Version classiqueVersion mobile

Marques de registre dans les dictionnaires bilingues

 | 
Gueorgui Armianov

Évolution des marques de registre dans les dictionnaires bilingues français-russe (1980‑2010)

Natalia Soujaeff

Résumé

Le présent article est consacré aux constantes et aux évolutions observables dans le marquage stylistique de trois dictionnaires de référence français‑russe (Ganšina, Gak & Triomphe, Gak & Ganšina), parus respectivement en 1982, 1991 et 2010, soit sur une période de 30 ans. Leur comparaison nous permet non seulement d’affirmer que les marques de registre évoluent d’un dictionnaire à l’autre, mais également de cerner les différentes manifestations de ces changements sur l’axe temporel. Les causes qui ont pu conduire à ces évolutions sont elles aussi évoquées dans notre article. Celui‑ci est constitué de deux parties, la première est consacrée à l’étude et à la comparaison des tables d’abréviations et la deuxième, à l’observation des évolutions du marquage stylistique sur un échantillon d’environ 10 000 mots (y compris les expressions).

Texte intégral

Introduction

1Dans la présente étude, nous comparons trois dictionnaires de référence français-russe (Ganšina, Gak & Triomphe, Gak & Ganšina), parus respectivement en 1982, 1991 et 2010, soit sur une période de 30 ans. Ces ouvrages présentent d’emblée des différences substantielles d’ordre qualitatif et quantitatif (51 000 mots dans le premier contre 37 000 dans le deuxième et 70 000 dans le troisième). Nous nous limiterons à examiner un échantillon de 10 000 mots dans chaque dictionnaire.

2Nous nous intéressons tout d’abord à la liste des marques de registre retenues par les auteurs de ces trois dictionnaires. Cette question du choix ne fait pas l’unanimité chez les lexicographes et le contenu des listes s’en ressent inévitablement. Cette variabilité n’est cependant pas la seule qui doive être prise en compte. Si en effet on suppose que les marques de registre évoluent dans le temps, il faudra précisément cerner les différentes manifestations de ces changements (apparition, disparition, transformation, simplification). Nous tenterons également de déterminer les causes qui ont pu concourir à ces évolutions (changements des normes stylistiques, développement de nouvelles connotations, absence de frontière nette entre certains registres, etc.). La deuxième partie de notre article est consacrée à l’étude du corpus. À partir d’un échantillon, nous observerons comment le marquage stylistique évolue d’un dictionnaire à l’autre. Les évolutions des dictionnaires unilingues russes et français et les relations qu’ils entretiennent avec les dictionnaires bilingues n’y seront pas abordées.

Remarques préalables

  • 1 Corbin & Gasiglia, 2011, p. 658.
  • 2 Bojko, 1991, Kostomarov, 2006, Skljarevskaja, 1988.
  • 3 Aujourd’hui encore le choix entre les marques de registre « populaire » – « familier » – « argotiqu (...)

3Malgré les progrès dans « l’explication des principes de description de la variété des usages1 » dans les dictionnaires unilingues et bilingues, beaucoup de questions ne sont pas résolues. On peut par exemple évoquer l’absence à ce jour de théorie stylistique du mot adaptée à la lexicographie ou encore l’existence d’approches différentes des catégories d’ordre émotif, évaluatif ou expressif2. Les critères d’attribution de certaines marques restent aussi parfois très arbitraires3. Le résultat de l’absence d’une approche commune, c’est que le plus souvent chaque dictionnaire utilise son système de marques de registre, ces dernières pouvant parfois être sensiblement différentes de l’un à l’autre. Cela vaut pour les dictionnaires unilingues comme pour les dictionnaires bilingues.

  • 4 Les marques dictionnairiques sont devisées par Hausmann selon les critères suivants : 1) temporalit (...)

4Nous ne rentrerons pas dans la discussion concernant la distinction entre « niveaux » et « registres », le choix des marques ou encore leur hiérarchisation. Ayant pour but de dégager certaines tendances (voire évolutions) dans l’utilisation du marquage stylistique, nous adoptons une vision large de celui‑ci et tenons compte de toutes les « marques d’usage » utilisées dans les dictionnaires étudiés. Comme cadre de recherche nous avons adopté la typologie de description dictionnairique proposée par Hausmann qui divise les marques dictionnairiques en onze catégories : diachronique, diatopique, diaintégratif, diamédial, diastratique, diaphasique, diatextuel, diatechnique, diafréquentiel, diaévaluatif, dianormatif4.

5Notre étude porte sur trois dictionnaires bilingues français-russe. Il convient de donner quelques précisions à leur sujet.

6Au cours des deux derniers siècles, de nombreux dictionnaires français-russe de volume et de types différents ont été publiés. Parmi ces ouvrages, le plus connu et le plus utilisé était celui du professeur Ganšina, qui a fait l’objet de multiples rééditions et révisions, y compris après la mort de son auteur en 1952. Nous avons pris comme point de repère la neuvième édition publiée en 1982. Elle a été complétée par du lexique nouveau, des phraséologismes, du vocabulaire spécialisé ; les termes étroitement spécialisés en ont disparu, les historicismes et mots vieillis ont été conservés.

  • 5 Gak & Ganšina, 2010, V.

