Version classiqueVersion mobile

Krikor Beledian et la littérature arménienne contemporaine

 | 
Anaïd Donabedian
, 
Siranush Dvoyan
, 
Victoria Khurshudyan

L’œuvre de Krikor Beledian dans la revitalisation de l’arménien occidental

The work of Krikor Beledian in the revitalization of western armenian

Jennifer Manoukian

Résumé

Les travaux de langue arménienne de Krikor Beledian – ses œuvres en prose, ses poèmes et ses travaux de recherche – représentent une campagne de résistance menée contre l’affront des langues d’État de la diaspora arménienne. Son œuvre affirme l’indépendance et la légitimité des identités arméniennes diasporiques et encourage l’expansion de l’arménien occidental dans le xxie siècle. Dans cet article, j’examine les capacités pédagogiques de l’œuvre de Beledian, surtout Մարտ Mard (Combat) et Տրամ Dram (Drame), et soutiens que ces textes illustrent une créativité de la langue et une valorisation d’une identité diasporique qui peuvent former la prochaine génération d’intellectuels arméno-occidentaux ainsi qu’inspirer chez eux une mentalité qui favorise l’innovation linguistique et culturelle en diaspora. Son œuvre pourrait changer le discours dominant sur l’arménien occidental – caractérisé par la notion de « préservation » – et le réorienter vers la transformation, servant de modèle pour une sorte de modernisation de la langue que les étudiants puissent reprendre de leur propre manière. Je commence avec une discussion de Krikor Beledian comme intermédiaire entre la production intellectuelle de langue arménienne occidentale à la fin de l’époque ottomane et la période contemporaine. Ensuite, je me focalise sur les travaux de recherche de Beledian pour illustrer que ces textes tentent de façonner un avenir pour la langue et montrer la richesse de sa palette plutôt que de reconstruire un monde disparu. Je termine avec une brève étude du yiddish – une langue de diaspora qui fait face à la marginalité et l’obsolescence, mais qui également vit une renaissance chez les jeunes – pour proposer les mises en œuvre possibles des bases linguistiques qu’a créées Beledian dans le but d’encourager la créativité et l’invention linguistiques en arménien occidental.

Texte intégral

Introduction

1Il y a quelques années, j’ai commencé à travailler au sein d’une organisation arménienne à New York. Son siège est comme un microcosme du peuple arménien d’aujourd’hui où les habitudes linguistiques diverses de la diaspora sont mises en lumière. Souvent je me prends pour une espionne, notant les expressions que j’entends et toujours consciente du mélange naturel des langues et des différences dans les attitudes linguistiques parmi les générations qui composent le bureau.

2Au premier rang de l’organisation se trouvent des Arméniens d’une soixantaine d’années nés au Moyen-Orient qui parlent entre eux en arménien occidental, la langue qui leur vient le plus naturellement. Leur arménien occidental se mêle avec des termes techniques en anglais d’une manière détendue et subconsciente, sans qu’ils se rendent compte ni de leurs zigzags linguistiques ni de leur position importante comme la dernière génération à utiliser la langue inconsciemment comme mode de communication plutôt que comme un symbole d’identité.

3Dans le reste du bureau, composé de gens entre vingt et cinquante ans, il y a beaucoup plus de variation dans les pratiques linguistiques – d’un usage même agressif de l’anglais à un bilinguisme confortable. Il y a ceux qui n’ont pas la moindre connaissance de l’arménien occidental et qui viennent de familles installées aux États‑Unis depuis deux ou trois générations ; ceux qui ont une connaissance passive de la langue, l’entendant à la maison ou à l’école du samedi ; et des locuteurs natifs qui viennent de déménager de Syrie. Et puis, il y a ceux qui, comme moi, ont appris la langue à l’université en tant que langue étrangère. Quand nous – les jeunes – parlons tous ensemble, la conversation se déroule en anglais ou dans un mélange maladroit des deux langues, passant à l’anglais quand le sujet devient trop contemporain ou quand nous n’arrivons pas à trouver les mots pour parler de nos propres expériences à nous.

4Mais c’est quand même à nous de déterminer l’avenir de l’arménien occidental. C’est à nous de déterminer les pratiques linguistiques dans cinquante ans. Le problème sous-jacent de l’arménien occidental et de toutes les langues dites non territoriales, c’est qu’elles risquent de devenir des reliques du passé si notre rapport à la langue ne change pas.

