Version classiqueVersion mobile

Marques de registre dans les dictionnaires bilingues

 | 
Gueorgui Armianov

Les marques des variétés substandard dans les dictionnaires monolingues et bilingues bulgares (histoire et pratique contemporaine de leurs représentations lexicographiques)

Gueorgui Armianov

Résumé

L’article propose un regard détaillé sur la place et le statut des formes substandard dans les dictionnaires monolingues et bilingues bulgares. Il s’appuie sur l’analyse de plusieurs ouvrages et sur la pratique lexicographique personnelle de l’auteur et examine la palette des marques utilisées traditionnellement en Bulgarie. Le problème de la pertinence et de la précision de certaines marques est aussi évoqué. L’objectif est de préciser les relations complexes entre les variétés linguistiques, les niveaux sociaux et l’utilisation d’un vocabulaire spécifique, afin d’établir un système de marques exhaustif et non contradictoire et de proposer des critères structurels et des pratiques objectives pour examiner, évaluer et présenter correctement le lexique substandard dans les dictionnaires modernes bulgares.

Texte intégral

  • 1 Georgiev & Roussinov, 1979, p. 178.

1La lexicographie bulgare en tant que pratique et science est une discipline relativement récente. Le premier essai dans ce domaine date des années 1820, lorsque les membres de la société culturelle bulgare à Brašov, Roumanie, ont discuté de l’idée d’élaborer un Petit lexicon en quatre langues : bulgare, grecque, valaque et russe1. Le projet reste inachevé mais, dans certains livres et grammaires de cette époque, l’on peut trouver des listes alphabétiques de mots avec des interprétations simples, qui en aucun cas ne peuvent être appelés des dictionnaires, même si elles servent à des objectifs éducatifs. Chaque auteur travaille selon ses convictions et ses idées linguistiques, mais le résultat est assez impressionnant pour une époque où il n’y a encore ni État bulgare indépendant ni enseignement supérieur en langue bulgare.

  • 2 Dans le texte de l’article, les consonnes bulgares Ч et Ш sont transcrites en plusieurs façons : [c (...)
  • 3 Pavlovich, 1835.
  • 4 Rilski, 1838.
  • 5 Pavlev, 1855.

2Ainsi, en 1835, l’écrivain Hristaki Pavlovich2 publie son petit Dictionnaire gréco-bulgare3 ; la même année, le moine et enseignant Néofit Rilski commence à travailler sur un grand Dictionnaire grec hellénique et slavo-bulgare duquel un seul volume de 645 feuilles manuscrites rédigées en 1838 a survécu jusqu’à nos jours4. En 1855, à Bucarest voit le jour un Dictionnaire des mots turcs et grecs dans la langue bulgare qui comporte plus de 1400 mots et expression, sans marques d’usage, la majorité d’origine turque, dont l’utilisation est considérée comme très large5.

Figure 1 : M. Pavlev, Dictionnaire des mots turcs et grecs dans la langue bulgare (Bucarest, 1855)

Figure 1 : M. Pavlev, Dictionnaire des mots turcs et grecs dans la langue bulgare (Bucarest, 1855)
  • 6 Hrulev, 1863.

3Pendant les années qui suivent sont publiés un Petit dictionnaire des mots étrangers qui se trouvent dans la langue bulgare de Todor Hrulev6 ainsi que plusieurs autres plus petits ouvrages de caractère lexicographique.

4Le fait que les premiers dictionnaires bulgares étaient tous bilingues ou multilingues est parfaitement compréhensible, puisqu’à cette époque la langue standard bulgare n’avait pas encore été établie et qu’il n’y avait aucun consensus sur sa base linguistique : pour certains, les dialectes régionaux devaient servir en tant que fondement de construction ; pour d’autres, il était préférable de choisir une langue étrangère, bien connue, qui possédait aussi un prestige incontestable, comme le russe ou le grec, ou même la langue liturgique slave, issue du vieux bulgare et fortement influencée par le russe.

  • 7 Bogorov, 1869.
  • 8 Bogorov, 1871.

5Toutefois, en 1869 à Vienne, en Autriche-Hongrie, a été publié le premier véritable ouvrage lexicographique bulgare : le Dictionnaire français-bulgare7, qui contient plus de 35 000 mots et expressions définis généralement par différents synonymes. Deux ans plus tard, Ivan Bogorov publie la deuxième partie, Dictionnaire bulgare-français8.

Figure 2 : Ivan Bogorov, Dictionnaire français-bulgare et bulgare-français. Première partie. Partie franco-bulgare. Deuxième édition corrigée. (Vienne, 1873)

Figure 2 : Ivan Bogorov, Dictionnaire français-bulgare et bulgare-français. Première partie. Partie franco-bulgare. Deuxième édition corrigée. (Vienne, 1873)

6C’est notamment dans la préface de ce dictionnaire, que l’on découvre les premières marques d’usage dans la lexicographie bulgare : fam., fig., pop. et vi. (vieilli). Il est indispensable d’indiquer qu’en l’absence d’une grammaire incontestable ou de manuels pratiques de la langue bulgare, les dictionnaires se transforment en livres de référence, en outils de base pour la création et le développement de la langue standard moderne.

  • 9 Gerov, 1895.
  • 10 Les deux derniers volumes et l’annexe sont publiés après la mort de l’auteur, par son neveu Todor P (...)

7Les années soixante-dix et quatre-vingt du xixe siècle sont marquées par la lutte nationale pour la libération politique de la Bulgarie et pour l’unification de ses territoires, et probablement pour cette raison les problèmes spécifiques de la linguistique et de la lexicographie bulgares passent en arrièreplan, bien que les travaux continuent. En conséquence, ce n’est qu’en 1895 que sort le premier dictionnaire monolingue classique de la langue bulgare. C’est le Dictionnaire de la langue bulgare avec interprétation des mots en bulgare et en russe du linguiste, écrivain et diplomate bulgare Nayden Gerov9. Au cours des années qui suivent, Gerov publie cinq volumes (quatre plus une annexe publiée après sa mort par son neveu T. Panchev), qui contiennent au total près de 80 000 unités10.

Figure 3 : Nayden Gerov, Dictionnaire de la langue bulgare, vol. I (Sofia, 1895)

Figure 3 : Nayden Gerov, Dictionnaire de la langue bulgare, vol. I (Sofia, 1895)
  • 11 Gerov, 1895, liv.