7Le Ganšina cependant avait vieilli irrémédiablement et à cet égard la comparaison des entrées de la dernière édition revue et complétée du dictionnaire (1971) avec celles du Petit Robert de 1993 est significative. Il y manque près d’un quart de la nomenclature du deuxième5.

8Le deuxième dictionnaire est celui de Gak & Ganšina. Publié au début des années 1990 par les éditions Drofa, il conserve les principes lexicographiques de son prédécesseur. Présentant un nombre d’entrées beaucoup plus important, il contient en effet la quasi-totalité des mots du Petit Robert (1993) et du Petit Larousse illustré (1992) ainsi que des unités lexicales absentes de ces deux ouvrages. Destiné à l’usage russe, ce dictionnaire décrit les particularités grammaticales, phonétiques, orthographiques, sémantiques et stylistiques des mots français. Dans le cadre de cette recherche nous nous appuyons sur la onzième (la dernière) édition de cet ouvrage parue en 2010.

9Enfin le troisième, situé chronologiquement entre les deux autres, est le fruit d’un travail commun des lexicographes français et russes. Il a été publié en 1991 par les éditions Rousskij Yazyk sous la direction de Gak & Triomphe. Contrairement aux deux dictionnaires précédents, il est destiné à l’usage des francophones. Il fournit toutes les explications en français et met l’accent sur la synonymie de la langue russe en s’attachant à expliciter l’emploi des mots russes équivalents des mots français.

Étude et comparaison des tables d’abréviations

  • 6 En russe, pour les dictionnaires unilingues, le système de marques stylistiques a été élaboré et ut (...)
  • 7 Hausmann, 1977 & 1989.

10L’appareil de description utilisé dans les dictionnaires étudiés est constitué de neuf groupes de marques : diachroniques, diatopiques, dia‑intégratifs, diastratiques, diaphasiques, diatextuelles, diafréquentielles, diaévalutives, diatechniques6. Deux groupes parmi ceux proposés par Hausmann – diamédialles et dianormatives – sont absents7.

11La comparaison des trois dictionnaires montre que les changements concernent en particulier les marques dia‑intégratives, diatopiques et diatechniques. Si le Gak & Triomphe n’en comportait pas une seule des deux premiers types, le Ganšina pour sa part utilisait deux marques dia‑integratives (arabisme, latin) et une diatopique (canadianisme), le Gak & Ganšina en ajoute quatre encore diatopiques (suisse, africain, mot antillais et belgicisme).

  • 8 On peut débattre du caractère diatechnique ou diatextuel de la marque biblique.

12Les marques diatechniques, quant à elles, montrent deux types de changements : disparition de certaines marques et apparition de nouvelles. Ainsi dans le dictionnaire de Gak & Triomphe par rapport au dictionnaire de Ganšina 22 marques de domaines disparaissent : agronomie, anatomie, anthropologie, art, art culinaire, archéologie, artillerie, bactériologie, biochimie, botanique, cartographie, comptabilité, géodésie, géométrie, géophysique, hydrologie, industrie minière, médecine, terme de chasse, terme de diplomatie, terme de jeux des cartes, paléontologie. En revanche, il y ajoute 17 marques de nouveaux domaines : antiquité, apiculture, arboriculture, biblique8, boucherie, cosmos, couture, économie politique, escrime, fortifications, hippologie, horticulture, informatique, mécanique, physique nucléaire, sociologie, sylviculture. Le dictionnaire de Gak & Ganšina reprend, d’une part, toutes les marques de Ganšina qui ont disparu dans celui de Gak & Triomphe (soit les 22 marques de domaines citées plus haut), d’autre part, il abandonne 10 marques de domaines utilisées chez Gak & Triomphe (antiquité, apiculture, arboriculture, boucherie, couture, escrime, fortifications, hippologie, horticulture, mécanique) et en conserve 7 (biblique, cosmos, économie tout court sans mention politique, informatique, physique nucléaire, sociologie et sylviculture). Enfin, 4 domaines apparaissent chez Gak & Ganšina pour la première fois : héraldique, ichtyologie, ornithologie et statistique.

  • 9 Gak & Ganšina, 2010, Х.

13Des changements se manifestent aussi parmi les marques diaphasiques et diastratiques. En ce qui concerne les premières, les marques diaphasiques, la division du lexique en trois niveaux proposée par Gak & Triomphe – style élevé, style neutre et familier – est restée sans suite. Les dictionnaires suivants ne conservent que la marque « familier ». Cette simplification cependant ne règle pas les autres problèmes. Ainsi, dans le Ganšina , les marques « populaire » et « familier » sont indifférenciées (autrement dit, l’annotation « familier » utilisée dans cet ouvrage vaut pour les deux). Les dictionnaires suivants prennent le parti de les distinguer nettement. Mais comme le montre la pratique, il n’est pas évident d’établir une limite nette entre les marques « populaire » et « familier ». Gak lui‑même le reconnaît dans l’introduction du dictionnaire de 2010. C’est pour cette raison qu’il avait choisi, en cas d’hésitation, de « retenir la marque du niveau le plus élevé, c’est‑à‑dire populaire au lieu d’argot, familier au lieu de populaire et d’éliminer la marque familier si elle était absente d’un dictionnaire source9 ». Autrement dit, on assiste à l’érosion progressive des marques diastratiques, à leur évincement au profit des marques diaphasiques. Notons enfin que nous assistons à une simplification avec la désignation du lexique argotique. Dans le dernier dictionnaire (2010), les auteurs ne conservent que la marque « mot argotique » et non pas « argot militaire » d’une part, et « argot scolaire » d’autre part, comme dans le dictionnaire de Gak & Triomphe.

