comme illégitimes.

63On a vu que le modèle met l’accent sur le rôle des individus (les chercheurs). Pourtant, l’activité scientifique est de plus en plus une affaire de travail d’équipe. Comment le modèle parvient-il à expliquer l’émergence et les raisons d’être des laboratoires ? Dans ce modèle, la question est tout aussi problématique que l’existence d’entreprises l’était pour l’économie néo-classique [Coase, 1937]. Même si cette question n’est pas traitée en tant que telle (il faut néanmoins signaler le travail original de [Whitley, 1984], sur les structures, performances et stratégies des organisations de recherche), on pourrait poursuivre plus avant la métaphore économique qu’affectionne le modèle, en analysant le laboratoire comme un dispositif facilitant les économies d’échelle (efficacité technique liée à la taille et à la complémentarité des instruments) ou organisant de manière moins coûteuse les échanges répétés entre des chercheurs qui coopèrent aux mêmes projets ou aux mêmes programmes.

RELATIONS AVEC L’ENVIRONNEMENT

64Le modèle 2 explore la relation entre la science et ses différents contextes, mais il le fait en établissant une frontière claire entre l’intérieur et l’extérieur. Lorsque cette frontière est franchie, les normes, les règles du jeu, les incitations, les ressources changent de nature. Des notions comme celle d’institution scientifique dotée de ses propres objectifs, valeurs et normes [Merton, 1973] ainsi que celle de champ scientifique avec ses espèces de capital [Bourdieu, 1975] marquent l’existence d’un territoire. De nombreuses analyses historiques ont montré comment cet espace social gouverné par ses propres lois est devenu autonome et comment parallèlement le rôle du scientifique professionnel a progressivement émergé et été consolidé [Ben-David, 1971].

65L’existence d’une autonomie n’exclut pas pour autant les échanges avec le monde extérieur ni l’influence de ce dernier. Bourdieu conçoit par exemple l’existence de deux marchés : un marché restreint, limité aux spécialistes, où les théories scientifiques sont débattues, et un marché général qui transmet les produits, ainsi stabilisés et certifiés, aux acteurs externes qui sont intéressés par eux – les entreprises, les agences étatiques et le système d’éducation [Bourdieu, 1971]. La valeur d’un produit (une théorie) sur le marché externe dépend en partie, mais pas uniquement, de la valeur qui lui est attribuée par le marché interne (vice-versa). David, Mowery et Steinmueller [David, et al., 1992], développant le point de vue de l’économie orthodoxe considèrent que la science (fondamentale) produit des informations qui sont inappropriables et qui sont utilisées librement et sans coûts supplémentaires en dehors de l’institution scientifique, notamment par les agents économiques. Cela n’empêche pas ces derniers de produire pour leur compte personnel, de manière plus facile à programmer et moins coûteuse, des connaissances scientifiques qui sont adaptées à leurs besoins et dont la spécificité et la particularité facilitent l’appropriation : ces énoncés sur mesure s’apparentent plus à des biens privés qu’à des biens publics. A. Rip [Rip, 1988] quant à lui propose une généralisation des cycles de crédibilité de Latour et Woolgar en introduisant la « capacité à être financés » des projets de recherche, liant la logique du développement scientifique à celle des acteurs politico-économiques : ces cycles élargis coordonnent l’activité des scientifiques avec les attentes de leur environnement.

  • 14 Shapin donne une présentation et une généalogie détaillées de cette ambivalence [Shapin, 1992].

66Dans ce modèle, la dualité des formes organisationnelles est cruciale. La frontière entre l’interne et l’externe est un élément essentiel de la science et en protège le cœur, mais elle doit être suffisamment perméable pour transmettre les influences qui nourrissent la science et assurent son utilité sociale14. Les organisations qui lient la science à son environnement (comme les centres de recherche industrielle ou les agences publiques encourageant la recherche et les coopérations entre universités et entreprises) jouent un rôle crucial dans l’organisation de ces échanges et les médiations qu’ils supposent. Jusqu’à ce jour, elles ont fait l’objet de peu d’études. Il convient néanmoins de citer les travaux déjà anciens de [Barnes, 1971], [Cotgrove et Box, 1979], [Kornhauser, 1962] et [Marcson, 1960].

La dynamique d’ensemble

67Dans ce modèle, la dynamique d’ensemble est assimilée à un processus de croissance dont il est possible d’expliciter les mécanismes et les conditions.

  • 15 [Ben-David, 1971, Ben-David, 1991] ; [Mulkay, 1972]

68Les scientifiques, on l’a vu, sont assimilés à des entrepreneurs qui sont mus par la recherche de gratifications symboliques, qui accroissent leur réputation et leur crédibilité. Ils choisissent donc les domaines de recherche dans lesquels les profits à venir sont susceptibles d’être les plus élevés, soit que les problèmes posés soient considérés comme importants et difficiles, soient que les applications attendues paraissent prometteuses, soient que les zones d’ignorance y soient nombreuses. Tout ce qui améliore la perception par les chercheurs de ces différences de profits escomptés, ainsi que tous les dispositifs qui facilitent leur mobilité à la fois thématique et institutionnelle, accroît la fluidité de l’allocation des ressources et favorise une élévation du taux de croissance d’ensemble de la science15. Par ailleurs, si le libre débat est entravé, et avec lui l’évaluation des projets et des résultats, si le système de gratification et d’incitation connaît des dysfonctionnements, si des situations de monopole apparaissent, alors la productivité d’ensemble peut être affectée. Les raisonnements développés sont, comme on peut le vérifier, relativement proches de ceux qui sont utilisés dans l’analyse de la croissance économique.

69Ce modèle, qui naît dans les années qui suivent la fin de la seconde guerre mondiale et qui se développe pendant la guerre froide, insiste enfin sur la nécessité d’une surveillance renforcée de la frontière entre la science et son environnement. Cette frontière doit permettre les échanges mais interdire les incursions barbares dont les exemples historiques les plus tristement célèbres sont fournis par les Nazis et leur prétention folle à vouloir opposer la bonne physique aryenne à la mauvaise physique juive ainsi que par le parti communiste soviétique qui rejetait la génétique mendélienne au nom du matérialisme dialectique. Au total ce qui fait la force de la science et lui permet de survivre et de prospérer dans un monde dominé par les passions et la volonté de puissance, ce sont de fragiles institutions, inventées il y a quelques siècles par l’occident, qu’il faut à tout prix préserver et transmettre de générations en générations pour permettre à la Raison de résister et de répandre ses bienfaits.

MODÈLE 3 : LA SCIENCE COMME PRATIQUE SOCIOCULTURELLE

70Ce modèle peut être considéré comme l’antithèse du modèle 1. Pour lui la science ne se distingue pas vraiment des autres activités et les certitudes auxquelles elle conduit ne jouissent d’aucun privilège particulier. Cette démonstration repose sur le fait que la science ne saurait être réduite au seul travail sur les énoncés. La dimension expérimentale de la recherche scientifique est essentielle ; elle implique des composantes culturelles, matérielles et sociales qui sont aussi importantes que les contraintes liées à l’ordre du discours. La science doit être analysée comme n’importe quelle autre pratique : elle est encastrée dans le social.

Nature de la production scientifique

71Le modèle 1 ne se contente pas de centrer l’analyse sur les seuls énoncés, il fait en outre l’hypothèse que ceux-ci se suffisent à eux-mêmes : leur signification n’a pas à être recherchée ailleurs que dans le système qu’ils forment ; le monde du discours se ferme sur lui-même, il est distinct du monde auquel il fait référence et peut être séparé de l’environnement dans lequel il prend place. Pourtant, comme l’analyse pragmatique du langage nous l’a appris, un énoncé n’a de sens que rapporté au contexte de son énonciation. Le modèle 3 adopte cette hypothèse et souligne l’importance des éléments culturels, sociaux et matériels qui expliquent le rôle joué par les savoirs tacites et les compétences incorporées dans la production des connaissances scientifiques.

  • 16 [Ravetz, 1971], p. 103.
  • 17 De nombreuses études empiriques viennent à l’appui de cette hypothèse. Cambrosio montre tout ce qu (...)

72La contribution d’auteurs comme Kuhn [Kuhn, 1962] et Wittgenstein [Wittgenstein, 1953] est essentielle. Les notions de règles (avec tous les problèmes que pose une expression comme : suivre une règle), de jeux de langage, de formes de vie et d’apprentissage par l’exemple soulignent l’importance du savoir tacite [Polanyi, 1958] et des connaissances incorporées (dans les êtres humains ou dans les instruments). Certains savoirs – par exemple, les savoirs liés au fonctionnement des instruments ou à l’interprétation des données fournies par ces instruments – ne peuvent être exprimés sous la forme d’énoncés explicites. Dans cette vision, la production scientifique dépend prioritairement de savoir-faire locaux, de ficelles du métier et de règles qui ne peuvent être facilement transportées ou transposées. Les énoncés formels, car bien sûr ils existent même s’ils ne constituent que la partie visible de la science, ne peuvent voyager et être compris que si leur environnement instrumental et les savoirs incorporés dans les êtres humains qui les mettent en œuvre et les utilisent sont eux-mêmes transportés ou déjà disponibles. Ce thème a été brillamment développé par des auteurs comme Fleck [Fleck, 1935] puis [Ravetz, 1971] : « Dans chacun de ses aspects, l’enquête scientifique est une activité artisanale qui dépend d’un corps de savoir qui est informel et en partie tacite16 ». Collins a considérablement enrichi cet argument dans plusieurs études. Par exemple, dans son analyse de la construction du laser TEA, il a montré que la diffusion du savoir ne pouvait être réduite à la simple transmission d’informations : « Le point essentiel est que la transmission des compétences ne se fait pas par l’intermédiaire de mots écrits » [Collins, 1974]. Collins distingue ainsi deux types de modèles pour décrire l’activité scientifique : le modèle algorithmique et le modèle d’enculturation. Pour le premier, la science consiste en une production d’informations codifiées transparentes ; dans le deuxième, les compétences tacites et l’apprentissage sont importants – un énoncé scientifique est toujours opaque, sa signification n’est réductible ni à ce qu’il énonce ni à ce qui est dit par le système d’énoncés auquel il appartient. La différence entre le modèle algorithmique et le modèle d’enculturation devient essentielle lorsque l’on envisage la question de la reproduction des expériences. La reproduction d’une expérience implique toujours une interaction étroite entre les scientifiques et leurs arrangements expérimentaux ; pour qu’elle réussisse, il faut qu’une culture entière soit transmise incluant des savoir-faire, des manières de voir et d’interpréter, et de traduire les résultats en énoncés observationnels17. Comme le dit Collins : « Seuls ceux des scientifiques qui ont passé un peu de temps dans le laboratoire où un succès a été remporté se révèlent capables de construire avec succès leur propre version du laser » [Collins, 1974]. L’affirmation du modèle d’enculturation a une implication générale : les pratiques incorporées dans les êtres humains (ceux qui manipulent et interprètent) sont entrelacées avec les dispositifs expérimentaux, les protocoles et les énoncés observationnels et théoriques ; extraire les énoncés de cette totalité et les transformer en un objet privilégié de la production scientifique revient à les sortir de leur contexte et à les dépouiller de leur signification.

