Version classiqueVersion mobile

Lingua (non) grata

 | 
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky
, 
Alexandra Galitzine-Loumpet

Postface : Pour parler d’asile

Michel Agier

Texte intégral

1La recherche et l’ouvrage dirigés par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine-Loumpet, dans le cadre du programme LIMINAL de l’Agence nationale de la recherche (ANR), trouvent dans l’expression “Do you speak azil?”, reprise dans le chapitre conclusif, son image la plus éclairante et troublante à la fois. Il y est question de savoir parler dans un monde que les personnes étrangères découvrent et s’échinent à comprendre en Europe et singulièrement en France : celui de l’asile demandé, comme un droit en principe, mais accordé comme une faveur aux « demandeurs » quand il n’est pas refusé. Outre le droit d’asile, l’azil à comprendre est aussi un ensemble de lieux, qui répètent la duplicité originelle de son sens – l’asile qu’on offre et l’asile qui enferme. Ce sont des lieux d’accueil institutionnel, avec les campements plus ou moins pérennes qui leur sont souvent annexés à cause de l’attente à leurs portes ou du rejet à la rue des déboutés, et avec les centres de rétention qui se trouvent sur le même réseau de lieux. Ce qu’on apprend dans ce livre, c’est d’abord à mieux connaître l’écheveau de ces lieux qui forment les étapes (ou quelques-unes d’entre elles) d’un labyrinthe de l’étranger.

2Labyrinthiques sont tous ces contextes précisément décrits : la « Bulle » de la porte de la Chapelle et les campements de rue à Paris ; le centre d’hébergement d’urgence pour migrants (CHUM) d’Ivry ; les centres d’accueil et d’orientation (CAO) et les dispositifs du Programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile (PRADHA) dans les villages et petites villes du pays ; enfin les centres de rétention administrative (CRA). Sous ces acronymes de plus en plus nombreux et interchangeables, on voit se dessiner la toile d’un univers unique et sans sortie dans laquelle sont pris les exilés en demande d’accueil.

3Labyrinthique aussi est la raison sécuritaire qui inspire tous ces espaces ou, quand elle ne les inspire pas, les infiltre et les pervertit, au point de les rendre incompréhensibles pour leurs occupants, pourtant déjà habitués, lorsqu’ils ou elles arrivent en France, à avancer dans l’obscurité. Partout, les épreuves obligées de la bonne apparence, de la docilité, du sourire et de la patience face à celles et ceux qui vous contrôlent comme à celles et ceux qui vous aident, et ces gestes contraints d’obéissance et de bonne volonté s’avèrent encore insuffisants.

4Et au milieu de ces espaces et de ces expériences, il y a le labyrinthe de la langue. Il est vrai que « la plupart des études sur les migrations s’embarrassent peu de la question de la langue », comme on peut le lire en Introduction. De ce point de vue, l’apport de cet ouvrage est capital, c’est une avancée considérable dans la connaissance des mondes et questions de la migration.

  • 1Spivak Chakravorty, 2009 [1988], p. 37.

5Do you speak azil?” est donc la question qui désigne une compétence linguistique dont les autrices et auteurs montrent qu’elle est la clé de bien des interactions sur ces lieux à la fois sécuritaires et humanitaires. Pour comprendre la formation de cette compétence, l’enquête collective a pris en compte l’ensemble des acteurs, et pas seulement les exilés : les personnels associatifs, bénévoles, étatiques et les chercheurs eux-mêmes, contribuent avec les derniers arrivés – les migrants – à définir la situation, c’est-à-dire à lui donner un sens et à apprendre comment s’y comporter. Bien sûr (mais cette évidence est trop rarement prise en considération), le parcours des exilés est toujours fait d’usages des langues. Or, dans la rencontre des migrants avec les personnels administratifs ou associatifs des structures d’accueil ou de rétention, ils et elles vivent la violence d’échanges linguistiques inégaux, analogue à la « violence épistémique » analysée par Gayatri Spivak1. Mais dans le cas présent, cette violence ne s’applique pas depuis un continent dominant, l’Europe, sur un « sujet colonial » lointain redéfini en Autre radical ; elle opère sur place (dans les lieux d’arrivée et de tri des étrangers) et en situation (dans le face-à-face entre tous les acteurs). C’est là que les exilés redécouvrent la domination et l’humiliation par l’incompréhension : « l’asymétrie des échanges dans ces espaces participe d’une domination sécuritaire/humanitaire », peut-on lire encore. Quels que soient leurs statuts sociaux dans les pays de provenance, ils sont ici subalternes, position situationnelle qui ne correspond pas à leur identité, mais renforce la conscience d’une indésirabilité dans le monde.