  • 10 Ainsi dans le Dictionnaire académique de la langue russe (Evguenièva, 1999) on retrouve toute la sé (...)

14En ce qui concerne les marques diafréquentielles, elles se simplifient également. Dans le dernier dictionnaire de 2010, en effet, la seule marque diafréquentielle que nous trouverons est « mot rare » (par comparaison dans le dictionnaire de Gak & Triomphe il y en a deux – « moins usité » et « rare » – entre lesquelles la frontière est très ténue). Les marques diaévalutives, quant à elles, même aujourd’hui, sont encore très loin d’être stabilisées. Cela s’explique en partie par l’absence d’une approche unifiée par rapport aux catégories qui expriment l’attitude énonciative des locuteurs. Cette situation d’ailleurs est également caractéristique des dictionnaires généraux monolingues10. Par conséquent, le Ganšina dispose de cinq marques : mot grossier, mot injurieux, méprisant, péjoratif et ironique ; dans le Gak & Triomphe, les marques « injurieux » et « méprisant » ne sont pas utilisées, par contre les auteurs en introduisent deux autres – « vulgaire » et « plaisanterie » ; enfin dans le dictionnaire de Gak & Ganšina toutes les marques citées plus haut sont présentes, tandis que la marque « vulgaire » disparaît.

15Pour terminer, ajoutons quelques mots au sujet de marques diachroniques. La marque « vieilli » (« vieux ») est utilisée dans les trois dictionnaires étudiés, en revanche, la marque « néologisme », qui montre la temporalité progressive, n’est pas utilisée.

16La comparaison des tables d’abréviations des trois dictionnaires montre que les marques de registre évoluent dans le temps et que ces changements sont à la fois quantitatifs et qualitatifs.

Évolution du marquage stylistique : analyse du corpus

17Afin de suivre l’évolution du marquage stylistique sur une période de 30 ans, nous avons comparé un échantillon de 10 000 mots (y compris les expressions) dans chaque dictionnaire. Nous avons pris comme point de repère le plus ancien des trois, celui de Ganšina . Les changements constatés sont les suivants :

Absence – Apparition

18Ce changement peut toucher une marque de registre, un mot ou le sens. Examinons chaque cas l’un après l’autre.

Absence de marque de registre – apparition de marque de registre (ou inversement : présence de marque de registre – sa disparition)

19Nous avons détecté quatre combinaisons possibles.

  • 11 Le (−) signifiera l’absence de marque stylistique, tandis que le (+), au contraire, signifiera sa p (...)

20La marque de registre est absente dans le Ganšina , mais apparaît dans un des dictionnaires suivants. Théoriquement, on pourrait avoir deux combinaisons qui schématiquement peuvent être représentées comme suit : (−) (+) (−)11 et (−) (−) (+). Dans notre corpus nous n’avons toutefois rencontré que le premier cas, c’est‑à‑dire (−) (+) (−) :

(1) apprêt « les préparatifs » (−) (vieux ou littéraire) (−)

baguenauder « passer son temps à des frivolités » (−) (familier) (−)

bénignité « bonté d’âme » (−) (littéraire) (−)

21La marque est absente dans le Ganšina , mais apparaît dans les deux dictionnaires suivants. Schématiquement cela peut être représenté comme suit : (−) (+) (+). Les marques qui apparaissent peuvent être identiques (2) ou différentes (3).

(2) allonger une gifle « donner (un coup) en étendant la main » (−) (familier) (familier)

biser « embrasser » (−) (familier) (familier)

cache « lieu propre à cacher, lieu secret, abri » (−) (vieux) (vieilli)

(3) mettre dans le bain « mêler à une affaire » (−) (populaire) (familier) choquer « heurter » (−) (littéraire) (vieilli)

cloche « imbécile » (−) (populaire) (familier)

22La marque de registre est présente dans le Ganšina , mais est absente dans un des dictionnaires suivants. Théoriquement, on pourrait avoir deux combinaisons qui schématiquement peuvent être représentées comme suit : (+) (−) (+) et (+) (+) (−). Dans notre corpus nous n’avons rencontré que le premier cas, c’est‑à‑dire : (+) (−) (+). Citons quelques exemples :

(4) baratiner « parler pour ne rien dire » (familier) (−) (familier)

batifolage « enfantillage, espièglerie » (familier) (−) (familier)

cracher au bassinet « sortir son argent de mauvais gré » (familier) (−) (familier)

23La marque de registre est présente dans le Ganšina , mais est absente dans les deux dictionnaires suivants. Schématiquement cela peut être représenté comme suit : (+) (−) (−). Voici quelques exemples :

(5) abordable « pas cher » (familier) (−) (−)

accommodation « aptitude de l’œil à accommoder » (physiologie) (−) (−)

acuponcteur « médecin spécialisé dans l’acupuncture » (médical) (−) (−)

biture « ivresse » (familier) (−) (−)

cascadeur « personne qui tourne les scènes dangereuses d’un film, comme doublure de l’acteur » (théâtre, argot) (−) (−)

  • 12 Les cas des types (−) (−) (+) et (+) (+) (−) présentent un intérêt particulier et auraient pu eux a (...)