Acteurs

73Les acteurs impliqués dans la dynamique du développement du savoir scientifique ne se limitent pas aux seuls chercheurs réalisant des expériences ou élaborant des théories. Dans un article extrêmement suggestif, Collins et Pinch introduisent une distinction entre ce qu’ils appellent les forums constitutifs et contingents [Collins et Pinch, 1979]. Ils montrent comment les groupes situés hors de la communauté scientifique, et appartenant aux forums contingents, peuvent être mobilisés dans la production du savoir. La liste de ces groupes dépend des situations particulières qui sont analysées : on y trouve à titre d’exemples les fabricants et les marchands d’instruments, les médias, les agences étatiques, les entreprises avec leurs ingénieurs et leurs financiers, des groupes de pression qui appartiennent à la société civile (associations, comités d’éthique, etc.). Tous ces acteurs, qui ne sont pas des scientifiques, sont susceptibles de participer, d’une manière ou d’une autre. La frontière entre les « insiders » (les scientifiques du forum constituant) et les « outsiders » fluctue et se négocie au coup par coup. Une question importante est celle des mécanismes par lesquels les contraintes, les exigences et les intérêts situés à l’extérieur du cercle des chercheurs influencent le savoir scientifique. Dans un travail exemplaire consacré à la controverse du grand Dévonien en géologie, Rudwick suit les différents acteurs qui étaient directement ou indirectement intéressés au débat durant les années 1830 sur l’existence d’une strate géologique (le Dévonien) [Rudwick, 1985]. Il confère à tous ces personnages une réelle profondeur, reconstituant le réseau de leurs relations et les situant dans les structures institutionnelles de l’époque. Le travail de Wise [Wise et Smith, 1988] sur Lord Kelvin, celui de Schaffer sur les astronomes [Schaffer, 1991], celui de MacKenzie sur l’émergence des statistiques [MacKenzie, 1981] et celui de Pestre sur Neel et ses réseaux sociaux [Pestre, 1990] sont d’autres exemples de ce type d’analyses.

74Cette attention portée aux non-scientifiques, qui à l’extérieur des laboratoires participent au travail collectif de la recherche, s’exerce également à l’intérieur des laboratoires. Dans les modèles 1 et 2, les techniciens sont partout présents mais sous la forme d’ombres transparentes. Ce sont eux qui réalisent les expériences, collectent les échantillons, établissent les mesures : leur travail n’a pourtant aucune influence sur le processus de production ou d’utilisation des connaissances. Ils jouissent, si l’on peut dire, du même statut que les instruments. Le modèle socioculturel répare cet oubli : de la même manière qu’il insiste sur le travail expérimental, il met en scène ceux qui montent les « manips », préparent les échantillons, réalisent les mesures. Shapin dans un article très instructif a fortement contribué à cette réhabilitation [Shapin, 1979] ; plusieurs auteurs ont souligné le rôle particulier des thésards dans la vie des laboratoires.

  • 18 [Knorr, 1981] ; [Latour et Woolgar, 1979] ; [Lynch, 1985c]

75Les chercheurs ne sont pas oubliés. Leurs compétences sont à la fois plus diversifiées (leur corps se met à exister) et moins écrasantes (ils sont semblables aux autres êtres humains, avec leurs limites et leurs passions), que dans le modèle 1. Elles incluent la capacité de formuler et d’interpréter des énoncés et des modèles, comme dans le modèle 1, mais également et surtout d’élaborer et de mettre en œuvre des compétences tacites et des savoir-faire, de bricoler des règles et de les suivre sans trop se poser de questions. Les chercheurs (il faut inclure les techniciens dans cette catégorie) raisonnent, mais raisonner est une activité complexe qui consiste tout à la fois à manipuler, déchiffrer, inspecter, suspecter, bricoler, interpréter. La raison est encastrée dans des pratiques dont il est difficile de considérer indépendamment les unes des autres les composantes cognitives et corporelles18. La notion d’apprentissage, bien que centrale dans ce modèle, a largement été laissée à l’écart des études empiriques, même si elle se voit accorder une place théorique de choix. Plusieurs approches différentes de l’apprentissage existent dans la littérature. Les analyses Bayesiennes insistent sur le caractère probabiliste du savoir et sur le rôle des expériences dans le renforcement ou la transformation des probabilités subjectives [Hesse, 1974] ; d’autres s’appuient sur les théories Piagetiennes et sur celles de l’intelligence artificielle [Mey, 1982] ou font référence à la psychologie de la Gestalt [Kuhn, 1962]. Ceci ouvre un vaste champ de recherche. Quelle que soit la position théorique adoptée, les hypothèses sous-jacentes sont claires ; la capacité d’apprentissage des acteurs les dote à la fois d’une profondeur historique (elle garantit une certaine continuité du savoir) et d’une faculté (permanente) d’invention, c’est-à-dire d’une capacité de redéfinir les routines et les règles de la coordination de l’action : la science est à la fois création et répétition.

  • 19 [Crane, 1972] [Mullins, 1972]

76L’accent mis sur les connaissances tacites ainsi que sur les mécanismes d’apprentissage conduit à privilégier le groupe social par rapport à l’acteur individuel. Les interactions sociales ne peuvent se développer que dans le cadre d’une culture partagée et de pratiques communes : l’activité scientifique, avec ce qu’elle suppose de négociations, d’interprétations, de transmissions d’informations, de jugements n’échappe pas à cette loi. Cette hypothèse trouve évidemment sa source dans la notion de paradigme d’abord proposée par Fleck puis reprise de manière sans doute un peu trop schématique par Kuhn. Le paradigme désigne simultanément le groupe des spécialistes, leurs compétences et savoir-faire ainsi que les connaissances formelles ou informelles qu’ils élaborent et mettent en œuvre. L’analyse se focalise par conséquent sur les groupes sociaux pour aboutir dans un deuxième temps aux individus qui les constituent. Pour Collins, le groupe des chercheurs qui sont au cœur d’un domaine de recherche et qui partagent les mêmes problèmes et la même culture, constitue le véritable acteur de la production des connaissances et de leur transmission. Collins se réfère explicitement à Granovetter [Granovetter, 1973] pour établir que l’impact d’un chercheur sera d’autant plus fort que les relations dans lesquelles il entre sont inhabituelles ou atypiques par rapport aux relations les plus fréquemment développées. On voit poindre ici une théorie purement sociologique de l’invention qui se rapproche de la théorie des marginaux sécants qui sont situés à la périphérie de différents groupes sociaux et permettent des fertilisations croisées inattendues. Schaffer [Schaffer, 1991] adopte un point de vue analogue : « La coordination entre ces deux réseaux était cruciale car elle montrait que les managers des observatoires et les astronomes engagés dans les expériences pouvaient collaborer pour étendre leur contrôle au-delà des frontières des mécanismes célestes. » Les groupes sociaux formés par les scientifiques attachés à la résolution des mêmes problèmes ont été fréquemment analysés comme des réseaux sociaux, réseaux qui peuvent se densifier, se clore sur eux-mêmes ou au contraire s’ouvrir et s’étendre, se fragmenter ou fusionner19. La dynamique de ces réseaux dépend évidemment des stratégies de mise en relations que poursuivent leurs membres. Il est possible de montrer qu’à des transformations du réseau social et de sa structure correspondent des modifications dans les stratégies de formulation des problèmes et de justification des résultats [Mullins, 1972].

77En incluant dans le champ de l’analyse l’ensemble des groupes sociaux qui interviennent dans le processus de la création du savoir, les tenants du modèle 3 donnent à la description une réelle épaisseur sociologique, sans pour autant sombrer dans le réductionnisme (les pratiques sont analysées avec minutie). Pour la première fois la sociologie traite les contenus scientifiques avec la même profondeur et le même souci du détail que n’importe quelle autre activité humaine.

Dynamique

  • 20 [Barnes, 1977], p. 38

78Pour expliquer la dynamique de l’activité scientifique, il n’est nullement besoin d’inventer de nouvelles explications sociologiques. Barnes fournit la présentation la plus claire et la plus systématique de ce point de vue [Barnes, 1977]. Inspiré par la tradition marxiste, il rapporte la dynamique de la science au jeu de deux grandes familles d’intérêt, « un intérêt déclaré pour la prédiction, la manipulation et le contrôle, un intérêt déclaré pour la rationalisation et la persuasion »20. Ainsi, dans la controverse phrénologique étudiée par Shapin [Shapin, 1979], retrouve-t-on un mélange d’intérêts sociopolitiques et cognitifs. La mise en évidence de l’existence des sinus frontaux permet tout à la fois de marquer des points dans la lutte des classes à Edinburgh et de percer les secrets du cerveau. Ces deux familles d’intérêts, ajoute Barnes, se retrouvent dans toutes les sociétés ; si certaines sociétés comme les nôtres ont développé la science, c’est pour des raisons historiques contingentes. L’importance des intérêts liés au contrôle et à la prédiction s’est trouvée exacerbée puis inscrite et pérennisée dans des institutions spécifiques.

  • 21 [Clarke et Gerson, 1990] ; [Fujimura, 1992] ; [Star, 1989]
  • 22 [Hess, 1992] ; [Traweek, 1988]

79Je viens d’évoquer la macrosociologie de Barnes, mais elle ne constitue qu’une possibilité parmi d’autres. Dans le modèle 3, les explications sont aussi diverses que peuvent l’être les modèles sociologiques. La microsociologie fournit de nombreux outils. Dans les textes récents de Pickering, la science est considérée comme une pratique, comme un travail : « faire de la science est un vrai travail » [Pickering, 1990] et est analysée comme toutes les pratiques orientées vers un but. Un chercheur dispose de ressources ; il essaie d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés ou qu’on lui a fixés ; il s’efforce pour y parvenir de créer une cohérence entre les éléments disparates et parfois difficiles à maîtriser, voire récalcitrants, qui constituent son environnement (instruments, modèles théoriques et expérimentaux, collaborateurs) et dont certains résistent à toute réorganisation. K. Knorr [Knorr, 1999], s’appuyant sur la philosophie de Merleau-Ponty, donne une description éclairante de ce qu’elle appelle les « cultures épistémiques » de la physique des hautes énergies et de la biologie moléculaire. Elle met l’accent sur l’absence d’unité des pratiques scientifiques qui dépendent de « la manière dont elles envisagent les signes et leurs traitements, de leurs relations à elles-mêmes, des formes d’alignements qu’elles instituent entre les sujets connaissants et les objets naturels, ainsi que de la façon dont elles établissent des liens entre les investigations qu’elles promeuvent et les effets de vérité qu’elles produisent. » Il existe encore d’autres possibilités, dont l’ethnométhodologie [Lynch, 1985a], l’interactionnisme symbolique21 ou l’anthropologie culturelle22. Ces différentes approches reposent sur la même hypothèse : la science est une activité humaine, activité qui certes présente un certain nombre de spécificités, qui font qu’on ne peut la confondre avec d’autres activités tout aussi humaines, mais qui n’impliquent pas que l’on change d’instruments analytiques pour en rendre compte. Les explications possibles du développement de la science sont par conséquent aussi nombreuses que les théories sociologiques !

Accord

80Dans le modèle 3, l’accord entre les scientifiques doit s’expliquer dans les mêmes termes que le consensus qui se réalise entre n’importe quels acteurs sociaux pour n’importe quelle autre activité. Les principes du « Programme fort » de Bloor [Bloor, 1975] sont la traduction méthodologique de cette hypothèse. Comme rien ne permet d’affirmer que la science se situe en dehors de la sphère des activités humaines et comme les scientifiques sont des êtres humains comme les autres, l’accord ou le désaccord, le succès ou l’échec n’ont pas besoin d’être expliqués en des termes différents.

