Version classiqueVersion mobile

Marques de registre dans les dictionnaires bilingues

 | 
Gueorgui Armianov

L’appareil des marques de registre dans la lexicographie bilingue français‑polonais et polonais‑français

Witold Ucherek

Résumé

Dans cet article, nous nous proposons de passer en revue l’inventaire des marques de registre dressé au terme de la consultation de 33 dictionnaires généraux bilingues polonais-français et/ou français-polonais de différentes tailles, conçus et publiés après 1945.

Texte intégral

Introduction

1Dans cet article, nous nous proposons de passer en revue l’inventaire des marques de registre dressé au terme de la consultation de 33 dictionnaires généraux bilingues polonais-français et/ou français-polonais de différentes tailles, conçus et publiés après 1945. Après une délimitation préalable de ce groupe de marqueurs, nous voudrions voir : 1) combien de marques françaises et polonaises relevées s’y laissent classer et quelles sont‑elles ; 2) comment ces marques sont présentées dans la mégastructure des dictionnaires consultés ; 3) dans quelle mesure les grilles de marques de registre varient d’un bilingue à l’autre ; 4) s’il existe une correspondance entre des marques françaises et polonaises, et surtout, 5) si les appareils de marques de registre proposés aux usagers de ces dictionnaires sont à même de répondre à leurs besoins.

Registre versus niveau

  • 1 Imbs, 1971, p. 33.

2Le rapport entre les notions de registre et de niveau de langue mérite un bref commentaire, dans la mesure où, selon certains chercheurs, elles ne sont pas synonymes. Rappelons ici la distinction bien connue faite par Paul Imbs1 dans la préface du TLF, où il essaie d’opposer les niveaux de langue, ayant trait aux « situations réciproques de l’auteur et du destinataire de la communication », et les registres de langue, liés à « l’intensité expressive ou affective ».

  • 2 JollinBertocchi, 2003, p. 37.
  • 3 Ibid., p. 37‑47.
  • 4 Ibid., p. 43.
  • 5 Ibid., p. 45.

3Plus récemment, Sophie Jollin‑Bertocchi2 constate que « le terme niveau est fréquemment concurrencé par registre et style » et elle poursuit en disant que « ces trois désignations concurrentes correspondent pourtant précisément à des distinctions bien réelles, elles se complètent, en se recoupant partiellement, plutôt qu’elles ne rivalisent ». D’après cette auteure3, les niveaux devraient être envisagés sur un axe dit vertical, allant du niveau inférieur (la sous-norme ; par ex. niveau populaire) au niveau supérieur (la sur-norme ; par ex. niveau soutenu) en passant par le niveau normé, fonctionnant comme un étalon. Par contre, les registres pourraient être représentés sur un axe horizontal, vu que « parmi l’ensemble des formes normées, il existe […] encore une variation liée à la diversité des contextes4 ». Ainsi, les niveaux seraient distingués par rapport à la norme, aussi abstrait ce concept puisse‑t‑il être, et les registres, par rapport à la situation de communication. En guise d’exemples de registres, Jollin‑Bertocchi5 cite littéraire, poétique, trivial, vulgaire, argotique, familier.

  • 6 Tournier, 2009, p. 306.
  • 7 Ibid., p. 306‑307.

4De même, Jean et Nicole Tournier souscrivent à l’opinion qu’il n’y a pas de synonymie entre niveau et registre, mais pour une tout autre raison. Partant de la dichotomie langue/discours, ces auteurs6 estiment que « le registre est au discours ce que le niveau de langue est à la langue, plus particulièrement au lexique ». Toujours selon eux7, la confusion entre les deux termes « provient du fait que les mêmes étiquettes peuvent être utilisées dans les deux cas : un mot et un fragment de texte peuvent aussi bien être qualifiés de “poétique”, “littéraire”, “soutenu”, “standard”, “familier”, “populaire” ou “vulgaire” ». Dans une telle optique, les unités répertoriées dans un dictionnaire se caractériseraient par l’appartenance à un niveau et non pas à un registre.

  • 8 Arrivé, Gadet & Galmiche, 1986, p. 404.
  • 9 Elefante, 2004, p. 194.

5D’autre part, il ne manque pas d’auteurs qui considèrent les deux termes comme étant synonymes. C’est ainsi que Michel Arrivé, Françoise Gadet et Michel Galmiche8 notent simplement que « niveau est en concurrence avec registre ». En effet, Aurelia Paulin (1997) ou Magdalena Lipińska (2009), par exemple, emploient niveau et registre de façon interchangeable, une telle pratique, qui sera aussi la nôtre, étant qualifiée de fréquente par Chiara Elefante9.

  • 10 Pougeoise, 1996, p. 373.
  • 11 Elefante, 2004, p. 195.

6Par ailleurs, Michel Pougeoise10 informe que « l’appellation initiale “niveaux de langue” a heureusement été officiellement remplacée par celle de “registres de langue” précisément pour éviter toute connotation ségrégative ». Apparemment, cette mesure ne s’est pas avérée très efficace puisque d’aucuns préfèrent à ces deux termes ceux de variété et de variation qui, comme le pense Elefante11, auraient l’avantage de permettre de dépasser justement « une vision hiérarchique des emplois linguistiques », allant du haut vers le bas de l’échelle.

Extension des notions de registre et de marque de registre

  • 12 Duval, 2002, p. 54.
  • 13 Pour les abréviations identifiant les dictionnaires consultés, voir la bibliographie.
  • 14 Arrivé, Gadet & Galmiche, 1986, p. 598.
  • 15 Cf. Thiboutot, 1998.
  • 16 Cf. Blanco, 2013.
  • 17 Girardin, 1987, p. 77.
  • 18 Rey-Debove, 1971, p. 91.
  • 19 Riegel, Rioul & Pellat, 2011, p. 18‑21.
  • 20 Cf. Corbin & Gasiglia, 2010, Remysen, 2013.
  • 21 Lipińska, 2009, p. 128.