24L’apparition d’une marque stylistique dans les deux dictionnaires les plus récents peut témoigner des processus en cours dans l’évaluation de la connotation stylistique du mot. Quant à sa disparition, elle peut montrer que le mot rentre progressivement dans le langage courant et, par conséquent, n’est plus considéré comme stylistiquement marqué12. Le dictionnaire de Gak & Ganšina pour l’essentiel reste fidèle au dictionnaire de Ganšina .

Absence de mot – apparition du mot stylistiquement marqué (ou inversement : présence du mot stylistiquement marqué – sa disparition)

  • 13 Gak & Triomphe, 1991, p. 106.
  • 14 Gak & Ganšina , 2010, p. 102.

25L’apparition d’un nouveau mot peut être liée à une nouvelle réalité ou le mot existait sans être fixé sur le plan lexicographique. Ce « nouveau » mot est parfois accompagné par le marquage stylistique. Ainsi le mot barbouse cité en (6), absent dans le Ganšina , est attesté par les deux dictionnaires suivants. Dans le Gak & Triomphe13il est caractérisé comme « péjoratif » et dans le Gak & Ganšina 14 comme « familier ».

(6) barbouse « agent secret »

  • 15 Ganšina , 1982, p. 28.
  • 16 Ce mot n’est pas enregistré non plus par le Nouveau Petit Robert (NPR, 1996).

26Dans le cas du verbe affistoler (7), la situation est inversée : le mot est caractérisé comme « familier » chez Ganšina 15 et il n’est plus répertorié dans les dictionnaires suivants16.

(7) affistoler « décorer avec mauvais goût, orner »

  • 17 Ganšina , 1982, p. 12.
  • 18 À côté du verbe abaliéner, on trouve déjà chez Ganšina (1982, p. 36) le verbe aliéner avec le même (...)

27Le même constat pour le verbe abaliéner au sens de « céder » : il est caractérisé comme « juridique » dans le Ganšina 17 et il est absent dans les dictionnaires suivants18.

Absence de sens – apparition de sens stylistiquement marqué

  • 19 On ne rentre pas dans le débat de savoir s’il s’agit de la polysémie ou l’homonymie.
  • 20 Ganšina, 1982, p. 62.
  • 21 Gak & Triomphe, 1991, p. 71 et Gak & Ganšina, 2010, p. 68.
  • 22 Ganšina, 1982, p. 95 et le Gak & Triomphe, 1991, p. 116.

28Ce cas est proche du cas précédent, sauf qu’il s’agit ici non pas de l’apparition d’un nouveau mot, mais d’un « nouveau » sens19. Par exemple, chez Ganšina 20, le mot arrière-train désigne soit « la partie postérieure d’un quadrupède », soit « l’essieu arrière d’un véhicule », dans le Gak & Triomphe et le Gak & Ganšina21 on voit apparaître un autre sens « fesses d’une personne » (dans les deux, ce sens est accompagné par la marque « familier »). Un autre exemple : le mot bicot est répertorié dans le Ganšinaet le Gak & Triomphe22 uniquement dans le sens de « chevreau », en revanche dans le Gak & Ganšina (2010, p. 115) ce mot est apparaît également avec le sens de « habitant du nord de l’Afrique », qui est noté comme « familier ». On pourrait continuer cette liste :

  • 23 Dans le Ganšina, le mot asticot désigne « la larve de la mouche » (1982, p. 67).

(8) asticot « petit » (−) (−) (familier) et asticot « quelqu’un de vif » (−) (−) (familier)23

  • 24 Dans le Ganšina, le mot barbotage possède les sens suivants : 1) le fait de patauger dans l’eau, da (...)

barbotage « cambriolage » (−) (populaire) (populaire)24

  • 25 Dans le Ganšina, le mot bigler signifie « loucher » (1982, p. 96).

bigler « regarder de travers » (−) (populaire) (familier)25

  • 26 Dans le Ganšina, le mot cabriolet possède les sens suivants : 1) cabriolet ; 2) voiture décapotable (...)

cabriolet « menottes » (−) (−) (argot)26

  • 27 Dans le Ganšina, le mot citrouille désigne uniquement le légume (1982, p. 162).

citrouille « tête » (−) (populaire) (familier)27

  • 28 Dans le Ganšina, le mot cloporte désigne un petit animal qui vit dans les lieux humides et sombres (...)

cloporte « concierge » (−) (−) (familier péjoratif)28

  • 29 Dans le Ganšina, le mot cocarde signifie « ornement en ruban, nœud décoratif » (1982, p. 167).

cocarde « tête » (−) (populaire) (populaire)29

  • 30 Dans le Ganšina, le mot coccinelle désigne uniquement l’insecte, (1982, p. 167).

coccinelle « voiture » (−) (−) (figuré familier)30

29Comme le montrent les exemples du corpus, la langue recourt volontiers à la métaphore ou la métonymie.

Transformation

  • 31 Dans le Ganšina, le mot décrit un procès, chez Gak & Triomphe un objet, chez Gak & Ganšina, le mot (...)
  • 32 Gak & Triomphe, 1991, p. 37.
  • 33 Gak & Ganšina, 2010, p. 24.