81Le travail qui illustre le mieux cette thèse est celui de Collins et notamment les études qu’il a consacrées aux ondes gravitationnelles [Collins, 1985a]. L’objet choisi est celui de la réplication des expériences et des controverses auxquelles elles donnent lieu. Comme le résume très bien Golinski [Golinski, 1990], pour Collins,

Une expérience reste toujours ouverte, au moins en principe. Dans la perspective de Collins, à aucun moment la nature ne force les expérimentateurs à adopter une interprétation particulière.… La preuve recèle toujours plus de signification que ne lui en accorde n’importe quel système d’explication et elle est toujours trop faible pour déterminer sans ambiguïté le choix entre plusieurs systèmes théoriques qui sont compatibles avec elles… La controverse peut se poursuivre aussi longtemps que les scientifiques qui s’opposent peuvent trouver des ressources pour soutenir leurs arguments.… Un critique qui souhaiterait nier que la reproduction exacte d’une expérience a eu lieu pourrait toujours trouver suffisamment de différences entre deux versions de cette expérience. (p. 494)

  • 23 Pour Duhem et Quine, il existe toujours plusieurs systèmes alternatifs qui permettent d’expliquer (...)

82Collins considère que ce type de débat, toujours possible et fondé sur la thèse de la sous-détermination de la théorie par l’expérience (thèse de Quine-Duhem), n’a aucune raison logique de s’arrêter et est pris dans une régression sans fin qui caractérise tout travail fondé sur l’expérience23. Ce qu’il reste à expliquer, c’est pourquoi cette « régression de l’expérience » s’arrête parfois et pourquoi des protagonistes ayant des intérêts, des savoir-faire, des convictions, des compétences et des objectifs différents finissent par abandonner la critique, par mettre fin à la régression et par considérer que le débat est clos.

83On pressent que dans le modèle 3 l’explication de l’accord constitue un point sensible. Les solutions retenues combinent les analyses sociologiques classiques de la création du consensus avec de subtiles considérations sur le rôle des instruments.

84On trouve d’un côté des explications macrosociologiques traditionnelles. Puisque l’accord ne peut reposer sur aucun élément qui soit par nature indiscutable, sa construction ne dépend que de l’état des forces sociales et notamment de celles qui sont extérieures à la communauté scientifique ou plus précisément au groupe des chercheurs qui sont pris dans la controverse. L’école d’Edimbourg a multiplié les études de cas dans lesquels des intérêts politiques, économiques ou culturels globaux faisaient sentir leur influence jusqu’au sein de l’arène scientifique et créaient ainsi un rapport de force favorable à certaines des thèses ou des interprétations proposées (Barnes, Bloor, Shapin et MacKenzie). Cette explication peut être plus ou moins déterministe et mécaniste : ou bien on affirme sans autre détour que des groupes ou des classes sociales extérieurs, parfaitement identifiables, viennent ajouter leur force propre à celle des scientifiques avec lesquels ils sont en accord ; ou bien on laisse les scientifiques choisir eux-mêmes leurs alliés, négocier avec eux la nature et les objectifs de leur soutien. Ces alliances ne pervertissent pas la science puisque la nature est suffisamment ambiguë et les expériences suffisamment complexes, pour nourrir des appréciations et des jugements différents. On voit ici toute l’importance du principe philosophique de sous détermination de l’observation par l’expérience : il laisse place à l’explication sociologique sans mettre en péril l’autonomie du travail scientifique [Barnes et Shapin, 1979] ; [Wallis, 1979].

  • 24 [Axelrod, 1984] ; [Kreps et Wilson, 1982]

85Une autre explication de l’accord peut être obtenue en mobilisant des notions comme celles de confiance ou de crédibilité qui ont fait l’objet de nombreux travaux en sociologie et en économie. Dans son travail sur les neutrinos solaires, Pinch combine avec élégance ces deux concepts [Pinch, 1986]. La crédibilité des résultats expérimentaux est en grande partie mesurée par l’importance des investissements opérés qui rendent coûteux la réplication, c’est-à-dire la possibilité d’entrer dans une controverse (on retrouve ici le modèle 1). Mais le plus important est la construction d’un climat de confiance pendant toute la période de conception et de réalisation des expériences : en associant des représentants de plusieurs disciplines, en tenant compte des objections au fur et à mesure qu’elles sont soulevées, le projet devient une entreprise collective qui s’appuie sur des relations de réciprocité (échange des informations, collaborations) : la crédibilité des résultats est le fruit de cette montée en confiance. Ce type d’analyse, dont on sait qu’il a donné lieu à des développements très intéressants en termes de théorie des jeux24, n’a été que peu exploité mais mériterait un traitement systématique.

86L’accord peut enfin être facilité par des opérations sur les instruments eux-mêmes. L’étude de Collins, relayée par de nombreux autres travaux empiriques, a montré que la difficulté des réplications tient en grande partie à la non similitude des dispositifs expérimentaux qui sont utilisés. Comme le suggère Collins, le calibrage, l’étalonnage et la standardisation préalables des instruments, en fermant les possibilités de divergence, favorisent l’accord. Si aucun calibrage n’est réalisé, on se trouve ramené à la situation bien décrite par Schaffer à propos des expériences de Newton sur la réfraction de la lumière par les prismes [Schaffer, 1989] :

La « loi » de Newton n’arrivait pas à convaincre des expérimentateurs comme Rizetti : « ce serait une drôle de situation », s’exclama l’Italien, « si dans les laboratoires favorables à la loi, les prismes fonctionnaient de manière à la vérifier tandis que dans les endroits hostiles ils se mettaient à fonctionner de travers ! » Pour tous ceux qui critiquaient Newton, les prismes ne devinrent jamais des dispositifs transparents venant soutenir la philosophie expérimentale. (p. 100)

87L’exigence de réalisation d’instruments transparents, c’est-à-dire conduisant à des observations non problématiques, s’est imposée dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle. Le mot d’ordre de la science était alors qu’il fallait « laisse(r) la nature parler par elle-même » [Daston et Galison, 1992] et pour cela disposer d’instruments standardisés et calibrés dans lesquels on pouvait avoir une confiance totale et dont on était convaincu qu’ils ne produisaient pas d’artefacts. Cette mise en boîte noire des instruments [Latour, 1987] suppose un long travail de mise au point au cours duquel les divergences sont progressivement réduites. En principe ces accords sont toujours susceptibles d’être remis en cause. En pratique, une fois qu’ils sont réalisés, il est commode de ne pas revenir dessus : les instruments sont alors de véritables boîtes noires qui délivrent à la demande des données que l’on interprète sans état d’âme. Les possibles retours en arrière ont conduit Fleck, dans un travail pionnier, à distinguer entre les connexions passives [Fleck, 1935], qui ne sont pas reconsidérées, et les connexions actives, qui soulèvent constamment de nouvelles questions, fabriquant des incertitudes et des ambiguïtés. Plutôt que de mise en boîte noire, il serait peut-être plus judicieux de suivre Fleck et de distinguer entre des instruments passifs, les fameux dispositifs expérimentaux transparents dont parlent Daston et Galison, et des instruments actifs qui relancent les controverses et les débats. Il faut rappeler ici que la notion de « phénoménotechnique » proposée par Bachelard [Bachelard, 1934] a également contribué à faire prendre conscience de l’importance des instruments dans l’acceptation et la diffusion des modèles théoriques. Quand les instruments en viennent à incarner des théories entières, qui se trouvent câblées [Galison, 1987], le désaccord devient plus difficile [Latour et Woolgar, 1979], car leur réfutation impliquerait la mise au rancart d’instruments qui présentent pourtant de bons et loyaux états de service et dont personne n’a envie de se passer. Dans le modèle 3, les instruments passifs, et les accords qu’ils concrétisent et scellent, constituent autant d’éléments solides qui permettent à l’édifice scientifique de s’élever toujours plus haut et de s’étendre toujours plus loin.

ORGANISATION SOCIALE

88Le modèle socioculturel ne s’intéresse paradoxalement que modérément aux questions d’organisation et de formes institutionnelles. Cette observation s’applique autant à l’organisation interne de l’activité scientifique qu’à ses relations avec l’environnement sociopolitique.

  • 25 [Bloor, 1992] ; [Favereau, 1994] ; [Lynch, 1992] ; [de Vries, 1992].

89Les acteurs, scientifiques inclus, ne se laissent pas enfermer dans la logique de la production d’énoncés, de modèles ou de théories. La notion de règle est souvent sollicitée pour rendre compte d’une organisation sociale capable de gérer la pratique scientifique dans sa globalité. La règle est à la fois implicite et explicite : elle n’est pas extérieure à l’action, elle se manifeste, s’interprète, s’élabore et se transforme dans l’action. La règle est à la fois sociale et technique. Elle assure un minimum de cohérence, rend possibles les anticipations et la discussion collective. Étant elle-même diverse et susceptible d’évolution et d’adaptation, elle est compatible avec la prolifération des groupes sociaux et la diversité de leur identité : les règles sont plus ou moins locales et spécifiques, elles constituent le point fixe autour duquel peuvent se développer des relations de pouvoir et d’influence… Les travaux sociologiques et économiques sur l’émergence et la constitution de règles ou de conventions peuvent être utilement mobilisés pour venir enrichir le modèle socioculturel et imposer l’idée selon laquelle les pratiques scientifiques peuvent et doivent être analysées comme des activités réglées25.

  • 26 [Schaffer, 1988] ; [Bourdieu, 1975]

90Mettant l’accent sur le rôle de l’apprentissage, le modèle souligne l’importance de la transmission des compétences et de la formation. Ceci engendre des relations de dépendance entre maîtres et disciples, et explique également que, au sein des laboratoires, se développent des relations de pouvoir entre des acteurs inégalement dotés en termes de compétences et de savoir-faire. Shapin [Shapin, 1989] donne une bonne illustration de ce type d’analyse en mettant en lumière la position à la fois cruciale et subordonnée qu’occupaient les techniciens dans les premiers laboratoires. Cette sociologie peut être attentive aux rapports de domination qui traversent le monde de la science26.

91Soulignons enfin que, dans le modèle 3, le tracé des frontières entre la science et ses contextes constitue un enjeu permanent. Les acteurs se battent pour savoir qui est dedans et qui est dehors. Ces affrontements et ces négociations se déroulent dans quelques sites remarquables qui peuvent être qualifiés d’hybrides, car ils sont à la croisée d’exigences et de logiques hétérogènes. L’étude de Jasanoff sur la science régulatrice [Jasanoff, 1990], l’enquête d’Abir-Am sur la politique de la fondation Rockefeller en biologie moléculaire [Abir-Am, 1982], les travaux de Wynne sur l’intrication de la science et de la politique dans les questions environnementales [Wynne, 1992], fournissent de bons exemples de ce champ d’analyse en expansion.

Dynamique de l’ensemble

92Dans le modèle socioculturel, la description de la dynamique d’ensemble conduit à remettre en cause l’idée de continuité dans le développement des connaissances scientifiques dont la capitalisation est considérée comme problématique.

93Si la science ne progresse pas de manière linéaire, c’est qu’elle est impliquée dans des relations sociales qui possèdent leur propre logique. La notion d’intérêt de Barnes est de ce point de vue très utile. Certes les connaissances scientifiques répondent toujours au même type d’intérêt, celui de prédiction et de contrôle, mais leurs contenus s’organisent et se structurent en fonction de configurations sociales qui sont à la fois changeantes et irréductibles les unes aux autres. Les connaissances conservent la marque des conditions de leur production : l’approche de Kuhn est exemplaire dans son insistance sur l’incommensurabilité des savoirs et des paradigmes. L’historicité de la science est celle des problèmes qu’elle se pose et qui dépend elle-même de l’histoire globale.

