Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la traduction

 | 
Madeleine Akrich
, 
Michel Callon
, 
Bruno Latour

Pour une sociologie des controverses technologiques

Michel Callon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours des cinq dernières années, la sociologie des sciences a accompli un immense travail. Délaissant pour un temps l’étude des institutions ou celle de l’organisation de la communauté scientifique, elle s’est progressivement intéressée à la science en train de se faire. C’est ainsi que, multipliant les études de cas, les sociologues ont montré que rien n’échappait à la négociation depuis l’interprétation des résultats jusqu’à la reproduction des expériences en passant par l’administration de la preuve1. Ils ont mis en évidence que dans la délimitation des problèmes aucune séparation définitive ne pouvait être opérée entre le cognitif et le social [Callon, 1981b]. Ils sont entrés dans les laboratoires pour étudier la construction sociale des faits scientifiques2, pour analyser les stratégies des chercheurs qui rédigent un article ou rendent compte d’un résultat3. Ils ont mis en lumière le rôle des intérêts dans les controverses scientifiques et on suivi leur influence jusque dans...

Auteur

Michel Callon est directeur de recherche et professeur à l’École des mines de Paris. Après son diplôme d’ingénieur des mines, il est entré comme chercheur au centre de sociologie de l’innovation qui venait d’être créé par Pierre Laffitte. Il y a effectué toute sa carrière et l’a dirigé de 1982 à 1994. Auteur majeur de la sociologie de l’acteur-réseau, ou encore sociologie de la traduction, ses travaux couvrent un large spectre d’intérêts autour des questions relatives aux interrelations entre sciences, techniques et société : l’anthropologie des sciences et des techniques, la socio-économie de l’innovation (The Laws of the Markets) et l’économie expérimentale, les questions de démocratie (avec P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique), et la sociologie de la médecine et de la santé (Le Pouvoir des malades avec Vololona Rabeharisoa). Depuis quelques années il s’intéresse plus particulièrement au rôle des profanes dans le développement et la diffusion des connaissances scientifiques et techniques, ainsi qu’à l’anthropologie des marchés économiques. Parallèlement à ces recherches, il a également impulsé tout un ensemble de travaux destinés à améliorer la maîtrise des processus de recherche et d’innovation. Ceci l’a amené à réaliser de nombreuses études à la demande de responsables industriels et à conduire des analyses comparatives internationales, notamment entre la France et le Japon, sur la gestion de l’innovation dans les firmes. Il a ainsi contribué à une meilleure connaissance de la fonction et du rôle des organismes publics de recherche, ainsi qu’à une réflexion sur les conditions de l’efficacité des politiques publiques de la recherche et de l’innovation.

© Presses des Mines, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search