30On entend par transformation la modification des marques de registre. Par exemple le mot attifement au sens de « s’habiller avec mauvais goût, orner » est connoté dans le Ganšina comme « familier », alors que, dans les dictionnaires suivants, il apparaît avec la marque « populaire » ou « familier méprisant31 ». Un autre exemple : le mot agace au sens de « pie » est connoté comme « familier » dans le Ganšina et n’est pas connoté du tout dans le Gak & Triomphe32 alors qu’il est accompagné de la marque « régional » dans le dictionnaire de Gak & Ganšina33 (2010 : 24).

31Nous pouvons observer encore une fois que le dictionnaire de Gak & Ganšina reste fidèle pour l’essentiel à celui de Ganšina et conserve le plus souvent la même marque de registre :

(9) baroud « combat » (familier) (argot militaire) (familier)

beuglant « café-concert populaire à la fin du xixe siècle » (familier vieux) (populaire ou péjoratif) (familier vieilli)

boui-boui « café-concert, restaurant de dernier ordre » (familier) (populaire péjoratif) (familier)

budgétivore « qui vit aux dépens du budget de l’État » (ironique) (familier péjoratif) (ironique)

c’est du bidon « ce sont des mensonges, du bluff » (argot) (populaire) (argot)

  • 34 NPR, 1996, p196.
  • 35 NPR, 1996, p216.
  • 36 NPR, 1996, p247.

32Le marquage stylistique de Gak & Ganšina peut coïncider avec ceux de dictionnaires unilingues. Dans le Nouveau Petit Robert, par exemple, le mot baroud cité en (9) est aussi caractérisé comme « argot militaire34 », beuglant (9) comme « familier et vieux35 » et boui-boui (9) comme « familier36 ». Mais ce n’est pas une règle générale. Le dictionnaire de Gak & Ganšina présente parfois avec celui de Ganšina quelques différences :

(10) abîmer « insulter » (familier) (familier vieux) (vieilli)

passer l’arme à gauche « décéder » (argot) (pas de marque) (familier)

l’assiette au beurre « place, situation avantageuse financièrement » (pas de marque) (familier) (vieilli).

  • 37 NPR, 1996, p271.
  • 38 NPR, 1996, p18.

33Il y a également des cas de la non‑coïncidence avec le Nouveau Petit Robert. Ainsi dans ce dernier le mot budgétivore cité en (9) est caractérisé comme « plaisanterie » et non comme « ironique37 », l’expression c’est du bidon (9) est accompagnée d’une marque « familier » et non « argot38 ».

  • 39 1982, p16.
  • 40 Gak & Ganšina, 2010, p7.

34Une variété de transformation consiste en l’élargissement (contraction) de la marque stylistique. Dans la majorité des cas, cela concerne des marques diatechniques. Ainsi le mot acariens, qui désigne « ordre de très petits arachnides, souvent parasites et pathogènes », est accompagné de la marque « zoologie » chez Ganšina39 est noté dans le dictionnaire de Gak & Ganšina « entomologie » (donc avec une marque plus étroite, plus spécialisée)40.

  • 41 Ganšina (1982, p12) et Gak & Ganšina, 2010, p2, Gak & Triomphe, 1991, p13.
  • 42 Ganšina, 1982, p23, Gak & Ganšina, 2010, p16.

35Deux autres exemples sont cités en (11). Le mot abaisse-langue est accompagné de la marque « médical » dans les dictionnaires de Ganšina et de Gak & Ganšina, mais de la marque « spécialisé » dans le Gak & Triomphe41. En ce qui concerne le mot additif, il a la marque « chimie » chez Ganšina et « technique » dans le dictionnaire de Gak & Ganšina42. Il s’agit donc de l’élargissement de la marque stylistique.

(11) abaisse-langue « instrument en forme de palette servant à abaisser la langue pour examiner la gorge »

additif « produit incorporé à une essence, une huile, pour l’améliorer »

  • 43 Gak & Triomphe, 1991, p. 72), Gak & Ganšina, 2010, p69.

36Une autre variété de transformation consiste à remplacer la marque stylistique par une marque non stylistique du type « sens figuré ». Ces deux catégories doivent être assez voisines pour que le passage de l’une à l’autre s’effectue aussi facilement. Ainsi le mot arsenal au sens de « équipement, munition » n’est pas répertorié par le Ganšina, en revanche on le retrouve dans les dictionnaires suivants. Dans le Gak & Triomphe, il est accompagné par la marque « familier » et dans le Gak & Ganšina, par la marque « sens figuré43 »On pourrait donner d’autres exemples :

(12) abasourdir « stupéfier » (familier) (figuré) (familier)

balançoire « mensonge, absurdité » (familier) (figuré) (familier)

37Cette marque peut être accompagnée par une autre marque :

(13) animal « une brute » (injurieux) (figuré populaire) (injurieux)

clampin « paresseuse » (familier) (figuré familier) (familier vieilli)

Ajout

  • 44 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est caractérisé comme « familier et vieilli » (NPR, 1996, p18 (...)
  • 45 Ganšina, 1982, p83, Gak & Ganšina, 2010, p99.

