Version classiqueVersion mobile

Petite sociologie de la signalétique

 | 
Jérôme Denis
, 
David Pontille

Chapitre 4. Le placement des écrits

Texte intégral

Pour que les pancartes puissent servir aux passants, encore faut-il qu’une institution fiable les ait vissées au bon endroit. Mais où est le bon endroit ? (Latour et Hermant, 1998, p. 28).

1La signalétique est un opérateur de l’aménagement des espaces du métro. Son omniprésence produit un environnement sémiotique qui configure à la fois le lieu et ses habitants. Nous venons de le voir, cet aménagement passe par l’inscription de certains usages dans les artefacts qui équipent chaque portion de quai, de hall ou de couloir. Dans un lieu public – et donc accessible – tel que le métro, cela passe par un souci de pluralité. Aménager graphiquement l’accessibilité, c’est ménager la diversité des compétences cognitives en intégrant plusieurs postures possibles dans la conception même des écrits exposés. Ce ménagement constitue le socle du « programme d’exposition graphique » (Petrucci, 1993) de la signalétique. Il est une des manifestations importantes de la considération croissante pour les usagers qui fonde le lent processus de modernisation des services de transport dont nous avons retracé les grandes étapes au premier chapitre. Nous l’avons vu, il est pensé et défendu aussi bien par les concepteurs et les designers que par les personnes chargées de la normalisation des contenus et des supports graphiques, qui jouent un rôle clef dans l’existence quotidienne du dispositif.

2L’aménagement des espaces n’est cependant pas qu’affaire de principes et de prescriptions. Équiper des lieux avec des artefacts graphiques repose aussi sur des personnes qui se chargent d’installer effectivement des panneaux, des autocollants, des affiches. Au sein de la RATP, c’est le rôle des agents de maintenance. Ce sont eux qui, chaque jour, placent et remplacent les différents modules qui composent le dispositif de la signalétique. On pourrait ne pas s’intéresser à leur activité. L’analyse des documents de présentation et l’étude approfondie des textes normatifs qui définissent dans le moindre détail la forme, l’emplacement et le contenu de chaque élément graphique pourraient laisser croire qu’elle se réduit à l’application quasi mécanique des différentes règles. Mais la sociologie du travail et l’ergonomie nous ont depuis longtemps incité à nous méfier de ces raccourcis : le travail réel n’est jamais le travail prescrit, et surtout, c’est en accomplissant le premier (avec ses ajustements, ses inventions et ses difficultés) que les travailleurs peuvent s’approcher du second.

3Il y a un intérêt tout particulier à adopter cette perspective vis-à-vis des écrits exposés, à propos desquels on a rarement l’occasion de porter l’analyse au-delà des programmes qui les gouvernent. En suivant cette piste, nous pouvons élargir la palette des activités observées et prolonger l’étude des formes de l’action scripturale jusqu’aux opérations très concrètes de manipulation et d’installation. Parce qu’aménager un lieu avec des écrits exposés c’est aussi, entre autres, les transporter, les ajuster, les fixer.

4Nous chercherons dans les deux prochains chapitres à comprendre ce qu’engagent ces différentes opérations d’installation à la fois du point de vue de l’activité des agents de maintenance et de celui des objets graphiques qui composent la signalétique. En détaillant le travail ordinaire de placement et de maintenance, nous verrons que la mise en œuvre des principes et des standards de la signalétique prend la forme d’un alignement, toujours fragile, entre les règles, les corps des agents, ceux des objets graphiques avec lesquels ils entrent en contact et l’environnement dans lequel ils évoluent. Plus généralement, cette exploration nous donnera l’occasion de discuter la notion même de matérialité, notion qu’il nous semble essentiel de questionner en profondeur pour comprendre finement les processus d’aménagement graphique de l’espace.

5Nous proposons de démarrer cette investigation en focalisant ce quatrième chapitre sur une question précise et sur les différentes manières qu’ont les agents de maintenance d’y répondre lorsqu’ils accomplissent leur travail. L’installation d’un élément de la signalétique est en effet toujours hantée, plus ou moins explicitement, par une énigme : où faut-il placer le panneau ? La question que soulèvent B. Latour et E. Hermant (1998) dans leur ouvrage, et que nous avons choisi de mettre en exergue, fait partie du lot quotidien des opérateurs, dont l’activité est essentiellement un travail de placement. Installer la signalétique, c’est toujours, et avant toute chose, trouver la bonne place pour chaque module.

6Aborder ce problème, et étudier les modalités de son traitement en situation, va nous permettre de mettre en lumière une nouvelle face de l’aménagement graphique du métro et plus généralement un aspect peu documenté de la performativité des écrits exposés. C’est un moyen pour nous de pousser plus loin encore l’intérêt que certains auteurs ont porté à la question de la place des écrits. C’est aussi l’occasion, à partir des opérations que nous allons examiner, de proposer des pistes pour élaborer un cadre d’analyse du placement des écrits dans les lieux publics.

DE LA PLACE AU PLACEMENT

7La question de la place des écritures urbaines est progressivement devenue saillante dans différents travaux de sciences sociales. Plusieurs auteurs ont ainsi mis en lumière l’importance de l’espace dans l’analyse de la performativité des écrits.

8Avec les notions d’» écriture exposée » et de « programme d’exposition graphique », cette question est présente en filigrane dans l’analyse que fait A. Petrucci (1993) des inscriptions présentes dans les villes italiennes du xie au xxe siècle. Celles-ci ont ouvert les terrains de l’épigraphie traditionnelle à des écrits jusque-là ignorés : slogans politiques, affiches publicitaires, panneaux de signalétique, graffitis… L’analyse des formes graphiques et des techniques de réalisation passe ici par une réflexion systématique sur les groupes qui maîtrisent l’espace graphique, fixent les règles d’exposition des écrits et en programment les usages légitimes. Mais l’emplacement des inscriptions dans l’espace urbain est aussi considéré comme un élément fondamental pour qu’une écriture exposée assume pleinement ses attendus esthétiques et idéologiques.

9Dans leur exploration des coulisses de Paris, B. Latour et E. Hermant (1998) se sont aussi intéressés à la question de la place des écrits. C’est l’enchaînement des processus dont la place d’un objet graphique est le résultat qu’ils étudient. Ils analysent par exemple la pose des plaques de rues (p. 27-35) comme une activité prise dans un vaste réseau où s’articulent un nombre considérable de traces écrites et de services administratifs : dossiers, chemises cartonnées, formulaires, bordereaux, ainsi que la multitude des plans qui émanent du service de la Voirie, du service du Parcellaire, du service technique de la Documentation foncière, du service de la Nomenclature… Ils montrent que la pose d’une plaque de rue au bon endroit est le résultat de l’alignement de ces divers éléments. Si celui-ci échoue pour une raison ou pour une autre, et si la mise en correspondance entre les services et les documents n’est pas possible, les agents de la Voirie ne peuvent pas agir.

10Plus récemment, et dans un cadre complètement différent, R. Scollon et S.W. Scollon (2003) ont développé un programme de « géosémiotique » par lequel ils s’attellent directement à la question de l’espace. Ils proposent de rompre avec la sémiologie traditionnelle qui s’appuie sur l’interprétation des signes appréhendés isolément et plaident pour une étude des signes « en place ». Ils soulignent ainsi l’importance qu’il faut accorder à l’indexicalité, à partir d’une réflexion sur l’emplacement que les signes occupent dans le monde. Parmi leurs nombreux exemples, celui du panneau indiquant une issue de secours en cas d’incendie illustre particulièrement bien ce problème (Scollon et Scollon, 2003, p. 28-31). La flèche montre dans quelle direction courir, et l’icône qui symbolise une personne fuyant les flammes est elle-même indexicale puisque le personnage court dans le même sens que la flèche. Or, pour les auteurs, un panneau de ce type ne vaut pas grand chose lorsqu’il est encore posé contre un mur quelconque, par exemple chez son fabricant. Ce n’est qu’une fois installé à un emplacement précis qu’il pourra véhiculer du sens. Dans ce modèle, le signe tire donc sa force et sa signification de propriétés spatiales. C’est parce qu’il partage un espace avec ce qu’il désigne qu’il peut prétendre à la performativité. Et c’est cette relation que la géosémiotique doit systématiquement prendre en considération.