8Comme on peut le constater dans le titre, ce travail se situe à la limite de la lexicographie bilingue, même si la langue russe reste plutôt un appui culturel supplémentaire. Le dictionnaire est de type mixte – dictionnaire général d’usage présentant également des éléments d’un dictionnaire dialectal et bilingue. Nous y trouvons une dizaine de marques diatextuelles, diaévaluatives et diaintégratives (stylistiques, selon la tradition bulgare), bien qu’assez rarement et de manière incohérente11.

  • 12 Shishmanov, 1895, p. 14-50.

9En cette même année 1895, pour la première fois en Bulgarie les sociolectes ont été présentés dans une étude purement scientifique : Notes sur les langages secrets et les langages proverbiaux bulgares12. L’auteur, Ivan Shishmanov, a ajouté, comme il les appelle lui-même, des listes de mots des langages étudiés, mais en raison de la nature de l’ouvrage, il n’a pas utilisé de marques lexicographiques spéciales.

10Nous constatons immédiatement que dès le départ, sans explications ni analyses scientifiques, les auteurs incluaient dans leurs travaux des marques lexicographiques de caractère très hétérogène : l’on trouve tout aussi bien des particularités grammaticales que des marques d’usage, des spécificités stylistiques, ou d’appartenance à une variété de la langue nationale. Le choix est très libre, issu souvent de préférences ou d’idées personnelles et, en conséquence, contradictoire et même non scientifique.

  • 13 Les marques diachroniques, diaévaluatives, dianormatives méritent une étude spéciale et ne seront p (...)

11Mais, avant de procéder à une analyse détaillée de la pratique lexico­graphique en Bulgarie, je pense qu’il est nécessaire de clarifier brièvement ce que je comprends dans mon travail sous le terme formes substandard et dans quelles relations paradigmatiques elles se trouvent avec la langue standard et avec les autres formes similaires. Cela, à mon avis, demande d’orienter notre regard non seulement vers les systèmes et les sous-systèmes structurels, mais aussi vers les champs discursifs, qui impliquent un usage non normatif, non standard13.

  • 14 Dans la littérature classique bulgare de la fin du xixe et du début du xxe siècles, nous trouvons q (...)
  • 15 Ici, j’adhère généralement à la classification proposée par Franz Josef Hausmann (Hausmann, 1977 ; (...)

12En linguistique générale et en lexicologie, il est universellement accepté que la langue standard comme système normatif national se trouve au niveau le plus élevé de l’échelle structurelle. Toutes les autres variétés régionales et sociales sont hiérarchisées par rapport à la langue standard. En Bulgarie, traditionnellement, juste au-dessous de la langue standard moderne sont placés les dialectes régionaux, qui ont servi de base pour sa création au xixe siècle, mais qui ne disposent pas d’une portée nationale et qui peuvent différer du point de vue grammatical et lexical d’une région à l’autre. Ces régiolectes, qui ne possèdent pas une forme écrite propre14, sont toujours en usage très actif en Bulgarie et ils forment la première et indiscutable variété substandard pour laquelle les dictionnaires emploient, comme nous le verrons, différentes marques15.

  • 16 Dans le groupe des sociolectes, on inclut souvent les nouveaux dialectes urbains (les urbanolectes) (...)

13La troisième grande couche est formée par le groupe des dialectes sociaux (ou les sociolectes16), qui inclut plusieurs variétés de nature très diverse : sociolectes corporatifs, secrets, professionnels, etc. Ces variétés sont le plus fréquemment considérées comme simples vocabulaires. Dans ce groupe encore, les marques lexicographiques en utilisation dans les dictionnaires monolingues et bilingues sont très hétérogènes et souvent contradictoires.

  • 17 Tchaouchev, 2009, p. 1178.
  • 18 Boyadzhiev, 1986, p. 153.

14De plus, selon la tradition, dans la linguistique bulgare les auteurs utilisent régulièrement les « termes » разговорна реч/razgovorna reč « langage quotidien » et разговорен език/razgovoren ezik « langue parlée », souvent employés comme synonymes. L’on parle également de просторечие/prostorečie, traduit d’habitude comme « langage populaire » et même « langue populaire »17. Pourtant, ces deux ou même trois concepts ont été rarement étudiés et définis dans les travaux lexicographiques et de lexicologie théorique. Pour certains, le langage familier est simplement une forme orale, décontractée de la langue standard18, qui doit donc porter une marque diaphasique dans les dictionnaires ; pour d’autres, c’est une variété orale indépendante, construite sur la base de formes standard, dialectales et sociolectales, et hiérarchiquement située entre le standard d’une part et régiolectes et sociolectes d’autre part. Ainsi, le langage familier devrait être signalé par une marque diastratique.

15Puis, en ce qui concerne le просторечие/prostorečie bulgare, c’est-à-dire le « langage populaire », les choses sont encore moins claires et les linguistes discutent de l’existence même d’une telle variété : est-il une forme fortement incorrecte de la langue standard ou est-ce un sous-système fonctionnel spécifique, parsemé de dialectalismes, d’argotismes, de mots grossiers, inhérent au peuple sans éducation et d’un bas statut social, qui se trouve au plus bas de l’échelle hiérarchique des systèmes linguistiques ? Il sera bien difficile de trouver une réponse convaincante dans les livres de lexicologie en Bulgarie. Personnellement, j’adhère plutôt à la deuxième position, qui considère ledit prostorečie comme une variété fonctionnelle non standard (ou substandard) de la langue nationale qui se situe au-dessous des dialectes régionaux et des sociolectes.

16Nous pouvons illustrer la situation linguistique bulgare et les positions hiérarchiques des éléments constituants de la langue nationale par le schéma suivant :

Figure 4 : schéma de la langue nationale bulgare et ses variétés standard et non standard

Figure 4 : schéma de la langue nationale bulgare et ses variétés standard et non standard
  • 19 La présence du lexique sociolecte dans les ouvrages scientifiques et les dictionnaires bulgares est (...)

17Quel est donc l’état dans les dictionnaires modernes bulgares en ce qui concerne les deux variétés substandard qui sont l’objet de notre étude : les régiolectes et les sociolectes19 ?