5Je propose ici une forme de revitalisation de l’arménien occidental en utilisant l’œuvre de Krikor Beledian en tant qu’outil pédagogique dans les cours d’arménien à l’université. Je constate que ses travaux montrent une créativité intellectuelle moderne qui permettrait aux étudiants de se sentir propriétaires de la langue et susciterait un changement de mentalité, facilitant l’expansion de l’arménien occidental vers de nouveaux domaines linguistiques. Grâce à son œuvre, Beledian pourrait, donc, entrer dans un apprentissage indirect avec des étudiants partout dans le monde pour illustrer un rapport flexible, ouvert et en perpétuelle évolution avec la langue et l’identité diasporique. Cette attitude pourrait, à son tour, aider les étudiants à se lancer dans leurs propres formes de revitalisation. À la fin, je jetterai un coup d’œil aux campagnes de modernisation du yiddish et aux projets au sein des communautés juives de la diaspora pour développer la langue et pour cultiver un nouveau rapport entre les jeunes et leur langue ancestrale.

Beledian dans les cours universitaires

6Lire et parler de l’œuvre de Beledian dans les cours universitaires présente deux avantages : d’abord, l’œuvre présente aux étudiants un modèle pour la créativité linguistique dont ils peuvent se servir ; ensuite, l’œuvre reconnaît implicitement la validité de leurs expériences en diaspora, qui sont définies par l’hybridité. Au lieu de voir la corrosion dans l’échange inévitable de langues et de cultures dans la diaspora, l’œuvre de Beledian valorise la confluence culturelle et encourage la valorisation de cette confluence.

  • 1 Bernard Spolsky, “Conditions for Language Revitalization: A Comparison of the Cases of Hebrew and M (...)
  • 2 David Crystal, Language Death (Cambridge: Cambridge University Press, 2014), p. 28‑29.

7Par rapport à d’autres langues en danger, l’arménien occidental occupe une position enviable : elle est une langue écrite avec une grammaire codifiée – deux des trois conditions préalables de la revitalisation linguistique1. En ce moment, le défi est la troisième condition : la modernisation linguistique que Beledian et une poignée de ses contemporains ont déjà initiée à travers leurs efforts pour empêcher l’usure du discours – c’est-à-dire l’usage de la langue dans de moins en moins de domaines sociaux – et pour élargir la gamme de l’arménien occidental2. Mais comment peut-on encourager cette propension au développement, cette responsabilité de la langue, dans les générations qui vivent dans au moins deux sphères culturelles où la maîtrise de l’arménien occidental sera toujours plus faible que la langue de l’école, des médias et de la vie publique ?

8L’idée que la revitalisation de la langue s’effectuera grâce à la lecture d’un seul écrivain paraît, bien entendu, peu réaliste. Mais dans les années qui viennent, il se peut que seuls ceux qui s’intéressent à l’arménien occidental se consacrent à l’apprendre. Si on accepte que l’intégration de cette ressource pédagogique a pour but de créer un petit groupe qui ressent déjà une affinité pour la langue et pour son épanouissement, l’idée paraît un peu moins idéaliste.

Beledian et la création linguistique

  • 3 Lenore A. Grenoble, “Language Ecology and Endangerment,” dans The Cambridge Handbook of Endangered (...)
  • 4 Alexandra Y. Aikhenvald, “The Social Life of a Language: Will Manambu Survive?” dans New Perspectiv (...)

9Comment l’œuvre de Krikor Beledian propose-t-elle un modèle de la création linguistique qui permettrait aux étudiants de parler de la vie en diaspora ? Examinons de plus près la notion du changement linguistique par rapport aux langues en danger. Les langues vivantes sont dans un processus de changement permanent, mais quand il s’agit de langues en danger, on observe souvent une attitude conservatrice par rapport au changement linguistique3. Ce genre de purisme a tendance à assimiler changement et déclin, mais, en réalité, ce n’est qu’avec des changements qu’une langue peut s’adapter aux nouvelles circonstances de ses locuteurs. La revitalisation d’une langue exige une attitude ouverte au changement et à la variation linguistique, condition pour que les jeunes ne s’éloignent pas de la langue4. Il est important de rappeler que personne n’est propriétaire d’une langue – elle est, par nature, fluide et en constante évolution.

10Dans son introduction à Combat, Beledian parle de ses propres tentatives de modernisation linguistique lors de la rédaction de son volume Drame :

  • 5 Գրիգոր Պըլտեան, «Մարտ» (Անթիլիաս։ Տպարան Կիլիկիոյ Կաթողիկոսութեան, 1997), p. 8.