11Enfin, dans son projet de théorie des actes d’écriture, B. Fraenkel (2006 ; 2007) propose, elle aussi, de mettre l’espace au centre de l’analyse de la performativité de l’écrit. Pour se faire, elle part d’une discussion approfondie avec les travaux de J.-L. Austin (1970) qui abandonne lui-même la notion de performativité à l’issue de la septième conférence de Quand dire c’est faire. Elle explique que le projet d’Austin, qui consistait à distinguer les énoncés constatifs des énoncés performatifs, est une impasse précisément parce qu’il néglige les qualités propres aux énoncés écrits en ramenant l’énonciation à un ici et maintenant trop pauvre.

12B. Fraenkel (2006) montre ainsi que lorsque J.-L. Austin mobilise l’exemple du panneau « chien méchant », il l’appréhende comme un énoncé oral et en fait un avertissement identique à celui que donnerait une personne présente sur les lieux. De la sorte, il semble passer complètement à côté des conditions de sa performativité. Dans son analyse détaillée, B. Fraenkel rappelle notamment que le panneau n’est pas un énoncé qui flotte dans les airs en attente d’un énonciateur : il occupe une certaine position. Son emplacement est totalement indissociable de sa dimension performative. C’est en accrochant le panneau « chien méchant » au portail d’une maison que celle-ci devient un lieu protégé, de même que la mise en place d’un panneau à proximité d’un virage transforme celui-ci en virage « dangereux ». Ces éléments de réflexion prolongent l’analyse des Scollon en soulignant le caractère situé de la performativité de l’écrit. Ils montrent que c’est l’installation d’un artefact graphique à un endroit précis qui permet de transformer le monde.

13Bien que très différents dans leurs approches et leurs objets, tous ces travaux insistent sur l’importance de la place des inscriptions pour garantir leur visibilité, leur lisibilité et finalement leur performativité. Ils considèrent l’analyse de l’emplacement des écrits comme nécessaire, voire indispensable à l’action des écritures exposées. Pourtant, aucune de ces recherches n’interrogent directement les processus de placement en tant que tel. A. Petrucci met certes l’accent sur les commanditaires et les concepteurs des écritures publiques mais très peu sur ceux qui les gravent, les affichent ou les installent. B. Latour et E. Hermant s’intéressent beaucoup moins à la pose elle-même qu’à la cascade de transformations successives permettant de passer d’un service à un autre, du plan au bordereau, de la plaque à la rue. Concentrés sur l’indexicalité, R. Scollon et S.W. Scollon mentionnent que la signification d’un panneau n’est pas encore actualisée dans les mains de celui qui le posera, mais ils n’interrogent pas pour autant les activités nécessaires à la pose, ni celles de ceux qui décident de l’emplacement du panneau. Enfin, même si elle développe un programme théorique autour des actes d’écriture, B. Fraenkel n’étudie pas directement, dans sa discussion avec J.-L. Austin, les opérations qui assurent à l’énoncé les conditions spatiales de sa performativité.

14Le placement des écrits est pourtant un acte crucial. Sans lui, comment faire pour qu’un « programme d’exposition graphique » (Petrucci 1993) soit effectif dans les espaces qu’il circonscrit ? Dans notre cas, comment faire exister le dispositif de la signalétique jusque dans les couloirs et sur les quais du métro ? Sans le placement des panneaux, comment s’assurer de la réussite de leur indexicalité (Scollon et Scollon, 2003) et de leur attachement convenable à l’espace qu’ils visent à transformer (Fraenkel, 2006) ? Comment garantir à chaque élément graphique de se trouver à la bonne place pour guider les voyageurs ? Enfin, dans le réseau de traces et de services dédiés aux inscriptions urbaines (Latour et Hermant, 1998), le placement est le dernier maillon de la chaîne. Comment celui-ci est-il articulé aux autres ? Quelles opérations permettent de passer des concepts et des documents normatifs à un emplacement sur le mur d’un quai ?

15Pour répondre à ces questions, il convient d’être attentif à ce qui compose le travail de mise en place de l’écrit. Nous allons voir que les agents qui se chargent d’installer physiquement le dispositif de la signalétique dans les stations s’y prennent de différentes façons. La diversité de leurs opérations montre que les qualités sémiotiques et pragmatiques des objets graphiques qu’ils installent supposent d’être littéralement mises en valeur. Au-delà des enjeux d’indexicalité, c’est la capacité d’action des écrits qui se joue dans le processus de mise en place. L’attention au travail de placement ouvre donc plus généralement sur l’analyse des actions effectuées sur les écrits eux-mêmes.

16À travers ses observations, notre objectif est de proposer une description de séquences d’action typiques, dont on fait l’hypothèse, qui reste à confirmer, qu’elles sont communes à la plupart des situations de placement de l’écrit dans les lieux publics. Le suivi des activités des agents qui installent la signalétique nous a permis d’identifier trois opérations clefs. La première implique un certain rapport à l’espace et engage les corps même des agents qui doivent s’y déplacer pour accomplir leur travail. La deuxième engage les agents dans un certain rapport aux objets graphiques qu’ils cherchent à installer à travers une série de mises à l’épreuve qui permettent de clore le processus de placement. Enfin, l’installation de certains éléments passe parfois par une exploration fine de l’environnement et des qualités des objets graphiques. Les deux sont alors appréhendés dans leur hybridité matérielle et sémiotique.

ARPENTER LES LIEUX

17Les activités liées à la mise en place des panneaux donnent à voir les rapports qu’entretiennent les agents de maintenance à l’espace. Les formes que prend cette relation jouent un rôle essentiel dans le travail. C’est largement à travers elles que les opérateurs peuvent répondre à la question « où placer ce panneau ? ». Deux postures distinctes peuvent être repérées. La première consiste à s’appuyer sur les éléments graphiques déjà présents pour retrouver un emplacement préalablement identifié dans le système signalétique. La seconde met en jeu une indécision plus forte. Il s’agit pour les agents de déterminer la bonne place d’un nouveau panneau. Cela passe par un engagement fort avec l’environnement qu’il faut traverser de long en large pour assurer le processus de production de l’indexicalité.

Parcourir un réseau d’écrits

18Parmi les opérations que les agents de maintenance ont à effectuer, le remplacement d’un panneau fait partie des tâches les plus ordinaires. En général, elle ne pose pas de problème du point de vue de l’identification de la bonne place du panneau. Dès lors que l’on change un élément usé, abîmé, ou volé par un nouveau, l’emplacement de ce dernier relève de l’évidence.

19Ceci dit, cet emplacement doit tout de même être précisé à un moment ou un autre. C’est le document de demande d’intervention (« ordre de travail ») qui porte cette information. Nous l’avons vu au deuxième chapitre, rédigé par l’exploitant de station à l’issue de sa tournée, il déclenche, une fois imprimé, le déplacement d’une équipe de maintenance. Pour que celle-ci puisse trouver le lieu exact du panneau à changer et prendre les cotes nécessaires à la fabrication de son remplaçant, l’exploitant en a précisé le code « MIRE ». Composé de deux lettres et d’un nombre à 3 chiffres, ce code figure sous la forme d’une petite plaque collée à ce qu’il désigne. Il permet, dans les grands espaces, d’identifier les lieux et le mobilier (couloirs, escaliers, cadres d’affiches, etc.).

20Une fois sur place, les agents doivent pouvoir retrouver facilement le lieu de leur intervention en repérant le code MIRE figurant sur leur ordre de travail. Mais, ne disposant pas de plan des stations, les agents font ce repérage à tâtons : ils arpentent les lieux à la recherche du bon code. Généralement, les numéros se suivent et, de proche en proche, la solution se présente rapidement.

21Les choses se compliquent dans les très grandes stations. Et même si la mise en place d’un nouveau panneau s’effectue généralement peu de temps après l’intervention dédiée à la prise de cotes, il est parfois difficile de retrouver un emplacement.