94Une analyse plus fine est également possible. Collins, par exemple, fait remarquer que la diffusion du savoir ne peut avoir lieu sans qu’il y ait transposition et adaptation à des circonstances locales. La reproduction d’une expérience quelle qu’elle soit n’est jamais identique au modèle qui l’a inspirée, et ceci même lorsque les instruments ont été parfaitement calibrés et les procédures scrupuleusement explicitées et standardisées. Le transfert implique répétition et création, élimination et addition. Ce point de vue est semblable à l’interprétation originale du travail de Kuhn par Masterman, qui établit un parallèle entre la notion de paradigme et celle de ressemblance familiale telle qu’elle a été proposée par Wittgenstein. Lorsqu’un chercheur s’inspire de l’exemple que lui fournit le paradigme pour formuler et résoudre ses propres problèmes, il crée un écart par rapport au modèle qu’il suit. Au début de la vie du paradigme, ces écarts restent peu nombreux, mais plus le paradigme est utilisé et plus les écarts se multiplient : d’écart en écart, la distance à l’original s’accroît et le paradigme finit par se trahir lui-même, de la même manière qu’au sein d’une famille l’accumulation des différences entre générations va jusqu’à rendre impossible la perception d’un air de famille [Masterman, 1970]. La dynamique des sciences naît de ces divergences successives – divergences qui sont consubstantielles au processus de recherche lui-même. C’est parce que la diffusion d’un exemple, d’un modèle ou d’une méthode expérimentale implique de manière inhérente la transformation et la transposition que la science est en perpétuelle évolution. Ceci conduit à concevoir la science comme « un authentique processus historique : les faits et les phénomènes, les concepts et les théories tout comme les instruments et les institutions scientifiques constituent des événements qui s’inscrivent dans le flux des événements qui les ont précédés » [Pickering, 1990].

MODÈLE 4 : LA TRADUCTION ÉLARGIE

95Nous avons vu dans le modèle 1 que la notion de traduction pouvait être utilisée pour expliquer la mise en relation, voire en équivalence, d’énoncés observationnels et théoriques. Le modèle 4 développe cette notion au-delà de la seule sphère des énoncés. La traduction réfère à l’ensemble des opérations par lesquelles des énoncés sont mis en relation non seulement les uns avec les autres (modèle 1), mais également avec des éléments matériels (des substances, des instruments techniques), des compétences incorporées dans des êtres humains, des procédures ou des règles. Chacun de ces éléments permet aux autres de fonctionner, et chacun tire en partie sa signification et sa portée des relations qu’il entretient avec les autres. Les énoncés considérés sont évidemment ceux du modèle 1, mais ils incluent également l’ensemble des textes qui circulent dans les laboratoires, qu’il s’agisse de brevets, de projet de recherche, d’appels d’offres, etc. La notion d’énoncé est d’ailleurs trop restrictive car l’énoncé n’est qu’un cas particulier d’inscription.

96La notion de traduction conduit à celle de réseaux de traduction, qui désigne à la fois un processus (celui des traductions qui s’enchevêtrent) et un résultat (celui toujours provisoire des équivalences réussies) : les réseaux de traduction sont des assemblages hétérogènes, également appelés réseaux sociotechniques.

97Ce modèle cherche à expliquer la prolifération des énoncés scientifiques et leur sphère de circulation grandissante. Pour finir, il en appelle à une reformulation approfondie de la relation sociale.

NATURE DE LA PRODUCTION SCIENTIFIQUE

Fabriquer des énoncés

98Comme le modèle 1, le modèle de la traduction élargie suppose que l’objectif primordial de l’activité scientifique est de produire des énoncés. Mais, comme le modèle 3, il met l’accent sur le processus de production et sur le rôle dans ce processus des éléments non propositionnels.

99Prenons les deux énoncés suivants : (a) « La structure de l’ADN est celle d’une double hélice » ; (b) « La façade, élevée de trois étages et surmontée de mansardes, est bâtie en moellons, et badigeonnée avec cette couleur jaune qui donne un caractère ignoble à presque toutes les maisons de Paris. » La différence entre les énoncés (a) et (b) ne réside pas dans les énoncés eux-mêmes, mais dans la possibilité pour un lecteur incrédule et persévérant de remonter la chaîne des éléments qui assure que l’énoncé fait référence à des entités dont l’existence est montrable ou démontrable, par exemple par le truchement des traces qu’elles ont indiscutablement laissées dans leur sillage.

100Dans le cas de l’énoncé (a), le lecteur peut, s’il le désire, se rendre dans un laboratoire où ont été réalisées des expériences dont les résultats interprétés à la lumière d’autres énoncés déjà admis soutiennent l’idée de la double hélice. Ces résultats sont composés, au moins en partie, par des traces déposées sur un papier ou sur un écran par les différents instruments qui ont été utilisés. On ne passe pas d’un énoncé à un autre (par exemple d’un énoncé théorique à un énoncé observationnel), comme on passe d’une ligne à une autre d’un modèle ou d’une démonstration, mais en voyageant, au sens propre du terme, à travers des mondes qui, au fur et à mesure qu’on se rapproche du terme du voyage, sont de plus en plus encombrés par des dispositifs matériels, des êtres humains, et des piles de papier où se trouvent pêle-mêle des diagrammes, des images retraitées par des ordinateurs, des courbes produites par des spectromètres, etc. Le lecteur de l’énoncé (b), qui souhaiterait retrouver la fameuse pension où vivait le père Goriot, serait irrémédiablement et rapidement condamné à tourner en rond dans un monde fait de papiers et uniquement de papiers, même s’il était contemporain de Balzac, même s’il connaissait par cœur La Comédie humaine, et même s’il avait accès aux manuscrits de l’auteur.

  • 27 [Latour, 1987] ; [Latour et Woolgar, 1979]

101La notion de chaîne de traduction a été conçue pour marquer cette différence : ce qui permet de se transporter dans le laboratoire, ce qui permet le déplacement quasi-physique d’un monde de papier vers un monde matériel (incluant évidemment des textes), ce sont les inscriptions qui circulent de l’un à l’autre. Elles rendent présentes dans les énoncés finals les traces qui ont été produites, grâce à des instruments habilement conçus, par des entités auxquelles il devient possible de faire référence et à qui il est plausible d’imputer une existence réelle. La notion d’inscription circulante, proposée par Latour et Woolgar27, permet d’éviter les trop fortes discontinuités introduites par les seuls énoncés, discontinuité entre le monde des instruments et celui du discours, entre l’univers des énoncés observationnels et celui des énoncés théoriques. Elle inclut les représentations graphiques, les carnets de laboratoire, les tables de données, les rapports, les articles savants, et les livres de vulgarisation…, bref tout ce qui rend réalistes et d’une certaine manière moins héroïques les traductions postulées par le modèle 1. La notion d’inscription confirme l’importance de l’écrit tout en attirant l’attention sur sa diversité. Des traces ou marques au diagramme qui les résume, de la table au graphique qui lui donne une forme traitable par l’analyse fonctionnelle, du graphique à l’énoncé et de l’énoncé à l’énoncé, il s’agit à chaque fois d’une traduction. Le modèle 4 découvre sous les traductions du modèle 1 une série foisonnante de micro-traductions qui font avancer pas à pas le chercheur vers son analyse finale. À la transcendance d’une nature muette dont on essaye de recueillir le message, se substitue une chaîne de micro-transcendances plus humbles, chacune préparant la suivante et participant au travail d’articulation en quoi consiste la production scientifique.

Exemple stylisé de chaîne de traduction :
—> instrument —> marques (produites par l’instrument) —> diagrammes —> tableaux —> courbes —> énoncés observationnels 1 —> énoncés théorico-observationnels 2 —> énoncés théoriques 3 —> etc.

  • 28 « L’examen, qui place les individus dans un champ de surveillance, les situe également dans un cha (...)
  • 29 Pour une analyse détaillée de la variété des dispositifs de traduction en physique et en biologie (...)

102On peut par certains aspects assimiler la science à une vaste entreprise d’écritures, ou plutôt à un dispositif conçu pour faire écrire, par inscriptions interposées, des entités qu’il devient alors possible de qualifier, de décrire et sur lesquelles ou avec lesquelles on peut envisager d’agir. Foucault, dans un travail pionnier [Foucault, 1975], analyse par exemple l’hôpital comme un dispositif qui place l’individu dans un « réseau d’écritures28 » et montre l’importance des traductions dans la constitution simultanée du savoir et de l’objet du savoir. De nombreux autres sites peuvent être analysés dans les mêmes termes. Les dispositifs à mettre en place varient selon les entités à traduire : l’expérience montre et apprend qu’un quark, un corps souffrant, un gène défaillant, un groupe social humilié ou une strate géologique et ses fossiles n’acceptent d’écrire que s’ils sont pris dans des arrangements qui leur sont adaptés29.

  • 30 [Amann et Knorr-Cetina, 1988a, b] ; [Lynch, et al., 1983] ; [Pinch, 1985b]
  • 31 Voir chapitre 6 de [Fujimura, 1996]

103La constitution des chaînes de traduction et leur interprétation (comment passer d’une inscription à un énoncé puis d’un énoncé à un autre énoncé etc.) demande des compétences incorporées à la fois dans des êtres humains et/ou dans des artefacts techniques (et notamment dans des instruments). Sans eux, la manufacture du savoir [Knorr, 1981] serait improductive. Les interactions entre ces différents éléments peuvent être observées dans la conception des expériences [Hacking, 1983], dans l’interprétation des inscriptions30, dans les conversations entre scientifiques ou entre scientifiques et techniciens, et dans l’écriture ou la réécriture des articles ou des rapports [Myers, 1990]. Toutes ces interactions peuvent être analysées comme des traductions, puisqu’elles contribuent à la constitution des chaînes de traduction et à travers elles à la production des énoncés. Pour décrire ce processus complexe, Law a proposé l’expression d’ingénierie hétérogène [Law, 1986b]. Des travaux ethnographiques nombreux ont permis de décrire ce processus dans différentes disciplines. Des méthodes graphiques comme celles développées par Fujimura31 ou Gooding [Gooding, 1992] ont été inventées pour faciliter leur description.

Faire sortir les énoncés hors des laboratoires

104L’activité scientifique ne s’arrête pas avec la fabrication d’énoncés ; elle se poursuit avec leur mise en circulation hors du laboratoire.

105Des biochimistes qui étudient l’absorption sélective d’un polymère par certains organes du corps humain ne se contentent pas de traduire les phénomènes qu’ils observent [Law, 1986a]. Ils opèrent, simultanément, une seconde traduction : ces polymères, selon eux, sont utilisables comme vecteurs pour transporter jusqu’à leur cible désignée des molécules anticancéreuses. Un énoncé supplémentaire est ajouté à la chaîne de traduction telle que nous l’avons décrite dans la section précédente. Le polymère est doté de propriétés biologiques (il est absorbé par le foie), mais il possède également des propriétés sociopolitiques qui en font une arme précieuse dans la lutte que les autorités sanitaires mènent contre le cancer. Si cette seconde traduction réussit, les chercheurs, qui sont déjà en position de parler au nom du polymère et de ses capacités d’action, se trouvent des alliés de poids (les pouvoirs publics et les entreprises pharmaceutiques) qui vont contribuer à la circulation des énoncés et des entités (les polymères) qu’ils traduisent. Le polymère qui était une obscure substance étudiée par une poignée de biochimistes peu connus, devient une juteuse affaire boursière et se met à sillonner la planète d’est en ouest et du nord au sud.