Տրամը յօրիներ էր լեզուն, յղացային դրութիւն մը, հետզհետէ զարգացող, ճկունցող, որ կը պակսէր ինծի Ահեկանեան տարիներուն, ուրկէ կու գայ սակայն հատորը։ Փորձեր էի համապատասխանել այժմին, արդիին, որ գտեր էի Արեւմուտքի մէջ, լեզուն դարձնել ատակ՝ վերապրելու, իրականութեան հետ իր բախումէն ետք։5

11Beledian montre ici un enrichissement conscient de l’arménien occidental avec la création de néologismes – le résultat de son contact avec plusieurs langues et cultures. Autrement dit, grâce à son implication profonde dans la société qui l’entoure – une caractéristique primordiale de la vie en diaspora – Beledian donne un exemple d’un cas où le contact linguistique peut être perçu comme une force créatrice pour la langue plutôt qu’une force destructrice.

12Depuis la standardisation de l’arménien occidental dans la seconde moitié du xixe siècle, on observe une volonté d’enrichir la langue pour exprimer de nouvelles idées. Les livres et revues de cette époque sont remplis de nouveaux mots, avec leurs équivalents en français, en anglais ou même en allemand entre parenthèses.

13Beledian met à jour les inventions linguistiques d’autres écrivains et crée ses propres néologismes pour rendre possible la discussion des tendances littéraires et intellectuelles contemporaines avec un vocabulaire très précis. Par exemple, dans Combat, Beledian se sert des néologismes de Chahan Berberian, un écrivain et pédagogue de Constantinople au début du xxe siècle, en particulier վերկայացում [représentation] et քնարախաղ [drame lyrique], ainsi qu’un mot qu’il retrouve chez Hagop Oshagan, համասրտութիւն [solidarité], parmi tant d’autres.

14Dans Combat, encore une fois, Beledian crée des calques. Ces mots, comme յարագրութիւն [paratexte], de l’Introduction à l’architexte de Gérard Genette, ou comme վիպագիտութիւն [narratologie], ինքնաբեր գրուածք [l’écriture automatique] et միջենթակայական [intersubjectif] appartiennent à la langue de la théorie, une discipline insuffisamment développée en arménien occidental.

15Le renouvellement linguistique commence avec ces petites inventions. Ce genre de flexibilité est, en effet, encourageant pour les étudiants qui peuvent employer ce modèle pour façonner la langue comme ils le veulent. Suivant l’exemple de Beledian, les étudiants auront plus d’occasions de voir la plasticité de l’arménien occidental ainsi que la valeur de leurs expériences hors de la communauté arménienne dans le développement de la langue. Dans les cours, les professeurs pourraient encourager leurs étudiants à inventer de nouveaux termes, à les employer dans leurs écritures et à continuer la tradition d’innovation linguistique qu’incarne Beledian. Ainsi, l’arménien occidental pourrait se diversifier dans de nouveaux domaines lexicaux, ajouter des dimensions à la langue et s’opposer à un purisme qui l’engage sur la voie de l’obsolescence.

Beledian et l’identité diasporique

16Ensuite, comment les travaux de Beledian peuvent-ils inspirer une nouvelle compréhension de l’identité diasporique chez ses lecteurs ? Une qualité essentielle de ses écrits, c’est l’idée que la littérature arménienne pourrait bénéficier des comparaisons à celles d’autres cultures. Dans Drame, par exemple, il passe du Rig Veda à Aristote jusqu’à Deleuze pour positionner la littérature arménienne dans un domaine littéraire beaucoup plus vaste et pour montrer l’utilité de l’échange culturel. Au-delà de ces comparaisons, son œuvre s’oppose à l’insularité du monde arménien grâce aux études détaillées d’écrivains hors du canon littéraire, notamment Chahan Chahnour, Nigoghos Sarafian et Zareh Vorpouni, ce qui montre aux étudiants un précédent d’assimilation des influences stylistiques et thématiques de plusieurs cultures au sein de la littérature arméno-occidentale.

17Les travaux de Beledian fournissent également une alternative à l’orientation vers l’Arménie pour la stimulation intellectuelle et culturelle. Ce changement de mentalité peut contribuer à fortifier une identité diasporique distincte et à affirmer l’indépendance de la diaspora, poussant les étudiants à voir l’authenticité, la validité et la matière pour le développement culturel arménien dans la diaspora.