Figure 18. Chercher un emplacement en observant les autres panneaux

David et Jonathan se préparent à faire la dernière intervention de leur journée de travail. C’est en quittant les lieux de la précédente qu’ils commencent à en parler. Dans le camion, ils soulèvent ce qui semble être la difficulté majeure qu’elle représente : trouver l’endroit où un panneau qui est abîmé doit être remplacé par un autre, fraîchement fabriqué. La station est en effet très grande : trois lignes s’y croisent et elles communiquent avec une gare SNCF. En arrivant dans le quartier de la station, Jonathan, qui conduit, réfléchit :
« Gare de l’Est. Là, il ne faut pas se planter. Tu te souviens toi où c’était ? (David fait non de la tête) OK… Déjà, on va essayer de ne pas rentrer trop loin. Il me semble que c’était cette sortie ».
Ils se garent juste à côté d’une entrée, sortent le panneau et descendent dans la station. Contrairement à ce que l’ethnographe a pu voir à d’autres occasions, aucun des deux ne cherche à retrouver dans les couloirs le code MIRE indiqué sur l’ordre de travail, qu’ils n’ont pas relu depuis leur sortie du camion. La station est un véritable dédale, difficile d’imaginer que la recherche du bon emplacement va se clore rapidement. David porte la nouvelle plaque en PVC. En avançant dans la station, il regarde attentivement les panneaux (figure 18). Le premier est celui qui mène à la sortie par laquelle on vient d’entrer. « Il suffit de trouver un panneau qui indique la même chose que le nôtre ». Le suivant ne correspond pas. Nous descendons sur un quai, un peu au hasard.
Tout au fond, David repère un panneau dont une partie des informations recoupe celles qui figurent sur celui qu’il tient à la main. « Si on suit ce panneau (montrant celui en l’air), il nous mènera directement à celui-là (montrant celui qu’il a en main) ». Arrivé à sa hauteur, Jonathan pointe du doigt le quai d’en face, après avoir à nouveau regardé le panneau que David tient : il y a au bout du quai une réplique de celui-ci, dont seul le sens des flèches diffère (figure 19). « Le nôtre doit être en face, dans le couloir qui part juste avant ».
Nous prenons les escaliers pour passer sur l’autre quai. Arrivés sur place, l’intuition de Jonathan est confirmée : le panneau à changer est bien en face de celui qu’il a repéré (figure 20).

22Ce cas est une première manière de montrer que l’installation d’écrits dont la dimension performative est en grande partie spatiale passe par un certain engagement avec l’environnement. Ici, cela prend la forme d’une mobilisation : les deux agents s’appuient sur ce qui les entoure pour retrouver l’emplacement du panneau qu’ils ont à changer. Mais c’est moins les caractéristiques géographiques ou architecturales de l’espace qu’ils constituent en support, que son équipement graphique. Celui-là même qu’ils cherchent à restaurer avec le nouveau panneau.

Figure 19. Sur le quai d’en face : une réplique du panneau à installer

Figure 20. L’emplacement du panneau à changer

23Les agents se servent donc de l’environnement graphique de la station de la même manière les voyageurs que sont censés le faire. Ils s’appuient sur le « fil d’Ariane » que le dispositif de la signalétique cherche à produire. Se faisant, ils adoptent clairement la posture de la résolution de problèmes que nous avons mise en lumière dans le chapitre précédent : ils sollicitent la signalétique en tant que réseau d’écrits au sein duquel ils essaient de repérer des éléments spécifiques au fur et à mesure de leurs déplacements. En revanche, leur but s’écarte largement de ceux qui motivent généralement les voyageurs. Ils ne cherchent pas à assurer leur transport d’un point de la ville à un autre, mais à trouver le point défaillant dans le système de la signalétique. Le réseau d’écrits qu’ils mobilisent est à la fois le point d’appui de leur activité et son objet. En suivant les liens de panneaux en panneaux durant le processus de mise en place, ils ne se saisissent donc pas seulement du réseau comme ressource : ils travaillent aussi à son dépliage.

24Trouver la bonne place pour un panneau consiste dans ce cas à identifier le chaînon manquant (ou affaibli) d’un réseau stabilisé d’écrits dans l’espace clos d’une station. Pour y parvenir, les agents font deux choses. D’une part, ils considèrent le contenu graphique du panneau lui-même, afin d’opérer des rapprochements avec les modules de la signalétique présents sur place. Même décontextualisés, les icônes, les flèches et les mots du panneau en cours de placement sont appréhendés comme des déictiques en puissance. C’est en projetant ces capacités à désigner des directions en situation que les agents peuvent retrouver la bonne place. D’autre part, les opérateurs arpentent les lieux. Ils circulent physiquement dans le réseau d’écrits pour comparer les éléments du panneau qu’ils jugent pertinents avec d’autres. Ils s’immergent ainsi dans le dispositif de la signalétique et reconstituent de proche en proche la trame des noms et des flèches directionnelles qui en composent l’indexicalité généralisée.

Décider d’une place : le fil déictique en actes

25Une situation beaucoup plus rare va nous permettre de préciser les opérations nécessaires au travail de placement. Tandis que le problème habituel des interventions des équipes de maintenance consiste à retrouver un emplacement qui est déjà partiellement défini (par la charte graphique, puis dans le document de demande d’intervention via le code MIRE), il arrive qu’on leur demande de décider d’une place pour installer un panneau inédit. C’est le cas par exemple lorsque qu’il est prévu que la direction vers un bâtiment extérieur soit nouvellement indiquée dans une station.

Jean-Luc est envoyé dans une station par la responsable du service de maintenance de la signalétique pour effectuer une opération qu’il n’a jamais réalisée. Il doit définir l’emplacement d’une nouvelle mention sur les panneaux existants pour indiquer un musée qui vient d’ouvrir. Il est assez étonné de cette demande. Ce type d’indication est relativement rare dans les stations. Leur présence est définie par une charte et leur forme et support sont précisés dans les documents normatifs que nous avons examinés au deuxième chapitre. Par ailleurs, habituellement, le choix des panneaux où doit figurer une telle indication s’effectue au sein du service de normalisation, qui dispose des plans de la station concernée, ainsi que du plan de quartier de la RATP. Selon la norme, il suffit de choisir le nom de la sortie (c’est-à-dire le nom d’une rue) la plus proche du musée.
Difficile de savoir exactement pourquoi, mais le plan de quartier n’était pas disponible et le choix n’a pas pu se faire pour ce musée. Le responsable du service a des doutes et a préféré confier la tâche à un agent de maintenance qui pourra se déplacer directement sur les lieux, pour juger en situation.
Jean-Luc prend donc un camion et se dirige vers la station. Arrivé sur place, il n’est pas encore garé qu’il repère déjà les trois sorties et cherche à lire les noms des rues. Il indique du doigt le musée en question, qui se trouve un peu plus loin, sur une place. Dès ce premier mouvement, un choix est fait : Jean-Luc se gare à côté de la sortie qui lui semble la plus proche du musée. Se faisant, il prend la première décision qui aurait pu être prise avec l’aide du plan de quartier de la RATP s’il avait été disponible : il sélectionne la sortie qui se trouve à proximité du musée.
Mais, une fois sorti de son véhicule, Jean-Luc prend encore du temps à l’extérieur de la station. Son choix ne semble pas complètement arrêté. S’avançant sur le carrefour, il cherche à nouveau des yeux les sorties, puis le musée. Pointant vers une des deux sorties se trouvant de l’autre côté de la grande avenue qui longe la place (figure 21), il nous fait part à la fois de ses doutes et des raisons qui le poussent à choisir la sortie à côté de laquelle il s’est garé : « Celle-là, là-bas, est plus près je pense. Mais elle est plus compliquée. Pour traverser l’avenue c’est galère, ce ne serait pas logique. Celle-ci est plus loin, c’est quasiment certain, mais on est directement sur la place. C’est quand même beaucoup plus simple ».

Figure 21. Trouver la sortie la plus proche du musée, de l’extérieur

26Si sur un plan, la proximité d’une sortie et d’un bâtiment saute aux yeux, vues du sol, les choses se compliquent. Tout d’abord, les distances elles-mêmes ne sont pas faciles à estimer. Mais surtout, c’est l’idée même de proximité qui semble se transformer à l’épreuve des voies, des piétons et des véhicules. Mesurer les mètres qui séparent les différentes sorties du musée n’est pas la priorité, ce n’est pas en tout cas ce qui permet à Jean-Luc de trancher. La proximité ici vaut pour la simplicité de l’accès, qualité difficilement appréciable à distance, les yeux rivés à un plan. Le choix de la sortie ne constitue toutefois qu’une première dimension de ce qui est attendu. Jean-Luc doit désigner exactement les panneaux qui sont concernés par les changements. Pour cela il entre dans la station.

Avant de descendre dans la station, Jean-Luc note sur son carnet le nom de la rue sur laquelle débouche la sortie. Une fois descendu, il fait le trajet jusqu’au quai en adoptant la posture inverse du voyageur traditionnel : il observe attentivement les panneaux « sortie » qu’il trouve sur son chemin dans le sens inverse. Sur le quai, il prend à nouveau des notes en désignant le premier panneau qui indiquera la sortie qu’il faut suivre pour se rendre au musée. Il refait ensuite le trajet en sens contraire, c’est-à-dire du point de vue d’un voyageur voulant sortir. Le passage devant chaque panneau à remplacer est ponctué par une activité d’écriture : il note systématiquement son emplacement, ses dimensions et en dessine la composition graphique sur son carnet.