38On entend par ajout l’adjonction d’une marque de registre à celle qui existait (souvent une marque diachronique ou diaévaluative) afin d’obtenir une plus grande précision. À cet égard, la comparaison du premier et du dernier des ouvrages étudiés est éloquente. Ainsi le mot bamboche au sens de « petite débauche » qui est connotée chez Ganšina comme « familier », possède deux marques « familière et vieillie44 » dans le dictionnaire de Gak & Ganšina45. On pourrait donner d’autres exemples :

  • 46 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est caractérisé comme « familier et péjoratif » (NPR, 1996, p(...)

(14) attifement « manière d’être habillé » (familier) (familier) (familier méprisant)46

  • 47 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est également caractérisé comme « familier et vieilli » (NPR, 1 (...)

faire la bamboula « faire la fête » (familier) (populaire) (familier vieilli)47

  • 48 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est également caractérisé comme « familier et vieilli » (NPR, 1 (...)

caboulot « café, cabaret mal famé » (familier) (populaire) (familier vieilli)48

39Ces exemples montrent sans ambiguïté les changements en cours dans l’évaluation de la connotation stylistique du mot.

40Dans le Gak & Triomphe destiné à l’usage des francophones on trouve également des marques stylistiques qui caractérisent la traduction. Contrairement aux exemples cités plus haut (deux marques stylistiques utilisées à égalité), pour la traduction russe les auteurs proposent systématiquement un choix :

(15) actuellement « nyne » (vieux ou élevé)

agapes « trapeza » (vieux ou plaisanterie)

architecte « arxitektor » (vieux ou poétique)

bienfaiteur en russe « blagodetel’ » (vieux ou ironique)

boutiquier « lavočnik » (vieux ou péjoratif)

Liens entre la langue-source et la langue-cible

41Les indications stylistiques qui précisent le sens d’un mot sont également utilisées pour marquer une différence de niveau de langue entre le mot français et sa traduction russe. Parmi nos trois dictionnaires seul le Gak & Triomphe donne cette information. Comparons :

(16) bille « physionomie » (familier en français et populaire en russe)

se bourrer « trop boire » (populaire en français et neutre en russe)

braise « petite monnaie » (argot en français et neutre en russe)

casquer « sortir son porte-monnaie » (populaire en français et familier en russe)

châtaigne « coup de poing » (populaire en français et neutre en russe)

42N’ayant pas ce type d’indications dans les deux autres dictionnaires, nous n’avons pas pu suivre l’évolution des liens entre la langue-source et la langue-cible.

Conclusion

43La lexicographie essaie de suivre la langue vivante en se faisant plus précise sur le plan stylistique. La comparaison des tables d’abréviations des trois dictionnaires bilingues français-russe, ainsi que le corpus étudié, montre que les marques de registre ont considérablement évolué sur une période de 30 ans.

44Au niveau des tables d’abréviations, cette évolution se manifeste le plus souvent par l’apparition, la disparition ou la simplification des marques dictionnairiques (cela concerne les marques dia‑intégratives, diatopiques, diatechniques et diafréquentielles). On note également une transition entre l’indifférenciation des marques de registre et leur distinction. L’exemple le plus éloquent à cet égard est la tendance à distinguer les marques « familier » et « populaire ». Certaines marques sont en régression progressive au profit d’autres. L’étude des dictionnaires montre que les marques diastratiques petit à petit cèdent le terrain devant les marques diaphasiques. Enfin, les marques diaévaluatives ne sont pas encore stabilisées. On constate l’absence d’unité quantitative et qualitative en ce qui les concerne, pour elles les changements sont en cours.

  • 49 À cet égard, il est significatif que par exemple la marque « économie politique » utilisée dans le (...)
  • 50 Ainsi la proposition de Gak & Triomphe de diviser le lexique en trois niveaux (style élevé, neutre, (...)
  • 51 On peut donner l’exemple du lexique argotique. Au demeurant peu représenté dans les dictionnaires b (...)
  • 52 Les questions de la fidélité à une source précise et de l’influence d’une tradition établie n’ont p (...)

45Les causes qui ont pu concourir à ces évolutions sont diverses. On peut mentionner les processus en cours dans la société, notamment l’élargissement des domaines de la connaissance, leur spécialisation ou, au contraire, leur unification49. La sélection des marques de registre par les concepteurs du dictionnaire est d’une importance décisive (la volonté ne pas surcharger les entrées50, le caractère superflu de certaines marques de registre51, la perception de l’évolution des normes stylistiques ou encore l’absence de frontière nette entre certains registres). La fidélité à une source précise (française et russe) joue aussi son rôle dans la sélection du marquage stylistique. Enfin, il faut également tenir compte de l’influence d’une tradition établie dans les dictionnaires généraux monolingues52.

46L’étude du corpus nous a permis d’établir trois types de changements : l’absence/l’apparition, la transformation et l’ajout. En ce qui concerne le premier, il peut toucher une marque de registre, un mot entier ou un sens. La modification de marquage stylistique confirmée par les deux dictionnaires rapprochés chronologiquement présente un intérêt particulier parce qu’elle peut témoigner des changements en cours. La transformation, le changement le plus courant dans notre corpus, est majoritairement orientée de la marque la plus basse vers la plus haute (de l’argot vers le populaire, du populaire vers le familier, etc.). À côté du remplacement « pur », il faut aussi noter l’élargissement (ou la contraction) de la marque de registre ou son remplacement par une marque non stylistique du type « sens figuré ». Enfin, en ce qui concerne l’ajout, pour un mot donné deux marques stylistiques s’utilisent simultanément (familier et vieilli, populaire et péjoratif). Cette tendance se manifeste souvent dans les dictionnaires récents. Il faut peut-être y voir les prémices d’une évolution.