7Il n’existe pas de consensus quant à la façon de comprendre l’extension de la notion de registre/niveau et, partant, de celle de marque de registre/niveau. Ainsi, Alain Duval12, en analysant un dictionnaire Harrap anglais-français et français-anglais, considère comme indications de registre les marques archaism, pejorative et familiar. Quant aux bilingues de notre corpus, l’AS13, unique dictionnaire qui isole expressis verbis un groupe de marques de registre, y range argot, familier, littéraire, vieux et vulgaire. Arrivé, Gadet et Galmiche14 vont dans le même sens en affirmant qu’« un dictionnaire distinguera la plupart du temps les niveaux : “vieux”, “classique”, “littéraire”, “poétique”, “familier”, “populaire” et “trivial”, éventuellement “soutenu”, “vulgaire” et “argotique” ». Remarquons que dans les trois sources, non seulement les marques chronologiques sont identifiées comme marques de registre, mais aussi d’autres marques, que l’on appelle parfois connotatives15 ou diaconnotatives16, telles péjoratif, trivial ou vulgaire. Chantal Girardin17, qui s’inspire de la pensée de Josette Rey‑Debove18, désigne par niveaux de langue « non seulement les divers types de comportements verbaux caractéristiques de groupes sociaux ou de situations de communication, mais aussi les sous-systèmes que sont les usages régionaux ou l’ensemble des vocabulaires de domaines conceptualisés », si bien qu’elle entend par marques de niveau de langue également les marques géographiques et les marques de domaine. Martin Riegel, Jean‑Christophe Rioul et René Pellat19 incluent dans la gamme des registres de langue le clivage langue orale/langue parlée, ce qui fait penser au groupe des marques diamédiales, distingué par Franz Joseph Hausmann (1989), et dites aussi diamésiques20. Enfin, Lipińska21 va jusqu’à parler du « registre caractérisé du point de vue du sexe ou de la classe d’âge ».

  • 22 Galisson & Coste, 1976, p. 371.
  • 23 Pougeoise, 1996, p. 373.
  • 24 Thiboutot, 1998, p. 271.
  • 25 Gadet, 2007, p. 139.

8Il va sans dire que si nous comprenions par marques de registre des marques qui indiquent les registres de langue perçus de manière aussi large, le terme de marque de registre acquerrait un sens générique et se confondrait avec celui de marque d’usage. Or, nous sommes partisan de la compréhension plus étroite des notions de registre et de marque de registre, non moins répandue dans la littérature. À ce propos, citons quelques classifications plus ou moins traditionnelles des niveaux de langue : populaire, familier, usuel, soutenu, littéraire22, vulgaire, relâché ou populaire, familier, standard, soutenu, relevé ou recherché, didactique, littéraire ou poétique23, argot, populaire, familier, littéraire, poétique24, populaire, familier, standard, soutenu25.

9Tout d’abord, il est intéressant de situer les niveaux énumérés par rapport à la typologie hausmannienne des marques d’usage. Apparemment, les marques associées à ces niveaux se laisseraient classer parmi les diastratiques (par ex. populaire), diatextuelles (par ex. poétique) et diaévaluatives (par ex. vulgaire). Pourtant, théoriquement, dans cette typologie, ce sont surtout les marques diaphasiques, telles informel ou formel, qui se rapportent aux registres.

  • 26 Hartmann & James, 2001, p. 39‑40, Corbin & Gasiglia, 2010, p. 49.
  • 27 Hausmann, 1989, p. 651.
  • 28 Pouteaux & Dagenais, 2008, p. 1175.

10La distinction entre les groupes diastratique et diaphasique n’est cependant pas très claire, ce qui a été plusieurs fois souligné (cf. par ex. Reinhard Hartmann et Gregory James qui constatent à propos de l’information diaphasique qu’elle se recoupe avec l’information diastratique et vice versa, ou bien Pierre Corbin et Nathalie Gasiglia qui parlent d’« une dilution du diastratique dans le diaphasique »26). D’ailleurs Hausmann lui‑même27 ne facilite pas les choses en classant les marques familier et populaire parmi les diastratiques, et formel et informel, parmi les diaphasiques ; en effet, on peut se demander par exemple en quoi précisément consisterait la différence entre familier et informel. Rien d’étonnant à ce que Marie‑Alix Pouteaux et Louise Dagenais28 proposent de réunir les deux types de marques, sous l’appellation de marques sociolectales.

  • 29 Cf. Girardin, 1987, p. 91, Hausmann, 1989, p. 650.

11En particulier, même si la marque populaire est toujours considérée par les dictionnaires Le Robert comme indiquant l’appartenance sociale, dans la majorité des dictionnaires elle semble fonctionner surtout comme un intensificateur de familier29, ce qui nous pousse à la retenir sur la liste des marques de registre.

  • 30 Cf. Pougeoise, 1996, p. 373, Paulin, 1997, p. 63
  • 31 Cf. Tournier & Tournier, 2009, p. 249.

12En outre, la marque argot suscite des controverses, parce que, de l’avis de certains spécialistes, l’argot est une langue à part et non un registre30, tandis que d’autres l’assimilent aux niveaux populaire ou vulgaire31 ; la marque argot serait alors diastratique ou diaévaluative, mais non diaphasique.

  • 32 Cf. par ex. Engelking, Markowski & Weiss, 1989, Majdak, 2004, Bobrowski, 2018.

13De plus, dans la mesure où nous considérons comme pertinente la distinction du groupe des marques diaévaluatives/connotatives/expressives, également présent dans des typologies polonaises de marques d’usage32, c’est ici que nous rangeons la marque vulgaire, et non dans le groupe des marques de registre.

  • 33 Cf. Ucherek, 2010a, p. 127‑129.

14En première analyse, pour les besoins de notre examen des dictionnaires, on pourrait donc retenir sur la liste des marques susceptibles d’indiquer un registre les marques suivantes : populaire, familier, soutenu, formel, officiel, littéraire, poétique, ainsi que leurs correspondants approximatifs polonais : ludowy, potoczny, formalny, oficjalny, literacki, książkowy, poetycki33.