27On pourrait rapprocher ce premier mouvement de ce qu’évoque B. Latour (1993) à propos des usages du Topofil Chaix par les scientifiques spécialisés dans l’analyse des sols pour délimiter et mesurer des parcelles de terrain et dire que Jean-Luc assure ainsi la correspondance entre un monde et les inscriptions qui sont chargées de le représenter. Mais l’activité même de Jean-Luc invite à souligner au contraire ce qui distingue les deux situations. Alors qu’une expédition scientifique vise à transporter un bout du monde d’un lieu à un autre par une chaîne d’inscriptions servant de garants représentatifs faciles à manipuler et analyser, l’indication du musée est tendue vers l’organisation du déplacement. Ce ne sont pas des représentations fidèles qu’il faut produire ici, mais des guides fiables. Comme le souligne G. Fuller (2002) en s’appuyant sur F. Guattari, la signification de la signalétique n’est pas de l’ordre de la représentation, mais de l’accompagnement de l’action. Le trajet aller-retour permet à Jean-Luc d’expérimenter avec son propre corps les futures propriétés déictiques des panneaux qui doivent être posés. Il éprouve pas à pas le lien que les noms et les flèches tisseront ensuite graphiquement. Mais l’opération n’est pas encore terminée.

Quelque chose semble clocher. En écrivant le nom de la rue qui apparaît sur les panneaux qui mènent à la sortie désirée, Jean-Luc fait la grimace. Ça n’est pas le nom qu’il a recopié lorsqu’il était à l’extérieur. Il remonte à la surface, regarde à nouveau la plaque de la rue et confirme qu’elle ne correspond pas. C’est le réseau des déictiques déjà en place qui pose problème. Comment comprendre ? Et surtout, comment arrêter définitivement un choix qui paraissait clos, mais qui reste en suspend ? Pour cette dernière étape, Jean-Luc fait appel à une nouvelle ressource. Après le repérage des lieux à la surface et la traversée des couloirs, il se dirige vers le plan de quartier municipal, disposé à quelques mètres de la sortie de la station (figure 22).
Après plusieurs regards sur son cahier, la place où se trouve le musée et le plan, Jean-Luc comprend que le nom de la rue indiqué en station n’est pas celui de la grande avenue (qui est commune aux trois sorties), mais celui d’une rue perpendiculaire, qui part sur la droite. C’est justement la rue du musée. La sortie et le nom de rue qu’il a notés sur son cahier sont donc les bons.

Figure 22. Prendre en compte un autre dispositif d’orientation

28Ce cas montre que le processus de choix d’un emplacement pour les indications compose avec plusieurs dimensions qui ne s’alignent pas toujours facilement. La traversée des lieux est essentielle pour arrêter une décision. Elle permet d’éprouver la place des futurs panneaux du point de vue des conditions concrètes de la ville et de la station de métro. Mais ce processus situé ne suffit pas. Si le déplacement physique d’un point à l’autre de l’espace est crucial, il peut aussi s’accompagner de déictiques déjà en place. Ce réseau ne se limite d’ailleurs pas aux dispositifs propres à la RATP. Les artefacts issus d’autres instances (ici la ville) offrent des ressources importantes pour corroborer le choix des emplacements. En l’occurrence, le plan de quartier municipal permet à Jean-Luc d’aligner les sorties et les noms de rues qui figurent en station pour les désigner.

29Cependant, loin de représenter une simple aide pour un choix difficile, ce type de dispositifs constitue aussi une contrainte. La mise en place des nouvelles indications ne se limite pas à l’instauration d’une relation directe et fiable avec le lieu qu’elles désignent. Elle passe aussi par la garantie de leur intégration dans un réseau finement maillé d’autres dispositifs indicateurs, qu’il n’est pas question de démanteler.

30Les deux cas exposés ici montrent que le processus de placement engage le corps même des opérateurs. Les qualités déictiques des panneaux, c’est-à-dire leurs capacités à indiquer des lieux et des directions, dépendent étroitement des allers et retours des agents dans l’espace qu’il s’agit d’aménager graphiquement. C’est en reconstituant scrupuleusement le fil indexical des panneaux en place que David et Jonathan retrouvent celui qu’ils doivent changer. C’est en se déplaçant à l’extérieur et à l’intérieur de la station que Jean-Luc arrive à aligner un ensemble d’inscriptions hétérogènes (les panneaux de la station, le plan du quartier, les plaques de noms des rues...).

31Le travail de placement se déploie donc à travers une double épreuve. La première prend la forme d’une exploration des propriétés architecturales des lieux (la station et le carrefour) et permet d’assurer la qualité déictique des inscriptions. La seconde s’accomplit à travers l’alignement des nouveaux déictiques à l’ensemble de ceux qui sont déjà en place ; elle permet de littéralement faire une place aux premiers, qui ne seront fiables et utiles qu’à ce prix.

32En situation normale, les deux épreuves sont repliées dans les dispositifs d’action à distance que sont les plans et les chartes. Décrire les cas où ces dispositifs n’ont pas pu être utilisés permet de saisir la complexité de ce qui compose le « bon endroit » dont parlent B. Latour et E. Hermant (1998) à propos de la plaque de la rue Huysmans. À suivre uniquement les traces distantes, on risque en effet de croire que ce bon endroit peut se déduire d’une simple confrontation des instruments et d’un alignement progressif et pacifié des outils de représentation. Ce n’est pas toujours le cas. D’abord parce que les manquements et les ambiguïtés sont nombreux. Mais surtout parce que cette apparente déduction s’opère toujours dans la tension entre fonction déictique pure (l’indication) et intégration dans la foule des inscriptions qui peuplent les lieux.

33Or rien, ni personne n’a encore fabriqué une vue panoramique si précise qu’elle puisse donner à voir à distance l’ensemble des éléments déictiques présents, proposés par des instances variées, voire concurrentes. Ce point est particulièrement sensible. L’écologie graphique des stations est liée à l’écologie graphique de la ville : certains de leurs écrits sont largement interdépendants. Cette interdépendance, qui du point de vue des services de transport est essentielle, est particulièrement délicate à mettre en œuvre. Elle est en grande partie élaborée en situation, lors du travail de mise en place.

METTRE A L’ÉPREUVE LES ARTEFACTS GRAPHIQUES

34Trouver la bonne place pour un panneau ne se joue pas seulement dans un face-à-face, même dynamique, entre les opérateurs et l’espace. Au cours de leurs interventions, les agents qui installent les éléments de la signalétique se posent des questions générales, qui débordent la seule problématique de l’alignement des déictiques. Ils évaluent notamment la pertinence de l’emplacement d’un panneau en se préoccupant de l’efficacité de ce dernier. Le travail de mise en place passe donc aussi par une série d’interrogations qui concerne ce que les éléments de la signalétique sont censés faire aux voyageurs : le panneau ainsi posé indique-t-il correctement le chemin ? Les informations qui y figurent apparaissent-elles à la bonne distance ? Les directions sont-elles affichées sans ambigüités ?

Observer le comportement des voyageurs

35Pour répondre à ce type de questions, les opérateurs testent les artefacts graphiques qu’ils sont en train d’installer. Ils font cela en situation, mobilisant plus ou moins directement le point de vue des usagers.

Herbert et Léonard viennent d’installer un nouveau panneau. Lorsque la pose est terminée, ils reculent et regardent le résultat de leur intervention. Herbert jette un coup d’œil pour estimer la longueur du quai et exprime un doute : « il aurait fallu en prévoir deux ! Le voyageur qui est en bout de rame, il ne voit rien. Si j’étais là-bas, je ne le verrai sûrement pas » (figure 23).

36Dans ce cas, l’emplacement du panneau que les deux agents viennent de poser n’est pas remis en cause. En revanche, la nécessité d’un panneau supplémentaire est fortement envisagée, alors même qu’elle ne fait pas partie de l’intervention. Si la question de la bonne place est ici réglée, on voit que le processus d’installation ne s’y réduit pas. Il confronte à nouveau les opérateurs à une partie du système global.