106Tout énoncé scientifique est ainsi pris dans des chaînes de traduction qui mettent en relation des entités dont certaines sont explorées à l’intérieur du laboratoire et d’autres à l’extérieur du laboratoire : pour faire court, des non humains et des humains. Ces traductions internes ou externes sont programmatiques. Leur réussite n’est jamais assurée. Elle passe par la mise en place de dispositifs qui les rendent robustes et capables de résister à d’éventuelles contre-traductions. Dans ce cas, il faut non seulement que les biochimistes parviennent à établir (par inscriptions interposées) la sélectivité de l’absorption, il faut également qu’ils confirment l’intérêt des firmes pour les polymères et la capacité des polymères à maintenir leurs propriétés dans un corps malade, sans produire d’effets secondaires : ceci passe notamment par de coûteux essais cliniques à l’issue incertaine.

107Ces traductions que, par commodité, j’ai qualifiées d’internes et d’externes, ne sont pas de nature différente : il n’est ni plus aisé ni plus difficile de parler au nom d’une entreprise, d’une politique de santé publique, qu’au nom d’un polymère ou d’un organe ; dans les deux cas, il s’agit d’établir qui sont les acteurs, ce qu’ils sont capables de faire et ce qu’ils désirent faire [Callon, 1981b]. De plus comme l’exemple précédent le montre, il serait faux de distinguer entre d’un côté le contexte social de l’énoncé (les firmes et le cancer) et de l’autre côté le contenu de l’énoncé (les polymères auxquels il réfère). Ce que la notion de traduction élargie met en relief c’est que l’énoncé propose une double référence (au polymère et à la lutte contre le cancer). C’est lui qui fabrique le lien et associe le destin d’une molécule à celui de malades, à travers une chaîne de traduction longue et compliquée. Pourquoi, dans ces conditions, parler de contexte et de contenu ? Pourquoi vouloir maintenir à tout prix la séparation entre la société et la nature, alors que le laboratoire se libère de cette séparation en proposant constamment des associations nouvelles entre des entités inattendues. Là où l’analyste s’efforçait de découvrir la présence ou l’absence de relations entre un contexte social et des contenus scientifiques, s’étend un nouvel espace, qu’il reste à explorer, celui où se développent les réseaux de traduction.

108Chaque traduction nouvelle résulte d’investigations, d’interprétations, d’interactions, de choix qui ne peuvent être abstraits des circonstances particulières dans lesquelles ils prennent place et qui interdisent toute vision étroitement déterministe. Le même polymère aurait pu conduire à des traductions et à des alliances différentes ; il aurait pu dessiner d’autres configurations. Ce polymère là, qui prend forme dans un laboratoire anglais, tout à la fois capable d’envahir certains organes et d’être mobilisé dans la lutte conte le cancer, constitue un événement tout comme l’arrivée sur le marché de nouveaux traitements et l’engagement de firmes dans leur commercialisation.

Réseaux de traduction

109Un réseau de traduction constitue le résultat provisoire et souvent instable d’une série d’opérations de traduction qui ont abouti simultanément à l’élaboration d’énoncés et à leur mise en circulation. Ils associent des éléments hétérogènes qui ont été liés les uns aux autres pour former un tissu d’équivalences et dans lesquels on trouve des inscriptions (et en particulier des énoncés), des dispositifs techniques, des acteurs humains (chercheurs, techniciens, industriels, politiciens) et des organisations (entreprises, associations caritatives, agences publiques) en interaction les uns avec les autres. La longueur de ces réseaux ainsi que leur structure varient d’un cas à un autre. Certains, qui ne vont guère au-delà de l’univers des laboratoires et des communautés de spécialistes, ne communiquent avec l’extérieur que de manière épisodique par exemple à l’occasion d’activités de formation ou de vulgarisation. D’autres, qui semblent également confinés, communiquent abondamment avec l’extérieur par le truchement de dispositifs matériels (comme des instruments ou des échantillons purifiés) qu’ils conçoivent et mettent à la disposition de larges communautés d’utilisateurs : Wise, par exemple, décrit comment les machines agissent comme des médiateurs durables entre l’ingénierie, l’industrie et les intérêts ésotériques de domaines particuliers de la recherche [Wise, 1988, Wise et Smith, 1988]. D’autres se déploient largement et s’étendent loin de leur lieu d’origine : chercheurs, techniciens, énoncés, instruments et matériaux sont engagés dans de larges espaces de circulation. Dans tous les cas, on peut dire de l’activité scientifique qu’elle établit des réseaux de traduction, dont la morphologie, l’ethnographie, et la dynamique restent en grande partie à faire.

L’inversion des traductions

110Lorsqu’un réseau est établi, les scientifiques ne parlent pas seulement au nom des électrons ou de l’ADN, qu’ils traduisent dans leurs laboratoires, mais aussi au nom des innombrables acteurs extérieurs qu’ils ont intéressés. Les biochimistes mentionnés précédemment se constituent, on l’a vu, en porte-parole des polymères, des firmes, de la politique de santé publique et des aspirations des malades eux-mêmes pour proposer un monde dans lequel le sort de chacune de ces entités est lié à celui des autres.

111Une chaîne de traductions peut être assimilée à une chaîne de représentations.

112Dans le fameux dispositif imaginé par Galilée pour traduire l’effet de la pesanteur sur la chute d’un corps, les représentations se succèdent : la clepsydre représente le temps en le traduisant sous la forme de volumes d’eau écoulée, l’inclinaison du plan représente les différences de hauteur de chute (en traduisant les variations de distance parcourue en variations angulaires), le tableau qui fait correspondre temps et distance représente la course de la boule en la traduisant sous la forme d’une double série de nombres, la courbe représente le tableau qu’elle traduit sous la forme d’un graphique et la formule mathématique, qui donne la loi de la chute des corps, représente la courbe en la traduisant sous une forme algébrique qui est celle de la parabole. La loi et sa formule sont le point d’aboutissement d’une chaîne de traduction, qui peut également s’analyser comme une cascade de représentations successives, emboîtées les unes dans les autres, et qui font passer de la chute d’une boule à une formule mathématique. La formule est une re-présentation de rang quatre ou cinq, comme l’on parle de degrés de représentation dans une élection (les sénateurs sont désignés par des élections au second degré.) Ceci conduit Star à proposer la notion de (re-)n présentation [Star, Susan Leigh et Griesemer, 1989] pour désigner la cascade de représentations qui va permettre à un scientifique (dans ce cas Galilée) de parler au nom de la nature (dans ce cas, en énonçant une loi qui représente ce que fait la pesanteur sur un corps qui chute).

113Ce travail de (re-)n présentation vaut également pour les chaînes de traduction qui sortent du laboratoire. Les biochimistes dans leur laboratoire (re-)n présentent les polymères mais également la chimiothérapie et la lutte contre le cancer. La force particulière du scientifique est qu’il est capable de cumuler les deux types de (re-)n présentation et d’être porte-parole à la fois de la nature et de la société.

114Cette analyse jette une lumière nouvelle sur le problème standard de la référence. L’énoncé qui donne la formule de la chute des corps est le dernier maillon d’une chaîne de (re-)n présentation. Il ne représente pas une réalité qui serait extérieure à lui ; il est simplement un point d’aboutissement, un point d’arrêt dans un réseau continu de traductions-représentations. La cascade des (re-)n présentations assure la circulation de l’entité représentée le long de la chaîne de traduction : cette entité se retrouve, sous une forme chaque fois différente, à chaque étape de la traduction, comme l’électeur se retrouve, sous une forme chaque fois différente, à chaque degré de l’élection. D’équivalence en équivalence, d’écart en écart, quelque chose circule le long de la chaîne qui assure que la formule représente la loi de la chute des corps. Mais ce n’est que lorsque l’attention est concentrée sur l’énoncé final et que la chaîne de traductions est mise entre parenthèse qu’on peut parler d’une adéquation de l’énoncé au monde qu’il représente. Quand on ne s’intéresse plus qu’aux représentants et qu’on oublie la logistique de la (re-)n présentation, on réalise une inversion de la traduction : le pulsar, dont le chercheur s’est efforcé de recueillir les traces pour les transformer en un énoncé qui décrit ses propriétés, est alors considéré comme la cause de l’énoncé au lieu d’être analysé comme ce qui circule dans la chaîne de traduction [Latour et Woolgar, 1979] [Woolgar, 1988]. L’inversion de la traduction s’applique à tous les éléments traduits, qu’ils soient humains ou non humains. Elle contribue à accréditer l’hypothèse d’un monde dans lequel chaque entité, que les mots sont chargés de capturer, a son identité et sa place. Les conditions de possibilité de cette inversion, qui crée tant de problèmes logiques et ontologiques, est aisée à comprendre lorsqu’on accepte de voir dans la référence un cas particulier de la (re-)n présentation.

Acteurs

  • 32 Sur cette notion empruntée à la sémiotique, voir [Latour, 1984, 1987]

115Le modèle de la traduction élargie substitue à la notion d’acteur celle d’actant32. La notion d’actant désigne toute entité dotée de la capacité d’agir, c’est-à-dire de produire des différences au sein d’une situation donnée, et qui exerce cette capacité. Cette attribution peut être produite par un énoncé : l’énoncé « la somatostatine inhibe la libération de l’hormone de croissance » attribue à l’actant somatostatine la capacité d’inhiber l’hormone de croissance, c’est-à-dire de modifier un mode de fonctionnement de l’organisme ; elle peut être produite par un artefact technique : un chromatographe fournit aux gaz la capacité et l’occasion de se diffuser dans une colonne comportant des éléments qui ont été conçus pour faire obstacle à sa progression. Dans le cas de la science, la production de nouveaux actants tient, comme on l’a vu, à une intense activité d’élaboration d’énoncés et de mise en œuvre de dispositifs expérimentaux. Elle implique également l’intervention active d’êtres humains spécialisés qui inspectent les traces livrées par les instruments qu’ils ont conçus et les incorporent dans des chaînes de traduction.

116La notion d’actant est particulièrement importante dans l’étude de l’activité scientifique. Celle-ci a en effet pour principale propriété de modifier en permanence la liste des entités qui composent le monde naturel et social. Des laboratoires sortent quarks, enzymes ou protéines qui sont autant d’actants nouveaux qui n’existaient pas encore sous cette forme et avec ces compétences. Dans les laboratoires se construisent également des groupes sociaux intéressés aux productions de la science. Avant la lettre qu’Einstein, dûment mandaté par ses collègues, expédie à Roosevelt, les hommes politiques ne pouvaient pas vouloir la bombe atomique ; après cette lettre, ils la désirent de toutes leurs forces. L’actant : Roosevelt-qui-veut-la-bombe-atomique afin de combattre les forces qui menacent le monde libre ne sort pas moins du laboratoire que la somatostatine-qui-inhibe-l’hormone-de-croissance. La notion d’actant est suffisamment souple et accueillante pour rendre compte de la prolifération des entités qui contribuent toutes à la production scientifique : l’électron comme le chromatographe, le stylet de la machine d’Atwood comme la force de la pesanteur, le président des États-Unis comme Einstein l’intermédiaire ou Fermi le physicien avec ses assistants, la Ligue contre le cancer comme le fabricant de microscope électronique.