Marques de registre dans les dictionnaires bilingues dépouillés

Absence totale de marques d’usage

15Quatre des dictionnaires consultés, à savoir les BE, BI, KS et MB, ne recourent pas du tout à la pratique du marquage, ce qui pourrait s’expliquer partiellement par leur petite taille (par ex., le KS contient environ 11 000 vedettes dans la partie français-polonais et 13 000 dans la partie polonais‑français, et le MI, seulement 5 000 mots et expressions dans chacune des deux parties). Une telle technique serait à la rigueur acceptable si, pour une vedette donnée, on proposait systématiquement un ou des équivalent(s) ayant exactement les mêmes caractéristiques, comme putain  kurwa (BE ; les deux sont vulgaires) ou fric  forsa (KS ; les deux sont familiers). Pourtant, dans ces ouvrages, il ne manque pas d’articles dans lesquels l’absence de marqueurs risque d’induire l’usager en erreur, tels trépasser  umierać (BE ; le verbe polonais appartient au niveau standard, il correspond à mourir) ou forsa  galette, argent (BI ; seul le premier équivalent appartient au même registre que le mot vedette). À notre avis, tout lexicographe qui décide d’inclure dans son dictionnaire un lexique autre que standard devrait impérativement avoir recours à des marques d’usage.

Place des marques de registre dans la mégastructure des dictionnaires du corpus

  • 34 On trouve à la fin de cet article la totalité des acronymes utilisés pour désigner les dictionnaire (...)

16Comme nous l’avons déjà souligné au début du point précédent, l’AS est le seul à distinguer de manière explicite le groupe des marques de registre parmi d’autres indicateurs énumérés dans la liste des abréviations (p. 16). Les marques de registre sont également signalées dans le mode d’emploi des DE34, qui renvoient à ce propos à la liste des abréviations. Dans l’introduction du DU et du GF, on précise que l’ouvrage contient des mots appartenant à différentes variétés de la langue, mots familiers et vulgaires y compris. À son tour, le GP renseigne sur la présence de marques stylistiques qui ont trait aux registres de langue. Pareillement, les PU, SS et TO notent la présence d’abréviations indiquant la charge ou nuance stylistique d’un mot. Dans le PO, les marques dites stylistiques sont même regroupées ensemble ; cependant, dans l’inventaire proposé, on retrouve aussi bien des marques de registre qu’expressives. Il en est de même dans le SM, qui range parmi les marques stylistiques literacki (« littéraire »), pogardliwy (« dédaigneux ») et potoczny (« familier »). Dans les KU, LAN, LIP et SP, on affirme que le dictionnaire contient un lexique de registre courant, voire familier, et dans le LIF, qu’il renferme un lexique appartenant aux différents registres de langue. Les LCF et LCP mentionnent dans leur mode d’emploi des indications de niveau de langue. Exceptionnellement, l’OX (p. 11) explique le sens de la marque potoczny en disant qu’il s’agit de mots employés dans des contacts non officiels, par exemple en famille ou entre amis. Dans les dictionnaires restants (BU, DP, JST, LAP, LAW, MI, NM, RO, SZ), on ne parle ni de niveaux de langue, ni des marques qui servent à les identifier, si bien que les seules indications sur la pratique de ces ouvrages en matière de marques de registre sont dans les index d’abréviations.

  • 35 Cf. par ex. Roberts, 1998, p. 191 ; Shevchenko, 2008, p. 903.

17Dans l’ensemble, le discours métalexicographique sur les marques d’usage en général et sur les marques de registre en particulier est étonnamment pauvre dans les bilingues consultés. Dans le meilleur des cas, on y mentionne la présence dans la nomenclature de mots appartenant à différents niveaux ou registres de langue et/ou de marques identifiant ces niveaux. Normalement, les marques en question sont à repérer parmi des abréviations listées. Le principal inconvénient pour l’usager est l’absence générale de définitions des marques utilisées, et notamment de toutes les marques de registre. Or, c’est cette classe de marques qui pose le plus de problèmes35 ; les interprétations de ce type de marques varient d’un spécialiste à l’autre et d’un dictionnaire à l’autre, ce qui diminue leur valeur informative. Bref, ces bilingues, qui en plus annoncent souvent leur vocation pédagogique, devraient absolument définir les marques qu’ils utilisent au lieu de se fier à l’intuition de leurs usagers.

Inventaire des marques de registre

  • 36 Théoriquement, il est possible que soient utilisées dans le corps d’un dictionnaire des marques de (...)

18Dans les textes métalexicographiques des 29 dictionnaires restants, et notamment dans leurs tableaux ou listes d’abréviations, nous avons relevé au moins une marque pouvant être rangée parmi celles de registre. Nous présentons l’ensemble de ces marques dans le tableau ci‑dessous36 ; elles sont reprises dans l’ordre alphabétique sous leur forme pleine et non abrégée.

19À la lecture du tableau ci‑avant, on voit que le nombre de marques de registre varie considérablement d’un ouvrage à l’autre : si huit dictionnaires se contentent d’une seule marque, à savoir familier/potoczny, que l’on pourrait considérer comme prototypique étant donné qu’elle figure dans l’ensemble des 29 bilingues, six autres ouvrages en emploient deux, et huit en emploient trois, le maximum étant de huit dans le SP. Il convient d’observer qu’il n’existe pas de rapport direct entre le nombre de marques utilisées et la taille du dictionnaire. Certes, il n’apparaît régulièrement qu’une seule marque dans des dictionnaires de petite taille (cf. BU, KU, LIP, MI, OX, RO, SZ, TO), mais les deux plus grands, le GF et le GP (respectivement 57 000 et 80 000 articles) en emploient quatre tandis qu’il y en a six dans les DE, et huit dans le SP, qui ne contient que 33 000 entrées, soit seulement 16 000‑17 000 dans chacune des deux parties. Toutefois, le nombre relativement élevé de marques dans le SP découle surtout du fait qu’on y trouve des marques quasiment synonymes, telles formalny, urzędniczy et officielle ou bien książkowy et literacki.