Bibliographie

Béjont Henri, 1981, « Variété de langue et marques d’usage dans les dictionnaires », Grazer Linguistische Studien, 15, p. 7‑16.

Bojko Ljudmila Vladimirovna, 1991, Stilističeskaja cennost’ russkogo slova i ee otraženie v učebnyx slovarjax, thèse de doctorat, Institut russkogo jazyka, Moskva.

Corbin Danielle & Corbin Pierre, 1980, « Le monde étrange des dictionnaires. Les “marques d’usage” dans le Micro Robert » Bulletin du Centre d’analyse du discours, no 44, Presses universitaires de Lille, Villeneuve d’Ascq, p. 237‑324.

Corbin Pierre & Gasiglia Nathalie, 2011, « Éléments pour un état de la description de la variété des usages lexicaux dans les dictionnaires français monolingues (1980‑2008) », Actes du colloque international « La marque lexicographique : quel avenir », université de Chypre, 21‑23 octobre 2006, Lambert‑Lucas, Limoges, p. 657‑676.

Glatigny Michel, 1998, Les marques d’usages dans les dictionnaires français monolingues du xixe siècle : jugements portés sur un échantillon de mots et d’emploi par les principaux lexicographes, Niemeyer, Tübingen, 344 p.

Hausmann Franz‑Josef, 1977, „Einführung in die Benutzung der neufranzösischen Wörterbücher“, Romanistische Arbeitshefte, 19, Niemeyer, Tübingen.

Hausmann Franz‑Josef, 1989, „Die Markierung im allgemeinen einsprachigen Wörterbuch: eine Übersicht“ in Hausmann F. J. et al. (1989‑1991.eds). t. 1, art. 53, p. 649-657.

Kostomarov Vitalij Grigor’evič, 2006, “Stilevye i stilističeskie pomety v slovarjax”. Das Russische in zweisprachigen Woerterbuechern. Internationale Fachtagung, Magdeburg, 18‑22 mai 2005, Lang, Frankfurt am Main, p. 451‑457.

Skljarevskaja Galina Nikolaevna, 1988, “Leksikografičeskaja stilistika: sostojanie i problemy”, Slovarnye kategorii, Nauka, Moskva, p. 150‑155.

Dictionnaires

Evguenièva Anastassija Petrovna, 1999, Dictionnaire de la langue russe, 4 volumes, 4e éd., Russkij jazyk, Moskva.

Gak Vladimir Grigor’evič & Ganšina Klavdija Aleksandrovna, 2010, Dictionnaire français-russe. 14e éd., Russkij jazyk, Moskva.

Gak Vladimir Grigor’evič & Triomphe Jean, 1991, Dictionnaire françaisrusse (à l’usage des francophones), Éd. Librairie du Globe, Russkij jazyk, Moscou.

Ganšina Klavdija Aleksandrovna, 1982, Dictionnaire français-russe. 9e éd., Russkij jazyk, Moskva.

Grot Jakov Karlovič, 1891‑1895, Dictionnaire de la langue russe. Volume 1 (A‑D), Académie impériale des sciences, Saint‑Pétersbourg.

NPR, Le Nouveau Petit Robert, 1996, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, Paris.

Le Petit Larousse illustré en couleurs, 1992, Larousse, Paris.

Le Petit Robert, 1993, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Nouvelle éd. revue, corrigée et mise à jour, Dictionnaire Le Robert, Paris.

Notes

1 Corbin & Gasiglia, 2011, p. 658.

2 Bojko, 1991, Kostomarov, 2006, Skljarevskaja, 1988.

3 Aujourd’hui encore le choix entre les marques de registre « populaire » – « familier » – « argotique » ainsi que « soutenu » – « littéraire » suscite beaucoup de débats. Corbin, 1980, Béjoint, 1981, Glatigny, 1998.

4 Les marques dictionnairiques sont devisées par Hausmann selon les critères suivants : 1) temporalité régressive ou progressive (diachronique), 2) spatialité intraterritoriale (pour les usages hexagonaux : « régional », « dialectal ») ou extraterritoriale (pour ceux de la francophonie : Belgique, Suisse, Canada) (diatopique), 3) origine des emprunts (diaintégratif), 4) médialité (diamédial), 5) appartenance à un groupe socioculturel (diastratique), 6) formalité des usages (diaphasique), 7) type de discours ou genre textuel (diatextuel), 8) technicité ou domaine d’emploi (diatechnique), 9) fréquence (diafréquentiel), 10) attitude énonciative des locuteurs (diaévaluatif), 11) normativité (dianormatif) (Hausmann, 1977, chap. 8 & 1989, § 4).

5 Gak & Ganšina, 2010, V.

6 En russe, pour les dictionnaires unilingues, le système de marques stylistiques a été élaboré et utilisé pour la première fois par Grot, 1891‑1895.