117La liste et la définition des actants, qui résultent des traductions présentées dans la section précédente, sont variables dans le temps et donnent fréquemment lieu à des controverses. Le jour où l’on affirme dans un autre laboratoire que la somatostatine existe également dans le pancréas et n’inhibe pas l’hormone de croissance mais la production d’insuline, alors la somatostatine change de définition : en même temps que l’énoncé, se transforme l’identité de l’actant somatostatine, même s’il conserve le même nom. Il en est de même pour Roosevelt, s’il est convaincu de l’irréalisme du projet Manhattan. Tout actant peut résister aux définitions qu’on veut lui imposer, agir différemment et par conséquent devenir…différent. De ces actants, on peut dire que leur identité dépend de l’état du réseau considéré et des traductions en cours, c’est-à-dire de l’histoire à laquelle ils participent : la société et la nature sont aussi changeantes, évolutives que les réseaux qui les élaborent. L’existence, conçue comme la liste des actions imputées à une entité dans une situation d’épreuve, précède l’essence. Celle-ci est à géométrie variable : elle a une histoire et elle peut être aussi multiple que les traductions qui en sont proposées, sachant que n’importe quelle traduction n’est évidemment pas possible ! On comprend pourquoi le modèle refuse les grands partages, comme celui entre nature et société ou celui entre humains et non humains (même s’il utilise fréquemment ces distinctions pour souligner leur caractère négociable !). Il ne remet pas en cause l’existence de différences ; au contraire il les laisse se multiplier et il permet à l’observateur de les enregistrer toutes et de suivre leurs fluctuations. C’est pourquoi, à condition d’être agnostique, l’analyse de la science est un merveilleux laboratoire pour les sciences humaines qui y découvrent le lien social en formation.

Dynamique

118Le modèle de la traduction généralisée fournit une définition large de l’action. Un actant peut être une firme pharmaceutique qui cherche à développer des médicaments anti-cancéreux, un parti politique qui veut doter son pays de missiles de croisière, un technicien qui bricole un spectromètre de masse, un chercheur qui interprète des tableaux de données, un électron qui interagit avec un flux de protons. Tous ces actants sont mis en scène, mobilisés dans des énoncés, des instruments ou des compétences incorporées. Leur liste et leur définition constituent un des résultats des opérations de traduction. Toute nouvelle traduction peut contribuer à modifier, à transformer, à contredire ou au contraire à renforcer les traductions antérieures c’est-à-dire à modifier ou à stabiliser l’univers des actants. Traduire c’est décrire, organiser tout un monde peuplé d’entités (actants) dont les identités et les interactions sont par là même définies ainsi que la nature de leurs interactions. Dans ce modèle, la notion d’action disparaît au profit de celle de traduction.

119Comment dans ces conditions imaginer une force simple et facile à identifier, à laquelle on puisse imputer le ressort de la dynamique de la science ?

120Sur ce point, le modèle de la traduction est très proche du modèle socioculturel. Toute traduction d’un dispositif dans une inscription, d’une inscription dans un énoncé, d’un énoncé dans des compétences incorporées introduit un écart, une trahison. L’équivalence est un résultat exceptionnel, difficile à obtenir, coûteux et fragile. Dans ce modèle, la règle est la divergence des traductions et la prolifération des entités qu’elles engendrent. Le stylet trace une courbe, le technicien dresse des tableaux, le scientifique passe d’un énoncé à un autre, ses compétences s’inscrivent dans un dispositif expérimental qui produit de nouvelles traces… Chaque traduction nouvelle produit un écart par rapport aux traductions antérieures qu’elle menace. L’hypothèse du modèle de la traduction est simple : le monde est peuplé d’actants, qui ont été construits par les traductions antérieures et qui sont eux-mêmes engagés dans des traductions nouvelles qui accroissent les risques et les occasions de divergence. Chacun de ces actants, confrontés à des événements inédits, dévie de manière imprévisible, s’écarte de sa trajectoire, recompose au moins partiellement son monde. Si l’existence précède l’essence, on pourrait dire qu’exister c’est dévier, circuler, traduire, agir et donc fabriquer des différences. La traduction n’a pas à être expliquée, elle est le mode même de l’existence. Ce que l’entreprise scientifique apporte, c’est le projet inouï, et jamais complètement réussi, de multiplier les entités en leur fournissant la possibilité inédite pour elle d’exister, tout en s’efforçant de cadrer leurs existences, de les rendre prévisibles et contrôlables, en un mot de participer à l’instauration d’un monde toujours plus complexe, différencié, multiple, mais…ordonné. Mais ce monde n’en finit pas de déborder.

121Ce que le modèle 4 ne décrit pas encore de manière satisfaisante c’est l’ensemble des conditions qui stimulent la dynamique de ces traductions ; des éléments de réponse existent néanmoins dans l’analyse de la dynamique d’ensemble des réseaux sociotechniques (voir plus bas).

Accord

122Le modèle de la traduction généralisée lie les notions de controverses et d’accords à celles plus générales d’alignement ou de dispersion des réseaux sociotechniques.

123Parler de consensus comme dans le modèle 1 et 2, ou de clôture de controverses comme dans le modèle 3, c’est accorder un privilège à la dimension discursive de la science. Par antithèse, le modèle de la traduction attribue une grande importance à la face matérielle, et par conséquent moins visible, des débats c’est-à-dire à tout ce qui n’est pas discuté mais dont la présence permet au dialogue de se nouer. Toute controverse, même la plus violente et la plus irréductible, suppose un accord tacite sur l’essentiel. Collins lui-même le montre bien dans son étude des ondes gravitationnelles. La discussion entre Weber et ses collègues, l’échange d’arguments et de contre-arguments, seraient impossibles sans un accord plus profond sur les théories einsteiniennes, sur les capacités des ordinateurs, sur les outils mathématiques ou sur les couples de torsion…Pour qu’un désaccord se manifeste sur l’interprétation d’un enregistrement, il faut que soit présente, active mais invisible, toute une infrastructure de compétences incorporées, d’artefacts techniques connus et acceptés. Son existence permet la discussion entre des protagonistes qui se comprennent même s’ils ne sont pas d’accord. Dans le modèle 4 la signification d’un énoncé, c’est-à-dire la possibilité pour cet énoncé d’être repris ou discuté, lui est donnée par les chaînes de traduction dont il ne constitue que la pointe extrême. L’explication de la force d’un énoncé, c’est-à-dire de sa capacité à convaincre et à s’imposer dans une controverse, va de pair avec l’explication de sa signification. Celle-ci tient aux chaînes de traduction et aux références qu’elles construisent, celle-là est mesurée par la robustesse de ces chaînes et plus particulièrement par la morphologie des réseaux qu’elles composent. Un énoncé isolé n’a pas plus de force qu’il n’a de sens.

124Plus le réseau comporte d’éléments différenciés traduits les uns dans les autres, plus ces relations s’enchevêtrent, plus elles sont redondantes et plus les chaînes de traduction deviennent robustes et stables, car toute contestation locale se trouve rapidement confrontée à un réseau dense d’équivalences qui se soutiennent mutuellement. Le réseau de traduction, l’hétérogénéité de ses constituants (dispositifs techniques, énoncés, inscriptions, compétences incorporées, groupes sociaux extérieurs au laboratoire), expliquent la robustesse éventuelle des arguments.

  • 33 Voir également [Ackermann, 1985]. Chacun de ces trois groupes comprend cinq items différents. Nous (...)

125Les travaux de Pickering ou de Hacking, principalement centrés sur les traductions réalisées au sein des laboratoires, développent à ce sujet des perspectives intéressantes. Pickering distingue trois catégories d’éléments : les modèles de phénomènes, les procédures expérimentales et les modèles interprétatifs. Les chaînes de traduction sont stabilisées lorsque ces trois sous-ensembles sont rendus cohérents, c’est-à-dire lorsque « le modèle d’interprétation établit une traduction sans heurt entre la procédure expérimentale et l’un des deux modèles phénoménaux qui sont en compétition » [Pickering, 1990]. C’est l’association des éléments et les traductions qui les font converger – ce que Pickering nomme la « mangle of practice » [Pickering, 1993] – qui mènent à la robustesse et à la stabilité. Hacking s’intéresse à la manière dont « les sciences de laboratoire tendent à produire une sorte de structure auto-justificative qui leur permet de rester stables » [Hacking, 1992]. Ceci le conduit à explorer les interactions entre une série d’éléments hétérogènes qui se renforcent les uns les autres – éléments qu’il regroupe dans trois grandes familles : les idées, les choses et les marques/inscriptions33.

126La robustesse des réseaux dépend de l’alignement et de l’entrelacement des traductions créées dans les laboratoires. Mais elle s’étend bien au-delà. Fujimura, par exemple, souligne la multiplicité des liens qui contribuent à créer de longs réseaux robustes [Fujimura, 1992]. Comme le résume élégamment Pickering [Pickering, 1992] :

Ses exemples incluent les cellules qui circulent entre la salle d’opération et les chercheurs engagés dans la recherche clinique ou dans la recherche biologique, les techniques de l’ADN recombiné qui circulent entre les différents laboratoires qui constituent les divers champs de la pratique technique, les bases de données informatisées qui transportent les découvertes d’un monde social dans l’autre… et la théorie oncogène qui sert à organiser les relations conceptuelles, sociales et matérielles entre tous les mondes sociaux impliqués. (p. 13)

127Ceci conduit le modèle de la traduction à proposer une définition locale de l’universel. Les énoncés, les dispositifs expérimentaux et les savoir-faire incorporés ne sortent jamais des réseaux de traduction qu’ils composent et dans lesquels ils circulent, puisqu’ils en forment la matière. L’universalité de la science est une universalité en réseau.

Organisation sociale

128Dans le modèle de la traduction élargie, l’organisation est considérée sous deux perspectives différentes : soit du point de vue de la dynamique globale des réseaux soit du point de vue de leur gestion.

129L’établissement et le développement des réseaux dépendent d’un ensemble de conditions qui peuvent faciliter ou au contraire entraver le déploiement des traductions, que celles-ci s’engagent sur le front de la nature ou sur celui de la société.

130Certaines traductions et les dispositifs dans lesquels elles s’inscrivent peuvent déclencher dans une société donnée des oppositions qu’elles n’ont pas la force de surmonter. Va-t-on accepter n’importe quel dispositif d’enregistrement pour faire écrire un embryon ? Va-t-on admettre de faire souffrir un être humain pour étudier les limites de sa résistance ? Va-t-on décider de lancer des recherches pour développer des armes bactériologiques réclamées avec insistance par certains généraux au nom du réalisme politique ? Certaines réponses sont parfois considérées comme illégitimes. Les limites, en principe toujours révisables, s’incarnent dans des protestations, des normes, des règlements voire des dispositifs techniques qui restreignent le champ des traductions tolérées. D’autres obstacles à la prolifération des traductions tiennent aux dispositions, plus ou moins explicites, qui définissent l’espace de circulation des énoncés, des instruments et des compétences incorporées. Des règles de confidentialité peuvent faire obstacle à l’extension des réseaux, cependant que des droits d’exclusivité sur certains résultats peuvent limiter les possibilités de mise en relation et de transfert, comme dans le cas de brevets qui pourraient protéger l’identification des gènes humains. De ce point de vue, l’attribution des droits de propriété joue un rôle essentiel [Cambrosio, et al., 1990a]. De manière encore plus générale, la dynamique des réseaux peut-être encouragée ou au contraire freinée par des règles ou des procédures qui favorisent ou entravent les traductions envisageables en agissant sur des variables comme : l’accès au statut de chercheur, l’ouverture de la définition des programmes de recherche à des parties prenantes extérieures au monde scientifique proprement dit (par exemple par le biais de l’évaluation sociale des technologies), le contrôle de la diffusion et de l’utilisation de certains matériaux, techniques ou dispositifs expérimentaux (par exemple, les cellules souches embryonnaires).

  • 34 Qui sont encore en nombre réduit : [Cambrosio et Keating, 1992] ; [Cambrosio, et al., 1990a] ; [Kn (...)