Figure 23. La fin du quai et son unique panneau

Figure 24. Comparer avec l’autre quai

37La situation est inversée par rapport à celle, évoquée précédemment, où David et Jonathan parcouraient le réseau d’écrits pour retrouver une position déjà identifiée par d’autres. Ici, c’est l’intervention qui fait apparaître un vide sur le quai, susceptible de représenter un maillon manquant dans le réseau. Pour clore le doute, les mainteneurs effectuent littéralement un mouvement du recul.

Herbert regarde le quai d’en face (figure 24). Il remarque que pour la même longueur d’armoires électriques, le mur est doté de deux panneaux, alors qu’il n’y en a qu’un de leur côté (celui qu’ils viennent de remplacer).

38Mais la comparaison des deux quais ne leur suffit pas. Reprenant les interrogations d’Herbert à propos des voyageurs, les deux agents regardent dans une autre direction :

Pour savoir s’ils doivent faire commander un panneau supplémentaire, Herbert et Léonard décident d’attendre la prochaine rame de métro. Lorsqu’elle arrive, ils observent les visages et les regards des voyageurs : certains cherchent ostensiblement le nom de la station, sans trouver tout de suite le panneau. Après cette petite expérience, les opérateurs confirment l’intuition d’Herbert ; ils estiment qu’un panneau supplémentaire serait nécessaire en bout de quai.

39Plutôt que de s’appuyer sur un principe de symétrie architecturale, les mainteneurs s’engagent dans une véritable mise à l’épreuve du dispositif et de ses qualités d’exposition. Pour cela, ils se lancent dans une expérimentation in situ. Ils profitent de la présence effective des voyageurs sur leur lieu de travail pour appuyer leur jugement sur l’observation de leurs attitudes. Ce cas montre que les agents ne considèrent pas qu’un élément de la signalétique constitue un repère en soi pour le déplacement des voyageurs. C’est en évaluant sur place l’usage de l’ensemble des panneaux mis à disposition qu’ils peuvent clore leurs éventuels doutes.

Se mettre à la place des usagers

40D’autres situations permettent de mieux comprendre les tenants et les aboutissements de cette opération.

Herbert et Léonard viennent de remplacer trois plaques provisoires en PVC par d’autres panneaux en tôle émaillée. Pendant que Léonard finit de fixer le dernier panneau, Herbert se met à côté de l’escalier mécanique pour examiner leur travail. Il interpelle alors Léonard en s’exclamant :
Herbert : « On s’est trompé ! Il aurait fallu inverser ces deux panneaux [en montrant du doigt les deux derniers qu’ils ont remplacés] ».
Léonard recule et regarde successivement les trois panneaux, il lui répond d’un ton assuré : « Non c’est bon ! Les panneaux provisoires étaient dans cet ordre ».
Herbert fixe à nouveau les panneaux et maintient sa position : « Oui mais si tu regardes à gauche en venant de l’escalier mécanique, le premier panneau mentionne seulement les bus alors qu’à droite le troisième panneau qu’on a remplacé dans le couloir indique les bus et la sortie. Donc le deuxième [qui n’indique que les bus] devrait être à la place du troisième et vice versa. Comme ça, ce serait plus cohérent avec le premier ».
Léonard répond d’un ton sec : « Je ne vais pas me mettre à penser à la place de ceux qui l’ont fait ! Sinon ça ne va pas ». Herbert ne dit rien.

41Une manière alternative d’élaborer l’épreuve des usagers s’exprime ici. Herbert se met véritablement à la place des voyageurs en se positionnant dans l’environnement pour voir les panneaux comme s’il sortait de l’escalier mécanique et en se projetant dans les interrogations possibles des personnes qui cherchent la sortie. Il opère une « représentation incorporée » des usagers (Barrey, Cochoy et Dubuisson-Quellier, 2000 ; Denis, 2008), fondée sur ses compétences ordinaires de voyageur. Il peut ainsi éprouver en personne les déictiques qui équipent l’environnement. Fort de cette expérience, il souhaiterait inverser deux panneaux pour que la mention de la sortie apparaisse dès la fin de l’escalier mécanique.

42Bien qu’elle soit riche et utile, on voit qu’une telle attitude peut s’avérer problématique. La mise à l’épreuve ne fait pas partie des prescriptions officielles. L’effectuer ou non, c’est forcément prendre position vis-à-vis de la hiérarchie, du travail officiellement demandé, et des documents qui normalisent le dispositif de la signalétique. En adoptant une posture différente, Léonard souligne cette ambigüité. Il refuse de se mettre à la place des voyageurs et s’en tient à l’état de son environnement immédiat : les panneaux fraîchement installés respectent bien l’ordre de ceux qu’ils viennent de remplacer. Il se cantonne ici au rôle de simple exécutant. Sa posture a un double avantage : éviter de remettre à plat la prescription, source potentielle de sanctions en cas d’erreurs, et échapper à la charge de travail supplémentaire qui suppose l’inversion de l’ordre d’apparition des deux panneaux.

43Ces moments mettent en lumière une des tensions fortes qui traversent le processus de placement. La mise à l’épreuve peut en effet déboucher sur un travail supplémentaire, voire sur un écart aux principes du dispositif de la signalétique exposés dans les documents normatifs. L’identification de la bonne place passe alors par des choix qui dépassent les seuls critères d’efficacité du panneau concerné et de son emplacement.

44C’est pourquoi le détour par les voyageurs doit être souligné. Il prend tout son sens lorsqu’on le rapporte à la politique générale de la RATP, dont nous avons esquissée les grandes lignes dans le premier chapitre. De même que le personnel en station formé à la relation-client ou les annonces sonores adaptées, les agents de maintenance se font le relais de la considération des usagers. Cette dernière n’est pas seulement inscrite dans les grands principes stratégiques de l’entreprise : elle s’incarne jusque dans le travail de mise en place des modules de la signalétique.

45Par ailleurs, l’examen des épreuves pratiques auxquelles sont soumis les artefacts graphiques offre un nouveau regard sur les scripts d’usage de la signalétique que nous avons mis en lumière au troisième chapitre. Lorsqu’ils observent les voyageurs ou lorsqu’ils se mettent à leur place, les agents de maintenance font eux-mêmes varier les postures nécessaires à la réussite des scripts. L’observation de ces activités permet de préciser deux dimensions. Elle montre d’abord qu’en situation ces postures sont étroitement associées et qu’il est difficile de les isoler dans un cours d’action. Nous avons déjà souligné ce point, mais il est plus saillant encore ici. Quand l’un des opérateurs se demande si les panneaux qui indiquent les bus sont mis dans le bon ordre, il cherche à la fois à évaluer leur capacité à être perçus d’un seul coup d’œil dans le déroulement d’un parcours (en montant les escaliers) et à être repérés, c’est-à-dire à diriger les voyageurs jusqu’au prochain panneau identique.

46On voit aussi que le travail de placement confronte davantage les opérateurs à des postures d’usage étroitement liées à l’environnement et donc à l’indexicalité des éléments de signalétique. Ce sont surtout les scripts de la réaction et de la résolution de problèmes qui posent problème à ces occasions. Les postures de la lecture/information et de la consultation/planification ont bien entendu des dimensions spatiales essentielles. Mais leurs qualités situationnelles semblent pouvoir se réaliser et s’évaluer plus facilement dans les moments de conception, sur plans. En revanche, la possibilité de supporter les postures d’usage les plus situées paraît beaucoup plus fragile et difficile à mettre en œuvre. Pour certains objets graphiques, le délicat travail de placement est donc une étape essentielle qui finalise l’intégration des scripts d’usage.

EXPLORER L’ÉCOLOGIE GRAPHIQUE

47Jusqu’ici, nous avons successivement isolé plusieurs séquences du processus de mise en place des panneaux. À chaque fois, nous avons mis l’accent sur les enjeux liés à un aspect particulier en l’illustrant par des situations relativement simples. Si cette démarche est utile pour mettre en lumière les opérations précises impliquées dans le travail de placement, elle ne rend pas forcément compte de sa richesse pragmatique. Dans la plupart des cas, les agents de maintenance doivent en effet passer d’une opération à une autre. Ils articulent alors plusieurs aspects du processus de mise en place et se confrontent à différents enjeux durant la même intervention. Pour en saisir toute la portée, il est utile de suivre les opérateurs dans un cours d’action plus long.