  • 6 Razmik Panossian, “Between Ambivalence and Intrusion: Politics and Identity in Armenia-Diaspora Rel (...)

18L’œuvre de Beledian est une concrétisation de l’idée de Razmik Panossian qui écrit que « l’identité diasporique n’est pas une extension de la patrie » et que « la diaspora elle-même est construite grâce aux travaux d’intellectuels et d’organisations ». Il « rejette l’idée de l’appartenance à une patrie précise, en revendiquant l’appartenance à une entité diasporique transnationale qui continue à maintenir une idée d’identité nationale sans l’idée du retour6. »

19Lire Beledian dans les cours universitaires ne peut que renforcer cette conception de la diaspora et contribuer à former les intellectuels nécessaires pour la soutenir. La pérennisation de cette tradition intellectuelle diasporique a besoin de ces étudiants. Cette perception d’une diaspora vivante s’opposerait à une tendance à se tourner vers l’Arménie et à apprendre l’arménien oriental au lieu de tendre la main à la diaspora et à l’arménien occidental. Autrement dit, les travaux de Beledian montrent comment la diaspora pourrait se maintenir et s’alimenter, et refusent implicitement de permettre à l’arménien oriental de remplacer l’arménien occidental simplement à cause de son utilité et de son pouvoir relatif. L’expérimentation linguistique contemporaine chez Beledian montre aux étudiants que l’arménien occidental n’est pas du tout une langue fossilisée ; elle est, et peut demeurer, une langue vivante.

La revitalisation du yiddish

20Mais une fois que les étudiants découvrent l’œuvre de Beledian et ce qu’elle implique, que peuvent-ils faire de ces idées de modernisation et de réorientation culturelle ? Le cas du yiddish – une autre langue dite non territoriale qui contraste avec la langue de sa « patrie » – nous présente une campagne de revitalisation linguistique et culturelle en diaspora qui s’est réalisée grâce à des locuteurs jeunes.

  • 7 Joshua Shanes, “Yiddish and Jewish Diaspora Nationalism”, Monatshefte 2 (1998), p. 178.

21La renaissance du yiddish dans la diaspora juive est une expression de la tension entre l’identité diasporique et l’identité israélienne ; dans le cas du yiddish, la langue s’identifie explicitement à une forme de nationalisme qui résiste au sionisme politique en Israël7. Elle représente en effet une identité distincte et autonome. Face à la difficulté de perpétuer une langue en diaspora, le yiddish prospère culturellement dans ces trois dernières décennies grâce aux soins des jeunes qui s’y intéressent et qui refont la langue à leur propre manière. À propos de la résurgence linguistique, le linguiste Joshua Fishman remarque :

  • 8 Joshua Fishman, “A Decade in the Life of a Two-in-One Language: Yiddish in New York City (Secular a (...)

Il y a beaucoup plus de jeunes qui s’engagent professionnellement avec le yiddish aujourd’hui que dans la génération précédente, y compris des professeurs, traducteurs, musiciens, chercheurs et étudiants. Il y a beaucoup plus souvent un regret parmi beaucoup d’autres que leurs parents ne leur aient pas transmis la langue ou qu’ils ne se soient pas intéressés à la langue pendant leur enfance8.

  • 9 Cecile Esther Kuznitz, YIVO and the Making of Modern Jewish Culture: Scholarship for the Yiddish Na (...)

22La promotion de l’apprentissage et de l’usage du yiddish est soutenue non seulement par des individus, mais par des institutions de la diaspora juive. Le Yiddish Institute for Jewish Research (YIVO) est l’institution la plus puissante dans la perpétuation de la langue, grâce à la publication de revues académiques, de dictionnaires et manuels scolaires sur le yiddish ainsi qu’à la formation des étudiants et chercheurs et l’organisation des cours d’été. Fondé en 1925 en Pologne et installé à New York depuis 1940, YIVO s’efforce, dès son début, de moderniser la langue, en jouant un rôle essentiel dans la planification linguistique, y compris la création des néologismes, la réforme de l’orthographe et le développement lexical9.

  • 10 Il n’y a presque rien d’écrit sur le Yiddish Farm. La meilleure ressource est le site-web du projet (...)

