Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les expressions du collectif dans les écritures juives d'Europe centrale et orientale

 | 
Fleur Kuhn-Kennedy
, 
Cécile Rousselet

Ont contribué à cet ouvrage

Texte intégral

Nana Ariel
Nana Ariel est docteure en littérature comparée. En 2016-2017, elle est chercheuse invitée de Fulbright et de l’Israel Institute au département de littérature comparée de l’université d’Harvard. Elle a été maître de conférences au département de littérature et a fait partie des enseignants du programme d’excellence en art et humanités à l’université de Tel Aviv. Elle est en outre membre du groupe de recherche ADARR – Analyse du discours, argumentation et rhétorique. Sa thèse de doctorat porte sur la rhétorique du genre du manifeste, et analyse un corpus de manifestes hébreux. Elle sera publiée prochainement aux Presses universitaires de Bar Ilan sous le titre : Manifestos, Restless Writings on the Brink of the 21st Century.

Arnaud Bikard
Arnaud Bikard, maître de conférences à l’Inalco, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres modernes, a soutenu sa thèse de doctorat en littérature comparée à l’université Paris-Sorbonne. Il s’apprête à publier le résultat de son travail consacré à l’humaniste et poète yiddish de la Renaissance Élia Lévita. Ses recherches portent sur la circulation des modèles et des formes littéraires entre les mondes juif et non juif, ainsi qu’au sein même des littératures juives, en particulier yiddish et hébraïque.

Catherine Coquio
Catherine Coquio est professeure de littérature comparée à l’université Paris 7 – Denis Diderot où elle coanime l’axe « Écrire et penser avec l’histoire » du Cerilac. Elle a créé la collection « Littérature, histoire, politique » aux Éditions Garnier. Parmi ses ouvrages : Rwanda. Le réel et les récits (2004, Paris : Éditions Belin) ; l’Art contre l’art. Baudelaire, le joujou moderne et la « décadence » (2006, Bandol : Vallongues) ; l’Enfant et le Génocide (2007, avec A. Kaliksy, Paris : Robert Laffont) ; (sous sa direction) Retours du colonial ? (2008, Nantes : L’Atalante) ; le Leurre et l’Espoir. De Theresienstadt au Kinderblock de Birkenau (2013, Paris : Éditions L’Arachnéen) ; (sous sa direction) Roms, tsiganes, nomades : un malentendu européen (2013, avec J.-L. Poueyto, Paris : Karthala,) ; la Littérature en suspens. Écritures de la Shoah : le témoignage et les œuvres (2015, Paris : Éditions L’Arachnéen) et le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire (2015, Paris : Armand Colin).

Valentina Fedchenko
Valentina Fedchenko, maître de conférences au département de la culture juive à l’université d’État de Saint-Pétersbourg, a soutenu sa thèse en théorie linguistique sous la direction de Fatima Eloeva au département de linguistique générale à l’université d’État de Saint-Pétersbourg. Elle fait actuellement ses études postdoctorales à l’université d’État de Saint-Pétersbourg sur l’analyse du système du verbe en yiddish.

Masha Itzhaki
Masha Itzhaki, professeure émérite à l’Inalco (Cermom), à Paris. Spécialiste de la poésie hébraïque médiévale et de la littérature israélienne. Rédactrice en chef de la revue d’études juives YOD. Parmi ses ouvrages : l’Œuvre de Yehuda al-Harizi (dans une collection consacrée aux poètes hébreux en Espagne médiévale ; 2008, Tel Aviv University Press) ; Aharon Appelfeld : le réel et l’imaginaire (2011, Paris : L’Harmattan) ; « L’art poétique arabe en hébreu biblique » (Histoire de relations entre Juifs et musulmans du Coran à nos jours, 2013, Paris : Albin Michel ; English version : 2013, Princeton University Press) ; « Aharon Appelfeld, cinquante ans d’écriture » (YOD, no 19, juin 2014).

Luba Jurgenson
Luba Jurgenson est maître de conférences HDR à l’université Paris – Sorbonne, membre de l’Eur’ORBEM et membre associée du CRAL. Elle codirige le séminaire « Récit, fiction, histoire » à l’EHESS (CRAL) et, avec Philippe Mesnard, l’Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire (en cours). Elle a publié notamment L’expérience concentrationnaire est-elle indicible ? (2003, Monaco : Éditions du Rocher), Création et tyrannie (2009, Cabris : Éditions Sulliver) ainsi que, en collaboration : le Goulag en héritage, pour une anthropologie de la trace (2009, Paris : Petra), Des témoins aux héritiers, la Shoah et la culture européenne (2012, Paris : Petra), le Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale (2013, Paris : Petra), Témoigner par l’image (2014, Paris : Petra).