48Travaillant en binôme, les agents de maintenance partagent régulièrement leurs hésitations à voix haute, et débattent entre eux pour trouver une solution ou encore confirmer une décision. C’est une façon pour eux de confronter leur point de vue sur la situation et d’identifier des voies possibles pour accomplir leur travail. Au fil des interventions, l’expérience acquise permet généralement de clore les doutes et de procéder à l’intervention demandée dans un temps raisonnable. Chaque nouvelle configuration prend sens dans une série de cas antérieurs qui servent de ressources pour agir.

49Mais les agents se trouvent parfois face à des situations particulièrement délicates. Elles constituent de véritables défis pour garantir la cohérence du dispositif de la signalétique. C’est notamment le cas lorsqu’une exigence inédite vient s’ajouter et perturber les interventions ordinaires. Au cours de notre enquête, une nouvelle règle de sécurité a émergé : les issues de secours, jusque-là désignées à proximité des sorties, doivent dorénavant être indiquées par un jalonnement systématique à partir des quais jusque vers la rue. L’objectif de cette nouvelle règle est de permettre une évacuation plus facile des voyageurs au moment des éventuelles perturbations (coupure électrique, accident, incendie…).

50Cette situation sort de l’activité de maintenance ordinaire. La position des panneaux « sortie de secours » n’est pas traitée par les documents normatifs du dispositif de la signalétique, encore moins l’obligation très récente d’en faire un jalonnement systématique. Les opérateurs doivent forcément improviser pour trouver une place où installer ces indications supplémentaires. Les hésitations et les doutes qu’ils expriment en cours d’action sont particulièrement riches pour comprendre comment ils aboutissent à une solution et pour saisir les tenants et les aboutissants du travail de placement.

Défendre l’ordre graphique

51La nouvelle exigence s’est traduite par une procédure en deux étapes. Des personnes du service de sécurité sont passées dans les stations pour désigner des emplacements destinés aux futurs panneaux « sortie de secours ». La présence de ces inscriptions dans l’enceinte du métro est non discutable. En revanche, le choix de leur emplacement reste soumis au jugement des représentants du dispositif de la signalétique. Sur le terrain, les agents de la maintenance sont au premier rang pour prendre cette décision. Ils ont été mandatés par le service de normalisation pour vérifier les propositions des professionnels de la sécurité.

Herbert et Léonard sont envoyés dans une station à propos de l’emplacement d’un pictogramme « sortie de secours ». L’objectif de l’intervention est simple : confirmer ou non l’option envisagée par le service de sécurité. Avant même de descendre dans la station, ils savent cependant que s’ils n’approuvent pas la proposition, ils devront trouver un emplacement qu’ils jugent plus adapté pour indiquer les sorties de secours.
Dans cette station, les agents du service de sécurité ont proposé de poser le pictogramme « sortie de secours » sous la forme d’un autocollant installé sur un grand panneau signalétique suspendu dans la salle d’entrée face aux tourniquets. Ce panneau indique deux sorties possibles et plusieurs correspondances avec des bus ou le tramway T2 (figure 25).
Face au panneau, Herbert et Léonard n’hésitent pas une seconde, ils ne peuvent pas valider ce choix : « c’est impossible de faire ce qu’ils demandent » (Léonard).

Figure 25. Un panneau suspendu dans la salle d’entrée

52Comment faut-il comprendre ce refus ? Quels en sont les principaux ressorts ? Quelles raisons avancent-ils pour invalider l’option proposée ? Assurément, ce n’est pas une question de place : le panneau contient un large espace libre en bas à droite qui permettrait de rajouter l’autocollant en question.

53C’est en premier lieu d’un point de vue informationnel que les deux agents remettent en cause la proposition. Ils considèrent que l’abondance d’inscriptions est un risque potentiel qui peut faire perdre au panneau son efficacité. Pour Herbert et Léonard, trop d’informations sur le même support apporterait inévitablement de la confusion. Surtout que ce grand panneau indique déjà deux sorties et plusieurs correspondances. En refusant cet emplacement, les agents cherchent à éviter ce qu’ils considèrent comme un risque de surcharge qui créerait davantage de bruit que de sens.

  • 1 Ph. Artières et P. Rodak (2008) définissent l’ordre graphique comme « une unité d’écriture dominan (...)

54Mais c’est aussi pour eux une question de cohérence. Nous l’avons vu, pour constituer un réseau d’écrits efficace, chaque élément dispose de sa propre place. Les documents normatifs de la signalétique sont stricts pour tous les composants : couleurs, textes, icônes, séquence de répétition des items… Cette condition est mise au cœur de l’organisation des éléments graphiques. Les indications des sorties de secours ne font pas partie du système signalétique, les agents confirment cela en refusant de les y intégrer. Dans ce mouvement, ils donnent à voir le programme de la signalétique comme un véritable « ordre graphique1 » qu’ils participent ici à garder intact.

55Enfin, le panneau initialement proposé par le service de sécurité est destiné à la gestion du flux normal et non à une situation d’urgence. Pour les agents, la nouvelle inscription et celles qui figurent déjà sur le panneau ne remplissent ni les mêmes conditions, ni les mêmes objectifs. D’un côté, les éléments de la signalétique visent à équiper et faciliter l’usage des transports, ils font partie de l’offre de service. De l’autre côté, l’indication des sorties de secours relève du domaine de la sécurité des espaces. Elle s’intègre dans la gestion d’importantes perturbations et concerne la prise en charge des personnes qui occupent les lieux en situation de risque. Les agents maintiennent ces différences en ne souhaitant pas que les deux types d’information cohabitent sur un même support.

56Leur refus de considérer le premier emplacement proposé comme une bonne place pour la future désignation de la sortie de secours se fait donc au nom de l’écologie graphique. En prenant cette décision, les agents traitent les modules de la signalétique et les futures indications comme des entités graphiques hétérogènes qui risquent de s’affaiblir mutuellement, voire de se contredire. Ils y voient les ingrédients de deux systèmes de règles distinctes qui doivent cohabiter dans le même environnement. Ils se trouvent donc en position de devoir honorer deux prescriptions différentes : placer des inscriptions spécifiquement dédiées à la gestion de situations perturbées et veiller à les disposer en respectant le dispositif de la signalétique. En situation, ils se font garants de la seconde, qu’ils ne veulent pas faire reculer au profit de la première. Ils font alors figure de maillons essentiels dans la chaîne des actions qui font de la signalétique l’opérateur de la maîtrise de l’espace graphique, un aspect sur lequel nous avons insisté au deuxième chapitre.

Éprouver l’état des lieux

57Comment les deux agents vont-ils s’y prendre pour résoudre ce dilemme ? Continuons de les suivre dans leur difficile prise de décision.

Herbert et Léonard commencent à envisager plusieurs solutions en se mettant à la place des voyageurs. Ils se positionnent à différents endroits de la salle dans le sens de la circulation pour estimer ce qui est visible ou non de chaque position. Ils simulent un mini parcours entre le couloir, l’arrivée devant les tourniquets, puis face au grand panneau. Ils adoptent ainsi différents points de vue et cherchent à examiner tous les aspects de la situation. Chaque possibilité est soumise à la discussion avant de passer à une autre option (figure 26).
Par exemple, face aux tourniquets, Léonard s’exclame : « d’ici, les voyageurs ne voient pas les escaliers de la sortie. Donc on peut mettre des adhésifs sur les portes des tourniquets ».
Herbert continue de regarder les tourniquets, puis il scrute plus largement son environnement immédiat. Il ne dit rien et semble dubitatif.
Après avoir franchi les tourniquets, Léonard poursuit son raisonnement : « on pourrait mettre un adhésif sur la vitrine de l’agence commerciale. C’est pas terrible, mais ça on peut le faire ».

58Comme dans le cas décrit plus haut, les agents s’appuient sur leurs compétences ordinaires de voyageurs pour estimer la pertinence et la visibilité de l’inscription « sortie de secours ». Ils passent en revue différentes positions corporelles dans l’environnement et envisagent divers emplacements pour les panneaux. Dans ce processus, ils traitent les futurs artefacts graphiques en tant que points de repère pour les voyageurs. Cette mise à l’épreuve de la configuration spécifique des lieux vise un double objectif : juger des qualités d’exposition des futurs panneaux et évaluer leurs capacités indexicales.

Figure 26. Discuter des emplacements possibles pour indiquer la sortie de secours

59Mais les différentes alternatives considérées ne débouchent pourtant pas sur une solution qu’ils estiment acceptable. La possibilité d’un autocollant sur la vitrine de l’agence commerciale reste une solution par défaut, puisque l’inscription cohabiterait avec des informations liées aux activités marchandes de la RATP.