18J’ai étudié vingt-huit dictionnaires : vingt-trois dictionnaires bilingues qui couvrent dix langues étrangères (français, anglais, italien, espagnol, grec, russe, serbo-croate, turc, tchèque et roumain) ainsi que quatre dictionnaires monolingues bulgares et un dictionnaire de l’argot bulgare, qui m’ont servi comme base de comparaison et de matériel illustratif.

  • 20 Romanski (ed.), 1957 ; Tcholakova (ed.), 1977, p. 25‑28 ; Andreichin et al., 2012, p. 6 ; Banev & K (...)

19La première constatation qui résulte de l’analyse c’est que, dans le domaine de la lexicographie bulgare, seuls quelques dictionnaires monolingues et bilingues proposent une nomenclature relativement cohérente et une explication des marques utilisées20. Par exemple, dans le grand Dictionnaire de la langue bulgare les auteurs distinguent 6 types de marques :

  1. marques d’appartenance au lexique non littéraire ;
  2. marques d’usage exclusivement dans un style fonctionnel ;
  3. marques historiques ;
  4. marques émotionnelles et expressives ;
  5. marques de fréquence ;
  6. marquage du changement de l’appartenance à un type21.
  • 22 Tcholakova (éd.), 1977, p. 25.
  • 23 Tcholakova (éd.), 1977, p. 27.
  • 24 Boyadahiev 1986, p. 156.

20Or, dans la partie des commentaires sur l’usage des marques dites stylistiques, l’on découvre que la marque « Dial. est utilisée devant des dialectalismes » (ce qui est bien évident !), que « Pop. est placé devant des mots populaires », mais aussi « devant des phraséologismes ayant un ton émotionnel plus rude » ; que la marque « Jarg. est mise devant des mots comme… + “exemples”22 » ou que la marque « Fam. est mise devant des mots, significations et unités phraséologiques du style familier de la langue standard23 ». Ainsi, il apparaît que le lecteur est censé savoir auparavant quelle est la différence entre le lexique dialectal, populaire et argotique, quel est le contenu du vocabulaire argotique ou du style familier24.

  • 25 Voir par ex. Kristeva, 2018.

21La situation est encore moins encourageante dans le domaine bilingue, même si je suis obligé d’admettre que la présence de termes dialectaux ici est rare, voire inhabituelle, car ce type d’ouvrages est orienté essentiellement vers le vocabulaire standard en tant que base pour l’apprentissage d’une langue étrangère. Dans les trente dictionnaires analysés, je n’ai trouvé presque aucune explication du contenu des marques utilisées. Comme cela a été indiqué dans d’autres publications, il est extrêmement rare de trouver des définitions de marques d’usage dans les dictionnaires monolingues et bilingues en Bulgarie25. Les auteurs supposent que les lecteurs ont une connaissance du système, du changement stylistique et fonctionnel de chaque mot. De plus, pour beaucoup de termes, les marques utilisées varient considérablement d’un dictionnaire à l’autre ou parfois sont totalement absentes. Par conséquent, plusieurs questions essentielles se posent :

  • Est-il possible qu’une marque puisse indiquer deux variétés différentes ?
  • Est-il possible qu’un même mot reçoive deux, voire trois marques différentes dans les différents dictionnaires ?
  • Quelle est la signification exacte, non ambigüe de chaque marque ?

22À notre avis, les réponses à ces questions sont essentielles pour l’éta­blissement du système de marquage dans la pratique lexicographique bulgare.

23Que nous montrent l’analyse des deux formes substandard indiquées – les régiolectes et les sociolectes – et leur représentation dans les dictionnaires bulgares ?

24Dès le début, il faut souligner qu’en Bulgarie, les dialectes régionaux sont très vivants et leur utilisation est toujours très répandue et tolérée. Dans la lexicologie et la linguistique générale, la marque dial. peut être considérée comme marqueur diatopique principal puisqu’il s’agit d’un mot régional spécifique. Cependant, les dictionnaires monolingues et bilingues bulgares utilisent aussi les marques traditionnelles narodno « typique, caractéristique pour le peuple », oblastno « régional », folklor « folklorique » ainsi qu’encore une marque bien ambigüe : prostonarodno, traduite littéralement par « typique pour les gens non instruits », qui soulève elle-même beaucoup de questions. Quelle est la différence entre ces marques ? Estce que la pratique montre une différence quelconque ?

  • 26 Georgiev & Roussinov, 1979 ; Boyadzhiev, 1986.

25Dans certains ouvrages universitaires de lexicologie26, le terme narodno ainsi que sa marque associée sont interprétés comme marquant des mots et des expressions appartenant à plusieurs dialectes, alors que la marque dial. « dialectal » signale un lexique provenant d’un seul dialecte. Pourtant, l’analyse des dictionnaires ainsi que l’étude de la pratique orale nous montrent clairement qu’une telle distinction est complètement artificielle et qu’il n’y a vraiment pas de différence, surtout au niveau du discours quotidien : le terme narodno était traditionnellement utilisé pour décrire le langage typique, non standard, des habitants d’une région entière ou même d’un seul village, et ainsi il a été longuement employé comme synonyme bulgare du terme international dialectal, avant que ce dernier ne s’installe aujourd’hui comme le seul terme scientifique.

26Le terme suivant, oblastno « régional », qui est très rare aujourd’hui, n’a pas vraiment de sens dans la lexicographie bulgare, puisqu’il est, avant tout, un synonyme courant du terme dialectal, et parce que dans les dictionnaires généraux l’on ne trouve pratiquement pas de mots appartenant à une seule région entière qui s’opposent à d’autres termes d’une autre région. Cette distinction me semble plus adaptée aux rares dictionnaires des dialectes régionaux, même si, à mon avis, avec le développement de la langue bulgare, elle devient de plus en plus obsolète. On peut ajouter également qu’à présent en bulgare c’est un terme qui appartient plutôt aux domaines géographique ou économique qu’à la lexicographie.

27En ce qui concerne le terme folk. « folklorique », il est vrai que certains mots ne se trouvent que dans le folklore comme une forme littéraire orale et qu’ils peuvent mériter une marque diatextuelle. Cependant, je trouve que son utilisation est erronée, car les œuvres folkloriques sont chantées, racontées et enregistrées en dialecte régional, et le folklore bulgare existe uniquement en forme dialectale. En conséquence, ce terme devient un troisième synonyme du terme principal dialectal, ce qui n’est pas admissible ni de point de vue lexico-sémantique ni de point de vue lexicographique.