7 Hausmann, 1977 & 1989.

8 On peut débattre du caractère diatechnique ou diatextuel de la marque biblique.

9 Gak & Ganšina, 2010, Х.

10 Ainsi dans le Dictionnaire académique de la langue russe (Evguenièva, 1999) on retrouve toute la série des marques diaévaluatives : mot injurieux, ironique, affectueux, respectueux, désapprobateur, méprisant, dédaigneux, diminutif, diminutif-affectueux, péjoratif, plaisanterie. Par comparaison, dans le Nouveau Petit Robert (NPR, 1996) le nombre de marques diaévaluatives est beaucoup plus réduit : dénigrement, péjoratif, vulgaire, ironique, plaisanterie.

11 Le (−) signifiera l’absence de marque stylistique, tandis que le (+), au contraire, signifiera sa présence. L’ordre de citation : le dictionnaire de Ganšina suivi de ceux de Gak & Triomphe et Gak & Ganšina .

12 Les cas des types (−) (−) (+) et (+) (+) (−) présentent un intérêt particulier et auraient pu eux aussi témoigner des changements en cours, de tels exemples sont cependant absents de notre corpus.

13 Gak & Triomphe, 1991, p. 106.

14 Gak & Ganšina , 2010, p. 102.

15 Ganšina , 1982, p. 28.

16 Ce mot n’est pas enregistré non plus par le Nouveau Petit Robert (NPR, 1996).

17 Ganšina , 1982, p. 12.

18 À côté du verbe abaliéner, on trouve déjà chez Ganšina (1982, p. 36) le verbe aliéner avec le même sens et le même marquage stylistique. Ce dernier est le seul à subsister aujourd’hui (NPR, 1996, p. 57).

19 On ne rentre pas dans le débat de savoir s’il s’agit de la polysémie ou l’homonymie.

20 Ganšina, 1982, p. 62.

21 Gak & Triomphe, 1991, p. 71 et Gak & Ganšina, 2010, p. 68.

22 Ganšina, 1982, p. 95 et le Gak & Triomphe, 1991, p. 116.

23 Dans le Ganšina, le mot asticot désigne « la larve de la mouche » (1982, p. 67).

24 Dans le Ganšina, le mot barbotage possède les sens suivants : 1) le fait de patauger dans l’eau, dans la boue ; 2) éclaboussure ; 3) l’abreuvoir ; 4) chimie : barbotage (1982, p. 84).

25 Dans le Ganšina, le mot bigler signifie « loucher » (1982, p. 96).

26 Dans le Ganšina, le mot cabriolet possède les sens suivants : 1) cabriolet ; 2) voiture décapotable ; 3) chapeau féminin ou enfantin (1982, p. 122).

27 Dans le Ganšina, le mot citrouille désigne uniquement le légume (1982, p. 162).

28 Dans le Ganšina, le mot cloporte désigne un petit animal qui vit dans les lieux humides et sombres (1982, p. 166).

29 Dans le Ganšina, le mot cocarde signifie « ornement en ruban, nœud décoratif » (1982, p. 167).

30 Dans le Ganšina, le mot coccinelle désigne uniquement l’insecte, (1982, p. 167).

31 Dans le Ganšina, le mot décrit un procès, chez Gak & Triomphe un objet, chez Gak & Ganšina, le mot décrit l’un et l’autre. Dans le Nouveau Petit Robert, ce mot est caractérisé comme « familier et péjoratif » (NPR, 1996, p152). Ganšina (1982, p. 70), Gak & Triomphe, (1991, p. 85), Gak & Ganšina (2010, p. 79).

32 Gak & Triomphe, 1991, p. 37.

33 Gak & Ganšina, 2010, p. 24.

34 NPR, 1996, p196.

35 NPR, 1996, p216.

36 NPR, 1996, p247.

37 NPR, 1996, p271.

38 NPR, 1996, p18.

39 1982, p16.

40 Gak & Ganšina, 2010, p7.

41 Ganšina (1982, p12) et Gak & Ganšina, 2010, p2, Gak & Triomphe, 1991, p13.

42 Ganšina, 1982, p23, Gak & Ganšina, 2010, p16.

43 Gak & Triomphe, 1991, p. 72), Gak & Ganšina, 2010, p69.

44 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est caractérisé comme « familier et vieilli » (NPR, 1996, p189).

45 Ganšina, 1982, p83, Gak & Ganšina, 2010, p99.

46 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est caractérisé comme « familier et péjoratif » (NPR, 1996, p152).

47 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est également caractérisé comme « familier et vieilli » (NPR, 1996, p189).

48 Dans le Nouveau Petit Robert ce mot est également caractérisé comme « familier et vieilli » (NPR, 1996, p279).

49 À cet égard, il est significatif que par exemple la marque « économie politique » utilisée dans le Gak & Triomphe soit tronquée pour devenir simplement « économie » dans le dictionnaire de Gak & Ganšina.

50 Ainsi la proposition de Gak & Triomphe de diviser le lexique en trois niveaux (style élevé, neutre, familier) n’a pas trouvé l’écho dans les dictionnaires suivants.

51 On peut donner l’exemple du lexique argotique. Au demeurant peu représenté dans les dictionnaires bilingues, ce lexique nécessite-il la division en groupes avec attribution pour chacun d’une marque spéciale ?

52 Les questions de la fidélité à une source précise et de l’influence d’une tradition établie n’ont pas été développées dans le cadre de la présente recherche parce qu’elles méritent une étude à part.

Auteur

CREE-Inalco/USPC

© Presses de l’Inalco, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search