60Herbert et Léonard sont à nouveau face au grand panneau dans la salle d’entrée. Ils se retrouvent au point de départ de leur questionnement, obligés de composer avec les contraintes de l’environnement. La poursuite de leur exploration les met toutefois face à de nouvelles difficultés qui les font radicalement changer de posture. Alors qu’ils considèrent une nouvelle possibilité pour l’indication « sortie de secours », la matérialité même des éléments graphiques émerge comme une dimension centrale. Ils ne traitent plus alors les futures inscriptions comme des repères pour les voyageurs, mais en tant qu’objets dont ils se mettent à anticiper la portée écologique.

Léonard lève la tête : « Ici le plafond est en béton. Donc un panneau suspendu avec des chaînettes, c’est possible. Il serait visible en toutes circonstances puisque la lumière est suffisante ».
Herbert approuve cette appréciation. Néanmoins, après un rapide coup d’œil supplémentaire, il réplique : « la distance entre le plafond et la tête des voyageurs est trop courte. Les grands risquent de se blesser en se tapant dedans ».
Léonard se retourne, regarde à nouveau en l’air pour évaluer la distance, et ajoute sans hésiter : « et le panneau serait en partie caché par cette caméra. Et puis on risque de masquer l’information qui est sur le grand panneau » (figure 27).

Figure 27. Le panneau parmi d’autres objets

61Le raisonnement écologique des agents de maintenance ne se limite donc pas à la seule dimension graphique. À partir du moment où ils intègrent la matérialité des modules de la signalétique, ils se mettent à prendre en compte d’autres objets : la configuration architecturale des lieux, la présence de piliers, la localisation des néons lumineux, la position des caméras vidéos. Les opérateurs agissent alors au nom de toute l’écologie matérielle de la station. Ils considèrent dans un même mouvement les qualités d’exposition et les capacités indexicales des panneaux, la sécurité des voyageurs, la configuration générale du lieu, et les divers équipements qui peuplent l’environnement.

62Tout l’enjeu est de trouver le meilleur agencement possible dans cette multitude d’éléments, d’imaginer un scénario pour placer les futurs panneaux dans l’écologie générale de cette station de métro. C’est pourquoi l’ajout d’un panneau suspendu indiquant la sortie de secours n’est finalement pas retenu. Celui-ci gênerait la visibilité du grand panneau déjà installé dans le hall, constituerait un risque potentiel pour la sécurité des voyageurs de grande taille, et serait en partie masqué par la caméra.

63En cherchant une place à l’inscription « sortie de secours », les agents développent ainsi une expertise bien particulière qui prend corps dans un double mouvement. Elle s’apparente d’abord aux opérations des experts en authenticité qui procèdent au rattachement d’indices matériels à un corpus de savoirs partagés plus ou moins stabilisés (Ginzburg, 1980 ; Bessy et Chateauraynaud, 1995). Les agents sondent des voies d’articulation possibles entre leurs connaissances du dispositif de la signalétique, leurs savoir-faire en matière d’aménagement des espaces voyageurs et les caractéristiques graphiques et matérielles de l’environnement. Mais ils ne s’arrêtent pas là : les solutions qu’ils définissent dans ce mouvement restent en suspend. Leur évaluation et leur éventuelle validation s’appuient sur une autre forme de raisonnement qui revient à répondre à la question : « que se passerait-il si l’inscription était installée ici ? ». Pour chaque emplacement envisagé, les opérateurs effectuent une série de projections grâce auxquelles ils simulent l’état des lieux de la station. Ces projections permettent de trancher facilement : le moindre élément perturbateur (d’autres inscriptions, une caméra, etc.) disqualifie la solution. Une large part de leur expertise repose sur ce processus d’essais/erreurs simulés.

  • 2 Les opérateurs sont pleinement responsables de ce choix. Lorsqu’à la fin de cette intervention, l’ (...)

64Dans le cas présent, la solution est extrêmement difficile à trouver. Les débats des agents n’ont débouché sur aucune solution évidente. Pourtant, il n’est pas question qu’ils abandonnent leur décision au hasard2. Pour s’en sortir, ils optent finalement pour la seule alternative acceptable à leurs yeux : poser des autocollants sur le dos des portes battantes des tourniquets. Ce choix est particulièrement intéressant pour nous. Il souligne une dernière dimension essentielle du processus de placement.

Transformer l’environnement

65Les agents de maintenance interviennent dans un lieu où différents types d’objets sont déjà disposés les uns par rapport aux autres. Placer un panneau « sortie de secours », c’est modifier cet agencement préalable au moins en partie, ne fût-ce que de manière minime. Quelle que soit l’ampleur de l’intervention, elle comporte toujours potentiellement le risque de bouleverser l’ordre des choses. La mise en place se confronte donc à une énigme : trouver un emplacement qui assure la transformation graphique et matérielle de l’environnement sans déséquilibre majeur.

66C’est précisément ce qu’éprouvent les agents de maintenance tout au long de ce cas. Herbert et Léonard appréhendent la performativité de l’écrit comme un problème pratique. Pour chaque nouvel emplacement possible, ils essayent d’évaluer toutes les conséquences écologiques. Ni le grand panneau dans le hall, ni la vitrine de l’agence commerciale, ni la hauteur du plafond ne font complètement l’affaire. Envisagée au cours de leur déambulation, l’option qu’ils retiennent – poser des autocollants au dos des portes battantes – opère un arrangement spécifique des exigences de sécurité, du dispositif de la signalétique et des contraintes de l’environnement (figure 28).

67La solution dessine un délicat compromis. Les portes battantes des tourniquets sont directement impliquées dans l’action désignée par les futures inscriptions : sortir d’un lieu en passant par une porte. Elles permettent également de distinguer deux types de situation. En service normal, les portes battantes sont franchies uniquement pour entrer dans la zone marchande RATP. Elles marquent physiquement le seuil à partir duquel les voyageurs sont soumis aux règles de la tarification en vigueur. Lors d’une perturbation, la sortie peut s’effectuer par les portes automatiques habituellement dédiées à cette action, mais aussi par les tourniquets d’entrée qui fonctionnent alors en sens inverse.

Figure 28. Les autocollants sur les portes battantes (après validation)

68En faisant le choix d’utiliser les portes de ces tourniquets comme supports des nouvelles inscriptions, les agents optent pour un objet qui répond à leur exigence la plus ardue : ils trouvent une place disponible. Disponible d’abord sur le plan graphique. Aucune autre inscription n’est installée sur cet objet. Afficher ici « sortie de secours » ne nuit pas à l’ordre graphique de la station. Disponible ensuite sur le plan matériel. Les autocollants ainsi placés ne gênent en rien le déplacement ordinaire des voyageurs, et aucun élément de l’environnement n’entache leur qualité d’exposition. Enfin, et surtout, le dos des portes battantes constitue un emplacement disponible sur le plan pragmatique. Du point de vue des voyageurs déjà en station, les portes des tourniquets d’entrée ne représentent pas jusqu’ici un appui pertinent pour l’action. Désigner par un autocollant le fait qu’elles deviennent des sorties possibles en cas de perturbation grave ne représente donc pas de risque de conflit avec d’autres formes d’usages. Ainsi dotées, les portes battantes sont elles-mêmes transformées. Elles ne servent plus seulement à lutter contre la fraude mais deviennent aussi le support d’une norme de sécurité : lieu de l’inscription réglementaire qui indique le plus court chemin vers la sortie et dispositif technique qui permet de réaliser l’action appropriée.

69Il faut, pour terminer, insister sur un postulat essentiel de la situation évoquée. Les opérateurs raisonnent en s’appuyant sur une évidence : l’écologie qu’ils doivent préserver en installant les nouvelles indications de sécurité est largement stabilisée. La recherche d’un emplacement s’inscrit dans une chaîne d’activités qui lui préparent le terrain. Les trois disponibilités – graphique, matérielle et pragmatique – ne valent que parce que différentes opérations quotidiennes sont mises en œuvre pour maintenir l’ordre des choses : le nettoyage, l’effacement des graffiti, et bien sûr la réparation de tous les éléments fonctionnels tels que les portes. Ce dernier point souligne le fait que la disponibilité n’est pas une qualité intrinsèque des emplacements, qui serait donnée à l’avance et une fois pour toute. Elle est le résultat dynamique de la performation au jour le jour d’un environnement organisé et de son exploration par des opérateurs à la recherche d’une place pour leurs panneaux.