131Le modèle s’intéresse également à la gestion interne des réseaux et des formes organisationnelles dans lesquelles ils s’incarnent. L’extension des réseaux et la diversité de leurs traductions signifient que l’organisation de l’interaction entre leurs éléments hétérogènes est une question stratégique importante. De nouveaux outils analytiques sont nécessaires pour étudier la distribution et les liens entre les instruments, les énoncés, les compétences incorporées et, plus généralement, tous les actants mobilisés. Ce sont à la fois les contenus et les modes de circulation de ce qui est produit qui dépendent de la dynamique de ces interactions. Quelques études récentes34 mettent en lumière la variété des configurations et soulignent l’importance croissante des réseaux de laboratoires qui sont liés avec les entreprises, les agences étatiques ou les hôpitaux. L’étude de leur organisation est particulièrement importante pour le modèle de la traduction élargie qui, aux formes habituelles de coordination (marché, hiérarchie ou confiance), ajoute la coordination par les dispositifs techniques.

La dynamique d’ensemble

132Pour décrire la dynamique d’ensemble à laquelle contribue le développement scientifique, le modèle 4 part de la notion de réseau de traduction. Les réseaux de traduction, parce qu’ils sont des réseaux, rendent inutile l’habituelle distinction entre macro-structures et micro-structures. Mais surtout parce qu’ils déploient des traductions qui traversent aussi bien les contenus scientifiques que les contextes sociaux, ils remettent en cause l’opposition entre nature et société.

  • 35 [Callon, 1991] [Callon, 1992b] ; [Callon, et al., 1986] ; [Callon, 1986] ; [Callon, 1989] ; [Latou (...)

133La distinction entre société et nature a été imaginée pour établir une frontière infranchissable entre les êtres humains et les autres entités constituant le cosmos. Elle postule une radicale différence entre des êtres dont les comportements obéissent à des lois qui les dépassent et un monde d’acteurs humains capables d’imagination, d’invention et d’expression. Les réseaux de traduction ne se laissent pas enfermer dans ce genre de division. Ils font surgir en permanence de nouvelles entités et tissent inlassablement entre elles des liens qui contribuent à faire émerger des configurations hybrides, des socio-natures habitées par une gamme d’actants dont les compétences et les identités varient en même temps que les traductions qui les transforment. L’histoire de la science est indissociable de celle de ces socio-natures, qui sont aussi variées et se présentent sous autant de formes différentes que les réseaux qui les abritent. Parler de la dynamique d’ensemble à laquelle contribuent les sciences, c’est évoquer celles des socio-natures dont elles sont parties prenantes. C’est par conséquent mettre au centre de l’analyse la dynamique des réseaux sociotechniques. Les concepts et les outils de l’analyse des réseaux, qui permet par ailleurs de se libérer de l’opposition entre micro-structure et macro-structure, s’appliquent de plein droit pour analyser cette dynamique. Trois notions méritent d’être mises en avant : celles d’irréversibilité, d’extension et de variété35.

134Un réseau devient irréversible à proportion que les traductions qu’il déploie augmentent leur degré de consolidation et de robustesse, rendant les traductions suivantes prévisibles et inévitables. Dans ces circonstances, les compétences incorporées, les dispositifs expérimentaux et les systèmes d’énoncés deviennent de plus en plus interdépendants et complémentaires. L’apprentissage collectif gagne en intensité et en extension, assurant l’accumulation des savoirs et des savoir-faire. Le développement finit par suivre un chemin sociotechnique parfaitement déterminé qui réduit progressivement la marge de manœuvre des actants impliqués. L’irréversibilité d’un réseau n’est jamais totale ni définitive. Comme on l’a vu plus haut, pas de traductions sans écarts, sans trahisons. Tout réseau, quel que soit son degré d’alignement et de disciplinarisation des entités qui le composent, est parsemé de germes de différenciations incontrôlables et d’espaces d’abord limités où peuvent se reconstruire des traductions divergentes.

135Un réseau de traduction s’allonge dans la mesure où il engage un nombre croissant d’actants divers. Ceux-ci peuvent être enrôlés à l’intérieur des laboratoires ou être recrutés à l’extérieur. La seule chose qui compte ici, c’est le nombre d’entités qui sont associées les unes aux autres. L’extension d’un réseau s’accompagne de la mise en « boîte noire » de certains sous-réseaux, particulièrement denses, qui le composent : des chaînes entières de traduction sont rassemblées, résumées, compactées dans des énoncés, des dispositifs techniques, des substances techniques ou des compétences incorporées qui ne sont plus discutés et qui agissent de manière quasi-machinale. Un sous-ensemble de chaînes d’équivalence a été stabilisé une bonne fois pour toutes : on place des fragments d’ADN dans un robot séquenceur qui crache des suites de bases automatiquement reconnues et cartographiées ; on utilise des formules et des codes de calcul sans s’interroger sur les raisons de leur validité. Ce processus de mise en boîte noire, qui simplifie les réseaux au fur et à mesure qu’ils s’allongent et qui leur permet de fonctionner de manière efficace en débit de leur extension, se trouve au cœur de la dynamique scientifique [Latour, 1987] : des réseaux entiers, à certains moments de leur développement, peuvent être ainsi ponctualisés sous la forme d’un nouvel actant qui sert de point de départ fiable et commode pour de nouvelles traductions. La mise en boîte noire assure la continuité des stratégies de production des connaissances, puisqu’elle fait peser de tout leur poids les traductions passées dans l’économie des traductions à venir et elle rend possible l’accumulation. La science passive agit silencieusement sous forme d’énoncés, de compétences incorporées, d’instruments qui ont été mis en boîtes noires et sur lesquels il n’est plus besoin de revenir.

  • 36 Un énoncé peut être un objet frontière. Un exemple bien connu est celui de l’équation de Lorentz q (...)

136Un réseau de traduction crée sa propre cohérence. Là où il y a divers réseaux déconnectés ou faiblement connectés, coexistent de nombreuses traductions potentiellement divergentes. Inversement, lorsque les réseaux sont si fortement interconnectés qu’ils finissent par former un système, le niveau de diversité est bas et le degré de convergence des traductions est élevé. Deux éléments sont particulièrement importants pour expliquer le maintien d’un certain degré de diversité. Premièrement, certains acteurs (par exemple les autorités étatiques) encouragent la prolifération des réseaux de traduction et par conséquent le maintien de la diversité. Deuxièmement, l’existence d’objets frontières [Star, Griesemer, 1989] ou de médiateurs [Wise, 1988] peut permettre à des réseaux de traduction différents de coexister pacifiquement et d’éviter des affrontements qui pourraient conduire à l’élimination pure et simple de certains d’entre eux. Ces objets-frontières et ces médiateurs servent de liens entre des réseaux de traduction distincts, qui se connectent alors les uns aux autres sans aller nécessairement jusqu’à la fusion. Ils sont suffisamment ambigus (polysémiques dans le cas de notions et d’énoncés, multifonctionnels dans le cas de dispositifs techniques, complexes dans le cas de compétences incorporées36) pour servir de points de départ à différentes chaînes de traduction auxquelles ils servent de portes d’entrée. Parfois les faibles liens formés par les objets – frontières peuvent se renforcer et aboutir à une quasi-intégration : les connexions se multiplient et les mêmes énoncés, compétences et dispositifs techniques circulent librement entre les différents points du nouveau réseau.

CONCLUSION

137Les modèles présentés nous ont permis de regrouper, en quatre unités cohérentes, des travaux qui sont éparpillés entre différentes disciplines. L’argument consiste à dire que pour comprendre la dynamique de la science et sa croissance, il faut explorer à la fois ses contenus et son organisation, ses composantes cognitives et ses composantes sociales. La manière dont chaque modèle accorde la priorité à certaines questions et à différentes formulations de ces questions explique la diversité des réponses apportées.

138Il convient de remarquer que ces modèles ne rendent pas compte de certains développements très prometteurs. Par exemple, les analyses encore isolées consacrées aux sciences sociales n’ont pas été mentionnées, alors que l’importance sociale d’une discipline comme l’économie devient croissante. Elles pourraient être intégrées dans le modèle 4 : il faudrait alors montrer comment elles coopèrent (avec les sciences de la vie et de la nature, et également avec les technologies matérielles) à la performation du monde dans lequel nous vivons et des agents humains qui le peuplent. Un autre exemple de travaux stratégiques, et dont il n’a pas été question dans cette présentation, est fourni par les études consacrées au gendre : l’activité scientifique a une dimension virile qui a été souvent notée ; il reste à observer et à imaginer ce que seraient des sciences et des techniques moins marquées par le modèle masculin d’action et de comportement.

139Par ailleurs la présentation adoptée, avec son insistance sur les différences, minimise l’importance des convergences et complémentarités qui existent entre les modèles. Par exemple, les modèles 4 et 1 partagent la notion de traduction. Les modèles 3 et 4 mettent l’accent sur le rôle des instruments et des compétences incorporées dans la dynamique de la science ; ils reconnaissent également l’importance des réseaux – qu’il s’agisse de réseaux sociaux, de réseaux de concepts, ou de réseaux sociotechniques – notamment pour comprendre la construction des accords. Il est certain qu’il existe d’autres points communs. Mais ce qui est plus important, c’est que chaque modèle enrichit le précédent. La nature et l’extension exactes de cet enrichissement constituent une question ouverte. Le lecteur doit comprendre qu’il est difficile pour l’auteur, qui a contribué au développement du modèle 4, de ne pas concevoir ce modèle comme étant plus polyvalent et complet que les autres. Le modèle 4 a été conçu pour apporter des éléments de réponse à ceux qui cherchent à expliquer la robustesse et la vérité des énoncés (il accorde une grande place à la dimension discursive des sciences et aux forme d’intelligibilité qu’elle procure), à ceux qui voient la science comme une entreprise ouverte où la raison est engendrée par la compétition libre entre des projets en concurrence les uns avec les autres, et enfin à ceux qui concentrent leur attention sur le travail des scientifiques et sur les pratiques sociales, culturelles et cognitives qu’ils développent. Il souligne en outre le rôle de l’activité scientifique dans la prolifération d’entités nouvelles que nous devons décider d’accueillir ou non dans les collectifs que nous formons.

140Un des mérites de la présentation adoptée, quel que soit le bien-fondé de la classification proposée, est de faire apparaître, du fait de son caractère systématique et ordonné, des pistes de recherche potentielles mais également de possibles rapprochements disciplinaires.

141Chaque modèle a des points forts et des points faibles. Par exemple, dans le modèle 2, les emprunts faits à l’économie sont limités aux théories les plus générales et, convenons-en, les plus anciennes. Les concepts de l’économie industrielle moderne ne sont pas utilisés. Des notions telles que celles de barrières à l’entrée, de retour sur investissement, de concurrence imparfaite, de stratégies de diversification ou de différenciation enrichiraient certainement l’analyse, surtout si on les combinait avec certaines perspectives ouvertes par la théorie des jeux [Tirole, 1989]. De manière plus générale, l’investigation historique sur l’émergence et l’évolution des institutions scientifiques mérite d’être reprise en détail. Ceux qui travaillent dans le cadre du modèle 1 pourraient souhaiter explorer la manière dont ont évolué les critères d’évaluation de la robustesse et du degré de vérisimilitude des énoncés, et réfléchir plus avant à la notion de référence et aux similitudes et différences entre science et fiction. Les adeptes du modèle 3 pourraient approfondir leur recherche sur l’établissement de l’accord et développer une histoire culturelle des pratiques scientifiques attentive à la construction des frontières entre les sciences et leur environnement social, et notamment entre recherche professionnelle, expertise et expérience profane. Enfin, ceux qui croient à l’avenir du modèle 4 ont actuellement peu de choses à dire sur les formes organisationnelles et procédurales accompagnant ou entravant le déploiement des réseaux de traduction : les rapports entre politique, économie et techno-sciences constituent un terrain qui reste à défricher.