Francine Kaufmann
Francine Kaufmann est professeure des universités, retraitée de Bar-Ilan (Ramat-Gan, Israël) où elle a enseigné de 1974 à 2011 et a dirigé à deux reprises le département de traduction, d’interprétation et de traductologie. Docteure ès lettres (Paris X – Nanterre en 1976), diplômée de l’École des langues orientales (hébreu) et de l’université de Boston (communication publique), elle a publié une centaine de contributions dans ses domaines de recherche (littérature de la Shoah, culture juive, traductologie). Elle est aussi interprète de conférence, traductrice et réalisatrice de télévision et de radio. (Page personnelle : http://translation.biu.ac.il/​en/​page/​398.)

Carole Ksiazenicer-Matheron
Carole Ksiazenicer-Matheron est maître de conférences HDR en littérature comparée à l’université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Elle a publié les Temps de la fin (2006, Paris : Honoré Champion) sur Joseph Roth, Isaac Bashevis Singer et Mikhaïl Boulgakov et Déplier le temps : Israël Joshua Singer. Un écrivain yiddish dans l’histoire (2013, Paris : Classiques Garnier).

Fleur Kuhn-Kennedy
Fleur Kuhn-Kennedy est docteure en littérature générale et comparée de l’université Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle. Sa thèse consacrée à Joseph Opatoshu, Isaac Bashevis Singer, André Schwarz-Bart et David Grossman a été publiée aux éditions Classiques Garnier en 2015 sous le titre le Disciple et le Faussaire : imitation et subversion romanesques de la mémoire juive. Après avoir participé à un projet collectif de l’EHESS sur la collection yiddish argentine « Dos poylishe yidntum », et avoir travaillé à l’Inalco sur les questions de narration partagée dans les œuvres testimoniales issues de sources orales, elle se consacre actuellement à un projet postdoctoral portant sur l’émergence et le devenir d’une littérature féminine dans les milieux yiddishophones français après la Seconde Guerre mondiale. Elle enseigne également la langue et la littérature yiddish.

Brînduşa Nicolaescu
Dr Brînduşa Nicolaescu est chargée de cours à la faculté de Sciences-Politiques, université de Bucarest. Elle prend actuellement en charge un cours portant sur « Littérature et politique » et un autre intitulé « Academic Writing ». Ses intérêts actuels de recherche englobent la critique littéraire, la fiction dystopique et la fiction contemporaine en tant que critique sociale.

Daniel Oppenheim
Daniel Oppenheim est psychiatre et psychanalyste, docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse. Il a publié plus de 270 articles et 13 livres, en particulier Lettre à un adolescent sur le terrorisme (2015, Paris : Bayard) ; Peut-on guérir de la barbarie ? Apprendre des écrivains des camps (2012, Paris : Desclée de Brouwer) ; la Littérature et l’Expérience limite (2007, Paris : Campagne Première) ; Héritiers de l’exil et de la Shoah (2006, avec Hélène Oppenheim-Gluckman, Toulouse : Érès). Ses travaux portent sur les traumatismes majeurs, dus à la maladie, au handicap ou à la violence humaine, et leurs effets dans les familles à travers les générations.

Cécile Rousselet
Cécile Rousselet est doctorante en littérature comparée, sous la direction de Carole Matheron (Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle) et Luba Jurgenson (Paris IV – Sorbonne) : « Les personnages féminins face à l’histoire et à la mémoire dans les romans yiddish et russes entre 1930 et 1980 (I. J. Singer, I. B. Singer, M. Kulbak, A. Platonov, V. Grossman) », avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Elle a publié plusieurs articles, dont deux notices, « Amnésie » et « Anamnèse », pour l’Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire (dirigée par Philippe Mesnard et Luba Jurgenson, publication en cours).

Michèle Tauber
Michèle Tauber est maître de conférences HDR en littérature hébraïque moderne et contemporaine à Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle. Parmi ses dernières publications figurent : Aharon Appelfeld : cent ans de solitude juive (2015, Paris : Éditions Le bord de l’eau) ; « Nostalgie des accents dans l’hébreu israélien » (in Céline Masson [dir.], 2015, l’Accent, traces de l’exil, Paris : Éditions Hermann) ; « Les paysages de Joseph Roth et d’Aharon Appelfeld » (in Carole Ksiazenicer-Matheron & Stéphane Pesnel [dir.], 2015, Cahiers de l’Herne : Joseph Roth, Paris : Gallimard).

Laëtitia Tordjman
Laëtitia Tordjman est ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon et de l’université Columbia à New York. Ses travaux de doctorat, commencés à l’université Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle et soutenus par la Fondation pour la mémoire de la Shoah, portent sur la constitution et la remise en question des imaginaires nationaux dans la littérature yiddish et afro-américaine, de la fin du xixe siècle à l’entre-deux-guerres. Articles publiés : « Avant-gardes diasporiques et émergence du “tiers espace” » (2016, Itinéraires 2015-2) ; “Challenging the literary community” (in Mark Gelber et al. [eds.], 2017, Jewish Aspects in Avant-Garde, Berlin : De Gruyter Mouton) ; « Oser Warszawski, écrivain et témoin dans Résidences » (Actes du colloque « Écritures de la destruction dans le monde judéo-polonais » [à paraître]).

© Presses de l’Inalco, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540