28Pour finir, nous arrivons à la marque évoquée ci-dessus prostonar. Dans le plus grand dictionnaire de la langue bulgare, les auteurs expliquent que cette marque est placée :

  • devant des mots qui transgressent les normes phonétiques et morphologiques de la langue standard27 ;
  • devant des mots d’origine étrangère, d’habitude turque, qui possèdent des synonymes bulgares standard ;
  • devant des unités phraséologiques ayant un ton émotionnel rude28.
  • 29 Tchaouchev, 2005, p. 9.
  • 30 Tchaouchev, 2009 (éd.), p. 1178.

29Cependant, dans le petit Dictionnaire français-bulgare/bulgare-français de 2005, la marque prostonar. est définie par le synonyme prostorečie « langage populaire29 », ce qui du point de vue lexico-sémantique n’est pas la même chose. Quelques années plus tard, dans le grand Dictionnaire français-bulgare/bulgare-français de 2009, les auteurs utilisent la même marque prostonar., définie correctement, mais le terme prostorečie lui-même n’y figure pas30.

30Alors, deux questions se posent :

  • Le terme prostonarodno est-il un synonyme du terme dialectal ?
  • Est-il identique au terme prostorečie déjà évoqué ?

31Je trouve qu’il s’agit ici de trois entités différentes, et le terme prostonarodno n’est certainement pas un synonyme de dialectal. Il nous ramène uniquement vers une utilisation erronée des mots standard, alors que le prostorečie en Bulgarie réfère à un langage populaire construit à partir de mots et d’expressions d’origine différente et qui possède une diffusion très large et un caractère assez péjoratif.

32Dans le domaine des sociolectes, les problèmes sont bien similaires. La linguistique bulgare utilise traditionnellement deux termes : jargon et argot, en soulignant catégoriquement la différence entre les deux variétés langagières. Le terme jargon réfère aux sociolectes corporatifs des écoliers, étudiants, sportifs, collectionneurs divers, joueurs de cartes ou d’autres groupes informels, alors que le terme argot est utilisé uniquement pour décrire les sociolectes secrets des artisans et des criminels. Il est nécessaire d’ajouter que dans les dictionnaires bulgares d’usage les auteurs n’incluent jamais de lexique appartenant aux sociolectes secrets. Pourtant, les deux termes cités et les deux marques respectives sont très souvent employés en tant que synonymes dans les vieux dictionnaires monolingues, mais beaucoup plus dans les dictionnaires bilingues modernes, surtout dans les dictionnaires français-bulgare, où cette utilisation est peut-être logique.

  • 31 Tchaouchev (éd.), 2002, p. 6 ; Ivanchev (éd.), 2002, p. 17.
  • 32 Tchaouchev, 2009, p. 9.

33Cependant, les surprises sont nombreuses : dans plusieurs dictionnaires bilingues bulgares, on trouve la marque argot, mais également les marques učil et učen., expliquées littéralement comme « typique pour l’école et les écoliers31 » sans qu’il soit possible de déterminer quel est leur contenu lexical et quelle est la différence entre les trois. S’agitil de termes spécifiques de l’enseignement secondaire ou de mots du sociolecte corporatif des lycéens, comme j’en ai l’impression, opposés aux mots d’un autre sociolecte ? Nous ne savons pas. Heureusement, dans le grand Dictionnaire français-bulgare/bulgare-français cette omission a été corrigée, et la marque école. est déjà définie comme « jargon des écoliers32 ».

34Malheureusement, les problèmes ne s’arrêtent pas ici. Comme résultat direct de l’évolution de la langue, beaucoup de mots et d’expressions sociolectales quittent les confins de leur variété originale et s’installent dans un autre domaine langagier. Par conséquent, dans de plus en plus de dictionnaires nous trouvons des mots argotiques (ou jargonneux, si l’on suit la tradition terminologique bulgare) qui sont devenus très courants, qui sont utilisés par une grande partie de la population et qui, ainsi, ont progressivement changé leur statut lexical. C’est-à-dire qu’avec le temps ils sont devenus familiers sans encore atteindre et franchir la frontière du standard.

  • 33 Voinikov, 1930, p. 68 ; Stojkov, 1946, p. 12.
  • 34 Armianov, 2012, p. 70.
  • 35 Tchaouchev, 2009, p. 814.
  • 36 Tchaouchev, 2009, p. 433.

35Pour illustrer l’image très hétérogène de la situation, prenons quelques exemples. Lorsqu’on demande à un Bulgare quel est le mot jargonneux le plus connu, tout le monde vous répondra : « C’est le mot gadje ! » (гадже en bulgare, du tsigane gadjo « étranger »). Au début du xxe siècle, le mot signifiait « aimante, jolie fille33 ». Progressivement, au cours des années et plus précisément après la Seconde Guerre mondiale, il a élargi son champ sémantique pour signifier aujourd’hui « petite amie ; jolie fille », mais aussi « petit ami34 ». Ce terme a été rarement inclus dans les anciens dictionnaires, mais actuellement nous le trouvons partout bien que sa présentation varie beaucoup. Ainsi, dans la partie bulgare du Dictionnaire français-bulgare/bulgare-français de 2009, le mot porte deux marques jarg. et fam., et il est défini comme « petit(e) ami(e) », suivi par les synonymes français « jules » et « nana », qui, à leur tour, portent les marques pop35. Or, dans la partie française du dictionnaire, le mot nana est marqué comme fam.36, et nous ne trouvons pas le soi-disant synonyme bulgare gadje. De plus, le mot français jules n’est même pas inclus.

  • 37 Banev & Karagyozova, 2003, p. 140.
  • 38 J’exprime mes sincères remerciements à ma collègue Sophie Vassilaki, professeur de langue et lingui (...)

36Dans le Dictionnaire bulgare-grec, les auteurs ont correctement présenté le mot bulgare gadje comme un terme argotique, et ils l’ont traduit par le mot grec γκόμενος/γκόμενα « petit ami, petite amie37 ». L’on a déjà indiqué que dans le bulgare moderne ce mot a été emprunté à la langue romani, d’abord dans l’argot des jeunes, mais, au fil du temps, il a considérablement élargi sa sphère d’utilisation et aujourd’hui il appartient plutôt au langage familier. De la même façon, pour certains linguistes grecs, les termes γκόμενος/γκόμενα sont aujourd’hui si largement utilisés qu’ils sont devenus plutôt familiers que proprement argotiques, possédant une signification qui correspond approximativement aux termes français « gonzesse » ou « meuf38 ».