23L’idéologie du YIVO se retrouve dans le Yiddish Farm, fondé en 2010 dans l’état de New York. Le Yiddish Farm est un programme d’immersion impliquant des novices comme des locuteurs natifs, qui habitent tous ensemble, travaillent la terre et étudient la grammaire, le vocabulaire et la littérature yiddish dans le but d’élargir les domaines de la langue. Les participants, dont la plupart ont une vingtaine ou une trentaine d’années, sont obligés d’employer le yiddish dans les cours, dans la cuisine et dans les champs ainsi qu’en chantant, en lisant à haute voix et en bavardant. La ferme cherche à approfondir le yiddish et à neutraliser les conséquences de l’acculturation, en fournissant de nouveaux contextes pour son utilisation et en revendiquant la langue comme une source d’identité10.

  • 11 Aux États‑Unis, il existe aussi des groupes de théâtre en yiddish, des groupes musicaux et des fest (...)

24Le Yiddish Farm constitue un lieu pour l’usage de la langue et une communauté non virtuelle pour accompagner les programmes traditionnels dans des cours universitaires ou d’été. Jusqu’à présent, le Yiddish Farm ne compte que 80 participants, mais toute campagne de revitalisation semblera petite lorsque l’apprentissage repose uniquement sur le volontariat individuel. L’existence de ce mouvement, bien qu’il soit modeste, affirme néanmoins l’importance, pour certains jeunes de la diaspora juive, de rester à jour en yiddish et d’empêcher le plongeon de la langue dans l’oubli11.

  • 12 Jeffrey Shandler, Adventures in Yiddishland: Postvernacular Language & Culture (Berkeley: Universit (...)

25Le yiddish, comme toute langue non territoriale, sera en perpétuelle compétition avec la langue de l’État, la langue dominante du pays. Reconnaissant cette réalité et observant un nouveau rapport avec le yiddish, basé sur le désir plutôt que la nécessité de l’usage, le sociologue américain Jeffrey Shandler a inventé le concept de « postvernacularité ». Sur le plan linguistique, Shandler constate que la postvernacularité est émancipatrice en envisageant l’avenir d’une langue, car elle valorise plusieurs modèles d’engagement, outre le modèle « idéal » de maîtrise parfaite d’une langue maternelle. Le plus grand défi, dit Shandler, c’est de résister à la tentation d’évaluer les pratiques linguistiques des jeunes d’aujourd’hui en se basant sur un modèle d’avant la Shoah12.

Qu’est-ce que la diaspora arménienne pourrait apprendre de la diaspora juive ?

26Comment ceux qui étudient l’arménien occidental peuvent-ils mettre en pratique le concept de postvernacularité pour poursuivre la revitalisation linguistique et culturelle en s’inspirant de l’œuvre de Beledian ? D’abord, un changement de mentalité dans la diaspora arménienne envers la langue est essentiel. Il y a une fixation culturelle sur la « préservation » linguistique, qui condamne déjà la langue à une mort inévitable car elle la fige dans un passé lointain. Pour que la langue soit vivante, l’attitude linguistique doit se focaliser plutôt sur son expansion. La vitalité de chaque langue se trouve dans sa variation et son adaptabilité aux nouvelles circonstances. L’adoption de nouvelles formes linguistiques ne signifie pas une corruption de la langue, mais une mise à jour dans le but de décrire la vie culturelle hybride de ses locuteurs.

  • 13 Fishman, p. 83.

27Comment pourrait-on s’y prendre pour le faire ? Bien évidemment, l’internet réussit à réunir facilement une communauté d’innovateurs linguistiques dans les communautés dispersées de la diaspora. Concernant le yiddish, Fishman écrit que « les langues en danger ne peuvent survivre à leur contact avec le monde moderne si elles ne s’appuient pas sur des communautés fortes et des limites culturelles viables. Ce phénomène peut s’étendre de la salle de classe au domaine virtuel13. » À cause de la dispersion progressive des locuteurs d’arménien occidental, la langue deviendra de plus en plus une langue virtuelle avec la baisse de l’usage oral. Mais, si on considère cette baisse d’un point de vue postvernaculaire, elle ne signifie pas forcément un déclin.