Forme et langue des marques de registre

20Dans 21 dictionnaires (BU, DE1, DE2, DP1, DP2, DU, GF, GP, JST, LCP, LIF, LIP, MI, NM, OX, PO, RO, SM, SS, SZ, TO), on ne trouve que des abréviations polonaises. Quatre seulement emploient des abréviations françaises : l’AS, adressé à un public francophone, le LAN et le LCF, publiés par des éditeurs étrangers (Langenscheidt et Larousse), et le KU. Remarquons toutefois que si le Larousse français-polonais (LCF) utilise des marques de registre françaises, le Larousse polonais-français (LCP) emploie les formes polonaises ; c’est probablement parce qu’il est plus facile de retenir les marques françaises pour la nomenclature française et les polonaises pour la nomenclature polonaise. Quatre autres dictionnaires, tous composés de deux parties, à savoir les LAP, LAW, PU et SP, introduisent aussi bien des abréviations françaises que polonaises. Dans les trois premiers, le principe qui commande la répartition des marques en français et en polonais est le même que celui des LCF et LCP ; par exemple, le PU marque comme fam. les mots vedettes fric ou frigo tandis que les entrées polonaises forsa (« fric ») ou gadać (« bavarder »), appartenant à la langue familière, sont marquées par l’abréviation polonaise pot. Par ailleurs, l’inventaire de ce dictionnaire comprend une marque non abrégée, soutenu.

Correspondance entre les marques polonaises et françaises

21Un autre problème est celui de la traduction des marques. À ce propos, l’AS ne les traduit pas en polonais, ce qui n’étonne guère vu son public cible. Inversement et vraisemblablement pour la même raison, les BU, DU, LIF, LIP, NM, OX, PO, RO et SS ne les traduisent pas en français. Le KU et le PU ne développent pas l’abréviation française fam, mais en donnent tout de suite l’explication polonaise (respectivement potocznie et użycie potoczne) ; pareillement, le PU et le SS ne développent pas l’abréviation form qu’ils expliquent par użycie oficjalne (« emploi officiel »). Le SP ne traduit qu’une seule des marques de registre utilisées, à savoir offic. (officielle « oficjalnie »). Les dictionnaires restants non seulement développent les abréviations correspondant aux marques de registre, mais en plus, les traduisent dans l’autre langue. Il est dès lors possible d’établir les équivalences suivantes :

książkowy – littéraire (DE1, DE2, GP)

literacki – littéraire (DE1, DE2, DP1, GF, JST)

literacki, książkowy – littéraire (SM)

literacki, literaturoznawstwo – littéraire, littérature (DP2)

styl literacki – littéraire (LAN)

użycie literackie – soutenu (PU)

ludowy – populaire (DE1, DE2)

ludowy – populaire, propre au peuple (GF)

oficjalnie – officielle (SP)

oficjalnie – soutenu (LAP, LAW)

poetycki ; w poezji – poétique ; en poésie (DE1)

poetycki – poétique (DE2, DP1, DP2, GF, GP, JST)

pospolity – populaire (DE1, DE2, GP)

potoczny – familier ; courant (DE1)

potoczny – familier (DE2, GF, GP, JST, LAN, LAP, LAW, LCF, LCP, MI, PU, SM, SZ)

potoczny – courant (DP1, TO)

potoczny – populaire, familier (DP2)

forma bardzo potoczna – très familier (LCF)

forma staranna – soutenu (LCF)

forma staranna/książkowa – soutenu (LCP)

styl wyszukany – style soutenu (LAN)

22La marque książkowy (littéralement « livresque »), qui a une longue tradition dans la lexicographie polonaise, est présente dans pratiquement tous les grands monolingues publiés au cours des dernières décennies (cf. SJPD, SJPSz, PSWP, USJP, WSJP). Comme livresque n’est pas utilisé en qualité de marque dans la lexicographie française, la traduire par littéraire est la meilleure solution.

23Par contre, la marque de registre literacki, relevée dans quelques bilingues consultés, semble être un calque du français littéraire. En effet, dans la pratique lexicographique polonaise, l’abréviation lit. désigne normalement la littérature (cf. SJPD, SJPSz, SWJP) ou, plus précisément, les études littéraires (cf. USJP, WSJP) et c’est dans ce sens, c’est‑à‑dire en tant qu’une marque de domaine, qu’elle est utilisée dans certains bilingues du corpus (cf. par ex. GP, MI, SZ). L’abréviation française littér. est ambiguë, car elle peut indiquer aussi bien un domaine qu’un registre (cf. GR, GL) ; cette ambiguïté a entraîné un emploi analogue de la marque polonaise lit. dans quelques‑uns des bilingues examinés. Ainsi, dans le GF, la marque literacki, non définie, accompagne par exemple le mot geste, employé dans geste de Charlemagne ou chanson de geste (et elle fonctionne alors comme marque de domaine), mais aussi des mots tels que courroux ou mirer pour lesquels elle doit être interprétée comme une marque de registre. De même, dans le DE1, l’abréviation lit., comprise comme une marque de domaine, est accolée au mot classicisme et, en tant que marque de registre, elle accompagne le mot onde. À notre avis, pour éviter une confusion possible entre les deux interprétations de la marque en question, il serait bien de réserver lit. ou liter. pour la marque de domaine et de retenir książkowy comme marque de registre, du moins dans des bilingues adressés à des usagers polonais.

24En outre, on pourrait se demander quel est le rapport exact entre les couples książkowy – littéraire et poetycki – poétique, puisque littéraire peut comprendre poétique. Par ailleurs, la pratique du DE1, qui considère poet. comme marque aussi bien de registre que de domaine (cf. article strophe : strophe f poet. strofa, strofka, zwrotka f), va à l’encontre des principes de marquage retenus dans les monolingues polonais, qui n’introduisent que la marque de domaine plus générale, à savoir literacki.

  • 37 Gadet, 2007, p. 139.
  • 38 T. 1, p. lxviii ; voir aussi Glatigny, 1998, qui doute que l’on puisse distinguer littéraire, appar (...)