37Dans le dictionnaire cité ci-dessus, le mot bulgare est traduit par des synonymes grecs de type familier et de cette manière les auteurs ont bien préservé l’association sémantique et stylistique des termes dans les deux parties de l’article lexicographique, ainsi que le niveau d’utilisation substandard. Il faut catégoriquement souligner aussi le fait que dans les deux langues, le bulgare et le grec, ces termes ne peuvent pas être utilisés lorsqu’on introduit une personne, car un tel acte sera considéré comme injurieux.

  • 39 Romanski, 1957, p. 45.
  • 40 Andreichin et al., 2012, p. 412.

38La situation est assez similaire avec le mot madama (мадама en bulgare). Dans le Dictionnaire de la langue bulgare standard contemporaine, il est défini comme : « Dans la société bourgeoise – une façon de nommer poliment une femme mariée ou de s’adresser à une telle femme ; madame39 ». Cependant, l’ancienne édition du Dictionnaire général bulgare, le plus populaire en Bulgarie, nous offre une définition très différente : « nom moqueur d’une femme mariée du milieu urbain40 » ! Et pourtant, aucune des deux significations ne correspond à la pratique langagière bulgare – chaque emploi du terme avec une telle valeur sémantique susciterait des sourires, voire des moqueries, car le terme signifie uniquement une jolie femme, élégante, attirante, mais rien de plus. Cette signification a notamment été ajoutée dans la dernière édition du Dictionnaire général bulgare avec la marque jarg., même si l’ancienne marque reste toujours bien présente.

  • 41 Tchaouchev, 2009, p. 1010.
  • 42 Ibid., p. 126. Voir aussi le mot nénette2 dans : Trésor de la langue française (TLF), http://atilf. (...)

39Des exemples comparables ne manquent pas dans les dictionnaires bilingues. Dans le Dictionnaire bulgare-français/français-bulgare de 2009, cité ci-dessus, le mot est présenté comme jargonneux et défini par les synonymes « nénette, cocotte », qui, pourtant, ne possèdent aucune marque41. De plus, si au début du xxe siècle en Bulgarie ce mot était probablement jargonneux, actuellement il est devenu aussi familier. Et encore pire, le synonyme français « cocotte » est défini dans la partie bulgare par « femme aux mœurs libres42 », alors que son synonyme bulgare n’a jamais eu un tel sens.

  • 43 Atanassova et al., 1988, p. 7.
  • 44 Ibid., p. 8.
  • 45 Ibid., p. 117.
  • 46 Hornby, 2002, p. 315.

40La présentation des mots substandard et l’utilisation des marques respectives ne sont guère différentes dans les autres dictionnaires bilingues en Bulgarie. Ainsi, dans le Bulgarian-English Dictionary en deux volumes, les auteurs indiquent explicitement qu’ils ne donnent pas de caractéristiques stylistiques43, mais aussi que « parfois, en tant que correspondance de certains mots bulgares qui ne sont pas familiers ou argotiques, ici sont donnés des mots et des phrases anglais qui possèdent un caractère familier ou argotique, suivis d’une marque correspondante44 ». Par conséquent, les définitions des mots provenant des variétés substandard ne sont pas toujours correctes, par exemple : le mot gadje, cité cidessus, n’est marqué ni comme argotique ni comme familier et par la suite il est défini par son synonyme anglais standard45, ce qui peut tromper le lecteur concernant le statut linguistique de ce terme. Le mot madama « nana » est défini par « dame » (sic !), qui est une signification extrêmement limitée et considérée aujourd’hui comme archaïque dans un contexte familier ou argotique en anglais46. De plus, le terme est accompagné par la marque slang qui nous ramène plutôt vers les formes substandard américaines, mais aussi archaïques. Dans la nouvelle édition du Bulgarian-English Dictionary de 2004, certainеs erreurs et ambiguïtés ont été corrigées, mais l’approche des marques de registre reste presque intacte.

  • 47 Minkoff (éd.), 2007.
  • 48 Ibid., xii.

41Le Dictionnaire anglais-bulgare, de Marko Minkoff et ses collaborateurs, réédité en 200747, propose une longue liste de marques anglaises et bulgares, majoritairement de caractère grammatical, et le lecteur reste surpris quand il ne trouve aucune marque spécifique pour les variétés sociales, telles qu’argot, jargon, professiolecte, etc. Par contre, l’on découvre l’ancienne pratique d’utilisation des marques dial. et nar. « typique pour le peuple » sans explication et sans indication si la deuxième ne couvre éventuellement pas le champ lexical populaire, ce qui me semble peu probable. De plus, c’est le seul dictionnaire parmi les trente analysés qui propose la marque provinc. « provincialisme48 », et on ignore quel est le contenu sémantique de cette marque, quelle est son utilisation pratique et quelle est la différence par rapport aux marques dial. « dialectal » et nar. « typique pour le peuple ».

42Le Dictionnaire bulgare-grec déjà cité présente le terme madama « nana » sans aucun marqueur stylistique général et il est interprété de façon hybride – synonymique et explicative, avec trois significations, chacune nous conduisant vers un niveau distinct de la langue, sans que cela soit explicitement indiqué :

MADAMA, f. ‘nana’

1. Femme respectée.

2. (Rare) Femme qui aime se maquiller, qui utilise beaucoup de parfum

  • 49 Banev & Karagyozova, 2003, p. 491.

3. Définition synonymique par le terme grec γκόμενα (arg.)49.

  • 50 Cavaletto-Petrova et al., 2003, p. 5.
  • 51 Ibid., p. 85.

43Dans le nouveau Dictionnaire bulgare-italien, les marques sont assez nombreuses – cent trente‑quatre pour le bulgare, de caractère très varié, et uniquement sept pour l’italien, toutes grammaticales – mais le lecteur se heurte toujours à ce mélange diabolique entre dial., reg., pop. et nar. et il n’y a pas d’explications ou de définitions des marques utilisées50. Ainsi, le mot gadje, déjà évoqué, est présenté comme familier, ce qui aujourd’hui me semble correct51, alors que l’autre mot cité ici en tant qu’exemple, madama, qui est toujours en utilisation active, n’est pas du tout inclus.