6Pourtant, en entrant dans le détail des interactions comme le font les autrices et auteurs de l’ouvrage, on apprend que c’est plus complexe que cela. Ce n’est pas seulement une domination, c’est le cadre d’un changement culturel. Toute une « langue de la migration » prend forme, composée par les discours administratifs et les parlers de l’exil et tout un « argot de la migration ». Les enquêtes permettent de pénétrer dans les paysages linguistiques des différents lieux d’accueil. Elles s’intéressent aux « situations de traduction », aux traducteurs et traductrices, aux apprentissages des langues pendant la migration, en somme à tout ce qui rend les occupants des lieux un peu plus cosmopolites. Enfin, elles s’intéressent aux mots eux-mêmes, dits ou écrits, jusqu’à imaginer la possibilité d’une « base lexicale ». Une partie de cette base renvoie aux langues d’origine des exilé-e-s et aux principales langues des pays d’arrivée en Europe. Une autre partie correspond à tout ce qui est quotidiennement « bricolé » en mêlant les langues d’origine, celle des pays d’accueil et les langages bureaucratiques trouvés sur les chemins de l’asile.

7Ce pidgin est une constante des situations de frontière. Or, ces lieux (centres, camps, campements), s’ils sont géographiquement et administrativement sur le territoire français, sont eux-mêmes des espaces-frontières. C’est tout l’avantage de cette enquête linguistique située où l’on sait toujours sont les locuteurs, et grâce à laquelle on peut comprendre que les situations d’interlocution sont sociales et politiques en même temps que linguistiques. De quelles frontières s’agit-il ?

  • 2Akoka, 2020.

8La frontière est administrative puisque le passage vers le droit d’entrer et de rester dans le pays s’y joue comme dans un sas dont on ne sait pas à l’avance de quel côté l’on sortira selon le principe du tri, bureaucratisé et politique, entre les supposés « bons » réfugiés et « mauvais » migrants2. La frontière est culturelle, ses formes sensibles et les épreuves sont les malentendus ou les apprentissages sur les manières de faire, de penser ou se comporter avec les autres. La frontière est plus généralement anthropologique, la plus universelle sans doute, reconnaissable dans le moment de liminarité, d’entre-deux que ces lieux et situations représentent. C’est aussi, comme le souligne le post-scriptum de cet ouvrage, un moment et un espace de « liminalité », au sens de l’incertitude et de la fragilité physique, morale et psychologique que ressentent les exilés qui passent tant de temps, des mois voire des années, dans cette frontière ou ces frontières successives.

  • 3  Agier (dir.), 2014.
  • 4Arendt, 1982.

9À diverses occasions, j’ai défendu l’idée que les chercheurs et chercheuses qui enquêtent dans ces espaces de frontière et de mise à l’écart, et qui mettent au jour leurs mécanismes d’exclusion et d’humiliation, doivent tout faire pour en parler publiquement, pour rendre les camps célèbres3. Une célébrité qui fait écho à celle dont la philosophe Hannah Arendt disait, il y a soixante-dix ans, que la vie des réfugiés de toutes les couches sociales avait tant besoin pour répondre « à l’éternelle complainte […] : “personne ne sait qui je suis”4 ».

  • 5  « Des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement (...)

10Écrire et parler publiquement de l’asile aujourd’hui conduit donc vers ces espaces de mise à l’écart, qui nous obligent à rectifier l’image lissée, universaliste et autosatisfaite, à laquelle le pays où cela se passe, la France, prétend correspondre. Cette image est une fiction, certes désirée, et c’est en ce sens qu’elle peut encore dessiner un horizon et faire réfléchir aux moyens de l’atteindre. Mais cela passe par la reconnaissance et la prise en compte de la complexité actuelle de notre société, qui abrite des modes d’exclusion, de mise à l’écart, de production renouvelée de la figure de l’étranger, dans des espaces bien identifiés et connus, même s’ils sont gardés et difficiles d’accès. Alors même qu’ils se présentent comme « hétérotopiques5 », ces lieux font partie de l’espace et de la société française. Ils nourrissent sa diversité culturelle et notamment linguistique comme cet ouvrage l’a montré, et aussi sa propre cosmopolitisation : une part de l’appartenance au monde de notre pays se joue dans ces lieux et dans la manière dont la société et l’État les traitent, car c’est là que se met en scène, en paroles et en actes le choix entre l’accueil et le rejet des autres.

Bibliographie

Agier Michel (dir.), 2014, Un monde de camps, La Découverte, Paris, 350 p.

Akoka Karen, 2020, L’asile et l’exil. Une histoire de la distinction réfugiés/migrants, La Découverte, Paris, 360 p.

Arendt Hannah, 1982 [1951], Les origines du totalitarisme. L’impérialisme, Fayard, Paris.

Spivak Chakravorty Gayatri, 2009 [1988], Les subalternes peuvent-elles parler ?, éditions Amsterdam, Paris, 144 p.

Foucault Michel, 1984, « Des espaces autres », in id. Dits et écrits, tome IV, Gallimard, Paris, p. 752-762.

Notes

1Spivak Chakravorty, 2009 [1988], p. 37.

2Akoka, 2020.

3  Agier (dir.), 2014.

4Arendt, 1982.

5  « Des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables » selon les mots de Michel Foucault, 1984.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search