25Ensuite, il convient de noter la présence de la marque française soutenu, quelque peu surprenante dans la mesure où soutenu n’est pas tellement utilisé en qualité de marqueur dans les monolingues français. Dans notre corpus, cette marque n’apparaît que dans des bilingues publiés par des maisons d’édition étrangères – Pons/Klett (PU), Larousse (LAP, LAW, LCF, LCP) et Langenscheidt (LAN) – et elle pose un vrai problème de traduction. En effet, parmi ses équivalents polonais figurent użycie literackie (« emploi littéraire »), oficjalnie (« officiellement »), forma staranna (« forme soignée »), voire książkowa (« livresque »), et styl wyszukany (« style recherché »). Or, si staranny et wyszukany rendent bien le sens de soutenu (Gadet37 donne recherché et soigné comme ses synonymes présumés), ces mots ne fonctionnent pas en tant que marqueurs de registre dans les monolingues polonais, tout comme literacki (cf. supra). En outre, considérer soutenu en tant que synonyme de littéraire ne ferait pas l’unanimité, car certains auteurs comprennent le registre littéraire comme supérieur au soutenu (cf. point 3), même si le rapport entre les deux notions est très étroit, comme l’illustre l’explication du marqueur littéraire venant du GR : « désigne un mot qui […] s’emploie surtout dans l’usage écrit et soutenu »38. Bref, nous sommes d’avis qu’il est possible de remplacer les couples użycie literackie – soutenu et forma książkowa – soutenu par książkowy – littéraire, en employant des marques bien ancrées dans l’usage. En revanche, lorsqu’on veut insister sur le caractère soigné, recherché d’un mot, mais pas forcément littéraire, on peut avoir recours à la marque polonaise oficjalny, dont la signification est assez générale. Oficjalny, dont l’introduction a été postulée par Anna Engelking, Andrzej Markowski et Elżbieta Weiss (1989), fait son apparition dans les monolingues polonais des années 1990 (cf. SWJP, PSWP, USJP). Dans l’USJP, elle est définie comme une marque générique, englobant entre autres książkowy, poetycki et urzędowy (« administratif » ; cf. la marque synonyme urzędniczy, trouvée dans le SP, et l’abréviation form. du PO, expliquée tantôt comme urzędowy [p. xii], tantôt comme oficjalny [p. xv]). De ce fait, on pourrait l’employer aussi au lieu de formalny (cf. SP), inusité dans les monolingues polonais. Cependant, en la traduisant par officiel, comme le fait le SP, on court le risque d’une confusion avec la marque normative offic., soit recommandation officielle, et c’est pourquoi il vaut mieux retenir le couple oficjalny – soutenu (cf. LAP, LAW).

  • 39 Cf. Cook, 2019, p. 35‑79.
  • 40 Cf. Walczak, 1988, p. 420.

26Une autre difficulté de traduction est liée à la présence dans quelques bilingues de la marque française populaire, ayant comme correspondants ludowy (DE1, DE2, GF), pospolity (DE1, DE2, GP) et potoczny (DP2), ce dernier terme pouvant passer pour synonyme de familier39. À notre avis, ludowy ne devrait pas être employé en qualité d’équivalent de populaire, et ceci pour trois raisons : premièrement, parce que dans les dictionnaires monolingues polonais il n’existe pas de marque de registre ludowy ; deuxièmement, parce que dans la langue d’aujourd’hui ludowy fait penser tout d’abord à sa signification « folklorique, relatif à la campagne » ; et, troisièmement, parce que dans la tradition lexicographique polonaise, à la différence notamment des dictionnaires Le Robert, on ne définit pas les marques par rapport à une classe sociale, ce qui exclut l’emploi de ludowy dans le sens de « propre au peuple ». Quant à pospolity, ce marqueur, dont l’origine remonte au milieu du xixe siècle40 sert aujourd’hui à indiquer des unités de registre inférieur au familier. Ainsi, si on comprend de la même manière le registre populaire, on peut retenir les équivalences potoczny – familier et pospolity – populaire. Cependant, de nombreuses études, dont celle de Shevchenko (2006), ont montré que les locuteurs francophones, linguistes et lexicographes y compris, ne sont pas vraiment capables de distinguer avec précision les deux niveaux. À plus forte raison, cette opposition douteuse n’est pas pertinente pour les polonophones. Ces derniers sont d’ailleurs confrontés à des problèmes de même nature concernant le rapport entre les niveaux potoczny et pospolity dans leur propre langue, et ce n’est pas un hasard si le WSJP, le plus récent de nos monolingues (toujours en cours de rédaction), n’introduit qu’une seule marque de bas niveau, à savoir potoczny. C’est pourquoi nous sommes d’avis que le couple pospolity – populaire pourrait disparaître de la grille de marques de nos bilingues sans nuire à leur qualité.

  • 41 Cf. Ucherek, 2010b, p. 95.
  • 42 Cf. Gadet, 2007, p. 139.

27Enfin, nous estimons qu’il n’y a pas de raison de traduire potoczny par courant (cf. DE1, DP1, TO), d’autant que cette dernière marque pose, elle aussi, un problème d’interprétation dans la mesure où, d’une part, on peut la considérer non seulement comme une marque de registre, mais aussi de fréquence41, et d’autre part, en tant que marque de registre, elle peut être entendue comme synonyme de standard et non de familier42.

Conclusion

  • 43 Au sujet de cette dernière, voir Stępień, 2003.

28La notion de registre de langue, que nous considérons comme synonyme de celle de niveau de langue, a des contours très flous, ce qui a un impact direct sur la compréhension des marques de registre. Pour les besoins de cette étude, nous avons adopté une vision étroite des registres, en laissant notamment de côté l’examen des marques argot et vulgaire43.

29L’analyse de 33 dictionnaires bilingues a démontré tout d’abord que quatre d’entre eux sont dépourvus de tout marquage, ce qui n’est certainement pas une bonne solution, vu la variété du vocabulaire qu’ils renferment. Les dictionnaires restants contiennent au moins une marque de registre, à savoir potoczny/familier. Nous avons relevé les marques polonaises : formalny, książkowy, literacki, ludowy, oficjalny, poetycki, pospolity et urzędniczy. En plus du répertoire classique des marques de registre (poetycki, książkowy, potoczny, pospolity) et de deux marques plus récentes, introduites dans les années 1990 (oficjalny, urzędowy), cet inventaire contient des marqueurs qui soit ne figurent pas dans les plus grands monolingues polonais, tel formalny, d’origine anglaise, et aussi ludowy, attesté uniquement dans le PSWP et non défini ; soit y sont compris uniquement comme des marques de domaine (literacki). La liste française des marques se compose de familier (dans le LCF, elle peut être intensifiée : très familier), littéraire, officiel (utilisée normalement comme marque normative et pas de registre) et soutenu, cette dernière n’étant pas très répandue dans les monolingues français. Ainsi, les marques relevées dans les bilingues examinés ne recoupent que partiellement celles en usage dans les monolingues polonais ou français, ce qui risque de dérouter les usagers de ces bilingues.