142Il existe encore peu de travaux sur les liens entre d’une part les réseaux de traduction de la science et d’autre part ceux de la technologie [Bijker et Pinch, 1987] et de l’économie. L’exploration de ces liens devrait permettre de comprendre comment les réseaux technoéconomiques parviennent à constituer des espaces où circulent tout à la fois des énoncés, des dispositifs techniques, des biens engagés dans des transactions commerciales, des compétences incorporées, des demandes de consommateurs insatisfaits, de l’argent et des produits financiers. Si une telle recherche était menée, alors un lien théorique solide pourrait être construit avec les disciplines voisines, en particulier avec l’économie du changement technique dont les résultats récents montrent une convergence remarquable avec ceux de la sociologie de la science et de la technologie. Ceci constitue de toute façon une possibilité stimulante.

Notes

1 Traduction Guenièvre Callon. Une première version de ce texte a été publiée en anglais en 1995 : « Four Models for the Dynamics of Science », In Jasanoff, Sheila, Markle, Gerard E., Peterson, James C. et Pinch, Trevor (dir.), Handbook of Science and Technology Studies, London, Sage, pp. 29-64.

2 Sur certains de ces auteurs et les notions qu’ils proposent, voir [Jacob, 1981].

3 Pour une présentation complète, voir [Jacob, 1981]. Pour le recours à des classes de modèles différents, voir [Fraassen, 1980]

4 Comme dans la théorie radicale de Carnap qui refuse tout sens aux énoncés qui ne peuvent pas être directement reliés à l’observation [Carnap, 1955]. Ceci lui permet de dire que l’énoncé suivant, correct sur le plan de la construction : « César est un nombre premier », n’a aucun sens. Ce point de vue est également défendu par Wittgenstein dans le Tractatus [Wittgenstein, 1921].
Cette position a été vigoureusement défendue par [Bachelard, 1934] et reprise par [Hanson, 1965]. Elle est compatible avec le réalisme philosophique pour qui le progrès théorique, par l’augmentation de la précision des énoncés observationnels qu’il permet, fournit une représentation de plus en plus juste de la réalité naturelle. Elle s’accommode également du relativisme puisque la dimension nécessairement théorique (et donc arbitraire) des énoncés tirés de l’observation peut être vue comme une preuve du caractère conventionnel de la théorie.

5 Une illustration frappante de ces développements est fournie par l’opposition entre [Quine, 1969] qui dénie toute possibilité de traduction radicale (l’ontologie est aussi multiple que les énoncés qui décrivent le monde) et [Davidson, 1984] qui développe à l’opposé sa théorie de la traduction transcendantale (qui justifie la possibilité de traduction parfaite d’un énoncé à un autre) : ce désaccord fondamental prouve la centralité de la notion de traduction.

6 On retrouve ici tous les débats entre le réalisme, le pragmatisme, le positivisme et le relativisme. Les réalistes insistent sur le fait que les énoncés se rapprochent de plus en plus de la réalité [Putnam, 1978] ; les positivistes soutiennent que l’accumulation d’énoncés observationnels étend et accroît la précision de notre savoir [Carnap, 1955]. Pour les pragmatistes, la science est envisagée comme un ensemble de méthodes et de procédures qui, ayant été soumises à des processus sélectifs, ont assuré sa fiabilité et son efficacité (notamment en termes de contrôle de la nature) [Laudan, 1990]. Enfin, les relativistes insistent sur le fait que les énoncés ne nous apprennent rien de substantiel sur la réalité extérieure [Feyerabend, 1975] [Quine, 1969].

7 [Holton, 1973], [Hesse, 1974]

8 Par exemple, l’énoncé : « la force gravitationnelle est une fonction inverse d’une puissance de la distance » est moins exigeant que l’énoncé : « la force gravitationnelle est une fonction inverse du carré de la distance ».

9 On peut appliquer avec profit la sociologie de Goffman pour expliquer comment les acteurs essaient d’éviter de perdre la face (et tentent également d’empêcher leurs opposants de la perdre) : sur ce point, voir [Wynne, 1979].

10 C’est le point de vue de Popper qui cite à plusieurs reprises ces beaux vers de Xénophane de Colophon : « La vérité certaine, personne ne l’a jamais connue et ne la connaîtra jamais, ni sur les dieux ni sur aucune des choses dont nous parlons. Car celui-là même qui par hasard profèrerait la vérité ultime n’en saurait rien lui-même. Tout est seulement un filet tissé de conjectures. »

11 Dans la sociologie mertonnienne, qui constitue une des meilleures illustrations de ce modèle, l’originalité joue un rôle crucial, puisque c’est d’elle que dépend le système de gratification (award system) des scientifiques.

12 La notion d’utilité est directement liée à celle d’information. L’étude des citations permet d’accéder à une mesure empirique de cette utilité.

13 L’identification des découvertes et leur attribution ont toujours donné lieu à d’intenses controverses. De ce point de vue, la sociologie a constamment souligné le caractère construit de ces deux notions. Qu’appelle-t-on calcul infinitésimal et la paternité doit-elle en être attribuée à Newton ou à Leibniz ? À cette question, aucune réponse indépendante et objective ne peut être donnée. Les réponses sont entre les mains des acteurs qui s’affrontent pour tenter d’imposer leur propre version de l’histoire. Dans la controverse, ils mobilisent toutes les traces qui sont fournies par les nombreux dispositifs destinés à cerner les découvertes et à remonter à leurs auteurs. Mais comme dans un procès, ces traces ne fournissent que des présomptions.

14 Shapin donne une présentation et une généalogie détaillées de cette ambivalence [Shapin, 1992].

15 [Ben-David, 1971, Ben-David, 1991] ; [Mulkay, 1972]

16 [Ravetz, 1971], p. 103.

17 De nombreuses études empiriques viennent à l’appui de cette hypothèse. Cambrosio montre tout ce que les meilleurs chercheurs devaient maîtriser comme savoirs et savoir-faire, jamais explicités dans les textes ou dans les échanges verbaux, pour produire les premiers anticorps monoclonaux [Cambrosio, 1988]. Il remarque même avec amusement que la partie tacite des pratiques était si importante que certaines superstitions se développaient pour expliquer le succès ou l’échec d’une expérience qu’un savoir explicite ne pouvait expliquer.

18 [Knorr, 1981] ; [Latour et Woolgar, 1979] ; [Lynch, 1985c]

19 [Crane, 1972] [Mullins, 1972]

20 [Barnes, 1977], p. 38

21 [Clarke et Gerson, 1990] ; [Fujimura, 1992] ; [Star, 1989]

22 [Hess, 1992] ; [Traweek, 1988]

23 Pour Duhem et Quine, il existe toujours plusieurs systèmes alternatifs qui permettent d’expliquer les résultats de l’expérience et les observations empiriques. Il n’y a aucune raison logique de préférer un de ces systèmes aux autres. Cette hypothèse permet à certains tenants du modèle 3 de considérer que ce que la nature n’explique pas, c’est la société qui l’explique : si in fine une explication finit par s’imposer, c’est pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la science stricto sensu. La force de cette interprétation tient au fait que, malgré cette intrusion massive de la société dans la science, le résultat reste scientifique : les facteurs sociaux ne font que trier entre des options qui sont également robustes sur le plan de la logique et de la compatibilité avec les observations.

24 [Axelrod, 1984] ; [Kreps et Wilson, 1982]

25 [Bloor, 1992] ; [Favereau, 1994] ; [Lynch, 1992] ; [de Vries, 1992].

26 [Schaffer, 1988] ; [Bourdieu, 1975]

27 [Latour, 1987] ; [Latour et Woolgar, 1979]

28 « L’examen, qui place les individus dans un champ de surveillance, les situe également dans un champ d’écriture. Il les engage dans toute une épaisseur de documents qui les captent et les fixent. Les procédures d’examen ont été tout de suite accompagnées d’un système d’enregistrement intense et de travail documentaire » ([Foucault, 1975] p. 191).

29 Pour une analyse détaillée de la variété des dispositifs de traduction en physique et en biologie moléculaire, voir [Knorr-Cetina, Karin, 1999].

30 [Amann et Knorr-Cetina, 1988a, b] ; [Lynch, et al., 1983] ; [Pinch, 1985b]

31 Voir chapitre 6 de [Fujimura, 1996]

32 Sur cette notion empruntée à la sémiotique, voir [Latour, 1984, 1987]

33 Voir également [Ackermann, 1985]. Chacun de ces trois groupes comprend cinq items différents. Nous y trouvons des énoncés allant des théories générales à la modélisation du fonctionnement des instruments ; les éléments matériels mobilisés, incluant les cibles (substances naturelles traitées, animaux de laboratoire, échantillons) soumis à des vérifications mais également des outils et d’autres générateurs de données ; des inscriptions (ou « marques ») produites par les générateurs de données et sur lesquelles sont réalisées des opérations (évaluation, réduction, analyse et interprétation). C’est de la convergence de ces items, qui est toujours difficile et qui constitue le fil conducteur de la science, que résultent la robustesse du savoir et sa stabilité.

34 Qui sont encore en nombre réduit : [Cambrosio et Keating, 1992] ; [Cambrosio, et al., 1990a] ; [Knorr-Cetina, Karin, 1999] ; [Law, 1993] ; [Vinck, et al., 1993]

35 [Callon, 1991] [Callon, 1992b] ; [Callon, et al., 1986] ; [Callon, 1986] ; [Callon, 1989] ; [Latour, 1991c] ; [Law, 1992b]

36 Un énoncé peut être un objet frontière. Un exemple bien connu est celui de l’équation de Lorentz qui établit un lien entre les mécaniques newtoniennes et einsteiniennes. Répétonsle, les instruments sont souvent des médiateurs puissants et silencieux.

Auteur

Michel Callon est directeur de recherche et professeur à l’École des mines de Paris. Après son diplôme d’ingénieur des mines, il est entré comme chercheur au centre de sociologie de l’innovation qui venait d’être créé par Pierre Laffitte. Il y a effectué toute sa carrière et l’a dirigé de 1982 à 1994. Auteur majeur de la sociologie de l’acteur-réseau, ou encore sociologie de la traduction, ses travaux couvrent un large spectre d’intérêts autour des questions relatives aux interrelations entre sciences, techniques et société : l’anthropologie des sciences et des techniques, la socio-économie de l’innovation (The Laws of the Markets) et l’économie expérimentale, les questions de démocratie (avec P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique), et la sociologie de la médecine et de la santé (Le Pouvoir des malades avec Vololona Rabeharisoa). Depuis quelques années il s’intéresse plus particulièrement au rôle des profanes dans le développement et la diffusion des connaissances scientifiques et techniques, ainsi qu’à l’anthropologie des marchés économiques. Parallèlement à ces recherches, il a également impulsé tout un ensemble de travaux destinés à améliorer la maîtrise des processus de recherche et d’innovation. Ceci l’a amené à réaliser de nombreuses études à la demande de responsables industriels et à conduire des analyses comparatives internationales, notamment entre la France et le Japon, sur la gestion de l’innovation dans les firmes. Il a ainsi contribué à une meilleure connaissance de la fonction et du rôle des organismes publics de recherche, ainsi qu’à une réflexion sur les conditions de l’efficacité des politiques publiques de la recherche et de l’innovation.

© Presses des Mines, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search