44Le Dictionnaire bulgare-roumain nous propose aussi deux groupes de marques :

  • a) le groupe bulgare, qui consiste en vingt-six marques, toutes grammaticales ;
  • b) le groupe roumain, qui contient soixante-sept marques de toute sorte.
  • 52 Stoyanova, 2008, p. 8‑9.
  • 53 Ibid., p. 73.
  • 54 Stoyanova, 2008, p. 237.

45Ici, encore une fois, nous sommes surpris par la cohabitation des trois marques diatopiques et diaphasique déjà évoquées : dial., reg. et folk., sans qu’une différenciation ou une interprétation soit proposée52. L’on trouve les deux termes bulgares examinés : le mot gadje est correctement accompagné par la marque arg., et il est expliqué par deux synonymes roumains, gagic et gagica53 considérés en roumain aussi comme argotiques et dont l’origine est identique. Par contre, l’autre terme, madama, est marqué en bulgare comme péjoratif54 qui n’est certainement pas correct puisqu’il est utilisé principalement dans un contexte neutre, voire positif.

  • 55  Ivanchev (éd.), 2002.
  • 56 Banev & Karagyozova, 2003.
  • 57 Kostov (éd.), 2012.
  • 58 Koshelev, 2008.
  • 59 Ibid., p. 10.
  • 60 Ivanchev (éd.), 2002, p. 17.

46Parmi les rares dictionnaires bilingues bulgares qui régulièrement proposent une définition simple et adéquate ou une explication des marques utilisées, je peux indiquer le Dictionnaire tchèque-bulgare sous la rédaction de Svetomir Ivanchev55, le Dictionnaire bulgare-grec de Gencho Banev et Neli Karagyozova56, le Dictionnaire grec-bulgare de Nikolaï Kostov et Iliya Kostov57 et le Dictionnaire bulgare-russe d’Albert Koshelev58 où les marques sont classées en plusieurs grands groupes : grammaticales, stylistiques, techniques, scientifiques, etc., même si l’on découvre toujours quelques ambiguïtés ou chevauchements terminologiques59. Par exemple, dans le Dictionnaire tchèque-bulgare, vers la fin de la liste très exhaustive des marques (186 au total), l’on aperçoit toujours la marque učil. « typique pour l’école » ou « typique pour le langage des écoliers60 » sans aucune explication concernant le type de mots que les auteurs considèrent proprement « scolaires ».

47En guise de conclusion, les exemples cités des dictionnaires monolingues et bilingues bulgares illustrent la pratique consistante (avec quelques exceptions insignifiantes) à laisser en dehors de l’article lexicographique certaines restrictions discursives importantes, telles que :

  • la sphère d’utilisation des termes (par exemple, uniquement en description, seulement entre hommes, etc.) ;
  • la présence/absence d’une personne dans la situation de communication (par ex., utilisation d’un terme exclusivement dans des situations où une personne est absente) ;
  • l’utilisation uniquement à l’adresse d’un cercle ou d’un type spécifique de personnes (par ex., à l’adresse d’une belle fille, à l’adresse d’une personne inexpérimentée, maladroite, etc.).

48Ces exceptions et limitations sont d’une grande importance en matière d’étiquette verbale, d’adéquation de l’acte de communication et d’adéquation de la communication à la stratification sociale et sociolinguistique et à l’appartenance des interlocuteurs aux différents groupes sociaux.

49Lors de l’analyse, il s’est avéré que les dictionnaires monolingues et bilingues bulgares montrent également une forte présence de contradictions et de problèmes de marquage diatopique et diastratique. Je ne peux pas terminer sans indiquer une amélioration progressive de la situation dans ce domaine, surtout comme résultat d’un regard plus scientifique et plus clair envers les variétés substandard, notamment envers les sociolectes modernes bulgares.

50À mon avis, les erreurs évoquées peuvent être corrigées et/ou évitées par deux voies distinctes, mais parallèles.

  • Un travail soigné de définition lexicographique croisée qui prend en considération les spécificités linguistiques et culturelles de chaque pays et chaque langue.
  • Une pratique conséquente d’emploi d’une seule marque pour chaque type en question : dial. (диал. en bulgare) pour les termes provenant des dialectes régionaux, et jarg. (жарг. en bulgare) pour les termes provenant des sociolectes corporatifs.

51Le terme arg. restera ainsi en utilisation uniquement pour les très rares cas de lexèmes provenant des sociolectes secrets des artisans et des hors-la-loi, le terme folk. marquera exclusivement le domaine littéraire où un terme peut être trouvé, alors que les termes traditionnels bulgares obl. « régional » et nar. « typique pour le peuple » doivent rester pour un emploi stylistique ou dialectal. En même temps, il faut ajouter que l’on trouve de plus en plus la marque prof. employée pour les termes spécifiques appartenant aux professiolectes modernes.

52Sur la base des considérations précédentes, je trouve qu’une telle solution ne sera pas difficile à appliquer, surtout si la lexicographie devenait une partie intégrante des études linguistiques universitaires et si une théorie claire et non contradictoire du marquage lexicographique était introduite.

Tableau des marques substandard bulgares

Domaine Termes bulgares utilisés Correspondances françaises Termes bulgares proposés et équivalences françaises
Langue standard разг./razg. – razgovorno, litt. « langage parlé » fam. razg. = fam.
простонар./prostonar. – prostonarodno, « typique pour les gens non instruits » pop.
Dialectes régionaux диал./dial. – dialectno « dialectal » dial. dial. = dial.
народ./narod. – narodno, « typique pour le people » pop.
област./oblast. – oblastno « régional » région.
фолк./folk. – folklore « appartenant à la tradition orale, au folklore » folk.
Sociolectes жарг./jarg. – jargonno « appartenant à l’argot des jeunes » argot. jarg. = argot.
арго./argot. – argotično, « appartenant à l’argot des jeunes » et plus rarement « appartenant à l’argot des criminels » argot.
учил./učil. – učilištno « typique pour le langage des écoliers » école.
Langage populaire простонар./prostonar. – prostonarodno, « typique pour les gens non instruits » pop. prostoreč. = pop.
prostoreč. – prostorečno, « typique pour le langage des gens non instruits » pop.