70Rappelons-le, le cas présenté ici est exceptionnel et s’avère particulièrement difficile. Mais, précisément parce qu’il fait sortir les opérateurs des cadres habituels de leurs interventions, il donne à voir la diversité des enjeux qui traversent le processus de placement. Il permet surtout d’adopter un autre regard sur la dimension performative de certains artefacts graphiques. Dans un lieu public, souvent peuplé d’écrits, la bonne place pour un panneau, celle qui garantit sa performativité, ne se définit pas uniquement dans un rapport entre une parcelle d’espace et une inscription. Sa désignation a elle-même une portée écologique : elle doit pouvoir transformer l’environnement sans démanteler ses fragiles équilibres graphiques, matériels et pragmatiques. C’est en ce sens qu’une bonne place est une place disponible. Cette perspective vaut sans doute aussi bien pour les écritures institutionnelles que pour d’autres types d’inscriptions (au premier rang desquelles la pratique du graffiti). Ce qui change alors n’est pas la nécessité de découvrir une place disponible, mais les entités qui sont considérées comme pertinentes pour appréhender l’équilibre de l’environnement.

CONCLUSION : LE PLACEMENT ET SES PERSPECTIVES

71Lorsque l’on appréhende les artefacts graphiques en termes d’équipement visuel de l’action ou d’ordonnancement politique des espaces, on a tendance à insister sur les principes stratégiques et théoriques qui les organisent. Pourtant, dans le cadre de l’installation d’un dispositif graphique, la mise en place effective de chaque inscription est un moment particulièrement sensible. Par-delà les grands principes et les documents normatifs qui définissent la position idéale pour chaque élément, le processus de placement s’accomplit via une série d’opérations plus ou moins complexes. L’analyse de ces opérations est essentielle à la compréhension de l’agir scriptural. La mise en place constitue en effet un acte d’écriture à part entière (Fraenkel, 2007). Poser un panneau dans un environnement, c’est écrire. En adoptant cette posture, et en la nourrissant d’une enquête ethnographique détaillée, nous avons cherché à opérer plusieurs déplacements.

72Comme nous l’avons précisé au début de ce chapitre, la mise en lumière de la pragmatique du travail de placement permet d’abord de se détacher des approches centrées sur l’interprétation des signes d’une manière relativement nouvelle. En insistant sur la part de travail inhérente au placement des inscriptions, nous avons mis au jour les savoirs et les savoir-faire des opérateurs qui l’accomplissent. Alors qu’on pourrait croire qu’installer des panneaux dans l’espace du métro est une opération facile, qui demande peu d’habiletés, nous avons vu qu’une grande part de l’activité des agents consiste à inventer in situ des solutions acceptables aux situations problématiques qu’ils rencontrent quotidiennement. Loin d’être une routine sans accroc, le processus de mise en place est ponctué de difficultés, d’ajustements, de doutes, voire de risques. Mettre en lumière ces difficultés permet de tenir dans le même mouvement l’activité des personnes chargées de l’installation des inscriptions, leurs contraintes prescriptives et situationnelles, ainsi que l’ensemble des éléments matériels présents dans l’environnement où elles interviennent. Nous avons ainsi vu que la désignation de la bonne place peut prendre la forme d’un véritable dilemme. Pour le résoudre, les agents naviguent tour à tour entre deux postures : celle du voyageur, dont il faut jalonner le parcours par un réseau d’inscriptions pertinentes, et celle de l’expert qui raisonne sur les critères spécifiques de l’aménagement graphique des espaces et qui peut simuler les conséquences de chacun de ses choix.

73Dans ce mouvement, les objets graphiques eux-mêmes apparaissent sous des angles très différents. Ils sont loin d’être inertes comme le laisserait entendre une lecture un peu rapide des travaux de R. Scollon et S.W. Scollon (2003). Certes, les panneaux et autres artefacts indicateurs ne valent pas grand chose aux yeux des passants tant qu’ils ne sont pas en place. Mais aux yeux des opérateurs qui sont chargés de leur installation, il en est tout autrement. L’un des intérêts du suivi attentif du travail de placement réside dans la mise en évidence de ce cadre dans lequel sont pris les artefacts graphiques lorsqu’ils sont encore en suspend, achevés du point de vue de leur fabrication, mais pas encore déposés dans l’environnement qu’ils doivent participer à transformer.

  • 3 Pour une analyse plus approfondie de cette question, se reporter à Denis et Pontille (2010a).

74Que nous apprend l’enquête de ce point de vue ? Elle montre d’abord que, d’une situation à l’autre, les modules de la signalétique ne sont pas traités de la même manière par les agents. Selon les hésitations qui les submergent et les moments du processus d’installation, ils les appréhendent en tant que textes, objets matériels, supports d’information, ou encore entité prise dans un réseau normalisé3. La réponse à l’énigme de la bonne place n’engage donc pas seulement un certain rapport à l’environnement. Elle passe aussi par une série de changements de points de vue sur l’objet à installer. Les deux dimensions tiennent en fait dans le même mouvement : l’exploration de l’écologie de l’espace, sa mise à l’épreuve, s’opère par le double engagement des corps des agents et de ceux des objets qui ne sont pas saisis de la même manière selon qu’il s’agit de savoir s’ils menacent l’ordre graphique d’un lieu ou s’ils risquent de gêner physiquement le déplacement des voyageurs de grande taille.

75Au-delà de ce premier constat, deux éléments nous semblent importants. Tout d’abord, il faut insister sur le caractère émergeant des différentes manières de traiter les objets graphiques lors du travail de placement. C’est l’exploration de l’environnement, l’enquête à laquelle se livrent les agents, qui les engage au fil de l’eau dans certains rapports aux modules de la signalétique. Les manières dont ceux-ci sont appréhendés dans les cours d’action ne renvoient donc pas à un stock de propriétés intrinsèques dans lequel les agents pourraient puiser pour clore leurs doutes. Nos observations nous incitent ensuite à souligner le caractère séquentiel des opérations qui aboutissent au placement des panneaux. Les opérateurs ne traitent jamais les objets comme un tout, une entité hybride qui serait à la fois matérielle, langagière, informationnelle, graphique, etc. Les qualités émergent au fil de chaque intervention et sont traitées les unes après les autres, puis hiérarchisées et finalement articulées. En d’autres termes, du côté du travail du placement, les écrits exposés ne sont pas des artefacts hybrides, ni des composites dont on ne pourrait plus identifier les ingrédients. Ils s’apparentent davantage à des objets multifacettes, qui ne peuvent pas être saisis en un seul regard dans leur totalité, mais dont on fait varier les angles au fur et à mesure de leur installation.

Notes

1 Ph. Artières et P. Rodak (2008) définissent l’ordre graphique comme « une unité d’écriture dominante dont la transgression est réprimée même si elle ne fait pas l’objet d’une réglementation. Cette domination graphique se manifeste par l’usage de graphies et de supports communs.[…] L’ordre graphique n’est pas propre aux régimes totalitaires, bien qu’il soit particulièrement rigoureux sous ces types de gouvernement » (p. 124 et 138). Dans le cadre de notre enquête, la notion est utilisée dans une version moins répressive. Elle prend place dans une réflexion écologique pour désigner les modalités de contrôle auxquelles est soumis le dispositif de la signalétique.

2 Les opérateurs sont pleinement responsables de ce choix. Lorsqu’à la fin de cette intervention, l’ethnographe récapitule pour demander une confirmation de sa compréhension de leur décision, Léonard conclue en précisant : « Tu comprends, on ne peut pas mettre un truc n’importe où ! Et puis, nos noms sont inscrits sur la feuille. Donc si il y a un problème, les responsables, c’est nous ».

3 Pour une analyse plus approfondie de cette question, se reporter à Denis et Pontille (2010a).

Table des illustrations

Légende Figure 18. Chercher un emplacement en observant les autres panneaux
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 19. Sur le quai d’en face : une réplique du panneau à installer
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Figure 20. L’emplacement du panneau à changer
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Figure 21. Trouver la sortie la plus proche du musée, de l’extérieur
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Figure 22. Prendre en compte un autre dispositif d’orientation
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Figure 23. La fin du quai et son unique panneau
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 24. Comparer avec l’autre quai
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 25. Un panneau suspendu dans la salle d’entrée
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Figure 26. Discuter des emplacements possibles pour indiquer la sortie de secours
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 27. Le panneau parmi d’autres objets
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Figure 28. Les autocollants sur les portes battantes (après validation)
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/1172/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search