30Ensuite, nous avons constaté que, dans l’ensemble, le discours métalexicographique sur le marquage est extrêmement pauvre. En effet, les ouvrages consultés ne présentent jamais les marques qu’ils utilisent, ne serait‑ce que de manière sommaire, de sorte que l’usager du dictionnaire est d’habitude contraint de les repérer lui-même parmi les abréviations listées. Qui plus est, ces marques ne sont jamais définies, bien qu’elles soient loin d’être univoques, comme le démontrent de nombreuses études métalexicographiques portant sur les dictionnaires polonais et français. Par conséquent, leur utilité diminue considérablement.

31En outre, faute de définitions, il n’est pas facile de comparer les marques polonaises et françaises. Les lexicographes ne les traduisent d’ailleurs parfois pas, ce qui est acceptable seulement s’ils considèrent leur dictionnaire comme un monodirectionnel, ou bien ils les traduisent de manière assez approximative ou tout simplement littérale, en ignorant les pratiques des dictionnaires monolingues en matière de marquage. Au terme de l’analyse, force est de constater que l’unique paire de marques où l’équivalence ne soulève pas de doute est poetycki – poétique.

32De plus, les grilles de marques utilisées varient d’un dictionnaire à l’autre, ce qui ne facilite pas leur consultation. Or, dans la majorité des bilingues dépouillés, qui sont de taille petite ou moyenne, il serait possible de simplifier ces grilles en limitant le nombre de marques de registre à un strict minimum, par exemple książkowy – littéraire et/ou oficjalny – soutenu, et potoczny – familier, sans garder de distinctions trop subtiles, qui laissent perplexes même les spécialistes.

33Enfin, on devrait préciser dans le mode d’emploi du dictionnaire ce qui sera marqué : uniquement les mots vedettes, ou les équivalents, ou bien les deux, cette dernière solution devant être une règle dans des bilingues adressés à deux communautés linguistiques.

Bibliographie

Dictionnaires bilingues

AS : Dictionnaire Assimil Kernerman polonais-français, français-polonais, 2009, Assimil, Chennevières‑sur‑Marne.

BE : Zając Marek, Dictionnaire français-polonais, polonais-français Berlitz, Langenscheidt, Warszawa, s.d.

BI : Bielas Leon, [1964] 1987 (7e éd.), Dictionnaire minimum français-polonais, polonais-français, Wiedza Powszechna, Warszawa.

BU : Słownik francusko-polski, polsko-francuski, 2008, Buchmann, Warszawa.

DE1 : Sikora-Penazzi Jolanta, Sieroszewska Krystyna, 1997, Dictionnaire élémentaire français-polonais, Wiedza Powszechna, Warszawa.

DE2 : Sikora-Penazzi Jolanta, Sieroszewska Krystyna, 1997, Dictionnaire élémentaire polonais-français, Wiedza Powszechna, Warszawa.

DP1 : Kupisz Kazimierz, Kielski Boleslaw, [1968] 1982 (4e éd), Dictionnaire pratique français-polonais avec supplément, Wiedza Powszechna, Warszawa.

DP2 : Kupisz Kazimierz, Kielski Boleslaw, [1969] 1993 (9e éd.), Dictionnaire pratique polonais-français avec supplément, Wiedza Powszechna, Warszawa.

DU : Słobodska Miroslawa, 2001, Dictionnaire universel français-polonais et polonais-français, Delta W‑Z, Warszawa.

GF : Dobrzyński J. et al., [1980-1982] 1991 (4e éd.), Grand dictionnaire français-polonais, Wiedza Powszechna, Warszawa.

GP : Grand dictionnaire polonais-français, t. i-v, 1995‑2008, Wiedza Powszechna, Varsovie.

JST : Jedlińska Anna, Szwykowski Ludwik, Tomalak Jerzy, [1979] 1984 (3e éd.), Dictionnaire de poche français-polonais, polonais-français, Wiedza Powszechna, Varsovie.

KS : Kwiatkowski W, Sobczyński K., 1997, Dictionnaire français-polonais, polonais-français, ABC Future, Kraków.

KU : Kuźnik A., 2001, Dictionnaire français-polonais, polonais-français, Wydawnictwo Językowe Aneks, Wałbrzych.

LAN : Duży słownik polsko-francuski, francusko-polski, 2012, Langenscheidt, Warszawa

LAP : Assaf Beata (dir.), 2005, Dictionnaire de poche français-polonais, polonais-français, Larousse, Paris.

LAW: Assaf Beata (dir.), 2006, Słownik polsko-francuski, francusko-polski, Larousse, Wrocław.

LCF : Dictionnaire Compact plus français-polonais, 2001, Larousse/Rea, s. l.

LCP : Dictionnaire Compact plus polonais-français, 2003, Larousse/Rea, Warszawa.

LIF : Lipska Anna, 1992, Szkolny słownik francusko-polski, WSiP, Warszawa.

LIP : Lipska Anna, 1992, Szkolny słownik polsko-francuski, WSiP, Warszawa.

MB : Meister Barbara, Botton Deborah 2002, Dictionnaire polonais-français, français-polonais, Ex Libris, Varsovie.

MI : Migdalska Grazyna, 2003, Słownik francusko-polski, polsko-francuski, Wydawnictwo Naukowe PWN, Warszawa.

NM : Nowak, Adam, Musiał Magdalena, 2000, Uniwersalny słownik francusko-polski i polsko-francuski, Liberal, Kraków.

OX : V. Grundy, Barnes Jennifer, Podracka Katarzyna, 2002, Mini Oxford. Słownik francusko-polski, polsko-francuski, Delta W‑Z, Warszawa, 592 p.

PO: B. Chełkowska et al., 2007, Współczesny słownik francusko-polski, polsko-francuski Pons, LektorKlett, Poznań.