Bibliographie

Armianov Gueorgui, 2019, « Sociolectna lexika v bălgarskite rečnitsi », in Nomen est omen. Anthology to the 70th Anniversary of prof. Kiril Tsankov, Presses de l’université « St. Cyril et St. Méthode » de Veliko Tărnovo, p. 99‑111.

Boyadzhiev Todor, 1986, Bălgarska lexicologiya, Nauka i izkustvo, Sofia.

Cavaletto-Petrova Margherita et al., 2003, Bălgarskoitalianski rečnik, Еmas, Sofia.

Corbin Danielle & Corbin Pierre, 1980, « Le monde étrange des dictionnaires. Les “marques d’usage” dans le Micro Robert », in Bulletin du Centre d’analyse du discours. 4, Presses universitaires de Lille, Villeneuve d’Ascq, p. 237‑324.

Corbin Pierre, 1989, « Les marques stylistiques/diastratiques dans le dictionnaire monolingue », in Encyclopédie internationale de lexicographie, Walter de Gruyter, t. 1, Berlin/New York, p. 673‑680.

Gasiglia Nathalie & Corbin Pierre, 2011, « Éléments pour un état de la description de la variété des usages lexicaux dans les dictionnaires français monolingues (19802008) », in Baider Fabienne, Lamprou Efi & MonvielleBurston Monique (éds), La marque en lexicographie. États présents, voies d’avenir, Lambert Lucas, Limoges.

Georgiev Stanjo, Russinov Rusin, 1979, Učebnik po lexicologiya na bălgarskiya ezik, Nauka i izkustvo, Sofia.

Hausmann Franz Joseph, 1977, „Einführung in die Benutzung der neufranzösischen Wörterbücher“, in Romanistische Arbeitshefte, 19, Max Niemeyer Verlag, Tübingen.

Hausmann Franz Joseph, 1989, „Die Markierung im allgemeinen einsprachigen Wörterbuch: eine Übersicht“, in Encyclopédie internationale de lexicographie, Walter de Gruyter, t. 1, Berlin/New York, p. 649‑657.

Hornby Albert Sidney, 2002, Oxford Advanced Learner’s Dictionary, Oxford.

Kristeva Jeanna, 2018, « Les marques de registre : à quoi ça sert dans les dictionnaires bilingues ? (Le cas de la lexicographie bilingue bulgare/français) », in E-magazine LiterNet, 25.01.2018, no 1 (218),
https://liternet.bg/publish31/zhana-krysteva/les-marques.htm

Shishmanov Ivan, 1895, « Beležki za bălgarskite taini ezitsi i poslovečki govori », in Sbornik za narodni umotvoreniya, BAN, Sofia.

Stefanova Ludmila et al., 1994, Dictionnaire bulgare-français, Nauka i izkustvo, Sofia.

Stojkov Stoiko, 1946, Sofijskiyat učeničeski govor – prinos kăm bălgarskata socialna dialectologiya, université de Sofia, Faculté historico-philologique, tome xlii, Sofia.

Dictionnaires analysés

Andreichin Lubomir et al., 2012, Bălgarski tălkoven rečnik, Nauka i izkustvo, Sofia.

Armianov Gueorgui, 2012, Rečnik na bălgarskiya jargon, Fugura, Sofia.

Atanassova Theodora. et al., 1988, Bulgarian-English Dictionary, Nauka i izkustvo, Sofia.

Banev Gencho & Karagyozova Neli, 2003, Bălgarsko-grătski rečnik, M. Sideris Publications, Athènes.

Bogorov Ivan, 1869, Dictionnaire français-bulgare, Somrov, Vienne.

Bogorov Ivan, 1871, Dictionnaire bulgare-français, Somrov, Vienne.

Bogorov Ivan, 1873, Dictionnaire français-bulgare et bulgare-français. Première partie. Partie franco-bulgare. Deuxième édition corrigée. Sommerov, Vienne.

Dakov Blagoi et al., 1991, Petit dictionnaire français-bulgare, GBT GalIko, Sofia.

Damyanova Antoaneta, 2006, Ispanskobălgarski/Bălgarskoispanski rečnik, Colibri, Sofia.

Eurodict – http://www.eurodict.com/bulgarian_properties.html

Gerov Naiden, 18951904, Rečnik na bălgarskiya ezik s tălkuvane na rečite na bălgarski i russki., т. iiv, Družestvena pečatnitsa «Săglasie», Plovdiv.

Hrulev Todor, 1863, Kratkij rečnik na čuždestrannite reči, koito sya nahoždat v bălgarskij yazyk, Braila.

Igov Angel, 1959, Sărbohărvatskobălgarski rečnik, Nauka i izkustvo, Sofia.

Ivanchev Svetomir (éd.), 2002, Češkobălgarski rečnik, Trud & Prozorets, Sofia.

Klassov Gencho & Nikolov Strahil, 1992, Bălgarsko-turski rečnik, BAN, Sofia.

Koshelev Albert, 2008, Bălgarsko-russki rečnik, Nauka i izkustvo, Sofia.

Kostov Nikolaï (ed.), 2012, Dictionnaire grec-bulgare, Troud.

Kristeva Jeanna et al., 2006, Nouveau dictionnaire compact-français, Pons, Sofia.

Minkoff Marko. (éd.), 2007, English-Bulgarian Dictionary, Emas, Sofia.

Panchev Todor, 1908, Dopălnenie na bălgarskiya rečnik ot Naiden Gerov, Družestvena pečatnitsa « Săglasie », Plovdiv.

Pavlev Mihail, 1855, Dictionnaire des mots turcs et grecs dans la langue bulgare, Bucarest.

Pavlovich Hristaki, 1835, Razgovornik greko-bolgarskij, Belgrade.

Rilski Neofit, 1838, Slovar’ elinogrečeskogo i slavyanobolgarskogo yazyka, manuscrit, archive du Monastère de Rila.

Romanski Stoyan (ed.),1957, Rečnik na săvremenniya bălgarski knižoven ezik, t. iiii, BAN, Sofia.

Stoyanova Daniela, 2008, Bălgarskorumănski rečnik, Nauka i izkustvo, Sofia.