28Les campagnes de revitalisation de la langue peuvent même être incorporées dans le programme d’étude en demandant aux étudiants, par exemple, de :

  • rédiger pour Wikipédia des articles en arménien occidental qui traitent des concepts philosophiques, littéraires ou très contemporains qui n’existent pas encore dans le lexique ;
  • traduire des textes en arménien occidental de n’importe quel registre – depuis les contes de fées jusqu’à la critique littéraire – pour enrichir la langue et valider les identités multiples de la diaspora14 ;
  • écrire leurs propres histoires en arménien occidental, relatant des expériences diasporiques, pour créer un corpus de littérature arméno-occidentale du vingt-et-unième siècle qui favorise la confluence culturelle de ses locuteurs.

29En imaginant l’avenir de la langue, Krikor Beledian et son œuvre servent d’exemple dans la création d’une nouvelle génération d’innovateurs linguistiques et d’intellectuels de la diaspora qui brandiront l’arménien occidental comme une de leurs langues. Face au conservatisme envers la langue et son évolution, Beledian apparaît comme un modèle d’une réalité postvernaculaire où l’arménien occidental ne doit plus être considéré sur le seuil de la mort, mais plutôt à l’aube d’une nouvelle période dans son histoire.

Notes

1 Bernard Spolsky, “Conditions for Language Revitalization: A Comparison of the Cases of Hebrew and Maori” dans Language and the State: Revitalization and Revival in Israel and Eire,

ed. SueWright (Clevedon: Multilingual Matters, 1996), p. 529.

2 David Crystal, Language Death (Cambridge: Cambridge University Press, 2014), p. 28‑29.

3 Lenore A. Grenoble, “Language Ecology and Endangerment,” dans The Cambridge Handbook of Endangered Languages, eds. Peter K. Austin & Julia Sallabank (Cambridge: Cambridge University Press, 2011), p. 27.

4 Alexandra Y. Aikhenvald, “The Social Life of a Language: Will Manambu Survive?” dans New Perspectives on Endangered Languages: Bridging Gaps between Sociolinguistics, Documentation and Language Revitalization, eds. José Antonio Flores Farfán & Fernando Ramallo (Amsterdam: John Benjamins Publishing Company, 2010), p. 24.

5 Գրիգոր Պըլտեան, «Մարտ» (Անթիլիաս։ Տպարան Կիլիկիոյ Կաթողիկոսութեան, 1997), p. 8.

6 Razmik Panossian, “Between Ambivalence and Intrusion: Politics and Identity in Armenia-Diaspora Relations” Diaspora: A Journal of Transnational Studies 7 (1998), p. 150‑151.

7 Joshua Shanes, “Yiddish and Jewish Diaspora Nationalism”, Monatshefte 2 (1998), p. 178.

8 Joshua Fishman, “A Decade in the Life of a Two-in-One Language: Yiddish in New York City (Secular and Ultra-Orthodox)” dans Can Threatened Languages Be Saved?: Reversing Language Shift, Revisited: A 21st Century Perspective, ed. Joshua Fishman (Toronto: Multilingual Matters, 2001), p. 88.

9 Cecile Esther Kuznitz, YIVO and the Making of Modern Jewish Culture: Scholarship for the Yiddish Nation (Cambridge: Cambridge University Press, 2014), p. 163‑171.

10 Il n’y a presque rien d’écrit sur le Yiddish Farm. La meilleure ressource est le site-web du projet : yiddishfarm.org/about-us et yiddishfarm.org/about-us/our-values.

11 Aux États‑Unis, il existe aussi des groupes de théâtre en yiddish, des groupes musicaux et des festivals culturels ainsi que le Yiddish Book Center, qui recueille, traduit et diffuse les livres en yiddish pour accroître la portée de l’identité juive moderne.

12 Jeffrey Shandler, Adventures in Yiddishland: Postvernacular Language & Culture (Berkeley: University of California Press, 2006), p. 59‑92.

13 Fishman, p. 83.

14 On pourrait prendre par exemple Փոքրիկ Նիկոլը [Le Petit Nicolas], trad. Anaïd Donabédian et Chaghig Meguerditchian (Paris: IMAV Editions, 2015), traduit du français en arménien occidental, et Ալքիմիկոս [The Alchemist], trad. Khatchig Mouradian (Beirut: Hamazkayin, 2004), traduit de l’anglais en arménien occidental. Voir aussi Evertype Publishing aux États‑Unis, maison d’édition qui se consacre à publier des traductions du Hobbit et Alice au pays des merveilles en plusieurs langues en danger. Jusqu’à présent, des traductions existent en gaélique, en hawaïen, en tongien, en maori, en yiddish, en zulu et en ladino, parmi beaucoup d’autres langues.

© Presses de l’Inalco, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search