PU : Stanisławska Agneszka, 2004, Uniwersalny słownik francusko-polski, polsko-francuski Pons, LektorKlett, Poznań.

RO : Romanowska Maria, 2007, Kieszonkowy słownik francusko-polski, polsko-francuski, Wydawnictwo Zielona Sowa, Kraków.

SM : Słobodska Miroslawa, 2000, Mini dictionnaire français-polonais, polonais-français, Harald G, Warszawa.

SP: Sprytny słownik francusko-polski i polsko-francuski, 2010, Lingea, Kraków

SS : Szkolny słownik francusko-polski, polsk-francuski, 2005, Faktor, Poznań.

SZ : Szwykowski Ludwik, 1970, Część francusko-polska, in Szwykowski Ludwik, Tomalak Jerzy, Petit dictionnaire français-polonais, polonais-français, Wiedza Powszechna, Varsovie.

TO : Tomalak Jerzy, 1970, Część polsko-francuska, in Szwykowski Ludwik, Tomalak Jerzy, Petit dictionnaire français-polonais, polonais-français, Wiedza Powszechna, Varsovie.

Dictionnaires monolingues polonais et français

GL : Guilbert Louis, Lagane René, Niobey Georges (dir.), 1971, Grand Larousse de la langue française en six volumes, Larousse, Paris.

GR : Rey Alain, Morvan Danièle (dir.), 2001, Le Grand Robert de la langue française, Le Robert, Paris.

PSWP : Zgółkowa Halina (dir.), 1994-2005, Praktyczny słownik współczesnej polszczyzny, Wydawnictwo „Kurpisz”, Poznań.

SJPD : Doroszewski Witold (dir.), 1958-1969, Słownik języka polskiego, Wiedza Powszechna, Warszawa.

SJPSz : Szymczak Mieczyslaw (dir.),1978-1981, Słownik języka polskiego, PWN, Warszawa.

SWJP : Dunaj Boguslaw (dir.), 1996, Słownik współczesnego języka polskiego, Wilga, Warszawa.

USJP: Dubisz Stanislaw (dir.), Uniwersalny słownik języka polskiego, [2003] 2006 (2e éd.), Wydawnictwo Naukowe PWN, Warszawa.

WSJP : Żmigrodzki Piotr (dir.), Wielki słownik języka polskiego, URL: http://www.wsjp.pl/.

Autres références

Arrivé Michel, Gadet Françoise, Galmiche, Michel 1986, La grammaire d’aujourd’hui, Flammarion, Paris.

Blanco Xavier, 2013, « Les pragmatèmes : définition, typologie et traitement lexicographique », Verbum 4, p. 17‑25.

Bobrowski Jakub, 2018, Kwalifikatory w WSJP PAN, in Żmigrodzki Piotr et al. (éd.), Wielki słownik języka polskiego PAN. Geneza, koncepcja, zasady opracowania, Instytut Języka Polskiego PAN, Kraków, p. 61‑78.

Cook Jadwiga, 2019, Potoczność w przekładzie dialogu powieściowego. Na materiale polskich przekładów współczesnej francuskiej prozy powieściowej, Universitas, Kraków.

Corbin Pierre, Gasiglia Nathalie, 2010, « Représentations lexicographiques actuelles du lexique français : aperçus sur les choix de nomenclatures », Cahiers de lexicologie 96, p. 35‑65.

Duval Alain, 2002, « La métalangue, un mal nécessaire du dictionnaire actif », in Corréard Marie‑Hélène (éd.), Lexicography and Natural Language Processing : A Festschrift in Honour of B.T.S. Atkins, Euralex, Grenoble, p. 45‑58.

Elefante Chiara, 2004, « Arg. et pop., ces abréviations qui donnent les jetons aux traducteurs-dialoguistes », Meta : journal des traducteurs, vol. 49, n1, p. 193‑207.

Engelking Anna, Markowski Andrzej, Weiss Elzbieta, 1989, « Kwalifikatory w słownikach – próba systematyzacji », Poradnik Językowy 5, p. 300‑309.

Gadet Françoise, 2007, La variation sociale en français, Ophrys, Paris.

Galisson Robert, Coste Daniel (dir.), 1976, Dictionnaire de didactique des langues, Hachette, Paris.

Girardin Chantal, 1987, « Système des marques et connotations sociales dans quelques dictionnaires culturels français », Lexicographica 3, p. 76‑102.

Glatigny Michel, 1998, Les marques d’usage dans les dictionnaires français monolingues du xixe siècle, Max Niemeyer Verlag, Tübingen.

Hartmann Reinhard R.K., James Gregory, 2001, Dictionary of Lexicography, Routledge, London & New York.

Hausmann Franz-Joseph, 1989, „Die Markierung im allgemeinen einsprachigen Wörterbuch: eine Übersicht”, in Hausmann et al. (éd.), Dictionnaires. Encyclopédie internationale de lexicographie, Walter de Gruyter, Berlin, t. 1, p. 649‑657.

Imbs Paul, 1971, « Préface », in Imbs Paul (dir.), Trésor de la langue française, t. 1, CNRS, Paris.

Jollin-Bertocchi Sophie, 2003, Les niveaux de langage, Hachette, Paris.

Lipińska Magdalena, 2009, « Les registres de langue dans les slogans publicitaires français » in Kacprzak Alicja, Goudaillier Jean‑Pierre (éd.), Standard et périphéries de la langue, Leksem, Łódź‑Łask.

Majdak Magdalena, 2004, Kwalifikatory jako narzędzie opisu słowa w największych powojennych słownikach języka polskiego, Prace Filologiczne xlix, p. 283‑316.

Paulin Aurélia, 1997, « Analyse de la notion de non-standard dans les dictionnaires bilingues français-anglais », Meta : journal des traducteurs, vol. 42, no 1, p. 55‑67.

Pougeoise Michel, 1996, Dictionnaire didactique de la langue française, Armand Colin, Paris.

Pouteaux Marie-Alix, Dagenais Louise, 2008, « De la 1re à la 2e édition du Dictionnaire de l’Académie française : marques diastratiques et diaphasiques, » in Bernal Elisenda, DeCesaris Janet (dir.), Proceedings of the xiii Euralex International Congress, Universitat Pompeu Fabra, Barcelona, p. 1175‑1179.