Tchaouchev Assen (éd.), 2002, Dictionnaire français-bulgare, Sofia, Nauka i izkustvo, Sofia.

Tchaouchev Assen, 2005, Dictionnaire français-bulgare/bulgare-français, Sofia, Colibri, Sofia.

Tchaouchev Assen (éd.), 2009, Dictionnaire français-bulgare/bulgare-français, Nauka i izkustvo, Sofia.

Tchobanova Rada, 2010, Russkobălgarski/bălgarsko-russi rečnik, Colibri, Sofia.

Tcholakova Kristalina (ed.), 1977-1998, Rečnik na balgarskiya ezik, Marin Drinov BAN, Sofia.

Vanchev Nikola et al., 1962, Tursko-bălgarski rečnik, Nauka i izkustvo, Sofia.

Voinikov Petko, 1930, « Tarikatsko bălgarskite rečnik », in Rodna reč, vol. 2, Sofia.

Yaranov Atanas, 1991. Petit dictionnaire bulgare-français, GBT GalIko, Sofia.

Notes

1 Georgiev & Roussinov, 1979, p. 178.

2 Dans le texte de l’article, les consonnes bulgares Ч et Ш sont transcrites en plusieurs façons : [ch], [tch] et [č] pour le Ч et [ch] et [š] pour le Ш. Ces différences sont imposées par les formes des noms propres utilisées dans la littérature, par les préférences des auteurs eux-mêmes, ainsi que par la pratique de transcription internationale des termes et des noms d’origine slave.

3 Pavlovich, 1835.

4 Rilski, 1838.

5 Pavlev, 1855.

6 Hrulev, 1863.

7 Bogorov, 1869.

8 Bogorov, 1871.

9 Gerov, 1895.

10 Les deux derniers volumes et l’annexe sont publiés après la mort de l’auteur, par son neveu Todor Pančev.

11 Gerov, 1895, liv.

12 Shishmanov, 1895, p. 14-50.

13 Les marques diachroniques, diaévaluatives, dianormatives méritent une étude spéciale et ne seront pas traitées ici en détail.

14 Dans la littérature classique bulgare de la fin du xixe et du début du xxe siècles, nous trouvons quelques exemples de récits et de nouvelles, écrits presque entièrement en dialecte régional, mais ils restent très isolés et sans influence.

15 Ici, j’adhère généralement à la classification proposée par Franz Josef Hausmann (Hausmann, 1977 ; Hausmann, 1989) et précisée par Danielle et Pierre Corbin (Corbin, 1980 ; Corbin, 1989).

16 Dans le groupe des sociolectes, on inclut souvent les nouveaux dialectes urbains (les urbanolectes) qui remplacent de plus en plus les dialectes régionaux bulgares et qui attirent le regard des linguistes contemporains.

17 Tchaouchev, 2009, p. 1178.

18 Boyadzhiev, 1986, p. 153.

19 La présence du lexique sociolecte dans les ouvrages scientifiques et les dictionnaires bulgares est analysée en détail dans Sociolectna lexika v bălgarskite rečnitsi (Armianov, 2019, p. 99‑111).

20 Romanski (ed.), 1957 ; Tcholakova (ed.), 1977, p. 25‑28 ; Andreichin et al., 2012, p. 6 ; Banev & Karagyozova, 2003, p. 16‑18.

21 Tcholakova (éd.), 1977, p. 25‑26.

22 Tcholakova (éd.), 1977, p. 25.

23 Tcholakova (éd.), 1977, p. 27.

24 Boyadahiev 1986, p. 156.

25 Voir par ex. Kristeva, 2018.

26 Georgiev & Roussinov, 1979 ; Boyadzhiev, 1986.

27 C’est, par exemple, le cas du mot merindjei, enregistré récemment et utilisé à la place de manager « gérant, directeur, administrateur ».

28 Tcholakova (éd.), 1977, p. 25.

29 Tchaouchev, 2005, p. 9.

30 Tchaouchev, 2009 (éd.), p. 1178.

31 Tchaouchev (éd.), 2002, p. 6 ; Ivanchev (éd.), 2002, p. 17.

32 Tchaouchev, 2009, p. 9.

33 Voinikov, 1930, p. 68 ; Stojkov, 1946, p. 12.

34 Armianov, 2012, p. 70.

35 Tchaouchev, 2009, p. 814.

36 Tchaouchev, 2009, p. 433.

37 Banev & Karagyozova, 2003, p. 140.

38 J’exprime mes sincères remerciements à ma collègue Sophie Vassilaki, professeur de langue et linguistique grecques à l’Institut national des langues et civilisations orientales, qui m’a donné de précieux conseils concernant les formes et les utilisations de certains termes grecs.

39 Romanski, 1957, p. 45.

40 Andreichin et al., 2012, p. 412.

41 Tchaouchev, 2009, p. 1010.

42 Ibid., p. 126. Voir aussi le mot nénette2 dans : Trésor de la langue française (TLF), http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?44;s=4077658590;r=1;nat=;sol=1

43 Atanassova et al., 1988, p. 7.

44 Ibid., p. 8.

45 Ibid., p. 117.

46 Hornby, 2002, p. 315.

47 Minkoff (éd.), 2007.

48 Ibid., xii.

49 Banev & Karagyozova, 2003, p. 491.

50 Cavaletto-Petrova et al., 2003, p. 5.

51 Ibid., p. 85.

52 Stoyanova, 2008, p. 8‑9.

53 Ibid., p. 73.

54 Stoyanova, 2008, p. 237.

55  Ivanchev (éd.), 2002.

56 Banev & Karagyozova, 2003.

57 Kostov (éd.), 2012.

58 Koshelev, 2008.

59 Ibid., p. 10.

60 Ivanchev (éd.), 2002, p. 17.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : M. Pavlev, Dictionnaire des mots turcs et grecs dans la langue bulgare (Bucarest, 1855)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/40887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 : Ivan Bogorov, Dictionnaire français-bulgare et bulgare-français. Première partie. Partie franco-bulgare. Deuxième édition corrigée. (Vienne, 1873)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/40887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 3 : Nayden Gerov, Dictionnaire de la langue bulgare, vol. I (Sofia, 1895)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/40887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 4 : schéma de la langue nationale bulgare et ses variétés standard et non standard
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/40887/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses de l’Inalco, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search