Remysen Wim, 2013, « Le français et la variation linguistique », CajoletLaganière Hélène et al. (dir.), Usito, Université de Sherbrooke, URL : www.usito.com/dictio/.

Rey-Debove Josette, 1971, Étude linguistique et sémiotique des dictionnaires français contemporains, Mouton, The Hague, Paris.

Riegel Martin, Pellat Jean‑Christophe, Rioul René, 2011, Grammaire méthodique du français, Quadrige/PUF, Paris.

Roberts Roda, 1998, « Marques de registre dans les dictionnaires bilingues », in Mercier Louis, Verreault Claude (éd.), Les marques lexicographiques en contexte québécois, Gouvernement du Québec, p. 191‑201.

Shevchenko Natalya, 2006, « Problème de l’étiquetage des unités de bas niveau de formalité dans la lexicographie bilingue français-russe et français-ukrainien », in Corino Elisa, Marello Carla, Onesti Cristina (eds.), Proceedings of the xii Euralex International Congress, Edizioni dell’Orso, Alessandria, p. 575‑581.

Shevchenko Natalya, 2008, « Méthode sociolinguistique d’étiquetage du niveau de langue dans les dictionnaires bilingues (sur l’exemple d’un dictionnaire français‑ukrainien) » in Bernal Elisenda, DeCesaris Janet (eds.), Proceedings of the xiii Euralex International Congress, Universitat Pompeu Fabra, Barcelona, p. 903‑907.

Stępień Karol, 2003, « À propos de la marque « vulgaire » (vulg.) dans des dictionnaires français et polonais », in Miatliuk Hanna, Bogacki Bohdan, Komorowska Hanna (eds.), Problemy lingwistyki i nauczania języków obcych, Wydawnictwo Uniwersytetu w Białymstoku, Białystok, p. 415‑422.

Thiboutot Sylvie, 1998, « Inventaire des pratiques lexicographiques françaises et québécoises en matière de marques d’usage », in Mercier Louis, Verreault Claude (éd.), Les marques lexicographiques en contexte québécois, Gouvernement du Québec, p. 253‑294.

Tournier Jean, Tournier Nicole, 2009, Dictionnaire de lexicologie française, Ellipses, Paris.

Ucherek Witold, 2010a, « Les marques d’usage dans les dictionnaires bilingues français-polonais et polonais-français », Romanica Wratislaviensia 57, p. 119‑134.

Ucherek Witold, 2010b, « Autour de la norme dans les marques d’usage dans les dictionnaires monolingues français et polonais », Orbis Linguarum 36, p. 83‑99.

Walczak Bogdan, 1988, « Kwalifikatory w słownikach języka polskiego », in Wokół języka, Ossolineum, Wrocław, p. 413‑422.

Notes

1 Imbs, 1971, p. 33.

2 JollinBertocchi, 2003, p. 37.

3 Ibid., p. 37‑47.

4 Ibid., p. 43.

5 Ibid., p. 45.

6 Tournier, 2009, p. 306.

7 Ibid., p. 306‑307.

8 Arrivé, Gadet & Galmiche, 1986, p. 404.

9 Elefante, 2004, p. 194.

10 Pougeoise, 1996, p. 373.

11 Elefante, 2004, p. 195.

12 Duval, 2002, p. 54.

13 Pour les abréviations identifiant les dictionnaires consultés, voir la bibliographie.

14 Arrivé, Gadet & Galmiche, 1986, p. 598.

15 Cf. Thiboutot, 1998.

16 Cf. Blanco, 2013.

17 Girardin, 1987, p. 77.

18 Rey-Debove, 1971, p. 91.

19 Riegel, Rioul & Pellat, 2011, p. 18‑21.

20 Cf. Corbin & Gasiglia, 2010, Remysen, 2013.

21 Lipińska, 2009, p. 128.

22 Galisson & Coste, 1976, p. 371.

23 Pougeoise, 1996, p. 373.

24 Thiboutot, 1998, p. 271.

25 Gadet, 2007, p. 139.

26 Hartmann & James, 2001, p. 39‑40, Corbin & Gasiglia, 2010, p. 49.

27 Hausmann, 1989, p. 651.

28 Pouteaux & Dagenais, 2008, p. 1175.

29 Cf. Girardin, 1987, p. 91, Hausmann, 1989, p. 650.

30 Cf. Pougeoise, 1996, p. 373, Paulin, 1997, p. 63

31 Cf. Tournier & Tournier, 2009, p. 249.

32 Cf. par ex. Engelking, Markowski & Weiss, 1989, Majdak, 2004, Bobrowski, 2018.

33 Cf. Ucherek, 2010a, p. 127‑129.

34 On trouve à la fin de cet article la totalité des acronymes utilisés pour désigner les dictionnaires.

35 Cf. par ex. Roberts, 1998, p. 191 ; Shevchenko, 2008, p. 903.

36 Théoriquement, il est possible que soient utilisées dans le corps d’un dictionnaire des marques de registre absentes de la liste d’abréviations. Toutefois, à notre connaissance, si cela arrive, c’est surtout pour les marques de domaine, qui sont parfois très nombreuses. À titre d’exemple, dans le JST, les mots traque et traquer sont accompagnés de la marque myśl., c’est-à-dire myśliwski (« vénerie »). Or, l’abréviation myśl. ne figure pas dans l’inventaire des abréviations du JST.

37 Gadet, 2007, p. 139.

38 T. 1, p. lxviii ; voir aussi Glatigny, 1998, qui doute que l’on puisse distinguer littéraire, appartenant théoriquement au groupe des marques diatextuelles, de soutenu, qui fait partie des marques diastratiques (p. 9).

39 Cf. Cook, 2019, p. 35‑79.

40 Cf. Walczak, 1988, p. 420.

41 Cf. Ucherek, 2010b, p. 95.

42 Cf. Gadet, 2007, p. 139.

43 Au sujet de cette dernière, voir Stępień, 2003.

Table des illustrations

Titre  
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/41094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

Auteur

Université de Wrocław

© Presses de l’Inalco, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search